Partagez | 
 

 Jour 3 - Oasis (centre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
« »
★ Âge : 30 ans
☆ Surnom : Cassie
★ Occupation : Mentor
★ Plat préféré : Chocolat
☆District : Sept

○ Points : 470
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 3 - Oasis (centre)   Lun 22 Fév - 16:35



L'Oasis

Confiance

« J’ai confiance en vous quand vous êtes la gentille Cassandra … »

Cette réponse lui avait échappé presque instantanément après ma remarque quant à la confiance qu’il pouvait me témoigner. Les yeux ronds, j’entrouvris les lèvres pour répliquer mais je ne dis finalement aucun mot. Je contemplai de dos cette petite tête châtain dont la voix claire avait dit cette phrase troublante. « Quand je suis la gentille Cassandra ».

C’était la première fois qu’on me définissait comme « gentille », du moins depuis qu’un jour de mai mon nom était sorti d’une urne sur la place du District Sept. Avant, j’étais la gentille Cassie, cette petite fille blonde à qui tout le monde souriait dans le district. J’avais une bouille d’ange disait-on souvent quand je courais derrière ma mère jusqu’à l’école. J’étais une belle et adorable enfant. En vérité, l’arène ne m’avait pas réellement changée. Je n’avais eu à tuer personne, sauf à la fin. Mais il fallait croire que là où les carrières pouvaient faire des hécatombes sans être regardé comme des monstres dans leur district d’origine, en tuer un seul faisait de moi une bête à craindre dans le Sept. Plus personne ne m’avait plus dit que j’étais gentille depuis ce jour-là. J’avais eu beau leur montrer que j’avais juste grandi, que je m’étais affirmée, mais que j’étais toujours la même petite fille qui avait besoin du regard tendre des autres, personne ne m’a pourtant plus jamais regardée comme ça.

A l’époque de l’ouverture de l’usine, j’avais pensé que les gens changeraient d’avis. Ils finiraient pas reconnaître en moi la petite fille blonde et douce à qui tous souriaient. Ça n’avait été qu’un leurre. Ils avaient été reconnaissants, cela était bien normal, mais on murmurait toujours que j’étais et resterai la mentor au cœur de pierre.

Ma gorge était nouée à présent. Je ne répondis rien à Aedan, mes mots trahiraient celle que j’étais vraiment :  cette « gentille Cassandra » qui avait fini par avoir besoin de créer celle qu’Aedan aurait sans doute nommée « la méchante Cassandra ». Cette autre qui était manipulatrice, prétentieuse, séductrice et provocatrice, celle que j’avais eu besoin d’être pour ne pas souffrir du regard des autres pendant toutes ses années. Et je n’avais pas le droit de la chasser, pas alors que j’étais dans une arène et que je pouvais être attaquée à tout moment. La gentille Cassandra n’existait peut-être plus au fond, peut-être que ceux de mon district avaient raison, mais alors pourquoi Aedan l’avait-il appelée ? Les questions tournaient en silence dans ma tête pendant que mes muscles se crispaient, dans une douleur à la fois mentale et corporelle.

Le silence se fit pendant un long moment. Ma position n’était pas très agréable mais elle n’était pas non plus la pire qui soit, j’avais vécu bien plus dur lors de ma première arène. Quand une crampe apparut, je sus que je ne nous tiendrai pas là-haut bien longtemps : il allait falloir descendre. Mikel avait marché dedans un moment au loin avant de monter dans un arbre où je pouvais toujours l’apercevoir perché. Qu’il y reste. Cela signifiait donc que la marée n’était pas mortelle… Sans doute douloureuse, urticante ou peut-être piquante ou brûlante même…mais elle ne nous tuerait pas.

Ne voulant pas effrayer Aedan de peur qu’il fasse un mouvement qui me fasse lâcher, je frôlai doucement sa chevelure avec ma joue.

- Aedan, il va falloir qu’on descende. J’ai une crampe et je sens que je ne vais pas tarder à ne plus réussir à nous tenir.

Il ne fallait pas être un génie pour sentir la crispation du gosse contre moi. Je tempérai :

- T’inquiète, je ne suis pas encore à bout, on va avoir le temps de descendre tranquillement. Ensuite on reprend des forces et on remonte. Je marquai une pause, le regard sur Mikel. Si ton mentor a été foutu d’arriver jusqu’à nous avec cette saleté, on va réussir à attendre quelques minutes pour calmer les crampes. Allez, c’est parti on y va !

Aedan rompit le contact de nos corps l’un contre l’autre. Je fus remplie d’un immense soulagement quand son poids se reposa à nouveau sur l’arbre et que mes jambes ne le supportèrent plus. Elles me semblaient engourdies et je mis quelques dizaines de secondes avant de pouvoir les remuer à nouveau. Elles fourmillaient encore quand je me mis à descendre à la suite d’Aedan qui, comme un brave soldat, amorçait la descente.

Le sang me toucha bientôt en engloutissant mes jambes, d’abord une sensation désagréable de chaleur et de picotements. Cette sensation devînt de plus en plus saisissante, réelle, douloureuse. Je me retenais de plonger les mains dans l’acide pour masser mes jambes : ça ne me servait à rien de me brûler les mains en sus, j’aurais trop de mal à manier l’arc sinon. Face à moi Aedan serrait les dents, en silence.

C’est alors que je pris conscience de ma faiblesse : j’aurais pu tenir dans cet arbre bien plus longtemps si je n’étais pas accourue à son secours. Qu’est-ce qui m’avait pris de l’aider ? Il n’était pas Billie, il n’était pas moi. Il ne gagnerait pas. J’étais dure et froide puis, lorsque je vis la grimace qu’il tentait de cacher tant bien que mal en plissant ses yeux tandis qu’une larme coulait le long de sa joue, je sus pourquoi je l’avais aidé. J’aurais voulu qu’on m’aide au lieu de me balancer dans une arène il y a des années de cela. Mon mentor n’avait pas cru en moi, il m’avait donné en pâture à ces salopards de carrières et à ses Juges qui n’avaient de prestige que la place qui les attendait tout droit en enfer. Aujourd’hui, j’avais envie de replonger dans mon arène, de réparer ce qui s’y était passé. Gagner à nouveau pour me prouver que je valais mieux que ce qu’on pensait de moi. Gagner mais pas sans me battre, pas par chance, mais en montrant que les carrières n’étaient que des lâches. Je n’étais pas une lâche sans honneur, moi je ne tuais pas des enfants.

Même s’il me semblait avoir pris deux ou trois années depuis notre rencontre de la nuit précédente, Aedan était un enfant. Oui il pourrait se retourner contre moi à un moment donné, oui il pourrait tenter de me tuer comme je l’avais fait avec ce carrière lors de mon arène. Mais ce n’était pas encore le temps et d’ici là d’autres l’auraient déjà tué pour moi. Je n’étais pas responsable de sa vie. J’avais juste une fierté, celle de ne pas toucher à des enfants pas assez mûrs pour comprendre que c’était un jeu de grands qui se jouaient ici, un jeu que les plus âgés devaient connaître même s’ils ne voulaient peut-être pas se l’avouer : après tout, pourquoi voir les raisons politiques de ces Jeux quand on pouvait en faire le terrain de jeu de ses fantasmes psychopathiques ? C’était facile pour ces grands dadets bourrés d’endorphines. Pour des gosses comme Aedan ou Billie, c’était juste cruel. C’était tout.

C’est alors qu’une autre larme rejoignit la première sur le visage d’Aedan et il fondit sur moi. Je faillis faire un pas en arrière, instinctivement pour me protéger, sur mes gardes et prête à riposter quand je compris. Ses bras se passèrent autour de mes hanches et me serrèrent avec toute la force de son désespoir et de sa souffrance. Les bras légèrement levés au niveau de la taille, je doutais de la marche à suivre. Il n’y avait que des hommes qui me prenaient dans leurs bras et, d’habitude, ce n’était que pour que je sois leur jouet : je ne représentais rien. Pour ce gamin, j’avais l’impression d’être importante et ça me perturbait. Mes bras se baissèrent lentement et je posai mes mains dans son dos pour le maintenir contre moi. Il aurait pu être mon fils si on avait accepté que j’ai une vie normale à ma sortie de l’arène, je ne leur demandais rien de plus. Mais j’étais la mentor au cœur de pierre et un cœur de pierre ne pouvait pas aimé selon eux.

Une faiblesse de plus.

Puis il finit par s’écarter une dizaine de minutes plus tard. La douleur était cuisante mais le contact avec Aedan m’avait aidée à penser à autre chose même si je n’avais pas lâcher la direction dans laquelle se trouvait Mikel du regard.

« Ca va un peu mieux … Je pense que je peux remonter … Et vous ? »

J’acquiessai d’un mouvement de tête. Le temps de répit était fini. Je laissai Aedan passer devant cette fois, me rappelant qu’il serait plus simple de le reporter s’il pouvait simplement se laisser descendre vers moi, en effet je doutais qu’il soit réellement reposé et puisse tenir très longtemps. Une fois arrivés à notre place, il se pencha vers moi et me dit :

« Merci … Merci de ne pas m’avoir laissé tout seul en bas … »

- C’est normal, on avait un accord et je tiens toujours mes promesses.

C’était des foutaises. Des gens j’en avais trahi dans ma vie, j’étais manipulatrice et je savais comment faire pour obtenir ce que je désirais. Mais je ne voulais pas qu’il en voit plus : pour l’instant, je n’avais eu que des instants de faiblesses et il était hors de question qu’il devienne « ma » faiblesse.

« Cassandra, je … Je ne vais plus tenir très longtemps …. »

Sa respiration s’accéléra. Il allait tomber. J’ouvris la bouche pour lui dire de me rejoindre, qu’on allait recommencer notre petit manège quand il me lança :

« Mais j’ai bien réfléchi, c’est mieux si j’y vais tout seul. Si vous êtes trop blessée, vous ne pourrez plus vous battre, et je ne suis pas assez fort pour vous aider à nous défendre. »

- Fais pas l’idiot, ça va le faire… Tu reviens comme avant et on va tenir le choc, de toute façon ils vont pas laisser le sang jusqu’à ce soir : déjà là c’est lassant et ils vont finir par perdre de l’audience… ricanai-je, provocatrice.

Mais il lâcha. Sans crier garde, je le rattrapai à la volée, tint sa main pendant quelques secondes en lui criant :

- Aedan ! Accroche-toi !

Mais ma main moite glissait, le regard d’Aedan terrifié me saisit, je desserrai l’étreinte de mes jambes autour du tronc pour glisser pour emmener Aedan plus près du sol… Il était seulement à 1m50 du sol quand ma poigne lâcha, non sans un hurlement de ma part.

- Aedan ? Aedan ?!!!! lançai-je en le cherchant du regard dans la marée en dessous de l’arbre.

En cet instant, je ne pensais plus vraiment à mon image, ni à Mikel. J’étais vulnérable, j’étais la gentille Cassandra, celle qu’on avait chassée peu à peu de ma vie.



« Cassandra reste dans la zone du temple et des dunes, section "Oasis" »
« Cassie récapitulatif : Cassie a tenu 10 minutes seule dans le précédent rp, puis elle a tenu 20 minutes en portant Aedan, ils ont passé 30 min dans l’arbre en tout puis sont descendu 15 min dans le sang. Ils perdent donc 15 pvs. Cassie remonte à l’arbre pendant les 45 minutes restantes du piège. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 3 - Oasis (centre)   Lun 22 Fév - 18:27








Cassandra n’avait pas l’air décidée à me laisser tout seul en bas, mais ma décision était prise. Je ne voulais pas la pénaliser, et j’avais besoin qu’elle me fasse confiance aussi, qu’elle ne me voit pas comme un poids mort dont elle devrait se débarrasser le plus vite possible.

« Fais pas l’idiot, ça va le faire… Tu reviens comme avant et on va tenir le choc, de toute façon ils vont pas laisser le sang jusqu’à ce soir : déjà là c’est lassant et ils vont finir par perdre de l’audience… »

Je fermais les yeux un instant. Ce n’était pas si haut, je pouvais le faire. Alors je sautai. Elle rattrapa ma main au vol.

« Aedan ! Accroche-toi ! »

Ma main glissait. Je pliai mes jambes pour essayer d’amortir la chute. Lorsqu’elle lâcha, je plongeais pendant quelques secondes tout entier dans la marée … Touchant le fond, je poussais sur mes jambes pour en sortir et c’est là que j’entendis la fin de son appel.

« Aedan ? Aedan ?!!!! »

Rinçant avec mes mains le sang visqueux sur les bras et mon visage, je me relevai et levai les yeux vers elle.

« Tout va bien, rien de cassé ! »

J’étais presque fier du saut que j’avais fait. Ça avait du rendre bien à la télé ! Je restais un moment les pieds dans l’acide. C’était vraiment très douloureux, aussi je fermais les yeux pour ne pas pleurer en essayant de garder mes jambes immobiles et de ne pas trembler … J’avais l’impression que la douleur était pire lorsque je bougeais …. Après une dizaine de minutes, je sentais que mes forces n’étaient pas revenue, mais je décidai de remonter quand même. Je tiendrais sans doute moins longtemps, mais ça serait toujours mieux que de rester là dedans Je tentai de remonter, mais à bout de force, je ne pus pas escalader bien haut … Je m’aggripais de toutes mes forces, accrochant l’écorce avec mes ongles lorsque je sentais que je n’en pouvais plus … Mais finalement, je fini par retomber.

A l’instant où mes pieds touchèrent le sol, la marée commença à se retirer. En quelques secondes, le flot était complétement parti, sous mes yeux ébahi. Alors je levai les yeux vers Cassie, enjoué.

« Cassandra !! C’est fini, le sang s’en va ! »

Je crois bien que je n’avais jamais été aussi heureux depuis le début de l’arène … Comme si quelque part, j’avais réussi à faire quelque chose par moi-même. Je méritais d’être là. Je méritais presque d’être l’allié de Cassandra.

« Aedan a tenu 20 min dans l'arbre avant de tomber. Il est resté seulement 10 min dans le sang mais il a par conséquent tenu seulement 15 min accroché. Il a survécu au piège en perdant donc un total de 30 pvs»



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 30 ans
☆ Surnom : Cassie
★ Occupation : Mentor
★ Plat préféré : Chocolat
☆District : Sept

○ Points : 470
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 3 - Oasis (centre)   Lun 22 Fév - 23:52



L'Oasis

Pansons nos plaies

La marée était étrangement calme, les secondes qui passèrent sans qu'Aedan ne réapparaissent me semblèrent durer une éternité. Et s'il s'était brisé le cou en tombant, et s'il n'arrivait pas à remonter, et si en fait il y avait des mutations génétiques voraces dans cette marée, et si... Il fallait que j'arrête de mettre Panem en bouteille, et puis restons rationnelle : s'il était mort, le canon aurait sonné. Mon regard continuait à le chercher quand soudain un remous et Aedan sortit la tête de l'eau.

« Tout va bien, rien de cassé ! »

Je lâchai un soupir :

- Ne me refais jamais ça ok ? J'ai promis de te garder en vie alors évite de te tuer tout seul ! Je marquai une pause. Mais bien joué quand même p'tit !

Je souris, même si de là où j'étais je n'étais sûre qu'il le voyait. J'avais envie de le féliciter. C'était très bête comme réaction, j'aurais dû être déçue qu'il ne se soit pas tué et pourtant j'étais soulagée qu'il soit encore en vie. Il fallait que j'arrête mes conneries et vite, je n'avais pas le droit d'avoir de sentiments.

- Tiens le coup et remonte dès que tu peux... Essaye de pas penser au sang, regarde droit devant toi et pense à autre chose !

Mes conseils ne valaient pas grand chose et je me mordis la lèvre en les prononçant. J'avais honte de moi. J'aurais dû savoir me contrôler et éviter de paraître aussi faible devant les caméras, ce n'était pas cette Cassandra qu'ils connaissaient au Capitole. Cependant, il ne me connaissait pas vraiment. Il connaissait celle que je voulais bien leur montrer, celle qui me permettait de supporter mon existence. Alors tant pis, ils n'avaient qu'à penser ce que bon leur semblaient : de toute façon, je n'avais rien à gagné d'eux...

Aedan remonta après une dizaine de minutes passées dans la marée, il semblait mal en point. Mais nous tenions bon, tant bien que mal. S'il souffrait, il n'en disait mot. C'était un brave garçon, un gamin qui ne méritait pas d'être ici. Pas plus que moi, pas plus maintenant qu'aujourd'hui.

Le regard à l'horizon, je regardai Mikel au loin. Est-ce qu'il pensait la même chose que moi ? Je n'en savais rien, nous n'étions pas vraiment amies. Je n'avais pas fait attention au fait qu'Aedan glissait. Quand je l'entendis me parler, il était déjà redescendu sur le sol dont le sable légèrement teinté d'un rouge qui mettrait peut-être quelques heures à partir. Ses yeux enjoués m'annonçaient l'excellente nouvelle :

« Cassandra !! C’est fini, le sang s’en va ! »

Il était heureux, tout simplement. Une joie non feinte et tellement vraie. Moi aussi j'étais capable de ce genre de satisfaction simple lorsque j'étais enfant mais je me rendis compte tristement que ça n'avait plus été le cas depuis ma victoire. Plus rien ne m'avait rendu vraiment heureuse. Cette victoire que j'essayais d'atteindre à tout prix changerait-elle cela ? Autant que je me raccrochais à cet espoir, je sentais qu'ils n'étaient qu'illusoires.

Je descendis doucement, mes jambes me faisaient mal. La peau collait sur le pantalon, elle me démangeait. Il allait falloir que je regarde ça. A peine arrivée en bas, je regardai Aedan et le jaugeai de la tête aux pieds. Il souriait toujours, même si son sourire m'offrait encore une légère grimace. Il avait mal, lui aussi...

- C'est génial, on a survécu ! dis-je en guise d'introduction.

Je m'avançai de quelques pas et regardai vers l'endroit où Mikel s'était perché :

- Il va falloir se soigner et rapidement, sinon Mikel va nous tomber dessus. Remonte ton pantalon comme moi pour voir les dégâts.

J'avais déjà jeté mon sac sur le sol et en avais sorti un bandage ainsi qu'une bouteille de désinfectant. En même temps, je donnais mes instructions à Aedan.

- Comme je te l'ai dit, je te laisse pas tomber avant qu'on se sépare, donc si tu veux que je te soigne je veux que tu regardes dans la direction de Mikel : s'il approche, tu me le dis immédiatement... Je levai mes yeux vers Aedan, je voulais jouer carte sur table : Je veux t'aider et Mikel reste un adversaire, pour moi maintenant et il le sera pour toi plus tard. Mieux vaut soigner un peu nos plaies avant qu'il arrive, de toute façon on ira pas loin vu nos brûlures.

Je le fixai du regard :

- Et il faudra l'affronter tôt ou tard. Alors fais le guet le temps que j'évalue les dégâts.

Je souriais en commençant à passer le bandage que j'avais trouvé dans mon sac autour de ma jambe la plus atteinte. Mon pantalon était déchiré sur le bas de la jambe, sans doute était-il resté accroché dans l'écorce rugueuse de l'arbre lorsque nous l'avions escaladé. Cela expliquait sans doute que mon mollet droit était bien plus laid que l'autre. La peau collait aux lambeaux de tissu, je l'enlevai avec délicatesse, tout en me pressant. Mon boulot de soigneuse était sale par rapport à ce que je faisais à l'accoutumée : mais pour ma défense, j'étais nerveuse et le fait de lever mes yeux toutes les dix secondes pour tenter d'apercevoir si Mikel nous fonçait dessus ne m'aidait pas à me concentrer.

J'arrachai le pan de tissu qui pendouillait sur ma jambe droite très brûlée avant de relever celui de la jambe gauche. Je désinfectai cette dernière en versant la totalité d'une bouteille d'alcooldessus en visant les endroits où la peau était la plus abîmée. Puis j'allai tremper le tissu que j'avais arraché dans l'eau redevenue claire de l'oasis puis renversait la totalité du désinfectant sur le tissu et tamponnait la blessure de la jambe droite. Je lâchai une grimace, puis frottai un peu plus pour être sûre que cela prenne bien. Ca ferait l'affaire le temps que je puisse mieux m'en occuper et éviterait une infection.

Puis je vis la dernière fiole de trois doses d'alcool qui me restaient dans mon sac, je pinçai les lèvres avant de jeter un coup d'oeil vers Aedan... L'appréciais-je assez pour me séparer d'une dose, une dose pouvait vous sauver la vie ici... Je refermai le sac. Désolée Aedan, la méchante Cassandra doit prendre les décisions pour que je survive. Je donnai un coup de pied dans un palmier, il vibra. Je recommençai deux fois avant qu'un fruit en tombe. Je voyais exactement de quel fruit il s'agissait, un fruit comestible et dont le jus pouvait aider à la cicatrisation de certaines plaies : cela devrait aider Aedan à moindre frais.

Je m'approchai d'Aedan et me mis à genoux devant lui avant de couper le fruit en deux avec la dague pour laisser paraître la chair. Même si je n'aimais pas avoir Mikel dans mon dos, je me disais qu'Aedan n'avait pas vraiment intérêt à me trahir. Après tout, ma dague était à nouveau glissée à ma ceinture et j'avais toujours mon carquois sur le dos et mon arc à portée de main. Je sentais ma respiration être retenu, l'angoisse régnait même si je n'avais pas peur de Mikel... J'avais plutôt peur de ce que j'étais en train de faire au lieu d'aller le combattre de front.

- Je vais remonter le bas de ton pantalon pour regarder tes brûlures, désolée pour la douleur, j'y vais doucement.

Je respectai ma parole, j'y allai doucement. Mais les jambes d'Aedan étaient encore plus brûlées que les miennes et je dus y aller très délicatement pour que toute sa peau ne s'arrache pas avec le revers de son pantalon. Sa peau était aussi rouge que la mienne et plus encore, il devait vraiment ressentir une douleur importante et pourtant il en montrait si peu. J'étais admirative, je relevai les yeux vers lui avec un léger sourire :

- Maintenant, je vais appliquer la chair de ce fruit contre les plaies, ça aidera à la cicatrisation grâce à son jus très riche...

Cela ne me prit que quelques minutes. Quand je fus satisfaite, je me relevai et regardai l'horizon...

- Mikel ne va pas tarder, il faudrait que tu te mettes à l'abri.

Mon arc dans la main, j'étais prête à l'accueillir désormais.

- Je te demanderai juste une chose Aedan, dis-je à Aedan en le regardant avec intensitément dans les yeux, Je ne veux pas trahir ma promesse alors...ne te mêle pas de notre combat... Je ne voudrais pas être obligée de te faire du mal alors que je n'en ai pas envie.

Mon visage était fermée, j'étais triste et j'espérais qu'il ne ferait pas de bêtise pour un homme qui avait foncé tête baissée dans une arène pour soit disant sauver des gamins qu'il connaissait à peine et dont je ne doutais pas qu'il les abandonnerait en comprenant qu'il ne pourrait pas sortir de là avec eux vivants maintenant que les liens étaient rompus.

« Cassandra reste dans la zone du temple et des dunes, section "Oasis" »
« Cassie utilise trois doses d'alcool sur sa jambe gauche, elle gagne +30pvs. »
« Cassie désinfecte sa brûlure profonde à la jambe droite avec son désinfectant, elle gagne +15pvs. »
« Cassie essaye de soigner Aedan avec le jus de fruits des arbres de l'oasis. DEMANDE DE LANCER DE DES. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 3 - Oasis (centre)   Mar 23 Fév - 1:08





Troisième jour
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Coups de canon...
Que le sort vous soit favorable...
__________________________



Le piège des Juges venait de porter le coup de grâce à Silver du district 9. Quelques secondes plus tard, un coup de canon retentit… Il était alors 17h17, l'après-midi dans l'arène. Le temps sembla se suspendre quelques secondes…

Tous les tributs dans l'arène connaissaient le lien qui pouvait encore les unir à leur tout nouveau partenaire, tout comme ils savaient que certains avaient déjà pu se séparer... Ils se redressèrent donc, dans l'attente de savoir s'il s'agissait d'une équipe ou d'un tribut libéré du lien qui avait trouvé la mort... Un seul coup, ou deux ?

Seulement, rien ne se produisit. Un seul coup de canon avait retenti. Kol n'était plus lié à Silver en ayant résolu le mystère de la boîte des Juges...

Quant aux autres tributs, ils ne sauraient peut-être jamais si Silver n'était qu'une victime de plus à tomber sous les coups d'un tribut ou s'il avait succombé au piège cruel de la marée sanglante des Juges...

L'Expiation pouvait continuer, sans que personne ne sache, jusqu'au soir, qui était le malheureux pour lequel le glas venait de résonner dans l'arène.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 3 - Oasis (centre)   Mar 23 Fév - 1:30





Fin du Jour 3
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Une éclipse soudaine...
Que le sort vous soit favorable...
__________________________



Il est à peine 18h dans l’arène lorsque l’horizon si lumineux commence à s’assombrir. Même si aucun d’eux n’est équipé d’une horloge, les tributs ont conscience qu’il est bien trop tôt pour que le soleil de plomb qui règne en maître incontesté sur l’arène ne tire déjà sa révérence… Pourtant, d’un simple regard, tous peuvent prendre conscience qu’un nouvel événement est sur le point de se produire. Le regard levé vers les cieux si éblouissants d’accoutumée, ils ne peuvent que constater avec angoisse que le soleil joue à un curieux jeu avec la lune… Après les teintes orangées du début, il se laisse gagner par les ténèbres de l’astre nocturne avant de disparaître sous sa coupole.

Un seul espoir anime le cœur de tous les tributs, que le soleil qu’ils haïssaient tant reviennent à son zénith. Désormais, dans le ciel, seuls les vestiges de son ancienne puissance rayonne autour de sa jumelle lunaire quand soudain, un immense bruit déchire l’arène. Une plainte inhumaine, hurlant d’une souffrance atroce. Les dernières lueurs du soleil s’étirent dans un flash aveuglant avant de disparaître définitivement, laissant l’arène plongée dans une nuit noire, sans étoile…

La nuit est totalement tombée à présent. Etrangement, les bruits de la faune et de la flore de l’arène se sont totalement tus. Un silence de mort a remplacé le soleil sur son trône… Certains se prendraient presque à regretter les sons qui avant les faisaient sursauter sans raison. D’autres guettaient déjà le prochain piège des Juges…

Cependant, l’hymne du Capitole fut l’unique mélodie qui retentit dans le calme inquiétant de l’arène : faisant peser une atmosphère plus austère encore, plus dangereuse…


A l’annonce des morts, les tributs éprouvent pour la plupart un soulagement immense. Trois personnes de moins à craindre dans cette arène, trois chances de plus de se rapprocher d’une victoire illusoire. Seule une tribute pleure peut-être, le cœur déchiré d’avoir à nouveau perdue un être cher mais, dans les Jeux, mieux vaut n’éprouver d’empathie pour personne si on tient à la vie.

On aurait pu croire que le récent changement dans l’arène aurait calmé les Juges dans leur avidité de sadisme et que le traditionnel choix des mentors n’accompagnerait pas cette annonce des morts de la journée. Cependant, rien n’arrête jamais la machine bien huilée des Hunger Games. La voix de Selena Blewstone, que la plupart des tributs ne pouvaient désormais plus endurer une seconde de plus, retentit dans le silence. L’écho se répercuta au loin et, telle une onde de choc, elle allait annoncer le destin tragique de deux tributs désignés par leur mentor…

- Chers tributs ! A nouveau en cette belle soirée, ma main innocente a procédé à un tirage pour désigner deux nouveaux mentors ayant préféré rester en ma compagnie au Capitole que de vivre de fabuleuses aventures avec vous dans l’arène ! dit-elle en gloussant sur ce dernier mot. Je vous laisse découvrir qui sont nos heureux sélectionnés...

C'est alors qu'une projection revînt illuminer le ciel. Le visage impassible de Sélène Featherstone, la mentor du District Un, fait son apparition dans le ciel. Elle fixe la caméra avec un léger sourire, sans tressaillir avec cette maîtrise impeccable et parfaite qu’on lui connait avant de prononcer quelques mots :
- Parce qu’il faut que le jeu continue, je décide de sceller le destin de Pearl Standford.


Puis bientôt, la jeune femme disparut pour laisser place à un homme plus âgé, dont les rides se froissaient à chaque mot qu’il prononçait et qui semblait lui être presque arraché de force :
- Jason Drake, prononça-t-il solennellement.

Puis les images diffusées en transparence sur le ciel noir disparurent et la voix de Selena se refit entendre un court instant.

- La conséquence ne se fera pas attendre... Que le sort vous soit favorable et à la nuit prochaine pour les plus chanceux ! Une pause se fit, puis elle reprit : Ah oui chers tributs, j’avais presque oublié de vous rappeler que ceux qui avaient momentanément retrouvé la vue afin de pouvoir retrouver leur nouveau co-tribut vont de ce pas la reperdre : soyez donc solidaires de vos nouveaux camarades victimes du choix vos mentors…

Les intonations rieuses de Selena disparurent et l'hymne du Capitole remplit une dernière fois l'arène avant de disparaître et de laisser les tributs face à leur questionnement et leur incertitude sur cette arène de noirceur sur laquelle venait de s’ouvrir le quatrième jour de l’Expiation…

HORS RP
Explications
__________________________



Voici donc la fin de la troisième journée de l'Expiation. Nous espérons que vous en avez tous bien profité !

Ce post clôture donc le Jour 3 de l'arène, de nouveaux sujets vont donc faire leur apparition dans toutes les sections de l'arène afin de vous permettre de continuer à rp : merci de respecter cette organisation pour que nous sachions bien tous ce qu'il s'est produit le Jour 3 par rapport au Jour 4... Cela évitera les problèmes de cohérence.
Bien entendu, vous êtes libres de continuer à rp en Jour 3 si vous voulez finir une scène importante pour votre personnage. Toutefois, plus aucune attaque n'est désormais autorisée pour le Jour 3, ni soin, ni pose de piège. Nous vous demandons également pour des raisons de timing de privilégier vos rps dans le Jour 4 afin que nous puissions avancer dans l'arène !

La nouvelle journée (Jour 4) commencera à l'heure de 18h (dans ce qui aurait dû être la soirée du J3), vos personnages viendront tout juste de s'en sortir suite à la marée sanglante des Juges depuis une petite demie heure.



Eléments à retenir :
  • La règle d’aveuglement des tributs par leur mentor est réactivé pour les deux personnages concernés et encore en vie : Thalia et Nolan sont donc à nouveau aveugles !
  • Deux nouveaux tributs sont aveuglés par leur mentor. Il s'agit de Pearl pour le District Un et de Jason pour le District Dix. Votre vue va donc baisser progressivement en moins d'une minute pour vous laisser finalement aveugles. Attention pour Pearl qui est encore lié, cet aveuglement permet désormais à Nikolay de s'éloigner d'elle sans être lui-même aveuglé. Toutefois, les vies de Nikolay et Pearl sont toujours liées : si l'un meurt, l'autre aussi.


Pour toute question, n'hésitez pas à contacter un membre du staff par mp. Nous vous aiderons du mieux possible !


Et enfin, voici un petit récapitulatif de vos points de vie à l'issue du J3 :
  • Nathanaël : 200
  • Pearl : 156 [aveugle]
  • Joss : 111
  • Kol : 89
  • Nikolay : 120
  • Thalia : 66 [aveugle]
  • Amy : 199
  • Mikel : 91
  • Aedan : 99
  • Vahine : 60
  • Cassandra : 186
  • Nolan : 96 [aveugle]
  • Jason : 23 [aveugle]
  • Chloé : 171



Tributs décédés J3 :
  • Adam - D5
  • Maxim - D8
  • Clarke - D8
  • Silver - D9




Enfin, vous ne pensiez tout de même pas que cette éclipse sera sans conséquence ? Pensiez-vous réellement que les Juges puissent bouleverser ainsi Mère Nature sans avoir une idée derrière la tête en une année d'Expiation ? Le 14 mars, soit 2 heures après la tombée de la nuit in rp, les Juges enclencheront la suite des réjouisances et des ... retrouvailles...Tenez-vous prêts...
(Nous laissons 3 semaines ... Donc essayez de tenir les délais, pour qu'on puisse faire de même !)

En espérant que le sort vous soit favorable,

Votre staff chéri Heart

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
« »


MessageSujet: Re: Jour 3 - Oasis (centre)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jour 3 - Oasis (centre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Dunes et temple en ruine-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit