Partagez | 
 

 Entretien de stage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Entretien de stage    Ven 13 Nov - 0:55



 

La Stagiaire




Kyle était parti tôt ce matin au centre d’entraînement. Je devais avouer que cela me manquait terriblement … Le voir partir me faisait toujours un effet assez étrange … J’avais à la fois un pincement au cœur, de ne plus me sentir chez moi là où j’avais passé tout mon temps depuis des années, et une boule de rage en songeant aux personnes qui foulaient aujourd’hui ces tapis. Cela se terminait presque chaque matin de la même façon ; je me créais mon propre chez moi entre la cave de Kyle et la forêt, mon refuge. Channelle Featherstone, fée des forêts … Qui l’eut cru ?

Cela me permettait de me remettre en forme à une vitesse bien plus rapide que ce que j’aurais pu croire … Mais ça restait bien trop lent à mon goût. Cela me permettait également d’évacuer cette colère qui grondait en moi, plus violente que jamais. Je haïssais ce sentiment de rage qui me dévorait de l’intérieur et semblait ne jamais me quitter. J’avais toujours appris que les sentiments étaient à bannir lorsqu’on était carrière, que contrairement à la croyance populaire, la haine et la colère ne faisait pas les bons combattants. Ce qui faisait les meilleurs, c’était le contrôle permanent de ses émotions, le sang-froid. Encore une chose à ajouter à la liste de ce que j’avais perdu.

Ma sensibilité était tellement accrue … J’étais toujours à fleur de peau. Je me targuais d’être une femme forte, froide s’il le fallait, et pourtant … Ma fureur était telle que le simple fait de penser à ce qui s’était passé, à ses gens … Une simple image mentale de la scène suffisait à me tirer des larmes de colère. Je n’étais pas moi-même, je ne me reconnaissais pas. Je m’étais juré de redevenir Channelle Featherstone à grand renfort d’entraînement et de force … Mais Channelle Featherstone n’avait à cœur que les Hunger Games, le centre des carrières et la gloire de son district. Ma dissipation avait commencé avec Zane, puis ma sœur … Et aujourd’hui, si je me battais pour revenir, c’était par égo, par colère et par esprit de vengeance. Je devais faire face à la vérité ; je n’avais plus été cette Channelle depuis fort longtemps, et je n’étais pas persuadée de pouvoir faire marche arrière …

Alors je me calmais, et j’envoyais mes pensées dans la seule chose que je connaissais : l’entraînement. Certes, ma jambe n’était pas guérie, mes côtes me faisaient toujours mal et mes bleus s’estompaient seulement un peu … Mais je me concentrais sur ce qui fonctionnait. Je passais une heure à faire de la musculation au niveau de mes bras, et des étirements sur ma jambe valide. Dans un espoir fou, je tentais de le faire aussi avec l’autre, mais c’était peine perdue ; elle me faisait trop souffrir et il fallait que j’écoute mon corps : trop forcer pourrait retarder ma guérison. Puis, je décidé d’aller dans le bois, car l’enfermement n’arrangeait rien à mon humeur.

Je fermai soigneusement la porte derrière moi avant de pivoter et de voir … Eneron Stark. Qu’est-ce que …. Mais bien sûr. J’avais complétement zappé … Il vivait lui aussi au village des vainqueurs. Je ne savais pas trop si je devais le saluer, aller lui parler … Notre dernière conversation avait été plutôt agréables, les conversations en fait. Mais cela semblait dater d’une autre vie …

◄ CHANNELLE ►
« Bonjour monsieur Stark. »

Reculer ne faisait pas partie de ma personnalité … Ni de l’ancienne, ni de la nouvelle pour ce que cela valait. J’avançai sur mes béquilles, priant pour qu’il ne pose pas de questions. Je savais que tout le monde parlait de cela dans le district et qu’il était surement au courant, mais je nourrissais l’espoir qu’un homme occupé comme il l’était avait d’autres chats à fouetter.

◄ CHANNELLE ►
« Je crois comprendre que les félicitations sont de rigueur … Tous le district ne parle que de l’expansion de Stark Industrie à la technologie de pointe … »

Kyle s’en plaignait beaucoup d’ailleurs. En réalité, je savais ce que je savais seulement parce que Kyle s’était plaint que tout le monde ne parlait que de ça, et que cet homme égocentrique l’avait fait exprès pour qu’on parle de lui en pleine période d’Expiation. Je ne l’avais pas contredit. Il m’hébergeait malgré mes fautes, acceptait de m’aider malgré sa réticence, aussi j’évitais tout point de désaccord. Mais personnellement, je doutais qu’il ne fasse cela pour attirer l’attention, cela ne semblait pas être son genre. J’avais aussi de sérieux doute sur le fait que ça soit juste pour aider son district. Quelques paroles échangées avec lui m’avaient prouvé que c’était un homme intelligent et réfléchi … Il y avait sûrement des choses qu’on ne savait pas qui l’incitait à se montrer si généreux.


_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 45 ans.
☆ Surnom : Le renard
★ Occupation : Vendeur d'armes
☆ Humeur : Plutôt bonne
★ Plat préféré : Pizza , foie gras
☆District : Un

○ Points : 366
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Entretien de stage    Dim 15 Nov - 15:08









-Onze...Douze….


Sa respiration était de plus en plus haletante et ses bras le faisaient de plus en plus souffrir mais Eneron ne lâcha pas pour autant. Il devait monter encore ; avec un grognement il tira sur ses bras pour passer son menton au dessus de la barre de traction pour la huitième fois. Il redescendit doucement , prit une grande inspiration et remonta puis redescendit à nouveau.
Le milliardaire fit la grimace , il avait l’impression que ses épaules étaient en feu mais il ne pouvait pas abandonner , pas si près du but. Mobilisant ses dernièes ressources , il se propulsa une dernière fois.

-Et Quinze!
fit-il avant de lâcher la barre et d’atterrir plus ou moins gracieusement .

Il secoua un peu ses bras pour atténuer la douleur et s’assit à même le sol tout en essayant de reprendre un souffle à peu près normal. Ces séances de sport étaient de plus en plus éprouvantes avec les années et , à présent , enchaîner une quinzaine de tractions à la suite représentait une vraie épreuve pour lui. De toute évidence il n’avait plus vingt ans et il le ressentait physiquement , certes mais aussi psychologiquement. En effet il n’y avait pas que des inconvénients à vieillir , avec le temps le milliardaire était devenu plus expérimenté , réfléchi , calculateur et certainement plus sage. L’insouciance , la candeur , l’idéalisme et l’innocence de la jeunesse étaient désormais bien loin derrière lui. Eneron n’était plus ce jeune homme fougueux et révolté prêt à défier le Capitole en pleine finale des Jeux dans un acte irréfléchi . Regrettait-il ses actes passés? Pas le moins du monde , l’homme avait bien du mal à reconnaître des erreurs . Cependant il ne les referait pas s’il en avait l’occasion. cela manquait trop de subtilité et de réflexion préalable. D’ailleurs quelles conséquences avaient bien pu engendre ces actes? Celles-ci devaient être nombreuses , trop nombreuses et la plupart étaient encore inconnues à ses yeux. Ce dont il pouvait être quasiement certain était que la mort de son père n’était pas un accident et les propos que le futur milliardaire avait tenu dans l’arène ne devait pas y être totalement étranger.

L’ancien vainqueur se releva et se dirigea vers la salle de bain où il prit une douche bienvenue agrémentée d’un fond sonore jazz entraînant. Le milliardaire ne faisait pas partie de ces personnes capables de chanter sous leur douche mais il se surprit lui même à fredonner l’entêtante mélodie.

Une dizaine de minutes plus tard il était attablé devant son petit déjeuner et sa tablette électronique sur laquelle il consultait ses dernières nouvelles. Ce genre d’objet avait beau être plutôt pratique , Eneron trouvait que cela manquait d’un peu de caractère. Il avait vu sur d’anciennes photos , qu’à l’époque les nouvelles étaient publiés dans d’énormes journaux aux larges feuilles qu’il fallait plier plusieurs fois. Ce devait être quelque chose.

Ce jour là l'ingénieur avait décidé de chômer ; il n'irait pas travailler. En effet il désirait consacrer sa journée à de nouvelles recherches concernant la mystérieuse bague franc-maçonnique qu'il avait trouvé dans "le sanctuaire" de son père. Il observa la bijou pendant plusieurs secondes ; posé sur un écrin de satin le bijou scintillait de milles feux. Le milliardaire l'avait soigneusement poli après l'avoir découverte ; cet objet était un élément qui lui permettrait peut-être de rétablir son passé et ses origines .

Cela faisait déjà des semaines qu'il avait entamé ses recherches autour de la bague et de l'ordre franc-maçonnique ; malheureusement celles-ci n'avaient été que très  relativement fructueuse. L'ancien vainqueur avait l'impression que quelque chose lui échappait , quelque chose d'essentiel .

Eneron se leva et enfila un petit blouson avant de pousser la porte de sa villa qu'il avait largement modifié au cours des années. Quand il avait emmenagé ici après sa victoire la demeure était en tout point semblable aux autres maisons qui se trouvaient dans le village des Vainqueurs . Mais ave cle temps , la richesse et le succès ; Eneron avait effectué de multiples rénovations , construits de nouvelles ailes dans sa villa et il avait aussi considérablement modernisé l'ensemble.   Les deux gardes postés devant sa porte le saluèrent comme il se doit.


-Messieurs
, fit Eneron , comment allez vous?

-Très bien monsieur merci .répondit l'un d'eux.

-J'ai prévu de faire un tour en centre ville ce matin ; je vous demanderai de me suivre à distance .

-Pas de protection rapproché monsieur?

-Non pas aujourd'hui .

-Bien monsieur.


Le milliardaire s'avança d'encore quelques pas et laissa sonr egard vagabonder sur les alentours ; le village des Vainqueurs était un endroit très calme où la grande majorité des maisons étaient encore vides , n'attendant que des potentiels vainqueurs . A quelques dizaines de mètres au bout de l'allée se trouvait la résidence de la mentore actuelle du Un : Sélène Featherstone ; tandis que dans le pavillon juste en face d'Eneron c'était le frère aîné de la jeune femme qui habitait : Kyle .

Eneron et Kyle s'était côtoyé pendant quelques temps il y a des années de cela ; le milliardaire avait été le mentor de l'aîné du clan Featherstone .  Les deux hommes ne s'étaient jamais vraiment apprécié et depuis la victoire de Kyle ils n'entrenaient que très peu de relations , ne se croisant qu'en de rares occasions et cultivant une antipathie réciproque entre eux.  

C'est alors que la porte de la maison de Kyle s'ouvrit. Eneron soupira , déjà certain de voir l'entraîneur des carrières sortir de chez lui et lui adresser un regard mauvais auquel Eneron aurait répondu avec le sourire le plus moqueur qu'il pouvait faire . Mais ce ne fut pas Kyle qui se trouvait à présent sur le seuil de la porte : c'était Channelle .

Equipée de deux béquilles elle claudiquait comme elle le pouvait , c'est alors qu'elle aperçut à son tour le milliardaire , posté à quelques mètres ,  qui l'observait avec un léger sourire . Quelle surprise! Eneron ne s'attendait vraiment pas à croiser la jeune femme ce matin là mais cela ne le contrariait pas vraiment ; et puis il valait toujours mieux la croiser elle plutôt que son frère.  

Ils s'étaient rencontrés à plusieurs reprises et à chaque fois ces conversations , en plus d'être fortement agréables s'étaient révélés extrêmement intéressantes.  

-Bonjour Mademoiselle Featherstone.

Le milliardaire s'approcha un peu plus et avisa les béquilles de la jeune femme ; il avait bien entendu furtivement que la jeune carrière avait été le centre d'une altercation mais il ignorait qu'elle avait été blessée à ce point. Le milliardaire pouvait imaginer que la blessure en plus d'être physique était psychologique ; la fierté de la cadette Featherstone devait en avoir pris un sacré coup.

Channelle  exprima alors ses félicitations à l'ingénieur pour ce que l'on pouvait appeler un incroyable" coup marketing".

-Merci beaucoup ; effectivement cette annonce n'est pas totalement passée inaperçue. Après je dois bien vous avouer que je n'en attendais pas moins , nous avons tellement travaillé pour préparer cela .  Au moins avec les Jeux et cette annonce , les gens ont assez de sujets de discussions pour que les troubles et les déboires qu etraversent votre famille passent plus ou moins inaperçus . Ah...les tares de la notoriété .... Enfin bon il est sûrement maladroit de ma part de rappeler à vous ces souvenirs sans aucun doute douloureux.

Eneron marqua une pause , jeta un regard vers le ciel avant de reprendre sur un ton légèrement plus bas.


-J'imagine que malgré les récents événements vous n'avez toujours pas abandonné votre projet , votre objectif. Me tromperais-je?

Il agrémenta ses paroles d'un air fortement interrogateur et très certainement exagéré et surjoué.
 


_________________




Que voulez vous ? Il faut bien gagner sa vie...


Dernière édition par Eneron Stark le Jeu 21 Avr - 20:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Entretien de stage    Ven 27 Nov - 11:49



 

La Stagiaire




Il eut la politesse de ne pas s’attarder trop longtemps sur mes béquilles. C’était un soulagement … J’en profitai alors pour le lancer sur un sujet qui le concernait davantage ; l’expansion de sa compagnie. Certains y voyaient un philanthropisme trop poussé pour être honnête, d’autre un désir d’accroître sa renommée. J’y voyais de l’ambition, ce qui ne pouvait que me plaire puisque dans les rares moments où je n’étais pas dirigée par la colère, c’était par l’ambition.

◄ ENERON ►
« Merci beaucoup ; effectivement cette annonce n'est pas totalement passée inaperçue. Après je dois bien vous avouer que je n'en attendais pas moins, nous avons tellement travaillé pour préparer cela. »

C’était évident. Une compagnie comme celle de Stark ne faisait pas de bruit sans que chaque son soit contrôlé ; rien n’était laissé au hasard …

◄ ENERON ►
« Au moins avec les Jeux et cette annonce, les gens ont assez de sujets de discussions pour que les troubles et les déboires que traversent votre famille passent plus ou moins inaperçus. Ah...les tare de la notoriété .... Enfin bon il est sûrement maladroit de ma part de rappeler à vous ces souvenirs sans aucun doute douloureux. J'imagine que malgré les récents événements vous n'avez toujours pas abandonné votre projet, votre objectif. Me tromperais-je ? »

Inaperçus … J’aurais bien aimé. Malheureusement, chacun avait ses priorités à son échelle … Celles des carrières étaient sans liens avec la technologie. Lorsqu’il évoqua des souvenirs douloureux, je le fixais un instant sans vraiment savoir s’il faisait allusion au fait que ma sœur n’y était pas allé pour se battre, privant ma famille de gloire, du fait que je n’y sois pas allée, ou du fait que j’en avais visiblement payé le prix fort. Mais avant que je n’ai pu réfléchir à la question, il enchaina en me demandant si j’avais toujours pour projet de me présenter aux jeux. Cela m’arracha un sourire. C’était une question presque trop facile, venant de lui.

◄ CHANNELLE ►
« Je suis déçue que vous ayez à demander Monsieur Stark, moi qui commençait presque à croire que nous nous ressemblions vous et moi … Mon projet n’a pas changé ; il s’en trouve renforcé au contraire. Lorsqu’on me dit de ne pas faire quelque chose, ma première réaction et de prouver que je le peux. Et la compétition me donne raison … On ne cherche pas à briser quelqu’un sans raison Monsieur Stark … »

Et je sens à nouveau cette flemme monter en moi. Je la retiens de toutes mes forces, parce que je refuse de me laisser entrainer par mes émotions. Mais la rage, elle, nulle ne peut la contrôler …

◄ CHANNELLE ►
« Je ne suis peut-être pas au meilleur de ma forme aujourd’hui, mais attendez de me voir demain. Le mot abandon ne fait pas partie de mon vocabulaire. »

Je le fixe un instant … Je n’arrive pas à dire si c’était la réponse à laquelle il s’attendait. Et quelque part, une chose me dit que je ne suis qu’une source de curiosité pour cet homme. Après tout, ce qui m’arrive ne changera rien pour lui ; je ne suis qu’un divertissement, pour lui comme pour tous les autres de ce district. Je leur montrerais.

◄ CHANNELLE ►
« Me battre est ce que je sais faire de mieux. Je ne me contente pas de la seconde place … Il me semble que ça, c’est quelque chose que vous comprenez bien, n’est-ce pas Monsieur Stark ? »


_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 45 ans.
☆ Surnom : Le renard
★ Occupation : Vendeur d'armes
☆ Humeur : Plutôt bonne
★ Plat préféré : Pizza , foie gras
☆District : Un

○ Points : 366
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Entretien de stage    Dim 13 Déc - 14:18







La jeune femme avoua être un peu déçue de voir le milliardaire lui poser une telle question avant de lui confirmer qu’elle n’avait pas abandonné son projet et que bien au contraire elle travaillait d’arrache-pied pour pouvoir atteindre son objectif.  Effectivement , le contraire aurait été étonnant surtout lorsque l’on avait une idée de la volonté qui habitait chacun des membres de la famille Featherstone.

« Le mot abandon ne fait pas partie de mon vocabulaire »


Eneron sourit en écoutant ces mots ; la détermination dont elle faisait preuve était remarquable à tout points de vue , ça il ne pouvait pas le lui enlever. Elle affirma aussi que jamais elle ne pourrait se contenter de la seconde place dans un domaine qu’elle considérait comme le sien.

- Je le conçois parfaitement ; être second n’est jamais une fin en soi mais plutôt un tremplin pour pouvoir arriver sur la première marche au moment propice. Cependant je ne pense pas qu’il soit judicieux d’exclure certains termes de notre vocabulaire, tous les mots peuvent nous être utile. Si vous voulez réussir il est bien inutile d’écarter certaines notions comme l’abandon ; non , il faut simplement leur donner la définition qui vous sied le mieux . L’abandon peut être incroyablement productif.


Ainsi était Eneron Stark , toujours  à vouloir jouer sur les mots et les tourner de la manière la plus tordue qui soit pour leur donner un sens qui lui convenait.
Toutefois il paraissait évident que Channelle n’en démordait pas ; elle ne pouvait pas imaginer qu’une autre carrière se trouve à sa place dans l’arène pour les Jeux de l’an prochain comme cela s’était plus ou moins produit pour l’édition actuelle.  A cause d’un concours de circonstances et d’intérêts où de nombreux acteurs étaient intervenus , dont Eneron , la cadette du clan Featherstone avait vu les portes des Jeux se refermer juste devant elle . Cependant, il y avait fort à parier que les choses ne pourraient pas se passer à nouveau ainsi l’an prochain ; Channelle avait désormais son destin en main , sa future participation ne tenait probablement plus qu’à elle et ses capacités.

-C’est important d’avoir un but dans la vie , encore faut-il savoir lequel …
rajouta l’ancien vainqueur sur un ton évasif tout en regardant le ciel d’un air innocent.

Au District 1 , au Capitole et même sur la totalité du continent de nombreuses personnes pensaient avoir compris comment fonctionnait le fortuné ingénieur ; ils étaient persuadés de savoir quel était l’objectif de l’extravagant homme d’affaires : à savoir la quête infinie de richesse et de reconnaissance. Alors certes  , ces spéculations n’étaient pas totalement infondés et Eneron ne pouvait pas nier courir après les billets et les honneurs mais ce n’était pas seulement par simple avidité ; lui pensait être un homme bien plus complexe que cela. Il se voyait comme l’électron libre de Panem , il se considérait comme le renard rusé encore assez docile pour ne pas éveiller de soupçons  , pour l’instant.

L’ancien vainqueur se tourna à nouveau vers Channelle en affichant un large sourire.

-J’avais prévu de faire un petit tour en ville aujourd’hui ; vous m’accompagnez ?


Pour accompagner sa demande , il lui présenta son bras comme un signe d'invitation ou peut-être plus aux yeux mauvaises langues

 


_________________




Que voulez vous ? Il faut bien gagner sa vie...


Dernière édition par Eneron Stark le Jeu 21 Avr - 20:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Entretien de stage    Lun 18 Jan - 19:24



 

La Stagiaire





◄ ENERON ►
« Je le conçois parfaitement ; être second n’est jamais une fin en soi mais plutôt un tremplin pour pouvoir arriver sur la première marche au moment propice. Cependant je ne pense pas qu’il soit judicieux d’exclure certains termes de notre vocabulaire, tous les mots peuvent nous être utile. Si vous voulez réussir il est bien inutile d’écarter certaines notions comme l’abandon ; non , il faut simplement leur donner la définition qui vous sied le mieux . L’abandon peut être incroyablement productif. »

Je secouai la tête sans parvenir à retenir un demi-sourire amusé. Décidément, cet homme était plein de surprises et de contradictions. Aussi, j’ironisais :

◄ CHANNELLE ►
« Je ne vous savais pas philosophe Monsieur Stark. Vous avez décidément bien des visages. »

Comme pour appuyer ma taquinerie, ou peut-être parce qu’il le pensait réellement, il ajouta ;

◄ ENERON ►
« C’est important d’avoir un but dans la vie, encore faut-il savoir lequel … »

Il semblait pensif. Le milliardaire semblait avoir bien des aspects à sa personnalité. Il pouvait sembler arrogant, donner l’impression de n’être intéressé que par la gloire et l’argent, et être même assez solitaire. Et parfois il semblait juste être un habitant normal du district un, avec un esprit vif, certes, mais pas l’homme auquel on s’attendait. J’en venais parfois presque à oublier qu’il avait été un carrière qui avait apporté le déshonneur pour la plupart, et dont on m’avait appris à me méfier. Lorsqu’on apprenait un peu à le connaître, il ne paraissait pas lâche, et je ne l’aurais pas décrit comme un homme sans valeurs. Mais peut-être était-ce là un exemple de sa force d’esprit ; peut-être qu’avec les années et l’expérience, il avait appris à dissimuler ces défauts … Quoiqu’il en soit, il était intrigant. Ce qui le rendait déjà plus intéressant que les trois quart des personnes que je connaissais.

◄ CHANNELLE ►
« Pardonnez-moi, mais je suis loin d’avoir votre sagesse. Qui sait, quand j’aurais la gloire et l’argent, peut-être viendrais-je chez vous pour discuter du but de l’existence. Mais pour l’instant, cela m’ennuie. Je préfère le présent au futur. »

Bon, pas le présent présent, évidemment, parce qu’il n’était pas très glorieux. Mais le présent proche, celui où je redeviendrais reine et où je leur montrerais à tous à quel point ils avaient eu tort de croire qu’il suffirait de cinq ou six carrières pour me mettre à genou. Je me pinçais la langue pour penser à autre chose. Un rien me ramenait à ma rage, et je devais me contrôler. Contrôle. C’était le mot d’ordre de toute chose si on voulait rester maître de soi. J’étais finalement peut-être un peu philosophe moi-même, sans le savoir. Mais Stark me tira de mes pensées.

◄ ENERON ►
« J’avais prévu de faire un petit tour en ville aujourd’hui ; vous m’accompagnez ? »

Il me tendit son bras, alors qu’un large sourire s’épanouissait sur mon visage. Etait-il sérieux ? Visiblement oui. Je ne pus retenir un léger rire.

◄ CHANNELLE ►
« Quelqu’un qui ne vous connait pas pourrait croire que vous cherchez à ce qu’on parle de vous, Monsieur Stark. Mais vous détestez l’attention, n’est-ce pas ? »

J’avais dit sur un air amusé avant de prendre son bras, tout en le fixant pendant un court instant, avant de me répéter.

◄ CHANNELLE ►
« Vous avez décidément bien des visages … »

Je pris avec lui le chemin de la ville. La tâche se révélait plus compliquée que je ne l’aurais pensé, mais je prenais soin de ne rien laisser paraître. En effet, lorsque j’avais ma béquille, je pouvais me permettre de reposer mon pied sur mes bras, qui s’étaient musclés au fil des jours. Mais les exercices que j’avais réalisés afin de retonifier les muscles de ma jambe n’avaient pas permis de faire disparaitre la douleur de mon os encore fragile. Je ne tenais toutefois pas à m’appuyer trop sur Eneron Stark ; même devant lui, j’avais mon ego. Alors j’avançais, en boitant très légèrement (plus que je ne l’aurais voulu) et en cachant ma douleur derrière un visage impassible.

Alors que nous avancions en silence depuis quelques minutes, je me rendis compte que quelques regards se posaient sur lui. Sur lui, pas forcément sur « nous », ou sur moi … Mais bien sur lui. La curiosité me piquant les lèvres, je fini par le questionner.

◄ CHANNELLE ►
« Mon état ne m’a pas permis d’assister à votre discours, mais il semble avoir marqué les esprits … Ces nouvelles technologies que vous mettez à disposition du district, qu’est-ce que cela va changer exactement ? Kyle n’a pas pris soin de mentionner autre chose que votre désir évident de faire plus d’argent. Eclairez-moi. »

Kyle. Nous n’étions encore que dans la périphérie, pas vraiment là où se trouvaient les carrières ou les coachs. L’idée de faire parler les gens, de faire quelque chose qui, pour une raison qui m’échappait, me semblait allez à l’encontre de la bienséance m’avait séduite et immédiatement tenté. Mais maintenant que j’y réfléchissais, et bien que l’idée me plaise toujours autant … Je ne pouvais m’empêcher de me dire que je ne pouvais pas croiser Kyle. Il était suffisamment remonté contre moi sans me croiser avec sa bête noire. Cette idée me faisait froid dans le dos.

_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 45 ans.
☆ Surnom : Le renard
★ Occupation : Vendeur d'armes
☆ Humeur : Plutôt bonne
★ Plat préféré : Pizza , foie gras
☆District : Un

○ Points : 366
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Entretien de stage    Dim 31 Jan - 13:43







« Je ne vous savais pas philosophe Monsieur Stark. Vous avez décidément bien des visages.
»

“Philosophe”? Eneron ne put retenir un éclat de rire ; effectivement le milliardaire pouvait parfois prendre le rôle de penseur mais il ne fallait surtout pas que Channelle le présente comme un philosophe sous tout les toits. Actuellement , à Panem , les perspectives d’une carrière philosophique n’amenaient qu’à deux résultats  : le peloton d'exécution ou l’éloge du gouvernement ; le Capitole n’aimait pas les gens qui pensaient trop.


« Pardonnez-moi, mais je suis loin d’avoir votre sagesse. Qui sait, quand j’aurais la gloire et l’argent, peut-être viendrais-je chez vous pour discuter du but de l’existence. Mais pour l’instant, cela m’ennuie. Je préfère le présent au futur.


Chanelle avait cette particularité , très appréciable , de savoir exprimer ses pensées de manière honnête tout en prenant garde de ne pas froisser l’intelrocuteur même si l’on pouvait entendre une légère pointe d’ironie dans ses paroles. Ironie qui ne faisait qu’amener un peu plus de sel à la discussion.

-Dans un sens vous avez raison , savoir appréhender l’instant présent de manière correcte est primordial. Toutefois il faut garder à l’esprit que préparer le terrain pour notre avenir est tout aussi important ; il faut avoir une vision à long terme pour avoir un coup d’avance sur ses concurrents ; l’anticipation est la clé du succès.

Au grand plaisir du milliardaire la jeune femme accepta son invitation. Tout en s’appuyant légèrement sur le bras de l’ingénieur , elle l’accompagna de son pas claudiquant jusqu’à la ville. Le village des vainqueurs ne se trouvaient qu’à quelques minutes de marche du centre du district, nul besoin de sortir sa voiture comme lors d’un jour de travail , les bureaux et les usines de sa compagnie se situant en périphérie.

-Non , je ne dirais pas que je déteste l’attention ; vous devez savoir autant que moi qu’être reconnu par le monde à sa juste valeur apporte une grande satisfaction personnelle. Disons simplement que je prends garde à retenir une certaine forme d’attention ; si les gens parlent de mes dernières découvertes ou du succès économique de mon entreprise , je n’y vois aucun inconvénient. Mais j’essaie d’éviter qu’ils ne parlent d’autres sujets , disons plus sensibles.


Vous avez décidément bien des visages …

Eneron Stark pouvait effectivement être considéré comme un des ces hommes jouant double jeu ; il vendait de manière abondante au Capitole tout en fournissant également du matériel aux rebelles. Mais l’ancien vainqueur préférait penser qu’au contraire,  il jouait à son propre jeu , qui était le seul et l’unique qui l’intéressait. Il n’était ni un suppôt du Capitole ni un activiste rebelle ; et si il désirait évidemment qu’un jour le système actuel s’effondre il n’avait pas pour autant réellement confiance en ces rebelles qu’il voyait comme un groupe hétéroclite bien incapable de renverser le pouvoir en place.

Ils marchèrent ainsi en silence durant plusieurs minutes. Plusieurs regards s’attardèrent sur ce “couple” particulièrement inattendu. Il était notoire que les relations entre le magnat de l’armement et le milieu des carrières avec en en premier lieu le clan Featherstone  étaient très froides. Il y avait bien eu des bruits et des rumeurs concernant une torride danse au Capitole entre Eneron et Sélène ou encore une mystérieuse entrevue entre l’ancien vainqueur et la cadette de la famille mais personne ne s’attendait vraiment à croiser , de bon matin , le milliardaire et la jeune carrière.

Ils s’approchaient de plus en plus du centre ville quand Channelle reprit la parole

Mon état ne m’a pas permis d’assister à votre discours, mais il semble avoir marqué les esprits … Ces nouvelles technologies que vous mettez à disposition du district, qu’est-ce que cela va changer exactement ? Kyle n’a pas pris soin de mentionner autre chose que votre désir évident de faire plus d’argent. Eclairez-moi.


La fameuse conférence qui était intervenu quelques jours seulement avant les Jeux avait en effet  fait beaucoup de bruit. Le milliardaire ne put s’empêcher de tiquer en entendant le nom de Kyle dont il fut le mentor ; il y avait bien longtemps que les deux hommes ne s’étaient plus adressé la parole mais leur mépris réciproque était toujours aussi vif et notoire. Personne ne savait au juste quelle était la cause exacte de leurs différends mais de toute évidence c’était une question de convictions et de comportement.

Pourtant , à l’époque , le milliardaire avait perçu un potentiel énorme en lui et il avait , mine de rien , essayé de le soutenir autant que possible dans l’arène ; mais les deux hommes étaient trop différents pour pouvoir s’entendre. A présent ce potentiel il le retrouvait chez ses soeurs ; Chanelle et dans une moindre mesure chez Sélène aussi qu’il voyait déjà comme quelqu’un de moins obtus et plus ouvert d’esprit.

- Je ne sais pas de quelle manière elle a marquée les esprits mais il y avait du beau monde ; nottament des personnes plus ou moins fréquentables.


L’image de Mitch Flecto lui vint à l’esprit et Eneron dut marquer une pause ; le milliardaire ne craignait pas le Chef de la Répression mais il devait avouer que cet homme puissant était tout sauf rassurant. Même l’ancien vainqueur , passé maître dans l’art de la répartie, n’avait pas été aussi à son aise que d’habitude face au pacificateur.
Eneron reprit


-Ce n’est pas seulement une question financière ma chère ; les chiffres de l’entreprise étaient en hausse constante et la vente d’armes est un marché très juteux. Avec ce virage pris dans notre politique de production , je veux pouvoir soutenir les habitants de Panem au quotidien , rendre leur vie plus agréable par le biais de la technologie. Seules quelques entreprises sont capables de créer des objets aussi performants que les nôtres et elles sont pratiquement toutes basées et Capitole et ne s'adressent qu’aux habitants du Capitole ; la Stark Industries compte enfin pouvoir proposer ces services , jusque là exclusivement réservé à l’élite,  au plus grand nombre.

Alors certes ce serait vous mentir que de vous dire qu’il n’y aucun intérêt économique derrière cela , nous espérons bien sûr faire exploser nos bénéfices mais quoi de plus normal ? Après tout , dans ce monde sauvage , on ne fait rien pour rien quand on a du talent.

Après quelques minutes de conversation ils arrivèrent enfin à l’entrée du centre de la ville et ils commencèrent à déambuler dans les rues commerçantes. Eneron s’arrêta devant une enseigne et poussa la porte. Une petite sonnerie retentit et un homme petit et maigre sortir de l’arrière-boutique ; il tenait un rouleau à la main et portait un crayon à l’oreille. En voyant le milliardaire  , il afficha un grand sourire très commercial.

-Ah Monsieur Stark! Je vous attendais , votre nouveau costume sur mesure est justement prêt.


-C’est le meilleur tailleur de la ville
, souffla Eneron à l’oreille de Channelle , je ne me fournis que chez lui.

Le tailleur lui tendit la housse dans laquelle se trouvait le précieux vêtement et son regard s’attarda sur la jeune Featherstone.

-Oh mais serait ce la benjamine Featherstone? Mince alors on vous a sacrément abîmés mademoiselle. Il s’adressa à nouveau à son fidèle et fortuné client. Décidément vous savez toujours vous accompagner de la meilleure des manières.


Eneron esquissa un sourire

-En vieillissant on se rend compte qu’il faut savoir profiter de chaque instant de cette courte vie. Bonne journée M.Falks.


Son costume sous le bras et Channelle sur l’autre ; Eneron sortit de la petite échoppe. Ils reprirent leurs marche en avant , le milliardaire jeta alors un regard par dessus son épaule. Il reconnut Hawke , habillé en civil et affublé de lunettes de soleil , qui faisait mine de s’intéresser aux meubles exposés dans une vitrine. La sécurité du milliardaire était donc bien assurée.

Eneron se retourna à nouveau vers Channelle et il lui demanda d’un ton fort affable

-Avez vous une enseigne particulière où vous désirez vous rendre?

 


_________________




Que voulez vous ? Il faut bien gagner sa vie...


Dernière édition par Eneron Stark le Jeu 21 Avr - 20:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Entretien de stage    Dim 21 Fév - 19:29



 

La Stagiaire





« Dans un sens vous avez raison , savoir appréhender l’instant présent de manière correcte est primordial. Toutefois il faut garder à l’esprit que préparer le terrain pour notre avenir est tout aussi important ; il faut avoir une vision à long terme pour avoir un coup d’avance sur ses concurrents ; l’anticipation est la clé du succès. »

Voilà quelque chose que je comprenais bien, l’anticipation. Parlez-moi en terme de combat et je ne peux qu’être d’accord, même si le milliardaire était sans doute loin de l’imaginer sous cet angle.

« Non , je ne dirais pas que je déteste l’attention ; vous devez savoir autant que moi qu’être reconnu par le monde à sa juste valeur apporte une grande satisfaction personnelle. Disons simplement que je prends garde à retenir une certaine forme d’attention ; si les gens parlent de mes dernières découvertes ou du succès économique de mon entreprise, je n’y vois aucun inconvénient. Mais j’essaie d’éviter qu’ils ne parlent d’autres sujets, disons plus sensibles. »

J’haussais un sourcil. Je n’étais pas persuadée qu’il me dise la totale vérité sur ce point, sans quoi il ne m’aurait pas proposé d’aller me balader en ville avec lui. Il aimait être au cœur de l’attention, j’en étais sûre … Mais peut-être était-il trop orgueilleux pour se l’avouer, même uniquement à lui-même. Nous avancions en silence pendant plusieurs minutes. Je ressentais de moins en moins de douleur à ma jambe. Après un temps à avoir subi quelques regards curieux des passants, je brisais le silence en l’interrogeant sur sa conférence.

« Je ne sais pas de quelle manière elle a marqué  les esprits mais il y avait du beau monde ; notamment des personnes plus ou moins fréquentables. »

Je souris en pensant qu’il devait parler de Kyle, mais une ombre passa sur son visage, m’amenant à m’interroger sur le fait que c’était peut-être en fait de quelqu’un d’autre qu’il s’agissait. Mais il se reprit rapidement, me poussant à me demander si je n’avais pas tout imaginé. Il s’emballa sur le fait que ce n’était pas que d’argent qu’il s’agissait, mais bien d’un réel désir d’aider les habitants de Panem, même s’il y avait toujours un aspect bénéfice derrière tout cela.  Je l’interrompis presque dans un murmure.

« Les petites gens qui ont déjà tout ce qui leur faut dans les districts riches … »

Ma phrase m’avait moi-même surprise. Je fus soulager que Stark ne la relève pas ; je n’étais pas bien certaine moi-même de savoir si c’était mes mots ou ceux de Zane. Décidément, j’avais perdu ma voix. Mais il continua à s’emporter sur le bien que pouvait faire son entreprise. Je le regardais avec grand intérêt.

« Vous êtes un passionné Monsieur Stark. »

Pour la première fois, j’avais fait cette remarque sans une pointe d’ironie ; j’étais sincère, sinon envieuse du fait que cet homme ait quelque chose dans sa vie qui lui donne tant d’ardeur. Je l’avais moi aussi évidemment, les carrières. Mais il m’arrivait de me demander si je retrouverais un jour, une fois l’arène passée, quelque chose qui me passionne autant. Lui l’avait fait, et cela attisait ma curiosité plus encore.

« Cela ne vous manque jamais ? Votre rôle de mentor, je veux dire ? »

Je regrettais presque aussitôt cette question, qui montrait à la fois trop d’intérêt au milliardaire et trop de doute sur mon propre futur. Après un temps, nous nous retrouvons devant une enseigne qui semblait parler à Eneron. Il m’entraîna avec lui et poussa la porte. Le commercial arriva vers nous et lui dit que son costume était prêt. Il était visiblement un habitué. Eneron se pencha d’ailleurs vers moi pour me le préciser.

« C’est le meilleur tailleur de la ville, je ne me fournis que chez lui. »

Je répondis avec un sourire mi-amusé, mi-charmeur.

« Essayeriez-vous de m’impressionner Monsieur Stark ? »

Mais déjà le tailleur revint avec une housse et il pivota vers moi. Je le saluais ; j’avais eu l’occasion de venir une ou deux fois récupérer un costume pour mon père, mais j’étais loin de venir ici souvent.

« Oh mais serait-ce la benjamine Featherstone? Mince alors on vous a sacrément abîmés mademoiselle. Décidément vous savez toujours vous accompagner de la meilleure des manières. »

Mon ton se rembrunit légèrement à l’évocation de mon apparence « abîmée ». Ciel, heureusement que plusieurs jours c’étaient déjà écoulés sans quoi il aurait vraiment eu peur. J’allais répliquer, mais Eneron me devança.

« En vieillissant on se rend compte qu’il faut savoir profiter de chaque instant de cette courte vie. Bonne journée M.Falks. »

Décidément, cet homme avait le don d’avoir toujours la réplique qui convenait à chaque situation. Mon sourire réapparut face à sa façon de se jouer du vendeur. Je me penchais vers lui avec amusement.

« Essayez après cela de me faire croire que vous ne voulez pas qu’on parle de vous en évoquant des … Quels étaient vos mots ? « Sujet sensible » ? »

Je le vis regarder derrière nous. Il était visiblement suivi par sa sécurité.  J’haussais un sourcil. Que craignait-il en plein jour dans les rues du District 1. Nous étions en toute sécurité ….

« Avez-vous une enseigne particulière où vous désirez vous rendre? »

J’hésitais à peine. Il m’avait mise en appétit et surtout de bonne humeur. Si je voulais redevenir Channelle Featherstone, la première étape était sans aucun doute de ressembler à Channelle Featherstone. Ce qu’il me fallait se trouvait dans une boutique bien précise, où je m’habillais presque exclusivement. Du moulant, du sexy, du court, mais mignon. Bon, objectivement parfois ça flirtait un peu avec le vulgaire, mais toujours objectivement, sur moi tout avait du style et de la classe. Je désignai du doigt une boutique un peu plus loin.

« Je ne suis pas certaine qu’on trouve quelque chose pour vous là-bas cela dit. »

J’avais à présent un large sourire amusé sur le visage. J’entrainais Eneron jusque ladite boutique et passais la porte. Lorsque j’entrai, Christie  la vendeuse arriva vers moi. Elle était d’un goût très très expressif, mais elle avait son style bien à elle. Et elle était toujours chaleureuse.

« Bonjour Messieurs Dames … Oh Chachaaaa ! J’ai entendu pour ton accident, on ne voit déjà presque plus rien ! »

Accident … Les habitants avaient le don d’occulter les choses qui les dérangeaient. Et menteuse par-dessus le marché, mais c’était ce qui faisait toute bonne commerçante. Elle pivota et parti un instant derrière dans son stock. Elle revint avec une pile de vêtements.

« J’t’ai mis de côté ce qui me faisait penser à toi comme d’habitude ! Allez zou zou zou !»

Elle me poussa doucement vers la cabine.

« Monsieur Stark, je vous offre quelque chose à boire en attendant ? »

Je fis non de la tête en entraînant le milliardaire derrière moi.

« Tu plaisantes ? Je veux son avis. »

Je passais en revue les choses qu’elle m’avait mis avant de passer aux essayages en commentant ; cela me permettait généralement d’en éliminer une bonne moitié.

« Vulgaire, vulgaire, oulà, trop long … Voilà. »

Je pris la tenue qui m’avait tapée dans l’œil pour la journée ; un mini-short noir en cuir et un haut noir avec quelques sequins et deux petites bandes transparentes sur les côtés. Je rentrais rapidement me changer dans la cabine avant de ressortir. Je tournai sur moi-même.

« Alors, qu’est-ce que vous en pensez ? »

Je me fixai devant lui avant de prendre une pose.

« Personnellement, ça ne me dérange pas d’attirer l’attention. Vous pensez que ça fait l’affaire ? »

J’avais regardé la pile de vêtement qui me restait avant de me retourner vers Eneron.

« On va s’arrêter avec cette tenue, je suis persuadée que vous avez mieux à faire que de me regarder me changer pendant une heure. »


_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 45 ans.
☆ Surnom : Le renard
★ Occupation : Vendeur d'armes
☆ Humeur : Plutôt bonne
★ Plat préféré : Pizza , foie gras
☆District : Un

○ Points : 366
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Entretien de stage    Jeu 25 Fév - 20:08







« Les petites gens qui ont déjà tout ce qui leur faut dans les districts riches … »


Eneron ne réagit pas à la phrase pour le moins piquante de Channelle ; mais cela ne voulait pas dire qu’il n’y prêta pas attention, bien au contraire. La cadette du clan Featherstone faisait encore là preuve de lucidité et le milliardaire ne pouvait qu’admirer cela étant donné le jeune âge de la carrière meurtrie.


« Vous êtes un passionné Monsieur Stark. »


Cette fois le chef d’entreprise s’autorisa une réaction et se fendit d’un sourire.  Depuis leur première rencontre la jeune fille n’avait jamais hésité à lui partager le fond de sa pensée et depuis une certaine confiance s’était installée entre eux deux ; l’ancien mentor et l’aspirante tribut n’avaient pas peur de se dire les choses.

“ Pour réussir dans un domaine, je pense qu’il faut avant tout en être passionné pour éviter toute lassitude et persévérer pour aller vers la gloire. La passion est la clef du succès ; elle nous permet d’essuyer les échecs et de continuer à aller de l’avant.”



« Cela ne vous manque jamais ? Votre rôle de mentor, je veux dire ? »


C’était donc cela , elle commençait à songer à son futur ; au post-Jeux puisqu’à priori il était clair pour elle qu’elle y participerait et qu’elle les gagnerait. Finalement il n’y avait rien d’étonnant à cela; être vainqueur des Jeux ne constituait pas une vie , la plupart  connaissaient la gloire et la notoriété pendant quelques temps avant que les foules fanatiques et voraces du Capitole ne se tournent vers d’autres vedettes plus jeunes et même si faire partie de la fameuse famille des Featherstone impliquait une exposition plus durable et fructueuse , il était obligatoire de se reconvertir vers d’autres voies pour construire son futur. Beaucoup pensaient que cette voie résider dans leur rôle de mentor mais ils faisaient fausse route ; en raisonnant ainsi ils s’enfermaient dans leur condition trop exposée pour être stable au lieu de chercher à se détacher de tout ce qui touchait de près ou de loin aux Jeux de la Faim.

Eneron répondit en toute franchise à la question posée bien qu’il se doutât que la jeune fille avait déjà une idée de ce qu’il s’apprêtait à lui rétorquer.

“ J’ai été mentor pendant quelques années c’est vrai mais en rien je ne regrette ce poste. Cela me prenait beaucoup de temps pour au final ne m’apporter que peu de choses. Peut-être que je n’étais pas “passionné”, comme vous le dites si bien , par ce rôle qui consiste à accompagner des adolescents avant de les jeter dans la fosse aux lions. Cependant je tiens tout de même à préciser que j’ai toujours assumer mes fonctions et fait mon travail comme il se doit et bien que votre frère garde une rancoeur profonde à mon égard et un mauvais souvenir de notre collaboration je peux affirmer que je ne suis pas totalement étranger à sa victoire et au fond de lui il le sait ; c’est sûrement pour cela qu’il me déteste tant au lieu de m’ignorer tout simplement. “

Après être passé chez le tailleur du milliardaire , Channelle conduisit ce dernier dans une boutique de prêt-à-porter féminin où elle avait l’habitude de se rendre contrairement à son compagnon du jour. La vendeuse au style vestimentaire plutôt particulier accueillit chaleureusement celle qui était une fidèle cliente et l’ingénieur qui était connu dans tout le district.  La commerçante proposa alors une boisson à son “invitée” de marque mais ce fut Channelle qui répondit à sa place avec une pointe de malice , refusant l’offre de la vendeuse.

“Visiblement elle veut mon avis ; alors je vais devoir décliner.
” s’excusa l’ancien vainqueur.

Il emboîta alors le pas à Channelle qui examinait la pile de vêtements qu’elle avait en face d’elle ; choisissant méticuleusement ce qui aurait l’honneur d’être essayé. Elle finit par opter pour un ensemble qui lui avait tapé dans l’oeil et s’empressa de l’enfiler avant de s’enquérir auprès d’Eneron en ajoutant que cela ne l’importunait pas d’attirer les regards. Il fallait dire que dans cette tenue , la jeune carrière était très attirante ; le haut lui seyait à merveille et le petit short en cuir venait amener un peu de grivoiserie loin d’être déplaisante.

“Personnellement je ne comprends pas comment de jeunes idiots aient pu porter atteinte à votre splendide silhouette.
Eneron marqua une pause avant de reprendre avec un sourire . N’y voyez pas là une quelconque avance de ma part mais simplement un avis honnête de la part d’une sympathique connaissance plus âgée.”



Le milliardaire s’estima heureux que Channelle se montra raisonnable et ne se mit pas à essayer tout ce que la vendeuse avait mis de côté. Au moment du passage en caisse ; Eneron tendit sa carte bleue à la commerçante et souffla à la jeune fille :

“Cadeau de la maison pour votre prompt rétablissement”.

Ils sortirent alors de la boutique et purent remarquer les rues commençaient à se remplir de plus à plus à mesure que l’on avançait dans la matinée .

“Le pavillon de mon exposition ne se trouve pas si loin ; et si nous y faisions un tour pour que je puisse vous montrer plus en détails ce que nous faisons aux Stark Industries. Je pourrai faire office de guide d’exception ; ça ne se refuse pas.”

Eneron n’attendit pas vraiment la réponse de la jeune femme pour prendre la direction de l’exposition ; quand l’ingénieur avait une idée en tête il était bien ardue de le faire changer d’avis.

Le milliardaire avait fait le choix de placer l’exposition en plein centre-ville alors que toutes les autres infrastructures de son entreprise se situaient en périphérie car celle-ci s’adressait avant tout aux citoyens pour qu’ils puissent découvrir les divers produits qu’ils pourraient bientôt acheter ou encore les récentes découvertes de l’une des entreprises de distict les plus puissantes sur le marché. Ils pénétrèrent dans le luxueux bâtiment dont l’entrée était flanquée d’un majestueux logo des Stark Industries ; à l’intérieur Eneron eut l’heureuse surprise de voir déjà de nombreuses personnes qui visitait les différentes salles de cette exposition qui se voulait interactive.  Un agent de sécurité les fit entrer immédiatement sans passer par la caisse ou les portiques et Eneron put commencer à faire découvrir les inventions de sa firme à sa jeune invitée.

“Voici le Téléviseur RealSense 3500 , une petite révolution dans le domaine du multimédia puisqu’il permet à l’utilisateur de s’immerger totalement dans ce qu’il regarde. Pour cela il suffit d’enfiler ces sortes de lunettes binoculaires équipées d’électrodes qui vont vous plonger dans la scène comme si vous y étiez ; rajoutez à cela un synthétiseur d’odeurs et un son ultra haute-définition. Toutefois les clients désireux de regarder leur télévision sans y être totalement immergé peuvent le faire , il leur suffit simplement d’enlever ces lunettes , ou ce casque . Mais essayez plutôt ; le premier essai est souvent déconcertant mais une fois que l’on s’y habitue je peux vous dire que c’est une expérience unique que notre entreprise propose. “


Après avoir analysé cet incroyable poste de télévision sous toutes ses coutures , Eneron continua sa visite en lui présentant divers objets du quotidien ; de l’aspirateur complètement autonome au climataseur/radiateur intelligent en passant par le régulateur d’hydratation pour les plus sportifs.

Ils débouchèrent ensuite sur un long et large couloir où l’histoire de l’entreprise et de son fondateur était détaillée sur les murs avec de nombreuses images, vidéos et indications diverse. Il y avait bien une mention rapide de sa victoire aux Jeux mais celle-ci tenait en quelques mots et aucune image ne venait l’illustrer. Il était vrai que l’ancien vainqueur ne tenait pas à insister sur cet épisode qualifié de honteux par les habitants du District il y a quelques années mais Eneron n’aimait pas non plus entendre parler de tout ce qui touchait à l’arène y compris sa propre victoire. Il n’en pipa d’ailler pas un mot à Channelle et se contenta de lui exposer les grandes dates comme la création de l’entreprise , la signature de l’accord avec le gouvernement ou encore les divers actions notables de la corporation.
Dans une pièce annexe un film retraçant ce parcours était projeté mais Eneron fit le choix de ne pas s’y arrêter.

Ils entrèrent ensuite dans une vaste salle où cette fois le  logo de son industrie partageait l’affiche avec celle d’une autre entreprise pharmaceutique.

“La Stark industries essaie d’élargir son offre au maximum ; nous avions les équipes et les moyens nécessaires pour nous lancer seuls dans des domaines domestiques comme l’audiovisuel, le sport et d’autres mais notre entreprise , militaire avant tout ne l’oublion pas , n’était vraiment pas calibrée pour se lancer seule dans le domaine médicinale c’est pourquoi nous avons fait le choix de nous associer aux laboratoires Hewlett and Caleb , une entreprise pharmaceutique du Capitole avec qui nous oeuvrons pour proposer de meilleurs traitements. Leurs connaissances médicales alliées à nos potentialités technologiques nous permettent d’envisager une véritable réussit dans ce domaine. Par exemple nous nous sommes déjà lancé dans les nanomédecines ainsi que dans la fabrication de prothèse et d’atèles automatisés simplement révolutionnaires. “

Ils passèrent plusieurs dizaines de minutes dans cette pièce avant de passer dans une autre pièce adjacente où Channelle put découvrir que la Stark Industries s’était également associée avec une autre firme pour avoir un pied dans les domaines énergétiques nottament dans l’éolien et le photo voltaïque. Ce plan de réorientation de l’offre ne s’était visiblement pas fait sur un coup de tête et avait visiblement été préparé bien en amont ; malgré les apparences Eneron avait veillé à ne rien laisser au hasard.

Il y avait assurément encore bien des choses intéressantes à découvrir dans cette exposition mais Eneron avait d’autres plans.

“Je vous ai montré une bonne partie de ce qui est présenté au public ; maintenant que diriez vous de faire un tour dans les coulisses? Sachez que c’est un privilège que je n’accorde qu’à de rares personnes. “

 


_________________




Que voulez vous ? Il faut bien gagner sa vie...


Dernière édition par Eneron Stark le Jeu 21 Avr - 20:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Entretien de stage    Jeu 3 Mar - 21:22



 

La Stagiaire





« Personnellement je ne comprends pas comment de jeunes idiots aient pu porter atteinte à votre splendide silhouette. N’y voyez pas là une quelconque avance de ma part mais simplement un avis honnête de la part d’une sympathique connaissance plus âgée. »

Je levai les yeux au ciel.

« Le seul âge qui compte vraiment est celui qu’on a dans sa tête, ne croyez-vous pas ? »

Je rentrai dans la cabine et pour me rhabiller tout en continuant.

« Mais merci du compliment Monsieur Stark… Je continuai tout en sortant de la cabine. Toutefois, ne vous en faites pas, je sais encore faire la différence entre un compliment et des avances. »

Je songeais avec amusement au fait que, bien que le milliardaire soit charmant et bien conservé pour son âge – ce qui ne me poserait pas de problème personnellement- je n’allais tout de même pas chasser sur les plates-bandes de ma sœur ; j’avais de plus grands projets pour lui. Lors du passage en caisse, et m’offrit la tenue pour me souhaiter un bon rétablissement. Je le gratifiais d’un large sourire. On pouvait dire ou penser ce qu’on voulait de lui, mais Eneron avait quand même la classe.

« Le pavillon de mon exposition ne se trouve pas si loin ; et si nous y faisions un tour pour que je puisse vous montrer plus en détails ce que nous faisons aux Stark Industries. Je pourrai faire office de guide d’exception ; ça ne se refuse pas. »

J’haussai un sourcil. C’était en effet une proposition très alléchante … J’étais de nature très curieuse, et les technologies étaient un domaine qui m’échappait complétement. La proposition d’Eneron me rendit toute excitée, comme une gosse qu’on emmenait à la boulangerie du district.

« Si cela ne se refuse pas, je vous suis. »

J’essayais de ne pas paraître trop enthousiaste, mais mon excitation était assez difficile à contenir … Car en plus de ne pas m’y connaître dans ce sujet, je n’en avais que peu entendu parler … Eneron n’était pas très populaire chez les Featherstones.

« Voici le Téléviseur RealSense 3500, une petite révolution dans le domaine du multimédia puisqu’il permet à l’utilisateur de s’immerger totalement dans ce qu’il regarde. Pour cela il suffit d’enfiler ces sortes de lunettes binoculaires équipées d’électrodes qui vont vous plonger dans la scène comme si vous y étiez ; rajoutez à cela un synthétiseur d’odeurs et un son ultra haute-définition. Toutefois les clients désireux de regarder leur télévision sans y être totalement immergé peuvent le faire, il leur suffit simplement d’enlever ces lunettes, ou ce casque . Mais essayez plutôt ; le premier essai est souvent déconcertant mais une fois que l’on s’y habitue je peux vous dire que c’est une expérience unique que notre entreprise propose. »

J’observai avec attention tout ce que le milliardaire me disait et testait les objets qu’ils me tendaient au fur et à mesure. Il était certain que c’était tout à fait révolutionnaire, toutefois je me demandais si les gens n’étaient pas du Capitole ou d’anciens vainqueurs auraient un jour les moyens de s’offrir ces bijoux de technologie. Mais je suivais et j’écoutais Stark avec une attention empreinte de curiosité, et d’un peu d’admiration.

Puis nous passions dans une salle un peu différente qui retraçait là-encore le parcours du milliardaire, de ses débuts à aujourd’hui. Cela se concentrait principalement sur l’entreprise, et je fus surprise de n’y trouver qu’une brève évocation de sa victoire des Hunger games .. Toutefois je ne le soulevais pas. Il était clair que c’était chez nous un point de divergence ; je vénérais tout ce qui tournait autour de cette arène, et elle m’attirait comme le miel attirait l’ours … Tandis que lui semblait chercher encore et toujours à s’en éloigner. Il m’emmena alors dans une autre salle, ou Stark Industries était alliée à une autre entreprise que je ne connaissais guère. Il ne tarda pas à m’informer cependant …

« La Stark industries essaie d’élargir son offre au maximum ; nous avions les équipes et les moyens nécessaires pour nous lancer seuls dans des domaines domestiques comme l’audiovisuel, le sport et d’autres mais notre entreprise , militaire avant tout ne l’oublions pas , n’était vraiment pas calibrée pour se lancer seule dans le domaine médicinale c’est pourquoi nous avons fait le choix de nous associer aux laboratoires Hewlett and Caleb , une entreprise pharmaceutique du Capitole avec qui nous œuvrons pour proposer de meilleurs traitements. Leurs connaissances médicales alliées à nos potentialités technologiques nous permettent d’envisager une véritable réussit dans ce domaine. Par exemple nous nous sommes déjà lancés dans les nano médecines ainsi que dans la fabrication de prothèse et d’atèles automatisés simplement révolutionnaires. »

Je l’écoutais là encore avec attention. Son entreprise était beaucoup plus polyvalente que je ne me l’imaginais, et même si je ne connaissais pas grand-chose à la médecine, je voyais déjà toute une liste d’utilité défiler dans ma tête. Des prothèses. Des atèles automatisés … Cela pourrait être d’une utilité folle au centre des carrières, lorsqu’on se blessait en s’entrainant, pour remonter en scelle plus rapidement.

« C’est très impressionnant Monsieur Stark. »

La visite tourna finalement assez court ; Eneron semblait avoir d’autres projets. Il m’écarta de la visite « tout public » et m’entraîna dans un couloir interdit aux visiteurs. Il s’arrêta devant une porte et me fixa un instant.

« Je vous ai montré une bonne partie de ce qui est présenté au public ; maintenant que diriez-vous de faire un tour dans les coulisses? Sachez que c’est un privilège que je n’accorde qu’à de rares personnes. »

Je le fixai un instant avant de répondre.

« J’en serais ravie, vraiment … »

Je n’aurais voulu dire que ça, toutefois ma phrase appelai au « mais », je l’avais bien senti. Parce que cette curiosité continuait à me piquer …

« Mais je ne suis pas sûre de savoir ce que j’ai fait pour mériter ce privilège. Ne vous méprenez pas, je suis enchantée par la visite et j’ai vraiment très envie d’en voir davantage … »

Mais je commençai à bien le connaître. Et je pensais qu’il me connaissait lui-même assez bien pour voir que je faisais un peu tâche dans le décor.

« Mais je crains de ne pas être compétente sur le sujet et je déteste ne pas comprendre … Alors si vous me faites entrer là-dedans, attendez-vous à subir un vrai interrogatoire. »


_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 45 ans.
☆ Surnom : Le renard
★ Occupation : Vendeur d'armes
☆ Humeur : Plutôt bonne
★ Plat préféré : Pizza , foie gras
☆District : Un

○ Points : 366
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Entretien de stage    Mer 23 Mar - 15:18








« Mais je crains de ne pas être compétente sur le sujet et je déteste ne pas comprendre … Alors si vous me faites entrer là-dedans, attendez-vous à subir un vrai interrogatoire. »


Ainsi elle aussi détestait ne pas comprendre quelque chose à laquelle elle devait faire face  ; tout comme le milliardaire , Eneron était de plus en plus convaincue que la cadette Featherstone était bien la personne dont il avait besoin.

"Oh! Détrompez-vous Mlle Featherstone je suis persuadé que vous êtes tout à fait compétente sur le sujet ou du moins que vous le deviendrez bien assez vite. "


Eneron passa son badge dans un boîtier électronique avant de poser son pouce sur un lecteur d’empreintes digitales ; une fois l’identité de l’ancien vainqueur confirmée , la porte s’ouvrit.

"Suivez moi je vous prie."


Ils entrèrent tout deux dans une petite pièce exiguë qui en réalité se révélait être un simple garage ; il y avait certes une splendide voiture qui trônait au centre mais rien de ce qu’il s’y trouvait ne justifiait le caractère privé et réservé de cette salle.
Eneron ne tarda pas à fournir quelques explications :

"Je ne suis pas assez imprudent pour mettre en dépôt des projets encore secrets ici , en plein milieu du centre de la ville . Ici je me suis contenté de garer ma voiture afin de pouvoir quitter les lieux au plus vite si la situation le réclame."


Et à priori la situation le réclamait , puisque le milliardaire se dirigea vers la voiture et , en parfait gentleman , il ouvrit la portière de la place passager  pour laisser entrer Channelle à l’intérieur ; puis il prit place à son tour.  

Eneron mit en marche le véhicule sans prononcer le moindre mot ; il sentait que sa jeune invitée commençait par être de plus en plus intriguée par la démarche pour le moins particulière de l’ingénieur : il lui plaisait d’entretenir ce mystère pendant encore quelques dizaines  minutes.

Ils quittèrent le centre-ville et se dirigèrent vers la périphérie ; Eneron roulait paisiblement sans chercher à impressionner Channelle en appuyant sur l'accélérateur; il n’en ressentait pas réellement le besoin. Ils gagnèrent la “zone Stark” où se trouvait le siège de la prestigieuse entreprise ainsi que quelques bâtiments annexes.  Il stationna son cabriolet devant l’entrée principale avant de se tourner vers la jeune femme .

"C’est ici que je préfère préserver mes projets."
Lui dit-il avec une pointe de malice.

L’immense hall d’entrée du bâtiment n’avait quasiment pas besoin d’être éclairée en pleine journée ; les rayons du soleil qui passaient à travers la baie vitrée suffisaient amplement.  Des employés installées derrière un grand comptoir immaculé se chargeaient d’aiguiller les différents visiteurs et collaborateurs qui défilaient tout au long des journées.  
Les gardiens à l’entrée firent directement entrer Eneron et Channelle sans passer par les contrôles de sécurité puis le milliardaire guida la jeune carrière à travers les couloirs et le dédale d'ascenseurs. Ils débouchèrent enfin dans l’aile du bâtiment où se trouvait son bureau et les principales salles de conférence qui se devaient de n’être que très peu éloignés du lieu de travail de l’ancien vainqueur.  En sortant de l'ascenseur ils furent accueilli par une femme souriante.

“Bonjour M.Stark. “

Elle remarqua alors  la présence de Channelle , qu’elle ne mit pas longtemps à reconnaître.

Vous êtes venu avec une invitée de marque …

-Effectivement Gala ; je vais m’entretenir quelques minutes avec elle . Faites en sorte que nous ne soyons pas dérangé , quelque soit la raison.


-Très bien Monsieur.

Eneron se tourna alors vers Channelle pour faire les présentations.

“ Mlle Featherstone , permettez moi de vous présenter Mlle. Undersail  qui est bien plus qu’une simple secrétaire mais bien la meilleure assistante de chefs d’entreprises depuis que Madame Marple a pris sa retraire. “


Gala tendit la main à Channelle en lui adressant un large sourire.

“Enchantée de connaître enfin la dernière mais pas la moindre de la fratrie Featherstone. “

Eneron fit ensuite entrer dans son bureau , si toutefois l’on pouvait appeler cet immense pièce un bureau. Il y avait certes un bureau blanc à l’architecture moderne qui se trouvait dans un coin de la pièce mais le milliardaire devait bien avouer qu’il ne l’utilisait que ponctuellement : les réunions et rencontres avaient souvent lieu dans d’autres salles .  La pièce pouvait aisément être qualifié d’un formidable laboratoire ;de nombreux appareils à l’obscur usage qui étaient soigneusement disposés. C’était ici que naissaient la plupart des projets de l’ingénieur qui pouvait aisément réaliser de nombreux tests préliminaires lui-même dans ce qu’il aimait appeler sa “zone de création” . Il y avait également un grand tableau numérique qui permettait au milliardaire de consulter à peu près toutes les informations relatives à son entreprise : il pouvait ainsi consulter les modèles de ses créations , le cours des actions de l’entreprise ainsi que diverses statistiques et données scientifiques ou financières.

L’ancien vainqueur offrit une chaise à Channelle avant de prendre lui même place derrière son bureau ; il dévisagea pendant quelques secondes la jeune fille .

“Je pense qu’il est inutile de préserver le suspense plus longtemps. Nous ne nous sommes rencontrés que quelquefois mais cela m’a suffi pour percevoir en vous quelque chose que je recherche depuis un moment et que je ne retrouve malheureusement pas chez beaucoup de jeunes gens ; aussi diplômés soient-il. Vous faites preuve d’une force de caractère et de détermination tout à fait louables mais vous êtes également d’une remarquable finesse d’analyse et d’une belle capacité de réflexion et votre malice et votre humeur naturelle sont également des outils non négligeables.

Il n’est pas dans mes habitudes de caresser les gens dans le sens du poil , au contraire j’ai souvent tendance à ne relever que leurs défauts principaux mais vous je suis persuadé que vous serez amenée à réaliser de grandes choses.

C’est pour cela que je vous propose une offre en or : que diriez vous , qu’en attendant votre complet rétablissement et votre reprise de l’entraînement au Centre des Carrières,  de devenit stagiaire dans la Stark Industries ; stagiaire que je parrainerai directement bien entendu."


Cette fois Eneron n’affichait aucun sourire ; il se contentait de fixer intensément celle qu’il désirait voir rejoindre ses rangs. Il n’y avait rien qui tenait de la plaisanterie dans sa proposition ; tout cela semblait très sérieux aux yeux de l’intrigant entrepreneur.



 


_________________




Que voulez vous ? Il faut bien gagner sa vie...


Dernière édition par Eneron Stark le Jeu 21 Avr - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Entretien de stage    Dim 10 Avr - 16:29



 

La Stagiaire





Eneron m’avait emmené dans un autre endroit. Le premier me semblait déjà vraiment particulier, aussi j’étais extrêmement impatiente de découvrir la suite même si j’ignorais toujours là où il voulait en venir. Pour moi, c’était un moyen de passer le temps l’après-midi, il voulait sans doute m’occuper l’esprit.

« C’est ici que je préfère préserver mes projets. »

Les « projets ». Des choses qui n’étaient donc pas encore connu du public … J’étais de plus en plus intriguée. Je ne m’attardais même pas sur le fait que la visite était sans doute motivée par la pitié que lui inspirait ma condition, ou par le fait qu’il le faisait peut-être dans le but d’énerver Kyle ; la visite aiguisait trop mon intérêt pour que je me soucie de cela maintenant. Je fis ensuite la connaissance de sa secrétaire. Elle était très polie et dis un petit mot sur le fait que j’étais « une invitée de marque », ce qui m’arracha un sourire. Elle avait été bien formée …

« Enchantée de connaître enfin la dernière mais pas la moindre de la fratrie Featherstone. »

Je lui serrais la main.

« Pareillement Mademoiselle Undersail »

Elle devait sans doute connaître quelques informations sur les personnes influentes de Panem, et glisser une information à chaque fois pour que les visiteurs se sentent bien reçus et … Importants. C’était brillant, à vrai dire. Je pénétrais alors dans le bureau du milliardaire. Il était rempli de machines, cela ressemblait d’ailleurs plus à un laboratoire qu’à un bureau. Je me surpris alors à m’interroger sur les fonctions exactes du Stark : je m’étais toujours imaginé qu’il avait payé des employés pour faire prospérer son entreprise, qu’il n’en était que le « visage ». Mais peut-être participait-il lui-même à la création des nouveautés de son entreprise ? Mais avant que je n’ai pu tirer cela au clair en le questionnant, il me pris de cours.

« Je pense qu’il est inutile de préserver le suspense plus longtemps. Nous ne nous sommes rencontrés que quelquefois mais cela m’a suffi pour percevoir en vous quelque chose que je recherche depuis un moment et que je ne retrouve malheureusement pas chez beaucoup de jeunes gens ; aussi diplômés soient-il. Vous faites preuve d’une force de caractère et de détermination tout à fait louables mais vous êtes également d’une remarquable finesse d’analyse et d’une belle capacité de réflexion et votre malice et votre humeur naturelle sont également des outils non négligeables. »

Il marqua une pause. Je le fixai avec un regard à la fois intrigué et perdu. Biensûr ses paroles me flattaient, cela allait sans dire. Je ne me rappelai pas la dernière fois, si cela s’était déjà produit, que quelqu’un avait fait un compliment à mon égard qui ne concernait pas ma force physique ou mes talents de combat. Il reprit.

« Il n’est pas dans mes habitudes de caresser les gens dans le sens du poil, au contraire j’ai souvent tendance à ne relever que leurs défauts principaux mais vous je suis persuadé que vous serez amenée à réaliser de grandes choses. C’est pour cela que je vous propose une offre en or : que diriez-vous, qu’en attendant votre complet rétablissement et votre reprise de l’entraînement au Centre des Carrières,  de devenir stagiaire dans la Stark Industries ; stagiaire que je parrainerai directement bien entendu. »

Je le fixai un instant avant d’éclater d’un rire cristallin. Mais il ne souriait même pas …

« Vous parlez sérieusement ? »

Mais alors que je plongeais mon regard dans le sien, je compris qu’aussi taquin que l’homme pouvait se montrer parfois, il ne plaisantait pas. Que dire ? J'avais perdu le fil ... Ce n’était pas possible. Ca ne m’intéressait pas, et je n’avais pas le temps. Je devais consacrer tout mon temps à l’entraînement, même dans mon état … N’est-ce pas ?

« Je … Je ne sais pas quoi dire … Si ce n’est que je suis à la fois surprise et très flattée. »

Je réfléchis quelques instants. C’était en effet une proposition en or. N’importe quel habitant lambda se serait jeté sur cette opportunité. Mais ce n’était pas ce que je voulais faire de ma vie. Enfin, pas maintenant …

« Je mentirais si je vous disais que je ne suis pas intéressée, en particulier maintenant. »

Qu’est-ce que je racontais ? Est-ce que ça m’intéressait maintenant ?

« Depuis ma récente … Mésaventure … J’ai réalisé que sans les carrières, ma vie était bien vide. »

Voilà. Je l’avais dit … Même si je n’avais pas réussi à me l’avouer à moi, je lui avais avoué, à lui. C’est une chose que je n’aurais sans doute pu dire à qui que ce soit d’autre.

« Mais aussi tentante que soient votre proposition, je … Ne peux pas l’accepter. Je vous suis très reconnaissante, n’y voyez pas de l’ingratitude mais c’est impossible, parce que … »

Parce que je dois me consacrer à l’arène. Parce que je dois m’entraîner toute la journée. Parce que ça n’a pas sens. Parce que …

« Parce que je ne peux pas faire cela à Kyle. »

Voilà, c’était sorti. La vraie raison qui faisait que j’étais pieds et poings liés.

« Dans cette épreuve, il a été mon seul soutien même s’il ne l’avouera jamais. Il m’a accueillie chez lui, soignée, il continue à m’entraîner. S’il venait à l’apprendre …  Je n’ose même pas imaginer sa réaction. Mais je pense que vous pouvez vous l’imaginer … »


_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 45 ans.
☆ Surnom : Le renard
★ Occupation : Vendeur d'armes
☆ Humeur : Plutôt bonne
★ Plat préféré : Pizza , foie gras
☆District : Un

○ Points : 366
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Entretien de stage    Ven 22 Avr - 11:30








Channelle était hésitante ; de toute évidence l’offre d’Eneron n’était pas tombée dans l’oreille d’une sourde et encore moins d’une idiote et le milliardaire percevait bien qu’elle était intéressée mais là était sûrement le problème ; elle était juste intéressée et n’avait pas sauté sur la proposition comme de nombreux autres postulants l’auraient fait.
D’un  côté cela avait du bon ; la jeune carrière n’était pas prête à se jeter sans réfléchir aux conséquences de ses actes , elle prenait le temps d’y réfléchir avant de répondre. C’était une qualité rare chez de si jeunes et ambitieuses personnes.
De l’autre cela voulait également dire qu’après réflexion elle pouvait tout simplement décliner l’offre au grand dam de l’ingénieur.


« Depuis ma récente … Mésaventure … J’ai réalisé que sans les carrières, ma vie était bien vide. »




Eneron haussa un sourcil ; s’il avait plusieurs fois réussi à suprendre la jeune Featherstone depuis le début de la journée il fallait bien dire que pour le coup c’était elle qui l’étonnait. Il ne s’attendait pas vraiment à entendre une telle confidence qui de toute évidence n’avait pas été criée sous tous les toits.


« Mais aussi tentante que soient votre proposition, je … Ne peux pas l’accepter. Je vous suis très reconnaissante, n’y voyez pas de l’ingratitude mais c’est impossible, parce que…"


Déçu l’ancien vainqueur s’enfonça au fond de son fauteuil ; elle refusait , il ne savait pas encore pourquoi mais peu importait elle venait de décliner sa proposition. Un sentiment qui ne s’était pas fait ressentir bien souvent dans ce bureau monta dans le coeur de milliardaire : l’échec. Car il avait échoué à la convaincre , toute sa démarche et sa stratégie d’approche n’avaient pas suffi mais que fallait-il faire de plus? N’aurait-il pas fallu aller encore plus loin?

Mais les explications de Channelle vinrent couper court aux interrogations de l’homme d’affaires.


" Parce que je ne peux pas faire cela à Kyle
.


-Ah…"


Eneron comprit alors que son échec ne résultait pas d’une faille dans son petit plan de recrutement mais bien d’une relation qui semblait les mettre dans une impasse. Et pourtant il aurait dû prévoir l’influence de Kyle sur la jeune fille :il était son grand frère , son entraîneur au Centre et un ancien Vainqueur qu’elle devait sûrement ériger en modèle . Bon sang ! Comme avait-il pu oublier de tenir compte de son ancien tribut ?



« Dans cette épreuve, il a été mon seul soutien même s’il ne l’avouera jamais. Il m’a accueillie chez lui, soignée, il continue à m’entraîner. S’il venait à l’apprendre …  Je n’ose même pas imaginer sa réaction. Mais je pense que vous pouvez vous l’imaginer … »


Le milliardaire s’efforça de sourire , Channelle avait sûrement du voir sa déception mais il fallait assurément continuer à se montrer sous un jour confiant.

“Ce cher Kyle … C’est vrai ; comment ai-je pu l’oublier?  “

Eneron observa la carrière pendant un moment et reconnut sur son visage encore juvénile plusieurs traits que portait celui dont il avait jadis était le mentior.  Il y avait sûrement du Kyle en elle , c’était son frère et après tout cela pouvait représenter un atout car le milliardaire savait que l’aîné du clan Featherstone avait de nombreuses qualités ; mais d’un autre côté il croyait fortement que Channelle était aussi différente de son frère . Quand Kyle n’avait jamais réussi à s’extirper du monde violent et cruel des Carrières , Channelle semblait vouloir se projeter plus loin.

“Mlle. Featherstone
, reprit Eneron , sachez que je vous comprends tout à fait. Kyle est votre frère et je vois qu’il vous a rendu de fiers services. Vous avez grandi ensemble , partagé ensemble , tremblé ensemble  , ri ensemble ; vous êtes forcément proches alors que moi j’ai débarqué brutalement au milieu de votre jeune vie bien rodée. La préférence va donc logiquement vers votre frère aîné et je n’en suis vraiment pas vexé.
Et puis , oui , j’imagine bien sa réaction si jamais vous accepté mon offre. Disons qu’il ne me tient pas en très haute estime ; je pourrais même affirmer qu’il me déteste. Alors certes je n’ai ni été le vainqueur le plus glorieux du Un ni le mentor le plus exemplaire mais je ne veux pas que vous croyez que je l’ai laissé se débrouiller seul dans l’arène. J’ai fait mon boulot de mentor aussi bien que je le pouvais , sans grand enthousiasme il est vrai , mais je n’ai jamais délaissé aucun de mes tributs durant les quelques années où j’ai assumé ce rôle cruel et hypocrite. Pour aider Kyle et Opaline j’ai usé de mon influence encore naissante auprès des Juges et des sponsors et cela a plutôt bien fonctionné ; au fond votre frère sait , même s’il ne l’avouera jamais , que s’il a gagné les Jeux c’est un peu grâce à moi. C’est sûrement pour cela qu’il me hait tant. “

Eneron ne mentait pas ; s’il n’avait jamais apprécié son rôle de mentor il l’avait toujours assumé dans le but de faire gagner l’un de ses tributs qui , entre autres choses , le remplacera comme mentor. Mais cette partie de sa vie faisait dorénavant partie de son passé.

Donc je comprends votre décision ; toutefois je vous conseille d’y réfléchir à nouveau pendant quelques temps. Vous le dites vous même : sans les Carrières votre vie semble vide. Vous n’êtes pas une exception et c’est le cas de la plupart des Carrières , votre frère par exemple  , et il est très compliqué de parvenir à autre chose même si mon cas est légèrement différent compte tenu du fait que je ne suis jamais vraiment rentré dans le moule quand je m’entraînais au Centre.
Avec ce stage je vous ouvre une porte sur un monde bien différent du vôtre , plus vaste , plus flou et je vous l’assure pas moins dangereux et violent mais aussi haletant et excitant. J’ai bien compris lors de nos précédentes conversations  que vous désirez plus que tout remporter les Jeux mais une fois cela fait que compterez vous faire? Formatrice au Centre des Carrières?"


Il émit un petit rire mesquin , il fallait à présent instiller le doute dans son jeune esprit ; ce serait déjà une petite victoire.

“Voyons Channelle tu vaux bien mieux que cela .
Le passage du vouvoiement au tutoiement était volontaire; Eneron étant persuadé que le tutoiement permettait de rendre une discussion plus “intime” et donc les arguments plus convaincants .  Malheureusement je doute fort que les opportunités soient très nombreuses pour toi ; ce monde , il tendit ses bras pour désigner le monde du travail et des entreprises , n’apprécie que modérément les carrières sauf quand il s’agit de parier. Moi je vous ouvre une porte mais je ne pourrai la maintenir ouverte indéfiniment et j’ignore s’il y aura d’autres chemins pour vous. “

Les arguments du milliardaire faisaient leur effet  , c’était évident mais Channelle n’était pas encore totalement convaincue et son hésitation était encore percevable  quand soudain une idée folle germa dans l’esprit bien rempli de l’ancien Vainqueur.

“Et si je parvenais à convaincre votre frère , cela pourrait il changer les choses ? “

Il avait dit ça sur un ton presque innocent , comme une idée en l’air et un peu folle. Kyle et lui ne s’était plus adressé la parole depuis des années mais cette fois le jeu en valait peut-être la chandelle. Et puis , Eneron le savait , c’était avec des idées folles qu’on arrivait à ses fins.

 


_________________




Que voulez vous ? Il faut bien gagner sa vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Entretien de stage    Mer 27 Avr - 22:52



 

La Stagiaire





« Ce cher Kyle … C’est vrai ; comment ai-je pu l’oublier? »

Je me pinçai la lèvre. Ce « cher » Kyle. J’avais détesté Eneron par le passé, et j’avais malgré cela appris à l’apprécier depuis peu de temps, pire, à avoir une certaine forme de respect et d’admiration pour lui. Mais je détestais la façon dont il prononçait le nom de mon frère … Avec une certaine forme d’ironie et de moquerie. Toutefois il m’affirma rapidement qu’il comprenait parfaitement mon refus et mon dévouement à mon frère, ce qui apaisa mon esprit.

« Et puis, oui, j’imagine bien sa réaction si jamais vous accepté mon offre. Disons qu’il ne me tient pas en très haute estime ; je pourrais même affirmer qu’il me déteste. Alors certes je n’ai ni été le vainqueur le plus glorieux du Un ni le mentor le plus exemplaire mais je ne veux pas que vous croyez que je l’ai laissé se débrouiller seul dans l’arène. J’ai fait mon boulot de mentor aussi bien que je le pouvais, sans grand enthousiasme il est vrai, mais je n’ai jamais délaissé aucun de mes tributs durant les quelques années où j’ai assumé ce rôle cruel et hypocrite. Pour aider Kyle et Opaline j’ai usé de mon influence encore naissante auprès des Juges et des sponsors et cela a plutôt bien fonctionné ; au fond votre frère sait, même s’il ne l’avouera jamais, que s’il a gagné les Jeux c’est un peu grâce à moi. C’est sûrement pour cela qu’il me hait tant. »

J’haussais un sourcil amusé. C’était la deuxième fois en quelques jours que l’ex mentor me ressortait exactement la même histoire. De deux choses l’une ; soit il devenait sénile (mais entre nous, il était loin de faire si vieux quoi qu’il puisse en dire), soit c’était simplement un sujet sensible. Peut-être n’en était-il pas conscient lui-même, mais ce sujet lui tenait particulièrement à cœur vu la façon dont il s’en défendait. Toutefois, je décidai de ne pas relever ; il venait de me faire une belle offre que j’étais obligée de refuser.

« Donc je comprends votre décision ; toutefois je vous conseille d’y réfléchir à nouveau pendant quelques temps. Vous le dites-vous même : sans les Carrières votre vie semble vide. Vous n’êtes pas une exception et c’est le cas de la plupart des Carrières , votre frère par exemple, et il est très compliqué de parvenir à autre chose même si mon cas est légèrement différent compte tenu du fait que je ne suis jamais vraiment rentré dans le moule quand je m’entraînais au Centre. Avec ce stage je vous ouvre une porte sur un monde bien différent du vôtre, plus vaste, plus flou et je vous l’assure pas moins dangereux et violent mais aussi haletant et excitant. J’ai bien compris lors de nos précédentes conversations que vous désirez plus que tout remporter les Jeux mais une fois cela fait que compterez-vous faire? Formatrice au Centre des Carrières? »

Là, je tiquais un instant. Qu’était-il en train de faire ? Pensait-il donc que j’avais perdu tout honneur ? Je m’en voulais presque de l’avoir induit en erreur ; j’étais et je demeurais la première admiratrice des carrières et de leurs valeurs. Ce n’est pas parce qu’une pomme de l’arbre est pourrie qu’il faut le couper. Je le laissais continuer, toutefois un peu piquer par sa façon de dire les choses.

« Voyons Channelle tu vaux bien mieux que cela. Malheureusement je doute fort que les opportunités soient très nombreuses pour toi ; ce monde, n’apprécie que modérément les carrières sauf quand il s’agit de parier. Moi je vous ouvre une porte mais je ne pourrai la maintenir ouverte indéfiniment et j’ignore s’il y aura d’autres chemins pour vous. »

S’en était trop. J’aurais été énervée dans d’autres circonstances, mais je ne comprenais que trop ce qu’il était en train de faire ; cependant je n’aimais pas le fait qu’il tente de me manipuler ainsi, surtout en essayant de me rabaisser moi, ma famille, et tout ce en quoi je croyais.

« Et si je parvenais à convaincre votre frère, cela pourrait-il changer les choses ? »

Son regard s’était illuminé en même temps que le mien s’était arrondi … Avant que je n’éclate de rire. C’était le pompon. Et je voyais à la lueur dans ses yeux qu’il était on ne peut plus sérieux. Je relevai les yeux vers lui avant que mon rire ne disparaisse.

« Pardonnez-moi, je ne voulais pas me moquer, mais … Vous n’avez certainement pas parlé à Kyle depuis des années. C’est une vraie tête de mule, et je n’ose même pas penser à ce qu’il dirait si vous tentiez de lui en parler. »

Je secouai la tête. J’avais envie de ce stage, pourtant. Mais pas pour les raisons qu’il pensait.

« Toutefois, je suppose que si je quittais la maison lorsqu’il part au centre et que je revenais avant qu’il ne revienne, il n’aurait jamais besoin de le savoir … »

Je culpabilisai déjà rien que d’avoir prononcé ces mots … De la culpabilité, et un peu de peur aussi … Parce que s’il venait à l’apprendre, et que je le lui avais caché, sa colère n’en serait que plus noire. Mais c’était le seul moyen ; il fallait savoir ce que je voulais. Malgré tout, je tenais à ce que les choses entre Eneron et moi soient bien claires.

« Toutefois, laissez-moi quand même éclaircir un point, Mr. Stark. Si je suis intéressée, c’est parce que je suis curieuse, et que j’ai été fascinée par tout ce que vous m’avez montré. Je vous apprécie, aussi surprenant que ça soit, même pour moi … Mais ne confondez-pas mon intérêt pour vous avec un changement radical de personnalité. J’ai compris ce que vous essayez de faire en dégradant ainsi les carrières, mais ne le refaites plus. Malgré mon expérience récente, je garde cette institution en TRES haute estime, et si je devais un jour être appelée à y être coach, j’en serais très honorée. Et même si cela ne se produisait pas, mes parents sont également parmi les plus riches de ce district ; et si un jour je veux faire autre chose de ma vie, je pourrais me tourner vers l’entreprise de diamant de ma famille. »

Je m’étais légèrement penchée sur la table pour lui faire face.

« J’ai du respect pour votre opinion, aussi vous ne m’entendez pas prôner les qualités des carrières en essayant de vous convaincre. J’apprécierais que vous me témoignez la même courtoisie …Tout cela pour dire que si votre proposition m’intrigue, ce n’est pas parce que j’en ai besoin, mais parce qu’elle m’intéresse. »

Je ne l’avais pas quitté des yeux. J’espérais qu’il ne tenterait plus de rabaisser mes idéaux pour me manipuler, sans quoi cela ne pourrait pas fonctionner … Et j’avais envie que ça fonctionne. J’avais envie de découvrir ce monde, son monde, mais sans avoir à renier le mien.

« Je veux tout, Mr. Stark … Est-ce si excentrique de ma part, de ne pas vouloir me contenter que d’une facette de ce monde ? »

J’étais persuadée qu’il me comprendrait. Je me pinçai la lèvre. Voilà, c’était là que tout allait se décider. Toutes les cartes étaient sur la table, tout avait été dit. Il ne restait plus qu’une chose à savoir ; pouvait-il accepter de me prendre en stage sans que mon frère soit au courant, et en me laissant des horaires qui correspondent à ceux de mon frère ? C’était le moment de vérité.

« Alors Mr. Stark, qu’en dites-vous ? … Savez-vous garder un secret ? »


_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 45 ans.
☆ Surnom : Le renard
★ Occupation : Vendeur d'armes
☆ Humeur : Plutôt bonne
★ Plat préféré : Pizza , foie gras
☆District : Un

○ Points : 366
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Entretien de stage    Ven 24 Juin - 18:33








“Eh bien, au moins j’ai la confirmation que vous ne vous laissez pas marcher sur les pieds.. C’est indispensable si l’on veut exister dans le monde des affaires.”

Si Eneron avait été déstabilisé par la réplique mordante de Channelle , il n’en montrait rien et s’efforçait de garder un air toujours aussi jovial. Il fallait dire qu’en critiquant assez violemment  les Carrières devant la jeune femme ; l’absence de réaction de celle-ci aurait été plutôt inattendue.  Après tout n’était-elle pas elle même l’une des Carrières les Plus talentueuses ; le milliardaire s’était certainement enflammer en lui étalant cet argumentaire . Même lui faisait parfois des erreurs , comme tout autre homme ; n’en commettre aucune était tout bonnement impossible et dans ce domaine le seul moyen de se démarquer des autres était de savoir rebondir après chaque erreur et de minimiser leur impact.  C’était là-dessus que l’ingénieur avait bâti son succès car oui des erreurs , il en avait fait des multitudes.


« J’ai du respect pour votre opinion, aussi vous ne m’entendez pas prôner les qualités des carrières en essayant de vous convaincre. J’apprécierais que vous me témoignez la même courtoisie …Tout cela pour dire que si votre proposition m’intrigue, ce n’est pas parce que j’en ai besoin, mais parce qu’elle m’intéresse. »


Il n’était plus à prouver que Channelle avait du répondant mais le milliardaire devait bien avouer qu’il était quasiment impossible d’anticiper ce qu’elle pouvait s’apprêter à affirmer. Quand d’autres auraient bondi d’indignation à l’écoute d’une telle diatribe à l’encontre de leur institution ou de leur famille mais la cadette du clan Featherstone avait ce don de répondre avec subtilité tout en faisant bien passer son message.

“Très bien ; alors à l’avenir je vous promets que nous éviterons ce genre de sujets sensibles  pour nous concentrer sur ce qui vous “intéresse” ici .”


Channelle soutenait le regard brun de l’entrepreneur ; cette fois-ci la manipulation “eneronesque” avait fait chou blanc et c’était une toute jeune femme qui n’était pas rentré dans son jeu. Elle était presque une adolescente aux yeux de l’ancien vainqueur aux tempes grisonnantes et pourtant elle lui tenait tête et elle le faisait aussi bien que des personnes comme Kyle, Mitch Flecto voire même la président Water en personne.



« Je veux tout, Mr. Stark … Est-ce si excentrique de ma part, de ne pas vouloir me contenter que d’une facette de ce monde ? »



A l’écoute des ces mots révélateurs des ambitions hors normes de Channelle , Eneron se pencha en avant sur son bureau et lui rétorqua :

“Précisément Mlle Featherstone , votre ambition est excentrique au même titre qu’avait été la mienne pendant si longtemps. Elle est excentrique dans le sens où elle est peu commune , qu’elle sort de la norme. Pour avoir le plus possible il faut tout revendiquer.
Ah si vous saviez comment je regrette mon excentricité d’antan , mon ambition d’avant. “

Le regard d’Eneron perdit alors d’un peu de son pétillant et se perdit quelques fractions de seconde dans le vide. S’il était arrivé aussi loin aujourd’hui c’était très certainement grâce à son ambition hors-norme , la fougue de sa jeunesse , son intrépidité et son impertinence. Avec les années il avait parfois l’impression d’être un peu rentré dans le rang , alors certes il restait toujours un entrepreneur atypique et imprévisible , mais il lui semblait avoir perdu un peu de ses qualités dont les vestiges ne s’exprimaient plus que par quelques fulgurances comme cette exposition ouverte en même temps que les Jeux. Aujourd’hui il était plus subtil et peut-être plus lisse , et l’expression de ses arrière-pensées passait par des sous-entendus que seuls les plus alertes pouvaient comprendre.


« Alors Mr. Stark, qu’en dites-vous ? … Savez-vous garder un secret ? »


Eneron adressa un sourire qui semblait , une fois n’est pas coutume , plutôt franc.

“Oooh je crois pouvoir dire que oui. Très bien alors nous ferons comme cela , dites moi à quels heures environ votre frère est absent et au pire si cela varie , eh bien venez quand vous le pouvez.  Quand vous arriverez demandez simplement M.Stark au secrétariat , ils devraient savoir de qui il s’agit.”


Le milliardaire ouvrit un tiroir et en tira un contrat déjà prêt , visiblement il avait déjà tout planifié.

“Prenez le temps de tout lire mais je ne crois pas qu’il y ait de pièges.”

C’était vrai , le contrat était classique et les conditions assez brèves. Avec satisfaction il regarda la jeune femme signer à l’aide de l’onéreux stylo qui trônait sur le bureau.

“Felicitation Mlle Featherstone , vous êtes engagées , annonça-t-il quand elle lui rendit le contrat. Vous commencez demain .”


L’ancien vainqueur se leva de son  siège et , en gentilhomme galant qu’il était , s’empressa d’ouvrir la porte pour laisser passer sa nouvelle stagiaire. Sans un mot supplémentaire ils passèrent devant le bureau que Gala semblait avoir momentanément désertée et redescendirent au hall d’entrée.

Quand les portes de l'ascenseur s’ouvrirent ils tombèrent nez-à-nez avec un homme d’âge mûr, soigneusement rasé et vêtu qui sourit en voyant le dirigeant de l’entreprise.

“Ah Eneron comment va…”

L’homme s'interrompit quand il  remarqua  la présence de Channelle à côté de l’ingénieur , il parut surpris mais ne fit aucune remarque.

“Voyons ne fais pas cette tête là
, elle travaille chez nous. lui répondit l’ingénieur
Voici Tobias , mon associé principal dans l’entreprise ; il a quasiment les mêmes droits que moi même s’il manque furieusement de classe.”Indiqua ensuite Eneron à l’adresse de la Carrière.

Ils sortirent de l'ascenseur et l’homme d’affaires raccompagna Channelle jusqu’à la sortie.

“ Au fait j’allais oublier de te le dire Channelle. Dorénavant tu es stagiaire ici et je n’ai vraiment pas l’habitude d’appeler mes stagiaires Mlle Quelquechose. Du coup je vais être obligé de te tutoyer et de t’appeler par ton prénom ; histoire que tout le monde soit sur un pied d’égalité.
Tu n’y vois pas d’inconvénient? “

Après que la stagiaire eut franchie la sortie de l’immense bâtiment , Tobias vint à la hauteur de son ami et lui demanda :

“Mais Eneron qu’est ce que tu trafiques encore?
-Rien de spécial j’engage des stagiaires et crois moi celle là elle promet…”

Oh oui elle promettait...peut-être même trop ; en remontant dans son bureau Eneron commençait à se demander s’il ne venait pas de faire entrer un ouragan dans la maison.

 


_________________




Que voulez vous ? Il faut bien gagner sa vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Entretien de stage    Dim 26 Juin - 21:39



 

La Stagiaire




« Oooh je crois pouvoir dire que oui. Très bien alors nous ferons comme cela, dites-moi à quelles heures environ votre frère est absent et au pire si cela varie, eh bien venez quand vous le pouvez. Quand vous arriverez demandez simplement M.Stark au secrétariat, ils devraient savoir de qui il s’agit. »

J’étais très agréablement surprise de voir à quel point Eneron était prêt à faire des concessions et à faciliter le fait de garder mon stage secret. Je lui adressais un large sourire reconnaissant tandis qu’il me donna le contrat. J’étais assez surprise ; je ne pensais pas que cela allait être officiel.

« Prenez le temps de tout lire mais je ne crois pas qu’il y ait de pièges. »

J’avais relativement confiance en lui, mais je parcouru tout de même les différentes pages. Le trop de confiance attire le danger. Ce n’était rien de bien compliqué, surtout des clauses de confidentialité en fait. Evidemment, il protégeait ses informations sensibles. Tour à tour, je mettais la date et signai les différentes pages, jusque la dernière. Je relevai les yeux vers lui, et lui adressais un sourire amusé.

« Ne confondez pas prudence pour de la méfiance, mais on m’a toujours dit de bien lire ce qui est écrit en petits caractères. »

Je signai la dernière page avant de lui tendre le contrat.

« Félicitations Mlle Featherstone, vous êtes engagées. Vous commencez demain. »

J’acquiesçai.

« Je serais là à la première heure Monsieur Stark. »

Lorsqu’il se leva de sa chaise, j’en fis de même et le suivi jusque l’ascenseur. Un homme en sorti, d’une carrure assez impressionnante. Il n’avait pas vraiment l’air d’un scientifique.

« Ah Eneron comment va… »

Il s’arrêta sur moi et se mis à me fixer. Je le fixais de la même façon, tout en le gratifiant d’un sourire poli.

« Voyons ne fais pas cette tête-là, elle travaille chez nous. Voici Tobias , mon associé principal dans l’entreprise ; il a quasiment les mêmes droits que moi même s’il manque furieusement de classe. »

Je souris un instant avant de répliquer :

« Il faut dire que vous mettez la barre haut Monsieur Stark. »

Pour n’importe qui, cela serait passer pour du cirage de pompe en bonne et due forme, mais je commençais à connaître assez Eneron pour penser qu’il lirait la note d’ironie dans ma voix. J’étais peut-être devenue sa stagiaire, mais j’espérais qu’il ne comptait pas sur moi pour arrêter de lui parler avec la franchise qui me caractérisait, ou il serait déçu. Je ne supportais pas longtemps de devoir tenir ma langue. Je le ferais toujours avec subtilité bien entendu, mais je ne saurais m’en priver. Il me raccompagna jusqu’à la porte.

« Au fait j’allais oublier de te le dire Channelle. Dorénavant tu es stagiaire ici et je n’ai vraiment pas l’habitude d’appeler mes stagiaires Mlle Quelquechose. Du coup je vais être obligé de te tutoyer et de t’appeler par ton prénom ; histoire que tout le monde soit sur un pied d’égalité. Tu n’y vois pas d’inconvénient ? »

Je lui adressais un petit sourire malicieux.

« C’est vous le patron, non ? Et puis, j’ai un si joli prénom, ça serait bien malheureux de ne pas l’utiliser. »

Je lui tendis la main et plongeais mon regard dans le sien tout en agitant mon sac de vêtements.

« Merci pour tout Monsieur Stark. Il me tarde déjà d’être à demain. »

C’était complétement sincère. Je n’avais vu que la partie supérieure de l’iceberg, il me tardait de pouvoir en découvrir d’avantage. Sur ce, je fis volteface et repris la direction du village des vainqueurs. Ca avait été une journée particulièrement étrange, mais extrêmement intéressante. Chaque jour amenait son lot de surprises …


_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
« »


MessageSujet: Re: Entretien de stage    

Revenir en haut Aller en bas
 

Entretien de stage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Districts supérieurs :: District 1-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Films