Partagez | 
 

 Une adversaire digne de ce nom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Une adversaire digne de ce nom    Sam 29 Mar - 9:32





Pearl & Channelle





Flashback ***

J’étais au centre des carrières en train de m’entraîner avec Pearl. Nous venions chacune de mettre un autre carrière à terre, et avions fini par se mettre l’une contre l’autre. Aujourd’hui c’était combat au corps à corps, et j’avais toujours le dessus dans cette discipline. Je lui avais souris, un peu par provocation car nous nous battions toujours ensemble, et nous savions l’une comme l’autre que j’allais plus que probablement remporter ce combat, mais ayant toutes les deux une volonté d’acier, je savais qu’elle ne se laisserait pas faire et que ça serait malgré tout plus musclé qu’avec mon adversaire précédent. De plus, on commençait par bien se connaître l’une l’autre. La plupart des adversaires que j’affrontais passaient leur temps à protéger leur visage ou le bas de leur corps,  comme à peu près n’importe qui ; c’était un réflexe. Par conséquent, j’orientais la plupart de mes attaques vers le buste, souvent au centre du torse ce qui bloquait la respiration de mon adversaire et me permettait d’avoir le dessus assez rapidement. Pearl s’y était laissée prendre au début, mais maintenant je ne l’atteignais plus si facilement. C’était plutôt intéressant : cela m’obligeait à diversifier mes attaques.

Après quelques minutes de combat « léger », où on s’attaquait sans vraiment chercher à gagner mais plutôt pour se mettre dedans, nous passions toutes les deux à l’offensive. Elle attaquait souvent sur mon côté gauche, qui était plus faible que mon côté droit … Elle le savait très bien. Et moi, je savais qu’elle savait mes défauts et mes habitudes : attaquer le torse. Aussi, je décidai de feinter et de frapper l’intérieur de sa cuisse avec mon genou, en prenant soin d’être suffisamment éloignée pour pouvoir y mettre tout le poids de mon corps, lui faisant ainsi perdre l’équilibre. Immédiatement, je me jetais sur elle et bloquait ses bras pour l’empêcher de se relever pendant les cinq secondes réglementaires. Je lui souris, triomphante. Je me relevai et lui tendit la main, sachant qu’elle risquait de la refuser … Sur ce point nous étions toutes les deux de très mauvaises perdantes. Soudain, les mains claquèrent derrière nous, signifiant que c’était la fin de l’entraînement. Le coach nous annonça alors que demain serait une séance théorique, sur les anciens gagnants des jeux et leurs habitudes de combat. Je grimaçais et jetai un œil à Pearl. Bon sang, on les connaissait par cœur ces conneries. Ca ne nous ferait pas gagner qui plus est, on n’avait pas tous la même morphologie, et le coup favori d’un homme de vingt kilo de plus que nous n’aurait jamais la même efficacité …

◄ CHANNELLE ►
« J’en ai ras-le-bol des entrainements théoriques sérieusement. Ca fait dix ans qu’ils nous les rabâchent, ils n’en ont pas marre ? »

Je jetai un œil à Pearl et la vit acquiescer. Je savais qu’elle pensait à ce que je pensais : perdre une journée pour ça, c’était stupide. Aussi, je lui souris à nouveau avec un air de défi et d’amusement à la fois, car je savais pertinemment qu’elle n’allait pas refuser ma proposition.

◄ CHANNELLE ►
« Je ne sais pas toi, mais je ne me sens pas très bien. A mon avis demain, je serais très malade. »

On échangea un regard complice. Le rendez-vous de demain était fixé.

Fin du flash-back ***

Je me réveillai tout aussi tôt que d’habitude, et déjeunai léger. Mes parents ne pouvaient pas se douter que je n’allais pas au camp des carrières. Après leur avoir souhaité une bonne journée, je me précipitai vers la porte avec plus d’entrain que d’habitude. J’aimais beaucoup m’entrainer avec Pearl, surtout à l’extérieur du camp. Il n’y avait pas toutes ces règles, et on avait moins besoin de retenir nos coups. Comme presque chaque matin, j’allais frapper à sa porte pour faire le chemin avec elle, car sa maison était entre la mienne et le centre. Même si cela me faisait faire un détour aujourd’hui, il fallait tout de même le faire, car ses parents auraient trouvé étrange que je ne passe pas. Je frappai à la porte, et c’est elle qui m’ouvrit, visiblement aussi pressée que moi.

◄ CHANNELLE ►
« Prête ? »

Je la gratifiai d’un sourire malicieux avant de prendre le chemin de la forêt, tout en faisant attention de ne pas être repérées. Arrivée à notre lieu favori pour ce genre de rencontres, je me jetai sur un bâton et pivotai pour lui faire face, en attendant qu’elle fasse de même.

◄ CHANNELLE ►
« Je vais te mettre la pâtée Standford ! »

Je savais que c’était faux, mais la provocation faisait partie intégrante de ce jeu, non ? En effet, si j’étais bien meilleure au corps à corps, en ce qui concernait le combat armé nous étions sensiblement du même niveau, ce qui rendait l’enjeu bien plus important car on ne pouvait jamais savoir à l’avance laquelle de nous aurait le dessus.


Info combat:
 


_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Personnage décédé »
★ Âge : 19ans.
★ Occupation : Tribut du District 1
☆ Humeur : Sanguinaire
☆District : Un

○ Points : 815
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Une adversaire digne de ce nom    Sam 5 Avr - 16:59


Channelle & Pearl

▲Une adversaire digne de ce nom

***
Intérieurement, je pestais. Extérieurement, j’arborais un grand sourire l’air de dire « Ne t’inquiètes pas, c’est rien, la prochaine fois c’est moi qui vais gagner. » Par terre, la nuque encore douloureuse, je me remémorais le combat point par point, geste par geste pour savoir ce que j’avais loupé. Pendant sa deuxième attaque, je n’avais pas réagis assez rapidement, et j’avais ensuite mal anticipé ses déplacements. Elle ne m’aura pas ainsi la prochaine fois, je serais sur mes gardes.
Je n’avais pas l’habitude de perdre, sauf quand il s’agissait de mes combats contre Channelle, la seule au centre des carrières du d1 avec qui je pouvais réellement rivaliser. Autant je pouvais la battre à la course ou au maniement des armes, autant au corps à corps je la savais plus forte que moi, ce qui rendais mes victoires contre elle dans ce domaine encore plus glorieuses –bien que très rares-.  J’acceptais cependant volontiers la main qu’elle me tendit pour me relever et rejoindre les autres carrières. C’était de bonne guerre entre nous : même si la compétition était bien réelle, les marques de rivalité étaient beaucoup moins présentes.
Le coach annonça un n-ième témoignage d’anciens gagnants, ravis de, je cite, « partager leur expérience et technique de combat ». En fait, chaque année ils répétaient le même baratin, combien ils étaient forts, beaux, intelligents et malin. La modestie, ils ne connaissent pas et on passe deux heures –au mieux- à écouter d’une voix mélancolique teintée d’orgueil les souvenirs des exploits de ces anciens gagnants. Bref, rien qui ne me tente vraiment. Alors que je réfléchissais à une excuse valable pour sécher cette séance qui promettait d’être des plus ennuyantes, Channelle tourna la tête vers moi et m’adressa un regard complice. Discrètement, elle me confirma d’être de mon avis, et, indirectement, elle proposa qu’on se rejoigne le lendemain : « Je ne sais pas toi, mais je ne me sens pas très bien. A mon avis demain, je serais très malade. »  Je lui souris : nous étions sur la même longueur d’onde. Bien sûr, j’acceptais avec joie sa proposition.


***

Prête à l’aube, comme d’habitude, je fais les cent pas chez moi attendant Channelle. Comme d’habitude, elle passera devant chez moi pour aller à l’entraînement, comme d’habitude elle sera à l’heure, mais contrairement à la coutume qui s’était installée entre nous, nous nous dirigerons cette fois-ci vers la forêt. Dès que la sonnerie retentit, je bondis et lui ouvre. « Prête ? » me demande-t-elle d’une voix qu’elle essayait de faire neutre, en opposition avec son sourire malicieux. « Toujours ! » je réponds d’une voix qui cachait mal mon impatiente et mon excitation.

Le trajet jusqu’à la forêt était rapide, nous n’avions qu’à traverser un ou deux pâtés de maisons pour rejoindre l’endroit où Channelle et moi aimons nous retrouver. A peine arrivée que la jolie brune donne le ton de la journée : attrapant un bâton et en position d’attaque, elle me défia d’un joyeux  « Je vais te mettre la pâtée Standford ! »
Amusée par sa réplique –sous ces intonations joyeuses résidait un véritable défi, surtout après ma défaite d’hier-, j’attrape un bâton, après l’avoir jaugé au niveau de sa taille et de son poids et lui lança :

« C’est ce qu’on va voir Featherstone ! Il me semble que tu ais pris la grosse tête après ta victoire d’hier, laisse-moi arranger ça ! »

Aussitôt je me mis en position. Le bâton tendu verticalement devant moi, en position défensive, qui me protège à la fois le thorax et les jambes je me préparais à l’attaque, tous mes sens en éveil. Même si le bâton n’étais pas mon arme préférée –il n’avait pas la vitesse du couteau ou l’agilité du poignard-, c’est une arme utile qui se trouve facilement dans –presque- toutes les arènes, et il est important de savoir le maitriser. Sur ce terrain, nos forces physiques sont à égalité : il suffit d’être plus malin, sans toutefois la sous-estimer.

D’un commun accord, Channelle et moi laissons tomber la partie « gentille » ou l’on se tourne autour pour jauger les capacités de son adversaire et où l’on se titille gentiment. Non, nous attaquons directement le vif du sujet. Pas encore remise de ma défaite d’hier, et voulant restituer ma fierté entachée, je décide d’attaquer la première. Bien sûr, elle s’y attend, mais au lieu de l’attaquer de front, comme je le fais d’habitude, je tente une attaque latérale. Prise au dépourvu, elle esquive avec peine et je manque de la toucher. 1 – 0 pour moi.

Mais ce n'est pas fini, elle se ressaisit vite et le combat reprend avec encore plus de dynamisme. Je la laisse prendre le dessus: c'est une technique que j'affectionne particulièrement. Elle croit me battre, moi je la laisse courir et se fatiguer pour rien, attendant patiemment le bon moment. Et quant il arrive -je la vois reprendre, même un seul instant, son souffle- j'attaque, rapide et efficace. Sauf qu’apparemment je ne suis pas la seule à connaître cette technique: au lieu d'être surprise par mon attaque, elle m'attend de pied ferme au moment où j'arrive sur elle, prête à me faucher les jambes avec son bâton pour que je tombe, et, dans ma course, je ne pourrais pas me retenir. Sauf que je ne la laisserais pas gagner une deuxième fois. Je saute par dessus son bâton tendu à 80 centimètres du sol -tout en espérant qu'elle n'ai pas la mauvaise idée de le relever brusquement, auquel cas ma chute sera inévitable, et fatale-  et, me pivotant adroitement, je me retrouve derrière elle, mon bâton sur sa gorge. Éclatant d'un rire fier et revanchard, je lui lance d'un ton provocateur mais qu'elle sait ironique:

« Alors, on rigole beaucoup moins maintenant ! Jeune fille un peu trop prétentieuse à mon goût, j'espère que cette défaite te servira de leçon. »

HRP:
 

Codage by Bird for all forums ©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Une adversaire digne de ce nom    Sam 12 Juil - 18:35





Pearl & Channelle




◄ PEARL ►
« C’est ce qu’on va voir Featherstone ! Il me semble que tu ais pris la grosse tête après ta victoire d’hier, laisse-moi arranger ça ! »

Je laissai s’échapper un rire cristallin. La grosse tête ? Je pense que je l’avais en permanence, mais qui pouvait me blâmer ? J’étais de loin la première tête du centre des carrières en ce moment. J’avais le droit de frimer un peu, non ? Mais tant mieux : elle est visiblement vexée par sa défaite d’hier et comme je la connais elle va foncer tête baissée. Quelques secondes à peine plus tard, elle confirme mes pensées en m’attaquant rapidement. Seulement je ne l’avais pas vu venir, et son attaque sur le côté manque de me faire chuter. Je peste contre moi-même ; c’est l’un des seuls reproches que me font mes coachs … Je suis trop sûre de moi, ce qui fait que je suis moi-même ma pire ennemie. Alors que je l’attaque, elle saute par-dessus mon baton et se retrouvant derrière moi, elle le tient contre ma gorge.

◄ PEARL ►
« Alors, on rigole beaucoup moins maintenant ! Jeune fille un peu trop prétentieuse à mon goût, j'espère que cette défaite te servira de leçon. »

Je lève les yeux au ciel. C’est atroce ce qu’on se ressemble elle et moi. Je la surpasse dans bien des domaines, mais l’année prochaine, elle pourrait être moi. Je pousse un large soupir comme si elle m’avait blessé et je la sens détendre un peu sa poigne. J’en profite pour me plier en deux et lui assène un coup de coude entre les deux seins, lui coupant le souffle. Pivotant je profite de cette faiblesse pour la pousser et la faire tomber sur ses fesses.

◄ CHANNELLE ►
« Pas de pitié Standford, tu te souviens ? M’enfin, j’ai aucune raison d’avoir de la peine pour toi, t’es tombée sur tes grosses fesse t’as pas du sentir grand-chose ! »

Je souris avec malice de ma plaisanterie. Elle sait que je la taquine, après tout nous sommes des carrières et l’une comme l’autre n’avons ni trop ni trop peu de graisse ; notre régime était adapté à nos activités. Je décide donc de ne pas en rester là et de l’attaquer sur un des sujets qui nous divise elle et moi : celle qui participera aux jeux cette année.

◄ CHANNELLE ►
« L’année prochaine quand je serais ton mentor, faudra qu’on revoie ton régime ».

J’agrémente ma remarque d’un haussement de sourcil de défi. Contrairement à toutes mes taquineries précédentes, celle-ci est sincère : j’espérais être son mentor l’année prochaine. Avec l’approche des jeux, on savait elle comme moi que j’étais toute désignée par les coachs pour être la volontaire de cette année ; et je savais que ça la bouffait. Cette attaque risquait de la mettre en rogne. La question était, répondrait-elle avec ses poings ou avec des mots ? Je lui offrais un sourire mi-moqueur, mi-provocateur, attendant sa réaction

_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Personnage décédé »
★ Âge : 19ans.
★ Occupation : Tribut du District 1
☆ Humeur : Sanguinaire
☆District : Un

○ Points : 815
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Une adversaire digne de ce nom    Dim 13 Juil - 18:54


Channelle & Pearl

▲Une adversaire digne de ce nom


A peine avais-je touché le sol que je tendis mes bras au sol, prête à me relever. Mais j’avais sous-estimé la puissance de son coup, et encore sous le choc j’essayais de reprendre ma respiration. Bien plus que je ne voulais l’admettre – et je voulais le montrer- son coup de coude avait été efficace, bien trop efficace. Une pensée qu’au grand jamais je ne répèterais me traversa l’esprit : J’étais bien heureuse de ne jamais me retrouver dans l’arène face à elle . Et je plaignais ceux qui le seront. Car à volonté égales, ses compétences étaient peut-être légèrement supérieures aux miennes. Il faut dire que dans la famille, avec deux frères et sœurs mentors, je ne vous parle pas de l’envie de les surpasser, et encore moins de la condition physique qu’il est nécessaire d’entretenir.

Alors que j’aurais pu répliquer à sa remarque moqueuse, mon geste de la main indiqua que je voulais en rester là et que je n’avais pas l’intention de lui répondre. Je me relevais, époussetais d’une main mes vêtements et étais prête à reprendre le combat quand sa seconde remarque m’arrêta dans mon élan, me prenant par surprise.

«L’année prochaine quand je serais ton mentor, faudra qu’on revoie ton régime».

Elle était donc si sûre de devenir mentor ? Malgré l’espièglerie de sa voix, j’entendais très bien sa détermination. Gagner les jeux, je ne doutais pas qu’elle réussirait. Mais encore faut-il qu’elle y participe … Soudain je me rappelais. J’y avais déjà pensé, mais j’avais caché, évité cette idée depuis quelques mois. Mais à l’approche de la Moisson, elle refait brusquement surface. La mentor actuelle est sa sœur. Son frère est le coach principal des carrières du district 1.  Elle serait choisie, évidemment. Et je devrais me contenter de la seconde place, me porter de nouveau volontaire l’année prochaine, avec la certitude cette fois de gagner. Mais je ne serais rien, dans l’ombre du vainqueur de l’expiation, même si je gagne avec tout le prestige possible. Il ne me restait plus qu’une solution. Montrer que je valais mieux qu’elle aux coachs et mentors, dans les quelques jours qui nous séparaient de l’annonce de l’expiation. Peut-être n’avaient-ils pas encore fait leur choix, et même, je pouvais encore leur faire changer d’avis. Sans me démonter, j’assurais avec aplomb :

« Tu m’as l’air un peu trop sûre de toi. Quand je serais mentor, je ferais attention à ce que les carrières ne soient pas trop prétentieux. Cela pourrait leur jouer des tours, une fois dans l’arène. »

Je savais bien sûr qu’elle le prendrait au second degré, car côté prétention, je ne valais pas mieux qu’elle, bien loin de là.  Ne voulant pas m’étendre sur le sujet- après tout, nous étions là pour nous entraîner-, j’enchainais d’un air faussement exaspéré :

« Bon, tu es venue ici pour me faire de fausses prévisions météo complètement bidons ou pour te battre ? Sauf si c’est un moyen pour gagner du temps, après tout que je comprends que tu ais peur de perdre, je ne t’en voudrais pas… »

Tandis que je parlais, je me mettais discrètement en position de défense, prête à toute attaque éventuelle de sa part. J’espérais que ma tique l’avait provoquée, et qu’ainsi, elle serait plus encline à faire des fautes dans son combat. J’attendais sa réaction : prendrait-elle le défi et commencerait-elle à attaquer, ou me laisserait-elle fait le premier pas ? La connaissant, je n'aurais pas à attendre longtemps pour être fixée.

Codage by Bird for all forums ©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Une adversaire digne de ce nom    Lun 14 Juil - 16:37





Pearl & Channelle





◄ PEARL ►
« Tu m’as l’air un peu trop sûre de toi. Quand je serais mentor, je ferais attention à ce que les carrières ne soient pas trop prétentieux. Cela pourrait leur jouer des tours, une fois dans l’arène. Bon, tu es venue ici pour me faire de fausses prévisions météo complètement bidon ou pour te battre ? Sauf si c’est un moyen pour gagner du temps, après tout que je comprends que tu ais peur de perdre, je ne t’en voudrais pas… »

J’éclatai de rire. Après tout la taquinerie faisait un peu partie du jeu même si on cachait toujours un fond de vérité derrière. Je la vis se placer en position de défense et j’haussais les épaules.

◄ CHANNELLE ►
« Tout ce que tu peux te dire pour te consoler Standford. »

Et je fonçais à l’attaque. Tout l’après-midi se déroula de la même manière. Tantôt je prenais le dessus, tantôt c’était elle. C’était assez surprenant, car les coachs me classaient au-dessus dans quasiment tous les domaines et pourtant elle se battait presque aussi bien que moi et arrivait à me battre parfois, à me surprendre. Il y avait quelque chose dans sa manière de se battre de sauvage et d’instinctif. Elle avait la rage et j’admirais cette part d’elle qui attaquait différemment de ce qu’on avait appris, qui était plus … Spontanée. Et une part de moi se disait que c’était ça qui pourrait faire la différence dans une arène. Lorsque nos chemins se séparèrent, je l’observais une dernière fois. Elle était pleine de bleus et de terre, et lorsque je la vis sourire je me dis que je devais à peu près ressembler à ça moi aussi.

◄ CHANNELLE ►
« Te fais pas voir en rentrant, tes parents croiront jamais que t’étais au centre, on dirait que tu reviens des Hunger Games. »

Je lui adressais un sourire respectueux et reconnaissant aussi pour cette après-midi d’entrainement avec de lui tourner le dos. Je me retournai une fois pour vérifier qu’elle ne me faisait pas d’attaque en traître mais elle devait être aussi morte que moi. Je pris le chemin de la maison et passait par la cave pour me mettre un coup d’eau avant de retourner me coucher.

*** trois jours plus tard, après l’annonce de l’expiation ***

Ca y est, on y était. L’annonce de l’expiation avait eu lieu et tout le monde me lançait des regards fiers. Certains amis de mes parents m’avaient même félicité alors même que je n’étais pas sure d’y aller. Enfin, pas encore. C’était aujourd’hui que la décision se prendrait. Les coachs nous avaient tous réunis dans la grande salle, et on s’était assis sur les tapis au centre. On attendait. Quelques jours plus tôt, on nous avait demandé qui voulait participer aux jeux, et des tas de mains s’étaient levées. Au moment de valider notre demande on était déjà moins. En dessous de 18 ans personne n’était jamais pris, donc quasiment personne ne se présentait. Et même si on savait qu’ils envoyaient plutôt ceux de la vingtaine, à partir de 17-18 ans on commençait à se présenter pour « se placer ». Notre classement nous donnait une idée des progrès à faire, et de quand on pourrait être sélectionnés.

Il y a deux jours j’étais confiante et plutôt heureuse. L’année passée j’étais troisième chez les filles, l’une d’elle avait été tirée eux jeux et l’autre était entrée dans la garde de la présidente, car elle n’était plus en âge d’être tirée. Mais aujourd’hui … J’en venais presque à espérer ne pas être choisie ce qui simplifierait pas mal ma situation. Et pourtant je voulais y aller, je la voulais cette victoire. Je ne voulais juste pas que ma sœur en fasse partie, encore moins qu’elle perde la vie pour moi.

Nathanaël attrapa ma main et me fit revenir à la réalité. Il avait du voir mon regard inquiet mais se trompait sur les raisons.

◄ NATHANAEL ►
« Hey t’en fais pas, cette année c’est toi et moi. »

Je le gratifiai d’un sourire et tentai de reprendre une contenance. On était arrivés ici en même temps, et il était un peu mon meilleur ami ici. Il m’avait toujours protégé quand les autres m’embêtaient petite, et même maintenant quand on sortait et qu’un mec m’abordait, il passait un mauvais quart d’heure. Zane avait d’ailleurs failli en faire les frais le jour de notre rencontre. Nate était fort. Je ne l’avais jamais terrassé au corps à corps –bon, une fois en utilisant le charme mais on était d’accord, ça ne comptait pas. Sa seule faiblesse était qu’il était lent, et pas très doué dans la survie, mais sinon … C’était une terreur.

◄ CHANNELLE ►
« Je vais te botter les fesse Natie. »

J’avais déjà réfléchi au fait qu’on irait dans l’arène ensemble. Forcément on en avait déjà parlé, de comment on s’allierait et qu’à la fin il ne resterait que nous, et de comment nous terminerions ça avec un combat majestueux et respectueux. Mais ce n’était que des mots. Il était trop fort pour que je le laisse aller jusqu’au bout. Mais je lui souriais, et je l’appréciais. C’était la réalité des jeux, et je le soupçonnai d’avoir lui-même fait le même calcul dans ma tête. Gênée toutefois d’avoir ces pensées alors qu’il me tenait la main, je la lâchai et fit mine d’aller plus loin. Là, je retrouvai Pearl. Sans prétention, je nous voyais bien première et deuxième, et je savais qu’elle pensait les mêmes choses que moi en ce moment. Mis à part que sa sœur n’allait pas dans les jeux. Je lui jetai un coup d’œil et me moquai des coachs pour détendre l’atmosphère.

◄ CHANNELLE ►
« Tu crois qu’ils vont nous faire attendre jusqu’à ce qu’on soit trop vieille pour participer ? Je le jure, si Josh n’arrive pas d’ici dix minutes, je le tue. »

Je ris un instant avant de me mordre la lèvre et d’observer autour de moi. C’est fou comme on pouvait être stressé à l’idée de ne pas être choisi pour aller risquer sa vie. Je relevai les yeux vers Pearl, plus sérieuse.

◄ CHANNELLE ►
« Mes parents sont à la maison, ils attendent la bonne nouvelle … Ta famille est-elle aussi impatiente de te voir sur cet écran ? »

Alors que je l’observai je vis le coach arriver au bout du couloir, une enveloppe à la main. Il discutait avec un autre homme et avait l’air de s’enerver. Je reportai mon attention sur Pearl. C’est vrai au fond, je passais pas mal de temps avec elle, j’en étais même venue à l’apprécier mais … On ne parlait pas énormément et je ne savais rien d’elle.


_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Personnage décédé »
★ Âge : 19ans.
★ Occupation : Tribut du District 1
☆ Humeur : Sanguinaire
☆District : Un

○ Points : 815
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Une adversaire digne de ce nom    Ven 18 Juil - 0:51


Channelle & Pearl

▲Une adversaire digne de ce nom


L’après-midi se déroula de la même manière : on enchaînait les combats, tantôt elle avait le dessus tantôt c’était moi. En début de soirée, alors que la nuit commençait à tomber et que nous étions toutes deux couvertes de boue et de bleus, je n’aurais pas su dire qui l’avait emporté sur l’autre. Cela me ravissait : en général, Channelle me battait et je devais me contenter de ravaler ma fierté et espérer de faire mieux la fois d’après. Nous nous séparâmes exténuées mais ravies : la séance d’aujourd’hui avait été beaucoup plus utile que la pseudo conférence qu’ils donnaient au centre d’entraînement des carrières. Lui adressant un dernier sourire et un signe de la main, je me dirigeais chez moi, pressée de prendre une bonne douche et d’aller me coucher.

***  Trois jours plus tard  ***
L’annonce de l’expiation était faîte. Les dés étaient presque jetés, il ne manquait qu’une pièce au puzzle. L’annonce du tribut que les coachs encouragent à se porter volontaire. Enfin, « encourager » serait un euphémisme. Je n’ai jamais vu, en 19 ans, un tribut proposé par les coachs ne pas se porter volontaire. Je n’avais jamais assisté à la situation inverse non plus –un tribut se porter volontaire contre l’avis des coachs.

Cette année pourrait être une exception. Tout dépendrait du contenu de l’enveloppe que l’on allait apporter d’une seconde à l’autre. Alors que je me tenais debout, droite comme un piquet, crispée par le stress –celui de ne pas être choisie, d’être reléguée en seconde place-, Channelle s’approcha de moi. Malgré moi, je ne voulais pas qu’elle vienne. J’aurais voulu être seule pour supporter ma peine, et je n’avais pas besoin de soutien de personne, encore moins venant de celle qui me prendrais ma place. Soudain, je me ressaisis. Partir d’avance perdante n’était pas dans mes habitudes, et je redressais la tête, retrouvant toute la fierté me caractérisant. Ce n’était pas perdu d’avance, loin de là : mes résultats étaient bons, très bons, et je n’avais cessé de m’améliorer ces dernières semaines. De plus, j’avais réussi à glisser un mot à Kyle, qui m’a assuré que j’avais mes chances. C’est donc soulagée que j’accueillis Channelle avec un sourire. Elle m’en adressa un en retour, et prit la parole :

«Tu crois qu’ils vont nous faire attendre jusqu’à ce qu’on soit trop vieille pour participer ? Je le jure, si Josh n’arrive pas d’ici dix minutes, je le tue. »

Mon sourire s’accentua à sa remarque. Je n’étais donc pas la seule sur les nerfs, car bien qu’elle essayait de le cacher, je pouvais sentir son angoisse d’ici. Cela m’irrita : elle n’avait aucune raison de s’inquiéter, contrairement à moi, et je ne savais pas d’où venait son stress. Cela attisa ma curiosité :

« Angoissée Featherstone ? Tu devrais être plus sûre de toi, toi comme moi savons à quoi nous attendre ».

Tandis que je disais cela, j’espérais de tout cœur me tromper.

«Mes parents sont à la maison, ils attendent la bonne nouvelle … Ta famille est-elle aussi impatiente de te voir sur cet écran ? »

J’étais surprise qu’elle se confie à moi. Entre nous, c’est une relation très formelle, nous évitons de partager nos sentiments, nos émotions. Car nous savons qu’en faisant cela, avec nous deux caractères et personnalités proches, nous pourrions devenir amies et ce n’est pas une bonne idée. Du moins pas avant la Moisson. Je décidais cependant de livrer mes impressions.

« Ma sœur est plus intéressée par les bijoux et ma mère n’aimerait pas me voir participer aux jeux. Je crois qu’elle n’a pas assez confiance en moi pour gagner, mais je sais que si c’est le cas, elle serait fière de moi. Personne de très impatient chez moi donc. »

Je ne m’en plaignais pas, mais il est vrai que j’aurais aimé un peu d’intérêt, si ce n’est du soutient. La porte du stade laissa entrer nos coachs. L’enveloppe déterminante pour la vie de l’un d’entre nous –et je ne crois pas me montrer orgueilleuse en précisant « l’une de nous deux », juste réaliste- était dans la main de Kyle. Il demanda l’attention des carrières, et tous les bavardages furent balayer en une seconde. Il prit la parole, tandis que je sentis mon pouls s’accélérer. Je ne savais plus à quoi m’attendre.

« Nathanael a été choisis pour se porter volontaire en tribut mâle. En ce qui concerne les filles … -son regard se porta vers Channelle et moi-, les coachs et moi-même avons choisis Channelle Featherstone. »

Je n’entendis pas le reste du discours, comme quoi ils devaient honorer le district un, que se soit dans la mort ou dans la victoire, tandis que ceux qui n’avaient pas été choisis n’avaient pas à s’en faire : l’année prochaine serait peut-être la bonne. « Mais cette année était mon année », me répétais-je en boucle. Je ne voulais pas croiser le regard de Channelle. Je ne voulais pas voir celle qui, involontairement ou non, avait brisé mes ambitions. « Faire bonne figure », me dis-je ensuite, en toutes circonstances. Je fis un effort dont je ne me serais pas crue capable, je me ressaisis et releva la tête, prête à accueillir le regard ou les remarques de Channelle.

Codage by Bird for all forums ©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Une adversaire digne de ce nom    Dim 20 Juil - 11:49





Pearl & Channelle




◄ PEARL ►
« Ma sœur est plus intéressée par les bijoux et ma mère n’aimerait pas me voir participer aux jeux. Je crois qu’elle n’a pas assez confiance en moi pour gagner, mais je sais que si c’est le cas, elle serait fière de moi. Personne de très impatient chez moi donc. »

Cette remarque m’arracha un sourire. Ce n’était pas très surprenant, beaucoup de filles du étaient de grandes fan de bijoux. Pourtant, peut-être parce que je m’identifiais à Pearl, j’étais quelque part persuadée que sa famille n’attendait qu’une chose : qu’elle gagne les jeux. Et je l’imaginais aussi créer sa propre lignée de tributs, avec sa sœur qui serait un jour une carrière. Mais non, ça c’était ma vie, pas la sienne. J’avais du mal à m’imaginer me lancer là-dedans si les miens n’étaient pas sûrs pour moi que j’allais gagner. Je lui jetai un regard avant de retourner mon regard vers le couloir.

◄ CHANNELLE ►
« Pour ce que ça vaut, moi je pense que tu pourrais gagner. »

J’étais sincère. J’étais aussi très fière et avare de compliment, au point que je n’étais même pas capable de la regarder en le faisant. Je l’avais dit sur le même ton que si j’avais dit qu’il pleuvait, mais c’était bien plus lourd de sens. Même si je pensais être un peu au-dessus de Pearl niveau combat, je n’étais pas sûre d’être choisie. Il y avait aussi Kyle qui participait à la décision, et j’étais presque certaine qu’il avait eu des ordres clairs de Sélène de tout faire pour que je n’y aille pas. Soudain, il interrompu le cours de mes pensées en demandant le silence. Nathanaël me jeta un regard enjoué avant de se retourner vers mon frère, confiant. Je déglutis.

« Nathanaël a été choisis pour se porter volontaire en tribut mâle. En ce qui concerne les filles, les coachs et moi-même avons choisis Channelle Featherstone. »

J’écarquillai les yeux alors que les acclamations se firent entendre. Ils étaient tous heureux pour nous bien qu’un peu jaloux pour les plus vieux d’entre nous qui ne seraient bientôt plus en âge d’avoir notre chance. J’affichai un large sourire que je forçai presque pour une raison que j’ignorais. J’étais persuadée que ce serait l’instant le plus heureux de ma vie, et j’étais fière, je crois, d’avoir été choisie. Je lisais la fierté dans les yeux de mon frère alors qu’il affirmait quel honneur c’était, que le avait tout ce qu’il fallait pour gagner. Et pourtant je sentais mon sourire forcé, tentant de plisser mes yeux afin que rien ne trahisse le malaise qui me rongeait et dont je venais à peine de réaliser d’où il venait : Sélène. Elle allait vouloir me suivre.

Nathanaël m’attrapa par la main et me traina jusque devant nos collègues aux cotés des coachs, avant de la brandir en l’air. Le voir si heureux et si confiant me redonna un peu de baume au cœur. Je senti la main rassurante de Kyle qui se posait sur mon épaule alors qu’il me murmurait à quel point il était fier de moi, et qu’il était sur que je lui ferais honneur. Ils renvoyèrent les autres carrières chez eux et nous gardèrent Nate et moi pour nous prodiguer les derniers conseils dont nous pourrions avoir besoin. Je n’écoutais que d’une oreille, réfléchissant à la seule stratégie qui comptait pour moi pour l’instant : celle qui empêcherait ma sœur de retourner dans l’arène.

*** Dans la soirée ***


J’avais retourné le problème dans tous les sens. Si Sélène y allait, je ne pourrais pas y survivre. Je devais tout faire pour la dissuader de me suivre dans l’arène bien sûr mais … Si je n’y arrivais pas alors je ne pourrais pas aller dans les jeux. C’était horrible, je détestais cette idée, et en plus c’était presque impossible étant donné que j’avais été choisie. La honte serait jetée sur moi et ma famille, et je lutterais jusqu’au bout pour convaincre Sélène de ne pas me suivre mais de me laisser y aller. Toutefois, il me fallait une solution de secours. C’était une horrible chose à demander, surtout quand il y avait autant d’inconnues, autant d’incertitudes dans l’équation mais … Il fallait que j’essaye.

Il devait être 20h quand je sonnai à la porte de Pearl. Je pris une profonde inspiration avant de me lancer. C’est elle qui ouvrit.

◄ CHANNELLE ►
« Salut … Tu … Tu aurais cinq minutes pour venir marcher avec moi ? »

Je reconnaissais à peine ma voix tant elle manquait d’assurance. Qu’est-ce que j’étais en train de faire ? Elle devait me détester à cet instant, et je me pinçais les lèvres en cherchant comment la convaincre.

◄ CHANNELLE ►
« J’ai un énorme service à te demander et il est très important que personne ne soit là pour nous entendre. »

_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Personnage décédé »
★ Âge : 19ans.
★ Occupation : Tribut du District 1
☆ Humeur : Sanguinaire
☆District : Un

○ Points : 815
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Une adversaire digne de ce nom    Dim 20 Juil - 23:09


Channelle & Pearl

▲Une adversaire digne de ce nom



Comme prévu, tout le monde félicita Channelle, lui promettait une magnifique et écrasante victoire. Je ravalais mon amertume avec difficulté, et tandis que Channelle et Natanael pavanaient devant les autres, je décidais de partir. Je sortis du centre d’un bon pas, bien décidée à ne pas rentrer chez moi tout de suite. Ce n’est pas comme si elles m’attendaient : elles ignoraient que ce jour était important pour moi. Je marchais ainsi pendant une bonne heure, faisant le tour du District, longeant les barbelés. D’un pas rapide, sans ralentir l’allure, pour essayer d’oublier. J’essayais de courir, mais à chaque fois une douleur me prenait au ventre et m’empêchait de faire plus de trois foulées. Cela n’avait rien à voir avec une quelconque maladie, je le savais. C’était le poids énorme de la déception qui me tordait l’estomac. Et contre cela, je ne voyais aucun remède.

***

Je ne rentrais cependant pas trop tard, histoire de ne pas éveiller de soupçons. Cela ne servait à rien : je retrouvais sur la table de la cuisine une note de ma mère indiquant qu’elle et Coralie étaient à la boutique. A peine rentrée que je me précipitais sous la douche. L’eau chaude, brulante, me faisait du bien. Je tournais le bouton de la température au maximum, pour ne penser qu’à la douleur de la chaleur sur ma peau, et à rien d’autre. Certainement pas à la défaite que je venais de subir. Certainement pas au triomphe de Channelle. Certainement pas à la cuisante humiliation que je venais de subir. Les mots de Kyle résonnaient dans mon esprit, en boucle. La marche, l’eau bouillante, rien de tout cela ne fonctionnait. Autant utiliser la manière forte, je me suis dit. Je sortie donc de la douche, attrapa un tee-shirt et un short et entreprit de chercher des somnifères dans la pharmacie familiale. J’attrapais la petite boîte verte et blanche, lu l’indication « pas plus de 3 cachets par soir, risque d’effets secondaires telle qu’une grande fatigue ou des hallucinations », n’en pris pas compte et détacha quatre petites gélules. J’étais sur le point de les prendre quand la sonnette de la maison retentit. « C’est vraiment pas le moment », grognais-je à moi-même, en descendant néanmoins les escaliers pour ouvrir, étant seule.

« Salut … Tu … Tu aurais cinq minutes pour venir marcher avec moi ? »

Je mis quelques secondes à reconnaître Channelle, encore assommée par ma douche. Ce qui me surprit encore plus était le ton qu’elle avait employé. Je ne reconnais pas là la Channelle pleine d’assurance, sûre d’elle et un peu orgueilleuse. Sa voix était hésitante, presque … timide. Je n’eue pas le temps de répondre qu’elle enchaîna :

« J’ai un énorme service à te demander et il est très important que personne ne soit là pour nous entendre. »

Alors là, elle m’avait encore plus surprise. Même si j’étais en colère contre elle –bien qu’elle n’ait rien fait-, elle attisa tellement ma curiosité que je descendis machinalement les quelques marches du perron pour la rejoindre. Je plongeais mes yeux dans les siens, espérant y découvrir ce qu’elle cachait. Mais ses yeux me suppliaient de la suivre. J’hésitais. Car malgré ce qui c’était passé, la voir ainsi me faisait de la peine et je me rappelais à quelle point nous étions pareil, elle et moi. Je me rappelais brusquement qu’elle m’avait pris ma place, mon destin, m’avait volé mon futur, et mon ton devint cassant.

« On peut venir chez moi, il n’y a personne. » Me rappelant les bonnes manières, je rajoutais cependant : «« Tu veux boire quelque chose ? »

Je l’invitais à m’accompagner dans la cuisine, où je préparais des tisanes en silence. Que je décidais de briser, prenant la parole en lui tendant sa tasse :

« Eh bien, dis-moi ce que tu as sur le cœur. Je n’ai pas de sofa pour te proposer de t’allonger dessus et me parler de tes soucis, mais mon canapé fera peut-être l’affaire ».

J’accompagnais ma remarque d’un sourire, espérant détendre l’atmosphère. J’espérais ainsi l’inciter à se livrer, car j’étais vraiment curieuse d’entendre ce qu’elle avait à me dire, à me demander qui semblait si important. Voyant le peu de résultat que ma boutade avait provoqué, je repris plus sérieusement :

« Dis toujours ce que tu as à me demander. Mais au vu des circonstances, ne t’attends pas à ce que j’accepte, tu comprendras je pense … »


Codage by Bird for all forums ©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Une adversaire digne de ce nom    Lun 28 Juil - 23:25





Pearl & Channelle




◄ PEARL ►
« On peut venir chez moi, il n’y a personne. Tu veux boire quelque chose ? »

Je levai les yeux vers elle. J’étais terrifiée, et même à cet instant je me demandais encore si j’allais vraiment avoir la force de lui demander, si j’allais avoir … Le courage. Car ce que j’allais demander m’amènerait sûrement à renoncer à tout ce que j’avais toujours voulu. N’y avait-il pas d’autre moyen ?

◄ CHANNELLE ►
« Si t’as quelque chose de fort … Tu devrais sûrement nous en servir un verre à toute les deux. »

Je cru la voir sourire alors qu’elle m’amenait une tasse de tisane.

◄ PEARL ►
« Eh bien, dis-moi ce que tu as sur le cœur. Je n’ai pas de sofa pour te proposer de t’allonger dessus et me parler de tes soucis, mais mon canapé fera peut-être l’affaire. Dis toujours ce que tu as à me demander. Mais au vu des circonstances, ne t’attends pas à ce que j’accepte, tu comprendras je pense … »

Je soupirai et me pris la tête entre mes mains. Mes yeux menaçaient de laisser couler une larme et je penchai la tête en arrière. Il fallait que je ravale ma fierté, mais bon dieu ce que c’était dur. Ce n’était juste pas moi.

◄ CHANNELLE ►
« Tu sais quoi ? C’était une idée idiote … »

Et alors que je me levai pour partir, j’aperçu un bijou posé sur le bord de la table et je le pris dans ma main. C’était une belle pièce … Je souris.

◄ CHANNELLE ►
« C’est à ta sœur, n’est-ce pas … ? »

Je pris une profonde inspiration. Ce n’était pas moi, mais il fallait que je le fasse. Pour ma sœur, pour ma Sélène, qui avait trop souffert dans sa vie pour que je la pousse une nouvelle fois à tout gâcher. Elle méritait d’être heureuse …

◄ CHANNELLE ►
« Si je suis venue c’est parce que tu es la seule qui puisse me comprendre. Je veux dire, toi et moi on attend d’être prises pour les jeux depuis qu’on est gosses je crois bien. Et cette aprèm’, à peu de chose près ça aurait pu être toi … »

Je sentais sa patience diminuer et je levai la main en signe de paix.

◄ CHANNELLE ►
« Je te rassure tout de suite je ne suis pas venue pour jubiler. Je …Je ne peux … »

Ma voix se brisa. Je relevai les yeux vers elle et plongeai mes yeux dans les siens.

◄ CHANNELLE ►
« Cette après-midi, j’espérais que ce serait toi qui serait choisie. Depuis l’annonce de l’Expiation, je n’arrête pas d’y penser … Sélène, ma sœur … Elle va vouloir m’accompagner. C’est inévitable, et je sais qu’elle va sans doute le faire parce que, je le ferais pour elle. Tu as une sœur toi aussi … Je me suis dit que tu comprendrais … »

Je repris la tisane en main. Je devais peser mes mots, ne pas lui donner de faux espoirs.

◄ CHANNELLE ►
« Ce que j’ai à te demander et terrible, parce que c’est très incertain, dangereux et interdit. Je dois voir Sélène ce soir pour la convaincre de ne pas venir avec moi dans l’arène. Je vais tout tenter pour qu’elle ne m’accompagne pas. Mais si jamais … Si elle me résiste, si elle veut quand même m’accompagner alors … Accepterais-tu de … De te porter volontaire à ma place ? »

Je venais de la regarder droit dans les yeux, et ma demande était si indécente que je dû les détourner.

◄ CHANNELLE ►
« Je sais la gravité de ce que je te demande. Ne pas savoir avant le jour même ce qui va se passer, aller contre le choix des coachs … La vérité c’est que tu es la seule à qui je puisse demander une telle chose, mais je comprendrais tout à fait si tu refuses. »

Peut-être que quelque part j’espérais un refus. Ca m’aurait forcé à y aller. Si j’y étais « forcée », alors ce n’était pas vraiment de ma faute …

_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Personnage décédé »
★ Âge : 19ans.
★ Occupation : Tribut du District 1
☆ Humeur : Sanguinaire
☆District : Un

○ Points : 815
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Une adversaire digne de ce nom    Jeu 31 Juil - 16:31


Channelle & Pearl

▲Une adversaire digne de ce nom


Au fur et à mesure de son discours, je me demandais si je ne rêvais pas tant la situation me paraissait improbable. Qu’elle parle de ma sœur me paraissais encore plus étrange, elle ne la connaissait pas, ou l’avais croisé parfois chez moi, sans jamais lui adresser vraiment la parole. Tachant de me ressaisir –et de faire disparaître cet air abasourdi de mon visage- je me concentrais sur ses paroles.

« La vérité c’est que tu es la seule à qui je puisse demander une telle chose, mais je comprendrais tout à fait si tu refuses. »

Je n’avais donc pas rêvé. Elle m’avait réellement demandé de prendre sa place dans l’arène. Je sentis un énorme poids quitter mes épaules. Je secouais la tête. « Calmes toi jeune fille, me sermonais-je, et ne te fait pas de faux espoir. Encore faut-il qu’elle arrive à convaincre Sélène, ce qui n’est pas gagné d’avance… »

Malgré cela, je sentis une bouffé d’espoir m’envahir. Tout n’était pas perdu… Sentant que la situation penchait en ma faveur, je pris la parole :

« Tu as du courage de venir me demander cela, et je dois t’avouer que ta demande me surprends énormément… »

Je marque une pause afin de choisir mes mots.
Intérieurement, je jubilais. Extérieurement, j’étais neutre au possible. Hors de question de montrer à quel point cette annonce me faisait plaisir. Non seulement parce que depuis toute petite je prenais sur moi pour ne pas montrer ce que je ressentais, mais également car j’avais le sentiment qu’en montrant ma joie, cela blesserait encore plus Channelle qui n’avait pas besoin de ça pour être mal.
Je profitais malgré tout de la situation et fis mine d’hésiter. Ce n’était pas l’idée de braver l’avis des coachs qui m’empêchait de dire oui tout de suite, mais pour une fois que je pouvais me sentir supérieure à Channelle, avoir l’ascendant sur elle, j’en profitais. Pas trop longtemps non plus, car à voir son expression, elle se sentait vraiment gênée, et je savais qu’à sa place je lui demanderais la même chose et qu’elle accepterait. Je décidais donc d’abréger ses souffrances :

« J’accepterais. Je veux dire, je me porterais volontaire si tu arrives à convaincre ta sœur. C’est normal, je pense, j’espère que tu aurais fait la même chose pour moi. »

Afin de paraître plus convaincante, j’enchaînais sans lui donner le temps de répondre :

«  Mais ne t’inquiètes pas, l’année prochaine, lorsque je serais mentor je veillerais à ce que tu participes aux Jeux. Tu auras également le droit  à ton heure de gloire, seulement peut-être celle-ci n’est pas encore arrivée... »

J’espérais me montrer convaincante, la rassurer, l’encourager dans son choix et montrer qu’elle peut compter sur moi avant qu’elle ne change d’avis. Malgré ça, j’étais sincère : une fois que j’aurais gagné les Jeux –Une année d’Expiation, en plus !-, je n’aurais pas de raison de ne pas la faire aller dans l’arène, et pour m’avoir laissé son tour cette année c’est la moindre des choses que je lui rende la pareil.

« Sais-tu quand tu pourras me donner une réponse précise ? Je ne changerais pas d’avis, mais j’aimerais savoir si je dois me préparer –mentalement au moins, et peut-être ma famille également- à aller dans l’arène ou non. J’aurais aimé t’aider à convaincre Sélène, mais je pense que tu la persuadera beaucoup mieux que je ne le ferais … »

HRP:
 
Codage by Bird for all forums ©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Une adversaire digne de ce nom    Dim 3 Aoû - 20:50





Pearl & Channelle




◄ PEARL ►
« Tu as du courage de venir me demander cela, et je dois t’avouer que ta demande me surprends énormément… »

Du courage … J’aurais plutôt dit du désespoir, et peu de fierté. Mais j’étais contente qu’elle dise cela. Le fait que ma demande la surprenne n’avait rien d’étonnant : ne m’étais-je pas battue toute ma vie, comme elle, dans l’espoir de me voir accorder l’honneur que j’avais eu cette après-midi.

◄ PEARL ►
« J’accepterais. Je veux dire, je me porterais volontaire si tu arrives à convaincre ta sœur. C’est normal, je pense, j’espère que tu aurais fait la même chose pour moi. »

Je la regardai et une expression de soulagement se dessina sur mon visage. L’étape un était réussie : si je n’arrivais pas à convaincre Sélène de ne pas aller dans l’arène avec moi, il me resterait toujours l’option de ne pas y aller et de laisser Pearl prendre ma place. Mais avant que je n’aie eu le temps de lui faire part de toute ma gratitude, elle continua :

◄ PEARL ►
« Mais ne t’inquiètes pas, l’année prochaine, lorsque je serais mentor je veillerais à ce que tu participes aux Jeux. Tu auras également le droit à ton heure de gloire, seulement peut-être celle-ci n’est pas encore arrivée... »

Elle m’arracha un demi-sourire … Lorsqu’elle serait mentor. Lorsque, pas si. Elle était sure de gagner, et quelque part je pensais moi aussi que si une personne le pouvait c’était bien Pearl. Sa proposition était vraiment généreuse, mais elle me semblait aussi idéaliste. Déjà parce que c’était les coachs et pas les mentors qui décidaient, même s’ils avaient un certain poids. Et puis …

◄ CHANNELLE ►
« Merci énormément Pearl. C’est gentil de ta part de le proposer, mais si on fait ça … Il y a de fortes chances qu’ils ne veuillent plus de moi chez les carrières. »

J’y avais longuement pensé, et il était plus que probable qu’on ne m’accepte plus là-bas après avoir laissé quelqu’un se porter volontaire à ma place. Et puis, il était évidemment hors de question de rejeter la faute sur Pearl qui faisait cela pour moi.

◄ CHANNELLE ►
« Mais ça n’a pas d’importance. Si c’est la seule façon de sauver ma sœur … Je n’ose pas imaginer ce que ce serait si à la fin, ça devait être elle ou moi. »

Je relevai les yeux vers Pearl et tentai d’être digne, bien que je me sentais vraiment au plus bas, et diminuée. J’aurais du être fière d’aller dans l’arène pour mon district, avec ma sœur en plus. Mais je restais malgré moi une enfant égoïste, et terrifiée à l’idée de perdre ma Sélène. Elle avait déjà tant souffert …

◄ PEARL ►
« Sais-tu quand tu pourras me donner une réponse précise ? Je ne changerais pas d’avis, mais j’aimerais savoir si je dois me préparer –mentalement au moins, et peut-être ma famille également- à aller dans l’arène ou non. J’aurais aimé t’aider à convaincre Sélène, mais je pense que tu la persuadera beaucoup mieux que je ne le ferais … »

Je jetai un œil à Pearl avant de prendre le temps de réfléchir. Je ne voulais pas lui donner de fausse réponse …

◄ CHANNELLE ►
« J’irai lui parler ce soir. Je vais y aller maintenant, et je te donnerais sa réponse dès demain avant la moisson. Je passerais chez toi, comme si de rien n’était … »

Je me levai. Maintenant allait être le plus dur, je devais aller parler à Sélène et la convaincre de me laisser aller aux jeux, et de ne pas venir avec moi. D’un côté ça serait terrible, car j’aurais donné de l’espoir à Pearl pour rien. De l’autre … Si elle refusait alors je perdais ma chance aux jeux, peut-être pour toujours. Mais si une personne autre que moi méritait de participer à une expiation, c’était bien Pearl.

◄ CHANNELLE ►
« Et Pearl … Je suppose qu’il est inutile de dire ceci mais, pour des raisons évidentes … Pas un mot de tout cela à Kyle. »

Je ne savais pas exactement l’étendue de leur relation, mais je les savais très proches. Il était inutile de tout ruiner. Je me levai, et allai vers la porte. Lorsque je me retournai, Pearl était proche de moi et alors que je la regardai, je ne pu m’empêcher de me jeter dans ses bras. Ce n’était pas nous, ça n’avait rien à voir avec nos caractère, ni notre relation habituelle mais … J’avais besoin de le faire. Pour lui témoigner toute ma gratitude, pour qu’elle sache que ce qu’elle faisait pour moi était grandiose, et qu’elle comprenne que je pensais à elle comme à une amie et pas seulement comme à une carrière.

◄ CHANNELLE ►
« Merci Pearl. Merci énormément. Tu ne peux pas savoir ce que cela représente pour moi. Si jamais j’ai un jour l’occasion de te retourner la faveur … »

Mais je ne l’aurais jamais. Comment pouvait-on rendre un service aussi grand que celui de sauver la sœur de quelqu’un ? Je relâchai mon étreinte et pivotai immédiatement. Je n’avais pas envie de voir sur son visage de la pitié ou du dédain face à ce comportement si sentimental que nous avions appris à ne pas avoir, nous les carrières. J’avançai doucement vers le village des vainqueurs, reconnaissante envers Pearl et priant pour que tout cela n’ait été qu’une précaution.


_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Personnage décédé »
★ Âge : 19ans.
★ Occupation : Tribut du District 1
☆ Humeur : Sanguinaire
☆District : Un

○ Points : 815
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Une adversaire digne de ce nom    Jeu 7 Aoû - 21:37


Channelle & Pearl

▲Une adversaire digne de ce nom


«  J’irai lui parler ce soir. Je vais y aller maintenant, et je te donnerais sa réponse dès demain avant la moisson. Je passerais chez toi, comme si de rien n’était … »

Si elle avait du courage pour me demander de la remplacer dans l’arène, elle en avait peut-être encore plus pour demander cela à sa sœur. Elle ne m’impressionnait pas, je savais qu’elle pouvait être imposante et qu’elle savait ce qu’elle voulait. Si je ne doutais pas de la force de persuasion de Channelle, je n’étais néanmoins pas certaine qu’il fonctionne sur sa sœur, surtout dans ces conditions, et, sans le montrer, cela me rassura. Tandis que j’y réfléchissais, elle reprit la parole :

« Et Pearl … Je suppose qu’il est inutile de dire ceci mais, pour des raisons évidentes … Pas un mot de tout cela à Kyle. »

Sa remarque m’arracha un sourire. Si elle nous savait proche, j’étais prête à mettre ma main à couper qu’elle ignorait à quel point. Assez en tout cas pour qu’elle me demande cela. Je la rassurais :

« Ne t’inquiètes pas pour ça, personne ne sera au courant, bien entendu. »

Je n’eue pas le temps de la voir rassurée qu’elle fit quelque chose qui me surpris énormément, encore plus que sa demande en début de soirée. Alors qu’elle était sur le point de partir, elle se retourna et se jeta dans mes bras. D’abord tellement étonnée que je ne réagis pas, je la serrais ensuite dans mes bras. Décidément, j’allais de surprise en surprise ce soir avec elle.  Je compris tout à coup à quelle point nous étions semblable elle et moi. Jusqu’à aujourd’hui –ce soir-, je la voyais comme une réelle machine de guerre prête à tuer. Parfait reflet de l’image que je voulais renvoyer de moi-même. Je n’avais jamais réellement sentie l’humanité qui se cachait derrière cette façade, qu’elle venait de me dévoiler pour quelques secondes. Ce geste n’avait rien à voir avec notre relation habituelle, mais j’en saisis, je crois, la signification : un remerciement infini. Ce qu’elle confirma en reprenant la parole :

« Merci Pearl. Merci énormément. Tu ne peux pas savoir ce que cela représente pour moi. Si jamais j’ai un jour l’occasion de te retourner la faveur … »

Je ne savais pas si elle était sincère dans ce qu’elle venait de dire : de mon point de vue, si elle n’arrivait pas à convaincre Sélène, c’est plutôt elle qui me faisait une faveur. Mais je me mis à sa place et compris brutalement l’enjeu auquel elle avait dû faire face : si, pour aller dans l’arène, Coralie devait m’accompagner, je doute que j’accepterais. Et je me serais sûrement tournée vers elle. Non. Je ne douterais pas, je suis sûre que je refuserais. Et ce n’est pas « sûrement » que je me serais tournée vers Channelle, c’est certain. Je compris alors ce que ma réponse positive à sa demande représentait pour elle. Avant que je n’ai pu lui répondre, elle se ressaisit et s’éloigna de moi, me tournant le dos. Comprenant qu’elle voulait en rester là, je n’insistais pas.  Je tenais seulement à préciser quelque chose avant qu’elle ne reparte :

«  Si tu as l’occasion un jour, je ne doute pas que tu le feras, mais ne t’inquiètes pas surtout pour ça Channelle. Malgré ce que tu peux penser, je nous considère comme quittes. »

Elle s’arrêta sur le perron, dos à moi, pour m’écouter. Ne voyant pas son visage, je ne pouvais deviner comment mon annonce l’avait fait réagir. Mais ce n’est pas grave, je sais qu’elle m’a compris et que le message que je voulais faire passer l’a été.  Toujours sans se retourner, elle sortit et ferma la porte. J’attendis quelque seconde le temps d’entendre ses pas s’éloigner dans la rue pour m’assoir sur le canapé, encore abasourdie par la discussion que je venais d’avoir avec elle. Je ne savais pas si elle se rendait compte de ce qu’elle venait de me proposer, de l’espoir qu’elle venait de faire naître en moi. Espoir que je cherchais à calmer, à maîtriser : j’aurais du mal à supporter une autre déception.

Codage by Bird for all forums ©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
« »


MessageSujet: Re: Une adversaire digne de ce nom    

Revenir en haut Aller en bas
 

Une adversaire digne de ce nom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Districts supérieurs :: District 1-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Films