Partagez | 
 

 Elisabeth P. Fitzgerald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
« Invité »


MessageSujet: Elisabeth P. Fitzgerald   Jeu 12 Mai - 19:32




Elisabeth P. Fitzgerald


«A force d'être malade on finit par devenir un bon médecin.»



Points Acquis

Sera rempli par le staff
à l'issue de votre présentation



Répartition des capacités
Force : 2
Coordination : 3
Intelligence : 3
Volonté : 4
Rapidité : 4
Communication : 3
Corps à corps : 1
Combat armé : 0
Chasse : 0
Soin : 6
Créativité : 1



IMPORTANT :
Je m'appelle Élisabeth Prudine Fitzgerald, mais appelez moi Eli. Je suis âgé de 22 ans. Je suis née un 10 Mai au District 6. J'étudie pour devenir médecin. Je suis fidèle à moi même.

SITUATION :
«Lorsque la maladie entre dans un foyer, elle ne s'empare pas seulement d'un corps, mais tisse entre les cœurs une sombre toile où s'ensevelit l'espoir.»

J'en suis là, à soulever les décombres, pour venir récupérer l'espoir qui était condamné depuis tellement d'années. J'ai perdu mes parents, et j'ai perdu ma famille d’accueil parce que j'étais malade. Parce qu'ils m'aimaient profondément et que jusqu'au bout ils auront fait tout ce qu'ils pouvaient pour me préserver. Mourir par amour, pour l'amour. Parce que cette maladie est mon quotidien, et que quoi qu'on fasse elle sera toujours là. Je peux me soigner, mais je n'en guérirai jamais. Mes familles sont mortes pour m'obtenir un traitement. Aujourd'hui, l'espoir semble revenir, et il s'appelle Twysden Pryce, c'est mon f... C'est le fils de mes parents d'adoption. C'est lui qui veille sur moi actuellement, de son District 8 où il est Pacificateur, c'est lui qui a pris le relai de nos parents. Je n'aurai pas d'une vie entière pour le remercier. C'est lui le véritable Héro de mon histoire. Je n'ai pour l'instant besoin de rien d'autre si ce n'est de mes études pour devenir médecin, et à mon tour pouvoir donner tout ce qu'on m'a donné jusqu'à présent : une chance de continuer.

AVIS SUR PANEM :
Je ne vous donnerai pas mon avis, pas parce que je n'en ai pas, mais parce qu'il a changé tellement de fois au court de ma vie, qu'à l'heure actuelle je suis perdue. Mes sentiments, mes opinions sont passées d'un extrême à l'autre. J'en ai voulu au Capitole et j'en ai voulu à la Rébellion.
Mes parents sont morts, tués par des Pacificateurs pour avoir volé des médicaments pour moi. Comment ne pourraient-on pas en vouloir aux responsables de la mort de sa famille ? Et puis la vie m'a offert une deuxième chance, avec une deuxième famille. Et cette fois là, c'est les Rebelles qui ont eu raison de mes parents d'adoption. Par ma faute, une nouvelle fois. Pour moi, pour ma santé, ma sécurité. Là aussi...comment ne pas être en colère contre eux ?
Capitole ? Révolte ? Je ne sais pas, je ne sais plus. En plus, pour bien complexifier la situation, mon frère adoptif dévoué au Capitole, est devenu Pacificateur au D8. Et en reconnaissance, ils lui ont promis pour moi, des soins à vie. Voilà où j'en suis, et c'est à moi d'écrire la suite.
Parce que l'histoire de ma vie, ce n'était pas tellement moi qui l'écrivais jusqu'ici. Mais je compte bien prendre les choses en main dès aujourd'hui. Je suis encore éligible pour les jeux cette année, c'est la dernière fois, et c'est ma plus grande crainte à l'heure actuelle. Je ne me sens pas capable de tenir dans une arène. Je n'ai pas envie de mourir, pas après tout ce qu'on a fait pour moi et pour que je reste en vie.



Caractère du personnage -  10 lignes minimum
En apprentissage, pour devenir médecin, on nous a demandé de rechercher nos qualités et nos défauts. Et d'analyser celles qui nous seraient utiles pour exercer ce métier. C'est tout naturellement que j'ai proposé à Twysden de se prêter au jeu, un jour où il est passé me voir au D6 et de m'aider. Parce que j'étais bien incapable de me trouver une seule qualité. Des défauts oui, mais des qualités...

La première chose que Twys annonça, c'était que j'étais quelqu'un de douce. Dans mes gestes, ma voix. Il dit que j'étais légère et que j'agissais avec grâce, toujours souriante. Ce qui va forcément avec un défaut : j'ai l'air fragile et je le suis réellement au fond. Ma maladie me rappelle à l'ordre quand elle veut et c'est souvent pas dans les bons moments. Je m'épuise facilement pour ne pas dire rapidement.

Pourtant malgré ça, je suis quelqu'un de déterminée, Twys n'a pas eu besoin de me le dire. J'ai toujours été motivée dans tout ce que je fais, ou que j'entreprends. J'aime aller au bout des choses, surtout quand je me fixe des objectifs ou quand on attend quelque chose de moi. J'ai la niaque. Je suis peut être fragile physiquement, mais mon moral d'acier et ma motivation me permet d'avancer, sans jamais reculer. J'ai une capacité de résilience phénoménale. Et heureusement.

Je n'aime clairement pas décevoir les gens, et certainement pas Twysden. Son avis compte énormément pour moi et depuis toute petite je m'y fie entièrement. C'est mon modèle. Il ne s'effondre jamais. Je n'ai que lui maintenant, j'ai envie qu'il soit fier de moi, de ce que je fais, de ce que je suis en train de devenir.

Je suis entièrement dévouée et toujours la première a apporté mon aide quand quelqu'un en a besoin. Ce qui me vaut parfois d'être bien naïve. Les gens ont souvent tendance à se servir de moi ou à profiter de ma gentillesse. Twysden ne le supporte pas, il est assez protecteur (et c'est un euphémisme) et je dois dire que quand quelqu'un me fait du mal ou abuse de moi, il fait le ménage dans mes relations. C'est pas évident à gérer pour moi, parce que je deviens de plus en plus craintive. Des gens, du monde, des réactions de Twys, des miennes, de ma maladie...

J'ai parfois si peu de confiance en moi, que j'oublie d'agir selon mes propres besoins. Je n'arrive pas à me sortir toute seule d'une situation. Parce que je n'ai pas appris. Avant il y avait ma famille d'accueil, et avant ça encore il y avait mes parents. Maintenant il y a mon frère. J'aimerai que ça change, mais Twys a toujours été surprotecteur, presque étouffant. Comme si j'étais capable de me briser d'un simple regard. Et d'un côté, je m'en veux de penser ça, parce que je suis aussi la seule chose qui lui reste, alors que je ne suis même pas de son sang. Et il veille sur moi, comme il le ferait pour personne d'autre. Il a d'ailleurs déménagé au D8 pour me préserver encore une fois, pour éviter des représailles sur ma personne. Il a aussi peur de me perdre, que moi de le perdre. Je suis égoïste vous pensez ? De me dire que j'aimerai plus de distance pour faire mes propres choix et mes propres erreurs ? Pourtant, je lui suis tellement redevable de ne pas m'avoir abandonner au fond d'une ruelle de drogués après la mort de ses parents.

Quand j'ai dit à mon frère que je voulais être médecin. Vous auriez vu son sourire. Il m'a attrapé et a coincé ma tête sous son bras pour me décoiffer avec sa main libre. Il joue de sa force sur moi, et je me laisse faire. J'ai hérité de ça, j'ai hérité de lui ce petit côté taquin et joueur.  Il m'a fait rire toute mon enfance. Malgré la place que je prenais dans sa famille, il m'a accepté, peut-être pas tous les jours, mais en tout cas, il ne me l'a jamais montré. Je sais qu'on est pas fait du même moule, mais j'ai vécu avec lui assez longtemps pour lui ressembler un peu sur certains points. Il m'a dit ce jour là que j'étais intelligente et qu'il n'avait pas de doute quant à ma réussite dans cette profession. J'étais selon lui : faite pour ça.

J'ai toujours entendu dire qu'"à force d'être malade on finit par devenir un bon médecin." Je ne sais pas encore si c'est vrai, et j'espère le découvrir bientôt. Mais en tout cas, j'ai assez d'humilité pour comprendre mes patients, pas seulement leur souffrance, mais aussi leur combat contre n'importe quelle maladie. J'ai l'avantage de ne pas avoir besoin d'apprendre la patience et le respect de l'autre et de son corps. Parce qu'au quotidien je le travaille déjà sur moi depuis toute petite. J'ai appris avec le temps à respecter ma maladie. Et tant que je la respecte, elle me respecte. Et on cohabite comme ça depuis tellement d'années. Bien sûr au début, on a appris à se connaître, et notre entente a parfois été dramatique. Mais depuis que je lui apporte ce dont elle a besoin, grâce à Twysden, je peux me permettre d'avancer à présent et de rêver à un avenir, un métier, pourquoi pas une famille ?

Je pense avoir des richesses pour être un médecin. Bon ? Je ne sais pas encore ? L'avenir me le dira. Mais en tout cas, j'ai des qualités que j’aperçois maintenant qui pourront m'aider dans mon exercice. Je suis quelqu'un d’avenant et de sociable, j'ai l'art de la communication. Vous n'avez qu'à demander à Twys, je parle pour deux quand on est ensemble. Il est si silencieux parfois, j'aimerais être dans sa tête et savoir ce qu'il pense vraiment. J'aime m'intéresser aux gens, c'est gratifiant d'obtenir leur confiance, de les aider. Mon frère est tout mon inverse, il est fort, rapide, sans peurs, parfois si froid et distant. Moi j'en ai des milliers de peurs, mais il parait que je suis courageuse. A l'inverse de lui, je les affronte une par une, à mon rythme. Lui il fonce dans le tas, il m'inquiète d'être comme ça, tête brulée... Il rigole quand je le lui dis. Je ris aussi, mais au fond de moi, je ne suis pas tranquille. Je me demande si je le connais vraiment ? Ma force est intérieure. Il est clair que dans notre duo fraternel, je suis plus le cerveau et il plus les muscles, mais il est loin d'être bête, et ça ne me fait que l'admirer un peu plus.
Je passe beaucoup de temps à étudier, quand je ne suis pas avec Indis. Elle m'aide d'ailleurs dans cet apprentissage. C'est une jeune fille intelligente, avec qui j'aime être et parler. Elle est intéressante et elle m'aide dans mes cours, notamment pour toutes les notions de calcul ou de physique. Je gère bien en science, mais pour ce qui est des chiffres, elle n'est pas de trop à mes côtés.



Histoire du personnage -  30 lignes minimum
A ma fille. Ma douce Eli,

Je sais que si tu lis ce courrier c'est que je ne suis plus de ce monde. La vie n'a pas toujours été juste, ni avec toi, ni avec moi. Le jour où j'ai appris que j'étais enceinte, un nouveau monde s'est découvert. J'attendais une fille, et nous étions heureux avec ton père. Tout était parfait, jusqu'au 7ème mois de grossesse où tout à basculer. J'ai appris que je souffrais d'un diabète gestationnel. J'ai commencé à prendre énormément de poids, à faire des œdèmes et ma tension s'est élevée. C'était tellement critique pour toi et moi que les médecins ont décidé de me faire accoucher. Mais j'ai tenu bon. Alitée dans un centre de soin et sous surveillance, j'en suis arrivée à 8 mois et demi de grossesse, où ils ont pris la décision de me faire une césarienne.
A la naissance tu pesais plus de 4kg et pourtant tu étais si fragile. Tu étais toute bleue et en détresse respiratoire, tu as fait aussi plusieurs malaises à cause ton hypoglycémie néonatale. Une conséquence de mon diabète gestationnel. J'ai cru qu'ils ne te réanimeraient jamais. J'étais affolée, démunie et tellement impuissante. Moi ta mère, j'étais incapable de te protéger ou de t'aider. Nous sommes restés un moment dans le centre médical. Les examens ont fini par révélé que tu souffrirais toute ta vie des conséquences de ma grossesse. Tu avais et a toujours besoin d'un traitement pour stabiliser ta glycémie.
Nous avons passé le peu d'argent que nous avions de côté dans ce séjour. Mais ça en valait la peine, quand je te vois aujourd'hui, du haut de tes 7 ans.
Tu es une petite fille tellement merveilleuse qui fait notre bonheur de parent. Tu t'es toujours très bien battue, malgré les frayeurs que tu as pu nous faire à cause de ta maladie. Que ce soit les malaises ou les comas diabétiques.
Trouver ton traitement a été le parcours du combattant chaque jour. C'est aussi pour ça que j'écris cette lettre, pour garder une trace, un héritage de ton histoire. Nous prenons des risques chaque jours avec ton père pour te trouver l'insuline.
Je voulais t'écrire pour que tu ne culpabilises pas. Pour que tu comprennes que c'était notre choix. Qu'on t'aime infiniment et qu'il fallait que ça se passe ainsi.
On dit qu'on ne choisi pas ses parents, mais je pense que c'est faux, je pense que chaque enfant choisi son parent. Qu'il tombe dans la famille qu'il lui faut. Surtout quand il est malade. Je pense que tu devais être ma fille et que je devais être ta mère. Personne d'autre n'aurait pu t'aimer autant que moi. Personne d'autre n'aurait pu, n'aurait su s'occuper de toi. Tu m'as aidé à grandir, à murir, à reconsidérer mes principes de vie. Tu m'as aidé à voir la vie autrement, à supporter le quotidien différemment. Tu as été ma bulle d'oxygène, ma réussite. Et c'est pourquoi je voulais te demander pardon.

Pardon de t'avoir transmis cette maladie, pardon pour toutes les souffrances que ça a engendré. Pardon pour tout ce qu'on n'a pas pu t'offrir. Pardon d'avoir baissé les bras de temps en temps. Pardon d'avoir parfois crié et pleuré. Pardon d'avoir eu peur, de ne pas avoir été à la hauteur tout le temps. Pardon pour toutes mes imperfections que tu as su amélioré. Mais je voulais aussi te dire merci.

Merci de la joie de vivre que tu m'as offerte, du courage dont tu as fait preuve depuis ta naissance. Merci pour tes éclats de rire, ta gentillesse, ta douceur. Merci pour la vie que tu m'as offerte. Ton esprit vif, ta joie de vivre. Les moments de bonheur qu'on a partagé. Le monde que tu m'as fait découvrir à tes côtés.

Si je t'écris aujourd'hui ma tendre Eli, c'est pour que tu comprennes que chaque décision n'ont pas été prise à la légère, et qu'elles étaient pleinement assumées et voulues. Si nous avons volés avec ton père, c'est pour t'offrir le meilleur, on l'a fait par amour pour toi. Je voulais que tu saches que je ne regrette rien, ni les choix que j'ai fait, ni erreurs que j'ai commises. J'ai vécu mon rôle de maman à fond, avec ses hauts et ses bas, mais surtout avec joie et je suis fière d'être ta mère.

Mon seul regret c'est de ne pas pouvoir te voir grandir, mais dans ce monde, on ne choisi pas notre mort qu'on soit au Capitole ou dans un District. Un jour où l'autre elle frappe à notre porte et nous embarque de l'autre côté. J'espère juste que pour toi ça sera dans très longtemps. Sois forte, continues ton chemin, ne regrettes rien. Assumes et fonces tant que tu le peux. Aime-la cette vie. Casse-lui la gueule. Bouleverse-toi d'elle. Elle te donnera des ailes. Comme elle m'en a donné quand je t'ai prise dans mes bras pour la première fois. Je t'ai aimé au premier instant de ta vie, et jusqu'à la fin de la mienne, et haut delà. A jamais.

Maman.


Les larmes coulent encore sur mes joues comme au premier jour, comme la première fois que j'ai lu ce courrier. C'était il y a 7 ans maintenant. J'avais 15 ans et je réorganisais la maison après départ de Twysden pour le District 8. Je suis tombée sur des cartons poussiéreux et qui n'avaient pas été ouvert depuis des années. Je pense que la lettre aurait du m'être donnée par mes parents d'adoption, les Pryce, à un âge convenable, mais qu'ils n'en ont pas eu le temps.

Je me souviendrais toujours du jour où j'ai appris leur mort. J'avais 10 ans et tout s'effondra pour la deuxième fois dans ma vie. Mais cette fois ci, je ne basculais pas seule. J'avais Twys à mes côtés. De 7 ans mon ainé il a su prendre soin de moi, comme un véritable frère l'aurait fait. Il a été ma bouée de sauvetage, alors qu'il aurait pu me laisser dériver. Après tout, j'étais responsable de la mort de ses parents. Ma maladie, encore et toujours elle, avait poussé les Pryce à recueillir des informations auprès des rebelles pour payer mon traitement et se sont fait découvrir et exécuter.

Ils m'avaient accueilli chez eux quand j'avais 7 ans, ils m'avaient tout donné, c'était des gens généreux et aimant. Ils n'ont jamais fait de différence entre moi et Twys. Et un jour ils nous ont été arraché par des rebelles, qui ont aussi cherché à nous tuer avec mon frère. On a été sauvé par ceux qui avaient exécuté mes parents. Des Pacificateurs. C'était le monde à l'envers. Enfin pour moi surtout. Twysden lui avait toujours prouvé son allégeance au Capitole. Mais pour moi c'était plus difficile. Et ça l'est encore aujourd'hui.

Ça l'est encore plus chaque jour de moisson. Quand je vois ces enfants arrachés à leur parent, ça m'est insupportable aujourd'hui, mais je ne dis rien, surtout pas devant mon frère. Plus jeune j'étais de son avis, parce qu'il n'y avait que le sien qui comptait. C'était mon idole, mon héro, et tout ce qu'il disait n'était que vérité pour moi. Je l'admirais tellement. J'aimais sa manière de prendre soin de moi. Je l'ai regardé se transformer, se former pour devenir à son tour un Pacificateur, il était ma fierté. Pendant 8 ans j'ai vu un grand frère devenir un homme, beau et fort. Je ne peux malheureusement pas m'en vanter, je risquerai des représailles. Je vis dans un District peu valorisé par le Capitole, plutôt pauvre où les gens travaillent durs. Dans les rues vous n'y serez pas trop en sécurité, il y a beaucoup de personnes dépendantes au Morphing. Le délabrement de leur personne fait qu'ils agressent les gens pour de l'argent ou de la drogue. Je connais ces quartiers, car très tôt j'ai voulu apporté mon aide aux plus démunies.

J'ai toujours eu en moi l'instinct de prendre soin des gens. Depuis mon plus jeune âge je suis passionnée par la médecine, les autres... J'ai très vite fait mes propres soins, mes propres piqûres. J'ai surveillé mon alimentation. J'ai été bien vite autonome pour ça. Très intéressée, pas seulement par ma maladie, mais par celle des autres aussi. Je n'avais pas peur de soigner les mains abimées de mon père qui rentrait du travail, ni d'apporter des bassines et du linge propres à ma mère qui souffrait de la gastro en hiver. Plus je grandissais, plus j'avais soif d'apprendre. Les plantes, les recettes de grand mère, les astuces pour calmer tels ou tels maux, soigner telle ou telle blessure. Ma curiosité intellectuelle faisait que j'apprenais vite et bien. J'ai toujours été discipliné et assidu. J'ai su vite appréhender les gestes d'urgences, comme le jour où un habitant du District s'était coupée la main avec un disque métallique. Je marchais près des usines ce jour là, et j'ai su arrêté l'hémorragie le temps que les médecins prennent le relai et fassent le reste. C'est là qu'est arrivée ma vocation, en les regardant faire. Je voulais moi aussi devenir médecin. J'ai fait en sorte d'y arriver, de me fixer ce but dans ma vie.

Naturellement je me suis retrouvée à venir soigner des gens dans les rues. Discrètement, après les études, je passais mes fins de journée à faire quelques soins, à donner quelques médicaments, à soulager des douleurs. Et c'est comme ça que je l'ai rencontré. Ma Indis, tout juste âgée de 13 ans, j'en avais 18 à l'époque. Elle est venue timidement me demander mon aide. Je l'ai accompagné chez elle, où j'ai trouvé son père souffrant. Il avait une maladie évolutive et douloureuse. Au début il n'a plus su marché, donc impossible de le déplacer au Centre Médical, et de toute façon ils n'en avaient pas les moyens. Très vite il a perdu l'usage de la parole. Il s'est dégradé et je venais chaque jour pour lui prodiguer quelques soins. J'ai accompagné la famille jusqu'à sa mort, le jour de la Moisson cette année. J'ai été très affectée par cette perte, parce qu'Indis se retrouvait à présent orpheline à 17 ans et qu'elle devait aller vivre à l’orphelinat. On a appris à se connaître et à se considérer pendant toutes ces années. Elle est la sœur que je n'ai jamais eu. Je ne boude pas la chance que j'ai de pouvoir profiter encore d'elle. Ni elle, ni moi avons été tiré aux Hunger Games cette année.

J'ai aujourd'hui 22 ans. Je vis seule depuis que j'ai 15 ans, depuis que Twysden est partie de la maison, pour moi. C'est grâce au poste qu'il a que j'ai enfin un traitement quotidien et sans interruption. Mais depuis son départ au 8, cette maison est bien trop grande et trop vide pour moi toute seule. J'aimerai proposer à Indis de venir y vivre. J'espère qu'elle acceptera. Je continue ma formation pour devenir médecin et j'attends que le temps passe et que nous ne soyons plus éligible pour les jeux toutes les deux.

Twysden vient régulièrement me voir, s'assurant que tout aille bien. C'est toujours un immense bonheur de le voir. Je l'admire toujours autant. Il a tellement changé. Il n'est plus l'enfant que j'ai vu grandir. Je suis chaque jour reconnaissante pour tout ce qu'il a fait pour moi. Je me fais donc un plaisir de prendre soin de lui dès qu'il vient. Même si je suis bien consciente que je n'aurai pas assez d'une vie pour le remercier. Je n'aime pas trop qu'il me parle de son boulot, je ne suis plus très à l'aise avec ça. Depuis qu'il n'est plus à la maison, mes convictions ne sont plus si inébranlables que ça et je ne sais plus quoi penser au sujet du Capitole ou au sujet des rebelles.

Ma mère avait raison. Il fallait sacrément l'aimer cette vie pour qu'elle nous donne des ailes. Je faisais en sorte de me lever chaque matin avec cette idée en tête. Il fallait avancer, toujours avancer. Et c'est ce que je faisais de mieux, depuis ma naissance.



Ambition du personnage - 10 lignes minimum
Je veux devenir médecin. C'est plus qu'un rêve, c'est une ambition, un but dans ma vie. Je suis en apprentissage pour ça. Je suis assidue et sérieuse. J'ai toujours aimé m'occuper des gens. Le sang, la maladie, les pleurs, la mort ne m'ont jamais fait peur, surtout chez les autres. Twysden, depuis que j'ai appris quelques bases et gestes, n'est plus jamais allé voir un médecin. Même quand il a fallu que je le recouse à l'arcade un jour, après un violent entrainement. C'était la première fois que je suturais un patient sans anesthésie.
Je suis malade depuis aussi souvent que je m'en souvienne et depuis autant de temps on prend soin de moi. J'ai ce besoin de rendre tout ce qu'on m'a donné. Je sais que je suis faite pour ça, quoi faire sinon ? Il n'y a rien pour moi dans ce District.
Si je ne me suis pas encore fait agresser dans les rues c'est parce que les dealers ou drogués savent que je suis soignante et que je peux leur avoir des seringues à usage unique ou kits de soins. Il m'arrive de m'arrêter dans des quartiers pour prodiguer quelques soins à des pauvres, c'est toujours de la bobologie, mais je suis tranquille grâce à ça. Mais quand je serai officiellement médecin, qui me dit que je ne vais pas devoir faire face à des dépendants qui me menaceront pour avoir des médicaments plus forts, ou des stupéfiants ? Ma seule raison de rester ici c'est Indis, elle a besoin de moi et j'ai besoin d'elle. Chaque année on se soutient mutuellement pendant les Moissons, c'est un moment terrible pour moi. Il lui reste encore tellement d'années, je suis inquiète. J'ai le sentiment que ma vie basculerait de nouveau si elle m'était enlevée aussi violemment.

Voudrais-tu que ton personnage participe aux Hunger Games ?
[] Oui
[x] Non

Âge : 28 ans
Pseudo : //
Avatar : Ashley Benson
Age de l'avatar : 26 ans
Age du personnage : 22 ans
Fréquence de connexion : Régulièrement
Comment as-tu trouvé le forum : Par la grâce de Dieu
Double compte ? : Oui messieurs dames ! C'est même le 3ème en fait !
Un petit commentaire sur le fo ? : Alors qui que je suis ?  Dent



Dernière édition par Elisabeth P. Fitzgerald le Mer 18 Mai - 9:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Elisabeth P. Fitzgerald   Ven 13 Mai - 0:19

** Bienvenuuuuue (re) ma petite Eli ♥♥♥

_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: Elisabeth P. Fitzgerald   Mar 17 Mai - 17:05

Merciii Love you

J'ai fini ma fiche Heart
Revenir en haut Aller en bas
« »
★ Âge : 22 ans
☆ Surnom : /
★ Occupation : Apprentie pharmacienne / Tribut du District 5
☆ Humeur : Dévastée
★ Plat préféré : Une pomme
☆District : Cinq

○ Points : 1544
○ Barre de vie :
179 / 200179 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Elisabeth P. Fitzgerald   Mar 17 Mai - 17:39

Honte à moi qui suis pas passée plus tôt ! Marteau

Super choix de Scenario, encore une création de Channelle ! Bienvenue avec la demoiselle Love Love

Alors, après lecture, si ce n'est quelques fautes de grammaire qui traînent, ça m'a l'air bon niveau cohérence et contrat de lignes ! En tout cas, j'ai tellement hâte de jouer avec toi Red Face
Il ne manque que l'approbation des admins Bisous

_________________
Tribut du District 5
Now in my remains are promises that never came. Set the silence free to wash away the worst of me.
Like an army, falling, one by one by one... Like an army, falling, one by one by one.◗ amaaranth ♫♪


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 14 ans.
☆ Surnom : Co'
★ Occupation : école - magasin familial
★ Plat préféré : Fromage de chèvre
☆District : Un

○ Points : 1095
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Elisabeth P. Fitzgerald   Mar 17 Mai - 18:19

Coucou j'adore ton vava  Epanoui ! J'ai hâte de voir ton perso en rp Heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: Elisabeth P. Fitzgerald   Mar 17 Mai - 20:32

Merci ! Bisous

Oui elle est belle Ashley Admiration
Revenir en haut Aller en bas
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Elisabeth P. Fitzgerald   Mer 18 Mai - 0:59












Bienvenue à Panem !


Ta présentation est désormais validée .

Commentaires :
Mon Eli ** J'adore trop ce personnage et ce que tu en as fait ** Tellement hâte de rp avec toi ! Tu sais déjà tout le bien que je pense de ton écriture donc je vais prendre soin de tes chevilles et me taire :P

Selon l'histoire de ton personnage et le barème établi, tu obtiens les Points de compétences suivants (ajoutés par un admin sur la base des TRIBUTS) :
Force : 2 (3-1 ; malade depuis petite, pas particulièrement un perso "physique")
Coordination : 3
Intelligence : 3 (1+2, étudie pour devenir médecin)
Volonté : 4 (2+2 ; a survécu à une maladie difficile à traiter, trait de caractère prédominant)
Rapidité : 4
Communication : 3
Corps à corps : 1 (2-1 ; surprotégée, n'a jamais eu à se battre, fragile)
Combat armé : 0
Chasse : 0
Soin : 6 (1+5 ; étudiante en médecine)
Créativité : 1

Tu peux dès à présent commencer à t'amuser dans le jeu.
   Cependant, avant toutes choses il te reste encore quelques missions à accomplir !

   - Dans un premier temps pense à réserver la célébrité qui te sert d'avatar dans le Bottin des avatars afin que cette dernière te soit réservée.
   - Pour finir, il est très important que tu crées ton Livre de Bord car cela te permettra de créer des liens avec d'autres membres du forum afin de pouvoir commencer le RP. De plus il permettra de récapituler d'un simple coup d’œil tes RPs, donc pense à le mettre à jour !
  - Ensuite pense à nous signaler le nombre de Tessaerae que ton personnage possède en faisant un tour dans le Recensement des Tessaerae

   Bonne chance  et surtout Bons Jeux !

   Puisse le sort t'être favorable !

  Le staff

_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: Elisabeth P. Fitzgerald   Mer 18 Mai - 8:39

Merci pour la validationnn Red Face Heart

Amy, quel âge a Indis au juste ? 17 ou 19 ? Abandon
Revenir en haut Aller en bas
« »
★ Âge : 22 ans
☆ Surnom : /
★ Occupation : Apprentie pharmacienne / Tribut du District 5
☆ Humeur : Dévastée
★ Plat préféré : Une pomme
☆District : Cinq

○ Points : 1544
○ Barre de vie :
179 / 200179 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Elisabeth P. Fitzgerald   Mer 18 Mai - 9:29

17 morue, c'est écrit dans le profil Dent

_________________
Tribut du District 5
Now in my remains are promises that never came. Set the silence free to wash away the worst of me.
Like an army, falling, one by one by one... Like an army, falling, one by one by one.◗ amaaranth ♫♪


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: Elisabeth P. Fitzgerald   Mer 18 Mai - 9:46

Voilà voilà j'ai édité, ni vu ni connu Macarena
Je vais pouvoir RP avec toi Admiration
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
« »


MessageSujet: Re: Elisabeth P. Fitzgerald   

Revenir en haut Aller en bas
 

Elisabeth P. Fitzgerald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Les Archives :: Saison 1 :: Présentations archivées-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit