Partagez | 
 

 Jour 4 - Pont suspendu (centre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 660
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Mer 1 Juin - 21:33


Arène - Corne d'abondance  








J’avais encore réussit à frapper Joss alors qu’elle ne me touchait même pas. C’était étrange, elle qui était si vive. Elle semblait perturbée. Sans doute par le fait que les deux autres soient sur son frère, ils ne semblaient déjà pas très bien en point. Soudain, j’entendis le canon et je tournai ma tête vers Nikolai. Kol venait de tomber. Parfait, ne restait plus qu’elle. Mais immédiatement, un second coup tonna. Nikolai et moi avions échangé un regard, Cassandra aussi. Les calculs s’effectuaient dans nos têtes. Nikolai en vie, cela ne pouvait être Pearl. Un coup pour Kol, et un seul autre coup ; ce n’était ni Thalia ni Nolan. Restait donc Aedan … Et Amy. Mon sang se glaça. Je luttais contre mes meilleurs instincts qui me disaient de faire volte-face et de courir à la corne.

Le temps c’était comme arrêté. Joss et moi avions cessés de combattre. Elle avait hurlé le nom de son frère, puis plus rien. Plus que cette voix, dans ma tête.

« Nate … »

Etait-elle vraiment dans ma tête ? Les autres ne semblaient pas réagir …

« Nate … »

Mon dieu. Je la reconnu … C’était sa voix. La voix d’Amy.

« Nate… Je n'ai pas été assez forte… »

Non, non, non ! Non ce n’était pas possible. Je fis volte-face et là je la vis. Enfin, pas elle, on aurait dit … Un spectre. Elle me fixait pourtant. Je secouais la tête.

« Non, non tu n’es pas morte.
-Tu m'as laissée seule à la Corne pour protéger nos alliés, tu pensais qu'on pouvait leur faire confiance et... Je suis morte. Je suis morte parce que tu as choisi une alliance de carrières plutôt que de me choisir moi... Fais le bon choix maintenant Nate, sinon ils te feront la même chose qu'à moi...»

Il fallait que je réfléchisse. On était dans une arène. Cela ne voulait rien dire, c’était sans doute un piège pour me déconcentrer. Mais elle me semblait si réelle. Je tentais de rester cohérent.

« Tu n’es pas elle. »

Si je le disais à voix haute, ça allait marcher. Mais tout s’accéléra autour de moi. Nik me fixa une seconde avant de lâcher son arme tandis que Joss sautait sur Cassandra. On perdait le contrôle, que se passait-il. Et là je compris. Nik venait de tomber, mort. Quatre coups de canon suivirent. Le calcul était là encore très simple : Pearl venait de mourir, Nik avait suivi. Et Thalia et Nolan aussi. Je regardais Nkolai tomber sans vraiment réagir alors que mon cœur battait la chamade. Pearl était morte. Je n’arrivais pas à comprendre cette information, il y en avait beaucoup trop. Un seul survivant à la corne, Aedan ou Amy. Amy dont le fantôme se tenait juste à côté de moi. Je me tournai vers lui … Je devais en avoir le cœur net.

« Que … Quelle est la dernière chose que je t’ai dite avant d’entrer dans l’arène ? »

Je la fixai. Nous étions seuls à ce moment-là, personne autour. Seule la vraie Amy pouvait connaître cette information … N’est-ce pas ? Pitié, faites qu’elle ne sache pas.


"Nate est à la zone marécageuse - pont suspendu "




_________________
Nathanaël Lowe

I'm sexy
and I know it ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet:    Jeu 2 Juin - 17:29





Quatrième jour
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games



Vision de Nate:
 






Piège du J4
Qui a peur des fantômes ... ? [Amy]
__________________________


Elle te regarde comme à son habitude, avec ses grands yeux dans lesquels il te semble voir toute la bonté du monde malgré leur pâleur mortelle. La blessure à son front est déjà sèche, le sang noir caille sur sa peau dont la teinte bleutée laisse peu de doutes sur son état.

« Non, non tu n’es pas morte. »

Le spectre se rapprocha doucement. Transparent, insaisissable...

« Tu n’es pas elle. »

« Mais Nate... Qui veux-tu que je sois ? »

Ses pupilles livides te contemplent avec une expression entre la tristesse et incrédulité. Ses sourcils se froncent, la plaie de son front s'étire en dévoilant la profondeur de celle-ci et tu peux parfaitement imaginer ce qu'elle a subi...

« Que … Quelle est la dernière chose que je t’ai dite avant d’entrer dans l’arène ? »

« Nate... »

Elle s'approche de toi, sa voix est douce et ferme à la fois, parfaitement le genre de ton qu'elle aurait utilisé si elle avait voulu te dire quelque chose de grave. Elle porte sa main à son cœur, comme si cela lui coûtait de se rappeler ce moment. C'est alors que tu remarques la large tâche de sang au niveau de sa poitrine... Ce sang perdu qui a provoqué l'arrêt de son cœur qui ne battra plus pour toi.

« Tu m'as remercié et m'as dit que ça faisait longtemps que tu n'avais pas eu un entrainement aussi agréable... »

Sa voix s'était faite sanglotante alors que ses yeux ne te lâchaient plus :

« Et tu m'as souhaité bonne chance... Juste... Bonne chance. »

Elle était morte, les larmes ne coulaient plus sur ses joues blanchâtres. Ses lèvres entrouvertes s'étirèrent comme si elle était soudain heureuse ou était-ce simplement de l'acceptation ?

« Mais je crois avoir compris que la chance n'a pas grand chose à voir avec la victoire... Ça a à voir avec nos choix et je me demande maintenant si j'ai bien fait de me fier à toi... »

Sa voix était devenue plus dure, plus désespérée, presque vengeresse :

« Tu m'as abandonnée avec eux Nate, tu m'as laissée me faire tuer ! Et que vas-tu faire maintenant ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 30 ans
☆ Surnom : Cassie
★ Occupation : Mentor
★ Plat préféré : Chocolat
☆District : Sept

○ Points : 470
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Sam 11 Juin - 1:23



Le pont suspendu

Attaquons...

Le combat se déroulait à notre avantage. Je tirai tranquillement plusieurs flèches à distance, pendant que Nikolay était allé au contact de Kol. Quant à Nate, il se chargeait seul de la furie que constituait Joss. Finalement, les jumeaux ne combattaient pas comme une seule et même paire : chacun voulait prouver sa valeur et là était leur faiblesse. Nous pourrions les vaincre s’ils étaient séparés, en nous divisant pour maîtriser chacun un autre de ses carrières.

Non loin de moi, Joss venait d’arriver au contact de Nathanaël. Je n’avais guère le temps de m’en soucier alors que Kol venait d’asséner un coup à Nik. Il ne fallait pas que le jumeau me rejoigne : il fallait qu’il meure… Et après ? Que se passerait-il ? Il faudrait que je tue mes compères ou que je m’enfuie. Mais actuellement, dans le feu de l’action, rien ne comptait plus que de tirer, viser Kol et tirer. Nik se débattait avec lui, plusieurs fois je manquais ma cible en tentant d’éviter d’embrocher le carrière du Quatre qui gênait mon angle de vision alors qu’à côté de moi résonnaient les claquements des armes de Nate et Joss.

Puis soudain, le moment que j’attendais. Nik en mauvaise posture et Kol levé, le torse dégagé. C’était ma chance. On ajuste le tir, puis on lâche tout. La flèche vrilla dans les airs et transperça la poitrine de Kol au niveau du cœur. Il n'avait pas vu la fin venir et moi je le contemplais mourir. Il tomba sur le sol, à genoux, releva une dernière fois son regard vers sa sœur alors que son corps basculait déjà face contre terre...

Un coup de canon résonna. Voilà une bonne chose de faite ! Joss hurla tous ses poumons, mais qu'elle n'aurait pas dû s'inquiéter : elle le rejoindrait bien vite. Mais étrangement, un second coup de canon résonna : qu'est-ce que c'était donc que ce bazar ? La corne, ça ne pouvait être que la corne. Il ne restait plus que notre alliance et les gosses du Dix : sauf si les paysans étaient soudainement devenus des soldats avec des fourches, cela m'étonnerait qu'ils soient responsables de ce second coup... Aucun coup ne sonna à la suite.

- Merde... Aedan... murmurai-je entre mes dents, furieuse et paniquée comme si sa mort pouvait réellement m'affecter.

Mais en vérité, elle m'affectait. *Reprends-toi Cassandra, ça peut aussi être l'autre copine de Nate... Ouais ils avaient plus intérêt à la tuer elle qu'un gamin tout juste mouché* me répétais-je en réfléchissant à toute allure. Bon, qu'advenait-il maintenant ?

« Cassandra … »

Un murmure dans le vent de la nuit noire ou la fatigue, j'eus l'impression d'entendre mon prénom se répéter mais je n'en tins pas compte. Deux coups de canon supplémentaires. Bon sang, c'était quoi cette fiesta à la Corne ? Deux personnes venaient de mourir... La petite blonde pleurnicharde et l'autre arriviste sans doute. Désolée Nik, je crois que tu viens de perdre ta nana si ton volontariat était là pour la sauver... Alors je vais abréger tes souffrances. J'étais sadique sur ce coup-là, mais j'avais besoin de me justifier intérieurement. Je levai mon arc vers Nik mais déjà celui-ci se figea. Un nouveau coup de canon. Pearl venait sans doute de mourir. Je baissai mon arc.

Je ne vis pas son corps chuter au sol car c'est alors que je reconnus la voix que j'avais perçue quelques secondes plus tôt.

« Cassandra … Vous m’avez laissée mourir …»

Billie. Elle était morte depuis trois jours maintenant. Ça ne pouvait pas être elle, c'était une machination des Juges pour nous perturber. Il ne fallait pas que je l'écoute. Une idée me vînt alors : on ne m'avait pas envoyé Aedan. Il était alors peut-être toujours en vie à la corne ? Etait-ce possible qu'il soit le seul survivant ? Qu'il ait suivi mes conseils et se soit enfui avant que tous ne s'entretuent ?

Mais je n'arrivais pas à détourner mon regard de la direction d'où provenait la voix, même si elle semblait tourner autour de moi comme un fantôme errant et tentant de me posséder.

« Vous n’avez pas su me sauver … Pire, vous m’avez remplacée … Mais je suppose qu’un « gosse » en vaut un autre, pas vrai ? »

- J'ai voulu t'aider mais tout est allé trop vite ! J'ai voulu Aedan comme je t'ai aidé toi, alors tu ne m'auras pas !

Pourquoi me sentais-je obligée de me justifier et pourquoi la culpabilité revenait-elle ? Je n'étais pas comme Mikel, je n'étais pas rentrée dans cette arène pour sauver des gamins perdus d'avance. J'étais venue pour la gloire, pour le frisson, pour redevenir la personne que tout le monde pensait que j'étais. Mais au final, je n'avais jamais été cette personne. Je crois que Jeremiah était peut-être le seul à en être conscient, c'est peut-être même pour cela qu'il m'avait supplié un soir entier de ne pas retourner dans l'arène. Mais à ce moment-là, je ne pensais pas qu'il me connaissait, je pensais qu'il était comme tous les autres jeunes que j'avais mis dans mon lit parce qu'il rêvait de faire l'amour avec la mentor au cœur de pierre.

Cette arène m'avait tuée, il y a longtemps. Comme Billie était morte depuis plusieurs jours déjà. Cassandra Beatrix Saltsmann était morte depuis des années, dès qu'elle avait posé le pied dans cette foutue arène. *Alors ferme-la Billie. Avec toi au moins, ils n'ont pas fait le boulot à moitié.* me dis-je avec amertume quand un cri d'une rage folle coupa mes pensées.

« C’est pour toi mon frère ! »

Joss venait de fondre sur moi. Son sabre venait de me taillader le bras et je la maudis. Cette pauvre fille pensait vraiment que la vengeance lui ramènerait son frère ou la gloire qu'elle cherchait. Elle allait mourir, comme lui ! Mais que fichait Nate, le regard perdu devant lui ? Joss respirait comme un buffle sans doute sous l'effet des blessures, je ne perdis pas une seconde.

- T'inquiète tu vas le rejoindre ! hurlai-je en agrippant ma dague et en sautant sur elle.


« Cassandra attaque Joss - D2, avec sa dague. DEMANDE DE LANCER DE DES. »
« Cassandra est dans la zone "pont suspendu" des marécages. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Sam 11 Juin - 13:03





Quatrième jour
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Un coup de canon...
Que le sort vous soit favorable...
__________________________



Cassie venait de porter le coup de grâce à Joss du district 2. Quelques secondes plus tard, un coup de canon retentit…  Il était alors quelle heure déjà ? Personne n'aurait su le dire avec cette nuit éternelle et profonde qui s'était abattue sur l'arène. Le temps sembla se suspendre quelques secondes…

Tous les tributs purent entendre résonner le coup. Peu à peu, le nombre de tributs diminuait, et il devenait de plus en plus simple de deviner qui était tombé.

L'Expiation peut continuer, sans que personne ne sache, jusqu'au soir, qui sont les malheureux pour lesquels le glas venait de résonner dans l'arène ... Même si le nombre de survivants ne laisse que peu de doutes sur l'identité des personnes restantes ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 660
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Dim 12 Juin - 18:05


Arène - Corne d'abondance  








Ca ne pouvait pas être elle. Pour la simple et bonne raison que si c’était elle, ça voudrait dire qu’elle était … Qu’elle était … Non. Je n’arrivais même pas à le penser.

« Nate... »

Et sa voix … Sa voix … Ca me rendait fou. Cette voix était si pareille à la sienne, s’en était très perturbant. Je vis sa main se porter à sa poitrine et c’est là que je vis la blessure. Mon cœur se mis à s’accélérer. Ce n’est pas elle, elle ne sait pas …

« Tu m'as remercié et m'as dit que ça faisait longtemps que tu n'avais pas eu un entrainement aussi agréable... »

Ses yeux étaient plongés dans les miens alors que je sentais qu’ils se remplissaient de larmes. Mon dieu. C’était elle … C’était Amy. Je n’arrivais pas à lâcher son regard.

« Et tu m'as souhaité bonne chance... Juste... Bonne chance. »


Je déglutis péniblement alors qu’une larme roulait sur chacune de mes joues. Merde. Merde bon sang, pourquoi je l’avais laissée là-bas ?! C’était ma faute, entièrement ma faute. J’aurais jamais du la laisser.

« Mais je crois avoir compris que la chance n'a pas grand-chose à voir avec la victoire... Ça a à voir avec nos choix et je me demande maintenant si j'ai bien fait de me fier à toi... Tu m'as abandonnée avec eux Nate, tu m'as laissée me faire tuer ! Et que vas-tu faire maintenant ? »

« Amy, je … »

Ma voix se brisa. Quoi, t’es désolé ? Comme si ça changeait quoique ce soit. Non Amy, non t’as pas bien fait de te fier à moi. Jamais j’aurais du te laisser partir, jamais. Mes yeux s’étaient baissés, et j’avais effacé mes larmes de la paume de ma main avant de relever mes yeux vers elle. La seule chose qui importait maintenant, je la connaissais.

« Qui … ? »

Qui t’as tué Amy, qui ? Parce que clairement, j’allais te venger Amy. Jamais je ne laisserais tes bourreaux s’en sortir comme ça, jamais. Mais avant qu’elle ne me réponde, un nouveau coup de canon tonna. Je tournai ma tête à ma gauche pour voir Joss s’effondrer sur le sol. Merde. Merde. Merde. Je soufflais très fort et fermai les yeux avant de les poser successivement sur Amy et Cassandra. Si Amy n’était plus là, alors plus rien n’avait d’importance. Il me restait juste à tuer tout ceux que je pouvais.

"Nate est à la zone marécageuse - pont suspendu "




_________________
Nathanaël Lowe

I'm sexy
and I know it ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Dim 12 Juin - 18:09





Quatrième jour
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Piège du J4
Qui a peur des fantômes ... ? [Nate et Cassie]
__________________________


Tu n’es plus sûr. Cela fait maintenant un bon moment que ce spectre te hante … Quelque part au fond de toi, tu sais qu’il n’est en rien la personne qui tu appréciais tellement. Tu es dans une arène, ce n’est pas la première que tu vois ce qui s'y passe, tu en as regardé à la télévision … Alors tu sais bien que la plupart des choses ici ne sont pas réelles. Tu peux presque voir Selena sur son écran, expliquer que ces « fantômes » sont en fait des hologrammes, dont la voix a été programmée par les juges, se servant de toutes les caractéristiques qu'ils ont pu repérer pour les rendre plus vrais que nature. Mais voilà, tu n’es pas derrière un écran. Cette personne en face de toi, tu voudrais qu’elle soit réelle, tu donnerais tout pour qu’elle ne soit pas morte et qu’elle soit bien là, à tes côtés. Tu serais chez toi, tu hurlerais sans doute à quel point ce tribut est idiot de ne pas voir que ce n’est qu’une énième manipulation des Juges. Mais tu n’es pas chez toi. Tu y crois sans vraiment y croire … Tu voudrais tellement que ce soit vrai …

Et bien, crois-le ou non, mais les juges ne vivent que pour te servir. Soudain, sa main s’approche de toi. Tu  sais bien qu’elle va te traverser, mais tu la laisse approcher. C’est étrange … Tu peux presque sentir sa présence … Et alors que sa main te touche, un frisson te parcourt. Tu peux la sentir. Sa peau froide, ce contact …Réel. Trop réel. Soudain, ses yeux te fixent, et son visage se déforme, se reforme, et juste comme ça son corps semble se former, sous tes yeux. Matériel.
 
Le spectre a toujours la forme de l’être aimé, mais il se tait. Il te fixe, les yeux plein de colère. Le temps des paroles est révolu. Voilà le moment qu’il attendait depuis le début : celui de réclamer son dû. Son corps est retourné à la terre par ta faute, et il vient réclamer sa vengeance. Tu n’as pas le temps de réagir que déjà, le spectre t’attaque. Quelle horreur de le voir se retourner contre toi de cette façon … Mais il faut reprendre tes esprits, car le combat commence …

***

HRP

Vous l’aurez compris, on passe à la phase suivante du piège. La solution pour les faire disparaître était le feu. Seule Chloé et Jason évite donc la matérialisation des spectres. Amy, Aedan, Cassie et Nathanaël, vous voyez le spectre apparaître devant vous. La fuite n’est pas possible, il vous faut le combattre. Le spectre a 50 pvs. Il a les compétences suivantes :

Force : 5
Coordination : 1
Corps à corps : 4
Combat armé : 0

Le combat ne peut s’achever que par sa mort … Ou la vôtre.
Cependant, afin que le combat soit relativement équitable pour tous, sachez que seules vos attaques seront jouées de façon « normale » (avec les pertes de points infligées par vos perso). Pour les spectres, nous nous servirons des dés uniquement pour savoir s’ils vous touchent ou pas, mais pas pour calculer les dégâts. Chaque fois qu’un spectre vous touche, vous perdrez 10 pvs.

Bonne chance

Les admins.

Note : Pour le 1er tour, le spectre touche Nate et lui enlève 10 pv. Cassandra parvient à éviter le coup de justesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 660
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Dim 19 Juin - 1:13


Arène - Corne d'abondance  








Amy ne répondit pas à ma question. Je voyais déjà son visage changer, sans comprendre ce qui m’arrivait. Son regard semblait … Différent. En colère. Qu’est-ce que j’avais dit ? Je jeter un coup d’œil à Cassandra, qui semblait tout aussi désemparée que moi. Quand soudain, je vis quelque chose … Non, quelqu’un apparaitre devant elle. Une petite fille. Mon dieu … Mon regard se reporta sur Amy …. Elle était en train de … De se matérialiser, sous mes yeux. J’étais sous le choc. Sa blessure semblait bien plus profonde, bien plus … Vraie, lorsque je l’avais sous les yeux. Mon regard remonta jusqu’au sien.

« Mon dieu, Amy … »

C’est à ce moment-là qu’elle me sauta dessus. Je ne compris pas tout de suite ce qui était en train de se passer. Elle m’attaquait. Bon sang, elle m’attaquait. Je la fixais à nouveau une seconde, mais elle était comme une furie.

« Amy, Amy calme toi … »

Mais son regard était vide. Elle se débattait comme un diable à essayer de me frapper. Mais ce n’était pas Amy. Ce n’était pas elle, je le savais bien. Elle était morte. Même les juges ne pouvaient pas la faire apparaitre comme ça, à partir de rien. Son poing trouva ma joue, ravivant ma douleur à la mâchoire. Ma main s’y porte une seconde avant d’éviter une nouvelle frappe. Ce n’était pas la peine de discuter avec cette … Cette chose. Mais malgré tout, elle avait dit des choses … Que seule Amy savait. Elle lui ressemblait tellement, c’était extrêmement perturbant … Elle me charge à nouveau. Si je ne voulais pas me faire tuer par un piège, j’allais devoir répliquer … Mais ce qu’elle avait dit … Cela m’en empêchait. J’avais peur, j’avais honte que l’idée me traverse l’esprit. Mais les gens n’apparaissent pas d’un coup, ils ne tiennent pas debout s’ils sont vivants.

« Amy … Je suis désolé. »

Et alors qu’elle attaquait comme une furie, je répliquais. Je répliquais, les larmes aux yeux. Mon dieu, donnez-moi la force … Donner-moi la force de me défendre. Une voix dans ma tête me hurlait que ce n’était pas elle …. Mais mon cœur se déchirait à chaque coup que je portais …


"Nate est à la zone marécageuse - pont suspendu. Nate réplique au spectre. DEMANDE DE LANCER DE DES "




_________________
Nathanaël Lowe

I'm sexy
and I know it ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Dim 19 Juin - 19:12





Quatrième jour
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Piège du J4
Qui a peur des fantômes ... ? [Nate et Cassie]
__________________________


Le corps froid du spectre s’écroule à tes pieds. Tu le vois tomber au sol, mort. A nouveau mort, cette personne à laquelle tu tenais … Mais soudain, alors que tu l’observe, tu remarques que, sans vraiment que ce cadavre ne change, son corps est différent, son regard, ses cheveux … Le visage … Ce visage, tu le reconnais instantanément. Ce n’est plus celui de la personne que tu aimais. C’est ton propre visage. Sur le sol, les yeux ouverts, il semble te fixer. Ton souffle s’accélère. C’est toi, que tu viens de tuer. Les voies des Juges sont impénétrables, mais il y a là sans doute une forme de philosophie dans leurs esprits … Tu l’as fait. Tu en as été capable, tu l’as tuée … Cette personne que tu aimais. Et en se faisant, tu as tué une partie de toi-même aussi : une partie de ton humanité que tu ne récupéreras sans doute jamais. Après quelques secondes, ton cadavre devient comme flou, et semble devenir plus clair … Jusqu’à ce qu’il ressemble davantage à un hologramme, puis qu’il disparaisse. Si tu n’avais pas le cœur qui battait si fort et les mains qui tremblaient légèrement, tu pourrais croire que tu as rêvé. Mais c’était bien réel… Trop réel presque.

***

HRP



Félicitations ! Tu es venu à bout du spectre, et les admins t’en félicitent … Même si ton perso ne sortira sans doute pas indemne de cette expérience traumatisante. A bientôt pour le prochain piège …

Les admins.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 30 ans
☆ Surnom : Cassie
★ Occupation : Mentor
★ Plat préféré : Chocolat
☆District : Sept

○ Points : 470
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Lun 27 Juin - 2:03



Le pont suspendu

Attaquons...

Franchement ces jumeaux étaient de vraies teignes. Des saloperies de première avec leurs regards noirs de haine et leur manque total d’humanité, quoiqu’elle en avait peut-être un peu finalement avec sa hargne de tuer pour venger son frère… Pauvre fille, avait-elle besoin que quelqu’un lui dise que c’était fini ? Qu’elle allait mourir vu l’état dans lequel Nate l’avait mise ?

Au lieu de ça, on l’entendait mugir alors qu’elle frappait encore et encore. L’éviter n’était pas difficile et je m’amusais à lui échapper, à faire un ou deux pas en arrière pour mieux plonger sur elle ensuite. Mais le jeu ne fut drôle qu’un temps et mon amusement fini par être remplacé par la rage. Joss restait bien trop douée pour une mourante, elle aussi réussi un long moment à éviter mes coups. Même trop fière pour mourir me disais-je avec énervement.

Nate ne m’aidait toujours pas, je l’apercevais entre deux esquives en train de contempler le vide et de parler à un être invisible. Les carrières étaient donc suffisamment entraînés pour tuer des gosses mais pas assez pour ne pas tomber bêtement dans un piège des Juges. Il faudrait que j’en touche un mot à Sélène, histoire qu’elle puisse remédier au manque de jugeote de ses futurs tributs.

Joss faillit me toucher. Je tombais en arrière. Alors que Joss s’apprêtait à se jeter sur mon corps à demi dans l’eau sale des marécages,  je levai rapidement ma jambe droite et la repoussai d’un coup de pied dans le bassin. Elle chuta à son tour, éclaboussant tout autour de nous, même la silhouette fantomatique de Billie. Je l’avais presque oubliée celle-là… Mais elle n’était pas réelle, elle était morte et Aedan lui était peut-être encore en vie.

Je bondis sur mes jambes pour fondre de tout mon poids sur la silhouette ensanglantée de Joss, elle tenta un dernier coup. Manqué, dommage ma jolie, ce ne sera pas encore toi qui aura ma peau. Je la frappai alors au visage, mais elle ne broncha pas : la fierté pour son honneur et celui de son district finirait pas l’étouffer… L’étouffer…

Elle était en train de se dégager, s’extirpant tant bien que mal et réussissant grâce à la nuit noire à échapper à ma vigilance en me fourrant un dernier coup dans le ventre. Mais elle n’allait plus en avoir l’occasion.

- Allez viens, c’est bientôt la fin… dis-je dans un murmure rauque.

Jamais, jamais, elle n’aurait dû me tourner le dos même une fraction de seconde. Je sautai sur son corps pour le bloquer. J’attrapai sa tignasse emmêlée d’une main, tirai dessus de toutes mes forces pour la forcer à relever la tête et l’orientai en direction du cadavre encore chaud de son frère.

- Et maintenant tu vas le rejoindre…

La lame parcourut le cou de Joss de gauche à droite, laissant une plaie béante d’où le sang coula en cascade. L’eau sale devînt peut-être écarlate mais je n’en vis rien, la nuit sombre m’en empêcha. Ce sont les sensations de liquide chaud sur la main qui tenait la dague et de son corps devenu pantin entre mes mains qui me confirmèrent que cela en était fini des jumeaux du District Deux.

Le coup de canon vînt sceller mon acte. Elle était morte. De notre virée mortelle, ne restaient plus que moi et Nate…

Je me relevai en lâchant la chevelure poisseuse de Joss qui tomba dans le marais pour s’y noyer à jamais. Puis je regardai Nate, il paraissait toujours perdu dans ses pensées. C’était maintenant ou jamais…

Ma main se resserra autour de ma dague, une dernière fois. Un dernier meurtre et je gagnerai.

C’est alors qu’une ombre fonça sur moi, j’eus tout juste le temps de voir la chevelure pâle de ma si jeune tribute fondre sur moi tel un ange noir. Apparemment, les Juges ne m’avaient pas trouvée assez impliquée dans leur petit jeu... Mais devoir la tuer… Une seconde passa avant que je me rappelle que ce regard vide n’était pas celui de cette fillette si vive et pleine de confiance qui m’avait accompagnée, c’était celui d’une de leurs abominations. Un de leurs monstres de cirque juste là pour faire le spectacle.

Elle allait donc mourir.


« Cassandra a tué Joss - D2. »
« Cassandra attaque le spectre de Billie avec sa dague. DEMANDE DE LANCER DE DES. »
« Cassandra est dans la zone "pont suspendu" des marécages. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Mar 28 Juin - 19:50





Quatrième jour
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Piège du J4
Qui a peur des fantômes ... ? [Nate et Cassie]
__________________________


Le corps froid du spectre s’écroule à tes pieds. Tu le vois tomber au sol, mort. A nouveau mort, cette personne à laquelle tu tenais … Mais soudain, alors que tu l’observe, tu remarques que, sans vraiment que ce cadavre ne change, son corps est différent, son regard, ses cheveux … Le visage … Ce visage, tu le reconnais instantanément. Ce n’est plus celui de la personne que tu aimais. C’est ton propre visage. Sur le sol, les yeux ouverts, il semble te fixer. Ton souffle s’accélère. C’est toi, que tu viens de tuer. Les voies des Juges sont impénétrables, mais il y a là sans doute une forme de philosophie dans leurs esprits … Tu l’as fait. Tu en as été capable, tu l’as tuée … Cette personne que tu aimais. Et en se faisant, tu as tué une partie de toi-même aussi : une partie de ton humanité que tu ne récupéreras sans doute jamais. Après quelques secondes, ton cadavre devient comme flou, et semble devenir plus clair … Jusqu’à ce qu’il ressemble davantage à un hologramme, puis qu’il disparaisse. Si tu n’avais pas le cœur qui battait si fort et les mains qui tremblaient légèrement, tu pourrais croire que tu as rêvé. Mais c’était bien réel… Trop réel presque.

***

HRP



Félicitations ! Tu es venu à bout du spectre, et les admins t’en félicitent … Même si ton perso ne sortira sans doute pas indemne de cette expérience traumatisante. A bientôt pour le prochain piège …

Les admins.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 660
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Sam 2 Juil - 22:18


Arène - Corne d'abondance  









Elle avait foncé sur moi, et ma hache avait trouvé son chemin dans son ventre. Je me pinçai la lèvre, serrant les dents. Mon dieu, c’était si dur. Je tentais de garder en tête que ce n’était pas Amy, mais de l’avoir dans mes bras, la hache planté dans son si petit corps, si frêle … Je n’arrivais pas à rester cohérent. Alors que son corps tombait entre mes bras, inerte, j’enfoui pendant un instant ma tête dans ses cheveux, alors que les larmes roulaient sur mes joues.

« Je suis tellement désolé Amy … »

Je respirais ses cheveux quelques secondes avant de la déposer au sol. C’est là que je le vis … Son visage … Il était en train de changer. Mes yeux restaient fixés sur elle, mon ventre se serrait. Ne nous avaient-ils pas suffisamment torturés ? Quoi maintenant ? Mes yeux s’arrondissent. Mon dieu … Mais c’est … C’est moi. Je tombe à genou devant le corps. Je ne sais pas trop ce que ça veut dire, sans doute devrais-je me sentir choqué, mais ce que je ressens réellement … C’est du soulagement. Celui de ne plus voir le corps d’Amy à mes pieds. Je ne sais pas combien de temps s’écoule, avant que « mon corps » ne disparaisse, s’enfonçant dans le sable. Je ramasse ma hache qui tombe au sol, puis je pivote. Je vois Cassandra achever le spectre, puis le corps subi le même processus que le mien. Je ne bouge pas d’un pouce. Je lui laisse le temps … Le temps de comprendre, le temps de souffler. Puis je la vois se relever. Je sais ce que j’ai à faire. Elle le sait aussi ; nous le savions au moment où nous sommes alliés la première fois, la seconde encore plus. On savait tous les deux que le sauvetage par Nik et moi ne servait que ce but précis ; celui d’éliminer les jumeaux. Elle le sait sans doute encore plus que moi ; ce n’est pas sa première arène.

Mais quelque part, j’ai du respect pour elle. Parce que, qu’elle nous raconte ce qu’elle veut, elle n’est pas qu’une jolie mentor forte. Elle est venue, pour aider ses tributs, la fille d’abord, puis le gosse, ce gosse qui n’était même pas de son district et qu’elle a tout fait pour protéger. Et aussi parce que je pense qu’au fond, elle a un honneur. Bien plus que certains carrières, plus que ceux du deux en tout cas. J’aurais du attaquer pendant qu’elle tuer son spectre et qu’elle me tournait le dos. J’aurais eu plus de chance, une part de moi le savait. Mais ce n’était pas ce que je voulais être, ce n’était pas l’image que je voulais donner du un, ou de moi. Je n’étais pas comme ça. Malgré tout, il n’y avait pas d’autre issue possible. Je garde ma main crispée sur le manche de ma hache alors qu’elle pivote.

« On les a eu … On les a tous eu … »

Je relève les yeux vers elle. Je voulais dire merci du coup de main. Je voulais parler des spectres. Dire que ce n’était pas réel. Mais on n’en était plus là … Puisqu’il fallait le dire, je décidai de le dire.

« Ca a été un grand privilège de combattre avec vous jusque-là. Mais on savait vous et moi que ça finirait par en arriver là. »

Je brandis ma hache devant moi, plongeant mes yeux dans les siens. Amy était morte. C’était un fait. Je ne savais pas si j’avais encore envie de me battre pour moi. La seule chose qui me restait, c’était l’honneur de mon district ; je n’avais plus que ça à défendre.

« Les dames d’abord, Cassandra. »


"Nate est à la zone marécageuse - pont suspendu. "




_________________
Nathanaël Lowe

I'm sexy
and I know it ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 30 ans
☆ Surnom : Cassie
★ Occupation : Mentor
★ Plat préféré : Chocolat
☆District : Sept

○ Points : 470
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Ven 15 Juil - 13:44



Le pont suspendu

Attaquons...

Billie n’était pas vraiment une menace en réalité, elle ne l’avait jamais été… Et puis merde Cassie ce n’était pas Billie, c’était juste un petit divertissement des Juges histoire de rendre l’arène un peu moins prévisible en retardant l’inévitable combat qui devait avoir lieu entre Nathanaël et moi. Alors mon poignard virevolta dans les airs, mon corps était de moins en moins habile, baigné de blessures diverses, mais je restai Cassandra, la mentor au coeur de pierre, je ne devais pas décevoir le public pas vrai ?

Ce fut facile. Presque trop facile. Sa chair se perforait avec une aisance déconcertante, la lame glissa entre ses côtes avec simplicité. Tout comme son air vengeur disparut de son doux visage, ce visage que j’avais pleuré intérieurement. J’avais plaqué son corps contre le mien quand elle avait foncé vers moi, quand la lame s’était plantée dans sa poitrine ma main dans son dos l’avait poussée une dernière fois contre moi. Jusqu’à la garde, elle s’était enfoncée jusqu’à la garde. Puis j’avais baissé mon regard pour contempler le sien. Ce n’était pas Billie. Ca n’avait jamais été elle. Elle était morte depuis ce qui me paraissait une éternité…

Avec douceur, j’avais tiré ma dague de son corps et je l’avais laissé tomber au sol. C’était une poupée de chiffon. Comme la première fois, lorsqu’elle avait dévalé les marches. A l’époque, j’avais ressenti un savant mélange de colère et de quelque chose qui ressemblait à de la tristesse. Aujourd’hui, je n’avais personne contre qui me venger. Il n’y avait personne à venger.  

Soudainement, son apparence sembla changer. Sa peau grouilla vaguement, comme pris d’un léger spasme. Ses cheveux poussèrent. Son corps grandit. Ses traits vieillirent. Ses yeux prirent une lueur plus terne, bien moins pure. J’étais morte. Mais, le canon ne sonna pas.

Je souris. Pour une fois, les Juges avaient raison.
Bientôt le sol trembla légèrement et engloutit le cadavre de leur piège bien trop léger. Il fallait croire qu’il prenait plus de plaisir à nous choquer qu’à nous tuer. Le spectacle devait être excitant. Mon sourire grandit et j’eus un léger soupir moqueur, que pensaient-ils pouvoir nous prendre qu’ils ne nous avaient déjà pris ?

« On les a eu … On les a tous eu … »

La voix de Nathanaël me sortit de mes pensées. Nos regards se croisèrent. Impossible de nous mentir maintenant, car nous savions. Nous avions toujours su. Et quelque part, ça me plaisait que ça se finisse comme cela : entre lui et moi. De toute cette bande de carrières assoiffés de sang, il était le moins con, le moins perverti, le plus respectueux aussi. Plus que moi, même.

« Ca a été un grand privilège de combattre avec vous jusque-là. Mais on savait vous et moi que ça finirait par en arriver là. »

- Plaisir partagé Nathanaël.

Je lui souris. C’était étrange. C’était tellement différent de mes Jeux. C’était tellement différent que de voir ce mec suspendu par le pied, gesticulant en tentant de me frapper alors que je lui jetais des pierres à la tête, pour l’assommer d’abord, puis le tuer. Chaque arène avait son moment crucial, son instant décisif, celui où deux grandes puissances s’affrontaient. La dernière fois, j’avais été une puissance tranquille, de celle qu’on ne sent pas venir. Cette fois-ci, j’avais été une puissance brute, de celle qui ne retient plus ses coups. Je m’étais contenue trop longtemps.

Il était le tribut de Sélène, sans doute sa plus grande réussite depuis des années et mon amie m’avait mise en garde contre ses poulains. Pour une fois, ma beauté, tu as parié sur le bon cheval…

Tu me feras juste un plaisir… N’abîme pas trop mon joli minois et j’en ferai de même, tombeur…

J’avais besoin de cela. Besoin de dire un truc totalement détaché. Il fallait que je me donne du courage. Il fallait que je sois cette Cassandra prête à tout, cette Cassandra orgueilleuse et sûre d’elle. Cette « méchante » Cassandra, comme aurait dit Aedan. Au fond, j’espérais qu’il s’en était sorti à la corne et qu’il était en sécurité. C’était très bête en fait, j’allai combattre un carrière surentraîné et je pensais à un gosse que je connaissais à peine. Dans d’autres conditions, j’aurais ri. Pas maintenant. Cela faisait longtemps que je n’avais pas été juste moi-même.

Il leva sa hache. Il était prêt.

« Les dames d’abord, Cassandra. »

J’avais levé ma dague, dans un réflexe, quand il s’était immobilisé. Un vrai gentleman. C’était un type bien. Alors je me sentis obligée de lui dire :

- Nate… Ces fantômes, nos fantômes… C’est sans doute le truc le plus vrai que les Juges nous aient sorti depuis le début des Jeux. On est déjà morts, cela fait même très longtemps pour moi. Je marquai une pause. Personne ne gagne.

Mon regard était plongé dans le sien, il devait savoir. Il devait comprendre le truc qu’on ne disait jamais à haute voix. Il devait savoir que même s’il gagnait, sa vie était finie. Plus vite on comprenait, plus vite on pouvait construire des barrières pour s’en protéger, pour préserver le « gentil » qui restait en nous. La « gentille » Cassandra.

- Qu’on en finisse.

J’avais plongé vers Nathanaël, prête à esquiver au moindre de ses mouvements. Scrutant sa silhouette dans l’obscurité toujours aussi pesante, ma lame avait la lueur de l’éclat de ma vie. Une vie que je remettais en jeu. Mais, après tout, ici ou ailleurs, la vie n’était qu’un jeu maudit à Panem.


« Cassandra attaque Nathanaël – District 1 avec sa dague. DEMANDE DE LANCER DE DES. »
« Cassandra est dans la zone "pont suspendu" des marécages. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 660
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Sam 16 Juil - 0:12


Arène - Corne d'abondance  








« Plaisir partagé Nathanaël. »

Elle m’avait souris. Je ne savais pas trop quoi en penser. Elle semblait étrangement sincère, elle qui avait toujours une réflexion piquante à lancer. Je lui rendis un demi-sourire poli. Malgré le respect que j’avais pour elle et le désir d’en finir, je ne pensais pas que je serais capable de sourire à nouveau. Je me demandais si ça reviendrait, un jour.

« Tu me feras juste un plaisir… N’abîme pas trop mon joli minois et j’en ferai de même, tombeur… »

Je passais ma langue sur mes lèvres. Tombeur. C’était presque comique. J’aurais pu rire. Je n’avais rien d’un tombeur, je ne l’avais jamais vraiment été. J’avais joué les faux petits copains pour Channelle, justement pour avoir à m’éviter ce genre de misères. Channelle. Qu’est-ce qu’elle devait penser de mon arène. Avoir abandonné Pearl. Avoir éprouvé des sentiments pour … Mon cœur se serra. Je n’avais rien d’un tombeur, au contraire. J’étais celui qui était tombé. Je lui fis signe de commencer. Qu’on en finisse et vite. Je savais Cassandra plus forte. Mais elle était aussi plus amochée. Si j’avais été parieur, je n’aurais pas su sur qui miser. Le pire dans tout ça, c’est que je n’étais même pas persuadé d’en avoir vraiment quelque chose à faire, tant que j’offrais un beau spectacle à mon district. Lorsqu’elle leva sa dague, je parrais. Elle se stoppa dans un dernier sourire.

« Nate… Ces fantômes, nos fantômes… C’est sans doute le truc le plus vrai que les Juges nous aient sorti depuis le début des Jeux. On est déjà morts, cela fait même très longtemps pour moi. Personne ne gagne. »

J’acquiesçai. Je crois que je l’avais compris, seulement quelques minutes plus tôt. J’avais compris qu’on nous avait menti. Qu’on ne revenait pas de l’arène couvert de gloire, mais de blessures. Si Sélène avait pu me prévenir, aurais-je pris un chemin différent ? Me serais-je laissé éprouver des choses pour Amy ? Ma gorge se nouait à cette seule pensée. Parce qu’aussi étrange que ça puisse paraitre, je ne regrettais pas. J’avais l’impression étrange de m’être préparé toute ma vie pour cette arène, mais que ce n’était qu’à ses côtés que j’avais vraiment commencé à comprendre pourquoi ça en valait la peine.

« Qu’on en finisse. »

Cassandra avait plongé sur moi. C’était comme une danse. On se jaugeait l’un l’autre, sans vraiment le faire. On s’était déjà vu combattre. Je savais que techniquement, je la dépassais. On voyait à sa façon de se battre qu’elle n’avait jamais eu de règles, d’entraînement. Mais ça la rendait presque plus dangereuse. Les carrières avaient des schémas, des tics. Des modes d’entraînements qu’on pouvait distinguer clairement et qui les rendaient … Prévisibles. Cassandra était comme un animal sauvage. Elle était forte, mais sans frontières. Désorganisée mais brutale. Et elle était aussi vive qu’un serpent. Je savais que je ne pourrais pas l’avoir de loin. Il fallait que je la laisse venir. C’était collée à moi, en espace restreint, que j’aurais l’occasion de la toucher. Seulement quand elle voudrait. Soudain, elle attaqua. Je me tournai immédiatement, collant mon dos au sien et la faisant basculer en avant. C’est lorsqu’elle fut au sol que je su que je n’avais que quelques secondes pour abattre ma hache.


"Nate est à la zone marécageuse - pont suspendu. Nate réplique à Cassandra. DEMANDE DE LANCER DE DES"




_________________
Nathanaël Lowe

I'm sexy
and I know it ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Dim 24 Juil - 19:59





Quatrième jour
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games







[table][tr][td]

Un coup de canon...
Que le sort vous soit favorable...
__________________________



Nathanaël venait de porter le coup de grâce à Cassie du district 7. Quelques secondes plus tard, un coup de canon retentit…  Il était alors quelle heure déjà ? Personne n'aurait su le dire avec cette nuit éternelle et profonde qui s'était abattue sur l'arène. Le temps sembla se suspendre quelques secondes…

Tous les tributs purent entendre résonner le coup. Peu à peu, le nombre de tributs diminuait, et il devenait de plus en plus simple de deviner qui était tombé.

L'Expiation peut continuer, sans que personne ne sache, jusqu'au soir, qui sont les malheureux pour lesquels le glas venait de résonner dans l'arène ... Même si le nombre de survivants ne laisse que peu de doutes sur l'identité des personnes restantes ...

[/td]
[/tr]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 30 ans
☆ Surnom : Cassie
★ Occupation : Mentor
★ Plat préféré : Chocolat
☆District : Sept

○ Points : 470
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Dim 7 Aoû - 23:46



Le pont suspendu

The end

La hache, la dague,... Elles avaient cette façon de se croiser et s'entrecroiser, sans jamais se toucher, dans un fracas qui traduisait la rage de notre combat. Nous frappions souvent, esquivions parfois, souffrions à chaque instant. Mais l'adrénaline m'envahissait. Elle me permettait de continuer malgré tout. Nous n’avions pas le choix et même plus, nous ne l’avions jamais eu. Nos vies ne nous appartenaient pas.

J’avais bondi vers lui. Sauvage, pleine d’une force vive et violente, je tentai de l’atteindre. Je savais que son entrainement ne me fournirait aucun répit : Nathanaël faisait partie des carrières, à la fois performant et doué avec les armes, il saurait les manier pour ne me laisser aucune chance. Le tuer rapidement était la seule option qui s’offrait à moi, sinon il me tuerait. Seulement, il bascula et me jeta au sol. Un regard horrifié tandis qu’il s’apprêtait à abattre sa hache, je roulais sur le côté. Pas assez vite. La lame avait tailladé mon épaule. Mais je ne sentais plus rien.

Nous étions des animaux, des animaux sauvages mus par notre instinct de survie. Et nous voulions tous les deux survivre.

Avec un cri de rage, je me relevai et commençai à marcher doucement autour de lui. On aurait dit une louve qui jaugeait sa proie, nous n’en étions pas loin. Nathanaël n’avait pas l’air essoufflé, moi je l’étais déjà. « Résoudre ce combat au plus vite, ma seule chance », n’arrêtais-je pas de me répéter intérieurement. Plusieurs fois, les lames caressèrent nos chairs sans s’y enfoncer profondément. Nous avions mal mais il fallait se battre jusqu’à la fin et pour l’instant, cette espèce de ballet était insuffisant pour nous faire tomber à terre. Il me surprit une nouvelle fois, le manche de sa hache heurta ma joue et je sentis le liquide chaud couler sur ma joue meurtrie.

Il m’aurait à l’usure. Mon rythme cardiaque s’accélérait. Je me sentais prise au piège. Alors, je tentai ma chance et fondis sur lui. Sa hache ne lui permettait pas de visée aussi précise que ma dague, je me glissai à seulement quelques centimètres de sa lame plusieurs fois, renouvelant mes attaques sans répit puis soudain changeai de tactique en me baissant pour frapper son abdomen avant de réussir à partir en roulade sur le sol pour éviter qu’il ne m’attrape. Je souris en me redressant mais il m’attrapait par le col malgré sa blessure saignante. Je me jetai en arrière, contre son torse dans l’espoir que la douleur le fasse lâcher. Au lieu de cela, nous tombions tous deux dans l’eau sale et terne des marécages.

Dans l’eau, je sentis le corps de Nathanaël contre le mien. Il continuait à lutter, tout comme moi. Je n’avais jamais été une fan de milieu aquatique, mon truc c’était les arbres et les bois, pas la flotte… Alors je me débattais comme une forcenée, Nathanaël me blessa à plusieurs reprises alors que nous avions encore la tête sous l’eau. J’en fis de même. L’eau brune se teintait de pourpre autour de nous, nos sangs se mêlaient, combattants à jamais liés dans la mort.

Je pataugeais dans l’eau, buvais la tasse… Lorsque je chutai une nouvelle fois alors que sa hache sectionna une mèche de cheveux au passage, m’entaillant profondément la joue au lieu de la carotide visée, je retombais dans les marais et alors j’enfonçais de rage ma dague dans sa cheville. Je sentis une résistance quand le tendon céda. Encore un geste vif et la dague fut sortie. Je balançais encore un coup de poing sur la blessure et je l’entendis hurler.

Alors je me trainais hors de l’eau, tournant le dos à mon agresseur. Il fallait que je me relève, que je lui fasse face, il fallait… Soudain quand je me tournais, il était déjà là avec sa hache qui fit un grand mouvement vers moi, je fis un bond en arrière pour monter sur un rocher. Avec la nuit noire de l’arène, j’avais mal estimé la distance.

Il y eut la chaleur, puis la douleur dans mon ventre. A travers le tee-shirt, on voyait déjà le sang… Tout ce sang. C’était chaud, humide,… Presque agréable. Mes doigts se relâchèrent. La dague tomba sur le sol boueux. Déjà la tête me tourna, mes jambes lâchèrent soudainement lorsque Nate tira sa hache de mon corps et je tombais sur le sol.

J’avais chuté sur le dos. La respiration coupée par le choc pendant quelques secondes, chaque inspiration était douloureuse. C’est comme ça que ça finissait alors ? Dans la boue.

Je hoquetais, le goût ferreux du sang remplissait ma bouche. Nathanaël n’était plus qu’une ombre dans l’obscurité presque totale de l’arène quand je le vis se pencher sur moi. Qu’allait-il faire ? M’achever ? Il resta pourtant là, compatissant presque. Ce n’était définitivement pas un vrai carrière…

- Je sens plus mes jambes…  Je crois que ça veut dire que je déclare forfait beau gosse…

Je lâchai un petit rire, mais le son n’avait plus rien à voir avec le sang qui emplissait ma bouche. Nate sembla me murmurer quelque chose, mais le son était déjà lointain. Il leva sa hache, il voulait abréger.

- Non… Laisse-moi le temps de mourir… Je souris malgré le sang qui coulait le long de mes lèvres. Je n’ai pas eu le droit de vivre… Alors laisse-moi celui de mourir…

Je voulais mourir sans qu’on me l’impose. On m’avait imposé trop de choses dans ma vie. On m’avait imposé l’arène, imposé ma vie de mentor au cœur de pierre, imposé cette Expiation. Jamais je n’avais pu être moi-même, la gentille Cassandra. En cet instant, c’était pourtant elle qui était en train de mourir : la méchante n’avait jamais existé, elle n’était qu’une illusion pour supporter toute l’horreur de cette vie. Pour quoi au final ? Mourir dans la boue, comme un chien. De toute façon, je n’avais jamais été plus pour quiconque. Une chienne qui s’attaquait aux petits jeunes de son district pour les mettre dans son lit, une chienne qu’on mettait dans son lit quand ça leur chantait au Capitole.

Mourir c’était mieux. Pour tous. Surtout pour Jeremiah. Il valait mieux que moi.

Peut-être qu’il aurait des enfants. J’avais toujours cru que j’aurais détesté être mère, mais en vérité alors que je commençai à frissonner, je savais que j’aurais adoré. Ils auraient eu les cheveux blonds de Billie et le courage d’Aedan. Ils auraient été heureux. Mais ailleurs…

Les bruits se faisaient lointains. Mes pensées s’envolaient. Mes rêves et mes cauchemars étaient enfin finis. Tout comme ma vie. Une dernière larme, mes yeux se fermèrent sur ce monde qui m’avait tout pris.


« Cassandra tire sa révérence. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 660
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Dim 28 Aoû - 20:24


Arène - Corne d'abondance  







Le combat avait commencé. Cassie esquivait les coups avec une parfaite agilité. Je savais qu’il fallait que je sois prudent, surtout au début. J’étais après tout un carrière entrainé. J’avais de l’endurance. Avec une femme de son acabit, ma meilleure chance était de l’avoir à l’usure. Enchainer les coups rapidement, même s’ils échouaient, pour la fatiguer. Je fini par lui entailler l’épaule … Et je sentis que je venais de la rendre encore plus dangereuse. Elle était une femme très fière, et j’avais réussi à la toucher … Je sentais que la rage l’avait galvanisée.

Les lames volaient, mais sans donner de vraies blessures profondes. Nous effleurions nos peaux, les lames y laissant comme des dessins, mais ce n’était rien de grave, rien de mortel. Donc rien de suffisant.

Après un moment, elle changea sa tactique. Je n’y étais pas préparé, et la lame s’enfonça dans mon ventre. Un cri de douleur m’échappa et je l’attrapai par le col, tirant sur elle. Elle fonça en arrière, me propulsant avec elle dans l’eau qui se trouvait derrière. Je la lâchai finalement, et continuai à frapper dans l’eau. Je sentais déjà que je faiblissais. Sa dague m’atteignait plus souvent. Lorsque je lui ouvris la joue, elle répliqua en m’enfonçant sa dague dans la cheville. Je hurlai. C’était douloureux au-delà du tolérable. Je devais terminer le combat maintenant … Car je savais que sur terre, je venais de perdre la main. J’allais inévitablement boiter, et si elle tentait de fuir, je n’arriverais jamais à la rattraper. Alors qu’elle tentait de sortir, je levais ma hache. Lorsqu’elle pivota, je la lui plantais dans le ventre. Je la retirai. Dans ses yeux, je vis que le combat était terminé. Elle était étalée sur le dos, et déjà sa respiration se faisait plus lente. C’était fini … Mais elle souffrait. Je l’entendis me dire, d’une voix déjà à peine audible …

« Je sens plus mes jambes… Je crois que ça veut dire que je déclare forfait beau gosse… »

Elle m’arracha un sourire jaune. Je ne savais pas ce qui se passait, mais j’avais moi aussi du mal à respirer. Je me sentais mal … Presque coupable. Pourtant, je savais que c’était elle ou moi. Je me baissai à côté d’elle et posai doucement ma main sur la sienne. C’était une femme incroyable, qui ne méritait pas de mourir comme ça, dans la boue. Elle ne méritait pas d’agoniser. Je me penchai sur elle.

« Ca va aller Cassandra … Ce sera bientôt fini. »

Je ne voulais pas qu’elle souffre plus que nécessaire, aussi je levai ma hache en l’air pour l’achever.

« Non… Laisse-moi le temps de mourir … Je n’ai pas eu le droit de vivre… Alors laisse-moi celui de mourir… »

Ce n’était pas la première fois qu’elle parlait comme ça. Je n’étais pas sûr de comprendre, pourtant. Elle avait toujours semblé heureuse de sa vie, de sa condition. Mais ici, elle avait toujours parue amère à ce sujet. J’aurais voulu trouver quelque chose à lui dire. Quelque chose de beau, ou de spirituel, mais je n’avais jamais un grand orateur. Je songeais quelques secondes que Pearl aurait su trouver les mots. Alors je me contentai de tenir sa main, jusqu’à ce que sa poitrine cesse de se soulever et que ses yeux se ferment.

Même après, il me fallut quelques secondes pour me relever et la laisser. Je reculai et retournai rapidement vers le sac. Il n’y avait plus de temps à perdre. Si mes calculs étaient exacts, il devait rester trois autres personnes dans l’arène, compte tenu des coups de canon. Mais pris dans les combats, il était tout à fait possible que je me trompe. Je me dirigeais vers mon sac en boitant. Ma cheville me faisait atrocement mal, mais ce qui m’inquiétait davantage, c’était qu’elle suintait. Et puis, l’eau dans laquelle elle avait baigné était vraiment très sale. Une journée comme ça, et elle risquait de s’infecter. Heureusement, il me restait un peu de désinfectant dans le sac. Je l’ouvris et versai une partie de la bouteille dessus. Mon visage se crispa de douleur au contact du produit, mais j’éviterais au moins que cela ne s’infecte. Je mis le reste sur la plaie que Cassandra m’avait fait au ventre, mais qui était beaucoup moins vilaine, et je laissai la bouteille sur le sol. Puis je tentai de me redresser.

Il n’y avait aucun doute sur le chemin à prendre. Si on était si peu nombreux, les juges allaient inévitablement nous pousser à nous retrouver. Et le carrière en moi avant toujours ce même instinct de retourner à la corne, point central, d’où je pourrais essayer de traquer les survivants. Je pris une profonde inspiration et commençai à avancer. Ma jambe me faisait souffrir, aussi j’entrepris de ramasser un bâton assez grand pour pouvoir me reposer dessus et garder mes forces pour les combats. Puis je pris la direction de la corne, en marchant d’un pas lent. J’avais envie d’en finir, mais rien ne pressait … Plus maintenant.

"Nate est à la zone marécageuse - pont suspendu. Nate va vers la corne d'abondance.
Nate a perdu 50 pvs au combat (entendu avec Cassandra avant le combat). Nate utilise son désinfectant. Il récupère 15 pvs."





_________________
Nathanaël Lowe

I'm sexy
and I know it ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Sam 3 Sep - 22:35





Festin, fin J4
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Besoin ou nécessité ? ...
Que le sort vous soit favorable...
__________________________



Un vent froid se lève, la nuit noire semble soudain devenir moins sombre même si vous avez l’impression que des ombres inquiétantes continuent de vous scruter alentours. Un son strident s’élève, porté par le vent.  Quelques secondes passent. Vous vous arrêtez, l’angoisse monte…  Quand l’hymne du Capitole retentit, vous vous sentez presque soulagé avant de vous interroger : une journée a-t-elle déjà pu filer depuis la précédente projection dans le ciel ? Ce n’est pas possible, à moins que vous ne perdiez la notion du temps… ou simplement l’esprit…

Vos repères sont chamboulés alors qu’à peine la musique éteinte une voix aux accents aigus, pleine de bons sentiments capitoléens, résonne dans l’arène.

- Bonjour ou plutôt devrais-je dire bonne nuit chers tributs ! Ahahah même moi je m’y perds ! Mais ce n’est pas pour vous parler horloge que je viens vers vous mais parce que l’étau se resserre…

Elle laisse ce dernier mot faire son petit effet, puis ajoute sur un ton des plus sérieux :

- Et chacun d’entre vous a besoin désespérément de quelque chose… Quelque chose sans quoi il ne pourra espérer remporter la victoire…

La lune paraît refaire surface, ses contours luminescents sont encore flous mais vous la devinez qui reprend sa place au-dessus du centre de l’arène, au-dessus de la pyramide.

- Lorsque la lune réapparaîtra totalement dans le ciel, alors ce que vous désirez plus que tout en fera de même juste sous elle… Mais attention, tic tac tic tac… L’heure est grave et il va falloir se décider à rejoindre le festin…

Le rire cristallin de Selena Blewstone se répercute contre les parois invisibles de l’arène avant de s’envoler avec pour compagne un nouvel hymne qui s’éteint bientôt à son tour.

Désormais, les dés sont relancés. Tout peut arriver. Alors tributs faites vos jeux, rien ne va plus...

HORS RP
Explications
__________________________





Chers petits tributs en sursis,

Vous l'aurez compris, la fin est proche. Voilà le festin qui se profile. Vous y trouverez quelque chose qui pourra aider votre personnage dans cette fin d'arène. Les sacs sont nominatifs (Chloé et Jason, vous aurez tous les deux un sac différent).

Allez-vous y aller ou pas ? C'est un risque qu'il n'appartient qu'à vous de prendre ...

Bonne chance.

Le staff (qui vous aime et vous torture affectueusement Bisous)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 660
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Lun 6 Mar - 7:57


Arène - Corne d'abondance  







J’avais avancé vers la corne, mais je m’étais arrêté derrière un buisson pour reposer ma jambe. J’avais fait rapidement les comptes, et si je n’avais rien raté, nous n’étions plus que quatre à pouvoir prétendre au titre de mentor de notre district. Et d’après mes observations, il n’y avait plus de réelles menaces. Je ne serais pas fixé avant l’annonce du soir, mais a priori il n’y avait plus de carrières et plus de mentor, à par peut-être Pearl, même si vu son état, j’avais un énorme doute sur le fait qu’elle ait pu survivre au carnage de cet après-midi. Alors que je réfléchissais, la musique du Capitole retentit. J’analysais tout ça d’une drôle de manière, comme si j’étais hors de mon corps, au centre d’entraînement en train de regarder une video des jeux. Le pire, c’est que je m’en rendais à peine compte … On aurait clairement pas dit que ma vie était en jeu … Je levai instinctivement les yeux vers le ciel, attendant que les visages apparaissent … C’était presque effrayant quand j’y pensais ; je n’avais plus aucune notion du temps et je ne me rendais même pas compte qu’une journée ne s’était pas encore écoulée. En réalité, j’avais l’impression que cela faisait déjà plusieurs jours depuis la dernière vraie nuit.

« Bonjour ou plutôt devrais-je dire bonne nuit chers tributs ! Ahahah même moi je m’y perds ! Mais ce n’est pas pour vous parler horloge que je viens vers vous mais parce que l’étau se resserre… Et chacun d’entre vous a besoin désespérément de quelque chose… Quelque chose sans quoi il ne pourra espérer remporter la victoire… »

Je fixai la corne. C’était donc le moment. En effet, comment avais-je pu ne pas y penser. Le festin. Bizarrement, l’idée ne m’emplissait d’aucun sentiment. De quoi aurais-je bien pu avoir besoin ? Peut-être quelque chose pour ma jambe, et encore … La seule chose dont j’avais vraiment besoin … Mon souffle se brisa. Ce dont j’avais vraiment besoin, personne ne pourrait plus me le ramener. Je fermai les yeux une seconde. Je ne pouvais pas penser comme ça, pas maintenant. Il fallait que je pense à autre chose. Pourtant, sans même que je e contrôle, une larme roulait déjà sur ma joue. Je serrai les dents. Concentre-toi sur l’annonce, ne pense à rien d’autre,  rien d’autre. Je me concentrai pour penser à mes mots, à mon souffle, à la feuille devant mon nez … A n’importe quoi, mais pas à Elle … Sans quoi j’étais perdu.

« Lorsque la lune réapparaîtra totalement dans le ciel, alors ce que vous désirez plus que tout en fera de même juste sous elle… Mais attention, tic tac tic tac… L’heure est grave et il va falloir se décider à rejoindre le festin »

Mes yeux se tournèrent vers la corne. Au final, rien ne pourrait m’aider, seulement la fin de cette arène. Il fallait que cela s’arrête, qu’on me sorte de là. Et la seule solution était l’élimination rapide de tous les tributs restant. Ils devaient penser, à raison, que la plupart des carrières étaient tombés. Et ils devaient tous être blessés et démunis, autrement dit, ils allaient tous prendre le chemin de la corne. C’était là que je pourrais en finir.

Soudain, je vis une forme courir dans ma direction. Doucement, je me baissai derrière le buisson pour voir ce qui venait vers moi. Je plissai les yeux. Aedan. Alors que je le regardai, sa taille me frappa. Il était si petit, si frêle. Je sais ce que tout le monde pense. Que cela doit être dur, de tuer un petit être sans défense comme celui-là. J’aurais sans doute pensé pareil il y a quelques heures à peine. Mais tout ce qui me venait à l’esprit, c’était « comment ? ». Comment un petit bonhomme aussi chétif que celui-là avait-il pu survivre à la corne quand Amy … Je fermai les yeux une demi-seconde avant de les porter sur lui. Et tout ce que je pouvais penser, c’était à quel point il serait simple de briser son petit cou. J’en étais là. Moi qui avait voulu me donner des grands airs et me prétendre différent, je n’étais plus au final qu’un carrière. Peut-être un pire que les autres, au fond, puisque j’avais tenu à faire comme si on pouvait faire autrement. Il me semblait vaguement avoir eu une discussion à ce sujet avec Pearl. Sur comment on ferait tout pour donner une image différente. Mais j’avais vu d’autres choses dans l’arène à cette époque. Je voyais la gloire de mon district, la joie d’être mentor, l’honneur sur ma famille. Mais entretemps, il y avait eu Amy. Et je prenais seulement conscience de ce qui m’avait retenu tout ce temps, retenu de courir après des tributs … J’avais cessé de penser à l’après-arène. Je n’avais plus envie qu’elle s’arrête, parce que j’en savais les conséquences. Mais je n’étais plus dans aucun de ces états d’esprit maintenant. Je voulais juste que ça se termine. J’aurais pu arrêter Aedan, lui parler. Lui faire croire que Cassie était blessée à l’arrière et discuter en l’amenant quelque part, tout en parlant pour découvrir comment Amy était … Mais je ne voulais pas savoir. J’aurais tout le temps de voir, dehors. Je voulais juste sortir. Alors, lorsqu’il arriva à ma hauteur, je sorti du buisson et lui fis face. Je reconnaissais à peine ma propre voix.

« Bonsoir Aedan. »

Je vis son regard passer de moi à ma jambe, puis de chaque côté de mon corps. Il se demandait sans doute s’il pouvait fuir. Le pouvait-il ? Même avec ma jambe, c’était sans doute compromis. En deux enjambées, j’en rattrapai quatre de ses petites jambes.

« Intelligent de ta part, de sauter le festin. »

Ma voix était glaciale, presque méconnaissable. Pourtant il ne semblait pas effrayé. C’était à n’y rien comprendre. Il me fixait dans les yeux, sans bouger. N’allait-il pas tenter de fuir ? Mais soudain je compris. Lorsque ses yeux rencontrèrent les miens, je compris ce qui le paralysait. C’était exactement la même chose qui m’avait paralysé plus tôt. Evidemment, pour lui, ça n’avait pas du paraître si évident que pour moi. Cassandra était forte. Il avait du compter les coups, espérer. Espérer qu’elle avait survécu. Mais c’était un gosse intelligent, et il venait de comprendre que le survivant du combat qui s’était déroulé, c’était moi. Et donc, mathématiquement parlant, pas elle. La douleur dans ses yeux me renvoyait la mienne en pleine face.


"Nate est à la limite zone marécageuse - pont suspendu / corne d'abondance."




_________________
Nathanaël Lowe

I'm sexy
and I know it ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Dim 2 Avr - 21:04







J’étais caché derrière le buisson, fixant la corne, lorsque j’entendis un bruit derrière moi. Nathanaël. Je reculai d’un pas. Le fait qu’il soit là devant moi diminuait clairement mes chances de survivre, j’en avais conscience.

« Bonsoir Aedan. »

Sa voix était … Différente. Je l’avais toujours trouvé plutôt rassurant, voire un peu enjoué pour un carrière. Là sa voix était froide … Menaçante. Je baissai les yeux. Sa jambe était blessée. Un élan d’espoir monta en moi. Est-ce que je pouvais le semer à la course ? Je n’en étais pas sûr. Nous avions été alliés par le passé. Tenter de fuir maintenant signifierait clairement la fin de cela, et je ferais de moi une proie. Tant qu’il ne tentait rien, je pouvais encore espérer ne pas devenir une cible.

« Intelligent de ta part, de sauter le festin. »

Cette fois je n’avais pas de doute. C’était une menace à peine voilée … J’avais presque pu entendre le « mais pas assez » … Lorsque mon regard croisa le sien, je vis qu’il avait changé. Il semblait dur. Comme un carrière. Et c’est là qu’une voix dans ma tête me frappa. C’était le meurtre qui l’avait sans doute changé. Cela ne pouvait être que cela. Avoir tué, ça change quelqu’un. Mais il l’avait déjà fait. Au fond, je refusai de penser à ce que je savais déjà dans ma tête. Il avait tué Cassie. Il était le seul assez fort pour … Les larmes montèrent dans mes yeux alors que je les plongeais dans les siens.

« Cassandra …. ? »

Est-ce que je voulais vraiment une réponse ? Je jettai un regard désespéré derrière lui. Une part de moi voulait lui sauter dessus et la venger. Une autre voulait fuir, lâchement, mais fuir. Sauver ma vie. Mais je n’arriverais jamais à le prendre de vitesse. Pas s’il me poursuivait. Et il le ferait, il n’y avait pas de doutes à avoir là-dessus … A moins que … Je tentai un coup de désespoir. C’était vraiment ce que j’étais : désespéré.

« Tu peux me tuer. Je ne suis pas assez fort pour résister, alors vas-y. Mais je vais essayer de fuir, de me débattre. Tu vas perdre du temps. Est-ce qu’Amy est assez intelligente pour ne pas être aller au festin elle aussi ? Je suppose que c’est un pari à prendre … »

J’avoue c’était fou. Surtout que je savais pertinemment qu’Amy était partie vers l’Oasis, et que Nate ne semblait plus être le gentil garçon que j’avais rencontré par le passé. Pourtant, lorsque je prononçais le nom de la fille du cinq, je vis quelque chose s’allumer dans son regard …


"Aedan est dans la zone marécageuse centre. "

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Ven 5 Mai - 16:21

Nathanaël F. Lowe - D1





Aedan me fixait et je savais qu’il avait envie de fuir. Dans ma tête, tout s’était éteint. Je savais ce que j’avais à faire et ma main s’était déjà crispée sur le manche de ma hache. Ca se réglerait en un coup ou deux, surtout si je les plaçais bien. Soudain, son regard plongé dans le mien me frappa. Il souffrait. Cela n’allait plus durer…

« Cassandra…. ? »

Je le fixai en retour. Qu’est-ce qu’une réponse allait lui apporter ? Elle s’est bien battue, j’aurais pu le lui dire, mais quel réconfort y avait-il à y trouver ? Elle était morte, et jamais plus il ne la reverrait. Jamais il ne reverrait son sourire, ses cheveux onduler sur ses épaules, son regard de … Je serrai les dents. Il ne fallait pas penser à tout cela, ça n’apportait rien. Moi je ne voulais rien savoir. Il avait sans doute les réponses, mais ce n’était pas la curiosité qui me rongeait : c’était la rage. Lorsque je rentrerai au district, on me repasserait les images en boucle. Je saurais bien trop tôt. Cependant, Aedan n’attendit pas ma réponse pour continuer.

« Tu peux me tuer. Je ne suis pas assez fort pour résister, alors vas-y. Mais je vais essayer de fuir, de me débattre. Tu vas perdre du temps. Est-ce qu’Amy est assez intelligente pour ne pas être allée au festin elle aussi ? Je suppose que c’est un pari à prendre… »

Les jointures de ma main blanchirent imperceptiblement sous le halo clair que la lune montante commençait à dispenser sur l’arène. Tout mon corps s’était tendu, comment osait-il jouer cette carte ? Soit il ne savait rien, soit il savait et dans ce cas… Une pensée terrible me traversa l’esprit : s’il savait et n’hésitait pas à jouer cette carte, alors il « méritait » de mourir. Une colère froide s’était emparée de moi. Je dévisageai Aedan en silence, sans savoir pourquoi je retenais encore ce coup qui ne demandait qu’à faucher une vie pour me libérer de cette arène.

« Je sais Aedan », dis-je d’un ton brutal qui ne me ressemblait pas. « Je sais qu’elle… »

Ma voix s’étrangla. Je ne pouvais plus parler, l’oxygène semblait me manquer alors qu’une bouffée d’une rage qui exhalait la tristesse le remplaçait. Il ne fallait plus que je réfléchisse, cela était trop douloureux et ne menait à rien. Seul le sang pourrait me conduire à la seule chose qui avait encore un sens : en finir avec cette arène.

Je n’eus pas besoin de prendre une inspiration, je n’eus pas besoin de me concentrer sur l’action ni même de viser parce que j’allai faire ce à quoi j’avais été entraîné depuis mon enfance. J’allai faire ce à quoi j’aurais dû m’en tenir durant toute cette Expiation. J’allai faire la seule chose qui me restait à faire. Tuer les autres tributs. Et cela commençait avec Aedan.

Etrangement, je ne ressentis rien quand je plongeais sur lui à part peut-être une espèce de soulagement froid de me déconnecter de toute réalité, de tout regret, de tout souvenir d’elle…


« Nate attaque Aedan (D6), avec sa hache. - DEMANDE DE LANCER DE DES. »
« Nate est à la limite zone marécageuse - pont suspendu / corne d'abondance. »




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Sam 6 Mai - 0:46

Aedan T. Cowl - D6






Le silence de Nate était angoissant, une espèce de calme avant la tempête... Comme lorsque le chef venait vérifier notre travail et nous regardait de haut quand il remarquait qu'on avait pas assez serré une pièce. Sauf que là, il ne s'agissait pas que d'une remontée de bretelles. Tout pourrait virer au carnage et c'était moi qui en ferai les frais. Je n'arrivais pas à lire l'expression sur son visage blême. A quoi pensait-il ? Je ne crois pas que je voulais vraiment le savoir. Ses yeux scrutaient le vide avec un air détaché mais, quand ils se fixèrent sur mon visage et ne le lâchèrent plus, il me sembla que ma respiration s'était arrêtée.

« Je sais Aedan », me répondit-il d'une voix qui sonnait étrangement dans sa bouche. Une voix grave et sans appel qui me fit froid dans le dos. « Je sais qu'elle... »

Les derniers mots se heurtèrent à un mur invisible et ne franchirent pas ses lèvres. Il avait l'air de souffrir du même sentiment que moi : le désespoir. Ses traits étaient tirés dans une expression de souffrance contenue. Mais de quoi parlait-il ? Pourquoi paraissait-il penser qu'elle était morte ? Je ne comprenais pas ce qui le prenait !

J'étais sur le point de le rassurer, de lui dire qu'elle était simplement partie de l'autre côté de l'arène. Il avait sans doute tué Cassandra lui-même et pourtant je ressentais ce besoin de lui dire que Amy allait certainement bien et qu'il ferait mieux de la rejoindre. J'avais même commencé à faire un pas vers lui, tant cette lueur de détresse dans son regard m'avait touché.

Au lieu de cela, j'aperçus au dernier moment son regard s'assombrir. Il devînt d'un noir d'encre et en moins d'une seconde il se précipita sur moi en brandissant sa hache. Ma bouche s'ouvrit pour lâcher un cri d'effroi. J'avais toujours cru que, lorsque cet instant arriverait, je ne bougerais pas : mes muscles resteraient tétanisés et mon corps laisserait la lame s'enfoncer sans rechigner à accueillir la froideur de la mort. A vrai dire, je ne sais pas exactement comment je me l'étais imaginé. Je ne m'en souvenais plus, c'était lointain : tout comme l'alliance précaire qui m'avait un temps lié à ce carrière.

Je sentis le sol heurter mon corps, mes avant-bras écorchés par les branchages qui jonchaient la terre boueuse. Je crus voir l'éclat de la lame me frôler et s'éloigner de moi dans le même temps. Quand aucune douleur irréparable ne me trancha la chair, je me demandais si je n'étais pas déjà mort avant de comprendre que j'avais réagi instinctivement en me jetant sur le côté. Nate venait de me manquer et, alors qu'il comprenait que son coup n'avait pas rencontré sa victime, je compris qu'il n'était plus l'heure des négociations.

Il fallait partir, courir, s'enfuir... Alors, je me levai en trébuchant presque dans la précipitation. Mes pieds me portèrent, me projetèrent vers l'avant dans une course effrénée. Le paysage nocturne,  où les arbres sordides projetaient leurs ombres tout autour de moi, traçait des ombres maléfiques. Dans mon sillage, j'espérais laisser le carrière suffisamment surpris pour prendre un peu d'avance. Toutefois, impossible de regarder en arrière : la peur était bien trop violente. Je ne faisais absolument pas attention à la direction que j'empruntais : m'éloigner était mon seul but, mon unique destination. Les alliances n'étaient plus, tous ceux qui avaient tenté de me protéger étaient morts et je leur devais de tout faire pour rester en vie.

Plus encore, je ne voulais pas mourir.


"Aedan prend la fuite et essaye d'échapper à Nathanaël".
"Aedan est dans la zone marécageuse centre. "

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Dim 7 Mai - 19:20

Nathanaël F. Lowe - D1





Cela avait été si facile finalement de voir son petit corps se rapprocher de moi quand j'avais fondu sur sa silhouette si frêle. Mes muscles s'étaient agités dans une symphonie parfaitement exécutée, je n'en ressentais aucune tension : bien au contraire, cette énergie à l'état brut qui venait de s'éveiller agissait comme un anesthésique à mes pensées. Toute réflexion chassée par l'action, l'arène et tout ce qui avait pu y avoir lieu me parurent soudainement plus simples, plus lointains aussi. De toute façon, rien ne servait plus de songer au passé : il était révolu, ainsi que tout ce qui avait pu arriver avant... Même ses lèvres contre les miennes...

Tout cela n'avait plus de sens. Rien n'avait de sens. Pas plus que cette vie que je m'apprêtais à faucher. Tout ce qui restait de moi, c'était une force brute. Cette rage que je n'arrivais plus à contenir devait exploser, se déployer et faire la seule chose dont j'étais finalement capable : tuer et faire honneur à mon District, même si cette notion avait à présent une saveur plus âcre.

Ma hache fendit l'air, la main crispée sur la poignée. Elle se ficha dans un tronc à l'arrière des buissons, à l'endroit même où l'ombre d'Aedan s'était tenue quelques instants plus tôt, avant qu'il ne roule sur le côté pour m'échapper. Abasourdi, mon regard se porta sur lui : à peine à quelques mètres de moi, il se relevait déjà et commençait à courir à perdre haleine. A me fuir. Ma poigne trembla, ma mâchoire se serra, ma vision fut floutée sans que je n'en comprenne la raison.

C'était insupportable. Pas de l'avoir manqué, non. Sa fuite, ses pas qui le portaient loin de moi étaient autant de minutes supplémentaires que j'aurais à passer dans l'arène. Il était hors de question que ma présence ici se prolonge, je ne supportais plus la vue de la corne entre les branches tortueuses ni même l'air humide qui brûlait mes poumons. Je ne supportais plus ce à quoi tout cela me faisait penser. Alors d'un geste sec, sans dire mot, j'arrachai la lame de l'arbre mutilé et me jetai à la poursuite d'Aedan.

Bien sûr, ma jambe m'élança et j'eus un sourire au coin des lèvres : finalement Cassandra aurait veillé sur son protégé jusqu'à la fin en m'handicapant ainsi... Cependant, l'envie qui bouillonnait en moi effaça un peu plus la douleur à chaque foulée. Désormais, j'allai le rattraper coûte que coûte, puis j'irai guetter à la corne avant que la lune n'éclaire un dernier combat...



« Nate poursuit Aedan (D6). - DEMANDE DE LANCER DE DES. »
« Si Nate rattrape Aedan (D6), il l'attaquera immédiatement avec sa hache. - DEMANDE DE LANCER DE DES. »
« Nate est à la limite zone marécageuse - pont suspendu / corne d'abondance. »



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Dim 7 Mai - 22:16

Résultat : Nathanaël parvient à rattraper Aedan alors que celui-ci s'enfuit : son action est ainsi interrompue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Mer 17 Mai - 1:14

Aedan T. Cowl - D6






C'était terrible. La panique était totale. Depuis mon entrée dans l'arène - ou plutôt depuis la Moisson -, une multitude de sentiments s'était bousculée en moi : bien plus que je n'en avais jamais ressenti tout au long de ma vie. Dès que mon nom avait résonné sur cette place, j'avais su que je ne reviendrai pas. Mes frères et sœurs finiraient par n'être qu'un vague souvenir d'une autre vie, je n'avais pas quitté ma famille que pour rejoindre un autre monde. Je l'avais quittée pour toujours.

Puis il y avait eu Vahine et surtout Mikel. C'était un bon mentor, il avait essayé de nous protéger tous les deux mais il y avait eu les Juges. Ils avaient joué avec les alliances et à nouveau j'avais quitté deux personnes auxquelles je m'étais attaché.

Pourtant, Cassandra était celle qui avait réellement fait prendre un tournant décisif à mon arène. Elle m'avait fait prendre conscience que je pouvais être plus qu'un banal tribut qui attendait sagement sa fin ou comptait sur un autre pour le sortir de là. Elle m'avait fait comprendre que je pouvais décider de ne plus subir, mais de me battre. Comme elle le faisait. La "gentille Cassandra". Il l'avait tué. Je l'avais perdue, elle aussi.

L'Expiation n'avait été qu'une succession de séparations, toutes plus douloureuses les unes que les autres. Les larmes de peur brouillaient ma vue, les arbres se confondaient en une broussaille humide où les monstres tapis pouvaient surgir à chaque recoin. Les troncs n'étaient que des cachettes supplémentaires, les feuilles tombaient en cascade le long des branches tortueuses en rideaux inquiétants qui pourraient m'aider à disparaître autant que m'engloutir dans leurs filets. Je courrais à perdre haleine, mon souffle rauque contrastant avec le son cristallin de l'eau des marécages dans laquelle mes jambes s'enfonçaient à chacune de mes foulées. Si je continuais ainsi à courir, à filer sans jamais me retourner alors peut-être l'image même de sa silhouette de carrière surentraîné s'effacerait-elle... Il pourrait devenir un souvenir, comme ma famille, comme Vahine, comme Mikel, comme Cassandra... Il pourrait me laisser vivre. Maintenant que je m'en sentais enfin capable.

C'est à cet instant que je les entendis. Des pas lourds qui transpiraient la puissance. Des pas rapides qui me harcelaient de leur colère. Des pas qui puaient la mort. Ma course s'accéléra encore.

Dans mon esprit, tout n'était que désordre : aussi chaotique que ma fuite inexorable. Mon visage fut fouetté par des branchages avides, je ne m'arrêtai pas et me battis. Peu m'importait vers où je courrais, je courrais c'est tout ! M'échapper était ma seule chance, la dernière qu'il me restait. J'aurais aimé crier "au secours" et croire que quelqu'un viendrait m'aider comme plus tôt dans la nuit, tout était si différent à présent. La transformation des alliés en ennemis avait été brutale, tout avait basculé si vite.

Je manquai de trébucher sur une racine saillante, je sautai au-dessus d'une autre. Acrobate des marais. Derrière moi, j'entendais Nathanaël gagner du terrain, se rapprocher à chaque seconde. Bientôt, il serait sur moi : cette évidence me broyait d'une terreur insoutenable. Dans une dernière tentative, j'accélérai encore. Les larmes redoublaient à présent, j'avais si peur.

Quand les sons se répercutèrent dans mon dos, me happant avec brutalité, je compris. La poigne me saisit avant même que le frisson eut le temps de geler mon front où la sueur coulait à grosses gouttes. L'effort avait été intense : insuffisant. Je sentis à peine sa main me tirer en arrière, car déjà mon dos plaqué sans ménagement à une surface rugueuse et dure me coupa la respiration. Mes paupières se fermèrent sous la douleur du choc pour s'écarquiller dans une supplique terrible l'instant d'après.

L'éclat de la lame avait été fugace, de même que la douleur qui s'éteignit dans un soupir silencieux. Mes pensées disparurent dans le même voile qui enveloppa la vague silhouette de Nathanaël, ma poitrine ne bougeait plus. Mon cœur s'était arrêté, brisé en deux parts irréconciliables. Celle d'un Aedan docile qui avait existé avant l'arène, celle d'un Aedan battant qui avait tout tenté pour survivre : peut-être n'y avait-il pas cru assez fort... Le vide m'engloutit avec une avidité funeste.

La scène ne dura pas plus d'une seconde. La tête du tribut du District Six retomba mollement sur le côté de son frêle corps maintenu debout par une hache qui avait broyé ses os, transpercé ses poumons et scindé son palpitant pour se ficher jusque dans le tronc où il était plaqué. Comme un condamné à mort. C'était ce qu'il avait été depuis sa sélection, il le savait et peut-être était-ce pour cette raison que nulle crispation ne se lisait sur son visage devenu encore plus enfantin.

Ce gosse du Six n'avait même pas eu le temps de voir dans l'obscurité qui se refermait sur lui une dernière image rassurante. Sans doute était-ce cela que de vivre une existence où tout vous happe et vous maltraite, où tout vous touche et vous broie... Rien. Absolument rien auquel vous raccrocher, si ce n'est l'idée folle de ce que vous auriez pu être. Ce que vous étiez en train de devenir grâce à eux. Grâce à ceux qui vous avaient précédé dans cette vallée de l'ombre...


"Aedan (D6) a été rattrapé par Nathanaël (D1)".
"Aedan (D6) a été attaqué par Nathanaël (D1)".

"Aedan vient de mourir."

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   Lun 22 Mai - 1:14

Nathanaël F. Lowe - D1





Cette course soulevait en moi des souvenirs de jours radieux au District Un. Je courrais, les autres carrières sur mes talons. L'entraînement visant à améliorer notre rapidité et notre endurance faisait tout autant partie de notre formation que le combat : néanmoins et contrairement au gamin qui filait devant moi, ce n'était pas destiné à nous permettre de nous enfuir. Son unique objectif était de nous permettre de ne pas nous laisser distancer sur le chemin de la victoire et c'est exactement ce que je m'appliquais à faire.

Chaque foulée me rapprochait d'Aedan, même si son corps agile évitait bien plus facilement les obstacles qui jonchaient notre route dans ce marais boueux que ma lourde ossature de tueur. Oui, de tueur. Mes motivations n'étaient plus les mêmes que celles que j'avais pu avoir quand j'avais choisi de participer à l'Expiation, mais cette vérité était désormais ancrée en moi. Je ne pouvais nier cet instinct qui me poussait à vouloir en finir avec ces Jeux. J'avais besoin de sortir d'ici, d'oublier... Et si cela passait par la mort des derniers survivants, qu'il en soit ainsi.

Il avait parlé d'elle, il avait osé. Il savait sans doute, ce qui s'était passé. Mais il ne dirait rien. Cette idée me broya encore davantage le cœur, l'enserra dans ma poitrine où il me parut saigner. La colère réussissait l'exploit de panser cette plaie, je la laissai m'envahir tout entier et gagnai du terrain. A peine fut-il à portée que ma main se tendit en avant et le saisit par le dos de sa veste, presque trop grande pour lui.

J'eus l'impression de tenir une simple poupée de chiffon dans ma poigne, un de ces mannequins de combat qu'on passait notre temps à trimballer d'un côté à l'autre de la salle de centre... Ce fut tellement simple d'agripper le tissu, de le tirer en arrière pour que son dos heurte un des nombreux arbres qui nous entouraient et construisaient notre ring. Il ne l'avait même pas encore touché qu'un second mouvement vînt plonger la lame de la hache dans sa poitrine. Je ne lui avais laissé aucune chance.

Ma respiration haletante effaça son dernier soupir que je n'entendis pas. Mon regard croisa le sien, où la lueur de vie s'était éteinte en ne laissant plus que deux ronds d'un noir d'encre. Tout s'était passé si vite.

Si naturellement.

Tous mes muscles me tiraient. Quant à la colère, elle avait presque disparu pour laisser place à une espèce de soulagement sournois. Je regardais le corps d'Aedan comme s'il n'était pas réel, plaqué contre ce tronc rugueux et le torse barré du reflet métallique de la lame encore glissée entre ses côtes. Bien sûr, tout cela était aussi réel que moi me portant volontaire lors de la Moisson, aussi réel que la mort de ma co-tribut, aussi réel que la mort d'Amy.

D'un geste vif, je tirai mon arme de la chair fendue du cadavre du tribut du Six. Le canon tonna, résonna dans le silence de la nuit qui s'éclaircissait doucement. Après une gerbe d'éclaboussures de sang qui teintèrent mon tee-shirt, il chuta au sol dans une position grotesque. J'inclinai la tête sur le côté pour le contempler calmement maintenant que la colère s'était transformée en blessure douloureuse qui grognait dans ma poitrine.

La mort était la seule amie qu'il me restait. Elle m'avait pris beaucoup, désormais elle allait me rendre ma liberté.


« Nathanaël (D1) a tué Aedan (D6). »
« Nate est à la limite zone marécageuse - pont suspendu / corne d'abondance. »



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
« »


MessageSujet: Re: Jour 4 - Pont suspendu (centre)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jour 4 - Pont suspendu (centre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Marécage feuillu-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit