Partagez | 
 

 [FlashBack] L'épreuve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« Administratrice »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 838
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: [FlashBack] L'épreuve    Mar 13 Fév - 1:43



   

L'épreuve



Flashback

“Cela fait dix jours que tu travailles ici Channelle et mon petit doigt me souffle que tu as énormément de potentiel, et crois-moi il se trompe rarement. Néanmoins le Conseil d’Administration attend que tu fasses tes preuves et moi de mon côté je dois balayer tous mes derniers doutes; je dois savoir si tu pourrais avoir un grand avenir dans ce monde si particulier.   C’est pour cela que nous avons décidé de te tester dès demain. Tes capacités de réflexion, de communication, de gestion et d’improvisation seront mises à rudes épreuves mais je ne peux rien te révéler de plus. A présent rentre chez toi prend un chocolat chaud, repose toi et viens en forme.”

Les dernières paroles prononcées par Eneron avant qu’il ne me laisse partir m’avaient bousculée. Perturbée même, mais intriguée … N’étais-je pas après tout une simple stagiaire ici ? La stagiaire personnelle de « Mr. Stark », certes, mais une stagiaire quoi qu’il en soit. Et le conseil d’administration s’attendait à ce que je fasse mes preuves ?! Qu’est-ce que je devrais prouver, au juste ? J’avais beaucoup apprécié le stage, jusqu’à présent. Entre les visites, l’entraînement au tir, suivre Eneron dont le travail était, je devais bien l’avouer, fascinant, et qui avait gagné, là-encore de façon surprenante, mon respect et un peu d’admiration … J’avais adoré venir ici, même en cachette de tous mis à part de Zane. Mais ces derniers mots … « Channelle...j’ai confiance en toi ». Je n’avais pas trop su comment les interpréter. Pourtant j’adorais les tests. Peut-être parce que j’avais toujours eu tendance à les réussir, au centre des carrières. J’aimais le challenge, le dépassement de soi … Tout ça, c’était moi. Mon credo. Mais la façon dont il avait prononcé ces mots … « Confiance en moi ». Comme si lui attendait quelque chose, comme si le résultat du test de demain allait avoir une importance pour lui … Mais peut-être que je réfléchissais trop, après tout. Peut-être avait-il simplement vanté les talents de sa stagiaire, et il avait seulement peur de perdre la face devant ses congénères, si jamais je ne le rendais pas fier ? Il n’empêche qu’il y avait bien quelque chose qui était différent de d’habitude. Lorsqu’on avait un test au centre des carrières, ou un entraînement un peu « épreuve », je savais pertinemment comment le préparer. C’était simple : je passais la soirée à m’entrainer. Mais « réflexion, communication, gestion et improvisation » … C’était toutes des choses intuitives, ou apprise sur le long terme. Rien que je ne pourrais travailler ce soir … J’avais plus ou moins prévu de sortir retrouver Zane le soir-là, mais je n’en avais rien fait. Afin d’être au meilleur de moi-même le lendemain, et à défaut d’avoir des exercices à faire, la meilleure idée que j’avais était de passer une bonne nuit de sommeil afin d’avoir les sens le plus aiguisés possible au matin …

Je m’étais réveillée très tôt, ne tenant plus en place. Rester dans mon lit aurait sans doute été plus sage, mais je tournai dans mon lit comme un taureau en cage. J’avais donc enfilé un short et un débardeur, avait noué mes cheveux et m’étais éclipsée discrètement pour aller courir un peu, chose qui, en plus de me garder en forme, m’aidait toujours à me vider l’esprit. J’avais fait un tour dans le district, longeant un peu la forêt avant de revenir prendre une douche rapide. Je m’étais retrouvée à éplucher mon armoire à la recherche de quoi mettre plus tard … Mais là encore, mes pensées n’arrêtaient pas de tournoyer. Pratique ou stylé ? Les « épreuves » dont il avait parlé de semblaient pas physiques, mais plutôt réflexives …  Quoi qu’il avait parlé de savoir improviser. Improviser … N’était-ce pas, en toutes circonstances, avoir une tenue adaptée ? J’optais pour un pantalon noir, qui ferait classe mais ne me générait pas si j’avais besoin d’effectuer des tâches rapides ou d’avoir à escalader  quelque chose … Escalader, bon sang ! Il fallait que j’arrête de délirer, c’était le conseil de Stark Industries, pas les Hunger Games …

J’arrivai comme d’habitude assez tôt. Il avait été convenu entre Eneron et moi que mes horaires de stage ne perturberaient pas mes horaires au centre d’entraînement, depuis que je l’avais réintégré. Je passais le badge qui m’avait été remis au niveau de la porte arrière par laquelle j’accédai au bâtiment principal. Je restai un instant dans le hall, comme il me l’avait demandé, jusqu’à ce que j’entende des pas derrière moi. Je pivotai.


_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Like a vendetta, see how this is gon' go. Touch me and you'll never be alone. Island breeze and lights down low, no one has to know. In the middle of the night, in my dreams ... You should see the things we do, baby. In the middle of the night, in my dreams, I know I'm gonna be with you so I take my time. Are you ready for it? Taylor Swift



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 45 ans.
☆ Surnom : Le renard
★ Occupation : Vendeur d'armes
☆ Humeur : Plutôt bonne
★ Plat préféré : Pizza , foie gras
☆District : Un

○ Points : 406
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: [FlashBack] L'épreuve    Mer 21 Fév - 23:34








Une séance de sport intense, une douche bien chaude, un petit déjeuner copieux agrémenté d’un café fort, quelques minutes pour enfiler son costume et nouer sa cravate; pas de doute, la journée d’Eneron Stark était bien lancée. Il sortit de chez lui et emprunta le chemin qu’il avait pris tant de fois au cours de ces dernières années pour se rendre au siège des Stark Industries. Malgré le temps et la fortune le magnat de l’armement n’avait jamais cédé à une forme de routine quotidienne au travail. Il s’était toujours trouvé de nouveaux objectifs, lancé d’autres défis pour repousser ses limites et garder l’entreprise en ébullition. Un objectif ambitieux et bien déterminé était le meilleur moyen pour stimuler n’importe quel travailleur et l’ancien vainqueur n’échappait pas à la règle. Ce matin-là il se rendait même avec une petite pointe d’excitation vers son lieu de travail; Channelle Featherstone y travaillait comme stagiaire depuis une dizaine jour et Eneron avait décidé de lui concocter une petite surprise visant à tester ses réelles capacités. Le rôle de cette stagiaire très spéciale, et presque secrète, avait été plutôt limité jusque là mais l’homme d’affaires appréciait grandement cette jeune femme et ne s’en était jamais caché. Il croyait en son potentiel au contraire d’une grande partie du Conseil d’Administration qui voyait d’un mauvais oeil la présence d’un membre de la famille Featherstone au sein de la firme. Ses collaborateurs craignaient particulièrement que la nouvelle se répande et provoque un nouveau scandale autour de l’entreprise; Eneron s’en amusait , ce ne serait pas le premier scandale et sûrement pas le pire.

Il fit son entrée dans le vaste hall du bâtiment et balaya les lieux du regard. Presque instantanément il avait repéré une silhouette familière de dos: de longs cheveux bruns lâchés qui encadraient un jeune corps harmonieux et affûté. Elle était à l’heure, parfait. Il se dirigea vers elle, le bruit des ses pas sur le sol d’un blanc ivoire résonna dans la pièce entière et, alertée, Channelle fit volte-face et se retrouva nez-à-nez avec son nouvel employeur qui lui adressa un sourire jovial.

“Ah! Channelle te voilà!”
s’exclama-t-il.

Certes, c’était Eneron qui était arrivé en retard mais la formulation de sa phrase laissait indiquer qu’il l’avait attendu pendant plusieurs minutes. L’art de l’esbroufe.

“Tu m’as l’aire d’être en forme. C’est parfait, tu en auras bien besoin.”

Une petite lueur d’excitation qui avait quelque chose d’enfantin brillait dans les yeux de l’homme d’affaire. Il était un joueur depuis toujours, c’est ce qui avait en partie fait son succès mais ce qui lui avait également valu plusieurs déconvenues cuisantes. Quelque chose lui disait aussi qu’il partageait ce goût du jeu avec Channelle, il percevait la même malice sur son visage juvénile.

“Alors comment te sens-tu? Impatiente? Stressée? Excitée?”


D’un mouvement de la tête il lui fit signe de le suivre en direction des ascenceurs. Ils pénétrèrent dans une vaste cabine à grandes vitres qui permettent d’admirer l’intérieur du bâtiment tout en s’élevant dans les airs. L’élévateur monta sans un bruit jusqu’aux niveaux supérieurs où se trouvaient les bureaux de la pupart des têtes pensantes de la corporation. Le petit “ding” caractéristique retentit avant qu’une voix féminine enregistrée ne se fasse entendre:

“Niveau 28, Conseil d’Administration.”


Ils n’eurent pas le temps de faire trois pas en sortant de l’ascenceur qu’une femme à l’allure distinguée et habillée très chic accourut vers eux.

“M. Stark! M. Stark vous voilà enfin!
- Voyons Gala, pourquoi cet air paniqué?
- M. Smith du Deux sera bientôt là et …
- Je vous avais demandé de reporter ce rendez vous à demain non? “

Gala Undersail, la brillante assistante de Stark se pinça les lèvres, visiblement embarrassée. Bien que très courtoise, la remarque de son employeur était teinté d’une once de reproche. Eneron réclamait l’excellence au sein de son entreprise et n’aimait pas être déçu.

“Eh bien oui j’ai essayé plusieurs fois mais il refuse catégoriquement d’être “reporté comme un vulgaire sous-fifre.”
- Et moi je reste maître dans ma maison. Que cela soit clair je ne laisserai jamais l’étranger moduler mon emploi du temps à son gré. Si Smith qu’on lui serve un café, on pourrait même lui proposer un massage mais pour me voir il devra attendre. Je vous laisse le soin de lui annoncer cela Gala .”


La collaboratrice du magnat de l’armement acquiesça d’un hochement de tête, l’air mi-admiratif mi-agacé. Cette capacité qu’avait Eneron à asseoir son autorité en ses terres était impressionnante mais aussi parfois si exagérée qu’elles en devenait irritante.

Le patron et sa stagiaire se remirent en marche. Ils déambulèrent quelques minutes le long de couloirs l’architecture innovante et dont la décoration reflétait bien l’esprit de l’entreprise et de son fondateur. Ils s’arrêtèrent finalement devant deux grandes portes de bois. Une inscription gravée sur une plaque dorée indiquait “ Conseil d’Administration des Stark Industries.” Eneron se pencha alors vers Channelle et parla d’une voix assez basse pour que nul ne puisse les entendre à travers la porte.

“Channelle, l’heure de l’épreuve dont je t’ai parlé est arrivé. Le but pour toi aujourd’hui est de prouver tes capacités, de justifier pleinement ta présence ici. Derrière cette porte se trouve une horde de rapaces prêts à se jeter sur toi à la moindre erreur que tu commettras. Nous essaierons de t’embrouiller, te déstabiliser ou de te piéger; mais toi tu dois rester debout, ne pas céder aux pressions. Tu dois nous montrer que tu as l’étoffe pour gérer tout ça. Il te suffit juste d’utiliser cela - il illustra son conseil en tapotant son crâne- et tu réussiras. Alors à présent ma très chère stagiaire je ne peux que te souhaiter bonne chance. La partie commence…

D’un geste théâtral dont il s’était fait le spécialiste, Stark ouvrit grand les portes de la salle de réunion avant de saluer les personnes présentes. La pièce était spacieuse et lumineuse. Une grande table en ovale trônait au centre autour de laquelle était installé la vingtaine de membres qui formaient le conseil d'administration. Un grand écran- pour le moment éteint- se trouvait au fond et de multiples autres plus petit affichaient fièrement le logo de l’entreprise. La grande baie vitrée permettait de profiter d’une abondante lumière naturelle et d’observer une partie du District Un depuis les airs.

Eneron présenta à la cadette des Featherstone une chaise pivotante en bout de table sur laquelle elle s’installa et il partit s’asseoir à l’autre bout de la pièce près de son plus proche collaborateur Tobias Ewlis. L’ancien vainqueur prit finalement la parole :

“Channelle permets moi, au nom de la totalité du Conseil d’Administration, de te souhaiter la bienvenue ici. Un café ou un thé peut être avant de commencer?”

Sans attendre une réponse de la Carrière, un des membres placés à sa droite se mit à parler d’un ton cassant et froid. Il semblait être le plus âgé avec son visage ridé et son crâne presque totalement dégarni où l’on trouvait encore quelques touffes de cheveux blancs sur les côtés. Ses lunettes carrées et sa maigreur extrême renforçait encore son côté rigide.

“Francis McStenwell, Directeur des Ressources Humaines. J’aimerais commencer avec quelques petites question pour notre nouvelle stagiaire.”

Tous les regards se tournèrent alors vers le doyen des administrateurs. Tout le monde se doutait que le vieux McStenwell allait tôt ou tard arriver avec sa salve d’interrogations; il avait finalement décidé d’ouvrir le bal. D’un geste nerveux le DRH remonta ses lunettes avant de dévisager la jeune femme assis en bout de table.

“Tout d’abord je voudrais savoir si votre entourage était au courant pour votre emploi ici. Si oui quelle fut leur réaction ? Sinon qu’est ce qui a donc pu vous me motiver à le leur cacher? Dites la vérité, de toute façon nous la saurons tôt ou tard.”

Le Conseil d’Administration chez les Starks Industries ne perdait pas de temps en tournant inutilement autour du pot; ils allaient droit au but. Avec cette première question brûlante McStenwell venait de donner le rythme aux autres; ce n’était que le début pour Channelle.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[FlashBack] L'épreuve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Districts supérieurs :: District 1-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit