Partagez | 
 

 EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
« »
★ Âge : 22 ans.
☆ Surnom : Nova
★ Occupation : Carrière
☆ Humeur : Déterminée.
★ Plat préféré : Protéines
☆District : deux

○ Points : 358
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Ven 24 Fév - 13:50





Entre leurs uniformes immaculées et ma vue de faucon, je ne pouvais pas les louper. Au bout de la rue, tout près du rassemblement dont je leur avais fait part. Je préférai ne pas courir, pour ne pas alerter la population autour de moi, ou avoir l'air étrange. Je les rejoignis simplement en de grandes enjambées un peu plus pressées que d'ordinaire. Il n'y avait pas pour moi d'urgence absolue non plus, je croyais en la force des défenseurs de la paix et assez peu au danger que pouvait représenter ces voyous. Je ne tardais pas à les rejoindre, sans remarquer que j'avais été suivi. Ils m'avaient aperçu avant que je ne les rejoigne et j'avais alors toute leur attention. Sans la moindre hésitation, je fis ce qui me semblait être mon devoir de citoyenne de Panem.

- Dans la bijouterie. Des rebelles !

Comme à mon habitude, je restais la plus concise possible, n'aimant guère les palabres interminables. Mais face à leurs regards interrogateurs, je me sentis obligée d'ajouter quelques précisions. Comme si ce que je venais de dire était invraisemblable. Peut-être parce que je n'y croyais pas moi-même, ni d'avoir prononcé ce terme. A tel point que je me mettais à leur place et que je voyais devant eux une folle hystérique, ce qui était sans doute une très mauvaise interprétation de leurs pensées.

- Une jeune fille à l'intérieur nous a prévenu...

Maintenant j'attendais.

© redSheep



Nova Waltham se trouve dans la ruelle derrière la bijouterie et parle à Marlon et Rachel (PNJ Pacificateurs).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 14 ans.
☆ Surnom : Co'
★ Occupation : école - magasin familial
★ Plat préféré : Fromage de chèvre
☆District : Un

○ Points : 1095
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Ven 24 Fév - 16:15

Event district 1

Pendant que je trimbalais le blessé, ce dernier pris la parole.

Coralie, je suis désolé de t’avoir frappé, mais je voulais simplement te protéger.



Je haussais les sourcils, je n'étais pas très convaincue par le caractère utile de cette claque, mais je préférai laisser tomber, je devais penser à d'autres choses.

Ne vous inquiétez pas, ce n'est pas très grave.



Je le déposais, puis je me dirigeai vers la porte car je cru entendre des bruits. Je reconnu alors la voix de Winston, un gagnant des jeux qui m'avait été une grande aide. Il fallait qu'il prévienne des pacificateurs !

Oui c'est bien moi ! Que se passe-t-il Coralie ? Cache toi ! Est-ce qu'un des rebelles à un foulard bleu autour de la bouche ?



Pourquoi posait-il cette question ? Ce n'était pas le plus important !

Je ne sais pas, mais vous devez vite chercher des pacificateurs car il y un homme blessé, et troi... non deux rebelles dans l'arière boutique, mais je ne sais pas ce qu'ils veulent !



Il fallait qu'il fasse vite. Je vis la rebelle blonde bondir sur moi. Elle avait compris que j'avais réussit à trouver de l'aide. Qu'allait-elle faire ? Allait-elle me... tuer ? J'avai vu ce qu'elle avait fait à l'autre, je craignais le pire. Ces deux rebelles étaient vraiment des brutes. Je la regardai avec des yeux implorants pour qu'elle ai pitié de moi et qu'elle m'épargne.

Je ne savais pas pourquoi j'avais menti à Winston en disant qu'il n'y avait que deux rebelles dans le magasin. Peut-être... Peut-être que je me sentais redevable auprès du troisième, qui avait pris ma défense ? Dans ce cas là, je devais le prévenir que des pacificateurs allaient arriver d'une minute à l'autre.

A ce moment là, la blonde partit dans l'arrière boutique prévenir les deux autre rebelles qu'ils étaient découverts, tout en me trainant loin de la porte. Je me relevais douloureusement, tout en me demandant ce qu'ils allaient faire à présent. Allaient-ils partir et enfin nous laisser tranquilles ? Je regardais mon soi-disant frère, toujours blessé.

Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? Il faut qu'on les empêche de partir, sinon les pacificateurs ne les retrouverons jamais !



Je devais gagner du temps pour qu'ils ne quittent pas la bijouterie tout de suite afin que les gardiens de la paix puissent avoir une chance de les arrêter. Mais je voulais en même temps sauver le jeune rebelle qui m'avait défendue alors qu'il ne me connaissait même pas. Comment pouvais-je tout concilier ? Valait-il mieux les laisser s'enfuir, et laisser en vie ceux qui ne le méritent pas, ou tous les condamner ? Je ne voulais pas jouer avec leur vie. Ce n'était pas moi. Je ne voulais pas me mêler de tout ça.

Je me dirigeais doucement vers l'arrière boutique, afin de voir ce qu'ils allaient décider de faire. A ce moment-là, j'improviserais, comme toujours.

DEV NERD GIRL



Coralie se trouve à la boutique Standford
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 24 ans.
★ Occupation : Journaliste
☆ Humeur : Déterminé
☆District : Capitole

○ Points : 830
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Ven 24 Fév - 17:51

Event exceptionnel
Post d'introduction - 5




La foule était beaucoup trop dense, il la perdit plusieurs fois de vue. Il faillit abandonner, plusieurs fois, mais à chaque fois il repérait à nouveau la crinière brune qu’il essayait désespéramment de suivre. Malheureusement, elle était trop loin, et il avait beau jouer des coudes, bousculer sans ménagement les passants, il n'arrivait pas à gagner du terrain.

Il la perdit de vue une nouvelle fois. Il ralentit l’allure, sans cependant arrêter d’avancer. Il allait la retrouver. Il scrutait tout autour de lui, et il la retrouva, une poignée de secondes plus tard. Elle s’était arrêtée, et devant elle se trouvaient les pacificateurs que Clyde avait vus quelques minutes auparavant, y compris celui qu’il avait interpellé. Parfait. La situation ne pouvait pas être meilleure.

Il lui fallait quelque chose, Une idée, un miracle, n’importe quoi, mais quelque chose. Il regarda à gauche, à droite, et une idée lui traversa l’esprit. Une idée si folle qu’il doutait même l’avoir eu. Qu’il voulait même ne l’avoir jamais eu. Mais c’était plus fort que lui, l’idée fleurissait dans son esprit, qui mettait malgré lui au point les derniers détails. C’était risqué, très risqué, mais il fallait qu’il essaie.

Il se précipita vers le stand de parfum le plus proche, tout en plongeant la main dans sa poche. Heureusement, il n’y avait aucun client dans cette boutique. Il sortit de l’argent de sa poche, qu’il déposa avec précipitation sur le comptoir.

▬ Je vous prends juste ça, gardez la monnaie !

Il ne réfléchissait pas aux conséquences de ce qu’il était en train de faire. Il aurait tout le temps de le faire après, mais là il n’avait pas une seconde à perdre. A peine la bouteille en main, il pencha pour la briser sur le sol, ne gardant que le bout le plus tranchant. Au milieu de la foule, il semblait refaire son lacet.

Il se replaça au milieu de la foule, se rapprochant des pacificateurs. Il prit une grande inspiration. Ce n’était pas le moment de flancher. Il prit le morceau de verre, s’entailla assez profondément la main avec, qu’il portait à son ventre pour tacher sa chemise.

Il se mit tout à coup à bousculer brutalement les passants autour de lui, et, avant que quiconque n’ait eu le temps de comprendre ce qui se passait, il étouffa un cri et s’écria :

▬ Des rebelles, ils sont armés ! Ils sont partis pas là !

Il indiqua la direction opposée à celle de la boutique. Il mettait bien en évidence sa main et sa chemise tachée de sang, attendant de voir les réactions.



Clyde Holden se trouve sur la place du marché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Sam 25 Fév - 15:18

Annonce MJ pour Clyde et Nova :

Clyde et Nova ont tous les deux apporté aux pacificateurs Rachel et Marlon des informations sur l'emplacement où se trouveraient des rebelles. Néanmoins, ces informations étant contraires, chacun des deux pacificateurs s'est fait sa propre opinion sur la crédibilité à apporter à leurs déclarations respectives. Marlon a été convaincu par les dires de Nova tandis que Rachel a cru le journaliste Clyde. A force de discussion, Marlon a réussi à persuader sa collègue que la piste fournie par Nova est la plus crédible et que les rebelles ont pu se réfugier dans la boutique après avoir agressé le journaliste. Dans la panique, celui-ci se sera trompé de direction en leur indiquant l'est (direction opposée à la bijouterie à l'ouest)... Toutefois, dans le doute, ils donneront la direction signalée aux autres équipes via les talkies.

La balle est dans le camp des Pacificateurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4084
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Sam 25 Fév - 18:57

Les Rebelles - Ivy Shepherd





J’haletai, accrochée au cadre de la porte. Non pas que j’aie fourni un effort considérable, mais les enjeux devenaient désastreux. Il était temps que nous détalions, vite, parce qu’il était certain que nous ne tiendrions pas contre les Pacificateurs.
J’avais oublié combien en avait compté Franklin. J’en avais même oublié l’endroit qui permettait la fuite selon Kenny. Si seulement j’avais été plus attentive…
Nico siffla. Comme une flèche terrible, tirée pour couper Cas’ dans son élan ; comme une flèche voilée, me frappant en plein cœur. Un liquide brûlant s’écoulait au fond de ma poitrine, m’échauffant les entrailles, gelant mon dos.
Mais surtout, surtout, m’inspirant une envie d’exploser pour que Nico ferme sa grande gueule.

« Ferme-la ! »

Que savait-il ? Qui d’autre était au courant ? Sa copine ? Ses relations au District Neuf ? Des hauts gradés dans la rébellion ? Dans ma tête, ses mots résonnaient avec des voix différentes, de rebelles que j’avais déjà croisés, de gens qui traitaient avec la famille… Je voyais des yeux emplis de pitié mais aussi de mépris posés sur mon frère, posés sur moi, comme si nous étions des incapables face à ses coups. C’était vrai. Il n’y avait jamais riposte.
Lucius frappe ses gamins quand il est saoul. Enfin, il me vise, et touche Cas’.
Ces simples mots de Nico avaient brisé une façade que je me tuais à ériger. J’aurais peut-être dû jeter un regard vers Cas, voir comment il avait perçu ces paroles, mais je n’en fis rien.
Comment Nico avait réussi à deviner ? Il ne fallait pas qu’il en connaisse plus, qu’il en dévoile plus ! Il fallait qu’il se taise, qu’il laisse cette histoire en-dehors de cette situation ! A grandes enjambées, je me plaçai entre les deux hommes : dos à mon frère mais face à l’abruti.
Nico ne pouvait pas comprendre.

« Tu ne sais pas de quoi tu parles, enfoiré ! »

Et pourtant il l’ouvrait.

« Alors FERME-LA ! »

Et pourtant il savait.
Ce n’était pas le moment. Les Pacificateurs arrivaient, les civils ne tenaient plus en place, et voilà que Nico la ramenait. La situation manquait à tout instant d’exploser.
Je sentis mon poing se serrer. Peut-être que lui asséner un coup comme l’avait fait Cas' toute à l’heure réglerait le problème. Peut-être qu’il perdrait trop de dents et sa langue par la même occasion, peut-être qu’on sortirait enfin de ce four à emmerdes, peut-être que tout le monde oublierait les insinuations qu’il venait de siffler au sujet des soirées chez les Shepherd.

« Sinon je te jure que je te laisse aux Pacificateurs qui arrivent pour payer tout le bordel que tu viens de semer ! »

Ma main s’était portée vers l’arme que j’avais toujours en main, celle que je n’avais pas rangée quand j’avais cessé de tenir l’autre crétin en joug. Alors doucement, je la levai, non pas pour la pointer sur l’une des parties les plus vitales de son corps. Au contraire, le canon désignait sa jambe.
J’hésitai à enclencher le chien. Je n’hésitai pas longtemps.
Les doigts agrippés à la crosse, je décrivis un immense arc de cercle avec mon bras, de manière à frapper violemment son visage avec l’arme. Un cri de rage, mêlé à des accents aigus, s’échappa du fond de ma poitrine.



Ivy Shepherd - PNJ est dans la boutique Standford.
Ivy Shepherd - PNJ donne un coup à Nicodème Caltright.
DEMANDE DE LANCER DE DES.
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Sam 25 Fév - 21:56

Annonce MJ pour Ivy et Coralie :

Ivy vient de tenter de frapper Nicodème à cause des allusions que celui-ci a proféré à propos de la famille Shepherd et, plus particulièrement, des coups fréquents que Lucius infligerait à ses enfants... Néanmoins, la jeune fille n'a pas été assez rapide et Nicodème a esquivé son coup  sans grand problème. Déjà faible, Ivy a perdu l'équilibre dans un énième vertige. Lorsqu'elle s'est effondré sur le sol, son arme lui a échappé et a glissé pour s'arrêter à moins d'un mètre de Coralie qui a assisté à toute la scène.

Maintenant qu'une arme est à ta portée, que vas-tu faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4084
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Dim 26 Fév - 12:03

Les Pacificateurs - Equipe 1





Forcément, rien.
L’agitation signalée qui les avait amenés là pouvait avoir rapidement disparu – sûrement, d’ailleurs. La foule avait cette tendance à étouffer les évènements aussi rapidement qu’elle les avait allumés : au vu du calme, relatif, de l’endroit indiqué par la Carrière, les Pacificateurs vinrent à la conclusion naturelle qu'ils n'en tireraient rien.
Marlon et Rachel échangèrent un regard déçu. A ce rythme-là, les rebelles pouvaient tranquillement quitter le District et la mort de Janet ne serait pas vengée. Grâce à cette masse de gens qui, finalement, composait aux marginaux leur plus belle protection.
Rachel amena son collègue à faire un tour de routine, encore, quand une voix les interpella tous les deux.

« Dans la bijouterie. Des rebelles ! »

Immédiatement tendu, Marlon observa Nova Waltham plantée devant eux, son attitude totalement décontractée jurant avec les mots qu’elle venait de prononcer. D’ailleurs, avait-elle réellement évoqué les « rebelles » ? Personne au District ne savait qu’ils étaient présents, c’était bien là l’intérêt de l’espèce ratée de manège que les Pacificateurs avaient mis en place. Le simple fait que la Carrière connaisse leur existence, couplé à sa précision sur la source de son information, réussit en tout cas à convaincre les deux Pacificateurs…
Ce qui ne suffit évidemment pas.

« Des rebelles, ils sont armés ! Ils sont partis par là !
- Merde », souffla le jeune soldat du Capitole.

La main en sang, s’époumonant au milieu des passants qu’il bousculait, voilà que le journaliste déféré par le Capitole pour commenter la rencontre des deux maires venait de débarquer sur les lieux. Au milieu de la foule. Vociférant quand la jeune femme avait, elle, tenté la discrétion.
Marlon grinça des dents à la vue de cet homme qu’il avait instantanément appris à mépriser. Celui-ci n’avait par ailleurs aucune raison de se trouver là, alors qu’il avait été escorté plus tôt vers l’hôtel de ville en compagnie de Mr. Gemmeus ! Bien décidé à réagir, lui, quand tout à l’heure ce furent ses collègues qui avaient pris sa défense, le natif du District Un leva les yeux vers Rachel pour lui faire part de cette volonté ; mais celle-ci jetait un regard inquiet alentours avant de s’exclamer :

« Tout va bien ! »

Malheureusement, sa voix, bien qu’autoritaire, n’arrivait pas à couvrir le murmure qui grondait dans la foule. Marlon se racla la gorge et, se donnant du courage en se rappelant combien il détestait le journaliste, poussa un cri à son tour qui réussit tant par sa concision que par sa soudaine assurance à attirer l’attention papillonnante :

« Oh ! »

Trop de visages étaient tournés vers lui. Il se mordit la joue pour ne pas se dérober à leurs vues de rapaces. Rachel ne traîna pas pour profiter de la courte accalmie offerte :

« On se calme ! Monsieur est simplement ivre saoul et s’est ouvert sur un verre ! »

Insistant toujours plus pour que les gens se calment, Rachel et Marlon parvinrent à apaiser les murmures, mais les rumeurs étaient déjà parties ; et avec elles ses conséquences et ses boules de neige.
Quand ce fut enfin fini, ils se tournèrent vers les deux civils qui étaient intervenus pour signaler des activités rebelles. Mais ces derniers avaient touché les deux Pacificateurs : quand ils en discutèrent entre eux, Marlon affirma qu’il croyait Nova, qu’il connaissait déjà pour être une franche partisane du Capitole alors que le journaliste, au préalable détestable, n’avait rien à faire ici et qu’il ne s’était pas privé de faire paniquer la foule ; d’un autre côté, Rachel, que la verve du Capitoléen avait convaincue, nota que ce dernier était blessé, fait à ne pas prendre à la légère.
Mais il fallait dire que c’était trop peu pour qu’ils s’y rendent tous les deux, et la bijouterie Standford était la plus sérieuse des pistes qu’ils avaient depuis le début : leur choix fut arrêté. Rachel céda et acquiesça à la proposition de Marlon, précisant qu’elle demanderait à des Pacificateurs en poste de se rendre à la position indiquée par Mr. Holden.

« Je vais prévenir Bennet et Wolff pour qu’ils nous rejoignent, déclara-t-elle en attrapant sa radio. Ils seront ravis d’apprendre qu’on a retrouvé le journaliste, au passage.
- Je m’occupe des deux civils. »

Ils n’étaient pas forcément très éloignés l’un de l’autre : aussi, quand Marlon s’approcha du journaliste et de la Carrière, il entendit Rachel dans son dos :

« Pacificateur Bennet ? Il faudrait que vous veniez à la bijouterie Standford. Sud-ouest de la place principale, elle fait l'angle, c’est vraiment urgent. On a, de plus, retrouvé le journaliste du Capitole. »

Marlon était au niveau des deux civils quand la jeune femme continuait derrière :

« Vous êtes en poste à l’Est du District ? Parfait. Restez là. Je vous envoie une patrouille au Sud qui va vous rejoindre puis ratisser les ruelles jusqu'à l'intérieur du District pour rabattre de potentiels intrus vers nous. Au moindre soupçon, agissez.
- Nous nous rendons à la bijouterie, déclara Marlon avec un hochement de tête à la première, avant d’ajouter plus froidement au second : et nous dépêchons d’autres Pacificateurs pour le problème que vous avez signalé. »

Marlon essaya de voir la position de la bijouterie à côté, mais un mur de passants se dressait entre elle et lui. Tant pis. Il ajouta à l’attention du journaliste :

« Restez là en attendant que nos collègues arrivent et sachent quoi faire de vous. Et vous devriez bien couvrir votre plaie pour éviter de vous vider de votre sang, ce serait dommage. »

Au même moment, Rachel s’adressa à la Carrière :

« Vous, mademoiselle, il serait utile que vous empêchiez toute personne de s’approcher de la bijouterie. Si ces… gens sont là-dedans, rien n’est prévisible. Demandez de l’aider à des connaissances pour cela – et à Mr. Holden, pourquoi pas, si nos collègues ne trouvent pas mieux. »

Sa voix devint soudain plus ferme, plus patriotique, et la Pacificatrice ajouta sur un hochement de tête significatif de son collègue.

« Et sachez que le Gouvernement sera prêt à vous remercier pour votre loyauté, Miss Waltham. »



Spoiler:
 



Leanore Blacksand : Des rebelles se trouveraient à l’Est. L’information est tombée hasardeusement dans l’oreille des Pacificateurs qui prêtent désormais une certaine attention à cette zone du District. Si les quatre hommes et femme en blanc qui composent l’équipe de tête sont occupés ailleurs, une patrouille a été dépêchée.
Vous entendez les pas cadencés se répéter contre les murs qui s’étendent dans la direction que vous empruntez. Que faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 45 ans.
☆ Surnom : Le renard
★ Occupation : Vendeur d'armes
☆ Humeur : Plutôt bonne
★ Plat préféré : Pizza , foie gras
☆District : Un

○ Points : 366
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Dim 26 Fév - 13:58








La situation était aussi inattendue qu’amusante il fallait le dire malgré le temps précieux que ces énergumènes en armure lui faisait perdre et les négociations qu’ils avaient interrompu. Surtout qu’ils les avaient coupés au pire des moments juste après que Clarissa ait balancé une petit bombe et affirmant être envoyée par le Capitole et allant presque jusqu’à menacer Eneron. Seulement il  ne la croyait pas , ou presque pas. Tout d’abord quand elle évoquait sa conférence elle se trompait; le milliardaire avait bien pris soin de ne pas évoquer le Capitole dans ce discours et encore moins dénigrer leurs compétences technologique, s’il se plaisait à jouer avec la ligne rouge il n’était pas assez fou pour la franchir de bon élan. Alors certes la conférence était implicitement provoquante de par sa date et sa teneur , là était sûrement son objectif, mais rien ne lui était incriminable sur le papier. Après le gouvernement ne pouvait faire ce qu’il voulait et avait déjà supprimé des personnes voire pire pour moins que ça  mais en arrêtant ou tuant Eneron il perdrait plus qu’il ne gagnerait: c’était le calcul de l’ancien vainqueur. En dépit de son charisme il n’était clairement pas un homme capable de haranguer les foules et les pousser à la rébellion  d’abord parceque le fournisseur militaire de l’armée n’était pas le plus populaire des personnages dans les Districts les moins aisés et aussi car il était bien trop pragmatique et individualiste pour prendre de tels risques. Cela faisait un bon moment qu’il n’était plus dans les “bonnes grâces “ du gouvernement, en vérité il ne l’avait jamais été totalement. Depuis ses débuts il y avait toujours eu des ministres et autres pointures qui voyaient d’un mauvais oeil les contrats passés entre l’armée et le sulfureux ingénieur : il était selon eux trop imprévisible, incontrôlable, indigne de la confiance de la Capitole. Mais heureusement pour lui ces opposants n’avaient jamais été majoritaires et Eneron avait été assez intelligent pour se mettre plusieurs  hauts placés dans sa poche qui le défendaient lors des réunions ministérielles et la présidente Water n’avait jamais remis en question leur partenariat surtout,disons-le net, en raison de la qualité des produits proposés par les Stark Industries toujours innovants et mortellement efficaces.

C’était une base fragile qui pouvait s’écrouler du jour au lendemain surtout avec le Capitole, il le savait mais l’argumentaire de Clarissa était encore plus fragile et c’est pour cela qu’il continuait à être si confiant.

Si le Capitole avait voulu l'impressionner  , lui faire peur, ne s’y serait-il pas pris autrement qu’en envoyant une jeune ingénieure du Trois avec son projet? Il aurait assurément user de moyens bien plus efficaces qu’Eneron avait pu expérimenter comme le meurtre de son père peu après sa victoire. Mrs. Stern n’essayait-elle pas plutôt d’entourlouper le milliardaire pour qu’il lui confie tout ce dont elle a besoin en tentant une stratégie pour le moins culotté ; se faire passer pour un agent du Capitole alors qu’on ne l’est pas pouvait être sévèrement puni.

Mais voilà alors qu’il aurait bien aimé répliquer à cette jeune négociatrice qui ne manquait définitivement pas d’audace ces foutus Pacificateurs étaient apparus. Et de surcroît l’un d’entre eux amena l’ingénieure à l’extérieur tandis que l’autre était resté assis à côté de lui.
Il avait étrangement le sentiment que ce n’était pas son jour de chance.

Il écouta quelques secondes le jeune “gardien de la paix” qui tentait tant bien que mal la conversation avec le magnat des technologies. C’était pour le moins maladroit, il y eut quelques blagues graveleuses qui avaient enterré la mémoire de la Subtilité. Il posa aussi une question qui conférait à l’amateurisme avant de lui proposer un verre d’alcool.

Et puis franchement ils commençaient  à devenir lourd en n’arrêtant pas de faire référence à la boutade de l’ancien vainqueur sur “le marchand de salades.” Il avait étrangement envie de le prendre par les épaules, le secouer et lui hurler dans les oreilles que les blagues les plus courtes étaient les meilleures. Mais il ne le fit pas , en effet, il était subtil, lui.

Visiblement les instructions du jeune homme étaient les suivantes : occuper le milliardaire pendant que son collègue faisait examiner la montre ; la question était pourquoi? Qu’est ce qu’ils craignaient qui les poussent à le garder ainsi à l’écart.

“En vérité j’habite au District Un. Vous savez soldat en posant ce genre de questions ridicules et en faisant ses plaisanteries  d’un niveau abyssal vous ne faites pas honneur à votre uniforme et ce que vous représenter. Je fournis en armes les gardiens de la paix qui garantissent la sécurité du territoire pas des humoristes salaces en herbe.”

Il déclina d’un geste le verre que lui proposait le soldat.

“Si vous pensez m’alcooliser ou me retenir plus longtemps ici pour je ne sais quel raison vous vous fourrez le doigt dans l'œil. Vous me faites perdre mon temps et mon temps est précieux. Donc…”


Il se leva , remit sa veste et adressa une dernière injonction au jeune homme.

“Discutez donc avec notre ami trempé ; je suis persuadé qu’il sera plus à votre niveau pour avoir une conversation. Sur ce je vous souhaite la meilleure des journées qui soit Soldat.”


Parler ainsi à un agent de l’ordre pouvait paraître risqué mais ce n’était clairement pas un haut gradé et il avait bien pris soin d’encenser le Capitole pour rabaisser cet abruti tout en évitant toute accusation. Des éloges qui ne venaient pas du cœur mais pour un objectif qui avait été si jouissif.

Eneron sortit du bar juste au moment où la radio du plus âgé des Pacificateurs s’activa, laissant entendre une voix légèrement anxieuse qui laissait s’échapper des informations que le policier aurait volontiers gardé privées; il n’émit pourtant aucun commentaire à ce sujet, comme s’il n’avait rien entendu.
Derrière lui il sentit la présence du jeune soldat qui s’était levé après lui et l’avait suivi vers la sortie

“Vous avez fini avec cette montre ou non ? Parce que j’ai des négociations à terminer avec Mlle Stern, discussion que l’on poursuivra évidemment dans un lieu moins exposé aux aléas et autres perturbations de ce genre d’évènements.”

Les Pacificateurs cherchaient donc des personnes qui s’étaient dispersés dans le coin, des rebelles probablement qui d’autres mais où étaient ils ? Qui étaient il vraiment ? Que voulaient ils? Qu’avaient-ils faits? Et surtout qu’allaient-ils faire?
Beaucoup de questions sans réponses pour l’ancien vainqueur , beaucoup trop. Il détestait ne pas savoir. Après tout la curiosité est le meilleur des défaut non?

Eneron Stark se trouve  devant le bar avec , Clarissa Stern , Pnj Derek Wolff et Pnj Edmond Benett .

_________________




Que voulez vous ? Il faut bien gagner sa vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Paris
★ Âge : 21 ans.
☆ Surnom : Lea
★ Occupation : chasse - vétérinaire
☆District : dix

○ Points : 840
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 27 Fév - 9:54

Nous avancions lentement en direction de la ruelle, et je comptais mentalement le nombre de mètres qui nous restait à parcourir avant d'atteindre la porte du cabiner médical, la main droite toujours crispée sur l'arme dans ma poche. Je sentais le métal se réchauffer doucement au contact de la chaleur de ma paume, et j'essayais de respirer le plus calmement possible.

Soudain, à peine perceptible derrière le bruit du marché, il me sembla entendre un bruit sourd et régulier. Pendant une seconde, je tentais de me convaincre que c'était juste la peur qui faisait battre le sang à mes oreilles, que je me faisais des idées, mais le bruit augmentait, et bientôt, je dus me rendre à l'évidence.
Un groupe de pacificateurs était en approche devant nous. Dans quelques secondes, ils déboucheraient dans la ruelle et nous verraient, et ils n'auraient aucun doute sur qui nous étions.

Un énorme pavé tomba sur mon estomac et je crus que j'allais vomir de peur l'espace d'un instant. Je serrais alors l'arme plus fort dans ma poche, et inspirais profondément.

J'étais une rebelle, je connaissais les risques. Nous connaissions tous les risques...
J'avais déjà commis tellement d'erreurs, que cette fois, je voulais faire les choses bien...

Je me retournais alors vers Kenny, et lui murmurais, d'une voix qui ne tremblait presque pas :

- Trop tard pour le cabinet médical, une patrouille arrive.

Les pas se faisaient d'ailleurs de plus en plus rapides, et de plus pressants.
Je jetais un oeil derrière nous, en direction du marché, et ajoutais :

- Pars rejoindre Jace, moi... je reste avec la blessée. Si on se sépare, on attirera moins l'attention. Deux femmes seules, il nous reste une chance de ne pas nous faire remarquer, et vous de quitter le district rapidement.

Tout en parlant, je saisis la rebelle pour la soutenir. Nos chances étaient presque nulles, j'en étais bien consciente, mais je savais que, dans un cas comme celui là, le plus important était de sauver un maximum de monde.
Jace et l'autre rebelle étaient en pleine forme et pouvaient s'échapper rapidement.
Quant à nous, j'espérais que les pacificateurs ne s’intéresseraient pas à deux femmes seules...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4084
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 28 Fév - 11:25

Les Rebelles - Nicodème Cartright





Le son de la voix d'Ivy était si mélodieux, si profondément extirpé de ses entrailles par mes brimades à peine voilées. Alors ma jolie, on comprenait enfin que tout le monde n'était pas aveuglé par le blason luisant de ta famille ? Derrière tous les grands hommes se cachaient des monstres et ton paternel avait peu de chance de faire exception. J'étais observateur, je savais reconnaître les signes... Sans compter que la mine déconfite de ton frangin avait terminé d'affirmer les soupçons. Oh oui Ivy, tu m'amusais avec tes airs offusqués. Est-ce que tu t'offusquais autant quand Lucius en venait à frapper ton frère ? Raconte, on est entre nous !

Je ricanai intérieurement, elle était tout bonnement extraordinaire. Maintenant, elle cachait Cassio et venait faire front. Brave bête...

Allez gueule si ça peut te faire plaisir, ça n'effacera pas ce que tu sais. Ça ne fera pas disparaître cette étincelle de rage dans ton regard, une étincelle qui n'est pas que pour moi mais pour lui. Au fond, tu le détestes. Tu hais ton frère aussi pour vous avoir exposé, pour m'avoir collé cette envie de vous faire chuter plus bas que terre. Moi, au contraire, je ne regrette pas son geste… Cela va tellement me donner une raison de vous planter avant que les pacificateurs se pointent… Votre père aura p’tre une petite larme quand il apprendra que vous vous êtes pris une balle, mais moi je saurais la vérité : que chez vous, tout n’est qu’apparence.

Et voilà qu’elle menaçait de me laisser aux pacificateurs, je croyais être nez à nez avec un miroir, un miroir si imparfait qu’il en gagnait en superbe. Son canon pointé sur ma jambe me fit sourire encore davantage, mes lèvres articulèrent un : « Vas y, tire » sans qu’aucun son n’en sorte. A vrai dire, j’en aurais presque été fier si elle avait eu cette audace, mais sans personne pour lui souffler à l’oreille cette autorisation qu’elle avait encore besoin d’entendre, elle n’était qu’une pauvre petite chose fragile. Ce même petit oiseau qui risquait trop souvent de tomber du nid chez les Shepherd mais à qui ses frangins sauvaient la mise. Elle, je ne l’avais jamais vue avec les mêmes ecchymoses que Cas’ alors qu’avec sa fougue incontrôlable, elle méritait bien plus une rouste que ce gosse bienpensant qui faisait tout pour être dans les petits papiers de son vieux. Intelligente. Juste assez pour s’en sortir. Voilà ce qu’elle avait de plus que moi.

A cette distance, je pouvais sentir sa respiration qui soulevait sa poitrine dans un rythme saccadé qui faisait monter en moi cette excitation malsaine des moments cruciaux et quand elle leva son arme, je sentis mes muscles se tendre dans un pur réflexe de survie. Pourtant, mon esprit n’avait jamais été aussi passionné qu’à cet instant précis. Lorsque le canon de l’arme visa ma jambe, je sus qu’elle était l’avenir : le genre de personnes qui peuvent faire pencher une Rébellion parce qu’elles n’ont pas peur de prendre les sales décisions, celles qui feront de vous une ordure. Sale ingrate. Dire que c’est moi qui avais allumé la braise qui allait s’embraser pour me consumer. Un éclat passa dans son regard quand elle hésita, moins d’une seconde.

La déception. Cruelle.

Son hurlement empruntait à la plainte d’un chien errant et au piaillement du moineau… Stupide gamine. J’esquivais son coup sans le moindre problème, sans même besoin d’un mouvement de mon corps : détourner la tête suffit. Manqué !

Pauvre princesse déchue sur le sol si froid. Pathétique.

Je la regardais comme on regarde une vermine venue réclamer sa pitance et qui ne sait mordre pour obtenir son dû. Au final, elle était si faible, si insignifiante.

J’eus un rire guttural, explosif qui emplit la pièce avec force. Il se répercuta sur toutes les pierreries, tous les bijoux clinquants, toutes les étagères de métal. Il prit la forme de la peur des otages, de la colère de Cassio, de l’humiliation d’Ivy.

- Ça c’est du rebelle premier choix !

M’appuyant sur mon bras droit, je me penchais vers elle avant de cracher une nouvelle giclée de sang écarlate à quelques centimètres de sa tête.

- Félicitations... Tu viens de prouver que tu es une incapable… Totalement i-nu-ti-le… martelai-je en scindant chaque syllabe. Je me rapprochai encore, mes lèvres frôlaient presque son oreille, et je lui murmurai : La prochaine fois laisse ton frère gérer, apparemment c’est lui le spécialiste pour encaisser et filer les coups…

Son visage vers le sol, ses longs cheveux blonds la dissimulaient à mon regard perçant créant un espace salvateur que je m’étais appliqué à briser. J’avais légèrement posé mon front sur le côté de sa tête, qu’elle sente mon poids peser sur sa silhouette décadente. Elle n’avait plus le courage de m’affronter et c’était très bien comme cela. Il fallait qu’elle se blesse, qu’elle se fracasse, qu’elle se détruise.

Quand son frère se précipita, je m’écartai immédiatement en levant les mains pour prouver ma bonne foi comme un criminel qu’on braque. Avec ce rictus en coin dont j’avais le secret, je savais que je le rendais fou mais il ne dit rien. Il avait ce self-control que je trouvais si surfait de nos jours et qui pourtant lui valait d’être considéré comme un allié de confiance en mission. Alors qu’il s’affairait à recoller les morceaux de sa poupée de porcelaine nauséeuse, je me relevai en m’agrippant le long d’une étagère métallique qui avait survécu à nos chutes.

L’autre blondasse d'otages nous regardait toujours de son air ahuri. Elle avait jamais vu des rebelles ou quoi ? Ah oui, p’tre bien qu’on venait de péter un de ses mythes aujourd’hui. Pauvre gamine riche. Je l’oublierai bien vite, mais elle ne m’oublierait jamais.

La tête me tournait encore un peu maintenant que j’étais debout de toute ma stature. Bientôt, j’atteindrai la porte de l’arrière-boutique et le temps que Cassio ait pouponné sa sœur, je serai déjà loin et ils seraient devenus mon assurance-vie auprès des pacificateurs qui allaient bientôt investir les lieux… La diversion et le sacrifice des autres : le meilleur des plans.

Spoiler:
 


Nicodème est dans la boutique Standford, avec Ivy (PNJ), Cassio (PNJ), Coralie et Hunter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 24 ans.
★ Occupation : Journaliste
☆ Humeur : Déterminé
☆District : Capitole

○ Points : 830
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 28 Fév - 15:59

Event exceptionnel
Post d'introduction - 5




Rien dans le plan de Clyde ne s’était déroulé comme prévu. Les mouvements de foule qu’il avait escomptés avaient rapidement été étouffés par les pacificateurs, le faisant passer au passage pour un alcoolique, ivre sur le marché. Il était trop loin pour entendre ce que les deux pacificateurs disaient ensuite, mais en les voyant, il comprit qu’ils n’étaient pas d’accord et que chacun essayait de convaincre l’autre. Clyde eu la désagréable impression que l’homme, qu’il avait un peu agressé un peu plus tôt, n’était pas de son côté. En même temps il l’avait peut-être un peu cherché… Celui-ci s’approcha ensuite du journaliste et de la jeune femme, et Clyde redoutait les paroles qu’il allait prononcer. Pendant ce temps, il continuait à presser sa main sur sa chemise, la tâche de sang s’agrandissant à chaque fois un peu plus.

▬ Nous nous rendons à la bijouterie, et nous dépêchons d’autres Pacificateurs pour le problème que vous avez signalé

Le ton délibérément plus froid adressé à Clyde aurait pu le faire sourire en d’autres circonstances, mais dans cette situation il restait de glace. Marlon continua en s’adressant cette fois-ci uniquement au journaliste :

▬ Restez là en attendant que nos collègues arrivent et sachent quoi faire de vous. Et vous devriez bien couvrir votre plaie pour éviter de vous vider de votre sang, ce serait dommage.

L’idée d’aider encore plus les rebelles effleura l’esprit de Clyde, mais il l’écarta bien vite. Il avait déjà donné beaucoup, et s’il leur arrivait quelque chose il ne pourrait pas se le reprocher. Il avait déjà assez mis en danger sa couverture, il ne pouvait pas s’exposer plus, se faire plus remarquer. Si ce n’était pas déjà trop tard. Il avait effectué la mission dont on l’avait chargé, et même plus. Si les pacificateurs arrêtaient les rebelles, ce ne serait pas sa faute.

Il se répétait cette idée pour se donner bonne conscience, et cela fonctionnait. Il était convaincu d’avoir fait le maximum. Tout ce qu’il pouvait espérer maintenant c’était que les rebelles aient le temps de s’échapper de la boutique avant qu’on ne vienne les arrêter. Ce sentiment d’impuissance lui pesait sur la poitrine, mais il laissa la raison l’emporter : son rôle était fini pour aujourd’hui.

Clyde ne releva pas l’ironie de la dernière réplique de Marlon, au contraire, et répondit d’un ton qu’il voulait le plus sincère possible:

▬ Merci pour votre aide et votre rapidité. J’espère que vous les arrêterez rapidement, ils sont armés et dangereux, j’espère qu’ils ne s’attaqueront pas à d’autres civils.

Il n’aimait pas plus que ça de baisser les bras, mais il devait s’avouer vaincu. Il ajouta à l’attention de Marlon :

▬ Je vais retourner à la gare, retrouver l’équipe de tournage. La blessure est superficielle, ils devraient pouvoir s’en occuper là-bas.

Il allait se diriger vers la gare, avant de rajouter à contrecœur :

▬ Bon courage pour capturer les rebelles.


Clyde Holden se trouve sur la place du marché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 22 ans.
☆ Surnom : Nova
★ Occupation : Carrière
☆ Humeur : Déterminée.
★ Plat préféré : Protéines
☆District : deux

○ Points : 358
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Ven 3 Mar - 20:49





Et bien, ces voyous et soi-disant rebelles ne rigolaient pas. Ils avaient l'air prêts à tout et armés. Ce jeune homme en avait fait les frais et salement. Le pauvre. Et cela changeait également la donne. Ils avaient été réactifs en tout cas et m'avaient sans doute entendu lorsque que j'étais partie prévenir les autorités. Comme lui, j'attendais de savoir ce que les pacificateurs comptaient faire de ces informations. Enfin, pas vraiment, j'attendais sans trop savoir pourquoi car il me semblait que mon devoir s'arrêtait là et que je pouvais simplement partir désormais. Tout ça ne me concernait pas et je n'avais pas envie de jouer avec des armes blanches en dehors de l'arène. Ce n'était pas le moment de se blesser.

Finalement, les gardiens de la paix iraient eux-mêmes vérifier la bijouterie, envoyant une autre équipe à leur poursuite. Certes il pouvait y avoir des blessés mais les rebelles étaient vraisemblablement partis. Quel était l'intérêt pour eux d'y aller ? Ils devaient les poursuivre avant qu'ils ne fassent d'autres blessés. Je n'étais pas pacificatrice et je soupçonnais que je ne pouvais l'exprimer de cette façon, comme si je connaissais mieux qu'eux leur boulot. Mais ça me paraissait important alors qu'il m'avait confié une mission que j'avais accepté d'un hochement de tête, à contre coeur mais sans le montrer.

- Je ne fais que mon devoir, et je ferais ce que vous me demandez. Cependant, si cela peut vous faire gagner du temps, puisque ces rebelles semblent en fuite désormais, nous pouvons vérifier nous-même qu'il n'y a pas de blessés dans la bijouterie et ainsi vous laisser les prendre en chasse. Si toutefois j'ai bien compris la situation.

Pendant ce temps là, celui dont je n'avais pas bien saisi le rôle avait eu des échanges avec l'autre pacificateur et semblait vouloir se diriger vers la gare. De ce que j'avais entendu, ils avaient l'air de se connaitre. La gare ! J'aurais préféré le suivre et retourner au deux. Mais j'avais promis d'éloigner les passants de la bijouterie.

Maintenant j'attendais un éventuel contre-ordre.

© redSheep



Nova Waltham se dirige vers la bijouterie et parle à Clyde, Marlon et Rachel (PNJ Pacificateurs).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 14 ans.
☆ Surnom : Co'
★ Occupation : école - magasin familial
★ Plat préféré : Fromage de chèvre
☆District : Un

○ Points : 1095
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Ven 3 Mar - 23:31

Event district 1

Je regardai, interdite, la scène se dérouler devant mes yeux. Oui, j'en avais déjà vu de la violence, les jeux en sont remplis. J'avais déjà vu à la télévision des scènes de bagarres qui se terminaient par la mort d'un des deux opposants. Car oui, j'en avais vu des gens mourir. Pourtant, rien n'était plus choquant que ce que je voyais actuellement.

Je pensais être blasée de cette violence que l'on nous bassine sans arrêt, qui est glorieuse et patriote. J'avais devant moi une violence pleine de haine, et je n'étais pas préparée à voir ça. Mes jambes me disaient de m'enfuir, mais je restais là, à observer ce rebelle prendre un air joyeux à tabasser la jeune femme à la chevelure blonde, à qui j'accordai à présent beaucoup plus de sympathie qu'auparavant.

Les phrases haineuses sortaient les unes après les autres de la bouche de cet homme tel des serpents. Non, je ne voulais plus écouter, je n'étais pas prête. Je voulais rentrer chez moi.

C'est alors que je vis un objet noir fin glisser à un mètre devant moi. Je compris quelques secondes plus tard que c'était en fait une arme à feu. Une vraie. Ces choses là pouvaient-elles vraiment tuer ? Encore une fois, j'avais vu pendant les jeux des tributs en utiliser.

Je voyais dans un coin de la salle la blonde et le jeune à côté qui était, d'après ce que j'avais compris, son frère. Mais de l'autre côté de la pièce, le rebelle commençait à s'en aller. Non, non, non, je devais faire quelque chose pour l'arrêter. Ce n'était plus une question d'arrêter un rebelle, mais bien d'arrêter un homme sanguinaire et cruel. Je voulais prendre l'arme, je voulais la pointer vers lui et lui dire d'arrêter d'agir ainsi, je voulais agir en héroïne. Je savais malheureusement que j'en était incapable.

Mon cerveau tournait à toute allure, que devais-je faire ? Allais-je le laisser partir au risque qu'il blesse encore d'autres personnes ? Sûrement pas ! Je m'approchai alors rapidement de l'arme puis je la fis glisser d'un coup sec avec mon pied vers les deux autres rebelles recrovillés. Eux seuls étaient capables de l'arrêter.

Prenez-là, vite et arrêtez le je vous en prie !



Allaient-ils réussir à temps ?

DEV NERD GIRL



Coralie se trouve à la boutique Standford avec Cassio, Ivy et Nico les charmands PNJ, et aussi Hunter

Coralie lance l'arme à Ivy et à Cassio
DEMANDE DE LANCER DE DES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4084
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 6 Mar - 21:16

Les Pacificateurs - Equipe 1





« Ne vous inquiétez pas. »

La jeune Carrière s’inclina face à la mission que Rachel lui avait déléguée. Toujours entraînée par l’élan patriotique qui lui avait permis d’animer sa voix, la Pacificatrice conserva son parfait modèle de discipline, sa droiture quasi-rigide ; elle prit néanmoins un très court instant pour coincer une mèche récalcitrante derrière son oreille.
Rachel jeta un regard en direction de Marlon. A ses lèvres serrées et les regards fuyants en direction du journaliste dépité qui traînait ses sabots vers la gare – Bennet serait furieux de le voir partir, mais ils avaient d’autres urgences actuellement –, elle devina que le gamin hésitait à lui répondre quelque. Mais lorsqu’il vit sa collègue le fixer, il comprit qu’il devait revoir ses priorités et les traits de son visage se détendirent immédiatement.
Pour insister un peu sur son empressement, elle tapa du pied. Il obtempéra.
C’était tellement plus simple avec Marlon. Pourtant, alors qu’ils partaient en direction de la bijouterie, la native du District Neuf devait reconnaître que l’insupportable présence de Wolff n’aurait pas été de trop.
Le très court chemin qui séparait leur point de départ de l’entrée principale de la bijouterie était peuplé, et rapidement agacée par ces personnes qui flânaient en travers de leur route, Rachel grinçait des dents et sifflait :

« Pacification, laissez-nous passer ! »

Mais sa voix, d’un naturel fluet, prenait des accents encore plus aigus sous la pression de l’arrestation prochaine : n’importe qui aurait ressenti de la tension, et surtout de l’appréhension, à l’approche du point de retraite de ceux qui avaient lâchement assassiné un maire et une Pacificatrice. Alors, bien loin de crier, la voix crissait ; et la matrone à sa droite lui lança une moue indignée.
Puis vit ses sourcils froncés. Sa main posée sur son arme. L’arme de Marlon posée dans ses mains. Une exclamation franchit sa poitrine et elle se poussa.
Rachel devait se rendre à l’évidence, à laquelle tous les chemins menaient tôt ou tard : sa voix ne portait pas assez pour se faire entendre. Fallait-il mettre les civils en sécurité et ainsi risquer de dévoiler leur intervention ? Le temps que Bennet et Wolff arrivent, Rachel et Marl, à deux deux, ne pouvaient se priver de l'effet de surprise.
Les dents serrées, elle continua sa route, ses yeux ne quittant pas la porte et son écriteau annonçant à qui le lisait que la bijouterie était fermée. A côté d’elle, son collègue jetait des regards alentours, à la recherche du moindre indice et débarrassant la voie des passants les plus encombrants. Encombrants physiquement, mais également encombrants par leur ego.
Rachel s’arrêta au niveau de l’homme qui les attendait : elle le reconnut comme l’un des compagnons de la Carrière qui leur avait indiqué la retraite des insurgés. Des assassins. La jeune femme tenta d’attraper un quelconque indice au travers des stores irrémédiablement baissés puis dut malheureusement faire face à son échec.

« Ils sont toujours là dedans ? », l’apostropha-t-elle.

Elle ne patienta néanmoins pas pour une réponse puisqu’elle continua immédiatement :

« Faites en sorte que personne ne reste devant la porte. Nous ne serons pas responsables des dommages collatéraux. »

Terminé. Elle s’était déjà assez déconcentrée comme cela. A côté, avec son mutisme tellement forcé que l’on pouvait croire que quelqu’un lui avait coupé la langue, Marlon suivit ses instructions signées au pied de la lettre et se plaça d’un côté de l’encadrement de la porte. Rachel fit de même de l’autre côté.
Au contact du mur, la jeune femme ne put se retenir de s’y plaquer de tout son long. Mais lui non plus n’était pas épargné par la chaleur harassante du soleil, et sa caresse était brûlante. Elle s’en détacha rapidement puis souffla pour laisser échapper quelques difficultés.
Rachel reporta son attention sur Marlon. Qui lui-même attendait des ordres de sa part. D’un signe de tête, il désigna la porte ; une moue contrariée tordit les lèvres de l’aînée, et elle montra à son tour l’entrée de la bijouterie, avec insistance et surtout un froncement de sourcils éloquent.
Les épaules de Marlon s’affaissèrent et il se mit face à la porte. Derrière, Rachel leva son arma et la braqua sur la silhouette imaginaire qui se cachait dans cette pièce sombre. La Pacificatrice se projetait déjà entre quatre murs sombres, mal éclairés. Elle essayait de s’imaginer les otages à l’intérieur, leur nombre, leur emplacement… Tenta également de compter les rebelles… Ils avaient estimé leur chiffe à une demi-douzaine et elle les installa tous au sein de la bijouterie : l’endroit était petit à vue d’œil, et il serait plutôt facile de les voir. A moins qu’ils soient cachés dans la réserve, si la boutique en possédait une. Elle ne se priva pas de cette hypothèse : au moindre indice, elle pourrait les y voir.
La jambe de Marlon était pliée, aussi tendue qu’un ressort. Rachel était relativement couverte par le coin de la porte, mais rien ne garantissait qu’ils ne les attendent pas derrière.
Pendant un instant, le visage du gamin se tendit et on pouvait y apercevoir des traits d’angoisse, qu’il effaça immédiatement. Elle prit une profonde inspiration en même temps que son collègue, arrêtant le temps.
Tout s’enchaîna si rapidement : la porte céda dans un craquement fracassant, le Soldat du Capitole s’abrita immédiatement sur le côté de la porte, il attrapa son arme, des cris retentirent et Rachel pénétra la première dans la pièce.

« Pacificateurs ! A terre ! »

Que sa voix fut fluette perdit le temps de ce cri de son importance : elle fut contrebalancée par le poids important des mots qui fusèrent.
Tout de suite, Rachel repéra l’arrière-boutique. Assis au sol, une quinzaine de civils geignaient, recroquevillés contre les murs, apeurés ou éblouis par la soudaine lumière qui venait de faire irruption et qui se déferlaient sur ceux qui avaient connu l’obscurité pendant un moment. La Gardienne de l’ordre entendit l’un d’entre eux gémir qu’il s’était pris la porte dans le visage. Elle ne s’en occupa pas.
Des vitrines, un comptoir, certes, mais ne se trouvaient dans cette pièce que des gens assis sur le sol rendu sale par la prise d’otages. Les rebelles n’étaient pas là. Dans l’arrière-boutique. L’appel de Rachel à l’égard de Marlon sonna comme une sommation.

« Couvre-moi ! »

Il tenta de lui répondre quelque chose, mais ses mots se perdirent dans les battements sourds mais militaires du cœur de la Pacificatrice. Pas après pas, rien d’autre n’existait que les murs et les rebelles qu’ils pouvaient dissimuler ; rien d’autre que le sol et les obstacles qui pouvaient éclore ; rien d’autre qu’elle et son dévouement à la cause capitoléenne.
Ces connards ne sortiraient pas de cette bijouterie.
Une silhouette dans l’encadrement de la porte. Des cheveux longs, clairs, mais cette personne semblait bien trop libre de ses mouvements pour être une otage. Rachel ne s’arrêta pas. Le coup partit avant qu’elle ne pose le pied au sol, avant même de prendre une inspiration ; la balle manqua la cible et elle pesta.

« Dégagez ! », lança-t-elle aux otages alignés le long d’un comptoir.

Certains s’étaient déjà précipités vers la sortie et Rachel profita de leur place pour s’y réfugier. Pas longtemps. Elle vit Marlon faire de même. Peut-être lui dit-il quelque chose mais elle ne l’entendit pas. Elle ne l’écouta pas.
D’un mouvement souple, Rachel se redressa, visa la même personne que précédemment, et le second coup partit. Le corps visé s’agita dans le même temps.



Spoiler:
 


Rachel Morrisson - PNJ et Marlon Ban - PNJ sont dans la bijouterie Standford.
Rachel Morrisson - PNJ tire. DEMANDE DE LANCER DE DES.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4084
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 6 Mar - 22:09

Les Rebelles - Cassio T. Shepherd





La douleur se propageait dans mes phalanges, ce n'était pas désagréable à vrai dire : elle était la preuve que j'étais plus vivant que jamais. Je sentais d'ailleurs cette vague d'énergie qui brûlait chaque parcelle de ma peau, qui réveillait mon esprit. Tout me paraissait tellement plus clair alors que ma frustration venait de se dissiper en même temps que le sourire narquois de l'autre ordure. Plus aucune envie de le frapper de m'animait, j'aurais aimé lui faire payer bien plus cher son erreur mais le temps viendrait où il devrait rendre des comptes...

Ma sœur s'était réveillée sous le son éclatant des caissettes de métal. Elle m'enguirlandait franchement, il fallait croire qu’elle avait fini par prendre exemple sur mes tentatives pour la calmer après ses disputes avec père… Elle choisissait toujours son moment pour s’assagir. Pensait-elle me faire croire qu’elle avait enfin appris à être raisonnable en insinuant que ce n’était pas le meilleur moment pour en coller une à Nico ?

- Non... répondis-je simplement à son insinuation, ce qui eut le don d’enflammer encore davantage ses joues pâles.

Dans un dernier juron, elle quitta la pièce. Je secouai encore ma main, putain de douleur. Je jetai un œil sur ce que faisait Ivy dans la boutique, remarquai une rangée de civils installés en bas d’un comptoir. Sérieux, ils étaient complètement fadas… Autant d’otages, qu’est-ce qui leur était passé par la tête ? J’étais en train de repérer la porte d’entrée que j’avais tenté actionner plus tôt : la jeune fille blonde y était pressée et Ivy la rejoignait au pas de course. Mon expression se fit plus méfiante, j’en oubliais les tiraillements dans mon poing et m’apprêtai à me rapprocher ; pourtant, Nicodème choisit pile cet instant pour ouvrir à nouveau sa grande gueule. Son rire résonna dans mon dos, je me tournai vers lui. Son menton ensanglanté contrastait avec les traits amusés posés sur son visage. Je savais qu’il était barge, mais pas à ce point…

Il ne me fallut pas longtemps pour comprendre son allusion. A nouveau, la braise en moi s’en sentit attisée, elle grésilla au fond de ma poitrine, m’empêchant presque de respirer. Je devais me tromper, il ne pouvait pas savoir : personne ne savait ce qui se produisait le soir, tard, alors que la journée de travail avait épuisé nos corps et endolori nos esprits… Personne ne savait la colère qui grondait dans nos cœurs, qui incendiait nos entrailles et nous laissait en cendres… Personne.

Nico savait. Je m’en foutais de savoir comment, mais il savait.

Et voilà qu’il m’accusait, qu’il se défoulait à son tour. Mes poings se serrèrent, j’avais tellement envie de l’expédier en enfer. Il avait peut-être remarqué des attitudes, des hématomes, des mines crispées… N’importe quoi qui lui avait donné assez de matière pour en arriver à cette saleté de conclusion. Maintenant il l’utilisait, vengeance sans classe… Il ne connaissait rien de nos vies, comment aurait-il pu imaginer ce que nous avions dû traverser ? Il n’était qu’un pauvre type qui se permettait de juger une situation à laquelle il ne comprenait rien. Il m’aurait presque fait pitié avec ses saloperies qu’il déblatérait, presque… Parce que je rêvais d’une seule chose en cet instant : lui fermer définitivement et irrémédiablement sa grande gueule. Seulement, ça aurait été lui donner raison que de répondre à sa provocation. C’est tout ce qu’il attendait, je le voyais dans son regard plein d’un sadisme qui m’appelait.

Quand Ivy refit son apparition, annonçant avec une pointe d’angoisse dans la voix qu’on était repérés, j’oubliais presque les paroles pleines de venin de Nicodème. Il fallait qu’on se tire de ce merdier au plus vite. Combien de temps leur faudrait-il pour trouver des pacificateurs ? Ceux-ci avaient sans doute investi les rues à l’heure qu’il était. Deux minutes, peut-être quatre au mieux ? Peu en somme.

L’injonction d’Ivy fut puissante, violente. Les dires de l’autre connard du Neuf l’atteignaient bien plus que moi. Bien qu’un goût amer remplissait ma bouche, saveur de la chair de mes lèvres que mes dents pressaient pour m’éviter une réponse trop crue, je gardais mon calme en contemplant ma sœur. Ses tremblements étaient perceptibles, sa haine palpable. Il savait parfaitement de quoi il parlait et cela la rendait folle car il avait raison, elle en avait conscience.

J’allais m’avancer pour la retenir, déjà elle fondait sur lui avec cette rage qui ne donnait jamais rien de bon… L’empêcher d’agir ou la laisser faire… Cruel dilemme… Après tout, si elle lui en foutait une, peut-être qu’elle se sentirait aussi bien que moi… La scène sous mes yeux était intense et devint chaotique lorsqu’un reflet métallique émana au bout de son bras. Merde, merde, merde ! A quoi jouait-elle ?

Mes lèvres s’entrouvrirent, articulèrent son prénom sans qu’aucun son n’en sorte, comme un réflexe… Voilà pourquoi il fallait toujours que je m’interpose…

- Oublie… dis-je péniblement à voix basse…

L’instant s’était suspendu. La vision du canon d’Ivy braqué sur la jambe de Nicodème parut se figer, obsédante. Rappelez-moi comment nous étions arrivés là alors même que nous avions sans doute tous les pacificateurs du District aux fesses ? Une vague de soulagement me submergea quand je la vis frapper, avant de m’arracher un hoquet de surprise. Ivy venait de chuter lourdement sur le sol, elle paraissait sonnée, complètement incapable de se défendre alors que le responsable de cette mascarade se penchait déjà sur elle pour répandre son poison.

- Vraiment ferme ta gueule Nico ! criai-je en accourant vers Ivy.

Je m’agenouillai à côté de sa silhouette de guerrière déchue. J’avais presque oublié pourquoi je devais constamment veiller à ce qu’elle ne se fasse pas tuer avec ses idées désastreuses ! Elle était une force vive, trop vive, trop impulsive… Lâcherait-elle un jour cette colère interne qui provoquerait un jour sa chute ? Peut-être pas… Mais je serai là, toujours, pour la rattraper avant qu’elle ne tombe de trop haut sans pouvoir se relever.  

- Ca va aller… lui murmurai-je en relevant ses cheveux pour voir son visage.  Tu vas réussir à tenir debout ?

J’étais inquiet. Combien de temps s’était écoulé depuis qu’elle nous avait avertis pour les hommes en blanc ? Deux minutes ? Trois ? Peut-être plus ? Les gouttes de sueur perlaient sur mon front. Bon sang, qu’est-ce qu’il faisait chaud !

Sentant Ivy défaillir, je pris sa mine entre mes mains. Ses yeux clairs semblaient perdus, on y lisait ce vertige que je détestais et qui laissait présager les ennuis. Elle ne tiendrait pas seule.

- Je te tiens, la rassurai-je en passant mon bras sous le sien pour l’aider à se lever.  Faut qu’on se barre avant qu’on soit coincés…

Soudain, crissement sur le sol. Mes yeux rivèrent vers la gauche. Une arme venait de glisser jusqu’à nous, je levai mon regard clair pour apercevoir que la jeune fille blonde était toujours là. Elle devait avoir assisté à toute la scène et…m’avait rendu l’arme d’Ivy. Ma respiration se stoppa net. Nous avions fait une énorme erreur… Cette fille aurait pu nous descendre sans qu’aucun de nous ne réagisse… Et au lieu de cela, elle nous aidait… Ou plutôt, elle m’aidait car déjà elle dénonçait la fuite de Nicodème.

Je ramassai l’arme, Ivy n’était de toute manière pas en état d’en faire usage. Je lui adressai un signe de tête en guise de remerciement, incapable d’en dire plus. Instinctivement, comme si cela en dévoilait déjà trop, je remontai encore davantage mon foulard sur mon visage qu’il n’avait cessé de dissimuler.

Le fracas brisa tout. Un son brut de bois qui se brise et de porte qui claque envahit l’espace.  

- On reste ensemble quoi qu’il arrive… dis-je à ma sœur en serrant son corps debout contre le mien autant pour être sûr de bien la maintenir si nous devions courir, que pour me rassurer.

Situation évaluée, nous devrions passer devant l’encadrement de la porte pour arriver à l’autre sortie. Encadrement où se trouvait encore la jeune fille blonde qui nous servirait de bouclier : les pacificateurs n’étaient pas assez cons pour tirer sur une civile, du moins pas sans sommation. La voix suraiguë d’une pacificatrice couvrit le gémissement des otages, elle ordonna qu’on la couvre… A priori, ils n’étaient que deux. Nous avions une chance… Je jetai un regard à Nico qui visiblement tentait de nous laisser en plan. Tant pis, maintenant il était pris au piège comme nous.

Je tentais encore de rassembler mes idées, de fomenter un plan quand le premier coup fut tiré. La jeune fille lâcha un cri quand la balle la frôla, je traînais Ivy vers elle.

- Fais gaffe ! lançai-je en l’attrapant par le poignet pour la projeter vers nous, évitant de la laisser une seconde de plus dans l’encadrement de la porte par laquelle les pacificateurs osaient nous canarder.

Elle chuta au sol, elle semblait terrifiée.

Nan mais pause mecs ! Eux civils, nous rebelles ! C’est tellement dur à comprendre pour vos petites tronches de fonctionnaires ? Ah oui, c’est vrai : on vous demande pas de réfléchir à vous…

- Dans le coin !

J’espérais que la jeune fille m’ait compris : il fallait qu’elle se mette à couvert autant que possible, cette arrière-boutique allait devenir une vraie passoire dans les minutes qui arrivaient.

Le second coup avait été pour Nicodème qui avait dû battre en retraite derrière un rayonnage. Il allait falloir qu’on dégage. Alors, je passai le canon de l’arme dans l’encadrement et je commençai à tirer sans m’exposer. Même si mes tirs ne les touchaient pas, cela les ralentirait et Nico allait bien être obligé de nous aider s’il voulait s’en tirer vivant : il était trop loin de la porte pour faire bande à part.

- Bon sang tire ! lui hurlai-je.

Je tiendrai le coup, pour moi mais surtout pour Ivy. Il fallait qu’elle sorte de là, même si je devais me sacrifier pour les occuper et la sortir d’ici.


Spoiler:
 


Cassio se trouve dans la boutique Standford, avec Coralie, Hunter, Ivy (PNJ) et Nicodème (PNJ).
Cassio (PNJ) tire en direction de Rachel et Marlon. DEMANDE LANCER DE DES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Lun 6 Mar - 23:56

Conséquences des lancers de dés :

Résultat du lancer 1 : Rachel a décidé de tirer sur cette silhouette inconnue avant de s'arrêter et de bien se positionner. Mauvais choix puisque, malgré ses talents indéniables pour le tir, elle a manqué la silhouette, qui s'est ensuite dérobée à elle.

Résultat du lancer 2 : Rachel, un peu plus organisée, décide de retenter son tir. Un essai, deux essais : les cliquetis sont distinctifs. Son arme est enrayée et ne peut plus être utilisée à moins de trouver le problème.
Le prochain tir vers, son adversaire recevra un bonus de 20% au tir.

Résultat du lancer 3: Cassio profite de l'occasion de voir Rachel déstabilisée pour répliquer : son tir fait mouche et touche l'épaule de Rachel. Il en a fallu peu pour atteindre un point vital.
Rachel perd 45 points de vie. Il lui reste 155 points de vie.
Sur ses prochains tirs, elle écopera d'un malus de 20% en combat armé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4084
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 7 Mar - 0:13

Les Pacificateurs - Equipe 2





Sirotant son verre d’eau, Derek en vint à la conclusion que l’ambiance était réellement nase : le voici privé d’alcool, forcé à rester coincé avec l’éponge et l’homme d’affaires quand Bennet s’amusait avec la rouquine au dehors.
Et les choses devinrent encore plus insupportables quand Stark, piqué dans ce qui lui restait d'orgueil, se prit à jouer aux paons et à étendre devant Derek tout un éventail de jolis titres, de jolis exploits et surtout d’une prétention à vomir. D’ailleurs, le Pacificateur se demandait pourquoi il se retenait à vider le contenu de son estomac sur les chaussures impeccables de cette pompe à fric. Peut-être apprendrait-il alors à regarder en bas, pour se rendre compte qu’il n’était qu’un autre pouilleux au milieu de tous les autres avec de la merde sur les pompes.
Un mec des Districts qui rêvait du Capitole. Derek ne comptait peut-être pas s'abstenir longtemps. Eneron Stark était bien à la hauteur de sa réputation : indigeste.
Le natif du Capitole ne prit même pas la peine de lui répondre. A quoi bon, après tout ? L’ancien Vainqueur paraissait avoir plus à se raconter à lui-même qu’aux autres, histoire de se persuader qu’il valait mieux. Derek trouva lus d’intérêt à son verre d’eau – finalement, même si ce n’était pas de l’alcool, ça pouvait se boire. C’était donc plutôt utile.
Quand Stark se leva pour sortir et qu’il souhaita la bonne journée à Derek, celui-ci leva son verre vide :

« A votre santé !, avant d'ajouter dans un murmure Peut-être vous envoleriez-vous à force de péter plus haut que votre cul. »

Derek ne savait plus trop ce qu’il devait faire entre rester assis là à boire, et il y avait pire comme métier dans la vie, ou bien rejoindre Bennet au dehors. Et accessoirement Stark et l’ingénieure rousse. Quitte à se résigner, autant le faire bien accompagné : et le Pacificateur se résigna à commander un nouveau verre. D’eau.
Un silence religieux s’installa soudain dans la salle pour lancer s’élever trois coups distincts. Derek se retourna et admira un instant tous les visages du bar tournés dans sa direction. Il haussa un sourcil, perplexe, puis admira le carreau relativement propre qui le séparait de l’extérieur.
Bennet l’observait au derrière et, quand il vit qu’il avait capté son attention, lui fit un simple signe de l’index pour lui indiquer de sortir. Il disparut de la fenêtre. Les conversations reprirent alors, doucement, presque timidement.

« Tant pis pour le verre », lança Derek.

Puis il se leva et tranquillement, sans se presser, rejoignit Bennet au dehors qui lançait un œil perplexe en direction de l’homme d’affaires qui avait repris sa conversation avec l’ingénieure Stern, comme si de rien n’était.
A la question sourde qui lui était adressée, Derek siffla :

« Imbécile en col blanc. »

Il remercia silencieusement Bennet de ne pas insister plus avant. A cet instant, une voix s’échappa de la radio :

« Pacificateur Bennet ? Il faudrait que vous veniez à la bijouterie Standford. Sud-ouest de la place principale, elle fait l'angle, c’est vraiment urgent. On a, de plus, retrouvé le journaliste du Capitole.
- Bien reçu, Morrisson. Envoyez une patrouille du Sud pour rejoindre la position donnée par le journaliste. Wolff et moi arrivons. »

La discussion coupée avec Rachel, Bennet enchaîna sur d’autres patrouilles. Derek l’observa tranquillement lister ses ordres, leur expliquant, sommairement, que les patrouilles devaient rapprocher leurs positions de manière à resserrer le cercle. Ne pas les laisser sortir. Pas un trou dans le piège.

« Personne ne sort. »

Derek acquiesça légèrement, jetant des regards interrogateurs autour de lui : mais toujours cette foule, rien que cette foule, qui avalait sans fin ceux qui avaient besoin de se dissimuler.
Quelque part, au fond de lui, une certaine excitation monta en lui : sa main était crispée sur sa crosse, lui causant une bienvenue douleur, quand l’autre se serrait et se desserrait dans un mouvement inconscient. Il était temps de bouger. Enfin. Derek devait reconnaître que bien loin de l’apaiser, ces verres d’eau l’avaient échauffé : ils avaient simplement reculé le moment où tout aurait lieu.
Derek n’était pas d’un naturel patient et chaque frustration ne faisait qu’augmenter sa volonté de frapper. N’importe quoi, n'importe qui. Un journaliste. Un homme d’affaires. Ou un rebelle.
Bennet prit les devants et ils partirent en direction de la bijouterie. Le regard alerte. Même Bennet ne pouvait entièrement masquer la tension qui s’insinuait dans son corps : le sourire qui se dessinait lentement sur son visage n’avait rien de naturel, ni de détendu. Et ses tentatives pour le réfréner ne passaient pas inaperçues.
Ils étaient à mi-chemin quand soudainement, un premier coup, très étouffé, retentit. Bennet et Derek échangèrent un regard : le suivit un second coup et puis plusieurs, à un rythme toujours plus effréné.
Un juron de concert. Les deux Pacificateurs se mirent à accourir vers la bijouterie Standford, l’arme au clair.

« Poussez-vous ! N'approchez pas de la boutique ! »

Terminé les gants de velours.
Enfin.

Spoiler:
 



Edmond Bennet et Derek Wolff sont entre le marché et la bijouterie Standford.


Clyde Holden : Tu as décidé de repartir vers la gare en laissant derrière toi tes collègues rebelles. Grand bien t'en fasse puisque te voilà prisonnier de la foule lorsque celle-ci, suite aux coups de feu et aux invectives des Pacificateurs, se trouve aussi désorganisée et affolée qu'une mer un soir d'orage : et tu ne peux pas lui échapper pour l'instant.
Te voici donc bloqué, balloté par les relents incessants de cette masse paniquée, jusqu'à amélioration de ta situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4084
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 7 Mar - 1:00

Les Rebelles - Equipe 2





Dans sa vie, Kenny s’était rarement demandé comment cela aurait pu aller plus mal. Il y avait eu la fois où son père avait appris qu’il avait postulé dans son dos pour une mission en externe, la fois aussi où Maureen avait failli se prendre une de ses balles parce qu’il avait oublié de vider la chambre de son arme dans le dispositif sableux de l’entrée de la salle de tir,… Au final, le nombre de fois où la situation avait frôlé le désastre se comptait sur les doigts d’une seule main et Kenny avait toujours pensé que cela était bon signe : il aimait à croire que, comme leur chat Mistigri, il avait sept vies. Aujourd’hui, alors que le son mat des bottes des pacificateurs se faisaient entendre, de plus en plus proche et menaçant, il commençait à comprendre qu’il n’avait peut-être pas cette chance.

Dans un geste précis, Kenny entoura son arme de sa poigne soudainement de fer. Il était prêt. Prêt à quoi ? A faire feu ? Il n’avait jamais eu à faire feu sur quiconque en mission : toutes s’étaient toujours passées sans déconvenue majeure – comprenez qu’il avait toujours rattrapé les impulsions risquées d’Ivy avant qu’elles ne tournent au vinaigre.  

Quand Leanore lui adressa un regard appuyé, il comprit qu’elle aussi savait. Ils étaient fichus. Plus que quelques secondes et les hommes en blanc allaient faire leur apparition, tous casques et armures sans doute astiquées pendant des heures dehors ! *Hé ouais, être pacificateur c’était avant tout avoir la classe de se prendre pour une mariée 24h/24 !* songea Kenny avec sarcasme même s'il n’arrivait même plus à rire lui-même de ses pensées saugrenues : le soleil avait beau toujours être aussi lourd, l’orage tempêtait déjà en eux.

Leanore finit par annoncer à voix haute ce que tous savaient déjà, avant d’ajouter que leur meilleure option était de se séparer. Kenny serra les mâchoires, cette idée ne lui plaisait pas, les deux filles couraient bien trop de risques à son goût de se faire choper : deux nanas, seules ou pas, les pacificateurs étaient loin d’être des blaireaux, surtout dans des districts supérieurs… Ce n’était pas pour rien qu’il était bien plus difficile d’introduire la Rébellion ici…

- Hors de question de vous laisser vous faire prendre seules, tu sais comme moi que s’ils vous voient que vous soyez deux nanas ne leur fera pas vous offrir un aller pour le septième ciel mais pour le ciel tout court…

Il toisa Leanore. Il fallait qu’ils rebroussent chemin et vite, il fallait qu’elle se décide. Pour la première fois, Kenny ressentit réellement la panique s’insinuer en lui et quand des coups de feu retentirent son sang ne fit qu’un tour. Cas’. Ivy. Nico.

S’il avait été certain qu’il s’agissait de l’autre idiot à cause de qui toute cette débandade avait lieu, il aurait volontiers aidé les pacificateurs à le flinguer. Cependant, Cassio était parti seul dans les rues… Il était celui qui risquait le plus de s’être fait prendre. Et s’il s’agissait d’Ivy… Ou des deux ? Kenny avait du mal à réfléchir. S’ils continuaient à avancer, ils étaient foutus et Leanore voulait qu’il dégage… Il était peut-être temps de lui laisser sa chance et d’aller aider les autres qui en avaient visiblement bien plus besoin vu les coups de feu dont le rythme s’accélérait à une vitesse inquiétante.

- Je dois y aller, on peut pas les laisser se faire fusiller comme des lapins… dis-je de manière très lucide.

- Qui se fait fusiller ? demanda soudainement Siti, dans un élan de conscience. Il se passe quoi ?

Toutes ses pensées se mélangeaient, elle se sentait prête à perdre connaissance à n’importe quel moment. Les ombres des passants bien plus agités à présent qu’une menace armée avaient surgi et couraient devant ses yeux, pourtant leurs mouvements lui paraissaient trop saccadés… Sans doute défaillait-elle…

Kenny ne releva pas, il posa sur elle un regard protecteur. Puis, il délesta tout le poids de Siti sur sa collègue de fortune.

- Fais ce que tu peux et sinon viens nous aider… On est une famille.

Ses paroles résonnaient encore à ses oreilles quand il se mit à rejoindre au pas de course l’allée fortement passante, dos aux pacificateurs qui ne cessaient de se rapprocher de la ruelle où il avait laissé Leanore et Siti. Il eut un pincement au cœur, mais il savait que sa loyauté était plus forte que tout. Siti n’avait pas plus de chance de s’en sortir s’il restait, bien au contraire. Une larme s’envola pendant que ses pas rapides l’emportèrent vers les autres… Ivy, Cas’, Nico… Il lui était difficile de songer qu’il abandonnait l’une des siennes pour tenter d’en sauver d’autres…

Rien de bien compliqué pour trouver l’origine des tirs qui redoublaient à présent : alors que la foule le bousculait pour s’éloigner du lieu du drame, Kenny tentait de remonter le courant. Cela avait toujours été dans sa nature : braver toutes les interdits, faire des choses totalement folles,… Il aimait la tension saine qui le gagnait habituellement, mais haïssait déjà celle si pesante qui lui donnait l’impression que chacun de ses pas l’engluait un peu plus au lieu de le rapprocher de ses amis. Il passa devant la ruelle où l’autre blond devait toujours les attendre sans s’arrêter, s’il était intelligent, il ne se mêlerait plus de rien.

Quand dans une dernière remontée rapide au sud du marché, il aperçut un peu en avant deux pacificateurs qui se précipitaient eux aussi vers le raffut, il sut qu’il courait dans la bonne direction. Déjà deux qu’il pourrait prendre à revers…

Bientôt, les coups furent si proches que Kenny repéra sans mal la boutique d’où ils émanaient. Les autres étaient pris au piège… Il fallait qu’il se planque suffisamment près pour recevoir les pacificateurs qui approcheraient sans prendre de risque, mais aussi bloquer les deux qui s’y dirigeaient d’un pas pressé. Il se glissa sous un étal de tissu dont le commerçant avait sans doute déjà fui, puis rampa jusqu’à un angle où il se mit en position en ressortant derrière, à couvert : le canon froid de son arme, glissé entre deux rouleaux d'étoffes, n’attendait plus que d’émettre son son brut pour faire son devoir, sauver les siens.


Spoiler:
 



Dans la cohue, Kenny se dissimule derrière un étal à l’abri des regards.
Siti est restée dans la ruelle avec Leanore.
L’équipe 2 des rebelles est dissoute, Kenny et Siti seront désormais joués séparément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Paris
★ Âge : 21 ans.
☆ Surnom : Lea
★ Occupation : chasse - vétérinaire
☆District : dix

○ Points : 840
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 7 Mar - 9:37

Comme j'aurais dû m'en douter, Kenny refusa tout net ma proposition

- Hors de question de vous laisser vous faire prendre seules, tu sais comme moi que s’ils vous voient que vous soyez deux nanas ne leur fera pas vous offrir un aller pour le septième ciel mais pour le ciel tout court…

J'étais consciente des risques encourus, mais je ne voyais pas d'autre solution.
A ce moment précis, des coups de feus se firent entendre dans le lointain, et je sursautais violemment, m'attendant presque à voir une bande de pacificateurs surgir pour nous tirer dessus.
Mais les coups de feu semblaient ve nir de plus loin, vers le marché.  Kenny semblait complètement désemparé, et je compris qu'il commençait à perdre pied.

Je l’entendis déclarer

- Je dois y aller, on peut pas les laisser se faire fusiller comme des lapins…
- Qui se fait fusiller ? Il se passe quoi ?
demanda alors la rebelle blessé dans un sursaut douloureux

Sans lui répondre, Kenny me la poussa avec douceur dans les bras, et je sortis la main de ma poche pour la soutenir.
Il me regarda alors droit dans les yeux en murmurant :

- Fais ce que tu peux et sinon viens nous aider… On est une famille.

J’acquiesçais sans répondre, une grosse boule dans la gorge. Je sentais le sang battre à mes tempes tellement j'avais peur. En même temps, jamais je ne m'étais sentie aussi vivante, j'avais je n'avais eu autant conscience de chaque seconde qui s'écoulait...

Sans un regard en arrière, Kenny partit en courant vers les coups de feu, et je restais seule dans la ruelle.
La rebelle était trop lourde pour moi, il était inutile d'espérer bouger, je devais me rendre à l'évidence.
Avec beaucoup d'efforts, je me contentais donc de la traîner en grognant jusqu'à une embrasure de porte, et de la caler contre le mur.

Puis, je m'essuyais fortement les mains sur mon pantalon pour tenter d'enlever la sueur, et sortis l'arme de ma poche.

Que devais-je faire maintenant ? Rejoindre Kenny au niveau des coups de feu ? Rester ici ?
J'allais me retourner pour partir, lorsque je regardais la jeune rebelle.
Elle était livide, les yeux perdus dans le vague. Elle n'en avait plus pour longtemps, il était trop tard pour elle. Elle allait mourir là, dans cette ruelle du district 1, loin de chez elle, et des gens qu'elle aimait.

Et soudain, les mots de Kenny me revinrent en mémoire
On est une famille...

Et je sus où était ma place.
Je calais Siti aussi confortablement que possible contre la porte et m'accroupis à coté d'elle, mon pistolet toujours serré dans ma main droite.
De la main gauche, je saisi la main de Siti et la serrais fortement en lui murmurant, presque comme une berceuse :

- Je reste avec toi, ne t'inquiète pas.... Je reste avec toi, tout va bien se passer... je suis prêt de toi... tout va bien se passer...

Leanore Blacksand est dans la ruelle avec Siti
Elle est accroupie devant une porte et tient son arme à la main
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 42 ans.
☆District : District 12

○ Points : 468
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 7 Mar - 9:40

     

Winston ♦ Indis ♦ Nova

RP event
C
oralie avait répondue à ma question en me disant qu'elle ne savait pas s'il y avait quelqu'un avec un foulard bleu. Elle continua en disant qu'il y avait des rebelles dans la bijouterie et qu'il fallait appeler les pacificateurs. Non ! Enfin je ne savais pas de quel côté je me trouvais en ce moment même. Des rebelles avaient attaqués une bijouterie et peut être même blessés une civile qui n'avait rien avoir avec les problèmes entre les rebelles et le Capitole. Pour l'instant c'était eux les méchants et non pas les pacificateurs. Nova était partie chercher les pacificateurs. Moi pendant ce temps, j'attendais devant la bijouterie fermée.

J'entendis des bruits de pas s'approcher. Je me retourna et vis les pacificateurs qui nous avaient interrogés au marché. La femme me demanda s'ils étaient toujours à l'intérieur. J'hochai la tête. Elle me demanda ensuite de ne laisser personne devant la porte. Une fois ces paroles dites, elle et son collègue ouvrirent la porte de la boutique à l'aide d'un grand coup de pied. La porte céda facilement et tomba au sol. Ils entrèrent automatiquement. Je me cachais au niveau du mur, ne voulant pour le moment pas être dans le problème. Je vis Nova s'approcher de moi. Celle-ci me demanda d'entrer dans la boutique et d'aider les civils à sortir. J'hochais la tête. Elle resterait avec Indis pour les emmener le plus loin possible de la bijouterie. Je poussais un soupir et entra dans la bijouterie.

Quelques civils se dirigeaient déjà vers la sortie, sur ordre de la pacificatrice. J'entendais alors des coups de feu. Mince ! Ils avaient déjà commencés à tirer ? Je me cachais derrière des étalages, en espérant ne pas me faire voir. Où était Coralie ? Je poussais un soupir et essaya :

- Coralie ? Où es-tu ?!





GleekOut!



Winston se trouve dans la bijouterie en compagnie des pacificateurs et des rebelles. Il parle à Coralie


Dernière édition par Winston Davis le Jeu 9 Mar - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 22 ans.
☆ Surnom : Nova
★ Occupation : Carrière
☆ Humeur : Déterminée.
★ Plat préféré : Protéines
☆District : deux

○ Points : 358
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 7 Mar - 11:23





Soit. Les pacificateurs savaient ce qu'ils faisaient et je les suivis en silence, le jeune homme nous ayant quitté. Mon sourire avait finalement quitter mes lèvres : j'avais beau avoir du mal à croire à tout ça, le regard grave des deux pacificateurs avait eu raison de lui. Je sentais dans leur attitude que c'était du sérieux. La tension était palpable et je commençais moi-même à être sur le qui-vive. Après tout, je venais de voir quelqu'un grièvement blessé par ces rebelles.

Nous arrivâmes bien vite devant la bijouterie, Winston et Indis se trouvant toujours devant l'entrée. Les pacificateurs posèrent quelques questions avant de forcer la porte. De mon côté, je n'avais pas oublié la demande de la pacificatrice. Je comptais bien les aider tant que je le pouvais et avec mes faibles moyens. Est-ce que la foule m'écouterait ? Cependant, et très curieusement, je m'inquiétais pour Indis. Je ne voulais pas qu'elle reste là à prendre une balle perdue car les échanges de tirs ne sauraient tarder. D'ailleurs, j'inspectais rapidement les lieux : la bijouterie faisait l'angle de la rue, je ne connaissais pas sa profondeur mais il y avait des vitres des deux côtés, et donc du danger des deux côtés. Il fallait aussi éloigner la population dans la ruelle. Il n'y avait plus de temps à perdre maintenant que les pacificateurs étaient entrés, et encore moins le temps de prendre des pincettes mais j'essayais quand même de paraitre diplomate tout en donnant des ordres.

- Winston, tu veux peut-être essayer d'aider Coralie ? Indis et moi, on va essayer d'éloigner la population. Indis reste devant l'entrée, mais éloigne toi et essaye de repousser la foule. Ne te mets pas en danger pour les autres s'ils ne veulent pas écouter. Ok ? Moi je vais tenter d'évacuer la ruelle.

Je dessinais du bout du doigt un arc de cercle devant l'entrée, pointant à quelques mètres la zone à couvrir. Au pire, je me disais qu'elle aurait la trouille et s'enfuirait en courant. Ce qui serait peut-être le mieux. Je pris ensuite la direction de la ruelle tout en criant de façon répétitive.

- ECARTEZ-VOUS ! POUR VOTRE SECURITE ELOIGNEZ-VOUS !

Des coups de feu retentirent au même moment, Un puis un autre puis plein d'autres s'accompagnant rapidement de hurlements de terreur dans la foule. Allait-elle suivre mes indications ou simplement se mettre à courir dans tous les sens ? Pour ma part je m'étais baissée et repliée, mes bras sur ma tête. Je continuais d'avancer et de crier à la populace de s'éloigner. C'est à ce moment là que j'aperçus une porte donnant sur la ruelle, dans le prolongement de la boutique mais après la fin de la vitrine. D'ailleurs il n'y avait plus qu'un mur là où je me trouvais et la porte à seulement quelques pas.

Était-ce une entrée vers l'arrière boutique ? Je m'interrogeais, mais surtout, si c'était le cas, que faire ? Je n'étais pas une couarde, j'étais une carrière bien entrainée et affronter des rebelles ne me faisait pas peur. La seule chose qui pouvait me faire peur, ça serait d'être blessée au point de réduire mes chances d'entrer dans l'arène à néant. Comme Werner. Il ne le vivait peut-être pas si mal mais je n'étais pas lui. Je ne supporterais pas une telle chose. De plus, les pacificateurs ne m'avaient pas demandés de jouer les héroïnes. Je n'étais pas eux, je ne portais pas leur armure, je n'avais pas d'arme. J'étais juste une femme en tenue d'été. Un joli chemisier et un short très classe avec des chaussures ouvertes. Pas que j'en avais quoi que ce soit à faire de mes vêtements. Et par dessus tout, je ne savais même pas à quoi m'attendre une fois à l'intérieur. Combien étaient-ils ? J'étais courageuse mais pas téméraire, et encore moins suicidaire.

Une autre solution me vint alors à l'esprit : si c'est bien une sortie de la boutique, les rebelles tenteraient sans doute de s'enfuir par là. Je me relevai alors et continuait de crier.

- ECARTEZ-VOUS ! PAR LA S'IL-VOUS-PLAIT ! PAR LA ! AVANÇONS !

Et je fis mine d'aller plus loin, comme pour partir en important la foule avec moi. Je me tus alors et revins sur mes pas, me planquant contre le mur derrière la porte, prête à bondir. Ils ne pouvaient pas m'avoir vu, il n'y avait pas de fenêtre en dehors de la vitrine que j'avais dépassé depuis quelques minutes, au milieu d'une foule très dense. Mon cœur battait. Mais j'éprouvais une sorte d'excitation intense et délicieuse.

© redSheep



Nova Waltham est dans la ruelle derrière la bijouterie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4084
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 7 Mar - 13:57

Les Rebelles - Nicodème Cartright





Tic tac tic tac… Le temps courait, je pouvais presque l’entendre se précipiter vers le moment fatidique où nous allions tous nous faire choper. Pourquoi n’avais-je pas évité ce coup à con ?  Le vertige se calmait à peine depuis que je m’étais levé et j’aurais déjà pu être loin si le sol ne m’avait pas semblé si peu stable. Comment faisaient les mecs du Quatre sur leurs bateaux pour ne pas se casser la gueule à chaque tangage ? Même si j’étais bien content d’avoir donné une vraie leçon de vie aux gosses Shepherd, sans doute la plus utile qu’ils aient jamais reçue, je me maudissais d’avoir tant traîné…

Cassio était encore en train de tenter de rassembler les fragments de sa sœur. Décidément, elle me décevait… Si pitoyable ainsi affalée, à peine capable de percuter aux paroles de son frangin. Ce gamin finirait par se faire tuer pour elle ! Trop de loyauté finissait par avoir de fâcheuses conséquences… Tôt ou tard. Et, si on en croyait les dires d’Ivy, ce serait pour bientôt. Un sourire narquois parcourut mon visage, étirant la large cicatrice qui barrait depuis si longtemps ma joue droite : encore quatre foulées et je serai à la sortie. Bye bye les Shepherd… Voyez si vous arrivez à vous débrouiller comme des grands puisque c’est ce que papa veut…

C’est alors qu’un grésillement métallique résonna derrière moi, j’écarquillai les yeux et fit volte-face, m’attendant presque à voir une arme braquée sur moi : à vrai dire, on n’en était pas très loin. Une arme venait de s’arrêter à quelques centimètres du duo et l’autre otage venait de bousiller ma fuite surprise ! Sale petite délatrice !

- La blondasse elle va la claper si elle…

La fin de ma menace se perdit dans le fracas d’une porte qu’on défonce. Trop tard… et merde ! Les pacificateurs venaient d’investir la boutique et une nana en blanc gueulait des tonnes d’injonctions : c’est bon ma p’tite dame, on a compris que vous alliez tenter d’accrocher une petite médaille toute brillante à votre armure ! D’ailleurs, cette voix me disait vaguement un truc… Mais passons, fallait que je me tire d’ici plutôt que de la laisser me filer un rencard au poste, pas sûr d’avoir envie de savoir s’il s’agissait d’une ancienne conquête. Je me mis à avancer plus rapidement mais déjà une première balle siffla et manqua la blonde ! La meilleure de l’année : ils essayaient d’abattre notre bouclier humain ! Des flèches ces pacificateurs !

Une seconde balle fut tirée et j’eus juste le temps de me projeter contre une étagère métallique avant qu’elle n’atteigne un coin non loin de ma position.

Les tirs redoublèrent, Cassio venait de se joindre au bal et m’engueulait.

- C’est bon, une minute ! lui répondis-je d’une voix sèche.

Le pistolet au poing, je cliquai le chargeur et retirai la sûreté en me penchant sur le côté de l’étagère de manière à pouvoir viser un minimum. La pacificatrice lâcha un cri, Cassio l’avait touchée. Finalement, ce n’était peut-être pas un mauvais plan d’être toujours avec eux…

A mon tour de prouver que j’étais doué pour descendre du pacificateur… Finissons le boulot de Cas'... On stabilise, on arme, on tire, feu !

Deux balles partirent quand, soudain, une silhouette se précipita à l'intérieur de la boutique : je ne laisserai pas un pacificateur de plus nous prendre au piège ! Alors, la troisième balle fut pour lui...

Spoiler:
 


Nicodème est dans la boutique Standford, avec Ivy (PNJ), Cassio (PNJ), Coralie et Hunter.
Nicodème tire deux balles (chargeur de 9 cartouches) en visant Rachel. - DEMANDE DE LANCER DE DES.
Nicodème tire une troisième balle (reste après ce tir : 6/9 balles) en visant Winston. - DEMANDE DE LANCER DE DES.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4084
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 7 Mar - 19:02

Les Pacificateurs - Equipe 1





Marlon n’avait pas apprécié que Rachel entre ainsi dans la bijouterie sans attendre Edmond et Derek. Qu’elle prenne comme ça ses dispositions sans savoir combien de rebelles se trouvaient à l’intérieur, ni même combien de civils. Il ne pouvait pourtant rien faire : la Pacificatrice s’était revêtue d’œillères et rien d’autres ne comptait qu’attraper ces hors-la-loi. Morts ou vifs.
Il avait essayé, bon sang. Essayé de la raisonner, de lui parler, d’attirer ne serait-ce que son attention. Elle n’avait même pas détourné la tête, hormis pour lui demander sans objection possible d’enfoncer cette porte. Il avait obtempéré.
Les choses n’avaient fait que dégénérer depuis.
Marlon vit d’abord tous ces otages alignés sur le comptoir, plutôt bien portant, puis avait porté son attention sur l’arrière-boutique. Les gens qui semblaient y être rassemblés et la jeune femme dans l’encadrement de la porte qui leur faisait dos. Qui n’avait pas eu le temps de réagir.
Personne n’eut le temps de rien dire ou de rien faire que Rachel avait levé son arme et tiré. Mais à quel jeu jouait-elle, bon sang ? Elle n’avait pas vu que c’était une civile ? Marlon, né dans ce District, crut d’un regard reconnaître la fille de la propriétaire de cette boutique, la famille entière étant réputée pour être composée de têtes blondes. En somme, elle n’avait rien à voir avec les rebelles.

« Merde c’est une civile ! »

Mais elle n’entendit rien.
Le coup de Rachel ne porta pourtant pas, à son plus grand malheur à en croire combien elle pesta. Elle pesta tellement qu’elle en beugla aux otages effrayés de se pousser pour lui faire de la place – pour leur faire de la place le long de ce comptoir derrière lequel ils se réfugièrent. Le Soldat du Capitole se permit un coup d’œil sur le côté, de manière à analyser la réserve : il repéra quatre personnes en comptant la fille Standford.
Une plus profonde analyse ne s’avéra pas possible. Rachel s’était aussitôt levée pour tenter d’abattre à nouveau la propriétaire des lieux, et le coup surprit Marlon. Quelle mouche l’avait piquée pour qu’elle soit aussi… tarée ? Il lui lança un regard en partie effrayé, en partie interrogateur, se sentant dépassé par les évènements. Fallait-il qu’il la plaque au sol pour qu’elle se calme ?
Il essaye de regarder encore une fois les conséquences de son deuxième tir. La blonde avait disparu : ne restaient qu’une grande silhouette, et deux personnes tellement proches qu’elles formaient une seule et même masse. Sa vision ne s’était pas assez accoutumée à l’obscurité et au bordel ambiants pour mieux cerner la situation. Il lui aurait fallu un peu de temps.
Du temps, merde. C’était trop demandé ?
Un, deux, trois coups des rebelles. Un, deux, trois cris de sa collègue.
L’instant d’après, Rachel était effondrée au sol, frappée trois fois sur le haut du corps, et les taches avaient envahi toute son armure. Au même moment, il vit un civil entrer dans la boutique – l’idiot ! – et une balle partit vers lui.

« SORTEZ DE LA ! », lui hurla-t-il en se précipitant vers Rachel.

Elle respirait encore, même si elle était inconsciente. Marlon sentit son cœur battre contre sa poitrine et frapper par la même occasion sa tête comme un terrible marteau. Il attrapa son arme. Ne réfléchit pas. Le temps perdu commençait à être trop important.
Du temps, merde. C’était trop demandé ?
Marlon jeta un regard sur le côté du comptoir pour analyser la position des rebelles et tenta de se remémorer ce qu’il avait vu au préalable de la pièce. De peur de se prendre une balle, il se retira rapidement. Il y avait une porte de sortie. Les rebelles, malgré leur réussite, allaient sûrement tenter de fuir. Le Soldat du Capitole n’était pas certain de l’endroit où se trouvait cette sortie. Tant pis. Son estimation suffirait.
Le côté du comptoir était une couverture suffisante. Marlon enclencha son arme, se porta sur le côté, vit la plus grande des silhouettes difformes et tira. Deux balles de suite. Dans l’optique de se mettre à couvert dans la foulée et ensuite de s’occuper de Rachel.




Spoiler:
 


Rachel Morrisson - PNJ et Marlon Ban - PNJ sont dans la bijouterie Standford.
Rachel Morrisson - PNJ est inconsciente.
Marlon Ban - PNJ tire deux fois en visant Nicodème Caltright - PNJ. Il lui restera 10/12 balles après ce tir. DEMANDE DE LANCER DE DES.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mar 7 Mar - 22:38

Conséquences des lancers de dés :

Résultat des deux tirs de Nicodème vers Rachel : La première balle de Cassio semble avoir ouvert la voie : voilà que les deux suivantes, tirées par Nicodème, filent et touchent Rachel. La première est violente et perce son bras, mais ressort. La seconde, elle, se loge dans l'épaule de Rachel, non loin de la blessure causée par Cassio. Sous la violence de ces coups, Rachel s'effondre derrière le comptoir, à moitié inconsciente.
Rachel perd 35 et 55 points de vie. Il lui reste 65 points de vie.
Rachel est hors combat.


Résultat du tir de Nicodème vers Winston : Winston était simplement entré pour aider les civils à évacuer la bijouterie. Mais voilà que l'un des rebelles le prend pour un gardien de la paix et le vise. Sans toucher un point vital, la balle effleure Winston et lui laisse une estafilade le long du flanc, se fichant dans le mur derrière lui.
Winston perd 7 points de vie. Il lui reste 193 points de vie.


Résultat des deux tirs de Marlon vers Nicodème : Certains ont tendance à oublier que Marlon a reçu un entraînement d'élite et le voilà qui le prouve : sa visée n'est certes pas précise, Nicodème étant une silhouette difforme, mais ses deux coups successifs sont assez rapprochés et touchent.
La première balle touche le flanc et, de surprise, porte sa main non armée sur la blessure. C'est à ce moment que le deuxième tir l'atteint, au même endroit, et perce sa main.
Nicodème perd 36 et 39 points de vie. Il lui reste 125 points de vie.
Nicodème a désormais un malus de 20 % sur ses lancers de combat (corps à corps et armé) et de force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4084
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   Mer 8 Mar - 0:16

Les Pacificateurs





A peine leur radio avait-elle grésillé sous les ordres du pacificateur Bennet que les deux patrouilles s’étaient mises en marche à toute allure. Remontant les rues, l’une venant du sud et l’autre de l’est, elles scrutaient toutes deux les silhouettes des passants à la recherche du moindre indice dénonçant des rebelles se dissimulant dans la foule. Les dernières informations étaient si graves qu'aucun d’entre eux ne pouvaient tolérer la moindre erreur : être responsable de la fuite de rebelles, c’était s’exposer à de fâcheuses conséquences. Des conséquences que nul ne voulait affronter.

Leur course était rythmique, le son mat de leurs bottes battant le pavé dans une démarche saccadée. Méthodiques, ils tentaient d’être les plus attentifs possibles à tout comportement suspect et alors que des coups de feu venaient de retentir dans le lointain, ils comprirent. Des rebelles devaient avoir été débusqués. L’un faillit se relâcher, mais son collègue lui rappela à juste titre qu’ils ne pouvaient savoir si d’autres n’étaient pas encore dans les rues. Se relâcher n’était pas une possibilité, cela aurait été une faiblesse.

Les deux patrouilles s’aperçurent bientôt à un croisement. D’un simple hochement de tête, ils surent qu’ils allaient désormais resserrer l’étau ensemble jusqu’au lieu signalé. Pourtant, soudain, alors que tous s’apprêtaient à repartir, celui qui avait failli abdiquer plus tôt la vit : cette jeune femme affaissée sur un escalier tandis qu’une autre la tenait dans ses bras. Elles semblaient toutes les deux profondément affectées.

Il aurait pu les ignorer. Après tout, celle au teint mat avait juste l’air fatiguée, harassée même, ce qui n’était guère surprenant par une telle chaleur. Toutefois, son instinct lui indiqua qu’avec le flot incessant de badauds qui fuyaient au plus loin des tirs qui avaient retenti en salves successives, cette parenthèse de tranquillité était étrange, anormale.

Il fit un pas vers elles, bravant la vague folle de la foule et s’éloignant de ses collègues qui ne notèrent pas son départ dans le brouhaha ambiant, et c’est à cet instant qu'il le vit dans un reflet ensoleillé. Ecarlate. Brillant. Preuve indiscutable. Du sang resplendissait sous l’astre clair, imbibait un large foulard pendu autour de la plus pâle des jeunes femmes.

Seul, il avança vers ses proies. Il les avait débusquées et arme à la main, il eut l’honneur de la sommation :

- Pacification, dit-il avec calme avant d’ajouter : Levez-vous sans faire de geste brusque…

Voyant qu’aucune ne réagissait, il annonça plus fort :

- Maintenant !

Spoiler:
 


Un pacificateur fait face à Leanore et Siti (PNJ), tandis que ces trois collègues sont plus loin et n’ont pas encore noté son départ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
« »


MessageSujet: Re: EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun   

Revenir en haut Aller en bas
 

EVENT exceptionnel au District 1 - Sujet de RP commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Districts supérieurs :: District 1-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit