Partagez | 
 

 Parce que le monde est ce qu'il est...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« »
Localisation : Paris
★ Âge : 36 ans.
★ Occupation : architecte, dessinateur
☆ Humeur : en paix
★ Plat préféré : une pomme
☆District : deux

○ Points : 60
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Parce que le monde est ce qu'il est...   Jeu 23 Juin - 13:41

- Tu vois, la beauté est partout autour de nous, il suffit de la regarder... Cette maison par exemple, tu pourrais la trouver banale. Mais si tu pense à l'architecte qui l'a dessinée, aux ouvriers qui ont travailler dur pour la construire, et à la famille qui l'habite aujourd'hui, tu la trouveras beaucoup plus belle...
- Moui... M'enfin elle est quand même pas très jolie !

Je tournais la tête pour regarder Nelly et ne pus me retenir d'éclater de rire. Elle resta un moment interdite, avant de rire à son tour.

- Oui, tu as raison ! Mais tu sais, un architecte a bien d'autres données que l'esthétique à prendre en compte. Il doit composer avec le prix des matériaux, l'espace disponible, le temps qu'il a pour bâtir la maison... C'est un travail complexe !

J'aimais vraiment passer du temps avec elle, elle était vive, et avait vraiment un bon coup de crayon. J'étais sûr qu'elle ferait une excellente architecte avec le temps.
En tout cas, j'étais certain qu'elle ferait une meilleure architecte que carrière.
Et j'étais plutôt fier de l'avoir détournée du Centre d'Entrainement, après de longues semaines de discussions.

Cela faisait maintenant un mois qu'elle avait complètement cessé d'y aller, pour suivre à la place des cours supplémentaires à l'école et travailler un peu avec moi.
Ho, ce n'était pas toujours simple pour elle, je le savait bien. Dans notre district, les carrières représentaient l'élite, et abandonner l'entrainement était vu comme une trahison par beaucoup. Heureusement, ses parents n'étaient pas des fanatiques et étaient plutôt contents de voir leur fille se plonger dans ses études de perspectives plutôt que dans le maniement de l'arbalète.

Quant à moi, j'était heureux je dois l'avouer d'avoir poussé quelqu'un a choisir un autre destin. Je savais bien qu'il y aurait toujours des carrières, tant que dureraient les Jeux du moins, mais je voulais faire tout mon possible pour limiter les "dommages collatéraux". Tant de jeunes talentueux se retrouvaient démunis une fois qu'ils n'étaient plus sélectionnables car ils ne savaient rien faire d'autre que de se battre ! Et combien végétaient ensuite, rêvant d'une gloire éphémère qui n'était jamais arrivée...

Soudain, je me rendis compte que Nelly s'était tendue à côté de moi, et ne souriait plus. D'une voix oppressée, elle me dit alors :

- Désolée, je ... je dois rentrer chez moi.

Puis elle partit sans se retourner.
Un peu surpris par sa réaction, je regardais autour et vis une jeune fille qui s'avançait dans la rue.
Une carrière certainement, que Nelly avait préféré éviter de croiser...

Tandis que je continuais d'avancer dans sa direction, je plissais les yeux, car j'étais certains de la connaître. Mais d'où ?
Soudain, cela me revint. C'était la fille d'un architecte chez qui j'avais été en stage pendant un certains temps, et qui était mort il y avait de cela quelques années.

J'avais énormément aimé travailler avec Mr Solem, c'était un homme très travailleur et talentueux. J'avais été triste en apprenant sa mort, et je l'étais de nouveau aujourd'hui en voyant que sa fille était carrière...

Mais je n'en laissais rien paraître et je la saluais avec un léger sourire lorsque je la croisais :

- Bonjour...mlle Solem, c'est bien ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bella I. Solem
« Invité »


MessageSujet: Re: Parce que le monde est ce qu'il est...   Jeu 23 Juin - 21:30



J'avançais d'une démarche assurée. Même après une bonne journée au centre, la fatigue n'avait pas eu raison de moi. Je m'étais mise à déambuler dans les rues, à la recherche de quelque chose à faire. N'importe quoi. Mais quelque chose...

Malheureusement, elles étaient désertes. Je croisais moins de monde qu'il n'y en avait dans l'Arène. Au loin, je venais deux silhouette à contre jour. L'une d'elle partait. L'autre regardait autour, surement pour comprendre cette réaction soudaine...

Je poursuivais mon chemin. Enfin... pas longtemps... Je m’arrêtais quelque mètre plus tard. Quelqu'un m’appelait :

- Bonjour... mlle Solem, c'est bien ça ?

Je me retournais vivement. L'entrainement a dû décupler mes réflexes. Non, ça, c'était certain, de toute façon. Mais pas la reconnaissance des visages, apparemment. S'il me connaissait, le contraire devrait être le cas également, non ? Je fouillais dans ma mémoire, mais je ne le trouvais pas. Je m’avouais vaincue, pour une fois :

- Oui, c'est ça. Mais... il ne me semble pas te connaître...

Malgré son ton posé, poli même, je n'avais aucune gêne à le tutoyer. C'est comme ça, une fois qu'on a commencé l'entraînement carrière. On inspire le respect et une sorte de crainte naturelle. En retour, les autres ne reçoivent que la gloire vainqueurs. Mais on n'y peut rien. On ne peut pas luter contre cette impression de puissance.

"Allez, Bella, cherche bien..." Mais oui, évidement ! Je croyais me souvenir qu'il était carrière et, devenu infirme, il avait du quitter notre voix pour celle des architectes. Il... il avait dû connaître mon père.

- Attends, je sais. Tu as travaillé avec mon père, non ? Tu t'appelles...

Gros trou. Il s’appelait... Non, vraiment, ça ne me revenais plus. Bon père en avait forcément parlé, non ? Je sais pas... à un dîner, par exemple ? Mais ça commençait à dater, tout ça... Comment une conversation anodine aurait-elle pu s'encrer dans mon esprit ?

Revenir en haut Aller en bas
« »
Localisation : Paris
★ Âge : 36 ans.
★ Occupation : architecte, dessinateur
☆ Humeur : en paix
★ Plat préféré : une pomme
☆District : deux

○ Points : 60
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Parce que le monde est ce qu'il est...   Mar 19 Juil - 14:56

La jeune fille me regarda, en peinant visiblement à me remettre. Cela ne m'étonna pas. Elle ne m'avait vu que quelques fois avec son père, et je n'étais pas vraiment le chouchou du district...

- Oui, c'est ça. Mais... il ne me semble pas te connaître...
me répondit-elle lentement.

Elle parlait avec le ton de voix assuré et légèrement supérieur caractéristique des carrières. Normal, vu qu'on nous apprenait dès notre entrée dans le centre que nous étions l'élite de notre district.
Avec le recul, je voyais maintenant comme c'était stupide, mais à l'époque, je me prenais aussi pour un seigneur...

- Attends, je sais. Tu as travaillé avec mon père, non ? Tu t'appelles... continua-t-elle faisant visiblement un effort pour retrouver mon nom.

Comme je ne tenais pas à l'embarrasser, j'ajoutais rapidement, en souriant :

- Werner Lorenz. J'ai été stagiaire de ton père durant quelques mois... C'était un excellent formateur, j'ai beaucoup appris auprès de lui.

Puis, en hésitant un peu, ne sachant pas comment elle allait le prendre, je poursuivis :

- J'ai été très triste d'apprendre sa mort... Je... j'aurais voulu venir vous porter mes condoléances, mais j'étais à l'hôpital à ce moment là.

Cela faisait un moment déjà que son père était mort, mais ses conversations me manquaient encore. Il m'avait tellement appris...

Pour changer de sujet, je demandais à Bella :

- A ce que je vois... tu n'as pas choisi le même chemin que lui... Cela ne t'as jamais attiré comme métier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
« »


MessageSujet: Re: Parce que le monde est ce qu'il est...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Parce que le monde est ce qu'il est...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Les Archives :: Saison 1 :: Rps-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit