Partagez | 
 

 EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
« »
★ Âge : 24 ans.
★ Occupation : Journaliste
☆ Humeur : Déterminé
☆District : Capitole

○ Points : 844
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Sam 18 Fév - 13:57

Event exceptionnel
Post d'introduction - 5




Clyde scrutait chaque silhouette, chaque visage, chaque expression. Il avait des yeux partout, espérant repérer quelque chose, n’importe quoi qui allait lui donner un indice sur la piste à suivre pour trouver les rebelles. Malheureusement, la foule était tellement dense, tout le monde semblait plongé dans l’ambiance bucolique du marché, à des kilomètres de deviner ce qui venait de se passer à quelques dizaines de mètres de là.

Sa confiance commençait à baisser, surtout lorsqu’il vit son coéquipier aussi perdu que lui. Il fallait qu’ils soient plus efficaces.

▬ Ecoute, ce qu’on va faire…

Il jeta un coup d’œil autour de lui. Il fallait qu’il trouve les rebelles, si possible avant le caméraman. La situation serait ainsi beaucoup plus simple à gérer.

▬ Tu pars par là…

Il désigna la partie basse de la place, là où la foule était moins dense, mais s’interrompit brusquement. Il venait de croiser un regard qui lui était familier, mais il ne savait pas comment il l’avait déjà vu. Il eu un instant de silence avant de se rappeler. Il n’était pas sûr, mais si… Il lui semblait, il était pratiquement sûr qu’il avait aperçu ce regard dans le groupe rebelle. Dans la précipitation, et sous les rafales de balles il ne pouvait pas en être sûr, mais c’était la meilleure piste qu’il avait jusqu’à maintenant… Il reprit comme si rien ne l’avait perturbé :

▬ En fait je vais aller par ici, je suis déjà venu je connais le quartier.

Mensonge éhonté. Mais qui fonctionnait apparemment, puisque le caméraman n’y émit aucune objection.

▬ En attendant, tu vas plus au nord de la place, vers l’hôtel de ville. Si l’un de nous aperçoit quelque chose, n’importe quoi, il appelle l’autre d’accord ? On ne tente rien d’inconsidéré.

La voix de Bégonia résonna un instant dans son esprit, la même voix qui lui prodiguait les mêmes conseils quelques heures auparavant. Conseils qu’il faisait tout sauf suivre. Clyde ne se reconnaissait pas, jamais il n’aurait agi de cette manière même quelques jours auparavant. Malgré les risques, il n’avait jamais eu un but aussi précis, aussi concret de sa vie, et il lui semblait indispensable de le suivre.
Après avoir eu l’acquiescement du caméraman, nous nous séparâmes, et aussitôt il se remit à la recherche du jeune homme dont il croyait avoir reconnu le visage. Il mit encore quelques secondes à le chercher, mais une fois qu’il avait reconnu sa silhouette il ne le lâchait plus des yeux. Il marchait d’un pas rapide, peu importe d’avoir l’air discret ou non. Lui était encore plus pressé que lui, il n’y avait que peu de chance qu’il le remarque. Il le perdit de vue une ou deux fois de vue avant que la traque ne se termine et que sa cible semble s’être arrêtée : dans une ruelle pas fréquentée. Clyde avait dû rester un peu à l’arrière pour ne pas se faire démasquer.

Au bout de quelques instants, il n’entendit plus rien et s’aventura à jeter un coup d’œil. Il n’y avait plus personne, c’était le moment ou jamais. A pas feutrés, il s’engouffra dans la ruelle.
Il devina la porte par laquelle venait de passer le jeune homme –son attitude suspecte ne faisait que renforcer sa première impression : c’était un rebelle- et colla son oreille contre celle-ci. Au bout de quelques secondes, un éclat de voix retentit :

▬ Putain ça t’a pas suffi à la gare ?! Fallait que tu l’embarques dans ton chaos et qu’en plus tu matraques des civils ?!

Clyde n’avait aucune idée de quoi il parlait, mais soudain sa motivation était remise en question. Il était pratiquement sûr qu’il s’agissait de rebelles à l’intérieur de la boutique, mais alors pourquoi s’en prenaient-ils aux civils ? Certes c’était le district le plus aisé, et il devait y avoir du ressentiment venant de la part des districts les plus pauvres mais si Clyde s’était engagé dans la rébellion, c’était pour renverser le gouvernement, seul responsable, pas pour passer ses nerfs sur des gens qui n’ont rien demandé…

Il était perdu, il ne savait pas quoi faire. Il devait y avoir des rebelles à l’intérieur, mais également des civils, peut-être en mauvais état. Devait-il intervenir ? Il était seul, désarmé, et il n’était plus sûr de vouloir protéger ces rebelles qui s’en prenaient à des habitants. En même temps, ces habitants devaient avoir besoin d’aide, peut-être devait-il demander de l’aide. Mais à qui ?

Paralysé, Clyde n’arrivait pas à prendre une décision alors qu’une tempête grondait sous son crâne.


Clyde Holden se trouve dans la ruelle à côté de la porte de l’arrière-boutique de la bijouterie Standford..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 14 ans.
☆ Surnom : Co'
★ Occupation : école - magasin familial
★ Plat préféré : Fromage de chèvre
☆District : Un

○ Points : 1095
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Sam 18 Fév - 23:07

Event district 1

J'attrapai la poignée, j'allais être libre ! Je senti pourtant une main imposante me broyer mon poignet. Il m'avait rattrapée. Oh non, je n'aurai pas dû m'enfuir, qu'est-ce qu'il m'a pris bon sang ? Je n'étais pas comme Pearl, elle avait le don de tout savoir faire, et moi j'étais pitoyable à essayer de lui ressembler.

Il me cria dessus, j'étais terrorisée. Cet homme me dégoutais, mais je ne savais plus quoi faire pour m'enfuir après avoir utilisé ma dernière cartouche.

Je... je voulais voir si la voie était libre ?



Cette excuse ne sortie presque pas de ma bouche et je senti mon corps tout entier partir en arrière. Je voyais le sourire sadique du rebelle s'éloigner peu à peu. Je n'avais pas le temps de me retourner, j'allais à coup sûr me cogner la tête quelque part. Et je me demandais encore par quel miracle j'arrivai clairement à penser à tout ça alors que tout mon être était tétanisé.

Alors que je fermai les yeux, prête à accuser le coup, je senti quelque chose, ou plutôt quelqu'un, me rattraper. Le visage de mon sauveur était alors à quelques centimètres du mien. C'était un jeune homme, bien que plus sûrement plus agé que moi. Je n'eus pas le temps de l'observer davantage, car il détourna la tête pour parler au rebelle. Ils se connaissaient. Cela voulait-il dire que c'était lui aussi un rebelle ? Bah c'était mon jour de chance ! Je n'en avais jamais vu de ma vie et voilà qu'il y en avait trois que se pointaient dans mon magasin le même jour !

Je compris que le jeune prenait ma défense. Enfin quelqu'un de raisonnable dans cette pièce ! Je secouai la manche de ce dernier en lui chuchotant pour que les autres ne puissent pas entendre.

Fais les partir, s'il te plait...



Je n'en pouvais plus de cette situation.

DEV NERD GIRL



Coralie se trouve à la bijouterie Standford
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 30 ans.
☆ Surnom : Hunt'
★ Occupation : Ingénieur
☆ Humeur : Révolté
☆District : Cinq

○ Points : 212
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Dim 19 Fév - 10:11



Event District 1
Plein de monde

Actuellement, je ne pense plus vraiment avoir les idées très clair, mais je vais essayer de vous faire un rapide résumé de la situation, ou du moins de la partie ou j’étais encore avec le contrôle de tous mes sens.

D’abord il y a eu les deux rebelles qui sont entrés dans la boutique, un homme, et une jeune blonde. Tous deux armés, ils prirent trop facilement le contrôle de la boutique. Puis, je décidais de faire une tentative pour détourner l’attention des deux envahisseurs de Coralie, en la faisant passé pour ma sœur, mais grâce à mon intelligence, je ne trouvais bon que de la claquer, afin de m’attirer les foudres de tout le monde, y compris la sienne.

Son regard m’indiquait très clairement « tu me retouche, je te démonte ». Ce n’était donc pas la meilleure solution si je voulais l’utiliser comme je le souhaitais. Le seul point positif, fût que la jeune fille rentra dans mon jeu en confirmant notre lien de parenté. Mais l’homme décida soudainement de changer de plan. Le canon qu’il avait pointé sur la joue après mon coup s’en alla, et il ordonna à sa jeune blonde de me faire payer ma faute.

D’abord réticente, elle finit quand même par me donner un grand coup, là où ça fait mal. Je m’effondrais de douleur, et le reste du menu ne tarda pas à arriver. Entre blessures et injures, je n’étais pas vraiment gâté. Mais elle n’avait pas l’air d’être bien, et complètement sous l’emprise de l’autre homme.

J’eu alors une idée, sûrement invraisemblable, mais je n’avais plus d’autre choix que ça de toute façon. Je tentais donc de me relever, mais retombait après quelques centimètres, à cause du couteau que je gardais précieusement attacher à ma cheville, qui s’était enfoncé dans ma chair sous l’impact. Merde. Il ne me restait plus que ma voix pour sauver la situation à présent.

Comme je pu, je me remis en position plus assise, adossé à l’un des présentoirs de la bijouterie, et regardait le jeune fille droit dans ses grand yeux sombre.

-Je suis désolé, lui dis-je alors que de fausses larmes me venaient aux yeux. Je ne l’avais jamais touché avant, et plus jamais à présent, mais vous étiez tous deux concentrez sur elle, et elle est ma sœur, et je l’aime donc je ne voulais pas qu’il lui arrive quoi que ce soit, je voulais juste la protéger, je…

Je m’arrêtais pour reprendre mon souffle, et ainsi observer et me délecter du spectacle que je leur offrais.

-Faites ce que vous voulez de moi, mais ne lui faîtes rien à elle…

Normalement elle devrait être pris par les sentiments, et se briser. Enfin, sauf si cette idiote de Coralie, qui n’avait sûrement pas écouté un seul mot de ce que je venais de raconter n’avait pas fait une tentative rater de s’enfuir, avant d’être rattrapé par le rebelle ! L’homme la repoussa violement en arrière, au moment où quelqu’un d’autre, sûrement encore un rebelle pénétra dans le bâtiment, rattrapa Coralie, et lui dit qu’elle n’avait aucune crainte à avoir. Il était deux fois plus doué que moi en tant que frère. Merde.

Code by Joy


Hunter se trouve sur le sol de la bijouterie Standford.


Dernière édition par Hunter Garroway le Lun 20 Fév - 10:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 17 ans
☆ Surnom : /
★ Occupation : Etudiante - Fait des maquettes d'avions - Recherche ses deux frères
☆ Humeur : Rêveuse
★ Plat préféré : Aucun.
☆District : Six

○ Points : 302
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 20 Fév - 0:00




Event exceptionnel au District Un
A portée de doigts...


Marché mensuel


Les Pacificateurs ne restaient pas parmi eux. Tant mieux, leur présence avait quelque chose d’oppressant, ou peut-être était-ce dû à la soudaine tension qu’avait installée la disparition du foulard céleste. Les deux compagnons d’Indis confirmèrent la couleur aux agents de l’ordre, et la rouquine ne trouva pas l’utilité d’ajouter sa remarque – ils avaient compris, terminé.
Au contraire : alors que les Pacificateurs s’éloignèrent, la jeune femme détourna les yeux et scruta la foule autour d’elle.
Cet examen lui vola un certain temps puisque des tâches multicolores attiraient dans tous les sens l’attention d’Indis : du turquoise au marin, il suffisait que la couleur évoque le bleu pour qu’elle plisse les yeux, et se demande si ce n’était pas l’accessoire désiré. Mais soit il était arboré par une femme riche, soit il ne revêtait pas la bonne couleur, soit il disparaissait au loin dans la foule : aucun moyen pour la rouquine de vérifier son authenticité.
Et si elle le pouvait, qu’aurait-elle dit ? Cette question ne la dérangeait pas, puisqu’elle ne se serait pas gênée pour s’en retourner vers son possesseur pour en réclamer la propriété.
D’un commun accord, Mr. Davis et Nova s’en allèrent vers la boutique, et Indis se souvint que l’ancien Vainqueur y avait localisé le fameux voleur – si tant était que l’écharpe ait été volée et non égarée. La rouquine décida de les y suivre, au moins dans un premier temps, et leurs pas les amenaient enfin devant la porte vitrée de la tanière luxuriante.
Simplement, la porté était irrémédiablement verrouillée, les rideaux fermement tirés et la pancarte indiquait implacablement que l’échoppe était fermée.

« Mince… c’est fermé… », murmura Indis.

Elle se retourna pour observa à nouveau les passants, ce qui lui causa les mêmes doutes à propos des couleurs bigarrées et des silhouettes trop vite évanouies.

« C’est la bonne bijouterie, Mr. Winston ? Sinon je crois que votre amie n’est pas là. Elle doit profiter du marché, comme tout le monde. »

Cette porte et ces fenêtres qui leur refusaient obstinément le passage inquiétaient Indis, qui ressentait maintenant plus que jamais le besoin de courir après un modique objet, qu’elle n’avait même pas entièrement en plus.
Enfin, ça restait un cadeau pour Elizabeth, ça avait donc une certaine valeur que la rouquine arrivait à percevoir.




© code by S.D.123


Indis Winfield se trouve devant la bijouterie Standford. Elle s'adresse à Nova Waltham et Winston Davis.

_________________


Indis Winfield
« Où étiez-vous   donc allé ?
- Jeter un regard en avant.
- Et qu'est-ce qui vous a ramené juste à temps ?
- Un regard en arrière. » Tolkien. BY PHANTASMAGORIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
☆ Surnom : Clary
★ Occupation : Ingénieure en biomimétisme
☆ Humeur : Perdue
☆District : Trois

○ Points : 870
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 20 Fév - 0:57















Event exceptionnel
~ Un rendez-vous  ~






Une fine brume passa devant mon visage, vestige d’une bouffée de fumée qu’’un cigare de nos voisins de table avait amené jusqu’à nous. L’odeur âcre me chatouilla les narines, envahit ma gorge et manqua de me faire toussoter. Je n’étais pas habituée à ce type d’effluves artificiels. A côté, le carrière doté d’un orgueil certain essayait d’essorer sa fierté, sans broncher plus que nécessaire. Il était jouissif d’apprécier son silence, mais je n’étais pas là pour ces jeux puériles qui n’avaient été qu’une petite distraction permettant de nous mettre à l’aise. Nous allions donc pouvoir nous concentrer sur nos affaires, ce que mon interlocuteur souhaitait visiblement autant que moi à en entendre le début de son discours passionné.

Nos tractations débutèrent par une leçon de suffisance de la part du magnat des industries. « On obtenait rien sans rien », là-dessus nous nous comprenions même si l’homme qui était assis en face de moi n’avait encore aucune idée du prix que cela allait lui coûter et de ce que j’avais de précieux à lui offrir en échange. Après tout, j’avais l’avantage : cette rencontre s’était organisée suite à ma demande et j’avais donc eu tout le loisir de peaufiner mon angle de négociation. Il m’avait suffi d’obtenir quelques données sur l’actualité de sa société et de sa personne pour comprendre exactement comment m’y prendre… Mes employeurs n’avaient été absents de cette petite mise au point de ma stratégie, ils savaient que M. Stark n’aurait guère le choix.

Au fond, je n’appréciais pas plus que cela ma situation. Devoir mettre au pied du mur celui qui avait longtemps été considéré comme un des hommes les plus influents dans le domaine de l’industrie technologique ne me plaisait guère. Toutefois, les ordres avaient été clairs : mon projet devait être mené à bien coûte que coûte. Dans le cas présent, cela impliquait de sacrifier les conditions au combien pénibles et superficielles de M. Stark.

Bien qu’enrobées dans des paroles doucereuses doublées d’un ton qui se voulait ferme mais rassurant, ses propositions étaient exigeantes. Il pouvait se le permettre, son nom et le prestige qu’il lui procurait lui octroyaient le droit de jouer de son influence et d’imposer ses désirs dans le monde des affaires. Seulement, je n’étais pas une commerciale. J’étais une ingénieure et cela semblait lui avoir échappé. Finalement, il n’était peut-être pas si malin qu’il voulait bien le laisser croire : si j’avais fait partie d’une petite entreprise, aurait-elle réellement envoyé sur le terrain la créatrice du projet ou aurait-elle mandaté un spécialiste en communication ou vente ? La réponse me paraissait évidente. Pourtant, le patron des seules entreprises technologiques établies au Un n’avait visiblement pas saisi cette nuance.

Mener les négociations avec le Capitole, financer une grande majorité des ressources nécessaires au projet et enfin le versement d’une partie non négligeable des bénéfices,… Etait-ce réellement de cette façon que fonctionnait le monde de l’ingénierie avant que le Capitole ne développe sa propre industrie d’innovation ? Une suite de profits incessants à qui saura investir dans la meilleure idée ? M. Stark n’était finalement en rien différent des autres hommes de son espèce, il avait uniquement su profiter de son titre de vainqueur et des fonds qui lui avaient alors été offerts pour se hisser à un rang enviable. Il maniait le verbe avec cette habileté des grands orateurs et son intelligence servait la seule chose qui semblait compter pour lui : son intérêt.

Cependant, aujourd’hui, je n’aurais pas besoin de négocier. Je ne rétorquai à aucune de ses propositions, me contentant d’hocher la tête d’un air entendu. Quand enfin, il termina sur un ton qui ne dissimulait ni sa confiance en lui ni sa détermination, je humectai les lèvres presque inconsciemment avant de prendre la parole. En réalité, je ne savourais pas ce coup de massue que j’allais lui porter, ce jeu qu’on m’avait demandé de jouer. J’aurais tellement souhaité n’être ni plus ni moins qu’une ingénieure qui discutait avec un autre qui pourrait lui apporter son aide. Mes ordres divergeaient pourtant, légèrement mais suffisamment pour provoquer en moi une tension interne.

   
« Cher M. Stark, ma petite entreprise n’est ni plus ni moins que le gouvernement lui-même.


J’avais su dès le premier contact avec les Stark Industries qu’il lui fallait en dire le moins possible sur l’entreprise pour laquelle j’œuvrais. Cela allait à présent servir ma cause, mon discours était presque déjà rôdé : les indications que j’avais pu obtenir étaient claires.

   
« Je vais donc à mon tour vous proposez de saisir la chance d’entrer à nouveau dans les bonnes grâces du gouvernement suite à votre conférence qui reniait leurs compétences dans les hautes technologies et le discréditait aux yeux de tout Panem.
 

Quelque part, je n'avais pas saisi la volonté de Stark lorsqu'il avait tenu cette conférence. Diffusée à la télévision, elle avait été très mal vue par les représentants du Capitole et je ne pouvais douter que cet homme qui avait si bien su tirer son épingle du jeu ne puisse savoir qu'il faisait alors une grossière erreur.

   
« Vous n’êtes pas sans savoir que mes patrons n’apprécient guère que leur autorité et leurs choix soient remis en question… Prouvez-leur que vous soutenez leurs projets et leur êtes fidèles malgré tout au point de vous passer de tout aspect purement matériel et pécuniaire.


Je déglutis, il devait peut-être se rendre compte que toute cette mascarade n'était pas uniquement de mon fait. Pourtant, je concluais ma proposition avec toujours autant de calme.

   
« Et nous pourrons alors trouver un point d’accord.


J’avais souri. Même si je savais pertinemment n’avoir pas totalement le contrôle de la situation, j’étais plutôt soulagée d’être parvenue à lui exposer les véritables enjeux de ma visite et ce qu’elle sous-tendait dans les futures relations entre son industrie et le Capitole.

Il n’avait pas encore répondu lorsqu’un homme en blanc nous aborda. Totalement concentrée sur la révélation que je venais de lui asséner, je n’avais pas pris conscience de l’arrivée de deux pacificateurs dans le bar. Apparemment en service vu leurs uniformes parfaitement ajustés et leurs armes maintenues à leur taille, ils venaient de s’installer à côté de nous avec une nonchalance terriblement suspecte. L’un d’eux, plutôt séduisant avec son regard d’un bleu translucide dans lesquel je pouvais presque voir se refléter mon portrait, avait pris place entre moi et l’autre imbécile toujours si peu essoré. Il avait cette moue malicieuse qu’ont ceux qui savent qu’ils ont du charme, ce qui le rendit soudainement terriblement banal à mes yeux.

Mon attention se reporta alors sur le second membre de ce duo en blanc. Il était bien plus âgé, ses traits étaient de ceux qu’on n’oublie pas : un véritable caractère dans le visage. Je souris, j’aimais ce genre de personnes à la physionomie authentique. Beaucoup se seraient sentis pincés, ainsi encadrés par deux pacificateurs. Moi, je restai détendue : j’étais habituée à me fondre dans leur masse immaculée et à les fréquenter, sans compter que si cela avait quelque chose à voir avec une prétendue relation rebelle, je n’aurais pas été appréhendée dans un autre district.

Quand il déclara venir du district Trois, le plus âgé des deux retint toute ma curiosité. Je levai la tête vers lui, écoutait ses paroles avec attention et mon impatience de savoir pourquoi ils étaient directement venus à notre table. En effet, seul un simple d’esprit aurait pu penser que tout cela n’était pas calculé… Les pacificateurs savaient toujours ce qu’ils faisaient et surtout ne faisaient rien sans arrière-pensée… Bientôt, mon « voisin » du Trois abattit ses cartes.

Une montre, une belle montre d’une très belle facture en effet… Elle luisait dans sa main rocailleuse avec un éclat tout particulier. Plusieurs petites marques m’indiquèrent qu’elle n’était pas qu’une montre, ce que ce pacificateur originaire du district qui affectionnait le plus les gadgets n’avait certainement pas pu s’empêcher de remarquer sans pour autant réussir à les actionner pour trouver une réponse à sa question sans aide extérieure.

Seulement, pourquoi voulait-il en savoir plus sur cet objet ? La réponse, je la connaissais. Ce n'était pas de la curiosité frivole ni même de l'intérêt dénué de sens... Les pacificateurs n'étaient pas des intellectuels qui vivaient pour résoudre des questions survenues au détour d'une pensée étrange. Pour eux, rien ne se faisait sans qu'ils ne puissent en tirer un bénéfice. C'était donc la montre d'une personne recherchée, peut-être même un rebelle. Et ce que celui qui me regardait avec intensité me demandait en réalité, c'était de lui fournir suffisamment d'informations pour l'identifier, voire le dénoncer moi-même si je parvenais à être aussi efficace.

Mon éthique personnelle aurait pu être mise à mal par un choix si cornélien. Moi qui avais autrefois servi aveuglément le Capitole, je connaissais maintenant son vice et savais la véritable nature de mes parents et ce qu'ils avaient voulu pour moi avant d'être assassiné par la main qui m'avait ensuite nourrie, formée, forgée. La survie était plus forte. Je ne ressentais plus aucun dévouement pour le Capitole et, étrangement, je n'étais pas non plus dans le camp de la Rébellion. Pour l'instant, je n'étais rien pour ces derniers. Embrasser un des leurs ne faisait pas de moi l'une des leurs. Je ne leur devais rien. Je ne devais quelque chose qu'à moi-même : rester en vie.

Eneron Stark venait de s'indigner... Visiblement, sa tension était presque palpable et c'en était plutôt amusant de le voir perdre sa contenance habituelle. Ne dérogeant pas au rôle principal que m'avait attribué les pacificateurs, je leur répondis :

   
« Je suis toujours heureuse de pouvoir aider nos soldats, je peux comprendre votre besoin de la garder en votre possession mais je dois la voir d’un peu plus près pour pouvoir vous apporter la meilleure des expertises possibles…


Il s’exécuta, sans pour autant lâcher le bijou. Dans l’ambiance feutrée du bar, difficile pourtant de distinguer réellement les détails de cette montre. Bien sûr, il y avait au moins deux gadgets, l’un se déclenchait sans doute par un appui continu sur le verre de la montre et j’avais des doutes quant à la présence d’un second mécanisme au niveau du bouton qui habituellement servait à régler l’heure. Le pacificateur tourna ensuite la montre dans sa main, j’aperçus des initiales. En m’approchant encore plus, jusqu’à avoir presque le nez collé sur la montre, deux tâches rougeâtres m’apparurent : il aurait été idiot de douter qu’il s’agisse de sang. Au moins une hypothèse confirmée.

   
« F.S. … murmurai-je en réfléchissant.


Mes paupières se crispaient, je n’arrivais pas à distinguer les autres détails relatifs au mécanisme des options surajoutées. Etant donné l’excellente conception de cette montre, il ne pouvait s’agir que de celle d’un ingénieur expérimenté. Néanmoins, plusieurs personnes pouvaient correspondre à cette dénomination et seule une meilleure visibilité des composants pourrait me permettre de tirer tout cela au clair.

Je pouvais désormais donner une réponse de politique et nier pouvoir leur apporter davantage d’informations que la lecture de ces pauvres initiales… Ou bien, je pouvais être honnête. Cet homme devait être mort et ces deux pacificateurs m’offraient une chance de me protéger, de réaffirmer mon attachement au Capitole et ainsi de me couvrir pour un bon moment. Entre trahir cet homme qu’ils recherchaient et qui étaient sans doute soit blessé soit mort dans un coin, et me garantir une certaine sécurité pour dissimuler plus facilement mes liens récents avec un rebelle, le choix était d’une simplicité déconcertante.

   
« Je pourrais sans doute vous donner d’autres informations : cette montre a au moins deux gadgets intégrés à son fonctionnement,dis-je en leur désignant les deux mécanismes repérés. J’aurais besoin de les voir avec une meilleure lumière... L’ambiance feutrée et la fumée des cigares ne m’aident pas vraiment pour y voir clair.

Le pacificateur avait l’air septique, j’ajoutais alors pour appuyer mon discours :

   
« Chaque ingénieur a des « manies » de conception. Si je peux mieux observer les deux mécanismes que je vous ai indiqués, je pourrais sans doute vous dire qui l’a fabriquée. Mais c’est à vous de voir, bien entendu.

J’avais souri avec douceur. Il ne fallait jamais rien imposer à ces hommes, mais toujours leur donner l’impression que l’idée venait d’eux. La balle était dans leur camp, je n’aurais rien à me reprocher.













Clary est dans le bar, avec Eneron, Edmond (PNJ Pacificateur), Derek (PNJ Pacificateur) et Emerick.

_________________




★☆☾ Clarissa L. Stern ☽☆★
.   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .
« Je me souviens de t'avoir entendu dire un jour que grandir, c'est regarder en arrière et regretter de ne pas pouvoir changer le passé. »Extrait de TMI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 20 Fév - 5:01

Les Pacificateurs - Equipe 2
Edmond Bennet





Edmond lança un regard à Wolff et constata que celui-ci était mieux installé dans ce bar que l’aurait été le tenancier lui-même à sa place, attablé avec des Pacificateurs et un homme riche et important. Son confort était tel que le vétéran redoutait que le verre ne contienne pas simplement de l’eau. Il aurait pu soupirer, lui lancer quelques regards significatifs ou bien même le remettre en place, comme l’aurait fait Dixon.
Simplement, il n’était pas Dixon et, dans cet établissement, Wolff régnait en prédateur : l’agresser l’aurait définitivement braqué. Or, Edmond avait besoin qu'il garde planqués ses crocs et qu'il ne cherche pas à les braquer vers lui. Qu'il soit coopératif. Tant pis s’il avait dû lui faire des concessions un moment – concessions que le natif du Capitole paraissait apprécier à leur juste valeur.
La plupart des hommes plantaient leurs graines dans l’espoir d’en récolter directement les fruits. Edmond, lui, avait appris avec le temps que les plus beaux arbres méritaient plus d’un tour de patience, et qu’il fallait user de concessions pour rendre la terre fertile. Très bon engrais;
A ses côtés, Eneron Stark commença cependant à s’offusquer de ne pas bénéficier de plus de considération que sa compagne de table, au point même de se qualifier de « marchand de laitues ». Edmond réfréna un rire, préférant garder le masque calme qu’arborait si naturellement son visage : l’homme d’affaires gagnerait de cette seule marque d’attention. Or, si la réplique était amusante, son intervention n’en était pas moins des plus agaçantes pour qui manquait de temps. Et justement, le Pacificateur manquait cruellement de temps.
Il le savait. Il évitait simplement de se le rabâcher sans cesse et ainsi céder à la panique.
Edmond lança alors un regard à Wolff qu’il identifiait désormais comme spécialiste des problèmes existentiels : sa prestation devant les plaintes du journaliste avait marqué le vétéran. Il espérait que de ce simple échange, il saisirait : un geste, un signe, ne serait-ce qu’un contact visuel prolongé casserait le naturel de son intervention et Stark s’en apercevrait.
Avec son esprit trop vivace au goût de beaucoup, et notamment d’Edmond qui, pourtant, le félicita silencieusement à ce moment-là, Wolff réagit immédiatement et interpella l’homme d’affaires avec son verre d’eau. Décidément, ce récipient et son liquide étaient les stars de la journée, à en croire tout le zèle qu’appliquait le jeune Pacificateur à les mettre en avant. Mais cela suffit à occuper les deux grandes gueules d’un côté de la table, et Edmond revint aussi vite à son occupation principale qu’il en était parti.
Marchand de laitues. Quelle humilité, bordel.
L’ingénieure s’exécuta avec docilité. Oh ! une docilité qu’Edmond n’interpréta pas comme un manque de caractère : il avait refusé sa vie entière de commettre cette erreur, préférant considérer chaque homme et femme qu’il croisait comme une potentielle menace. Etait-elle patriotique, ou simplement assez intelligente pour ne pas se dérober à la tâche que lui plaquait le vétéran sous le nez ? Cela manquait de délicatesse et subtilité, sans conteste, mais il n’en était pas friand et les circonstances ne s’y prêtaient pas : si la gamine pouvait éviter de passer par quatre chemins pour lui apporter une réponse, ce serait grandement apprécié.
Le léger sourire qu’appliquait Edmond sur son masque l’y invitait très fortement.
Faisant un laïus presque protocolaire sur sa volonté d’aider les soldats du Capitole, elle invita le porteur de la montre à approcher le bijou pour l’aider et il s’exécuta sans problème. Ne souhaitant pas desserrer son emprise, il facilita la tâche de l’ingénieure en se pliant à ses instructions qui n’étaient pas bien exigeantes. Elle lut les initiales à voix haute. Détailla les mécanismes. Baragouina un langage qui était familier au natif du District Trois, bien qu’à son grand malheur, il n’ait jamais réussi à le comprendre. Une extraction sociale trop basse, une vie parmi les ouvriers plutôt qu’auprès des intellectuels : une certaine pointe d’orgueil piqua le fond de la poitrine d’Edmond et il se raccrocha à son masque pour calmer ses ardeurs.
L’on tombe toujours du côté où l’on penche.
Alors, à l’invitation de sortir de ce bar bondée et étouffant, Edmond n’y vit pas la moindre objection et acquiesça.

« A votre bon vouloir, mademoiselle. Comptez sur mon escorte. »

D’un rapide coup de main, le vétéran dissimula le bijou à la vue de tous, dans un endroit sûr. Edmond estima à ce moment qu’il valait mieux ne pas agresser l’ingénieure par la présence d’un second Pacificateur, aussi, il invita son collègue à rester auprès de Mr. Stark.

« Pacificateur Wolff, nous allons prendre l’air un instant. Restez avec ce très cher Mr. Stark pour régler ses salades, il semble nécessiter votre aide. »

Un léger sourire flotta sur les lèvres de Wolff, comme un acquiescement, et Edmond sentit sa semence devenir toujours plus conséquente. En plus de récupérer de beaux fruits, ils seraient nombreux. A lui de faire des efforts pour les protéger de la tempête qui grondait à l’horizon.
L’ingénieure et le Pacificateur quittèrent donc le bar, se postant à côté de la porte pour profiter d’un semblant d’ombre en cette journée qui promettait d’être toujours plus affligeante.

« Mademoiselle… euh… »

Il buta volontairement sur les mots qu’il souhaitait prononcer, avant de continuer :

« … permettez que je vous demande votre nom de famille ? La discussion n’en sera que plus facile et moins artificielle. Vous pouvez m’appeler Edmond. »

Le vétéran attendit que la jeune femme décline son identité, et paraissait tout entier occupé à connaître son nom en ce moment. En vérité, tant qu’elle ne le lui donnerait pas, il refusait de lui dévoiler à nouveau la montre qu’il maintenait dissimulée. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle manque le stratagème, qui ne brillait pas par sa subtilité. Simplement par un prétexte de galanterie. Comme toujours entre personnes civilisées, à défaut d’être deux intellectuels.
Lorsque celle-ci obtempéra, Edmond lui montra à nouveau la montre pour qu’elle puisse enfin l’étudier à la lumière du jour.
Le talkie se mit bientôt à grésiller tandis qu'une voix bien trop peu familière, sauf pour les haut-gradés des districts, commença à percer de son ton sec dont émanait une autorité naturelle :

« Je suis en ligne ? Vous m'avez enfin passé celui qui dirige les opérations ou bien encore un ignorant sans aucune information ? »

Le sang d’Edmond ne fit qu’un tour à l’entente du ton autoritaire et ses yeux lancèrent un regard décontenancé à l’appareil bruyant. Sentant la tempête s’abattre sur ses efforts, et surtout qu’il allait avoir besoin de toutes ses ressources pour tenir cette conversation, il confia la montre à l’ingénieure pour qu’elle l’inspecte à son bon vouloir. Quand l'homme au bout du fil se rendit compte qu'il était sans nul doute en lien avec la personne ayant pris le commandement des unités du District Un, sa voix devint encore plus austère :

« Ministre des armées à l'appareil. Veuillez décliner votre identité Pacificateur ! »

Edmond serra les dents à l'interpellation autoritaire, mais comprit que le temps perdu à répondre ne pourrait que le desservir. Il déclina donc machinalement son matricule, puis son identité – tant pis pour les informations qu’entendrait l’ingénieure.

« Edmond Bennet, du District Trois, attaché à la protection de Mr. Wetthrone, maire du District Cinq. Je suis temporairement en charge des opérations.
- Attaché à la protection d'un cadavre..., réagit immédiatement le Ministre. Vous ne pouvez donc que faire mieux à présent ! »

Son affirmation laissait parfaitement transparaître le fait qu'il lui aurait tordu le cou lui-même s'il ne se trouvait pas si loin. Réaction classique de la hiérarchie se soulageait sur ses subordonnés.

« Sachez que tout Panem a assisté à votre incompétence ! Maintenant, il va falloir des résultats et vite !
- Oui Mr. le Ministre, et c'était ainsi prévu, M. le Ministre. Je vous souhaite une excellente journée, M. le Ministre. »

Croyait-il se débiner aussi maladroitement ? Edmond se sentait ridicule. Il n’aurait pas mis fin à la conversation. Ce n’était de toute façon pas à lui de le faire, et le Ministre le lui rappela immédiatement.

« Ma journée sera excellente lorsqu'il y aura une balle dans votre crâne..., lui rétorqua-t-il. Il laissa planer un silence, avant d'ajouter : A moins que ce ne soit ceux des rebelles qui finissent plombés... Avez-vous déjà arrêté certains d'eux ?
- L'un des rebelles ne nous posera plus problème, M. le Ministre, je m'en suis assuré. Les autres... »

Un regard à l’ingénieure qui étudiait toujours la montre sous l’œil rigoureux d’Edmond. Puis un silence et une inspiration.

« ... ne tarderont pas, M. le Ministre.
- Il vaudrait mieux pour vous après le fiasco auquel vous avez participé, car... – on entendait que le Ministre choisissait avec soin chacun de ses mots – … soit nous aurons une exécution publique devant les caméras ce soir, soit vous devrez en assumer les conséquences. Toutes les conséquences.
- Tel est mon devoir, M. le Ministre, et soyez certain que je m'en acquitterai. Dois-je vous recontacter ce soir ?
- Si je n'ai pas de vos nouvelles ce soir, alors je saurai quels ordres donner. Maintenant, montrez que vous servez réellement Panem en offrant à tous la sécurité qu'ils sont en droit d'attendre et en l'exposant sous les yeux de l'ensemble de votre patrie. Soyez à la hauteur ou vous descendrez plus bas que terre. »

La communication fut ainsi interrompue. Les dés étaient lancés. Il devait s'en sortir avec les conséquences que lui avaient léguées Dixon.
Edmond se permit de pester une nouvelle fois.

« Encore des caméras… je vais devoir poursuivre ce journaliste et son caméraman en plus des… »

Le visage de l’ingénieure lui apparut : elle avait tout entendu. Avait certainement tout compris. Comme marque d’autorité, se faire envoyer au tas par son supérieur, on aurait vu mieux.

« Dites-moi que vous avez avancé sur cette montre », lança-t-il en se revêtant à nouveau de son masque calme et souriant.
Spoiler:
 

Edmond Bennet PNJ se trouve devant le bar et discute avec Clarissa Stern.



Dernière édition par PNJ le Lun 20 Fév - 5:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 20 Fév - 5:02

Les Pacificateurs - Equipe 2
Derek Wolff





Le gamin trop musclé ne répondait pas à sa proposition de goûter à son verre Le pauvre devait être trop vexé pour apprécier l’invitation. Le salaud devait être trop arrogant pour se rabaisser à partager juste de l’eau avec un Pacificateur.
Derek haussa les épaules : de toute façon, il n’en avait rien à faire, le blondinet ne présentait aucun intérêt.
Il aurait préféré converser avec la jolie rouquine ; simplement, Bennet et sa montre avaient accaparé toute son attention. Le travail avant tout, pensa-t-il en avalant une gorgée d’eau : et une moue traversa son visage quand il constata, amer, que l’eau n’avait pas tardé à s’élever à température ambiante et qu’elle était chaude. Pas que Derek n’aimait pas la chaleur, au contraire, il a supportait avec une aisance qui surprenait plus d’une ; tout bonnement pas lorsqu’il était question d’eau.
Et puis merde, c’était même pas de l’alcool ! Il pouvait s'attendre à de l’eau fraîche, non ?
S’apprêtant à se lever pour réclamer un deuxième verre, Derek se trouva complètement arrêté dans son élan quand Eneron Stark décida lui aussi de porter vivement ses réclamations aux Pacificateurs. Sans déconner, ils assistaient à une véritable épidémie de divanation ! Entre le journaliste qui s’en était pris à Marlon plus tôt et maintenant l’homme d’affaires, le pourtant réputé calme et ironique jeune homme se passa involontairement une main dans ses cheveux coupés courts. Assurément, à son côté, Bennet devait également s’en trouver agacé et n’en montra cependant rien, au contraire de son collègue.
Au contraire de Dixon. Son ancienne supérieure n’aurait pourtant pas héisté à montrer son agacement à qui la provoquait ou tout bonnement la titillait un peu. Ce qui en était devenu un jeu pour Derek, quand il passait temporairement sous son commandement. Elle avait toujours eu l’air plus charmante que dangereuse quand elle arborait soudainement ses mimiques agacées.
Ca lui avait réussi.
Mais avec Bennet, c’était l’inverse : il paraissait plutôt obstiné à être calme et à cacher son jeu. Oh, il n’avait pas traîné à craquer devant les fines provocations de Derek – mais il possédait indéniablement ce talent-là –, cela ne l’avait cependant pas plus ébranlé par la suite. Au contraire, le vieux se vêtit d’un sourire des plus mielleux à l’égard de son interlocutrice, puis lança un regard appuyé à son collègue.
Qui comprit rapidement que le richou en pleines menstruations serait pour lui. Et, Derek le supposait, sans le menacer d’un coup de poing, même si, pour le journaliste, cela n’aurait pas dû être qu’une simple menace. Alors, sans un signe avant-coureur, il frappa son verre sur la tête.

« Purée, la température est tellement élevée que mon eau s’est changée en… »

S’offusquant du mot vulgaire qu’il manqua de prononcer, le Pacificateur se racla la gorge et se tourna vers Stark.

« Pardonnez mes élans, Mr. Stark, je reconnais qu’avec cette chaleur, j’ai beaucoup de mal à me concentrer sur mes mots… »

Bon sang, mais qu’allait pouvoir dire Derek à l’égard d’un homme dont il se fichait, voire méprisait ? Vinrent à lui des souvenirs qui commençaient à dater : ses braves parents, des homme et femme d’affaires du Capitole qui avaient un gamin sans avoir de temps à leur consacrer, avait eu à traiter avec Stark, alors jeune Vainqueur.
Pitié.
Bennet n’aurait vraiment pas pu demander à Morrisson de l’accompagner au bar ? Peut-être aurait-elle pu le séduire leur victime de ses adorables yeux de biche, ou l’aguicher de ses immanquables atouts…
Décidément, Derek avait la gorge sèche.

« Vous êtes donc venu pour affaires au District Un, Mr. Stark ? Rassurez-moi, pas pour vous ravissantes plantes vertes. Elles doivent difficilement supporter cette météo. »

A ce moment-là, Bennet et l’ingénieure déclarèrent qu’ils devaient laisser le groupe en plan pour aller « pendre l’air » au dehors. Au moins, la raillerie à propos des salades de Stark attira un sourire à Derek, bien qu’il ne doute pas que la répétition trop insistante de ce qui devait être une blague de Stark commença à agacer son monde.
Enfin. Derek observa un instant les deux interlocuteurs quitter l’établissement – plus elle que lui, et il ne s’en cacha pas –, puis se tourna vers Stark.

« Les joies de la hiérarchie : les supérieurs partent toujours avec les jolies filles. C'est peut-être son arme qui doit être plus grosse... »

Vous devez connaître ça, Mr. Stark, manqua-t-il d'ajouter, mais sa phrase n'était vraiment pas terrible. Tant pis. Il haussa les épaules à la gloire du mot vulgaire qu'il avait retenu avant, mais qu'il venait de venger.

« Je ne vous ferai pas l'affront de vous trouvez mignonnes, messieurs. »

Derek but une autre gorgée de son breuvage. Le trouva toujours aussi infâme à cette température.

« Cette eau chaud va me rendre fou, je vais prendre un autre verre. Je vous en commande un, Mr. Stark ? Ce n’est pas parce que je suis contraint à l’eau que cela vous dispense d’alcool. Egalement intéressé ? », ajouta-t-il à l’égard de son muet compagnon.


Spoiler:
 

Derek Wolff PNJ se trouve dans le bar et discute avec Eneron Stark et Emerick Waltham.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 20 Fév - 5:02

Les Rebelles - Equipe 2





Jamais Kenny n'avait participé à une mission d'une importance aussi cruciale et, même s'il ne regrettait pas les choix qui l'avaient mené à cet instant précis, il maudit le moment où il avait aperçu les deux autres rebelles parmi la foule si dense. Néanmoins, ils savaient désormais vers où se diriger : après tant de péripéties, cette perspective d'un objectif clairement défini était presque rassurante. Contre lui, Kenny sentait pourtant la peau moite de Siti qui prouvait la douce fièvre qui la gagnait. Un mal de tête terrible martelait l'esprit de cette dernière. Cependant, elle n'aurait osé s'en plaindre puisque son apparition avait coïncidé avec la disparition des vertiges. Elle porta sa main au foulard entourant sa blessure et constata que le saignement s'était fait moins abondant, le pansement de fortune et le serrage mis en place avaient visiblement eu l'effet escompté. L'espoir qu'éprouvait la jeune femme l'incita à rassurer ces collègues pendant que Jonathan s'était aventuré dans la rue adjacente pour vérifier que la voie était libre.

- J'ai l'impression que le saignement s'est calmé, dit Siti à voix basse de manière à ce que seuls Leanore et Kenny l'entendent. Tu penses que le médecin acceptera de nous aider ou bien...

Siti n'aimait pas l'idée qu'ils soient amenés à menacer quelqu'un pour qu'elle puisse être soignée... Personne ne méritait d'être pris en otage suite à leurs erreurs. Enfin, en réalité, c'était l'erreur de Nicodème mais la jeune femme avait du mal à envisager qu'ils n'étaient pas un peu responsables de son coup de sang au moins parce qu'ils n'avaient pas su le surveiller suffisamment. Après tout, tous le connaissaient : l'agriculteur n'était pas un modèle de discipline et de sang froid, cela était de notoriété publique. Ils avaient été trop confiants, ils en payaient les conséquences.

- On fera ce qu'il faut pour que tu ailles mieux Siti et après on se cassera d'ici au plus vite.

Et on retrouvera les autres. Voilà ce qu'avait pensé Kenny sans le dire. Intérieurement, son inquiétude le rongeait : leur groupe avait été scindé en trois et il se prenait à songer à Ivy qui avait suivi directement Nicodème après son pétage de plomb qui avait plombé l'ambiance à la gare... Comment cela s'était passé pour elle ? Il savait Nico correct avec Maureen, son amie qu'il considérait aussi comme sa mentor, mais avait-il été aussi sympathique avec Ivy qui présentait la même insolence de caractère ? Il chassa une mauvaise pensée : même s'il les avait plongé dans une merde sans nom, il n'aurait jamais fait du mal volontairement à une collègue... Il sourit soudainement. Après cette foutue histoire, il aurait peut-être le cran de demander à Ivy de "sortir" avec lui - comprenez vivre une soirée inoubliable dans sa taupinière, sans sous-entendu naturellement - et peut-être même que son frère en ferait de même avec Siti - Kenny s'était toujours demandé si Cas' savait que son craquage pour la jolie brunette ne passait inaperçu pour personne, sauf la concernée.

Jace revînt enfin, Siti sourit en comprenant qu'ils allaient pouvoir bouger. Seulement, ce calme apparent avait ravivé le besoin de causette du second du Huit. Alors qu'il était lui-même celui qui avait toujours quelque chose à rajouter, Kenny aurait tout donné pour que Jace se taise un peu et agisse enfin plutôt que de bavasser ! Tantôt directif, tantôt absent, il oscillait entre deux états inverses et qui étaient rarement en accord avec la situation du moment !

- Si c'est tellement tranquille comme expédition, on n'a p'tre le temps d'aller boire un café au salon de thé du coin ? Histoire de tout planifier pendant que Siti souffre... répondit Kenny avec un humour pincé.

Siti lança à Kenny un regard réprobateur. Elle n'appréciait pas qu'il défie l'autorité de son supérieur de District, même si le chargé des communications ne voyait pas les choses sous le même angle. Pour lui, Jace n'était qu'un ajout à leur équipe, un soutien et non un meneur fiable.

- On a ce qu'il faut avec Siti... D'ailleurs... Rapproche-toi Leanore...

Kenny fit un signe de tête à Leanore, l'invitant à se coller à lui. Là, il sortit de la poche de Siti une petite arme qu'il glissa dans celle de Leanore avec le plus de discrétion possible, la cachant au centre de leur petit groupe pendant le transfert. Même si elle ne combattait pas dans leurs rangs depuis longtemps, elle ne pouvait pas être pire stratège sur le terrain que Jonathan. Puis il jeta un coup d'oeil à Jace et lui asséna :

- Tu as dit que la voie est sûre, donc on va y aller tous les trois. Tu restes là et tu surveilles nos arrières Jace ? Si tu vois quelque chose, tu nous préviens sans attirer l'attention sur toi. Il marqua une pause avant d'ajouter : Et tu nous rejoins dès qu'on est arrivé dans la rue du toubib !

La décision était maintenant prise. Kenny ne perdit pas une seconde supplémentaire : sa marche débuta avec Siti qui tentait de garder la tête haute pour ne rien laisser paraître de son état alors qu'il regagnait une allée bien plus fréquentée. Leanore avançait à leurs côtés en essayant d'adopter une expression plus détendue, même si Kenny n'avait aucun mal à y lire de la peur...

Derrière eux, ils abandonnaient temporairement Jonathan mais il les rejoindrait bien vite dans la prochaine ruelle... Presque trop tôt au goût du rebelle du Treize.



Spoiler:
 



L'équipe 2 des rebelles (Kenny & Siti) sont dans la ruelle, avec Leanore.
Kenny a donné une arme chargée (6 balles) à Leanore.
Les trois rebelles (Kenny, Siti et Leanore) ont laissé Jonathan derrière eux en guetteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 20 Fév - 5:03

Les Rebelles - Nicodème Cartright





Cette fureur dévorante, je ne la connaissais que trop bien. Je me souvenais avec exactitude du jour et de l'heure à laquelle elle avait envahi mes veines pour la première fois. C'était comme une crue immonde déversant sa haine dans chaque parcelle de mon corps et de mon âme. A l'époque, j'avais dû faire un choix : user toute mon énergie à la combattre ou l'utiliser pour combattre ceux qui l'avaient faite naître. Devinez ma décision...

Je jubilai de voir son corps de poupée fardée et vulgairement riche chuter inexorablement vers le sol. J'étais si aveuglé par cette vision d'extase - imaginant déjà ses os s'entrechoquer sur le paquet - que je n'avais pas remarqué l'ouverture rapide de la porte que je l'avais empêchée d'atteindre moins d'une minute auparavant. Quand il la rattrapa, je faillis lâcher un juron. Salopard de Shepherd, toujours là pour gâcher mon plaisir !

Il se tenait debout, son fichu foulard sur le visage. Décidément, qu'ils apprennent à assumer leur appartenance à la Rébellion ! Entre agacement et suspicion, j'hésitai. Si Cassio était là seul, cela ne pouvait que signifier que les coups de feu entendus n'avaient peut-être pas été sans conséquence finalement... Je soupirai : rien que des amateurs...

La noirceur de mes pensées gagnait jusqu'à celle de mon regard qui brûlait la silhouette de Cassio, le dévisageait sans aucun regret. Je devinais ses réprimandes avant même qu'il ne me les balance. Croyait-il vraiment que j'allais écouter un gosse ? Qu'il la ferme avec son ton bien pensant...

- Oh sois pas vexé ! Papa te donnera un autre boulot bien vite j'en suis sûr !

Je fis un ou deux pas vers le mec qu'Ivy avait roué de coups, et gratifiai cette dernière d'un large sourire dans lequel s'affichait ostensiblement toute la fierté que j'éprouvais à son égard. Puis, j'ajoutai dans une énième provocation :

- Et pour "ça", dis merci à ta frangine, ironisai-je en désignant Ivy de la tête, avant d'ajouter dans un souffle narquois : Elle a été parfaite !

Sa réaction allait être splendide, remarquable et inexistante. Outre la plus jeune, les deux autres gamins Shepherd aboyaient bien plus qu'ils ne mordaient. Ils faisaient les beaux pour faire plaisir à papa mais ils n'avaient pas le cran nécessaire pour s'affirmer, de simples toutous qui essayaient de faire les plus belles cabrioles pour impressionner leur paternel. Zut, j'avais fait foirer son tour aujourd'hui... Quel dommage, songeai-je avec un rictus en coin.

Spoiler:
 


Nicodème est dans la boutique Standford, avec Coralie, Hunter, Ivy (PNJ Rebelle) et Cassio (PNJ Rebelle).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 20 Fév - 5:04

Les Rebelles - Cassio T. Shepherd





Le pic de Nicodème à mon égard me rendit dingue. Je sentis le poing dans ma poche se serrer autour de la crosse de mon arme. N'avait-il donc aucune conscience ? N'y avait-il donc que sa petite personne qui lui importait ? Etait-il vraiment des nôtres... Je sentais bouillir au plus profond de mes entrailles cette colère qui remplaçait peu à peu le soulagement que j'avais éprouvé en apercevant Ivy saine et sauve. Et cela était normal, parce qu'il n'y avait pas que ma sœur. Il y avait aussi Kenny qui devait se dépêtrer avec Siti qui était blessée, sans compter Franklin qui était mort. Nous payions tous l'égocentrisme abusif de ce mec qui n'en avait absolument rien à foutre de nous.

Son insinuation envers la responsabilité de ma sœur fut la goutte d'eau. Je regardais incrédule ce tableau insensé en essayant d'en reformer le puzzle infâme qu'il composait.

- Comment...

Je m'arrêtai avant même que les derniers mots n'aient franchi mes lèvres. Cela semblait si improbable que je ne parvenais pas à rassembler tous les morceaux, peut-être qu'au final je ne désirais pas savoir. Mon regard se braqua sur la mine défaite d'Ivy, elle ne broncha pas. Il avait osé.

Dans ce fleuve d'émotions, j'avais totalement zappé la jeune fille qui était encore dans mes bras. Elle quémandait mon aide dans un murmure implorant qui avait quelque chose de touchant, sa requête était simple : que je les fasse partir... Les. Confirmation cruelle qu'Ivy avait franchi les limites sous l'influence de Nicodème. Mes muscles se contractaient en rythme le long de ma mâchoire serrée. Glissé dans ma poche au contact du revolver qui n'attendait qu'à en sortir pour régler une bonne fois pour toutes son compte à l'autre enflure, mon poing était si tendu que j'avais la sensation que ma peau aurait pu s'en briser.

Il fallait qu'il paye.

- Oui... Je vais régler ça, lui dis-je tout simplement, son étouffé par le foulard mais audible pour l'adolescente.

Ma paume quitta son bras qu'elle n'avait pas lâché pendant toute la durée de mon altercation verbale avec l'abruti du Neuf. Dans sa jeunesse, cette fille avait ce souffle d'innocence préservée que je n'avais jamais connue. Une beauté à laquelle nous n'avions jamais eu le droit, mon frère, ma sœur et moi. Nicodème avait brisé bien trop de choses aujourd'hui. Il était temps d'y mettre un terme.

- Aide-le à se relever et allez dans l'autre pièce, terminai-je en désignant l'homme au sol avant de plonger mes yeux dans les siens avec un regard appuyé, émanant d'une détermination rassurante.

Je savais ce que je faisais. Je savais exactement ce que j'allais faire. J'attendis qu'elle se dirige vers le mec à terre. Ivy me contemplait de ses grands yeux perdus, ceux qu'elle arborait parfois quand la situation lui échappait bien malgré elle, quand elle se perdait dans un tourbillon d'actions contraires et irréconciliables qu'elle payait souvent au prix fort...ou dont je payais la dette pour elle.

Cette fois-ci, je ne paierai rien.

D'un pas direct, je me dirigeai vers Nicodème qui me jaugeait toujours de ses yeux rieurs, une sale vipère. Un élan. Mon poing partit dans sa gueule cynique pour en virer ce sourire viscieux que je ne pouvais tolérer un instant de plus. Mes phalanges se fracassèrent contre l'angle anguleux de sa joue et une douleur vive les envahit. Un coup, un seul. Prompt et efficace dans lequel j'avais concentré toutes les pensées atroces de cette journée en enfer, ce coup il était pour Franklin, pour Siti, pour Kenny, pour Ivy... Pour moi et pour tout ce que nous avions perdu à cause de son orgueil que je lui aurais bien fait bouffer !

Projeté en arrière, sa respiration fut coupée quand il heurta une étagère de métal de laquelle plusieurs petites caissettes tombèrent au sol sous le coup de l'impact : cet imbécile ne s'était pas attendu à cela. Je secouai ma main comme pour en exorciser la sensation écœurante du contact avec cet individu qui me répugnait en même temps que le choc violent et douloureux qui retentissait encore dans ma main toute entière.

Je n'aurais pas dû faire un truc aussi con, mais purée qu'est-ce que ça faisait du bien !

Spoiler:
 


Cassio se trouve dans la boutique Standford, avec Coralie, Hunter, Ivy (PNJ) et Nicodème (PNJ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 20 Fév - 5:45





Event exceptionnel - Tour 5
Devenez acteur de votre destin








... et les poupées volent en éclats.
Dans le District du Luxe
__________________________

Les mots résonnent, durs, à l'oreille d'un homme qui comprend qu'il peut perdre énormément. Un homme qui a un levier à portée de bras ; qui a des vies à portée de main.
Désormais, les Pacificateurs ne maintiennent plus les apparences au District des atouts : ils cherchent des rebelles et briseront toutes les barrières qui se dressent devant eux. Terminées les cachotteries, terminés les faux-semblants : seule la mission délivrée par le Ministre des armées compte dorénavant.
Non loin de là, dans une simple bijouterie, tout amenait à ce que les choses dégénèrent : des gens effrayés parquaient dans une pièce assombrie et réchauffée, ainsi que des voix qui hurlaient, que des personnes qui courraient, frappaient, sanglotaient.
Le coup du jeune rebelle sonne l'heure de l'émeute. L'appel du Ministre sonne l'heure de l'ordre.
Et vous voici coincés entre le marteau et l'enclume.



Petite explication
A vous de jouer...
__________________________

Coucou les intrépides des bacs à sable ! Smoke

Voici venu le tour 5 et avec lui, les choses s'accélèrent : les Pacificateurs ont fini de rechercher gentiment les rebelles et vont commencer à ratisser le marché pour trouver ceux qu'ils cherchent, plus véhéments que jamais.
Vous mettrez-vous en travers de leur chemin ?

Les rebelles, pour lesquelles la sortie est bien compliquée à trouver, commencent à être poussés dans leurs retranchements : pourtant, rien n'est plus dangereux qu'un animal acculé et qui n'a rien à perdre, surtout que certains d'entre vous sont coincés avec eux et la panique générale.

Cette semaine, vous êtes nombreux à avoir eu la bougeotte et nous nous permettons donc un petit récapitulatif en image des positions de tous les acteurs de cet event. Les premières lettres du nom de votre personnage indique où il se trouve au début de ce tour 5.
Spoiler:
 


Quelques détails à propos de ce tour de jeu :

  • Ce tour de jeu est officiellement le dernier ! L'event n'est pas terminé, simplement, il se déroulera en un tour unique jusqu'à la fin : pas de date buttoir, mais pour autant, l'activité sera appréciée sinon nous avancerons sans votre personnage.
  • N'hésitez toujours pas à répondre rapidement aux PNJs de manière à permettre à l'intrigue d'évoluer avec fluidité. Comme auparavant, les PNJ n'attendront pas le tour suivant pour vous répondre.
  • Guettez la fin des posts des PNJ ! En effet, des indications des Maîtres du Jeu (Sélène & Amy) peuvent y être postées à l'attention de certains personnages. Ces demandes de réactions de votre part conditionneront la suite de l'event, celui-ci sera donc entièrement personnalisé en fonction de vos rps. Nous vous faisons confiance pour choisir ce qui vous paraît être la meilleure option !
  • Une dernière indication : restez cohérents dans vos réponses, notamment au niveau des mouvements de vos personnages. En effet, vous ne pouvez passer subitement des quartiers Ouest aux quartiers Est par exemple, il vous faut détailler votre passage par la grand place avec au minimum un post, etc...



Quelques rappels :

  • Pour les personnages qui ont été abordés par des PNJ ou qui sont sous le joug de certains d'entre eux : jouez comme s'ils étaient des personnages classiques. Il n'y a pas de "bonne" ou de "mauvaise" attitude avec eux, ils réagiront selon leur caractère, vos réactions et la situation globale.
  • Les PNJ n'attendront pas le prochain tour de jeu pour vous répondre ! Dès que vous leur répondrez, ils en feront de même. Le but est de vous permettre d'avancer rapidement : tout dépend donc de votre désir de faire évoluer l'histoire de manière dynamique et riche pour votre personnage. Saisissez cette opportunité !
  • Si vous ne répondez pas à la sollicitation des PNJ dans la semaine de ce tour, nous considèrerons que votre personnage n'a pas réagi et le nouveau tour débutera avec une nouvelle intervention des PNJ et l'évolution de la situation mise en place ce tour-ci.
  • Durant un tour de jeu, vous pouvez poster autant de fois que vous le désirez ! Le but est de faire avancer votre personnage le plus dynamiquement possible dans son expérience de l'event.
  • D'un point de vue rp, vos personnages ne savent pour l'instant rien de l'événement qui s'est déroulé dans le quartier Ouest du District Un (à l'exception de Clarissa Stern qui a entendu la conversation téléphonique). Le MJ vous apportera des rumeurs ou vous indiquera des éléments étranges dans l'environnement de votre personnage si cela est le cas.
  • Vous pouvez poster à la suite directe des rps des rebelles et des pacificateurs ci-dessous.
  • Rappel : N'oubliez pas de mentionner en italique à la fin de chacun de vos rps : "[Nom de votre personnage] se trouve au/dans [Nom du lieu]". Cela facilitera bien des choses pour que nous sachions à tout moment où est votre personnage à la fin de votre rp.
  • Amy et Sélène restent bien sûr disponibles pour toutes vos questions !



Désormais, les évènements vont suivre leur cours effréné, mais le rythme devra être conservé : le prochain message du Maître du Jeu viendra clôturer l'event...

Maintenant, c'est l'heure des ramasser les récoltes!

Votre staff qui a hâte de découvrir les réactions de vos personnages ! Heart


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Paris
★ Âge : 21 ans.
☆ Surnom : Lea
★ Occupation : chasse - vétérinaire
☆District : dix

○ Points : 850
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 20 Fév - 9:32

- J'ai l'impression que le saignement s'est calmé. Tu penses que le médecin acceptera de nous aider ou bien... demanda la jeune rebelle en nous regardant.

Discrètement, je m'approchais d'elle et regardais sa blessure. C'est vrai que le saignement semblait moins fort, mais je n'étais pas aussi optimiste qu'elle. Elle avait perdu beaucoup de sang, et son coeur devait maintenant forcer pour tenter de maintenir un débit minimum. J'avais déjà vu ça... dans les abattoirs...
Je jetais un regard éloquent à Kenny, pour lui signifier que ce ralentissement n'était pas une bonne nouvelle.

Il sembla comprendre ma pensée, car il répondit :

- On fera ce qu'il faut pour que tu ailles mieux Siti et après on se cassera d'ici au plus vite.

A ce moment, Jace revint pour nous indiquer que le chemin était libre. Je m'approchais encore un peu de la rebelle, et, sous le prétexte de replacer le foulard qui épongeait le sang, je posais ma main dans son cou pour saisir le pouls.
Je n'étais que vétérinaire, mais les pulsations que je sentais sous mes doigts étaient complètement chaotiques, et je savais que ce n'était pas une bonne nouvelle du tout.

A ce moment là, le rebelle m'interpella :

- D'ailleurs... Rapproche-toi Leanore...

Je m'approchais de lui, et sentis qu'il me glissait quelque chose dans la poche de ma veste.
Une arme. Je mis la main dans la poche, et sentis le contact froid du métal contre ma peau. Je déglutis, mon propre coeur se mettant à battre plus vite également. Je me servais de fusils pour lancer des fléchettes anesthésiantes sur les animaux, et j'avais eu un entrainement aux armes à feu au district 13, mais c'était la première fois que je portais une arme "en mission".
Serais-je capable de m'en servir si les pacificateurs nous prenaient en chasse ?
J’espérais ne pas avoir à répondre à cette question...

- Tu as dit que la voie est sûre, donc on va y aller tous les trois. Tu restes là et tu surveilles nos arrières Jace ? Si tu vois quelque chose, tu nous préviens sans attirer l'attention sur toi. Et tu nous rejoins dès qu'on est arrivé dans la rue du toubib !

Sana attendre de réponse, le rebelle sortit de la ruelle, en soutenant la jeune femme qui faisait de son mieux pour avoir l'air naturel. Je les suivis, me plaçant juste à coté d'elle pour la soutenir si besoin d'une main, l'autre toujours dans ma poche, crispée sur l'arme.
Nous avançâmes lentement, comme un groupe d'amis, en direction de la rue sur la droite, et j'essayais de garder un air serein tout en tentant de regarder partout autour si je ne voyais rien de suspect. Je m'attendais à chaque instant à voir arriver des pacificateurs en courant, ou à entendre crier "halte".

Autant pour soutenir la blessée que pour me donner du courage, je murmurais :

- Courage Siti, le cabinet du docteur n'est plus qu'à une centaine de mètres, on va y arriver...

Leanore a quitté la ruelle avec Kenny et Siti, et se dirige dans la rue sur la droite.
Elle possède une arme chargée dans sa poche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 42 ans.
☆District : District 12

○ Points : 472
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 20 Fév - 9:45

     

Winston ♦ Indis ♦ Nova

RP event
L
es pacificateurs étaient partis. Nova, Indis et moi nous dirigeâmes vers la bijouterie où se situait Coralie. Mais en arrivant devant la devanture, je vis que la bijouterie était fermée. Indis me demanda si c'était la bonne bijouterie. J'hochai la tête. La rouquine me dit que peut être Coralie n'était pas là et qu'elle était sortie sur la place du marché. Non c'était bizarre. La bijouterie devrait être ouverte à cette heure-ci. D'autant plus qu'il y avait beaucoup de monde aujourd'hui. Je fronçais les sourcils.

- Oui c'est bien ici que mon amie travaille. Mais c'est bizarre que la bijouterie soit fermée.

Je frappais doucement sur la porte.

- Coralie ? C'est Winston tu es là ?

Pas de réponse, simplement un silence pesant. Lugubre. C'était vraiment bizarre et inquiétant. Je frappais plus fort sur la porte.

- Coralie ouvre moi ! Je sais que tu es là !




GleekOut!



Winston se trouve devant la bijouterie avec Indis et Nova


Dernière édition par Winston Davis le Mar 7 Mar - 9:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 14 ans.
☆ Surnom : Co'
★ Occupation : école - magasin familial
★ Plat préféré : Fromage de chèvre
☆District : Un

○ Points : 1095
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 20 Fév - 19:09

Event district 1

Je regardai mon sauveur, qui me parla mais je cru que je n'allais pas entendre tellement sa voix était étouffée par son foulard.

Aide-le à se relever et allez dans l'autre pièce.



Il pointa mon faux frère du regard. Je savais qu'il avai raison et qu'il fallait que je me mette à l'abri. Je ne savais pas si l'armoire à glace allait me laisser passer. Je le regardai insistemment, mais il semblait ne s'intéresser qu'au nouveau venu. Tant mieux, il n'allait pas faire attention à ma sortie. Enfin, j'avais cru cela la dernière fois, et ça s'était mal passé. De toute façon, je n'avais plus rien à perdre, il fallait que je m'en aille.

Je pris le bras de l'homme et le mis autour de mon épaule pour l'aider à marcher. Nous ateignimes avec difficultés la porte qui menait à l'arrière boutique. Nous arrivâmes ensuite dans la pièce principale de la bijouterie. Je jetai un coup d'oeil derrière moi, car je m'inquiétais pour le jeune rebelle qui était désormais seul face à deux personnes aussi cruelle l'une que l'autre. Après avoir déposé le blessé, il fallait que je retourne dans l'arrière boutique m'assurer qu'il n'aie rien.

Je posais délicatement l'homme, dont j'ignorai toujours le nom par ailleurs, et commençais à me diriger vers la porte de l'arrière boutique, lorsque j'entendis des bruits étouffés venant de la rue. Je me rapprochais prudemment, car il s'agissait peut-être d'autres personnes malveillantes, sait-on jamais. Mais cela pourrait-être tout aussi bien des force de l'ordre qui pourrait me sortir de ce pétrin. J'entendis alors une voix plus distinctement.


Coralie ouvre moi ! Je sais que tu es là !



Cette voix... Je l'avais déjà entendue quelque part. Cherche Coralie, cherche. C'est un homme, qui connait ton nom, qui a l'air aimable... Mais oui, bien sûr !

Wi... Winston, c'est bien vous ?



Que diable faisait-il devant ma bijouterie ? Je jetai un coup d'oeil derrière moi, pour être sûre qu'aucun n'arrive et ne m'entende. Je me précipitai vers la porte et essayai de l'ouvrir, mais je me rappelai avec horreur que le rebelle l'avait fermée.

Des rebelles ont pris le contrôle du magasin, s'il vous plait, venez m'aider!



Il était peut-être mon salut.

DEV NERD GIRL



Coralie se trouve à la boutique Standford et s'adresse à Winston Davis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 30 ans.
☆ Surnom : Hunt'
★ Occupation : Ingénieur
☆ Humeur : Révolté
☆District : Cinq

○ Points : 212
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 20 Fév - 22:05



Event District 1
Plein de monde

Merde. Putain de merde. Encore un rebelle. Ça pouvait pas être un pacificateur, ou je ne sais quel mec trop bien qui aurait pu nous tirer de ce merdier ? Je commence à en avoir ma claque de toutes ces conneries, je voulais juste interroger la petite Coco tranquille. En plus ma jambe pissait le sang tout en me faisant souffrir le martyre. C’était très clairement la dernière fois que je m’étais les pieds dans une bijouterie.

Et puis la dernière fois ou je mettais mon couteau à ma cheville aussi.

Les deux rebelles avaient l’air de ne pas s’apprécier. C’était sûrement un bon point pour nous, sauf s’ils décidaient de commencer une fusillade dans le magasin, où dans ce cas précis on risquerait de tous y passer.

Celui qui était là depuis le début paraissait beaucoup plus colérique que le second, qui n’avait pas l’air à son aise sous cette pluie de sarcasme envoyé par son « collègue ». Pendant quelques minutes, le premier rebelle apostropha l’autre, qui ne répondait que par de phrases simples.

Puis, le nouvel arrivé ordonna à Coralie de m’emmener dans une autre pièce. Elle s’approcha de moi, et tant bien que mal m’y porta. Ma jambe me lançait de douleur, et je ne pu laisser échapper une sorte de gémissement qui ne manquerait pas de faire rire tous ceux qui l’entendraient.

Enfin nous y arrivâmes et elle me posa. Elle me regarda, et s’apprêta à faire demi-tour, alors je lui dis juste quelques mots, afin de remettre la balle au centre, entre nous.

-Coralie, je suis désolé de t’avoir frappé, mais je voulais simplement te protéger.


Et au même instant, quelqu’un commença à tambouriner à la porte de derrière de la bijouterie, et appelait Coralie. J’espère que ce n’était pas encore un rebelle.

Code by Joy


Hunter se trouve encore et toujours sur le sol de la bijouterie Standford.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 22 ans.
☆ Surnom : Nova
★ Occupation : Carrière
☆ Humeur : Déterminée.
★ Plat préféré : Protéines
☆District : deux

○ Points : 358
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 21 Fév - 11:22





Machinalement, je regardais moi aussi à travers la vitrine, tentant d'apercevoir quoique ce soit qui expliquerait la fermeture de cette boutique. J'avais beau être physiquement entrainée, avoir un vue parfaite, être plus brillante qu'eux et parfaitement en forme, je ne distinguais rien de plus. La boutique avait été parfaitement coupée de la vue des curieux et rien que je puisse faire n'aurait changé quoique ce soit. J'étais plutôt de l'avis de Winston que de celui d'Indis : une bijouterie fermée un jour où il y a tant de clients, c'était soit louche, soit complètement idiot. J'optais pour la première solution, estimant naturellement la famille Standford.

Winston se décida à frapper, appelant Coralie dans le même temps. Je ne saurais dit si c'était une bonne idée, mais c'était fait et l'envie me pris de taper plus fort à sa suite. Quitte à frapper autant se faire entendre ! Ce fut un miracle qu'une petite voix lui réponde, vu les précautions qu'il avait pris. M'approchant de la porte pour mieux l'entendre, je retins immédiatement le mot "rebelle". Tout prenait sens : les questions des pacificateurs, la bijouterie fermée. Je tiquais tout de même. Les rebelles n'étaient pas qu'un mythe ? Qui voudrait s'en prendre à une bijouterie ? Dans ma vision étriquée des choses, ça ne devait être que de pauvres gens qui avaient besoin de piller les autres, il ne pouvait y avoir d'autres desseins. En tout cas, je ne voyais qu'une chose à faire ! Je chuchotais en direction de Winston et d'Indis :

- Je vais prévenir les pacificateurs.

Que devaient-ils faire eux en attendant ? Je n'en savais rien mais ils étaient capables de se débrouiller tout seul. Je filais sans attendre, tel un chat se faufilant dans la foule dans la direction qu'avait pris les pacificateurs, espérant les retrouver rapidement.


© redSheep



Nova Waltham se trouve devant la bijouterie et part à la poursuite de Marlon et Rachel (PNJ Pacificateurs).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 21 Fév - 14:42

Annonce MJ pour NOVA :

Nova appris que la bijouterie Standford avait été prise d'assaut par des rebelles qui détiennent actuellement des otages. Immédiatement, elle s'est mise à la recherche des pacificateurs qui les avaient interpelés pour leur déclarer le crime qui était en plein déroulement.
Le lancer de dé a déterminé que Nova avait rapidement repéré les deux tâches blanches formées par les uniformes des deux pacificateurs et s'est précipitée à leur rencontre.

Va-t-elle sceller le sort des rebelles ?



***********************************************


Annonce MJ pour Clyde :

Ces nouvelles révélations quant à ce que les rebelles sont prêts à faire t'ont chamboulé, tu fais les cent pas dans la rue jusqu'à l'angle quand tu aperçois un groupe de trois personnes qui attendent visiblement à la porte principale et tentent de l'ouvrir. L'une d'elles annonce partir chercher des pacificateurs... Nul doute, tu ne t'étais pas trompé sur l'identité des personnes à l'intérieur mais ces badauds ont compris aussi...

Un dilemme s'impose à toi : vas-tu prévenir les rebelles, arrêter la fille, simplement rester spectateur ? Nouvel arrivé dans la Rébellion leur destin est entre tes mains...





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
☆ Surnom : Clary
★ Occupation : Ingénieure en biomimétisme
☆ Humeur : Perdue
☆District : Trois

○ Points : 870
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 21 Fév - 16:20















Event exceptionnel
~ Un rendez-vous  ~






Sonsourire en coin, qu'il tentait de garder envers et contre toutes mes remarques, me plaisait énormément. Il donnait un air presque jovial à ses rides creusées, preuve d'un âge certain et d'une expérience dans le jeu des apparences assez développée. Ce genre de comportement était toujours synonyme de secret à dissimuler et ne faisait que renforcer l'idée que cette montre était bien plus qu'un simple objet à leurs yeux : elle était une preuve. A quel moment était-elle entrée en leur possession ? Sans doute peu de temps auparavant, sinon ils n'auraient pas pris la peine de solliciter une ingénieure anonyme, dans un bar...

L'attitude de ces deux pacificateurs était finalement bien plus suspecte que n'aurait pu le paraître n'importe quel rebelle présent. Croyait-il vraiment pouvoir nous tromper ? Toujours est-il que mon choix était fait et qu'il allait simplement falloir que cet homme en blanc décide s'il m'accordait sa confiance ou non. Bien entendu, sa réponse serait aussi révélatrice que l'urgence de leur situation.

Comme je m'y attendais, ses traits se figèrent un instant suite à ma demande de luminosité naturelle. Il n'appréciait pas l'idée, mais son acceptation pleine d'une douceur mêlée de devoir sonnait faux. Il semblait ne pas avoir le choix, ce qui signifiait que mon aide pouvait me valoir des honneurs et une sécurité vis-à-vis de mes nouvelles fréquentations pendant un long moment.

   
« Parfait ! Je vous suis, lui dis-je en attrapant déjà ma sacoche élimée que je suspendis à mon épaule.


Nous laissâmes son collègue derrière nous. Peut-être avait-il besoin d'autres informations ou simplement devait-il faire en sorte d'occuper la galerie pendant mon absence ? Cela ne m'indisposait pas, bien au contraire : je détestai que des yeux inquisiteurs soient posés sur moi pendant que je travaillais et la paire de cet homme aux fossettes marquées suffiraient amplement à me perturber sans qu'on y ajoute le regard menthe à l'eau de l'autre Don Juan.

Dehors, la foule était toujours si bruyante et dense. Les couleurs de leurs achats débordant des sacs resplendissaient sous le soleil cuisant, déjà je sentais la chaleur m'envahir tandis que la peau pâle de mes joues virait au rouge dans un fard. C'est dans de tels moments que les conditions optimales de mon laboratoire se rappelaient à moi comme un idéal dont j'étais ici bien loin.

Je m'apprêtai à lui tendre la main pour qu'il me montre à nouveau le bijou quand le pacificateur me demanda mon nom dans une cérémonie qui sentait le coup fourré à plein nez. Alors comme cela, il savait que j'étais ingénieure mais pas mon nom ? Sans doute avaient-ils surpris cette première information quand nous échangions avec M. Stark... Confier un tel travail qui pourrait conduire à une mise en accusation à une inconnue était du grand art... Parfaitement au niveau des cervelles de la plupart des hommes en blanc. Cela prouvait également à quel point la situation était grave... Pourtant, quoi qu'il se passe, le jeu était encore maîtrisé avec soin à en voir le marché qui se déroulait sans accroc.

   
« Oh bien sûr ! lui réponds-je avec un sourire en sortant une carte attachée à un long cordon bleu. Je lui montrai en déclinant : Clarissa Stern, ingénieure en biomimétisme mais ce genre de gadgets est également dans mes cordes, ajoutai-je en désignant la poche dans laquelle il avait glissé la montre.

L'objet revînt dans les paumes d'Edmond qui visiblement n'avait pas l'intention de le lâcher. Tant pis, cela allait être davantage compliqué, mais pas impossible. Je fis quelques pas en arrière, le pacificateur m'imita, de manière à ce que l'auvent qui surplombait la porte du bar ne jette plus son ombre sur le bijou. Là, je commençais à en toucher le cadran afin de déclencher le premier mécanisme, quand un grésillement perturba mon attention. Je relevai les yeux vers le pacificateur, il était devenu livide même s'il tentait de le cacher tant bien que mal. La voix sèche qui l'avait interpellé, je la connaissais et le moins qu'on puisse dire est que le ton qu'elle employait n'était pas de bon augure pour ce cher "Edmond".

Abdication immédiate. Le pacificateur me tendit la montre avant d'attraper sa radio et de répondre sur un ton militaire propre aux hommes d'armes. De mon côté, je jubilai d'avoir enfin réussi à obtenir l'objet sans le lui demander frontalement ce qui, j'en étais certaine, ce serait soldé par un cuisant échec.

   
« Merci... répondis-je distraitement en faisant mine de ne pas avoir réellement entendu le début de conversation qui annonçait des déboires houleux.

Pendant que j'actionnai les différents mécanismes, je ne perdais pas une miette de la conversation. L'allusion à un cadavre m'avait fait réaliser que l'heure était bien plus grave que je n'aurais pu l'imaginer et la pression qui se trouvait sur mes épaules n'en fut que renforcée. Après tout, les menaces de celui que j'avais cru reconnaître comme étant le Ministre des Armées auraient très bien pu se retourner contre moi : la peur de mourir peut entraîner des réactions insensées, surtout chez certains pacificateurs...

Je me concentrai sur mon ouvrage, faisant encore un ou deux pas de plus dans l'allée principale où le soleil étincelait avec vivacité. Le métal de la montre était d'une beauté certaine, sa fabrication une confection finement menée. Pourtant, dans le déroulement du procédé gadget, rien ne pouvait m'aider à en identifier le propriétaire. C'était un claquement banal de la vitre qui transformait cette dernière en diffuseur d'hologrammes réduits. Quant au gousset, il était visiblement relié à une radio interne puisque bientôt la voix du ministre s'éleva aussi de la montre. En somme, rien de bien étonnant si ce n'est que seule une poignée de personnes, des ingénieurs de haut rang, avaient accès à cette technologie et tous se trouvaient au Trois...

Ma tête bascula en arrière, je remis mes cheveux en place d'un geste de la main. La chaleur m'indisposait et m'empêchait d'avoir les idées claires. Quand je reposai le regard sur le bijou et le tournai, je réalisai soudain que je n'avais pas explorer la conception interne... Oui ! C'était là la solution !

Presque moi-même aussi curieuse que le pacificateur de trouver l'identité du propriétaire, je retrouvai l'adrénaline de mes démonstrations d'armes visant à exterminer les rebelles. Pourtant, je n'étais plus cette fille-là... Du moins, c'est ce que je me répétais depuis ma rencontre avec Jonathan. C'était peut-être faux après tout...

Ma main glissa dans ma sacoche et bientôt un petit gadget s'enfonça sous le couvercle de la montre qui sauta, je le mis dans ma poche le temps de décortiquer le reste du mécanisme.

Sa couleur. C'est ce qui le trahit. Un ressort en laiton. Et non en acier.

Je savais.

Calme et souriant, la voix d'Edmond venait de s'élever à côté de moi. Il avait décidément un talent certain pour la comédie.

   
« Oui, je pense sa... dis-je en remarquant soudain que le pacificateur paraissait horrifié après avoir découvert que j'avais autopsié sa preuve horlogère. J'ai dû l'ouvrir mais je peux vous dire à qui elle appartient. C'est la montre d'un ingénieur du Trois, F.S. pour Franklin Schieldkroete.

Comme il paraissait interloqué par mon assurance, j'ajoutai afin de couper court à tous ses doutes :

   
« Vous voyez ces ressorts, ils sont en laiton. Seul lui les utilise, on y préfère l'acier... Quand je vous disais qu'on avait tous nos manies...

Je lui souris, fière de moi. Certes, je venais sans doute de mener un homme à la mort, mais cela n'avait guère d'importance. Il l'avait été à partir du moment où cette montre n'avait plus été en sa possession : si ce n'est pas moi qui avait donné son nom, cela aurait été quelqu'un d'autre et bénéficier de la reconnaissance des autorités était un gage de sûreté.

   
« Je suppose que vous en aurez besoin comme preuve... Mon ton avait sans doute trahi le fait que j'ai écouté sa conversation, mais qu'importe il avait l'air trop intelligent pour l'ignorer. Je vais la remonter en une petite minute.

Mon ouvrage recommença dans le sens inverse avec la vague impression d'avoir accompli mon devoir de citoyenne : on ne pouvait renier quinze années de son existence dans les rangs des aides capitoléennes...












Clary est devant le bar, avec Edmond.

_________________




★☆☾ Clarissa L. Stern ☽☆★
.   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .
« Je me souviens de t'avoir entendu dire un jour que grandir, c'est regarder en arrière et regretter de ne pas pouvoir changer le passé. »Extrait de TMI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 21 Fév - 16:42

Les Pacificateurs - Equipe 2
Edmond Bennet





L’ingénieure appelée Clarissa Stern avait regardé et identifié la montre comme étant celle d’un certain Franklin Schildkroete pendant qu’Edmond se faisait sermonner. Comme quoi, tout se passait à des vitesses différentes.

Au moins avait-il l’information essentielle de cette journée. Il la remercia.

Edmond attrapa sa radio à sa ceinture et continua à prévenir. Il devait reconnaître que parlementer sans fin alors qu’une épée de Damoclès flottait au-dessus de sa tête le contrariait. Non, c’était pire que cela : c’était comme un fil tranchant qui lui glissait le long du dos.
La douleur était violente. La douleur était excitante. Mais bon Dieu, que c’était frustrant de devoir blablater.

« Pacificateur Bennet à l’appareil, scanda-t-il. Il est absolument nécessaire que vous teniez vos positions et que personne ne bouge. Les premiers qui laissent partir des civils finissent, au mieux, en cour martiale. »

Les supérieurs qui soulageaient leur frustration sur des subordonnés. Même lui s’y mettait à son plus grand désarroi – mais c’était pour mieux se faire respecter, se rassurait-il. Quelle hypocrisie.

Les Pacificateurs en poste en bordures de District contactés et rappelés à leurs obligations et leur devoir, Edmond changea la fréquence de sa radio. Ses gestes étaient toujours sûrs et mesurés, sa tête froide et sa vision claire : la tension et l’anxiété étaient bien présentes mais n’avaient pas encore de prise sur un esprit avec de l’expérience. Cette expérience : non pas de la poursuite de rebelles, mais d’être sans fin sollicité pour des missions risquées par ses supérieurs.

La fréquence bien réglée, Edmond reprit ses usages protocolaires et scanda à nouveau aux quelques Pacificateurs qui avaient escorté l’équipe du Capitole et Mr. Gemmeus :

« Pacificateur Bennet à l’appareil, je souhaiterais connaître votre position et l’état de votre escorte.
- Nous sommes bien à l’hôtel de ville sans encombre.
- Mettez-moi en contact avec le journaliste du Capitole et son caméraman. »

Un silence s’ensuivit.

« Y a encore quelqu’un ?
- Nous ne les retrouvons pas, Pacificateur Bennet.
- Comment ça ? »

Un silence s’ensuivit à nouveau. C’en devenait agaçant.

« Nous n’en savons pas plus.
- Je vous conseillerai très fortement de les retrouver vite fait avant que ça chauffe pour vous.
- Oui, Pacificateur Bennet.
- Je reviendrai aux nouvelles. »

Edmond coupa la transmission. Les supérieurs qui soulageaient leur frustration sur des subordonnés, n’est-ce pas ?

Ils devaient bouger au plus vite. Après avoir adressé un regard à Miss Stern pour voir si elle avait quelque chose à ajouter, ce qui n’était pas le cas, Edmond se rapprocha d’un pas lent et assuré de la fenêtre du bar et jeta un coup d’œil à l’intérieur de la pièce. Il vit certains clients lui lancer quelques regards perplexes, auxquels il réagit d’un sourire qu’il espérait assez inquiétant pour qu’ils se taisent. La réponse fut immédiate : tendus et tassés sur leurs sièges, ces braves civils pas courageux pour deux sous calmèrent tout de suite leurs ardeurs.

Au fond de la salle, Wolff demeurait attablé avec Eneron Stark. Mais les clients installés entre eux deux et le vétéran de la Pacification avaient leur attention attirée par l’intervention de ce dernier. Ils devaient faire bien moins de bruit.

D’un geste lent et assuré, Edmond leva la main et toqua fermement le carreau de la fenêtre. Trois fois.


Spoiler:
 

Edmond Bennet PNJ se trouve devant le bar et discute avec Clarissa Stern.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 21 Fév - 16:53

Les Rebelles - Ivy Shepherd





J’avais envie de lui en recoller une. Deux coups ne suffisaient pas à inculquer une leçon : on disait bien jamais deux sans trois. Simplement, la chaleur harassante de la pièce, l’étouffement du foulard sur mes lèvres, l’assèchement quasi-métallique de ma gorge et mes bouffantes nausées me dictaient d’arrêter et d’éviter de tout perdre en simplement levant le pied.

Des bruits de pas précipités suivi d’un plus intense : Nico avait rattrapé la gamine qui tentait de s’enfuir et commencé à lui beugler dessus. L’écho de ses aboiements se répercutait sur les murs et me cognaient avec une force telle que j’aurais cru qu’il me levait la main dessus pour frapper l’intérieur de ma poitrine. Je me grattai l’oreille droite : je n’entendais plus rien mais au moins, son contact me rassurait. Enfin, essayait de me rassurer. L’effet n’était pas des plus efficaces.
Je fis un pas très léger pour me rapprocher de Nico et lui demander d’arrêter ; malheureusement, mon corps partit en arrière, plus à même de se raccrocher au mur à côté que de s’avancer vers le danger. Heureusement qu’il n’était pas loin. Je pouvais toujours garder l’autre connard en joug, sans que celui-ci n’ait perçu mon mouvement, et profiter par la même occasion de la fraîcheur que m’offrait la pierre.

Aller, plus vite. Les évènements étaient chaotiques et je n’arrivais à penser à rien d’autres que la soif et la chaleur, ce qui m’échauffait passablement.

Une lumière sur ma droite : la porte venait de s’ouvrir. Cassio se tenait là, la gamine entre les bras… Nico avait essayé de la balancer ? J’allais lui hurler que c’était un connard, mais je ne sus pas ce qui me retint. Le soulagement de voir mon frère entier et vivant ? Les mots qu’il hurla à son tour à l’égard de notre compagnon ? Le fait que ledit compagnon soit Nico et pas n’importe quel rebelle ?

Dans tous les cas, la présence de Cassio m’insuffla un tel soulagement que je sentis l’envie de mes larmes de grimper à mes yeux. J’avais simplement envie de murmurer son prénom, de lui dire que rien n’allait, que je ne savais pas comment j’allais enchaîner trois foulées pour sortir de ce merdier.

Au lieu de cela je réajustai le morceau de tissu qu’il m’avait donné et laissai alors l’occasion à Nico de le provoquer. De nous provoquer, peut-être, puisqu’il fit directement mention de notre père. Je me sentais prête à lui répondre quand l’autre taré me coupa l’herbe sous le pied pour désigner le mec que j’avais frappé plus tôt et qui continuait à déblatérer des paroles vides de sens. Qu’il se taise. Qu’ils se taisent tous et qu’on sorte de là.

Parfaite. La perfection me donnait envie de vomir.

A cet instant, Cassio renvoya les deux frère et sœur à la boutique, nous laissant tous les trois seuls dans cette réserve. Je me sentais encore trimballée de part et d’autre par toutes sortes de courants d’émotions, même si la vue de mon frère m’avait un temps soulagée – avant de précipiter le chaos. Je le vis avancer franchement vers Nico, armer son bras, et frapper.

C’en était à la fois violent et gracieux. Silencieux et éclatant. Le grand rebelle vola par le seul poing de Cassio contre une étagère en métal en laissant tomber des petites caissettes au sol.

« Mais ça va pas ? », m’exclamai-je à l’égard de mon frère.

J’avançais d’un pas si ferme qu’au lieu de me perturber, celui-ci me revigora un instant.

« T’es vraiment un crétin, t’as pas trouvé un meilleur moment pour faire ça ! »

Non, j’aurais aimé le faire avant toi, lui faire payer de m’avoir poussée à frapper un homme au sol. Peut-être allai-je reporter mon occasion perdue sur mon frère. Peut-être déferler sur lui tout ce mal-être qu’avait provoqué mon premier pas dans la boutique.

« Bordel ! »

Je me détournais en ajoutant cette dernière insulte. Je n’avais pas envie de faire face aux regards de Nico ni de Cas. J’espérais juste que ce crochet avait mis les choses à plat et qu’on allait enfin tous sortir d’ici.
Enfin.

Pour ne pas avoir à assumer les échanges qui suivaient entre les deux idiots qui se proclamaient rebelles, je m’en allai vers la boutique. Les traits de mon visage étaient tordus par la colère, mais en vérité, je masquai tout ce dégoût aux origines diffuses qui me vrillait la gorge.
Un très faible murmure parvint à mon oreille, et je vis les différents otages se regarder les uns les autres. Surpris. Décontenancés. Et quelque peu animés par… l’espoir. Comme attrapée par l’adrénaline en plein vol, ma vision s’éclaircit et je regardais toute la pièce, jusqu’à tomber sur la gamine et son frère qui s’étaient placés à la porte, qu’on essayait d’ouvrir. Ses lèvres se mouvaient pour prononcer des mots que je n’entendais pas.

Une exclamation brisa mes lèvres et je m’approchai de la porte.

« Dégage de là ! »

Mon cœur battait la chamade tandis que j’attrapai le bras de la fillette pour l’éloigner de la porte. Comment avait-on pu se faire ainsi avoir ? Comme des bleus ? Comme des débutants ! Cette putain de porte !

Une fois que j’avais traîné la gamine à deux mètres de la porte, je m’en retournai essoufflée vers cette entrée trop dégagée, me décalai vers une des vitrines adjacentes et observai le perron de la bijouterie : deux personnes se tenaient là, un grand homme qui était très proche de la porte et une gamine complètement paumée. Je remarquai juste des cheveux qui dansaient dans le lointain.
Ils savaient ! Ils savaient tout !

Je me précipitai vers l’arrière-boutique, en trombe, manquant de tomber lorsque je butai contre la jambe d’un des otages, et déblatérai en arrivant au niveau de Nico et Cas :

« Des connards de civils nous ont repérés, ils vont chercher les Pacificateurs ! »


Ivy Shepherd est dans la boutique Standford.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jonathan C. Gray
« Invité »


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 21 Fév - 16:56


Une tempête se prépare...
Event exceptionnel


Il faisait de son mieux pour aider ce groupe de rebelles qui s'était imposé à lui. Mais il avait enchaîné les erreurs... Lui et les relations sociales, il n'avait jamais réussi à se mettre à la place des autres. Il faisait ce pourquoi il avait été formé, combattre et donner des ordres. Mais quand on a ni lien ni aucune légitimité à mener à un groupe, il faut savoir faire un pas de côté et laisser la place. Il avait été trop impulsif... Cela ne lui ressemblait pas, lui qui était de nature si calme. Il était revenu vers les autres pour leur faire un point sur la situation mais Kenny était beaucoup trop à cran pour l'écouter vraiment. La colère prenait le dessus et même si c'était lui qui a la base était venu demander leur aide, il rejetait pratiquement le blondinet.

Si c'est tellement tranquille comme expédition, on n'a p'tre le temps d'aller boire un café au salon de thé du coin ? Histoire de tout planifier pendant que Siti souffre...

Jace préféra ne rien dire, restant aussi neutre que possible. Son rôle était de les protéger, il avait déjà causé assez de problèmes... Si Kenny voulait prendre les rennes, il allait les lui laisser. Ne s'était-il pas dit qu'il fallait que quelqu'un prenne les décisions pour céder à la panique... Si Kenny endossait ce rôle, c'était idéal. Il n'aurait qu'à se focaliser sur leur protection...

Tu as dit que la voie est sûre, donc on va y aller tous les trois. Tu restes là et tu surveilles nos arrières Jace ? Si tu vois quelque chose, tu nous préviens sans attirer l'attention sur toi.
Et tu nous rejoins dès qu'on est arrivé dans la rue du toubib !


Bon, ok, Kenny était passablement énervé... Le ton de sa voix trahissait même une certaine rancoeur vis à vis de lui. Cela avait été sa deuxième erreur, laisser planer un doute quant à sa volonté de prendre les choses en main. Kenny voulait que les choses se fassent rapidement, quitte à le laisser derrière. Il n'avait pas tort, Siti était blessée, ils n'avaient pas de temps à perdre ici.
Les autres quittèrent la rue pendant qu'il commença à faire le guet, caché dans un coin sombre. Si quelqu'un apparaissait maintenant, il n'avait aucune arme autre que la surprise. Son voyage via le train l'avait obligé à n'emmener aucune arme avec lui.
Il devait guetter la rue en face... Mais cela ne lui faisait que ruminer ses échecs... Pourquoi avait-il pensé que le groupe paniquait ? Pourquoi avait-il perdu ses moyens ?
Etait-il en train de paniquer ? Ses mains tremblaient...

Merde... chuchota-t-il entre ses dents.

Il fallait qu'il se calme. Respirer lentement, observer les environs, analyser calmement la situation et prendre une décision en conséquence. Siti est blessée, le temps joue contre eux. Des pacificateurs sont à leurs trousses, aucune autre info pour le moment. Cassio a quitté le groupe à cause de sa divergence d'opinion avec Jace. Kenny en veut aussi à Jonathan pour son manque d'action et ne semble pas disposé à l'écouter. Le rebelle du 13 se met à vouloir endosser toutes les responsabilités pour sauver Siti et l'emmener voir ce médecin.
Et le blondinet avait fait une promesse à Cassio de tous les protéger.
L'autre côté de la ruelle semblait désert pour le moment. Mieux valait laisser couler pour le moment, Kenny ne semblait pas d'humeur à lui laisser faire quoi que ce soit.
Le tremblement de ses mains commençait à se calmer. Rester concentré, voilà la clé. L'objectif était de protéger le groupe...
La rue était toujours déserte mais il fallait attendre, couvrir les arrières, ne pas se laisser submergé. A part le groupe, rien n'avait d'importance maintenant.


 

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.


Jonathan se trouve dans la ruelle. Leanore, Siti et Kenny sont partis devant.
Revenir en haut Aller en bas
« »
★ Âge : 42 ans.
☆District : District 12

○ Points : 472
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 21 Fév - 19:18

     

Winston ♦ Indis ♦ Nova

RP event
J'
entendais une voix provenant de derrière la porte. Coralie était bien là. Je criais :

- Oui c'est bien moi ! Que se passe-t-il Coralie ?

Celle-ci ne mit pas longtemps pour me répondre. Des rebelles avaient prit en otage la bijouterie. Mince ! Je ne savais pas qu'ils pouvaient braquer des civils ! Y'avai-il le voleur de foulard parmi eux ?

- Cache toi ! Est-ce qu'un des rebelles à un foulard bleu autour de la bouche ?

Nova murmura qu'elle allait chercher les pacificateurs. Non ! Mais avant de l'arrêter, celle-ci était déjà partie. Mince mince mince ! Qu'allons nous faire ? Je me tournais vers Indis :

- Tu as une idée ?





GleekOut!



Winston se trouve devant la bijouterie avec Indis. Nova est partie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mer 22 Fév - 14:31

Les Rebelles - Nicodème Cartright





C'était tellement grisant de voir ce pauvre fils à papa perdre patience. Il avait toujours été le plus coincé de la famille, le plus "raisonnable" : ce genre de types avait le don de m'horripiler avec leur raisonnement si parfait en apparence et pourtant si peu pratique. Lorsque sa voix s'éteignit, je pris un plaisir malsain à contempler sa mine virer à une pâleur extrême. Il faut dire que je scrutai chacun de ses regards qui oscillait tel le balancier d'une ancienne horloge entre sa sœur et le mec à terre. Alors Cassio, tes neurones ont enfin fait tilt ? songeai-je avec ironie. S'il acceptait enfin de ne plus voir sa sœur comme une mignonne petite princesse au lieu de la violente opposante sans concession qu'elle était, il aurait sans doute mieux avalé cette couleuvre.

S'attendre à une réaction franche de sa part aurait relevé de l'utopie pure et dure. Cassio n'était pas capable de la moindre incartade, c'est ce qui le rendait si insignifiant derrière ses faux airs de rebelle prêt à tout pour servir la cause. Il était hautement prévisible, ridiculement prévisible. C'est pour cette raison que, lorsqu'il indiqua à la jeune blondinette en détresse de prendre son frangin pour se tirer dans la salle à côté, mon rictus s'accentua. Il faisait quitter la pièce aux civils, qu'est-ce que c'était adorable tout plein... De quoi avait-il peur ? Des paroles salées qu'il allait me balancer ? Les autres seraient morts dans un coin et vilain Nicodème serait coupable qu'ils n'aient pas eu suffisamment de plomb dans le crâne pour détaller...

J'entendais déjà ses accusations quand ses pas frappèrent le parquet avec détermination. Voilà qu'il allait se planter devant moi pour me débiter ses âneries sur l'esprit de groupe et me cracher au visage toute son indignation. Je m'en marrais déjà d'avance.

Un élan. Un mouvement.

Bon fallait bien que je l'admette, celle-là je l'avais pas vu venir. Le choc dans ma joue résonna, la douleur fut immédiate. Un vertige sous l'impact me fit basculer en arrière et je heurtai de plein fouet les étagères métalliques qui laissèrent leur chargement leur échapper dans un fracas du tonnerre. Mon dos meurtri claqua contre les façades en fer qui s'imprimèrent dans ma chair alors que je laissai mon corps choir sur le sol. De ce dernier émanait la fraîcheur qui manquait dans cette pièce à l'ambiance étouffante, ce qui me permit de reprendre doucement mes esprits. Non loin de moi, le fils Shepherd me jetait des regards haineux et secouait sa main comme un diable en faisant les cent pas pendant que sa sœur le sermonnait. C'était bien la meilleure !

Elle finit par lâcher l'affaire et partit en trombe dans la boutique. Je n'étais pas dupe, la vérité c'est qu'elle aurait aimé avoir le cran de m'en mettre une à la place de son aîné.

Un crachat de sang vînt maculer le sol si impeccable auparavant. Ma lèvre inférieure s'était fendue. J'avais toujours apprécié le goût ferreux du sang, ma langue parcourut mes lèvres autant pour en effacer la trace du liquide vital qui rougissait mes dents que pour me délecter de sa saveur âcre. Quand on y réfléchissait bien, ce n'était qu'une vaste plaisanterie qu'il ose me frapper, moi. Un rire guttural s'empara de ma gorge, sorti des tréfonds de mes entrailles il se répercuta dans toute la pièce. Cassio stoppa sa marche inutile, sans comprendre.

- Ça va mec ? Tu as enfin donné la dérouillée dont tu rêvais ? Mais je crois que tu t'es planté de personne...

Ma parole fit mouche. J'avais toute son attention. Ses yeux me fusillaient, criaient presque que si je disais un mot de plus, il me le ferait regretter. Mais il n'en ferait rien. Parce que, j'avais raison. Oh bien entendu, je n'avais été sûr de rien avant d'émettre cette allusion à propos des violences dont je suspectais le père Shepherd de faire usage sur son fils cadet... Toutefois, le faisceau de présomption était grand et je rêvais d'en faire usage maintenant.

Avant, c'était un coup de sang qu'avait eu Cassio. Maintenant, il était temps qu'il atterrisse.  

Je me relevai un peu titubant en m'appuyant sur l'étagère renversée tandis que je me massai la mâchoire de l'autre main.

- Quoi ? Tu sais prendre des coups mais pas les rendre, j'étais ton entraînement avant de passer à la vraie source de ton problème ?...

Je souris, Cassio était livide. Je m'en délectai. Ivy arriva à ce moment-là, annonçant qu'on avait été repérés. Pas de problème. Cependant, je n'en avais pas fini avec eux ; ma voix continua à siffler :

- A moins que tu n'aies pas le courage de lui les rendre... A "lui". Membre triomphal de la Rébellion mais père plus que merdique pas vrai ?

Les airs bienpensants de Cassio l'avaient définitivement quitté. Je l'avais juste suffisamment allumé pour qu'il parte en vrille, que je lui répondes en lui donnant une bonne leçon pour bien lui faire passer l'envie de recommencer son sale coup et que je puisse me casser ensuite en le laissant comme un con avec sa frangine. Il était temps pour moi de prendre la poudre d'escampette, mais pas sans avoir remis les Shepherd à leur place une bonne fois pour toute : même s'ils étaient aveuglés par leur image de famille parfaite, ces deux gosses devaient enfin réaliser que leur père était une enflure.

Une enflure dont la décision de confier cette putain de mission à son fils au lieu d'un rebelle expérimenté avait participé à l'assassinat du maire du Cinq, même si les raisons de tout cela était bien plus profondes... Gravées en moi... Image sanglante sur un mur d'entrepôt.

Spoiler:
 


Nicodème est dans la boutique Standford, avec Cassio (PNJ Rebelle), Ivy (PNJ Rebelle), Coralie et Hunter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 24 ans.
★ Occupation : Journaliste
☆ Humeur : Déterminé
☆District : Capitole

○ Points : 844
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mer 22 Fév - 23:36

Event exceptionnel
Post d'introduction - 5




Intervenir. Rester en arrière. Sauver des vies, peut-être. Protéger la sienne, sûr.

Clyde faisait les cents pas. Il n’arrivait pas à prendre une décision, alors que c’était peut-être la plus importante qu’il avait à prendre jusqu’ici. Même entrer chez les rebelles lui semblait maintenant un jeu d’enfants ; aujourd’hui des vies, autres que la sienne, étaient en jeu.
Le temps jouait contre lui, ce qui lui rajoutait une pression supplémentaire. Il n’avait pas le temps de peser le pour, le contre, de clarifier son esprit pour essayer de prendre la meilleure décision possible. Il devait choisir, tout de suite, et assumer aussitôt les conséquences de ce choix. C’était une sorte de test, dès son entrée chez les rebelles. Il ne pouvait pas échouer.

Une nouvelle fois, les paroles de Bégonia résonnèrent dans son esprit, comme une sorte d’avertissement constant. Il se rendait compte de la valeur que pouvait avoir sa vie, son poste, les informations qu’ils pouvaient obtenir, mais en même temps il n’arrivait pas à se résoudre à abandonner ces rebelles. En même temps, ils l’avaient peut-être mérité, ils n’avaient pas l’air très futés pour s’être retrouvés dans cette situation… Mais il y avait des civils dans cette boutique, et il ne pouvait pas se permettre qu’ils l’aperçoivent aider des rebelles.

Heureusement, un nouvel élément intervint et lui permis de prendre une décision. Il n’était pas loin de l’entrée principale de la boutique lorsqu’il entendit une voix féminine lancer d’un ton décidé :

▬ Je vais prévenir les pacificateurs.

Non. Il ne pouvait pas la laisser faire ça. Il prit sa décision en un quart de seconde, il savait ce qu’il avait à faire.

Et, sans prendre plus le temps de réfléchir, il se mit à la poursuite de la jeune femme qui était partie chercher les pacificateurs. Il ne savait pas ce qu’il allait faire, ce qu’il allait lui dire, pour peu qu’il la rattrape à temps. Il improviserait à ce moment là.



Clyde Holden se trouve entre la boutique Standford et la grande place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Jeu 23 Fév - 0:26

Annonce MJ pour Clyde :

Clyde a entendu les paroles de Nova qui souhaite dénoncer les rebelles aux pacificateurs, il a décidé de tenter de la rattraper.
Avec la densité de la foule, Clyde perd Nova de vue à plusieurs reprises. La jeune femme se glisse avec agilité entre les passants, semant le journaliste avant qu'il ne parvienne à la rattraper. Lorsqu'il l'aperçoit enfin à nouveau, elle est déjà en train de converser avec les pacificateurs.

Que vas-tu décider à présent ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
« »


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   

Revenir en haut Aller en bas
 

EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Districts supérieurs :: District 1-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit