Partagez | 
 

 [FlashBack] Que fais-tu si loin de ton district ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Lukaz Y. Mateus
« Invité »


MessageSujet: [FlashBack] Que fais-tu si loin de ton district ?   Sam 9 Avr - 14:55

Que fais-tu si loin de ton district ? AMY & LUKAZ
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.


La journée avait été magnifique pour la saison. Elle avait même été intenable. Le soleil était tout ce qu'il pouvait y avoir de plus chaud pour ce mois d'août. Ce temps n'était pas des plus facile. Il brûlait la peau quand on passait des journées entières dans les champs sans rien pour nous couvrir ou nous faire un minimum d'ombre. Mais ce temps était aussi apporteur de maladie. Entre la faim et la pauvreté, il n'était pas facile de vivre quand on tombait malade dans le district 11. Enfin personnellement, je ne m'en préoccupais que rarement. J'avais eu la chance d'échapper pour l'instant aux épidémies qui pouvait parfois se propager dans le district.

Enfin aujourd'hui avait été un jour comme les autres pour moi. J'avais eu ma journée de travail en plein cagnard, il n'était pas trop tard et j'espérais bien avoir le temps d'aller en forêt chasser un peu pour mon repas du soir. Comme tous les jours, je me faisais le plus discret possible et rentrait chez moi pour me changer. Je ne préférais pas partir à l'extérieur avec mes vêtements de travail. Je ne tenais pas à les déchirer, ni à les salir plus qu'il ne l'était déjà.

Habillé d'un simple t'shirt et un pantalon que j'avais déchiré pour qu'il m'arrive aux genoux, je ressortais de chez-moi. J'avançais dans la rue, comme souvent dans, c'est cas-là, j'avais les pieds nus. Une habitude que j'avais depuis tout petit. Les seuls moments où je portais vraiment des chaussures n'étaient que lorsque je devais aller assister au jour de la moisson. Il y avait aussi parfois quand je me réveillais après un black-out, je me retrouvais avec des chaussures aux pieds sans comprendre quand j'avais pu les mettre. Cela n'arrivait pas à chacun de mes trous noirs, mais bien assez à mon goût.

Ce qui pouvait être désagréable dans ces moments-là, c'est que j'ignorais totalement ce que je pouvais faire, voir ou dire pendant mes moments d'absence. Il m'arrivait parfois de me retrouver dans des endroits totalement incongrus ou avec des gens que je ne connais pas plus que ça. Dans, c'est cas-là, je me sens mal et je prends la fuite. Je suis peut-être peureux, mais qui pourrait comprendre ce que je ne comprends pas moi-même.

J'étais en train de penser à tout ça, en avançant dans la rue, quand je rentrais dans quelqu'un. Je regardais la jeune femme un instant, un peu gêné.


« Désolé... Je... J'étais dans mes pensées... »

code by lizzou × gifs by tumblr

Revenir en haut Aller en bas
« Admin »
★ Âge : 22 ans
☆ Surnom : /
★ Occupation : Apprentie pharmacienne / Tribut du District 5
☆ Humeur : Dévastée
★ Plat préféré : Une pomme
☆District : Cinq

○ Points : 1544
○ Barre de vie :
179 / 200179 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: [FlashBack] Que fais-tu si loin de ton district ?   Sam 16 Avr - 16:07

Que fais-tu si loin de ton District ?

featuring Lukaz Mateus au District 11




La chaleur était depuis longtemps une amie.
J’habitais dans un District plutôt chaud, aux paysages séchés par le soleil et la température élevée. J’avais même appris à apprécier cette chaleur, qui était tout à fait tolérable. Je la trouvais même agréable : quand j’étais seule dans le District, sans que le travail de ma mère ou les devoirs de l’école ne viennent me perturber, je fermais doucement les yeux et laissais cette chaleur baigner l’intérieur de mon corps, comme si mon cœur l’attirait et l’emprisonnait. Le jour où j’avais découvert cette sensation si douce, ma vie s’était éclairée.
C’était mon oasis, mon bonheur.
Sauf qu’au District Onze, en cette journée d’août, la chaleur était harassante. Quand ma mère et moi étions sorties du train, la température nous assomma directement, et nous redoutions le chemin que nous devions faire à pieds jusqu’à l’endroit où l’on nous avait appelées pour régler cette urgence sanitaire.

« Une longue journée nous attend », avait soupiré ma mère, ajustant sa besace remplie d'herbes médicinales sur l’épaule.

Un homme nous attendait sur le quai. Grand, la peau foncée et l’air soucieux, il nous accueillit avec une joie qu’il avait bien du mal à contenir, remerciant ma mère pour le déplacement et l’aide qu’elle apportait avec elle. Je l’avais accompagnée pour en apprendre plus sur la fameuse épidémie qui avait touché le District Onze et qui laissait les guérisseurs, dont l’homme qui nous accueillait était le plus important, et ma mère avait accepté. Ma dernière Moisson était pour bientôt : après celle-ci, je pourrais enfin devenir pharmacienne à mon tour. C’était à cela que je voulais consacrer ma vie, c’était pour cela que j’étais aujourd’hui présente ici.
Que nous fûmes tous les trois sortis de la gare, ce fut un réel choc pour moi. Je n’avais encore jamais mis les pieds dans un District périphérique, qu’on nous apprenait comme étant pauvre à l’école, et cette réelle pauvreté se ressentait partout : sur les façades décrépies des maisons, les visages de ceux qui allaient et venaient, les routes qui s’avéraient être des chemins de terre battue.
Mais si cela avait été la seule chose que je tirais de cet endroit, alors j’aurais vite détourné les yeux, comme je le faisais trop souvent face à une fatalité contre laquelle je ne pouvais rien. Tandis que je suivais les deux adultes, je vis des enfants rentrer de l’école, courant entre les gens et tombant dans le sable. Je vis quelques dessins sur les murs, des poupées d’osier aux fenêtres, des sourires sur les visages de ceux qui n’étaient pas encore aux champs. Je voyais une volonté de vivre parmi ces gens qui me réchauffait le cœur, et me donnait l’envie d’embrasser tout ce que ces rues ne demandaient qu’à m’offrir.
Nous arrivâmes plus vite que je ne l’avais soupçonné sur les lieux souhaités, et j’observais les gens malades un instant, avec d’échanger un regard légèrement inquiet avec ma mère. Sans attendre bien longtemps, elle ausculta le plus proche malade, et je vis avec étonnement son froncement de sourcils. Ayant capté mon regard interrogateur, elle me fit signe d’approcher, et j’obtempérai.

« Dis-moi ce que tu diagnostiques. »

Je restais un instant aux côtés du malade, étudiant et analysant tout ce qui me paraissait suspect. Et, à la vérité, je compris l’étonnement de ma mère qui me regardait, attendant une réponse.

« Je... je vois qu’il est déshydraté, mais que ce n’est pas que ça… Mais je crois qu’il est surtout déshydraté. »

Un sourire habita le visage de ma mère qui acquiesça et demanda au médecin du District de m’indiquer où était le puits. Précisant qu’ils manquaient en effet d’eau, il m’indiqua une direction que j’oubliai instantanément, et ils s’éloignèrent tous les deux de moi. Sauf que ça n’allait pas.
J’étais terrifiée à l’idée de me promener seule dans le District Onze mais je n’avais pas envie de le montrer à tous et ma mère était trop loin. Je me mis donc en route, d’une marche lente et tendue, dans la direction indiquée.
Au bout de trois blocs de maisons, je me retrouvais déjà perdue, tant j’étais concentrée à sursauter à chaque bruit et à regarder par-dessus mon épaule.
De ce fait, quand je tournais au coin de la rue, trempée de sueur et le cœur palpitant, je ne vis pas ce jeune homme qui était lui aussi pris dans ses pensées. Nous nous rentrâmes donc malhabilement dedans. Je me sentis, dans le mouvement, lui écraser son pied, puis me retrouvai sur les fesses.
Terrifiée, je reculai de quelques pas, buttant contre le mur d’une maison ; et ainsi acculée, je l’observais. Mais le garçon semblait plus calme et me regarda d’un air gêné.

« Désolé... Je... J'étais dans mes pensées...

- C’est pas grave… j’étais aussi… enfin… pardon… Je… »

Elle le fixa un instant.

« Je suis désolée de vous avoir marché sur le pied. »

©clever love.

_________________
Tribut du District 5
Now in my remains are promises that never came. Set the silence free to wash away the worst of me.
Like an army, falling, one by one by one... Like an army, falling, one by one by one.◗ amaaranth ♫♪


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[FlashBack] Que fais-tu si loin de ton district ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Les Archives :: Saison 1 :: Rps-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit