Partagez | 
 

 [Flashback] Promenons-nous dans les bois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« »
★ Âge : 20 ans
☆ Surnom : Cas'
★ Occupation : Mécanicien ferroviaire / Rebelle
☆ Humeur : Sur le qui-vive
★ Plat préféré : Qu'importe...
☆District : Six

○ Points : 950
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: [Flashback] Promenons-nous dans les bois   Dim 23 Avr - 2:47

................


Promenons-nous dans les bois

Cassio & Ariane




Les cliquetis métalliques résonnaient dans la gare déserte, leur écho se répercutait sur les murs en béton dont la peinture s'effritait inlassablement. District de travailleurs, point besoin d'entretenir les infrastructures... Quel bande d'imbéciles.

Avec les gars, cela faisait déjà cinq jours que nous avions été envoyés ici et que, l'échine courbée, nous contrôlions la totalité de la voie ferrée du Sept. Si les choses n'allaient pas si mal à l'extérieur, la gare était une blague : le bourrage n'avait pas dû être posé correctement il y a quelques années et les passages répétés des convois de bois avaient complétement bousillé le balast. Quant aux traverses et aux rails, ils avaient encaissé tant bien que mal jusqu'à ce qu'une loco manque de dérailler la semaine passée... C'est en urgence qu'on avait été dépêché ici et, même si mon père savait que je détestais quitter le district, il m'avait expédié dans le Sept pour une semaine avec six autres mécanos. Rencontrer des contacts rebelles qu'il avait dit. J'aurais plutôt cru qu'il tentait de m'éloigner de la maison : le soir avant mon assignation à ce boulot, le ton était encore monté entre Ivy et lui et, si cela n'avait pas dépassé les mots, mon insolence pour détourner son attention de ma sœur l'avait sérieusement agacé. Au final, c'était peut-être une punition...

Une dernière vérification de la bourreuse, visiblement elle était arrivée sans encombre depuis le Six. Dès demain, nous la mettrions en route pour terminer le travail. Encore un ou deux jours et j'allai pouvoir rentrer. Mon avant-bras passa sur mon front pour en effacer la sueur, la chaleur de juin était pesante surtout dans cette structure faite de béton et de métal.

- C'est ok pour toi Cas' ?

Kana avait sorti sa tête de la motrice pour m'interpeller.

- Ouais c'est bon, elle a pas pris de choc malgré l'état de la voie ! lui répondis-je en criant presque pour couvrir les claquements aigus des voies que les autres consolidaient en avant de la bourreuse pour lui faciliter le passage.

Les deux pacificateurs en faction dans la gare tournèrent la tête vers nous. Ils avaient attendu que le temps passe toute la journée et seuls nos échanges avaient l'air de rendre leur quotidien moins morne. Ils ne devaient pas comprendre un traître mot de ce qu'on racontait, mais ils avaient toujours ce foutu regard perçant quand ils posaient leurs yeux sur nos silhouettes. S'ils avaient su...

Je me rapprochai de Kana, tandis que l'équipe à l'avant venait de faire cesser son martèlement entêtant. Bien que je voyais que leur travail était terminé, j'avais encore l'impression d'entendre ce fichu bruit dans mon crâne. Tobias Halpern nous rejoignit, c'était lui qui dirigeait notre équipe de mécanos en l'absence de mon père.

- On a fini à l'avant, et la bourreuse ?

Kana me devança pour lui répondre. Notre chef hocha la tête d'un air satisfait et nous donna congé pour ce soir. Congé... C'était une drôle de façon de dire que nous allions retourner au local exigu en tôle qu'on nous avait assigné pour notre séjour et qu'on s'y doucherait avant que la plupart aille faire un tour au bar du district, que Peter s'isole dans un coin pour prendre sa dose quotidienne de morphling, et que j'aille faire mon tour en solitaire dans les rues du Sept.

Mes balades après le boulot auraient pu paraître suspectes aux gars. Cependant, aucun n'ignorait que je n'étais pas du genre à me perdre dans un bar... Depuis toujours, je passai le plus clair de mon temps seul et cela ne dérangeait personne alors tous me fichaient la paix. D'ailleurs, lorsqu'ils me proposèrent de venir boire un verre avec eux - plus pour la forme qu'autre chose - et que je déclinai, personne n'insista. Je partis donc de mon côté.

Toutefois ce soir, ma destination était un peu particulière. Si j'avais été à deux rendez-vous avec des contacts du Sept pour leur transmettre quelques informations durant mes errances des deux premières soirées, j'avais ensuite surtout flâner et m'étais emmerdé sec jusqu'à avoir la brillante idée d'aller faire un tour dans les bois. Immenses, ils entouraient tout le centre névralgique et s'étendaient à perte de vue. Bien sûr, nous avions des arbres chez moi mais rien de comparable, du moins pas avant d'arriver aux clôtures... C'était dans cette forêt, alors que j'étais un peu paumé - faut bien le reconnaître - que j'étais tombé sur une nana déjà croisée en mission : Ariane.

Cette fille, je la connaissais pas vraiment. On avait mené qu'une courte intervention ensemble, un truc simple et sans complication, puis on ne s'était plus jamais retrouvés sur les mêmes missions. Pourtant, on s'était reconnus à la seconde : à croire que mener des activités illégales vous rendait physionomiste pour éviter de vous faire choper par des visages connus.  

On avait discuté un peu. Elle revenait de la chasse visiblement et, lorsqu'elle m'avait proposé de la retrouver le lendemain pour une nouvelle partie, je n'avais pas su dire non. La chasse... J'avais quelques bases, infimes presque en réalité... J'étais capable de tuer un lapin et de le dépecer, fin de l'histoire ! Elle se baladait avec ce matos et cette attitude qui semblaient crier qu'elle savait ce qu'elle faisait.

Sur le chemin de notre point de rencontre prévu, je me demandai encore si cela avait été une bonne idée d'accepter cette sortie. La chasse était proscrite, illégale, et aurait pu nous valoir des problèmes si on se faisait pincer. Après... On faisait d'autres choses bien plus graves et, malgré les dangers, on les faisait quand même... Est-ce que ça valait pour autant la peine de risquer d'attirer l'attention ? Je ralentis, qu'est-ce que je foutais là ? Ce n'était plus le moment de changer d'avis de toute façon. A une centaine de mètres, à l'entrée d'un des sentiers principaux, la silhouette d'Ariane m'attendait déjà.

Prenant une grande bouffée d'air encore chaud dans la soirée estivale, l'odeur particulière des pins me chatouilla les narines. J'arrivai bientôt près de ma collègue de Rébellion.

- Hey ! lui lançai-je en y joignant un signe de main pour la saluer.

Elle releva la tête à mon interpellation et je m'approchai d'un pas tranquille, sentant les épines de conifères s'écraser sous les talons de mes bottes lacées qui frappaient le sol poussiéreux.  

- Prête à me faire découvrir les environs ?

Un léger sourire crispé sur les lèvres, je n'avais pas l'habitude d'ajouter une tierce personne dans mes déambulations mais je n'étais ici que pour quelques jours, alors je pouvais bien faire un effort pour faire connaissance...


© Aeli

_________________
TIME IS UP
“Le temps emporte sur son aile - Et le printemps et l'hirondelle, - Et la vie et les jours perdus ; Tout s'en va comme la fumée, - L'espérance et la renommée. ” A. Musset
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Flashback] Promenons-nous dans les bois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Districts secondaires :: District 7-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit