Partagez | 
 

 En route vers le D1.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
« Invité »


MessageSujet: En route vers le D1.   Lun 22 Jan - 19:21

En route vers le D1.Killy x SélèneCe matin je suis affalée dans mon lit telle une véritable épave. Les yeux mis clos, couverture remontée jusqu'au nez, je somnole. En bas, j'entends les cris de ma mère : " Dépêche toi Killy ! Tu vas être en retard pour la sortie au District un, allez ! ". Non mais justement. C'est bien ça le problème. Les sortie vers d'autres Districts, je hais ça ! On est tellement mieux chez soi, ça c'est bien vrai ! J'me fiche de comment c'est en dehors de chez nous ! Je soupire.. Je n'ai vraiment pas envie d'y aller.. Mais, je sais que si je n'y vais pas, je vais me faire tuer par mon père. D'ailleurs voilà que je l'entends monter les marches quatre à quatre.. oups ! Je bondis de mon lit et le contact du sol froid sur mes pieds nus me réveilla bien vite. D'un pas pressé je descendit les escaliers en baissant la tête. Histoire de pas croiser le regard fâché de mon père. En bas, mon frère et ma mère sont assis à la table et déjeunent calmement. Je pris une pomme bien verte et, sans prendre le temps de m’asseoir à la table moi aussi, remonta dans ma chambre pour m'habiller. Bien vite, j'enfila pantalon et pull noir. Je jeta un coup d’œil rapide à l'horloge sur le mur : elle indiqua 7h42. Parfait ! Je suis dans les temps. Quoique.. arriver en retard pour que tout le monde parte sans moi est une idée qui ne me déplaît pas ! Devant la porte d'entrée, j'enfile mes chaussures. Mon frère fait de même. Par contre, mon père est déjà totalement prêt et nous attend en croisant les bras, l'air impatient. Une fois tous prêts,  on embrasse notre mère et partons, mon frère mon père et moi, en direction du centre. Notre père ne nous accompagne pas à la sortie. Ce qui est déjà une bonne chose. On ne mit pas longtemps à arriver au centre. Il n'est qu'à quelques minutes de ma maison. Une grande foule attendait devant le centre : le groupe. Tout le monde sautille sur place d'impatience. J'vois dans les yeux de mon frère que, lui aussi. Super.. Notre père nous laisse et moi et mon frère nous retrouvons perdus dans la foule. On n'attendit pas longtemps. A huit heure, on partit tous vers la gare. Le train est déjà là alors on s'empressa bien vite de monter dedans. Le voyage ne fut pas trop long. Enfin, pour ceux impatients comme jamais, peut-être que si. A ma grande déception on arriva tous sains et saufs. Le train n'avait pas fait d'accident, personne a fait de malaise, dommage. On descendit tous un à un du train et furent comptés. Une fois tout cela fait, direction le centre du un ! Pendant qu'on marche, je remarque que le un est pas mal fournis en boutiques. J'pense que c'est quand même pas pour rien qu'on le surnomme " District de Luxe ". Les veinards. Au un, j'y suis déjà allée à plusieurs reprises. Pour le marché, par exemple. C'est pour ça que je ne fais pas trop attention à ce qui m'entoure et marche rapidement. Contrairement à certains, moi, je marche pas la bouche ouverte en bavant devant chaque vitrine. Si déjà je viens, autant faire bonne impression et pas passer pour un con. Ca y est. Le centre se dresse devant nous tous. J'avoue que cette fois ci, je suis quand même impressionnée. Oui oui j'avoue, ça fait son petit effet ! Mon frère qui marchait à mes côtés pointa le centre du doigt avec un air ébahi. J'hocha la tête lentement, tout aussi impressionnée. C'est pas un petit centre qui se dresse devant nous, oh non. Bien que le nôtre est aussi bien grand, celui là encore plus ! Coup d’œil rapide vers les autres : ouf, eux aussi sont impressionnés. Une grande porte s'ouvrit et on s'y engouffra tous en se bousculant les uns les autres. C'était spacieux. Très spacieux. Bien plus spacieux que je ne l'aurais imaginé. Les coachs, la mentor, enseignants du un nous accueillirent bras ouverts, tout sourire. Moi qui avait suivis toute édition des Hunger Games reconnu très vite Sélène Featherstone. D'ailleurs, pas que moi. Les autres voulurent aller la saluer mais moi, je m'abstiens. Quand même. Autant pas faire mauvaise impression. Nous furent séparés en plusieurs groupes répartis chez plusieurs responsables différents. A ma grande surprise, je fus envoyée dans celui de Sélène. Tant mieux pour moi, dommage pour les autres. Elle se présenta d'une traite. Je suppose qu'elle se doute qu'on la connaît déjà tous. Enfin.. sauf ceux qui vivent dans une grotte. Nous nous réunirent tous autour d'un tapis, assis en tailleur - ou pas - autour, Sélène au centre. Dans sa main je pus apercevoir une liste avec nos noms et prénoms ainsi qu'une photo d'identité. Elle commença à détailler le programme de la journée, l'activité que nous allons faire de suite et, bien sûr, les règles fondamentales. Bon, bien qu'elle ne me déplaît pas, je n'écoute pas. J'eus un moment d'absence et ne capta que quelques mots de son charabia. Perdue dans mes pensée, j'serais sûrement perdue quand on passera à l'activité. Au pire tant pis, j'demanderai à quelqu'un de m'expliquer. Ou au pire j'me ferais reprendre, tant pis pour moi.©  YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
« Administratrice »
★ Âge : 29 ans
★ Occupation : Mentor
★ Plat préféré : Foie gras
☆District : Un

○ Points : 937
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: En route vers le D1.   Sam 27 Jan - 2:29

En route vers le Distrist Un
Sélène & Killy


Ce cirque n'avait même pas encore commencé. Je crois que c'était cela le pire. Impossible de m'empêcher de faire rebondir le crayon sur la plaquette où était accrochée une liste de petits carrières prétentieux du District Deux. Ils n'étaient pas encore là et tout un chacun dans le centre m'aurait trouvé dure et chauvine à ainsi pester quant à leur venue. Pourtant, je continuais à marteler la feuille en rythme, l'air ailleurs. L'Expiation était finie depuis une semaine à peine et j'y avais perdu bien plus que deux tributs. A la surface de ma mémoire, des souvenirs amers étaient remontés et s'amusaient à me hanter depuis, sans compter Channelle qui n'était toujours pas sortie de l'hôpital.

Je tournai mon regard vers les coachs qui se réunissaient déjà, parlant fort et bombant le torse. Combien d'entre eux allaient jouer les coqs devant ces gamines influençables et influencées qu'on nous expédiait pour leur apprendre à se battre ? Kyle ferait partie du lot, il l'avait bien fait avec Pearl... Et maintenant, il faudrait bien qu'il la remplace... Mieux valait garder le silence, il faisait ce qu'il voulait de sa réputation de vainqueur et pouvoir embobiner les jolies blondes sans même rien leur promettre en retour était sans nul doute son gain préféré. Connard.

Apprendre ce qu'il avait fait subir à Channelle en mon absence me mettait hors de moi. Cette lutte incessante ponctuait nos existences depuis notre enfance, elle constituait une rivalité dont nous avions entretenu la hargne à force de défis remportés. Cependant, faire payer à notre sœur mon entourloupe pour l'obliger à abandonner l'idée de se porter volontaire était une attaque de trop... Qu'on se déteste, qu'on se haïsse et se batte, tout cela était sans conséquence car nous avions compris que jamais nous ne pourrions être plus que des inconnus l'un pour l'autre. Des frère et sœur qui n'avaient en commun que le sang. Cette guerre était entre nous, Channelle n'avait pas à devenir un dommage collatéral dès que Kyle sentait l'écume de la rage lui monter aux lèvres.

Mes paupières se fermèrent un instant, je virai vers l'entrée du centre d'entraînement pour sortir. Il me fallait respirer un air pur. Pourtant, à peine eus-je gagné la porte que je les vis au loin. Troupeau désordonné, voilà qu’ils arrivaient déjà tout heureux de participer à cet « échange entre carrières ». Ma mâchoire se serra, je tournai talons.

▬ Ils arrivent ! lançai-je pour que le coach chargé de les accueillir et de les assigner à un groupe de travail aille s’en occuper.

Quant à moi, je me positionnai à proximité des tables d’armes. Elles avaient été dressées avec le plus grand soin et le reflet du soleil qui filtrait par les baies vitrées du haut de la salle ne leur donnait que plus d’éclat. Uniquement des armes de contact, des lames de toutes tailles et des haches. Les dagues et autres poignards étaient pourtant les seules à trouver grâce à mes yeux. Bien que leur tranchant soit émoussé, ce qui les rendait nettement moins destructrices que je l’aurais souhaité, l’idée de bientôt pouvoir les faire virevolter entre mes mains apaisait un peu le flot de pensées négatives qui noyait mon esprit. Non pas que faire une démonstration à une bande d’adolescents aux hormones frétillantes et aux égos surdimensionnés m’excitait, loin de là, rien que leur rêve futile d’une arène dont on peut sortir vainqueur m’écœurait. Ce que je désirais c’était plutôt voir ses armes onduler devant moi dans une de leurs danses hypnotiques, si belles et si dangereuses… Elles n'étaient que ma seconde arme de prédilection, mais je saurais m'en contenter...

Il fallut pourtant que je délaisse leur vision apaisante pour aller me placer à côté des autres coachs, comme à notre habitude Kyle et moi mettions un point d’honneur à garder nos distances.

Fais un grand sourire Sélène, me répétai-je instinctivement. C’était une image à se donner, tout cela n’était qu’un spectacle idiot. Comment ces gamins pouvaient-ils réellement croire qu’il s’agissait d’un banal « échange », comme si on désirait offrir sur un plateau d’argent nos compétences à des carrières d’autres districts… Dans cette rencontre se jouait plutôt un repérage malsain, un moment où nous tentions de déceler lesquels d’entre eux seraient sélectionnés par leurs entraîneurs pour se porter volontaires l’année prochaine. Il était encore un peu tôt pour que les dés soient joués, après tout l’Expiation venait à peine de tirer sa révérence, mais les tendances étaient rarement trompeuses.

La mentalité n’évoluant guère et ma victoire qui avait largement marqué les esprits faisant le reste, beaucoup me dévisagèrent entre envie et admiration, ce qui finit de me convaincre que cette journée allait être un calvaire. Néanmoins, je m’éloignai rapidement le temps que la répartition se fasse, me plaçant déjà sur mon espace qui recouvrait une bonne surface dans le centre de la salle.

Un coup d’œil distrait aux fiches des carrières à qui j’étais censée prodiguer des conseils pour vaincre dans l’arène, pour vaincre mes tributs en réalité si on y réfléchissait bien, puis je redressai la tête en les voyant déjà accourir vers moi. Le soupir resta dans ma gorge : les carrières du District Deux étaient toujours les plus pénibles… Ceux du Un se croyaient supérieurs, ceux du Deux étaient de vraies machines de guerre, seuls les carrières du Quatre semblaient parfois disposer d’un tant soit peu de cervelle. Aujourd’hui, je n’écopais donc pas du bon fardeau.

Tantôt à coup de sourires sympathiques, tantôt avec un rictus rieur au coin des lèvres, ils prirent place en cercle autour de moi. Lorsque je fus assurée que le dernier était arrivé, je commençai sans attendre :

▬ Sélène Featherstone, mentor du District Un. Je serai votre coach pour la journée !

Brève. Efficace. J’avais toujours aimé être le centre d’attention, mais uniquement quand ceux qui me l’accordaient étaient importants ce qui n’était définitivement pas le cas ici.

J’enchaînai immédiatement avec les banalités : interdit de tuer qui que ce soit, même si cela aurait relevé de l'exploit avec les lames que nous proposions, toujours stopper le combat si l’adversaire donnait le signal d’arrêt, ne pas prendre d’arme sans que j’en ai donné l’ordre ni débuter un affrontement sans mon aval, ne pas m’interrompre mais attendre sagement la fin de mes indications pour poser des questions,… Normalement, ces règles de base devaient leur être familières. Je finis en précisant la raison pour laquelle ils avaient été répartis dans mon groupe : les lames courtes… Selon leur coach, elles étaient leurs armes favorites, celles dans lesquelles ils excellaient et j’étais une experte. J’allai leur enseigner quelques techniques qu’ils pourraient ensuite tester les uns avec les autres.

Tous étaient captivés par mon discours ou l’aura que je dégageai et qu’ils espéraient tous avoir un jour bien que seuls quelques privilégiés -  ou malheureux imbéciles – auraient le droit de toucher du doigt, avant de mourir pour la plupart. Peut-être n’y avait-il aucun futur vainqueur dans la salle d’ailleurs. Cette pensée aurait pu paraître dure si je l’avais énoncée à voix haute et je m’en serais abstenue si je n’avais pas remarqué une fille brune au regard perdu dans le vague. Là où même les habituels tire-au-flanc faisaient sans doute mine de m’écouter, celle-là baillait carrément aux corneilles. Cependant, je l’avais dans ma ligne de mire et c’est donc naturellement que je lâchai :

▬ Je ne suis pas là pour vous faire gagner une arène mais pour vous donner des conseils afin d’affiner votre maîtrise de ces armes et, peut-être bien que si vous êtes attentifs, vous saurez alors les utiliser pour obtenir la victoire. Mon regard se planta directement sur la silhouette de l’irrespectueuse demoiselle et je poursuivis : Pas comme votre camarade que j’ennuie visiblement, n’est-ce pas Killy ?

Tout en parlant, j’avais feuilleté la liste sans vraiment la regarder pour trouver son nom. D’un geste vif, je balançai la liste vers un des angles de notre round improvisé : elle atterrit presque sur les genoux d’un jeune assis en tailleur et qui sursauta quand la planche de bois émis un bruit mat, atténué par l’épaisseur du tapis. Amateur.

▬ Tu en sais tant que je suis certaine que tu voudras bien nous montrer tes talents. Voyant qu’elle ne réagissait pas, surprise de mon invective, j’esquissai un sourire qu’on aurait dit jonglant entre air carnassier et moqueur en m’approchant un peu plus d’elle : Va choisir une arme sur notre table et fais-nous une "démonstration", dis-je en indiquant la table d’un signe du menton et en insistant bien sur le dernier mot avant d'ajouter :Tout de suite !

Je n’avais pas crié, juste été d’une raideur implacable. Avait-elle compris où j’allai en venir d’ici peu ? Ou pensait-elle encore qu’elle allait s’en tirer à si bon compte ? En y réfléchissant bien, cette fille n’y était pour rien dans mon agacement mais cela n’était pas grave, elle paierait pour tout ce qui me hantait…






_________________



"Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t'apprend parfois à vivre avec." Proverbe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: En route vers le D1.   Sam 3 Fév - 12:10

En route vers le D1Killy x SélèneEt blablabla et blablabla, lames courtes, combat deux contre deux, ouais basique quoi ! C'est pas comme si j'avais fais cet exercice genre, quoi ? Trop de fois ? Mais bon, les lames courtes, c'est mon domaine donc pour le coup, je suis plus ou moins ravie de l'exercice. Pas comme la dernière fois où on a fait de l'arc.. A chaque fois que je veux tirer, un spasme décide de faire sa merveilleuse apparition et je rate la quasi-totalité du temps ma cible ! Rien à voir avec la blondinette sur ma gauche qui manie à la perfection l'arc. Mais bon, j'trouve que c'est une arme lâche, attaquer par distance quoi ! Mais bon, bref, revenons en à nos moutons : pas le droit de tuer.. sans blague ? Pas là pour nous faire gagner une Arène, ouais, cool. Ce charabia fut brusquement arrêté par un vif changement de sujet et de ton. Elle parla avec une voix plus forte et plus stricte. Attendez.. quoi ? Je rêve !

- Pas comme votre camarade que j’ennuie visiblement, n’est-ce pas Killy ?

Je n'avais pas suivi, donc là je ne sais pas pourquoi elle me dit ça, mais une chose est sûre : elle a capté que je n'ai pas vraiment écouté ! Ses paroles furent accompagnées d'un geste typique " j'me la pète " et tous fixèrent la mentor avec admiration avant de tourner le regard vers moi. Mon cœur fit un bond dans ma poitrine, si bien qu'il allait s'échapper de la cage thoracique. Moi qui aimait me faire discrète ! Je fixa Sélène d'un regard béat, bouche légèrement entre-ouverte. Je ne peux pas protester : je n'ai de un pas le courage ni l'assurance nécessaire et de deux, elle a raison. Je n'écoutais pas. Prise au piège comme on dit ! Ca m'apprendra..

- Tu en sais tant que je suis certaine que tu voudras bien nous montrer tes talents. Elle se rapprocha, avec un sourire que je jugea sadique aux lèvres. Va choisir une arme sur notre table et fais-nous une "démonstration", tout de suite !

Alors là mais c'était l'arrêt cardiaque ! Certains pouffèrent d'une façon qui était tout sauf discrète, d'autres échangèrent des murmures.. Non.. Pincez moi je rêve vraiment. Affronter Sélène Featherstone est sûrement un privilège, mais pas comme ça, pas maintenant, pas devant tout le monde ! Je rougis du bout du menton jusqu'au bout des oreilles. La table, lames courtes, le combat.. Tuez moi. Morte de honte, c'est possible, non ? Je pris une grande inspiration et expira longuement. Ma façon à moi de contrôler les pics de panique. Je me releva en tremblant légèrement, ne faisant pas attention aux regards virés sur moi. J'essuya rapidement mes mains plus que moites sur mon pantalon, et, d'une voix que je voulais assurée mais qui fut plutôt timide et incontrôlée déclara simplement

- D'accord.

D'une démarche franchement peu assurée je me dirigea vers la table. Lames courtes de type dagues, poignard, et tout le tralala. Je choisis l'arme avec laquelle je suis la plus à l'aise : la dague. J'essuya une dernière fois mes mains et en pris doucement une. Peu tranchante, oui, mais ça fera l'affaire. Je respire bruyamment et on entendait que moi parmi le silence qui s'était installé. J'allais me ri-di-cu-li-ser ! Quand mon père apprendra ça il me tuera.. A moins que je parvienne à faire mes preuves ! J'allais, je devais, réussir à l'impressionner. Je fis tourner la dague entre mes doigts. Cela fait longtemps que je n'ai plus fais de combats à la dague. Ce sera une opportunité de savoir si je suis rouillée ou pas ! Lentement, le plus lentement possible je me plaça face à la dure Sélène. Vu comme ça, elle me semble être une roche incassable sans aucunes fissures. Moi, j'ai l'impression d'être la poule et elle le renard. Je me concentra, ferma les yeux un instant et les rouvris, sourcils froncés et regard franc. Je la fixa d'un regard déterminé même si on pouvait deviner la peur dans mes mouvements.

- Je suis prête. C'est quand vous voulez. Dis-je d'une voix cette fois un peu plus assurée et franche, un air fermé et concentré sur le visage.

Sélène n'attendit pas très longtemps pour attaquer et j'eus à peine le temps de capter ce qui m'arriva. Ca va donc bien vite avec elle.. Tant pis, j'ai de bons réflexes. Je crois. Je m'attendais à ce qu'elle fonce sur moi alors je me décala d'un grand pas vers la droite mais elle se contenta de rester à une bonne distance autour de moi, muscles bandés, en mouvement, prête à l'attaque. Rapidement, je fis de même et pris l'initiative d'attaquer en première. Je fis deux grand pas, bras tendus, dague orientée vers elle. Sans surprises elle empoigna elle parvint à contrer mon geste en empoignant fermement mon avant-bras. Je tenta de dégager en vain de me dégager mais elle tenait trop fort. Elle entreprit de me faire un balayage afin que je tombe par terre mais je fis un pas de coté pile à temps. De ma main gauche, qui était ballante, je pris la dague de ma main droite et la porta au cou de Sélène. Je suis droitière, je prends des risques, mais là je n'avais pas trop le choix. Elle lâcha mon avant-bras qu'elle avait empoigné sous l'effet de la surprise et je la poussa avec la paume de la main en arrière. J'avança afin qu'elle recule, ma dague toujours portée vers son cou. Je n'avais pas fait attention mais elle avait changé sa dague de main à son tour afin de m'attaquer à ma gauche, voulant viser mon flanc. Je ne réagis cette fois-ci pas bien vite car je ne m'attendais pas du tout à cette attaque et la voilà passée derrière moi. Je fis volt-face d'une façon rapide, leva mon bras en avançant pour l'attaquer mais elle était rapide et recula assez pour mettre un minimum de distance entre elle et moi. J'avais chaud, et ce combat ne rimait à rien, c'était une perte de temps, j'allais perdre. Haletante, je suis totalement relâchée. Je pensa que Sélène allait stopper le combat ici afin que cela me serve de leçon, mais visiblement elle voulut continuer la leçon plus loin. Elle profita de mon moment d’inattention totale pour se jeter violemment sur moi. Elle me poussa violemment à terre et je tomba dans un fracas sur le dos. La mentor déterminée s'assis à califourchon sur mon ventre, ses pieds posés sur mes mains. Sa dague était portée à mon cou, et de sa main gauche elle tenait mon épaule de façon à m'immobiliser d'avantage au sol. Elle mit tout son poids sur moi et il m'était quelque peu impossible de m'échapper. J'avais beau gesticuler de gauche à droite, rien n'y fit. Sélène Featherstone m'a eu ! Et ce, sans surprise.
©  YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
« Administratrice »
★ Âge : 29 ans
★ Occupation : Mentor
★ Plat préféré : Foie gras
☆District : Un

○ Points : 937
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: En route vers le D1.   Sam 10 Fév - 2:10

En route vers le Distrist Un
Sélène & Killy


S'il y avait bien une chose que je ne pouvais nier aimer dans la gloire que procurait la victoire aux Hunger Games, c'était le sentiment de toute puissance. Dans l'esprit de tous ces jeunes, j'étais une légende et ils avaient raison : je l'avais forgée à la sueur de front et gravée à l'encre de mon sang devant l'ensemble de Panem. Sélène Featherstone avait réussi un coup de maître, une finale théâtrale où elle avait vendu son âme.

Alors quand cette gamine se leva et alla choisir à contrecœur une arme sur la table que j'avais désignée, je sus que ce comportement revêtait une forme de courage. Même s'il avait été précédé d'une bonne dose d'idiotie, j'étais plutôt satisfaite de voir qu'elle avait le cran de se saisir d'une d'entre elle et de me rejoindre sur le tapis sans même rater un pas. Entre mes injonctions et les railleries imbéciles de ses camarades, d'autres se seraient effondrés pour moi que cela ! Cette fille ne cédait pas. L'hésitation et l'angoisse transparaissaient dans sa démarche, suintaient par tous les pores de sa peau. Pourtant, ses pas la portaient face à moi. Elle allait se battre, quelle que soit l'issue prévisible du combat.

Un sourire s'étira sur mes lèvres, dans un instinct primaire redoutable. Certains carrières osèrent ricaner, je leur lançai un regard glacial qui scella leurs lèvres et fit définitivement disparaître leur air moqueur avant que la fameuse Killy ne soit revenue me faire face.

Attaché à ma cuisse, le fourreau d'une dague renfermait mon arme de prédilection. Le manche était décoré de gravures fines et une pierre de jade y était sertie. Lors des entraînements, cette fantaisie de me quittait jamais bien qu'elle fut totalement inoffensive : la lame émoussée volontairement n'aurait pas su faire le moindre mal à mon malheureux adversaires, contrairement à sa jumelle qui restait tranquillement dans un tiroir de ma chambre.

Droite et fière, j'attendis patiemment qu'elle se déclare prête. Les paupières closes, Killy tentait de trouver en elle la concentration qui lui avait manqué jusqu'à présent et qui l'avait précisément conduite à se tenir au centre du spectacle. Se rendait-elle compte que si mener une bataille devant ses compères d'entraînement lui était difficile, cela le serait infiniment plus devant les caméras ? Car il ne suffisait pas d'être fort pour gagner, il fallait œuvrer avec panache.

C'est pour cette raison que je lançai les hostilités dès qu'elle se fut déclarée prête. "Je peux t'assurer que tu ne l'es pas..." aurai-je eu envie de lui répondre. Je m'en abstins, préférant passer à l'acte au lieu de me perdre dans d'interminables discours. Les paroles étaient inutiles dans l'arène, plus tôt ces gosses le comprendraient et plus vite ils sauraient que l'individualisme était l'unique solution pour s'en sortir en vie. Pas vivant, juste en vie.

Le combat fut féroce et je dus bien admettre que certains de ses coups furent suffisamment malins et techniques pour me surprendre, mais pas assez pour me désarçonner. C'est ainsi que seulement quelques minutes après le début de notre confrontation, je me retrouvai assise à califourchon sur sa silhouette de carrière déchue.

▬ On dirait que tu n'étais pas si prête que cela... dis-je en pressant la lame sans tranchant contre sa gorge pour qu'elle abdique.

Bientôt, ses muscles se relâchèrent. Elle avait perdu. Ses camarades applaudirent : non pas le talent qu'elle avait déployé à tenter de me tenir tête bien qu'elle sut qu'elle n'avait presque aucune chance de réussir, mais la facilité avec laquelle j'avais retourné la situation en ma faveur en si peu de temps. L'injustice, encore un truc que l'arène leur apprendrait. Si vous gagniez à chaque fois, on vous adulait. Si vous ne commettiez qu'un seul faux pas, vous tombiez en disgrâce. Si vous mourriez, vous tomberiez dans l'oubli...

▬ Je crois que maintenant tu sais que tu as encore bien des choses à apprendre... glissai-je à Killy avant de détacher ma dague de son cou et de la ranger à sa place. Je me redressai ensuite et me relevai d'un mouvement pour la libérer.  Première démonstration terminée, allez tous choisir une arme et entraînez-vous deux à deux ! Allez ! Montrez-moi ce que vous avez retenu ! ajoutai-je pour les pousser à se bouger.

A mes côtés, Killy s'était assise sur le tapis et sans doute s'apprêtait-elle à aller se fondre à nouveau dans la masse de ce groupe homogène qu'on m'avait attribué. Retomber dans l'anonymat... Elle n'aurait pas ce luxe si elle participait aux Jeux et les remportaient. Y avait-elle seulement songé ? Non. On ne songe pas à ces choses-là, on les découvre en même temps que les autres petites lignes griffonnées en bas du contrat qu'on a jamais connu avant de signer pour la perpétuité...

▬ Reste-la toi, lui dis-je à voix basse pour empêcher qu'elle ne s'éclipse.

Mine contrite, Killy me dévisagea. Croyait-elle qu'une nouvelle humiliation allait suivre ? Un sourire s'afficha au coin de ma bouche maquillée légèrement, mon pouvoir me surprendrait toujours. Tel un chat, on aurait pu croire que je prenais un plaisir sadique à m'amuser de ma proie pendant des heures et c'était très souvent le cas. Néanmoins, cette fille avait su garder son sang-froid et m'offrir une performance bien plus digne que divers petits péteux de carrières de mon propre district. Après la remontrance, je lui devais bien un encouragement.

Elle resta là, attendant la sentence jusqu'à ce que tous les autres carrières de mon groupe aient débuté un combat.

▬ C'est bien pratique finalement... Comme elle ne voyait pas de quoi je parlais, j'ajoutai sans détourner mon regard des entraînements qui débutaient : Le groupe impair... On va avoir tout le loisir de discuter...

Je fis quelques pas vers la table des armes, de là nous pouvions contempler tous les affrontements qui avaient lieu. J'analysai la faible défense d'un carrière au torse puissant tout en poursuivant mon propos d'une voix qui disparaissait dans les grognements d'effort des combattants.

▬ Tu as une bonne technique, mais tu n'as pas l'habitude qu'on aille au bout des choses... constatai-je. Tu aurais pu avoir une chance si tu n'avais pas cru que j'allai tout stopper. Aucun combat n'est fait pour infliger une leçon, ils sont tous faits pour désigner un vainqueur et un perdant. Et dans l'arène, c'est ce qui fera la différence entre ta survie couverte de gloire ou ta mort dans l'indifférence générale.

Mes mots étaient durs. Toutefois, j'aimais croire que j'étais sans doute la seule assez honnête pour dire la vérité aux carrières qui le méritaient.

▬ Tu t'entraînes depuis longtemps ? continuai-je, avant de tourner un visage apaisé, presque amical vers elle pour la mettre à l'aise : Pas trop déçue de ne pas avoir participé à l'Expiation ?

Observatrice, je guettai le moindre changement dans sa posture. Cette gamine avait attisé ma curiosité avec cette contenance qu'elle parvenait à conserver malgré le stress et les ecchymoses qui commençaient à apparaître sur ses bras, vestiges de nos coups vifs. J'espérais pouvoir apprendre à la connaître, mieux valait garder un œil sur les potentiels adversaires à ma petite sœur, même si à l'heure actuelle elle était toujours étendue sur un lit d'hôpital et que son absence envahissait mes pensées.  






_________________



"Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t'apprend parfois à vivre avec." Proverbe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
« »


MessageSujet: Re: En route vers le D1.   

Revenir en haut Aller en bas
 

En route vers le D1.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Les Archives :: Saison 2 :: Rps-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit