Partagez | 
 

 Jour 3 - Pont suspendu (centre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Jeu 26 Nov - 17:21




Nolan & Thalia
A
près avoir répondu et accepté de bouger, je le regarde descendre prudemment. Une fois qu'il est en bas, je fais de même, et je pense au fait que tôt ou tard nous allons être de nouveau aveuglé et que nous quittons une bonne cachette. Mais, il ne faut jamais rester au même endroit, c'est dangereux. Une fois en bas et reconnectée à la réalité, Nolan me dit une chose surprenante. Pour le moins inattendu

«  Prend un chemin et je te suivrais . » Il souris malicieusement avant de continuer « Après tout , les dames d’abord. »

A vrai dire, qu'on me laisse une telle responsabilité me faisait un peu peur, mais c'était agréable, cela prouvait qu'il me faisait confiance. Je lui souris avant de regarder autour de moi.

« Si ma mémoire est bonne, lorsque nous étions dans l'arbre, il y avait des gens sur le pont, il serait donc préférable de s'en éloigner. Je viens de la zone où il y a les ruines d'un temple, c'est à la fois une superbe cachette et un monstrueux piège. Je pense que le mieux c'est de partir de ce côté » Indiquais-je vers le sud. « On s'éloigne du pont, de cette zone humide, par contre, je te préviens tout de suite, il y fait plus chaud, on est exposé au soleil, mais une fois dans le temple, on sera tranquille. Il faudrait qu'on se trouve des armes, où qu'on s'en fabrique car à mains nues nous n'allons pas tenir longtemps... »

Je commence à avancer, je jette un regard en arrière, puis je me concentre sur mon objectif, nous mettre en sécurité, puis commencer à s'armer, chasser, et trouver de l'eau potable, dont nous avions tant besoin. Au moins ça nous laissera peu être le temps de nous préparer, car dans cet arbre nous étions vulnérables, et pas très efficace. Je profitait de la relative fraîcheur de l'eau, car bientôt elle ne sera plus qu'un agréable souvenir. Il était temps de se forger, car après tout, bientôt nous nous battrons sûrement contre d'autres tributs, où chacun à la conviction de rentrer chez lui à n'importe quel prix. Je n'ai plus cette conviction, mais j'ai la vie d'un autre sur mes épaules, je n'ai pas le droit d'être égoïste.

« Dis Nolan, parle-moi de ton district...
Revenir en haut Aller en bas
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4084
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Sam 28 Nov - 17:42

D6 -  Vahine








J’étais soulagée d’avoir pu apaiser un peu la douleur de Jason, d’avoir pu faire un peu de « bien » dans cette arène brutale … Cela diminuait un peu le sentiment que j’avais d’avoir une dette envers lui. Mais je ne devais pas penser comme ça : dans l’arène on mourrait et on survivait au gré du hasard. On n’avait de dettes envers personnes, on ne devait penser qu’à se sortir de là vivant. Jason s’approcha du feu pour l’éteindre … Et c’est là que tout bascula.

Deux autres tributs nous sautent dessus. Je ne les ai pas vu arriver, pas même entendu. Ma main se resserre sur mon arme dans un acte de désespoir fou … Oui, fou, car je ne sais pas m’en servir. Mais l’un d’entre eux n’est pas armé et je tente de me dire que cela suffira peut-être à l’effrayer, malgré sa carrure impressionnante. Mais je vois celui-ci foncer sur Jason tandis que la fille vient vers moi avec son couteau. Je brandis ma lance avec ce que j’ai de force. Je dois avoir l’air plus ridicule que menaçante …

Elle fonce sur moi et tente de me blesser avec sa lame, mais je parviens à l’esquiver. Mon pouls s’accélère … Et je découvre alors quelque chose de très surprenant … Ça fait du bien. C’est sans doute l’adrénaline, mais je me sens mue d’une force et d’une vigueur disparue avec les effets de ma dernière dose. Alors j’attaque moi aussi. J’ai le sentiment que ça pourrait marcher. Mais évidemment, elle esquive mon attaque avec une agilité extrême. Jason tente de me venir en aide sans grand succès … La carrière pivote et plante Jason que je vois se plier sous la douleur … Et il parvient malgré cela à éviter l’attaque. Malgré son oreille, malgré le coup de couteau … Il a une force en lui qui force le respect. Dans une tentative désespérée pour détourner leur attention de lui, je tente à nouveau d’attaquer la jeune femme mais elle pivote juste à temps pour me voir attaquer … Et échouer une nouvelle fois. C’est comme une danse … Jason l’attaque, elle pivote, je l’attaque, elle repivote, rapide comme l’éclair. Et même si je parviens jusque là à esquiver les coups, je sais qu’il n’en faudra pas beaucoup pour me tuer …. Il suffit de voir l’état de Jason.

C’est alors que je vois Jason s’éloigner, le carrière à ses trousses. Il le rattrape en à peine quelques pas … Que croyait-il ? Jason pensait-il vraiment pouvoir semer un carrière à la course ? A moins que … Peut-être n’était-il pas nécessaire de les semer. Je jette un regard rapide aux deux carrières … Il ne leur manque rien. Seraient-ils toujours liés ? A cet instant, il me vient une idée. Je n’ai bien sûr aucune chance de semer la jeune femme athlétique devant moi. C’est impossible. Mais je n’ai pas besoin de la semer, seulement de l’éloigner dans la direction opposée … Assez du moins pour qu’elle me suive. Si je l’éloigne assez, non nous battrons contre deux carrières surentrainés, certes, mais aveugles. Pire scénario ? Elle se rend compte de ça et ne me suis pas … Et je laisse Jason avec les deux. Mais je m’enfui. Il l’a bien fait lui … Je ne lui dois rien. Je lui dois beaucoup. Mais je me dois surtout à moi de tenter le coup. Si elle ne me suit pas alors … J’aurais le temps de décider du reste.


Spoiler:
 
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4084
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Sam 28 Nov - 21:21








Nolan avait une connaissance très limitée de l’arène ; il avait rapidement parcouru la Corne d’Abondance où il avait même réussi à saisir un sac dont le contenu s’était révélé plus précieux qu’on avait pu le croire ; puis il était constamment resté dans cette zone marécageuse. Il n’avait strictement aucune idée des autres environnements de l’arène ; Thalia elle avait un peu plus explorée la zone. Elle lui proposa de se rendre dans une zone beaucoup plus chaude et aride où un temple en ruines pouvait potentiellement leur servir d’abri malgré les multiples pièges qu’il abritait. Nolan fit un peu la moue, depuis le début plusieurs pièges l’avaient affaiblis ; le jeune homme ne tenait vraiment pas à en rencontrer un nouveau. Cependant il fallait se rendre à l’évidence : les Juges avaient disséminés des pièges partout et il ne fallait pas qu’ils restent trop longtemps dans les parages ; il n’y avait plus qu’à se montrer doublement vigilant. Il haussa les épaules et dit

-Ok Thalia je te suis.


Alors qu’ils se mirent en marche Thalia se tourna vers lui et lui demanda de parler de son district. Nolan fut un peu surpris de cette demande, il ne s’y attendait pas vraiment. Il n’avait pas eu à entretenir ce genre de conversation avec Silver puisqu’ils venaient du même endroit , d’ailleurs il trouvait étonnant le fait qu’en plein cœur de la tourmente , alors que la mort les guettait à chaque instant , cette jeune fille puisse lui poser une question aussi innocente et moins anodine qu’il n’y paraissait . C’était surprenant mais au fond cela toucha un peu Nolan ; après tout , peut-être qu’il fallait en parler une dernière fois avant qu’un piège ou un adversaire ne vienne les faucher , eux et toutes leurs pensées , leurs craintes et leurs projets .
-Eh bien…le District 9 n’a rien d’exceptionnel. La plupart des gens y vivent pauvrement et travaillent durement aux champs. Cela n’a sûrement rien à voir avec la vie au Quatre , ma famille fait partie des classes les plus aisées du district et pourtant nous sommes loin de vivre dans le luxe. Il y a aussi une forêt au nord dans laquelle j’aime bien m’isoler , seul , parfois le contact avec la nature est tellement plus préférable que celui avec la société . Néanmoins , bien que ma vie ne soit pas idéale , je ne pense pas en être arriver au point de plus en vouloir.

Il se tourna vers Thalia

-Et toi veux-tu encore vivre ? Crois-tu encore en la vie ?

Nolan est dans la zone feuillue et marécageuse /Pont suspendu
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Près du pont ...
★ Âge : 20 ans. ♥
☆ Surnom : Jason
★ Occupation : Flâner dans les bois
☆ Humeur : .... ♫
☆District : District Dix

○ Points : 385
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Dim 29 Nov - 10:24


 It's the moment to fight...
Ft. Vahine


Jason rassembla toute la force et le courage qu'il avait et tenta de courir, mais il était épuisé et gravement blessé. Il tenait à peine debout mais il se força et fit quelques pas avant que son adversaire ne le rattrape. Il était trop fort, trop rapide et surtout il n'était pas blessé. Il n'avait pas fait plus de deux mètres lorsque le carrière lui redonna un coup de poing sur les vestiges sanguinolents de son oreille, il s'acharnait vraiment mai surtout il avait trouvé son point faible. Jason hurla une nouvelle fois tant la douleur fut grande. Une larme roula sur sa joue, il n'avait jamais autant souffert. Il pensa à Chloé pour se donner la force de se battre encore, heureusement elle n'était pas là pour le voir dans cet état. Son père devait être heureux de voir son unique fils se faire battre comme une pauvre fourmi. Pourtant Jason n'était pas encore mort et il voulait prouver au carrière qu'il n'abandonnerait pas comme ça. Il répliqua et réussi à le toucher au torse. La lame effilée l'avait seulement frôlé et pourtant son t-shirt était déchiré et on apercevait une entaille dans sa peau d'où perlait un peu de sang mais elle n'était pas suffisamment profonde. Il avait baissé sa garde pensant que le rouquin allait s'effondrer, voilà bien la première erreur qu'il avait du faire. Jason était très loin du top de sa forme et se demandait comment il faisait pour tenir encore sur ses deux jambes, comment il faisait pour garder espoir dans une situation aussi désespérée. Il vit au loin du coin l’œil Vahine qui comme lui tentait de fuir. L'aveuglement, il n'y pensait plus, vu que les deux carrières devaient être toujours liés s'ils arrivaient à mettre suffisamment de distance entre eux ils n'y verraient rien. Désormais leur vue devait commencer à baisser, pour au moins laisser une chance à Vahine même s'il devait en mourir Jason devait essayer de mettre encore de la distance entre eux. Un dernier espoir, une dernière chance de s'en sortir, le fils du pacificateur n'allait pas se laisser tuer comme ça.

"Jason est dans la zone Marécage feuillu (pont) "
"Jason demande la fuite"



© Belzébuth

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Ven 4 Déc - 0:27





Evénement
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Le sang des tributs morts…
Que le sort vous soit favorable...
__________________________



Voilà maintenant trois heures que les tributs ont reçu l’instruction de se séparer. Certains ont décidé de rester liés à leurs risques et périls, d’autres ont décidé de faire le sacrifice de leur chair … Ou de celle de leur co-tribut de façon plus ou moins consentante. Le sang a enfin coulé à flot … Quoique …

Si le coup de canon a déjà pu résonner plusieurs fois et que les tributs survivants sont pour la plupart amputés, les juges n’ont pas jugé avoir vu assez de sang ; c’est quand même une année d’Expiation ! Mais ils vont remédier à cela très bientôt …

Ceux qui sont à la corne peuvent voir que quelque chose se trame, pour les autres … Ils peuvent entendre eux-aussi que les problèmes arrivent … La corne se met à trembler, les murs de la pyramide semblent quelque peu s’écarter et on entend un bruit rauque semblant provenir des abîmes … Quand soudain, la pyramide semble entrer en éruption. Un liquide rougeâtre semblable à du sang sort du sommet et dévale les pentes de la pyramide. Rapidement, il recouvre tout le sable de la corne et en quelques minutes, toute l’arène est ensevelie sous un épais liquide rouge visqueux. Mais quel est ce nouveau tour ? Et ce liquide est-il dangereux ? Allons, vous connaissez déjà la réponse …

HORS RP
Explications
__________________________




Voilà le petit piège qui nous a été concocté par nos juges (entendez par là : les contacter pour les plaintes et les réclamations xD)
Le sol de toute l'arène est couvert par le sang. Evidemment, ce sang est acide, et ceux qui le touchent perdent des pvs. Mais s'il a recouvert le sol partout dans l’arène, comment échapper à ce funeste destin me direz-vous ?  La seule façon de s'en sortir est l'escalade :

Escalader : la compétence "escalade" vous permet d'escalader un mur, un rocher ou un arbre. Une fois en haut, pour pouvoir "tenir", vous avez deux possibilités : une corde pour vous attacher ou des compétences en force. Une corde vous permet d’attacher une personne à un arbre pendant 1h ; après ce laps de temps la corde casse.
Vous avez 1 en force : vous pouvez vous accrocher pendant 10 minutes.
Vous avez 2 en force : vous pouvez vous accrocher pendant 20 minutes.
Vous avez 3 en force : vous pouvez vous accrocher pendant 40 minutes.
Vous avez 4 en force : vous pouvez vous accrocher pendant 60 minutes.
Vous avez 5 en force : vous pouvez vous accrocher pendant 1h20.
Vous avez 6 en force : vous pouvez vous accrocher pendant 2h.
Vous avez 7 en force : vous pouvez vous accrocher pendant 2h40.
Vous avez 8 en force : vous pouvez vous accrocher pendant 3h20.



Vous pouvez éventuellement aider votre partenaire, et ceci de deux façons :

  • Si votre partenaire n'a pas la compétence "escalade", il va peut-être être nécessaire de l'aider à grimper. Toutefois, cela va nous demander de fournir une grande force et vous épuisera. La durée du maintien accroché du tribut aidant devra être divisée par trois ! Celle de l'aidé devra alors être divisée par 1,5.
  • Si votre partenaire va bientôt céder (uniquement s'il lui reste entre 10 et 20 minutes pendant lesquelles il peut tenir), vous pouvez éventuellement aider quelqu’un qui n’arrive pas à tenir en le portant/maintenant. Dans ce cas, vous devez diviser par deux le temps pendant lequel vous tenez.


Si vous tombez car vous n’avez plus assez de force, il vous faut 15 minutes pour récupérer vos forces et pouvoir vous accrocher à nouveau.(porteur comme porté)

L’arène sera recouverte pendant 1h30 à la suite de quoi le sang se retirera dans la corne comme il est venu.

Sachez que dans le sang, vous perdrez 1 pv par min. Gérez bien votre temps et surtout, accrochez-vous !

Pour ceux qui étaient en "combat":
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Ven 4 Déc - 2:10

Enfer ou rédemption ?


Ma marche était lente, parfaitement en rythme avec les battements sourds de mon cœur qui s'agitait davantage à chaque seconde. Je me rapprochais d'une confrontation inévitable avec Jason et j'espérais au plus profond de moi que j'y trouverais un semblant de paix, un réconfort que je ne méritais pas. J'y allai avec la peur au ventre, comptant chaque éclat de la lumière brûlante du soleil sur les eaux sales des marécages pour me calmer. Ces lueurs m'apaisaient étrangement, me rappelaient les éclats d'argent dans les abreuvoirs du District... Mon chez moi...

Soudain. Un cri.

Tout mon corps se tendit, en alerte. Instinctivement, mon regard se bloqua sur la direction d'où provenait ce hurlement qui fut bientôt suivi d'un autre : la direction dans laquelle devaient se trouver Vahine et Jason selon les empreintes que j'avais repérées. Mon sang ne fit qu'un tour dans mes veines, ma tête sembla vaciller.

Sans vraiment comprendre l'énergie qui me portait, je me mis à courir. La mort ne m'effrayait plus, mon âme était déjà loin... Il fallait que je sache, il fallait que je sache si cette terreur interne était justifiée, si cette inquiétude qui battait dans mes tempes avait l'origine cruelle que j'imaginais... Dans mon esprit, des images se formaient : toutes plus infâmes les unes que les autres. La douleur m'avait quittée, je courais. Simplement.

Alors que j'approchais, j'entendis à nouveau un cri, il fut suivi d'une saccade de pas rapides martelant le sol. Je me plaquai instinctivement contre un arbre. Ma main tremblait, serrant dans sa paume blanchie par la pression la poignée de l'arc : mon seul rempart contre la violence qui rôdait telle une âme en peine cherchant à emporter plus de malheureux dans sa ronde macabre. J'aurais dû rester cachée, j'aurais dû rester à l'écart : j'aurais dû être comme tous ces jeunes avant moi qui tentaient de survivre quel qu'en soit le prix. Seulement, à une dizaine ou quinzaine de mètres, quelqu'un était peut-être en train de se faire tuer. Il était en train de mourir, seul. Et cette personne était peut-être le seul qui me comprendrait... Le seul.

Je déglutis avec difficulté, la boule formée dans ma gorge me donnait l'impression d'un poids infernal qui m'étouffait un peu plus de seconde en seconde. Je m'asphyxiais, une lente agonie de terreur sourde paralysait chacun de mes membres. Mes muscles ne répondaient plus. Le visage levé vers le ciel, j'implorai des puissances inconnues de bien vouloir faire cesser le cauchemar mais elles n'existaient pas... Sinon pourquoi permettraient-elles cela ? Agir, ne plus compter que sur moi-même. C'était ce que la vie m'avait appris, que ce vieux mentor dénué de sentiments et d'humanité m'avait confirmé : ici, personne ne me viendrait en aide si je ne prenais pas les choses en main.

Pourquoi la peur m'avait-elle abandonnée à cette pensée ? Pourquoi cette rage soudaine prenait-elle le dessus ? Pourquoi me sentais-je invulnérable ? La force qui me gagnait était grisante, envoûtante. Désormais, les angoisses s'étaient absentées, envolées vers un monde où ma conscience existait encore. Plus besoin de prier des êtres supérieurs de me venir en aide, la solution se trouvait au-dessus de ma tête. Mécaniquement, je montai sur une racine de l'arbre, puis me hissai dans ses hauteurs en escaladant les branches rapidement. Je ne pris pas soin de m'élever très haut : juste suffisamment pour apercevoir enfin l'espace où avait lieu le massacre dont émanait toute la douleur qui se répercutait en écho dans les marécages...

Deux carrières. Ils étaient deux. Deux bêtes surentraînées. La blonde, celle du district Un, frappait une jeune femme rousse et réservée. Je ne pus m'empêcher de me souvenir à quel point elle était adorable, elle savait faire du feu...

Regarder les Jeux... Comme si j'étais devant ma télévision, dans mon district, loin d'ici...

Puis mon regard bifurqua vers un autre monstre : plutôt grand et d'une carrure certaine, je doutais de son identité avant qu'il ne se mette à courir après un autre tribut, un tribut en mauvais état si on en croyait les blessures profondes dont le sang maculait les vêtements. Ce n'était pas comme pour les miens. Sur ses vêtements, c'était son sang qui coulait. Pour moi, c'était celui d'un autre.

Comment calmer toutes ses voix dans ma tête ? Pourquoi déjà m'étais-je rapprochée ?

Mes yeux eurent un mouvement rapide de gauche à droite alors que je tentais de comprendre la scène qui avait lieu sous mon regard absent. L'état de semi-conscience s'envola, pourtant je m'y sentais si bien... La peur revînt à l'instant même où je compris : Jason. C'est lui qui avait été rattrapé par ce carrière, par ce "Nikolay". Et "il" était en train de tenter de le tuer. Ma bouche s'ouvrit, mais aucun son n'en sortit. Mes mains tremblaient et j'orientai immédiatement l'arc en y glissant une flèche, prête à tirer. Mais j'étais impuissante, le carrière avait des mouvements trop rapides, trop précis. Je n'étais pas Alisson, je ne savais pas aussi bien tirer qu'elle.

Pourtant...tu as tué quelqu'un en le clouant au sol avec cet arc... me mura un démon invisible. Peut-être réussiras-tu avant qu'il ne soit trop tard...

Je maintenais toujours la flèche, des tremblements de plus en plus intenses secouaient mes doigts et je risquais à tout moment d'envoyer la flèche par erreur vers Jason.

Après tout... Peut-être que c'est ça que tu veux, le tuer... Ce serait une bonne action tu sais, tu abrègerais ses souffrances...et ce ne serait qu'un juste retour des choses...

- Ferme-la... murmurai-je entre mes dents de manière presque inaudible.

J'allai tirer. Sur qui, je ne le saurais jamais. Seulement, le combat cessa. Comme par miracle, le carrière parut désorienté, il fit quelques pas en arrière. Mon attention vira sur sa compagne : elle paraissait tout aussi étonnée... C'était une évidence : l'aveuglement. Ces deux-là étaient liés !

Mon souffle se stoppa net alors que le carrière recula et que Jason se leva avec difficulté pour commencer à courir, courir tant bien que mal pour sauver sa vie... Sans réfléchir, je me laissai glisser le long des branches à une vitesse folle, ma peau fut égratignée par des brindilles réfractaires à mon passage en force, mais je ne sentais rien. Une folle course venait de s'engager dès que mes pieds eurent touchés le fond des marais. Dans la direction de Jason, je m'étais élancée sans réfléchir. Les carrières mettraient du temps à se retrouver... Mais pas assez pour que nous soyons assez loin.

Dans mon champ de vision, des arbres aux silhouettes décharnées côtoyaient de la boue, noyée dans un marais infecte. Jason n'était pas en vue. Le sang battait à nouveau dans mes tempes, rythmant ma course effrénée. Le sang qu'il perdait suffisait à suivre sa trace... Allait-il mourir ? Je le refusais. Il n'en avait pas le droit. Il m'avait promis de se battre. Il me l'avait promis.

Quelques minutes seulement avaient passées depuis que je m'étais lancée à ses trousses, elles m'avaient semblé être une éternité lorsque sa silhouette tordue de douleur entra dans mon champ de vision. Il fallait que je le rattrape, à tout prix. Il fallait qu'il s'arrête, qu'il me laisse l'aider. Je ne pouvais pas l'appeler, le danger d'être repérés était trop grand. Les carrières étaient peut-être déjà derrière lui et bientôt ils surgiraient au détour d'une zone sombre... Non, je n'avais pas le droit de penser à cela, pas maintenant. Il fallait qu'ils aient eu la fille... Peut-être que s'ils avaient eu Vahine leur besoin de sang frais aurait été satisfait, pour aujourd'hui du moins. Le canon n'avait pas sonné. Ils pouvaient être partout.

Jason continuait vainement sa course et je gagnai facilement du terrain, le rattrapant peu à peu sans difficulté... Je ne voulais pas comprendre ce que cela signifiait, ses forces qui le quittaient. Il mourrait sous mes yeux...

Un bruit sourd. Mon cœur eut un raté. Ma course se stoppa. Que se passait-il encore ? Le sol sembla trembler, un son rauque et profond émana des entrailles de la terre. Autour de moi, rien ne changeait même si je pouvais pressentir le goût amer du malheur et de la mort qui se répandait avec perfidie dans l'arène. La journée n'avait-elle pas déjà supporté assez de sacrifices ? C'est à ce moment précis que je le vis... Ce liquide étrange, visqueux et pourpre... Ce sang.

Il se répandait comme un poison tout autour de nous. Il allait bientôt me toucher... Il allait à nouveau me souiller, me marquer de son sceau indélébile. Je tendis ma main, presque fascinée, et la retirais tout aussi rapidement alors que je sentis une légère brûlure sur le bout de mes doigts. C'était un piège, encore un piège, toujours des pièges. Jamais ils ne nous laisseraient en paix. Jamais.

Je me tournai, avançai de quelques pas mais la marée gagnait du terrain. Dans quelques instants, j'allai être consumée par le sang de ma victime, finalement Adam aurait sa vengeance. Je baignerai dans son sang, brûlerait en enfer à moins que... monter dans un arbre. C'était cela la solution ! Mon regard se tourna immédiatement vers Jason qui continuait à progresser tant bien que mal. Il fallait qu'il s'arrête, il fallait qu'il me suive, il fallait que je l'aide. Jason...

Tandis que la marée toucha ma jambe en lui infligeant une douleur infecte, je levai mon arc qui n'avait pas quitté ma poigne serrée sous l'effet de la tension ambiante. Une flèche, une seule. Je la décochai. Elle atterrit dans un arbre un peu devant Jason. Cela avait-il suffi à capter son attention ? Je l'espérais.


« Chloé est dans la zone marécageuse »

_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4084
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Dim 6 Déc - 19:14

D6 -  Vahine








Les deux carrières étaient aveuglés, et Vahine avait réussi à mettre de la distance entre eux. Elle avait couru, de toutes ses forces, elle avait tout donné … Son cœur battait la chamade et ses pieds la portaient à peine, mais lorsqu’elle se retourna, elle se rendit compte qu’elle ne voyait plus rien derrière elle. Une petite voix en elle espérait que Jason avait pu s’enfuir lui aussi, mais à présent elle était seule … Mais son répit fut de courte durée. Elle entend un bruit sourd venir de loin, mais très vite, elle voit une marée rouge sang avancer vers elle … Qu’est-ce que … Elle est intelligente, mais là encore, pas besoin d’être un génie pour savoir que ce liquide ne peut pas faire de bien aux tributs. Un autre piège … Elle tente de fuir la vague qui arrive vers elle et se rapproche d’un arbre … Il faut grimper. Elle se rapproche, met un pied sur l’arbre et essaye d’attraper une branche … En vain. Bientôt ses pieds touchent le sol et ce liquide acide lui brûle la plante des pieds … Elle hurle. Comment faire, comment s’en sortir ? Elle regrette amèrement de ne pas s’être entrainer à l’escalade au centre d’entrainement … Cela aurait-il suffit ? Elle ne le saurait jamais …

Une seule solution lui vient à l’esprit : courir. Courir jusqu’à distancer ce liquide atroce. Alors elle fait face à la douleur qui lui dévore déjà les pieds, et elle court. Elle court aussi vite que ses forces le lui permettre, en direction de l’Ouest ; pour s’éloigner à la fois de la vague et des carrières. Pendant un instant, elle a de l’espoir. Elle est en train de semer la vague … Mais alors qu’elle espère désespérément trouver quelque chose sur quoi monter, ses yeux s’emplissent de larmes. La même vague arrive par devant. Elle pivote … Il y en a de chaque côté … Elle serre les dents alors que la vague ensevelit ses pieds : il n’y a plus d’endroit ou fuir, et elle n’a pas la force de grimper. Les larmes dévalent ses joues, et elle prie de toutes ses forces pour lutter contre son instant primaire : celui de s’effondrer à genou dans l’acide, pour abréger ses souffrances. Mais il faut tenir, tenir dans l’espoir que ce piège sera bientôt fini, prier pour qu’elle puisse toujours marcher après cela … La douleur est si vive, si intense … Alors elle ne peut plus se retenir : elle hurle.

Spoiler:
 
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Personnage décédé »
Localisation : Paris
★ Âge : 17ans.
☆ Surnom : Nik
★ Occupation : pêcheur - rebelle
☆ Humeur : en colère
★ Plat préféré : tout sauf du poisson
☆District : quatre

○ Points : 1110
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Lun 7 Déc - 10:47

- Merde ! Merde ! Merde ! m'exclamais-je, fou de rage.

Le tribut avait réussi à m'échapper au moment ou je ne m'y attendais pas. J'avais essayé de le rattraper, sans réfléchir, mais ma vue avait soudainement baissé. Après un instant de panique, j'avais réalisé que c'était à cause de notre lien avec Pearl, et que nous étions trop éloignés.
Je repartis alors en tâtonnant vers l'endroit où Pearl se tenait il y avait quelques instants.

Quelle tuile ! Les deux tributs avaient dû nous échapper maintenant ! Il allait falloir qu'on ait une meilleure technique si on ne voulait pas que cela se reproduise...
Où étaient les deux tributs maintenant ? Cachés quelque part ? Toujours en train de courir ? Ensembles ? Séparés ?
Mais nous allions les traquer, les retrouver et les tuer... Ils allaient payer...
Je m'arrêtais net, effrayé par ce que je venais de penser.
Je sentais comme un goût métallique dans ma bouche.
Et voilà, trois jours dans l'Arène et toute mon éducation de carrière commençait à prendre le dessus.
Trois jours, et le monstre faisait surface.
Alors, j'étais pareil que tous les autres ? Pareil que ceux que je combattais, que je détestais ?
J'avais l'impression que le sol se dérobais sous mes pieds.

Mais soudain, je réalisais qu'il se passais vraiment quelque chose. Je sentais comme un vibration dans l'air et dans le sol.
C'était mauvais signe...
Je repartis alors en courant vers Pearl, et ma vue revint progressivement, tandis que le grondement devenait de plus en plus fort.

A ce moment, je vis un liquide rougeâtre qui commençait à envahir le sol. L'air était piquant, et je reculais. Je ne savais pas ce que c'était, mais je ne voulais pas risquer de toucher ce liquide, car j'étais presque sûr que c'était un sale coup des juges.

Je regardais alors autour de moi, pour trouver où je pourrais me réfugier. Je courus alors vers un des piliers du pont et grimpais en prenant appui sur la rambarde.
Je ne savais pas combien de temps j'allais pouvoir tenir comme ça, mais j'étais de plus en plus certain que je ne devais toucher ce liquide à aucun prix.

Une fois installé, je me tournais vers Pearl et lui criais :

- Pearl ! Est ce que tu as besoin d'aide ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Près du pont ...
★ Âge : 20 ans. ♥
☆ Surnom : Jason
★ Occupation : Flâner dans les bois
☆ Humeur : .... ♫
☆District : District Dix

○ Points : 385
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Sam 12 Déc - 22:23


 Retrouvailles...
Ft. Chloé


Ses pieds heurtaient le sol avec violence, il se fichait d'être discret, tout ce qui l'importait c'était de créer de la distance avec ce monstre qui s'acharnait sur lui depuis un moment. Il y parvenait même s'il perdait énormément de sang, on pouvait le suivre à la trace à cause des petites gouttes écarlates qui perlaient de ses blessures. Il fit du mieux qu'il pu et puisa dans le peu de force qu'il lui restait pour continuer mais il fut très vite essoufflé. En plus d'être très gravement blessé, il était affamé et mort de fatigue, mais il devait continuer pour elle. La douleur était grande et permanente, son oreille lui lançait, il souffrait atrocement. Alors qu'il slalomait entre les arbres pour rejoindre le pont il sentit d'étranges vibrations, il se passait quelque chose d'étrange. Il resta aux aguets, ne sachant pas où regarder, le danger pouvait venir de partout surtout de la part des juges. Un liquide rougeâtre approchait dangereusement, il ne comprit pas tout de suite ce que c'était. Il savait juste qu'il fallait l'éviter à tout prix, cela ne pouvait amener rien de bon. Il essaya de faire demi-tour mais le liquide remplissait le sol des marais et il n'y avait aucun moyen de s'échapper. Il observa : du sang, le même qui coulait de ses blessures. Lorsqu'il rentra en contact avec cette marée sanglante une sensation de brûlure atroce le gagna. Il laissa échapper un juron sous cette nouvelle douleur. Alors qu'il allait chercher un abri, il entendit un sifflement frôler son oreille droite. Une flèche se planta dans un arbre à proximité de lui. Il pensa tout de suite qu'on l'attaquait et que ça y était son heure était arrivée. On le visait, il allait mourir cette fois, et puis il se rappela que Chloé avait pris un arc et un carquois dans la corne. C'était elle, il en était presque sûr ! Il fit volte face un peu plus loin se tenait quelqu'un, c'était bien elle. Le cœur du jeune homme fit un bond dans sa poitrine, le soulagement qu'elle soit encore vivante fut grand mais il n'eut pas le temps de se réjouir car il pataugeait dans cette marée de sang qui le torturait. Son visage était déformé par la souffrance qu'il endurait, il saignait de partout, son oreille principalement mais aussi de la blessure que la blonde lui avait infligé. Tant bien que mal il avança dans la direction de son ancienne co-tribut avec la brûlure constante et toujours aussi violente du sang dans les eaux des marécages. Il courrait avec beaucoup de difficulté, il était assez lent mais c'était le mieux qu'il pouvait dans cet état. Les capitoliens devaient bien rire de voir le pauvre garçon du 10 résister comme ça alors qu'il allait certainement mourir. Son père aussi devait se réjouir devant son écran, son unique fils mourrait à petit feu, il était enfin débarrassé du boulet qu'était Jason, pensa ce dernier. Pourtant même s'il n'était pas loin de la fin, il serrait les dents et résistait mais au fond il savait que son combat était presque perdu. Il devait vraiment faire pitié à voir, là en train de courir cahin-caha, du sang partout et un bout d'oreille en moins. Chloé allait prendre peur mais qu'elle se rassure : Jason n'était pas mort et il n'allait pas se laisser mourir aussi facilement. Il avançait très péniblement et il arriva devant la 10. Elle avait l'air différente mais elle n'était pas blessée, il ne lui manquait rien et pourtant elle était seule, elle avait brisé le lien. Jason aurait voulu croire qu'ils s'étaient séparés sans grabuge et que l'autre avait accepté de se sacrifier mais les éclaboussures de sang qui immaculaient la veste de la jeune fille disaient le contraire. Il aurait le temps d'y réfléchir plus tard tout ce qui comptait c'était qu'ils étaient à nouveau réunis. Il murmura un « Chloé.. » entre deux respirations saccadées et il la prit un court instant dans ses bras. Il avait les larmes aux yeux et son petit sourire habituel s'était définitivement envolé.

"Jason est dans la zone Marécage feuillu (pont) "




© Belzébuth

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Dim 13 Déc - 2:28

Pour toi, rien que pour toi


Le temps s'était arrêté ou du moins c'était le sentiment qui m'envahissait alors que mes mains crispées ne relâchait pas l'arc dont la flèche venait de fendre l'air avec une précision déconcertante. Les voix s'étaient tues et je me sentis étrangement seule, seule avec ma douleur. A vrai dire, les herbes que j'avais prises peu avant devaient encore faire effet, car la brûlure de la marée sanglante ne me faisait point autant souffrir que je l'aurais imaginé. Mon sang grouillait pourtant dans mes tempes à un rythme effréné et mon cœur semblait avoir définitivement décidé de s'échapper de ma poitrine à en croire ses battements insistants.

Immobile, l'acide me dévorait les jambes. La douleur réveillait en moi de vieux souvenirs, ceux d'un jour si paisible sous le soleil où un taureau avait déferlé sur moi comme cette marée écarlate qui recouvrait à présent le bas de mon corps jusqu'aux cuisses. La caresse était devenue picotement, puis décharge électrique pour désormais brûler doucement chaque parcelle de ma peau. Pourtant, je connaissais la solution pour échapper à tout cela. Grimper dans un arbre, se percher et regarder le monde et ses horreurs. Mais ce n'était pas le monde ici. Nous étions en vase clos, un univers parallèle ou le pire de nos cauchemars nous paraissait soudain trop doux confronté à la réalité.

Ma respiration haletante cessa lorsque Jason fit volte-face. Ma flèche avait atteint son attention, il avait comprit. Même à cette distance, je puis sentir ce changement dans son regard et dans sa posture douloureuse. Une nouvelle force l'anima, il commença à progresser vers moi. Il n'était plus question d'hésiter. Il me fallait le rejoindre, le rejoindre pour le sauver mais aussi pour me sauver moi. La damnation, je la subirai déjà alors pourquoi ne pas espérer qu'au moins un être sur cette terre ne me condamne pas. Je m'élançai. Malgré les souffrances qui engourdissaient peu à peu mes jambes, aucun choix ne m'était donné si ce n'est de réussir à l'aider, à le protéger, à le garder en vie. Après tout, ne disait-on pas "une vie pour une vie" : j'avais tué Adam, peut-être pourrais-je sauver Jason. Il fallait que cela soit le cas, car sinon...

Plus mes pas dans le liquide visqueux me rapprochaient de mon ami qui tentait péniblement de me rejoindre, plus j'apercevais l'étendue de ses blessures. Tout le sang sur ses vêtements... Ils avaient été monstrueux, monstrueux. Une boule se formait dans ma gorge, plus imposante au fur à mesure que je prenais conscience de la gravité de la situation : elle était témoin de toute la haine que je rêvais de vomir à l'égard de cette blondasse et de son sale compère d'assassin, de toute la violence qui m'envahissait et que j'aurais tant aimé déverser sur leurs silhouettes si fières de carrières inhumains et surentrainés.

Plus que quelques mètres et je pourrais l'aider, plus que quelques mètres et je pourrais le sauver... Cette litanie résonna dans mon esprit pendant les deux affreuses minutes qui nous séparèrent encore. Quand enfin il fut à ma portée, j'entendis murmurer : « Chloé.. »

Je m'élançai vers lui pour le rattraper, le voyant presque céder. Son étreinte ne me relâcha pas et il me serra dans ses bras un instant, un instant précieux qui me prouva qu'il était réellement le seul qui m'aimerait toujours, bien que je n'en fus plus digne. Mes larmes coulaient sur ses épaules, j'avais tout compris sans que nous ne disions un mot. Se perdre était ce qui pouvait nous arriver de pire dans cette arène, la mort n'était rien en comparaison.

C'est moi pourtant qui rompit ce moment magique de retrouvailles, celui auquel nous n'osions croire lorsque nous nous étions quittés la veille, contraints et forcés par une manipulation des Juges. Au final, malgré toutes ses péripéties, j'étais fière de Jason, fière de ce qu'il avait été capable de faire pour tenir sa promesse. Je passai mon épaule sous son bras pour l'aider à tenir debout plus longtemps et caressai son visage d'une main douce jusqu'à sa tempe, en évitant soigneusement la plaie béante qui entourait son conduit auditif...

- Tout ira bien, maintenant qu'on est ensemble... Tout ira bien...

C'était un mensonge. Comme tout autour de nous, ce n'était qu'une chimère de plus, un espoir qui serait balayé d'ici peu : je n'étais pas dupe. Seulement ce mensonge était la seule chose qui me raccrochait encore à cette fille calme et bienveillante qui avait vécu au District Dix... C'était elle qui veillait sur les autres et tentait de toujours voir le meilleur en eux. Alors pourquoi je n'avais pas vu le meilleur de Jason avant que le sang poisseux qui coulait de la large plaie sur son flanc ne me jette au visage la cuisante vérité : nous n'avions plus de temps. Il s'était réduit à peau de chagrin lors de la Moisson et désormais le sablier était presque déjà écoulé. Fin de la partie...

Je le refusais... Je refusais qu'il meurt ainsi.  

- Il faut qu'on se mette à l'abri ! dis-je doucement en commençant déjà à progresser vers les arbres les plus proches : On doit se mettre en hauteur...

Mon ton était suppliant, on y entendait également toute la force du désespoir que je mettais à attirer Jason dans mes pas, à le soutenir en sentant que la chaleur de son sang être de plus en plus nette contre moi. Je me sentis prise de panique alors je lâchai prise :

- On y est presque, encore un petit effort... soufflai-je en respirant bruyamment sous l'effort produit pour continuer à parvenir à le soutenir dans sa marche qui devenait vacillante.

Enfin nous touchâmes au but. Sans plus perdre de temps et alors que mes jambes me faisaient au moins autant souffrir que lors des jours pénibles qui avaient suivi mon accident, j'aidais Jason à s'accrocher aux racines et commençai à escalader l'arbre.  Cependant, il ne me suivit pas... Il n'avait jamais eu ma facilité à se faufiler partout et, quand je vis en contrebas, arrivant à peine à essayer une vaine prise à une branche je sus qu'il allait mourir. Mourir si je ne l'aidais pas. Je ne pouvais pas le perdre, je ne pourrais survivre. Il était mon oxygène alors là même qu'on essayait de nous faire taire, nous étouffer pour toujours.  Seulement ma voix sortit pleine d'une volonté dont je ne me souvenais pas et alors que je m'étais extirpée de la marée de malheurs depuis quelques dizaines de secondes, je me sentais déjà recouvrir une force que je ne me connaissais pas : celle du désespoir.

- Jason !  Jason ! insistai-je jusqu'à ce qu'il me regarde enfin.

Ainsi placé en contrebas, je ne pouvais que constater la douleur et la peur qui se lisait dans ses yeux remplis de larmes.  Cependant, je ne flancherai pas, je me l'interdisais.

- Attrape ma main, vite attrape la ! Je vais t'aider à monter mais il faut se dépêcher !

Ma supplique était sans appel, un savant mélange de fermeté et d'une demande désespérée dont seule une situation insoluble avait le don de vous arracher. L'angoisse, la peur, l'incompréhension... Il y avait un peu de tout cela dans cette demande non négociable que j'adressais à Jason...

- Maintenant et jusqu'à la nuit des temps Jason... Toujours...

Les paroles d'une vieille chanson qui me hantait depuis la Moisson, une chanson qui disait tout, qui avouait sans retenue... Je savais qu'il comprendrait, qu'il se souviendrait et qu'il saurait qu'en vérité ça avait toujours été lui le problème mais aussi la seule solution... Il était celui sans qui je refusais obstinément d'avancer.  Il était celui pour qui j'étais prête à tout.

Enfin sa main se posa dans la mienne et je le hissai de toutes les forces qu'il me restait dans la branche qui surplombant d'à peine un mètre les eaux macabres... Nous étions saufs mais pour combien de temps ?


« Chloé est dans la zone marécageuse »
《 Chloé et Jason ont passé 3 minutes dans la marée acide, ils perdent 3pvs chacun.
《 Chloé hisse Jason pour l'aider à escalader l'arbre. 》

_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Près du pont ...
★ Âge : 20 ans. ♥
☆ Surnom : Jason
★ Occupation : Flâner dans les bois
☆ Humeur : .... ♫
☆District : District Dix

○ Points : 385
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Sam 26 Déc - 19:05


 Pour toujours...
Ft. Chloé

uste une étreinte, un instant, un peu de chaleur pour deux âmes torturées parmi tant d'autres. Juste sentir l'autre contre soi et se sentir soulagé en sentant l'autre vivant. Retour en arrière, là dans la foule compacte de gens amassés regardant les jeux. Une scène devenue trop commune passait à l'écran : une pauvre gamine maigrichonne était en train de se faire tuer par un carrière. La fille avait le regard paniqué mais elle ne se défendait pas plus que ça. Elle avait compris, compris qu'elle allait mourir et elle attendait calmement la mort. Le regard de la tribut du 10, implorant la brute de l'achever vite, il la connaissait bien. Pendant des années ils avaient emprunté les même sentiers à travers les bois. Alisson. Jason se souvint encore la manière dont il avait enlacé Chloé, là dans les bois après le terrible coup de canon qui avait marqué la fin de leur meilleure amie.
Il aurait tant voulu abandonner comme elle l'avait fait, se laisser mourir pour arrêter de porter le fardeau de souffrances qui l'accablait mais il ne pouvait pas faire ça à Chloé. Elle avait perdu sa meilleure amie qui ne s'était pas battue elle ne pouvait pas perdre le rouquin de la même façon. Il repensa aux larmes de la jeune fille lorsqu'elle était morte et son cœur se serra. Cette étreinte lui rappelait à quel point il était important qu'il continue de se battre même si les minces espoirs qu'ils avaient s'étaient envolés à l'instant où les carrière avaient fait irruption. Cette étreinte valait tous les discours et les mots qu'ils auraient pu prononcer, c'était un simple contact qui aidait le rouquin à tenir le coup. Il chancelait et elle le retenait pour qu'il ne tombe pas. Elle passa son épaule sous le bras de Jason pour qu'il puisse rester debout : ses forces le quittaient petit à petit. Elle caressa délicatement son visage et il esquissa un petit sourire.

- Tout ira bien, maintenant qu'on est ensemble... Tout ira bien...


Il aurait tellement voulu la croire et se dire qu'ils allaient sortir de cette fichue arène et qu'ils auraient une chance d'être un jour heureux mais le sort en avaient décidé ainsi, car même s'ils n'étaient pas morts, la survie du rouquin était sérieusement compromise. Il ne fallait pas se leurrer, il ne reverrait jamais les vastes prairies du 10.

-J'aimerai tellement que ce soit vrai...

Le sang dans lequel ils pataugeaient le brûlait toujours, ils devaient trouver un abri, vite. Le temps pressait, combien de temps tiendrait-il encore ? Jason observa les environs mais la tête lui tournait et il se sentit horriblement mal. Il était pris de vertige et s'il n'y avait pas eut Chloé pour le soutenir il se serait probablement effondré dans cette mare de sang. A cet instant il prit conscience de la gravité de la situation, il n'en avait plus pour très longtemps. Il était déjà mort et était un poids pour la jeune fille. Pourquoi s'entêtait-elle à vouloir le sauver ? Elle était assez intelligente pour savoir qu'il n'allait pas s'en sortir. A cet instant il aurait voulu lui dire de le laisser et de s'enfuir. Loin, très loin de ces carrières qui allaient les traquer pour finir le boulot. Ils avançaient tant bien que mal mais c'était plus que pénible pour le rouquin qui perdait énormément de sang. Il sentit Chloé paniquer :

- On y est presque, encore un petit effort...


Ses forces l'abandonnaient et il aurait voulu abandonner. Pourtant Chloé le soutenait toujours et l'encourageait, lui donnant un second souffle, faible mais suffisant pour arriver à leur but. Un grand arbre avec des racines impressionnantes se dressaient devant eux. Sa coéquipière l'aida à prendre prise pour débuter l’ascension et fit de même avant de grimper. Le fils du pacificateur soupira il n'avait jamais été un bon grimpeur, elle avait toujours été plus agile que lui dans ce domaine. En plus de ne pas être bon en escalade il était horriblement affaibli, tous ces paramètres l'empêchait de monter. Pourtant il devait trouver une solution ou l'acide viendrait à bout de lui. Ce fut la voix de Chloé qui le fit lever la tête, elle l’appelait.

- Attrape ma main, vite attrape la ! Je vais t'aider à monter mais il faut se dépêcher !


Il fut tenter de lui hurler de monter et de ne pas se soucier de lui mais il savait que ce serait vain : elle ne le laisserait pas en bas.

- Maintenant et jusqu'à la nuit des temps Jason... Toujours...

Il connaissait cette phrase, une vieille chanson qui évoquait beaucoup de souvenirs et c'est à cet instant qu'il comprit que même après tout ce qu'ils avaient vécu elle l'aimait profondément. Elle était sa seule raison de vivre, alors pour elle il se battrait pour elle il se sacrifierait, pour elle il aurait tout donné. Elle était la seule qu'il avait jamais réellement aimé, pour toujours et à jamais son nom serait gravé dans son cœur. Elle avait su lui donner l'amour dont son père l'avait privé. Elle était l'unique qui avait illuminé sa vie dans ce monde si sombre et violent, qui lui avait donné une raison de vivre.

-...Tu vis dans mon cœurcompléta-t-il

[justify]Il attrapa ensuite la main de Chloé et elle le hissa sur la branche. Elle le souleva avec peine et ils furent tous les deux sains et saufs. Jason la contempla, les yeux brillants où des larmes perlaient à leurs coins. Il était si heureux qu'il soient enfin réunis, mais cet instant de bonheur n'allait pas durer il le savait. Ils seraient séparés tôt ou tard mais il essaya de ne pas y penser et de profiter de cet instant. Il parlait lentement, il était si fatigué que même parler devenait difficile :

-Chloé...je...merci mais tu n'aurais pas du. Je suis un fardeau, tu aurais du me laisser en bas. Tu aurais du me laisser mourir...

"Jason est dans la zone Marécage feuillu (pont) "
Chloé et Jason ont passé 3 minutes dans la marée acide, ils perdent 3pvs chacun.
 Jason est hissé par Chloé pour l'aider à escalader l'arbre.




© Belzébuth

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Dim 27 Déc - 1:01

Pour toi, rien que pour toi


Nous étions en vie, nous étions sains et saufs. Mais ce n'était qu'une façade, une idée à laquelle me raccrocher pour éviter de penser à ma douleur : celle qui rongeait encore mes jambes brûlées par l'acide et qui endolorissait mes bras soumis à de rudes efforts. Ce n'était qu'une illusion pour me faire oublier les plaies sanguinolentes de Jason que je voyais faiblir de minute en minute. Il me regardait avec une intensité toute particulière, une intensité propre aux personnes qui veulent lâcher prise. Je refusais qu'il en soit ainsi, il n'avait pas le droit. Des larmes perlaient au coin de mes yeux, mélange de souffrance, de crainte et d'espoir. Il devait me suivre, il le devait.

-...Tu vis dans mon cœur,finit-il par murmurer.

Mon cœur s'accéléra, la force me revînt. L'étincelle dans ses yeux me redonna confiance, en quoi je ne saurais dire mais cette lueur m'offrait un répit. Il allait se battre, encore un peu. Pour moi, rien que pour moi.

Sa main dans la mienne, je le hissai de toutes les forces qui me restaient. Il n'était pas bien lourd mais j'étais frêle et pas très en muscles, tous me déchiraient de douleur alors que Jason était suspendu à ma soif de réussite. Cela ne faisait aucun doute que je n'étais pas capable d'accomplir cet exploit. Je me sentais déjà glisser sur ma branche, perdre ma seule prise tandis que mes deux mains agrippaient celle de mon ami dans une tentative désespérée. J'allais glisser tête la première et retomber sur Jason, dans la marée de sang si je n'arrivais pas à trouver une meilleure solution. Alors je me laissais glisser à califourchon sur la branche et croisais fermement mes jambes autour. Ma cuisse me tirait atrocement, j'en pleurais. Seulement, il fallait que je tienne bon, que je ne le lâche pas : il fallait que je nous tire tous les deux de cette impasse, sinon tout serait fini. Je n'acceptais pas de le perdre. Alors je serrais les dents, je souffrais en le maintenant comme je pouvais. Je lâchais même un petit soupir d'effort étouffé quand je parvins à le tirer sur une branche légèrement en contrebas de la mienne dans un dernier élan.

Il était enfin à l'abri. Il était sorti de la menace que constituait de la marée qui continuait à grouiller en contrebas. En observant ce flux incessant qui semblait se stabiliser doucement, je me demandais si le sang d'Adam s'y était mêlé. Un frisson me parcourut à cette pensée et des larmes coulèrent sur mes joues. Je relevai la tête et aperçus Jason en train de me contempler : je n'avais pas le droit de songer à moi maintenant, il n'y avait que lui qui importait désormais.

Lentement, je déliai mes jambes qui me faisaient souffrir et me laissai glisser sur une branche adjacente à celle où était déjà perché Jason, en faisant attention à bien m'accrocher mes prises le long du tronc. Lorsque je réussis à le rejoindre, je vis à nouveau ce bonheur dans ses pupilles, être ensemble lui suffisait et je me rendis soudainement compte que cela me suffisait à moi aussi. Un sourire passa sur mes lèvres quand il m'adressa quelques mots, des mots qui lui coûtaient à en voir sa mine si torturée :

-Chloé...je...merci mais tu n'aurais pas dû. Je suis un fardeau, tu aurais dû me laisser en bas. Tu aurais dû me laisser mourir...

Mes pensées s'effondrèrent tout à coup, en même temps que mon sourire quitta mes traits, je n'arrivais plus à réfléchir. Impossible pour moi d'envisager qu'il ne soit plus là, qu'il ne soit plus avec moi. Je l'avais rejeté pendant des années, évité dans notre district mais la vérité était que je savais qu'il était là, près de moi et que je pourrais le revoir à chaque instant si je parvenais à le pardonner. Le lien n'avait jamais été rompu, il avait été entaché, il avait été bafoué et ignoré, mais jamais il n'avait cédé.

Lentement, je me penchai vers lui et mes lèvres trouvèrent les siennes. Ma main droite se posa sur sa main gauche, toutes deux nous maintenant avec difficulté perchés dans cet arbre. Je savourai ce baiser, il avait un goût particulier, un parfum d'amour sincère et de promesse d'une éternité dont je savais si elle existait. Je ne pouvais rien lui offrir en vérité, rien d'autre que ce baiser volé entre deux instants de douleur.

- Je t'interdis de m'abandonner, je te l'interdis Jason... murmurai-je affectueusement quand mes lèvres quittèrent à regret les siennes.

Mon regard était aussi implorant que ma voix qui tremblait encore sous l'émotion. Mes doigts se resserrèrent autour des siens dans une supplique silencieuse.

- Je t'aime, je t'interdis de me laisser seule... Pas maintenant qu'on est enfin ensemble, même si c'est en enfer.

Pourquoi ces mots semblaient-ils si faciles à prononcer alors que celui à qui je les adressais pouvait échapper à la vie à tout instant ? Pourquoi fallait-il qu'on risque de se perdre pour s'avouer vraiment ? Mon visage maculé de larmes trahissait ma tristesse, ma peur et mon angoisse.

- On va s'en sortir Jason, il faut qu'on y arrive.

Sans détacher une de mes mains du tronc, j'attrapai le couteau à ma ceinture et le plantai avec force dans le tronc entre moi et Jason.

Tu vas t'y accrocher, ok ? Ce sera une bonne prise pour tenir sur la durée...et je te soignerai dès que la marée sera partie... Elle ne durera pas éternellement alors je t'en supplie tiens le coup.

Je n'étais pas sûre de ce que j'avançai mais c'était notre seule chance. Mes bras s'endolorissaient progressivement, mes muscles tétanisaient sous l'effort mais il fallait que je tienne pour lui montrer que moi aussi je m'accrochais à la vie. Cependant, les efforts pour le rattraper, ceux pour monter jusqu'ici puis le hisser m'avaient totalement épuisée. Plus que de la fatigue, c'était une vague d'épuisement qui m'emportait avec elle. Bientôt, je lâcherai. Ce n'était plus qu'une question de minutes, peut-être de secondes.

- Jason, si je lâche... Ne descends pas me chercher, ce n'est pas un peu de sang qui va me faire peur ! lançai-je un peu comme une boutade.

En vérité, j'étais simplement terrifiée. Une grimace avait pris ses quartiers sur mon visage, je ne parvenais plus à trouver la force de me maintenir au tronc. Je souffrais trop, beaucoup trop... Quand soudain une crampe vînt tenailler mon biceps droit, un petit cri m'échappa et je tombai en arrière, plongeant dans les eaux sanglantes de la marée des Juges.



« Chloé est dans la zone marécageuse. »
« Chloé a tenu pendant 7 minutes accrochée dans l'arbre, puis chute dans la marée sanglante.»

_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Près du pont ...
★ Âge : 20 ans. ♥
☆ Surnom : Jason
★ Occupation : Flâner dans les bois
☆ Humeur : .... ♫
☆District : District Dix

○ Points : 385
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Dim 3 Jan - 18:29


 Pour toujours...
Ft. Chloé


Son beau sourire s'envola, le cœur de Jason se serra. Il avait brisé ce bel instant, il avait été trop direct encore une fois. Le tact ne faisait pas vraiment partie intégrante de lui. Il regretta instantanément les paroles qu'il venait de prononcer mais c'était comme le temps qui passait : irrattrapable. Il n'aimait pas la voir triste, et encore moins de savoir qu'il était la cause de ses tourments. C'était un faux pas de plus à la liste mais c'était loin d'être le pire, sa pire erreur avait eu lieu dans un champs il y a quelques temps. Il avait agit comme un idiot, avait gâché le bonheur potentiel qu'ils auraient pu avoir. Il regrettait amèrement le temps qu'ils avaient perdu à cause de ses actes. Seulement il devait tourner la page, rien n'effacerait ce qu'il s'était passé. Il avait conscience de tout ce qui lui avait fait endurer et que s'il mourrait cela n'arrangerait pas la situation. Il était son seul repère dans cette arène, de même qu'elle l'était pour lui.
Elle s'approcha lentement et l'embrassa avec une douceur extrême. Ce n'était pas le moment idéal vu la manière dont ils étaient perchés sur cette branche, leur équilibre était très instable et à tout moment ils auraient pu tomber. Pourtant le rouquin s'en fichait, il savoura ce baiser, la présence de Chloé avait une sensation protectrice et l'espace d'un court instant il oublia tout le fardeau de mœurs qui l'accablaient. Il oublia sa mère qui était morte, son père qui ne l'avait jamais aimé, Alisson, la dispute, la moisson, l'arène, la possibilité de mort imminente, le sang, les carrières... Tout s'envola et il se sentit plus léger, il se sentit aimé et ce moment de douceur appuyait ce qu'ils s'étaient promis un peu plus tôt « Toujours ».

- Je t'interdis de m'abandonner, je te l'interdis Jason...

Il aurait tellement voulu lui promettre que son état n'était pas critique, qu'il allait s'en sortir. Qu'ils allaient rester ensemble, qu'ils seraient unis dans cette galère et qu'ils en sortiraient vivants. Qu'ils seraient heureux après ça, qu'ils pourraient s'aimer jusqu'à leurs derniers souffles. Pourtant c'était impossible, il n'y avait pas de fin heureuse à leur histoire. Cependant il allait tout faire pour essayer de la protéger, de ne pas la laisser seule dans cette arène remplie de tueurs mais son état l'empêchait d'être efficace. Il allait se battre pour survivre mais les souffrances physiques étaient grandes et il perdait beaucoup de sang.
- Je t'aime, je t'interdis de me laisser seule... Pas maintenant qu'on est enfin ensemble, même si c'est en enfer.
Ce je t'aime appuya sa volonté de s'en sortir. Ce n'était pas la première fois qu'elle lui disait mais cela lui fit la même sensation, des papillons dans le ventre. L'émotion était grande et il serra la main de Chloé dans la sienne. Il savait qu'elle était sincère et qu'elle ne faisait pas tout ça pour s'attirer les faveurs du public. Jason repensa à son interview plus que désastreuse, à ce qu'avait dit Selena : qu'elle pourrait lui planter un couteau dans le dos. Il s'était emporté mais il ne s'était pas trompé, elle ne ferait jamais quelque chose comme ça, pas après tout ce qu'ils venaient de s'avouer.
- On va s'en sortir Jason, il faut qu'on y arrive.
Si seulement cela aurait pu être vrai mais la situation était trop désespérée pour Jason. Chloé avait l'air d'aller bien, physiquement bien sûr, elle pouvait rentrer, elle avait ses chances. Il la regarda droit dans les yeux, les larmes perlaient au coin de ses yeux pourtant il se força à esquisser un sourire, une promesse d'espérance tacite. Il arrêta une larme qui roulait sur la joue de sa co-tribut et caressa avec douceur sa joue mouillée.
-S'il te plaît ne pleure pas, je n'aime pas te voir triste...Je t'aime plus que tout et tu sais que je me battrai pour survivre. Il fit une courte pause avant de dire l'horrible vérité Et même s'il doit m'arriver quelque chose je ne t'abandonnerai jamais je serais pour toujours dans ton cœur.
Elle sortit le couteau de sa ceinture et le planta dans l'arbre. Il vit qu'il y avait du sang dessus et il comprit tout de suite que ses suppositions étaient réelles. Elle avait tué quelqu'un il en était presque sûr...Il la regarda différemment, mais où était passée la Chloé gentille et docile qu'il avait connu ? Il ne lui en voulut pas, ils s'étaient promis de tout faire pour s'en sortir et c'est ce qu'elle avait fait. Le coup de canon qu'il avait entendu devait être son ancien co-tribut : le garçon du 5 dont il ne se souvenait plus du nom. Il la toisa un instant, sous cette façade angélique se cachait une vrai guerrière et ce fut à cet instant qu'il en prit vraiment conscience.
-Tu vas t'y accrocher, ok ? Ce sera une bonne prise pour tenir sur la durée...et je te soignerai dès que la marée sera partie... Elle ne durera pas éternellement alors je t'en supplie tiens le coup.
Il serra les dents, il essayait de ne pas s'effondrer devant elle, de ne pas paraître aussi faible qu'il l'était mais c'était difficile, la douleur était grande surtout au niveau des vestiges de son oreille gauche. Elle avait raison le sang n'allait pas rester éternellement, ils n'allaient pas passer le reste des jeux coincés dans un arbre. Il hocha la tête et saisit le couteau pour s'accrocher. Il regardait intensément Chloé et voyait sa fatigue c'était presque sûr : elle ne tiendrait pas jusqu'à la fin du piège.
- Jason, si je lâche... Ne descends pas me chercher, ce n'est pas un peu de sang qui va me faire peur !
Elle lui en demandait beaucoup, comment pouvait-elle exiger qu'il rester sans rien faire si elle tombait dans cette marée de sang corrosif ? Il se contenta d' hocher la tête il était si faible qu'il n'avait plus la force de lui tenir la tête. Il la regardait toujours et s'accrochait le plus qu'il pouvait. Sur le visage de Chloé se dessina une grimace et elle lâcha. Elle poussa un petit cri en tombant et Jason se redressa, les yeux écarquillés vers là où était tombée la 10.
-Noooooon ! Chloé !
Il commença à paniquer, il était si impuissant. Il pensa à aller la chercher mais il savait qu'il n'aurait pas la force de remonter et que s'il restait au sol ce sang le tuerait. Et puis il avait promis à Chloé de ne pas aller la chercher en cas de chute alors il ne bougea pas mais cela le rendait malade de ne rien faire.
-Chloé ça va ??????

"Jason est dans la zone Marécage feuillu (pont) "
"Jason tient depuis 7 minutes accroché dans l'arbre, après que Chloé l'ait aidé à monter "



© Belzébuth

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Mar 5 Jan - 20:45

Pour toi, rien que pour toi


La chute fut rapide, pourtant le nombre d'images qui défila devant mes yeux fut infini. La peur qui m'embrasait rendait la sensation de vide encore plus atroce. J'avais l'impression de m'enfoncer vers un monde inconnu, de plonger à corps perdu en enfer. Je m'éloignai de Jason qui venait de lâcher une exclamation, alors que chacun de mes muscles se crispait dans une crampe douloureuse. En vérité, cela tenait du démoniaque : le choc fut violent et coupa net ma respiration. Immédiatement, la brûlure prit le dessus, elle faisait frémir chaque parcelle de peau à sa portée, la dévorait avec une lenteur sadique. Plongée dans le sang jusqu'à la poitrine, j'avais eu la chance de chuter sur les racines du bas de notre perchoir et de n'être pas totalement rongée par le sang jusqu'au visage. Mes lombaires étaient douloureuses, je mis une bonne minute à reprendre mes esprits avant de me redresser légèrement dans un effort vain pour fuir cette marée de sang.

Le sang.

Je venais de prendre conscience de l’étendue pourpre qui m’entourait toute entière, qui agressait mon corps…qui voulait ma mort. Bien que je ne le distinguais pas dans cet épais liquide, je le sentais trembler de souffrance, de terreur, d’un sentiment sournois qui me faisait perdre pied. Doucement, enfin debout, je levai mes mains jusqu’à ce qu’elles s’extirpent de la marée. Elles étaient maculées de sang.

Adam. Les images me revinrent, aussi brutales et cruelles que la première fois. Seulement, tout me paraissait étrangement différent. Je me revoyais dans cette scène mais je n’étais plus spectatrice comme lorsque, détachée, j’avais assisté impuissante au meurtre de ce garçon. Dans ses images, ses souvenirs infects, j’avais le rôle phrase, j’étais l’actrice principale. L’expression d’Adam ne laissait éclater que sa douleur et implorait ma clémence, il implorait cette jeune fille bienveillante que j’avais été : celle qui l’aurait aidé plutôt que l’aurait exécuté. Les images continuaient à défiler. Son visage devenait une masse informe, le sang coulait sur mes doigts. Je le sentais se cailler sur ma peau.

Les yeux exorbités, je reculais de plusieurs pas avant de me cogner contre le tronc de l’arbre. Je m’y plaquai, j’étais dos au mur. Une ombre semblait se détacher des eaux pourpres. J’avais l’impression de reconnaître dans les courants de cette marée les traits de ma victime : elle criait vengeance, me prédisait une fin funeste. Déjà il commençait à me dévorer, il brûlait mon corps, tiraillait ma chair. Je pleurais et les mains tendues en avant dans un geste défensif, tentant de repousser l’esprit d’Adam qui s’acharnait contre moi.

- Ce n’est pas ma faute… Je n’avais pas le choix… lançai-je d’une voix remplie de songlots.

Je pleurais. Qu’avais-je donc fait, comment avais-je pu ? Tout cela était de ma faute, cette marée, la mort, la douleur, le danger, l’arène,... Cette voix me le répétait, j’étais responsable : je nous avais précipité ici depuis longtemps, ma rancune avait été plus forte que tout et maintenant on allait me le faire payer. Cette voix me chuchotait à l’oreille, elle me susurrait qu’on allait me punir pour tout le temps que j’avais gâché… pour la vie gâchée que j’avais ôté à ce garçon qui n’avait pas plus demandé que moi à être ici.  

- Pardon… je devais le faire... murmurai-je.

Mes yeux me brûlaient autant que mes jambes alors que l’acide rougeoyant ne les avaient pas toucher. Les larmes coulaient à n’en plus finir, ma tête allait exploser.

- Chloé ça va ??????

Au loin, je venais d’entendre une voix, une voix de plus. Seulement, elle était différente de celles pleines de reproches qui m’assaillaient dans un brouhaha incessant. Elle était chargée de la même peur que la mienne, elle était chargée d’inquiétude à mon égard et me demandait seulement de le rassurer. A vrai dire, je n’entendais, ne voyais et ne sentais plus rien d’autre que ce sang qui coulait sur mes mains et qui y séchait déjà. Cela était ma punition, mon châtiment. Pourtant, cette nouvelle mélodie avait un doux son d’espoir et c’est alors que je me rappelais : le piège, l’arbre, Jason blessé… Mon regard se leva et j’aperçus Jason en hauteur. Il avait tenu. Il résistait.

Soudain, une nouvelle force me ragaillardit. Ignorer les fantômes du passé qui me hantaient était ma seule chance, il fallait que je vive dans le présent. Il fallait que je les oublie, même si cela était impossible… Ils reviendraient, ils seraient toujours là. Progressivement, la psychose reprenait sa place, le sang se faisait plus enveloppant et la folie me reprenait avec ses élans de mirage… Mais il y avait Jason, notre promesse. Il fallait que je trouve la force de continuer à me battre, pour lui, pour me prouver que j’étais capable de tout pour nous.

- Je… Je vais essayer de remonter…

Dans un geste désespéré, je lançai mon sac vers une branche assez large afin de le mettre en sécurité avant de retirer à la hâte ma veste afin que le tissu trempé d’acide stoppe son action corrosive. J’y essuyai mes mains, bien que rien ne puisse en effacer le sang qui les maculerait à jamais. Puis, haletante sous l’effort que me demandait cette lutte interne, je me tournai vers le tronc et entrepris une nouvelle ascension. Un essai, puis un deuxième… Je chutai. Je n’avais pas récupéré assez de force pour me permettre de retenter l’ascension. Il allait falloir que je tienne dans cette marée sanglante si dévastatrice, si dangereuse pour mon esprit fragile.

- Je n’arrive pas à remonter mais ne t’en fais pas ça va aller… C’était un mensonge, tout cela était un mensonge, ça n’allait pas et ça n’irait pas mieux… Les voix recommençaient leurs véhémences, j’ajoutai : Parle-moi s’il te plait, s’il te plait parle-moi…

Seule la présence concrète de Jason réussissait à faire taire mes démons, l’entendre me donna un répit, un répit qui me permit de supporter le piège des Juges en bonne tribut, patiente et endurante malgré mes dents qui se serraient pour éviter d’hurler rage et douleur. Après une dizaine de minutes, l’impression d’avoir le bas du corps totalement engourdi me saisit. Mes bras entourèrent encore plus fermement le tronc pour me donner la force de rester debout et je décidai de retenter l’escalade. Prises fermes, mouvements bien moins coordonnés que la première fois, mon expression se crispa à chaque nouvel effort pour me hisser en hauteur. Perchée dans les airs, j’avais la sensation de m’échapper des eaux bouillantes infernales pour retrouver un semblant de sérénité dès que j’arrivais à hauteur de Jason.

- Je t’avais dit que je remonterai, dis-je dans un souffle alors que je réussis à m’accrocher sur la même branche que celle qui m’avait vue chuter. Il faut continuer à tenir ok ?

En contrebas, la marée continuait et un pincement au cœur me reprit. Je détournai les yeux immédiatement pour reporter toute mon attention sur Jason. Il ne tiendrait plus longtemps. Avachi en avant, il se maintenait tant bien que mal après mon couteau. Sa blessure au côté n’avait pas l’air de s’arranger, le liquide qui s’en échappait brillait encore prouvant que la plaie continuait de saigner… Il fallait que je me détende, que je trouve une solution, que je sois pragmatique. Il fallait que je redevienne cette fille bien sage qui avait toujours réponse à tout et qui trouvait toujours des solutions… Il fallait…

La solution m’était apparue tout à coup comme une évidence. Je me laissai aller en avant et rampai doucement sur la branche pour ne pas la faire craquer jusqu’à atteindre mon sac que j’y avais lancé plus tôt.  
- Il faut que j’arrive à l’attraper… dis-je en serrant les dents.

Dès que mon bras tendu put l’atteindre, je le saisis et me remis en position non sans mal. Il me fallut le plaquer entre ma poitrine et le tronc que j’enserrai pour réussir à l’ouvrir de ma main droite. J’en sortis une corde, difficile de ne pas penser à la scène qu’elle avait aidée à mettre en place avant le coup de canon fatidique. J’eus un haut le cœur, avant de me tourner vers Jason.

- Je vais monter doucement sur ta branche d’accord ? Et je vais passer cette corde autour de toi pour te maintenir à l’arbre, comme cela tu pourras un peu souffler...

Lentement, précautionneusement, je me retrouvais à enjamber le vide pour atterrir derrière Jason. Là, je liais la corde autour de sa taille en tentant d’éviter la blessure :

- Désolée… Je dois le faire pour qu’on tienne en haut…

Puis me plaquant contre son dos, je lançai la corde autour du tronc pour la récupérer de l’autre côté avant de la rassembler en serrant du mieux que je pouvais tout en sentant son corps se tendre sous l'effet du frottement de la corde contre sa blessure. Je réajustai la corde afin qu'elle n'appuie plus sur la plaie critique, avant de passer ma main délicatement pour en évaluer l'ampleur. La sensation du sang chaud me fit frémir, elle semblait profonde. Je terminai alors mon nœud, ce n’était pas le plus beau que j’avais réalisé mais j’osais espérer que ce serait suffisant pour le sauver… Seulement, ce nouvel effort m’avait coûté et je retrouvais ma position initiale qu’avec difficulté.

- Au moins, maintenant, ça ira pour toi… dis-je dans un souffle.Et c’est tout ce qui compte.


« Chloé est dans la zone marécageuse. »
« Chloé reste pendant 15 minutes dans la marée sanglante, puis remonte. Chloé perd 15 pvs, Chloé a 174pvs».
« Chloé tient ensuite 3 minutes avant d’attacher Jason avec une corde (Jason a donc tenu 18 minutes avant d’être accroché par une corde pour 1h »

_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Personnage décédé »
★ Âge : 19ans.
★ Occupation : Tribut du District 1
☆ Humeur : Sanguinaire
☆District : Un

○ Points : 815
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Mar 12 Jan - 17:08




Pont suspendu
- Jour 3



Les trente secondes semblent durer des heures. J’anticipe le combat, chacun de mes mouvements. Je suis confiante, je suis plus forte qu’eux, ils sont très affaiblis. Je vais gagner. C’est avec cette certitude que, une fois le décompte enfin terminé, je bondis. Du coin de l’œil je vois Nik faire de même. Sauf qu’ils nous ont entendu, et Vahine esquive mon coup à la dernière seconde. Pestant intérieurement, je me reconcentrais. Tout va si vite, tout s’enchaîne à une telle vitesse que je n’ai pas le temps de réfléchir. Je laisse mes réflexes agir, comme on me l’a si bien appris. Le poignard bien en main, je passe à l’attaque. Les deux tributs m’attaquent en même temps. Surprise un court instant, je me ressaisissais et esquivais facilement leur attaques lourdaudes, j’en soupirais intérieurement.

Aussitôt je répliquais et mon poignard trouva naturellement son chemin vers l’abdomen du garçon. Il était un peu plus costaud, la stratégie était de l’affaiblir pour mieux se débarrasser des deux en même temps. Et puis, c’était réjouissant de s’occuper de sa cible et de celle de Nik en même temps. Toujours en même temps, ils tentèrent de répliquer, mais je les évitais encore plus facilement qu’avant. Je pouvais au moins leur reconnaitre le courage de se battre alors qu’ils ne devaient pas avoir beaucoup d’espoir. En même temps, ils n’avaient pas tellement le choix.

La seconde d’après je me ravisais, ils n’étaient pas si courageux puisqu’ils essayaient maintenant de fuir. Le garçon d’abord, mais Nik le rattrapa aussitôt. Vahine profita du fait que je jette un coup d’œil à leur combat pour fuir, mais je la rattrapais toujours aussi facilement.

« Où tu croyais fuir comme ça ? »

Sans attendre une réponse, je lançais mon poing dans ses côtes. J’allais continuer l’attaque quand ma vue se flouta et devint complètement noire l’instant d’après. Nik s’était éloigné ! Je me mis aussitôt en position de défense, craignant des représailles, mais au lieu de cela j’entendis mon adversaire s’enfuir. Alors que j’hésitais entre tenter de la poursuivre –c’était du suicide mais mais frustration de ne pas avoir terminé le combat allait peut-être l’emporter.

Je n’ai pas le temps d’y réfléchir que la vue me revient et j’aperçois Nikolay derrière moi qui semblait autant soulagé que moi de retrouver la vue. Mais le soulagement dans ses yeux disparaît rapidement pour laisser place à une inquiétude qui me fait me remettre sur mes gardes. Qu’avait-il sentit ? Une seconde après lui je compris que quelque chose d’anormal allait se passer. Je regarde rapidement autour de moi, anticipant un nouveau piège des juges.

Piège qui ne tarda pas à se manifester. Un immonde liquide rougeâtre se déplaçait dangereusement vers nous. Nik et moi bondîmes en même temps vers le pont, et nous accrochâmes de manière à éviter l’affolante coulée. Une fois assurée qu’elle ne pourrait pas nous atteindre, Nik me lança :

« Pearl ! Est-ce que tu as besoin d’aide ? »

J’allais lancer un pique, mais je me rendis compte que j’étais tellement essoufflée qu’il fallait que je retrouve ma respiration avant de reprendre la parole.

« Non ça va, je pense que je peux tenir un moment comme ça. Et toi, tu tiendras le coup ? »

C’est à partir de ce moment-là que l’attente commença. Nous ne savions pas combien de temps allait durer ce piège, ni quelles seraient les conséquences si nous touchions le sang. Car le liquide ressemblait tellement à du sang que je commençais me demander si cela n’en était pas vraiment. Je ne sais pas combien de temps s’était déroulé depuis que nous étions accroché à notre perchoir, mais j’avais dépassé le stade où je ressentais de la douleur dans mes bras, j’avais l’impression de ne plus en avoir. Même si je savais que je pouvais tenir accrochée encore quelques temps, je ne savais pas si cela serait suffisant.

« Ils vont nous laisser combien de temps comme ça tu penses ? J’ai autre chose à faire qu’atteindre
patiemment accrochée à un pont, il y a une jeune demoiselle qu’il va falloir que je rattrape pour terminer ce qu’on a commencé.
»

Je parlais mais je n’en menais pas large, cela devait faire une heure que nous étions ainsi et je sentais mes bras hurler de douleur.

« Nik je sais pas combien de temps je vais tenir… si je lâche ne viens pas me chercher, je ne pense pas que ce piège nous tue instantanément, ou nous aurions déjà entendu de nombreux coups de canon… Je resterais en bas juste assez de temps pour reprendre mes forces et je remontrais aussitôt d’accord ? »

Je serais les dents, consciente que je ne tiendrais plus beaucoup de temps. Soudain, sans prévenir, mes muscles lâchèrent et je me retrouvais aussitôt dans le sang. D’abord je ne sentis rien, comme si la douleur avait anesthésié chaque partie de mon corps. J’allais m’en réjouir lorsque la douleur me transperça avec tant de force que je du faire tous les efforts du monde pour étouffer un cri de douleur qui risquerait de nous faire repérer. Je fermais les yeux et serrais les poings, attentant que mes bras retrouvent assez de force pour me permettre de me hisser à nouveau. Je n’étais pas sur mes gardes, persuadées que personne ne pourrait m’attaquer en passant. Plusieurs fois je cru que j’allais m’évanouir tant la douleur était aigüe. Allais-je survivre à ce piège ?
/HRP/ « Pearl – District 1 est dans zone marécageuse, centre »  
« Pearl perd 15 pv, il lui en reste 171 – 15 = 156

© Truth.


Dernière édition par Pearl A. Standford le Jeu 28 Jan - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Personnage décédé »
Localisation : Paris
★ Âge : 17ans.
☆ Surnom : Nik
★ Occupation : pêcheur - rebelle
☆ Humeur : en colère
★ Plat préféré : tout sauf du poisson
☆District : quatre

○ Points : 1110
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Mar 19 Jan - 11:44

- Non ça va, je pense que je peux tenir un moment comme ça. Et toi, tu tiendras le coup ? me lance Pearl, un peu essoufflée après avoir à son tour escaladé une des piles du pont.

- Ne t'inquiète pas pour moi ! 10 ans à remonter des filets de pêche, j'ai des biceps en acier !
J'essaiyais de plaisanter, mais la situation était grave.

Je ne savais pas combien de temps ce liquide nauséabond allait rester. Le point positif, c'était que les tributs devaient aussi être accrochés quelque part. Nous étions pour le moment tous bloqués.

Et l'attente commença.
Je bougeais légèrement pour mieux répartir mon poids entre mes deux bras, attentif au moindre son. Les juges étaient bien capables de nous envoyer des mutations insensibles à ce sang bizarre, et alors il faudrait réagir vite !

Mais le temps passa sans que rien ne se passe. Je commençais à sentir les muscles de mes bras qui chauffaient, ça devait faire déjà un moment qu'on était accrochés...

- Ils vont nous laisser combien de temps comme ça tu penses ? J’ai autre chose à faire qu’attendre patiemment accrochée à un pont, il y a une jeune demoiselle qu’il va falloir que je rattrape pour terminer ce qu’on a commencé. me lança Pearl, qui pensait apparemment la même chose que moi.

Je bougeais encore un peu pour éviter une crampe avant de répondre :

- Je pense qu'ils vont attendre que des tributs n'aient plus assez de force pour tenir, ce qui ne devrait pas tarder...

En disant cela, je regardais Pearl. Elle semblait crispée, et je supposais qu'elle devait déjà souffrir pour se maintenir en l'air. J'aurais voulu pouvoir l'aider, mais je ne pouvais pas faire grand chose...
J'espérais juste qu'elle allait tenir encore un peu...

Après quelques minutes, mes espoirs se réduirent :

- Nik je sais pas combien de temps je vais tenir… si je lâche ne viens pas me chercher, je ne pense pas que ce piège nous tue instantanément, ou nous aurions déjà entendu de nombreux coups de canon… Je resterais en bas juste assez de temps pour reprendre mes forces et je remontrais aussitôt d’accord ?

- D'accord ! Tu dois avoir raison, ce piège n'est là que pour nous affaiblir, alors autant que je garde un maximum de force !


Je regardais Pearl avec inquiétude. Tout son corps vibrait et je savais qu'elle allait bientôt lâcher. Ca me faisait mal de la voir souffrir comme ça.
Même si nous allions finir par nous opposer, notre proximité actuelle faisait que j'éprouvais de plus en plus de respect et de sympathie pour elle.
Elle était volontaire et courageuse, des qualités que je respectais.

Je me demandais alors où était Thalia et comment elle allait, avec un peu de culpabilité. Pris par la traque des tributs, je n'avais pas pensé à elle. Elle n'avait pas pu tenir longtemps accrochée, et je priais pour qu'elle ait trouvé un refuge plus sûr.
Mais il n'y avait toujours pas eu de coups de canon, ce qui me rassurait.

Je me rendais compte que mes réflexes et mon entrainement de carrière commençaient à prendre le dessus sur les valeurs que je défendais.
Je sentais mes sentiments, mes souvenirs se dissoudre dans l'Arène.
Brièvement, j'espérais mourir avant de devenir un monstre...

Soudain, j'entendis un bruit et je vis Pearl tomber dans le sang qui stagnait sur le sol.
Je ne pus m'empêcher de crier :

- Pearl !


Je m'en voulus, avant de me dire, que les autres tributs ne pourraient de toute façon pas nous atteindre pour le moment.

Pearl semblait souffrir atrocement, comme si elle était tombée dans un bain d'acide. Je serrais les poings de colères contre les juges qui infligeaient ces tortures atroces, et je lançais à Pearl, pour lui donner du courage :

- Aller tiens bon Pearl ! Tu va leur montrer à ces enfoirés du Capitole ce que valent les carrières ! Et après, on reprendra notre traque ensemble ! Les juges veulent du spectacle, ils vont en avoir !

Le temps semblait s'écouler très lentement, mais au bout de ce qui me paru une éternité, je vis Pearl s'extraire du sang poisseux et remonter sur une pile du pont.
Elle ne semblait pas trop mal en point.
De mon côté, les choses commençaient à devenir sérieuses. Mes muscles étaient maintenant complètement tétanisés, et je sentais qu'à mon tour j'allais bientôt lâcher prise.

Mais ce piège allait quand même bien finir par partir ? Ils n'allaient pas nous laisser brûler dedans jusqu'au bout ?

Lorsque la douleur commença à devenir intolérable, je décidais de descendre avant de lâcher prise, afin de limiter le contact avec le liquide acide.
D'un voix entrecoupée, je lançais à Pearl :

- Pearl... je lâche...


Je me laissais alors gliser le long de la pile du pont, avant de tomber à genoux dans le liquide, les bras en l'air.
La douleur de mes muscles fut alors remplacée par la douleur de l'acide qui me brûlait la peau des jambes.
Je fermais les yeux et me forçais à respirer lentement pour contrôler la douleur.
Puis, sans m'en rendre compte, je commençais à fredonner une vieille chanson de notre district :

La voile bien gonflée
Le soir à la fraîcheur
S'en va sur l'eau salée
La barque du pêcheur.
Malgré les grosses lames,
Nous partons confiants

Il faut nourrir nos femmes
Et nos petits enfants.
Le vent souffle avec rage
Contre un chétif bateau,
Parfois, c'est le naufrage,
Tout n'est pas gai sur l'eau.
Mais cette mer cruelle,
Nous l'aimons... Pourquoi pas ?
Ayant grandi sur elle,
On est un peu "son gas"...

Ô vous dont les apôtres
Etaient pêcheurs aussi
Soyez avec nous autres
A l'heure du souci.
Sauvez de l'eau profonde
La marin en danger,
Doux Maître qui sur l'onde
Marche d'un pas léger.


Je devais chanter horriblement, mais je me sentais plus calme, et la douleur devenait plus supportable, plus lancinante.

Au bout d'un moment, je commençais même à sentir comme une sensation de fraîcheur sur mes jambes et je remarquais que le liquide commençait à disparaître dans le sol, comme aspiré.

C'était fini !
Enfin !

Mais une petite pensée s'insinua dans mon esprit...
Nous en étions au troisième jour, que nous réservaient les Juges pour la suite ?



Nikolay – District 4 est dans zone marécageuse, centre
Nik perd 10 pv, il lui en reste 120
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Près du pont ...
★ Âge : 20 ans. ♥
☆ Surnom : Jason
★ Occupation : Flâner dans les bois
☆ Humeur : .... ♫
☆District : District Dix

○ Points : 385
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Jeu 21 Jan - 20:06


 Pour toujours...
Ft. Chloé

L’inquiétude rongeait Jason comme la mer de sang dans laquelle baignait Chloé. Elle se mit à pleurer et à gesticuler en disant que ce n'était pas sa faute, qu'elle y avait été obligée. Cette fois-ci il n'avait plus aucun doute, c'était elle qui avait tué son co-tribut. Il aurait tellement voulu être en bas avec elle, la prendre dans ses bras et lui dire que tout était terminé, qu'elle ne devait plus s'inquiéter. Mais il était coincé en haut sur cette branche, trop faible pour bouger trop brutalement. Il détestait rester planter là sans rien faire mais à chaque instant il mourait un peu plus, le sang s'échappait de la blessure béante de son abdomen. Son oreille et cette entaille profonde le faisait atrocement souffrir pourtant ce n'était pas le pire. Le pire c'était de savoir que Chloé était si fragile, si mal, traumatisée alors qu'elle prétendait aller bien. Elle ne trompait personne mais d'un côté il admirait sa force qu'il n'avait pas.

- Je… Je vais essayer de remonter…

Elle lança son sac sur une branche et enleva sa veste teintée de rouge. Elle était si laide que ce n'était vraiment pas une grande perte. Elle essaya de monter mais elle n'y arriva pas, elle était tout aussi épuisée que lui.

- Je n’arrive pas à remonter mais ne t’en fais pas ça va aller… Parle-moi s’il te plait, s’il te plait parle-moi…

Il savait qu'elle mentait encore, que ce sang la faisait souffrir et que c'était suicidaire d'être là mais elle ne pouvait faire autrement. Lui parler, il ne sut pas tout de suite quoi dire alors il dit ce qui lui passa par l'esprit. Il raconta d'abord leur jour où leur amitié avait commencé. Il revoyait la scène, elle le tirait déjà d'un mauvais pas, une discussion sur son avenir de pacificateur qu'elle lui avait évité. Il détailla ensuite leur première partie de chasse qui n'avait pas été bien fructueuse mais où ils avaient tant ri. Il lui rappela tout le temps qu'ils avaient passé ensemble, à se balader ensemble ou simplement à observer les nuages, allongés dans une prairie verdoyante. Il ne conta que de bons souvenirs, il passa sous silence leur dispute et le terrible épisode du taureau. Il essayait de lui transmettre encore plus de courage qu'elle n'avait. Il essayait de lui faire penser à autre chose que le sang et le vide qui se dérobait sous ses pieds au fur et à mesure qu'elle grimpait. Il avait très peur qu'elle chute, l'ascension était dangereuse mais moins que ce sang acide. Il se forçait à ne regardait qu'elle et se concentrait sur ses propos, pas à ce qui pouvait se produire. Il ne cessa pas de parler jusqu'à ce qu'elle soit enfin « hors de danger », enfin c'était une bien grande expression, elle était hors de portée du sang mais c'était déjà une bonne avancée.

- Je t’avais dit que je remonterai. Il faut continuer à tenir ok ?

Il esquissa un sourire léger puis son visage se crispa sous la douleur : elle ne diminuait pas mais il ne se plaignait pas, il ne voulait pas l'inquiéter plus qu'elle ne l'était déjà. Il hocha la tête et répondit simplement :

-Tu m'as fait tellement peur... Je vais essayer, promis.

Elle contemplait la marée de sang qui était toujours présente. Les juges étaient vraiment tordus, ils s'acharnaient vraiment cette année. Les expiations étaient réputées sanglantes et elles l'étaient véritablement. Si l'on récapitulait les juges les avaient mis dans une arène où la chaleur régnait, sans eau. Ensuite ils avaient envoyé des grenouilles très virulentes puis la boîte si mystérieuse avec le sacrifice. Il y avait aussi ces règles comme le fait que lorsque les tributs étaient liés lorsque l'un mourrait l'autre suivait, la distance les aveuglait. Et désormais c'était du sang qui brûlait la peau. C'était bien loin et Jason le savait parfaitement et cela ne fit que l'effrayer un peu plus. Pourtant il savait qu'il n'arriverait pas à passer tous les obstacles que les jeux mettraient sur le chemin de sa survie. En plus de toutes ces catastrophes il était gravement blessé et des carrières rôdaient. Il était en plein cauchemar mais aucun moyen de se réveiller.
Ses forces l'abandonnaient, il fallait trouver une solution rapidement où il tomberait et c'en serait fini de lui. S'il chutait il savait très bien qu'il n'aurait pas la force de remonter, il était à bout. Elle se mit à ramper sur la branche et elle tenta d'attraper son sac.

- Il faut que j’arrive à l’attraper...

-Fais attention ...

Cette solution elle semblait l'avoir trouvé. Le sac, la corde, mais bien sûr c'était une idée géniale, pourquoi n'y avaient-ils pas pensé plus tôt ? Seulement c'était dangereux, elle prenait beaucoup de risques. Il savait que la contredire ne l'arrêterait pas alors il ne la retint pas. Elle y parvint, non sans mal et avec une certaine agilité.

- Je vais monter doucement sur ta branche d’accord ? Et je vais passer cette corde autour de toi pour te maintenir à l’arbre, comme cela tu pourras un peu souffler...

Il aurait voulu que ce soit elle qui s'attache à cet arbre, elle aussi était épuisée. Seulement encore une fois avait-il le choix ? Non elle avait déjà pris sa décision et aucun argument qu'il aurait pu user ne l'aurait dissuadée.

-Chloé... non … je... puis voyant son regard il se ravisa

- Désolée… Je dois le faire pour qu’on tienne en haut…

Elle enjamba le vide et l'attacha au niveau de la taille, sous l'entaille béante que la blonde lui avait faite il y a peu. Au fur et à mesure qu'elle serrait la corde il tressaillait un peu plus, elle frottait contre sa blessure et il ne pu empêcher  que son expression faciale se déforme sous la douleur. C'était extrêmement désagréable mais elle l'ajusta rapidement puis examina la blessure. Elle passa sa main sur la blessure avec délicatesse et le sang maculait un peu plus ses doigts. Elle ne dit rien par rapport à la gravité de la coupure mais il se doutait qu'elle était grave, elle essayait de le protéger en lui cachant la vérité pourtant c'était évident : il était dans un état critique. Elle retourna à sur la branche où elle était au début puis déclara simplement :

- Au moins, maintenant, ça ira pour toi….Et c’est tout ce qui compte.

Il eut un pincement au cœur et il du retenir ses larmes. Elle l'aimait au point que la vie du rouquin était plus importante que la sienne. Il n'arrivait toujours pas à croire que quelqu'un pouvait tenir à ce point à lui. Son cœur battait vite, c'était réellement une des premières fois qu'il se sentait aimé, et aussi important au point qu'elle risquait la chute pour lui.

-Oh Chloé... ça va aller...on va s'en sortir..

Il ne trouvait pas les mots, il aurait voulu lui dire tant de choses mais il n'y parvint pas. Il avait accentué le mot « on » dans sa phrase pour lui montrer qu'il tenait sa promesse de se battre encore et toujours contre le destin qui s'acharnait sur eux. Cependant c'était un mensonge, car même si elle avait une chance de rentrer lui était déjà mort. Alors il profitait du temps qui lui restait et l'observait silencieusement. Le temps défilait lentement et elle recommençait à flancher. Non...elle ne pouvait pas retomber, pas encore. Mais quand ce supplice allait-il s'arrêter ? Il fallait qu'il trouve une corde de toute urgence ou une autre solution mais vite. Il essayait de réfléchir vite mais il avait beaucoup de mal, il se sentait si faible et épuisé que cela fut un difficile exercice. Puis il se souvint qu'à la corne d'abondance lui aussi avait pris une corde, qu'elle était dans son sac. Sac qui était accroché à une branche au-dessus de lui. Il l'avait complètement oublié ce sac. Il contempla le nœud et sans mal il le défit d'un geste machinal qu'il avait tant de fois. Et en essayant de garder l'équilibre il se redressa légèrement et tendit le bras à un maximum. Il manqua légèrement de tomber mais il se rattrapa au tronc de l'arbre. Il saisit rapidement une bretelle et se replaça à sa place initiale. Il l'ouvrit d'un geste rapide et fut soulagé : il y avait bien une corde. Il la saisit et la tendit à Chloé :

-Prends la et attache toi vite !



"Jason est dans la zone Marécage feuillu (pont) "




© Belzébuth

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Lun 1 Fév - 1:20

Seconde chance…


La sueur perlait sur mon front, une goutte passa à côté de mon œil avant de continuer sa course sur mon visage jusqu'à chuter dans le vide. Je la suivais du regard quand elle se fondit dans la marée sanglante, un haut le cœur me secoua et je détournai immédiatement mon esprit de cette vision d'horreur qui me ramenait inéluctablement à cet instant fatidique où j’étais devenue une meurtrière. Je trouvais Jason, qui me contemplait avec cet air qui laissait transparaître qu’il avait compris. Il ne pouvait qu’avoir compris après les pleurs et les suppliques qui m’avaient secouée lorsque j’avais chuté. Pourtant, j’aurais préféré qu’il n’en sache jamais rien : c’était impossible. Seulement, il ne disait rien. Il gardait le silence, ne tentait pas de savoir ce qu’il s’était passé, il restait lui-même et ne m’affligeait d’aucun commentaire.

Je lui en étais reconnaissante. Mes paupières se fermèrent un moment. J’étais horriblement soulagée et, malgré toutes les douleurs que je ressentais, je me sentais soudainement libérée. Mes muscles faillirent se relâcher et mon corps glissa légèrement, je resserrais immédiatement ma prise. Je ne pouvais pas me permettre de replonger, dans tous les sens du terme. Je ne pourrais plus m’en sortir, pas une nouvelle fois…

- Oh Chloé... ça va aller...on va s'en sortir..

La voix de Jason m’avait sortie de mes songes lugubres, j’ouvrai les paupières et lui adressai un léger sourire, déformé par la souffrance qui continuait à assaillir chaque parcelle de mon corps. J’étais tellement fatiguée, j’avais fait bien trop d’efforts ; pourtant, je ne regrettais rien. Je l’avais mis à l’abri et il était à nouveau prêt à me mentir pour me garder à ses côtés. Il fallait croire que la situation n’était finalement pas si désespérée si on arrivait encore à en imaginer une issue favorable. Je lâchais un petit rire nerveux, chacun des spasmes de cet éclat me tiraillait la poitrine mais je ne pouvais le retenir. Il ne fallait pas que je craque, pas maintenant.

Une quinzaine de minutes s’était écoulé depuis que j’avais réussi à remonter sur cet arbre maudit. Ma respiration était devenue plus irrégulière, presque saccadée. Je tentais en vain de me maintenir, mais il fallait se rendre à l’évidence : je n’avais jamais été très forte et je devrais à nouveau goûter au sang très bientôt. Je refusais, je refusais d’y retourner… Je tournais ma tête sur la gauche pour lâcher un sanglot sans que Jason ne me voit, il ne fallait pas qu’il sache que je commençais à faiblir. Il fallait que je le tienne à bout de bras, au moins encore un peu… Il fallait que j’y crois, même si l’espoir était un luxe.

Soudain, un froissement attira mon attention. Interloquée, je me tournai vers mon compagnon pour l’apercevoir en train de se hisser vers le haut. Mes sourcils se froncèrent, je plissai les yeux pour me rendre compte que le nœud que j’avais réalisé était ouvert. Je lui lançai, paniquée :

- Arrête ça tout de suite, tu vas te tuer ! Le nœud s’est ouvert !

S’il tombait parce que je n’avais pas su nouer cette fichue corde assez fermement, je ne me le pardonnerai jamais. J’allai enjamber la branche pour aller réparer cette bévue, les muscles tétanisés de douleur quand il faillit tomber.

-  Jason ! hurlai-je presque.

J’étais totalement paralysée par la terreur et la douleur. Heureusement, il se rattrapa et je compris bientôt que tout cela était de son fait : il avait saisi une corde dans son sac perché un peu plus haut et me la tendait :

- Prends la et attache toi vite !

Aucun mot ne parvenait à franchir mes lèvres, mes pupilles étincelantes de la frayeur qui m’avait traversée parlaient pour moi. Ma main attrapa la corde et je le contemplai un instant sans dire mot, totalement perdue. D’un geste mécanique, je passai la corde autour de ma taille, la lançai autour du tronc et la rattrapai à l’autre extrémité pour m’y fixer solidement. Arrêtant de me maintenir, laissant enfin mes bras au repos, je murmurai :

- Si tu étais tombé, si tu étais… Je me mordis la lèvre quand je faillis prononcer le mot fatal.Je t’interdis de prendre des risques pour moi, pas tant que tu ne seras pas rétabli… Il faut que tu fasses attention… Rattache-toi vite maintenant.

Mon ton s’était voulu ferme mais au final il s’était fait plus implorant que je ne l’aurais voulu. Ma force m’avait quitté quand l’image de Jason chutant dans la marée sanglante qui l’aurait consumé avait défilé dans mon esprit. Son cadavre flottant à la surface par la faute d’une erreur qui aurait été commise pour me sauver me hantait encore. Plus jamais il ne devait faire cela, plus jamais.

- Mais… J’hésitai, comme de peur de l’encourager avant de finir par dire : Mais merci de m’avoir évité d’y retourner… Merci vraiment.

Mon soulagement était tel qu’une vague de faiblesse me saisit, plus rien ne me tenait en alerte : plus de danger immédiat, plus de risque de retrouver des fantômes dont le sang maculait les marécages,… L’adrénaline chutait pour me laisser dépourvue de tout dynamisme. Ma joue se posa contre le tronc. Je me laissai reposer de tout mon poids sur l’arbre maintenant que je savais y être en sûreté. Le silence se fit de nouveau entre nous et je me fis la promesse de ne plus quitter Jason du regard, ne serait-ce qu’un instant pour éviter qu’une nouvelle idée brillante ne risque de lui coûter la vie. Il était bien plus fort qu’il le croyait : si seulement il avait pu s’en rendre compte… Peut-être les choses auraient-elles été différentes ? Peut-être qu’il aurait su tenir tête à son père ? Peut-être qu’il ne nous aurait pas expédié dans cette arène ? Peut-être… Le monde était étrange, plein de possibilités, de coïncidences et de suppositions… Il n’était qu’un réseau multiple où nous choisissions une voie sans connaître ce que nous trouverions au bout du chemin. La vie n’était pas si différente d’une Moisson : on pouvait tirer le bon numéro et s’en sortir, ou tirer le mauvais et… Les Hunger Games n’étaient qu’une version accélérée de notre existence, un moment hors du temps où tout était plus intense, plus riche, plus mortel. Seule la fin différait pour une personne à qui on offrait une seconde vie, une seconde chance. Mais il y avait tout ce sang. Ce sang qui continuait à s’échapper de la blessure de Jason et qui nous éloignait de cette seconde chance. Il allait falloir que je me surpasse, il allait falloir que je maitrise la situation pour deux alors qu’elle m’échappait depuis le début, qu’elle me filait entre les doigts comme le visage tailladé d’Adam. Au bout d’une demi-heure à tenter de me reprendre, je rompis le silence :

- J’espère qu’on va bientôt pouvoir descendre pour que je puisse regarder « ça » de plus près, dis-je en désignant sa blessure. Ca va, tu ne souffres pas trop ?

Je me rendis compte de la bêtise de ma question en la prononçant :

- Oh excuse-moi… Je me doute que c’est douloureux… J’ai ce qu’il faut dans mon sac pour t’aider, on va y arriver d’accord ?

J’étais bien nouée à mon tronc, mais j’avais besoin de sentir la présence rassurante de Jason alors je lui tendis ma main du mien que je pouvais pour que ce contact puisse nous aider à tenir jusqu’au bout, ensemble pour toujours.

« Chloé est dans la zone marécageuse. »
« Chloé tient 15 minutes avant s’attacher avec la corde tendue par Jason (30 minutes attachée avec corde dans ce rp). »

_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Près du pont ...
★ Âge : 20 ans. ♥
☆ Surnom : Jason
★ Occupation : Flâner dans les bois
☆ Humeur : .... ♫
☆District : District Dix

○ Points : 385
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Mer 3 Fév - 19:49


 Pour toujours...
Ft. Chloé

- Si tu étais tombé, si tu étais…Je t’interdis de prendre des risques pour moi, pas tant que tu ne seras pas rétabli… Il faut que tu fasses attention… Rattache-toi vite maintenant.

Elle s'était inquiétée pour lui mais il savait que ce qu'il avait fait été juste. Il savait que sans cet corde elle serait retombée et qu'elle n'aurait pas eu la force de remonter. Même si elle prétendait le contraire Jason n'était pas dupe il voyait bien qu'elle n'en pouvait plus. Il se sentait coupable d'être attaché, protégé pour un moment d'une chute alors qu'elle pouvait basculer à tout instant. Alors il avait été obligé de prendre le risque d'attraper l'objet tant convoité dans son sac. Et même s'il était tombé il serait mort en voulant la sauver et c'était ce qu'il tentait de faire depuis le début : essayer de la protéger.

- Mais… Mais merci de m’avoir évité d’y retourner… Merci vraiment.

Il se rattacha et répliqua en essayant d'esquisser un petit sourire entre deux vagues de douleur.

-Je ne suis pas tombé, ne t'en fais pas je sais ce que je fais.

Le rouquin se sentait de plus en plus mal et il essayait de ne pas laisser son regard se poser sur la blessure d'où coulait toujours un flot de sang régulier. Il se sentait de plus en plus faible, il avait des vertiges mais il essayait de rester conscient mais surtout de ne pas tomber. Il avait horriblement mal, la blonde était plus coriace qu'il n'y paraissait. Elle savait plutôt bien manier les armes. Tout le contraire de Jason qui se sentait atrocement maladroit avec un poignard dans les mains. Le pauvre tribut savait à peine se battre et les capitoliens avaient dû bien rire en le voyant se faire battre par ces carrières. C'était une scène commune pour eux, la traque des carrières pour les districts inférieurs était annuelle. Jason savait que son père n'avait pas perdu une miette de l'attaque et qu'il avait dû être heureux lorsque la lame avait taillé son torse. Cependant, son sourire avait dû s'envoler lorsque son unique fils avait pris la fuite, échappant à une mort certaine. Certes il ne savait pas se battre, mais il avait su ruser avec la règle de l'aveuglement. Malheureusement la ruse ne le sauverait pas cette fois-ci, il perdait énormément de sang et à moins de se faire soigner il s'envolerait bientôt. Il se sentait si mal qu'il sentait la fin proche. Il pensait à Chloé et cela lui redonnait la force de s'accrocher mais il avait envie de tout arrêter, d'abandonner et d'arrêter de souffrir. Mais il ne pouvait pas lui faire ça, il ne pouvait pas la laisser seule dans cette arène par pur égoïsme.

- J’espère qu’on va bientôt pouvoir descendre pour que je puisse regarder « ça » de plus près. Ca va, tu ne souffres pas trop ?

Elle regardait sa blessure la plus béante. Elle ne réalisa pas tout de suite l'absurdité de sa question mais elle se rattrapa avant qu'il ne puisse lui répondre.

- Oh excuse-moi… Je me doute que c’est douloureux… J’ai ce qu’il faut dans mon sac pour t’aider, on va y arriver d’accord ?

-J'ai connu mieux disons...Mais ne t'en fais pas ça va aller...espérons seulement que cette saleté de piège se termine bientôt...

Il avait essayé de la rassurer de ne pas lui dire qu'il souffrait atrocement et que la douleur empirait à chaque instant. Il ne voulait pas qu'elle s'inquiète pour lui, cela n'aurait servit à rien. Elle lui tendit la main et il ne la lâcha pas. Ce contact l'aidait à tenir le coup, les vertiges étaient de plus en plus fréquents mais il n'en fit pas part à Chloé, elle ne devait pas savoir à quel point il allait mal. Main dans la main, tous ses soucis paraissaient moins importants, tout était plus facile à supporter. Ils restèrent comme ça un moment, il ne sut pas exactement, il avait perdu depuis bien longtemps la notion du temps.
Il jeta un coup d’œil à la marée de sang, elle diminuait ! Elle disparaissait peu à peu, ça y était enfin c'était terminé. Ils allaient enfin pouvoir descendre, Jason était à bout de force.

-Chloé la marée ! Elle descend !!

Il lâcha sa main et se détacha. Il se redressa et avec toutes les peines du monde il attrapa son sac. Il y jeta la corde bien usée. Lorsque le sang eut totalement disparu il lança à sa co-tribut :

-Fais doucement en descendant, ce n'est vraiment pas le moment de faire une mauvaise chute.

Et ils descendirent de leur perchoir. Les quelques mouvements fatiguèrent encore plus Jason qui était plus qu'épuisé. Arrivé au sol il sentit de nouveaux vertiges le prendre, alors il s'assit contre un arbre. Il tenait la blessure avec sa main et le sang coulait toujours autant. Cette blessure allait le tuer s'il ne trouvait pas une solution très rapidement.


"Jason est dans la zone Marécage feuillu (pont) "




© Belzébuth

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Personnage décédé »
★ Âge : 19ans.
★ Occupation : Tribut du District 1
☆ Humeur : Sanguinaire
☆District : Un

○ Points : 815
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Mar 16 Fév - 17:37




Pont suspendu
- Jour 3



Mais, à ma plus grande satisfaction, je tins bon. Peut-être Nik y était-il pour quelque chose. Ce qu’il m’avait dit m’avais reboosté, et intérieurement –très intérieurement, car la douleur restait omniprésente- je souris, me disant qu’il devait être un peu plus carrière qu’il ne devait le penser. Malheureusement, il ne tint pas beaucoup plus longtemps que moi, et à peine tomba-t-il à côté de moi que je vis une intense douleur dans ses yeux. Instinctivement je lui pris la main, comme si cela pouvait l’aider, l’apaiser au moins. Je devais plus lui faire mal qu’autre chose tant la douleur me faisait serrer fort sa main, et je la lâchais au bout de quelques instants, en regrettant ce geste. La douleur m’empêchait de penser correctement, je n’avais plus le droit au moindre faux pas, à la moindre faiblesse. Je devais apparaître comme quelqu'un n'ayant pas de coeur, pas de sentiment. C'était ma stratégie et je devais m'y tenir.

Au bout d’un quart d’heure je sentais que mes bras avaient retrouvé assez d’énergie pour me porter. Je me hissais difficilement à l’endroit où j’étais quinze minutes plus tôt. Dès que mes pieds quittèrent le sol, je me sentis revivre. La douleur était toujours présente, mais si faible comparée à quelques instants plus tôt que je ne la sentais plus. Intérieurement, je priais pour que ce supplice ne dure pas encore longtemps.

A peine quelques minutes après être remontée, le liquide disparu et je sentais le soulagement de Nikolay en bas. Doucement mais prudemment je descendais de mon perchoir, les jambes encore engourdies par l’enfer que nous venions de vivre.

« On devrait être tranquilles pour un certain temps… Tu te sens prêts à continuer ou tu veux qu’on reste ici quelques minutes ? »

Je préférais lui laisser le choix. Je mourrais d’envie de repartir à la traque des tributs –avoir laissé les deux tributs nous échapper m’étais insupportable- mais je savais qu’au fond de moi un peu de repos ne me ferais pas de mal…

/HRP/ « Pearl – District 1 est dans zone marécageuse, centre »  
© Truth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Ven 19 Fév - 0:43

Dans la souffrance...


Ma main dans la sienne, le temps semblait passer plus vite même si j'en savourais intérieurement chaque instant. La souffrance qui tiraillait mes muscles endoloris par tant d'efforts ne parvenait pas à anesthésier totalement mon esprit, bien que moins alerte je réussissais à sentir sa peau devenue rêche malmenée par toutes les épreuves qu'il avait eu à affronter. Moi aussi, j'avais eu mon lot  Je rêvais de pouvoir me reposer ne serait-ce qu'un instant, de pouvoir souffler, me sentir en sécurité et enfin lâcher prise. Seulement, rien de tout cela ne serait possible tant que cet enfer ne serait pas terminé et nous savions tous comment cela se terminait...

Je pris une grande inspiration, l'air acide me brûla la gorge au moins autant que l'odeur poisseuse du sang me donnait la nausée. J'aurais tout donné pour que le doux parfum du chocolat pâtissier chatouille mes narines plutôt que cette amertume écœurante. Jason espérait que ce piège se finisse bientôt, j'espérais ne plus jamais avoir à sentir le parfum acide de la mort. Pourquoi fallait-il que nos vœux soient toujours aussi compliqués et peu réalistes ? A croire que l'humain avait besoin de rêves inaccessibles pour donner un sens à son existence tourmentée.

Dans ma paume, je percevais les tremblements de Jason, ses vertiges aussi. Sa poigne se serrait avant de perdre en force lorsqu'il vacillait un instant. Il ne disait rien, ne se plaignait pas mais il souffrait bien plus qu'il ne voulait le montrer : j'en étais certaine et j'avais peur. Il fallait qu'il tienne le choc, il fallait qu'il réussisse à tenir encore un moment. Cette idée fixe m'obsédait tandis que des sueurs froides me faisaient tourner la tête, dans un réflexe je resserrai ma main dans celle de mon ami. Il était la seule chose tangible de cette arène, la seule chose à laquelle me raccrocher dans la tempête qui nous frappait. Je fermai les yeux, il ne fallait pas craquer. Pas déjà.

Les paupières mi-closes, j'écoutais le flot incessant de la marée sous nos corps. Elle produisait un son semblable à la musique des flots ou du moins ce que j'imaginais comme tel, je n'avais jamais vu la mer. Notre district était bien loin des côtes et les seules étendues d'eau que j'avais pu côtoyer étaient de petits ruisseaux cheminant au cœur des bois. Pourtant, les yeux ainsi fermés, j'avais presque l'impression de pouvoir revoir l'éclat scintillant de l'eau claire. Cela me rassurait, même si les battements saccadés de mon cœur me rappelait que rien n'était aussi tranquille que cette eau qui coulait lentement sur les pierres de la source...

Reprenant doucement conscience de tout ce qui se passait autour de moi, j'ouvris doucement les paupières pour découvrir effarée que la corde qui maintenait Jason avait cédé. Il ne devait pas s'en être rendu compte car il restait affalé sur la branche en se tenait mollement au tronc de sa main restante. La panique regagna du terrain, ma respiration s'emballa. J'allai lui indiquer l'impair quand il me lança :

- Chloé la marée ! Elle descend !!

- Quoi ?

Obnubilée par la vision d'horreur de la corde détachée, je n'avais même pas vu la marée descendre pour finalement disparaitre comme si elle n'avait jamais été. L'eau des marécages était redevenue boueuse tandis que les fines étendues terreuses ne gardaient qu'une légère coloration rougeâtre. Un mauvais rêve, une illusion infâme de plus, voilà ce qui semblait nous avoir poussé à fuir vers les cieux.

Ma main redevînt froide, Jason venait de la lâcher et je me dépêchai d'en faire de même. Ma corde semblait détendue, moins solide qu'auparavant, mais elle n'avait pas cédé : peut-être pourrait-elle nous être d'une quelconque d'aide plus tard. Je la passai autour de mon torse, en bandoulière avant de récupérer mon sac et lançer à Jason :

- Laisse-moi ton sac, je le prends.

Mon ton avait été moins convaincant que je l'aurais voulu, mais il était trop faible pour pouvoir monter l'attraper dans les branchages. Même si cela me coûtait de l'admettre, il n'était pas en bon point... Son teint fade et cireux, ses cernes creusés et violacés, ses gestes mal assurés,... Tout me prouvait qu'il était à bout de force, mais je refusais de croire que ça pouvait être la fin. Pensée inacceptable et cruelle, elle se dessinait pourtant comme une ombre malfaisant qui rôdait, vile charogne.

- Fais doucement en descendant, ce n'est vraiment pas le moment de faire une mauvaise chute.

Il me lança cela comme si c'était de moi qu'il fallait prendre soin et choyer, comme si j'étais celle qui risquait à chaque instant de perdre conscience pour ne jamais refaire surface. Seulement, toutes les souffrances physiques qui m'assaillaient n'étaient rien à côté de ce qu'il devait endurer. A mon tour, je descendis prudemment de l'arbre, un sac sur chaque épaule. Mon pied gauche glissa sur la souche encore légèrement teintée écarlate, je laissai échapper un petit son aigu, trahissant la douleur qui venait de saisir violemment ma cuisse. Jamais je ne l'avais sollicitée autant depuis mon accident et cela s'en ressentait. Les yeux mouillés, je vis Jason s'installer contre un arbre à proximité. Ses mains tentaient vainement de stopper le sang qui maculait ses vêtements, en d'autres circonstances j'aurais sans doute eu un haut-le-cœur mais ici plus rien n'était choquant. Tout devenait étrangement banal, presque normal.

Une bouffée de panique m'envahit, je secouais la tête comme si les idées sombres qui m'embrouillaient l'esprit pouvaient s'évaporer d'un simple mouvement. Boitant, mon visage se crispait dans une grimace de douleur à chaque pas, j'avançai jusqu'à Jason et jetai les deux sacs au sol avec la corde encore en état à ses pieds. Puis, je me laissai choir sur le sol boueux, à genoux devant lui.

- Il va falloir qu'on s'occupe de cela maintenant...

Avec précaution, je posai mes mains tremblantes sur les siennes et les écartai avec délicatesse  

- Je vais y aller doucement, mais il faut que je puisse voir la plaie. Tourne la tête, ok ?

Je ne voulais pas qu'il voit la blessure. La quantité de sang qu'il avait perdu parlait d'elle-même, ce n'était pas beau à voir et rien ne servait qu'il tourne de l’œil en prenant conscience de la terrible vérité... Il allait être difficile de le soigner correctement si notre mentor ne nous aidait pas. Pourtant, je tentai de continuer à sourire, malgré l’écœurement qui me gagnait devant cette chaire béante au bord tranché. Son flanc avait été tailladé de manière parfaitement nette par la lame de la blonde, maigre consolation il me semblait que dans ce cas le risque d'infection était inférieur mais loin d'être négligeable.

- Bon, ça pourrait être pire... dis-je avec un petit rire nerveux qui trahissait mon mensonge. Il va falloir que je nettoie un peu le sang autour pour mieux voir la blessure, ça risque de faire mal mais il faut qu'on le fasse et vite pour qu'on puisse se mettre à l'abri après... On est trop à découvert ici et ils risquent de ...

Te traquer. Je n'avais pas besoin de prononcer tout haut cette évidence pour qu'elle me terrifie. Les mots ne franchirent pas mes lèvres mais nous nous étions compris. un silence pesant s'installa pendant que, les mains pleines de sang, je me mis à fouiller dans mon sac pour y trouver les cotons et les plantes qui me restaient. Blanc, immaculé dans ma main, le coton semblait presque irréel dans cette jungle sale et obscure : j'allai pouvoir limiter les dégâts en nettoyant le pourtour de la plaie puis en appliquant une pression pour stopper définitivement l'écoulement... Enfin, je l'espérais.

Les tremblements se faisaient de plus en plus présents, je saisis la gourde et plaquai une large bande de cotons contre le goulot pour les humidifier. J'étais déjà en train de revenir avec le coton légèrement mouillé près de la blessure quand je pensais à Jason :

- Oh Jason, désolée j'avais oublié ! J'ai réussi à avoir de l'eau ! Prends en un peu... lui dis-je en lui désignant la gourde du regard. Tu dois mourir de soif...

J'étais en train de m'affairer sur sa plaie. Son corps se tendait à chacun des frottements que j'effectuais pour nettoyer tant bien que mal la chair sanguinolente.

- Serre les dents Jason... J'y suis presque... S'il te plait, ne fais pas de bruit... lui demandai-je implorante de peur que nous soyons repérés par ses gémissements de douleur. Je suis désolée, il faut que je le fasse...

Quelques minutes passèrent encore, bientôt le sang caillé se détacha, les cotons se teintèrent... Rien n'était gagné, mais peut-être avions-nous déjà amélioré la situation : du moins, j'aimais à croire que tous ses soins ne seraient pas vains. Un mouvement pour remonter une de mes mèches folles qui pendaient devant mes yeux, ma tempe et ma joue furent colorées de rouge, maquillage morbide. Mais rien ne m'importait plus que de soulager Jason. Quand je compris que je n'obtiendrais rien de mieux, je m'arrêtai un instant et annonçai :

- C'est déjà mieux, tu vois qu'on va s'en sortir !

Mon sourire était véritable, tout comme les larmes de peur intense qui faisaient briller mes yeux noisettes. J'avais tellement besoin de me convaincre que tout allait bien se finir, de le voir continuer à se battre,... Je pris une grande respiration avant d'ajouter :

- Maintenant, je vais comprimer la plaie...

D'un bond, j'attrapai ma corde qui gisait à mes côtés et plaquant des cotons propres sur la blessure, je passai la corde autour de sa taille.

- Ça risque d'être douloureux... dis-je en me mordant la lèvre inférieur, angoissée rien qu'à l'idée de lui infliger encore davantage.

Et d'un geste, un seul, je serrai. Sec, sans annonce, mon mouvement fit se resserrer la corde qui maintenait désormais en place le pansement de fortune. En réalité, c'était ridicule. Cela ne résoudrait pas tout... Cela ne résoudrait peut-être même rien mais il ne fallait pas que Jason voit cette terreur de l'avenir dans mon regard. Il ne fallait pas qu'il sache. Il fallait qu'il y croit, parce que j'avais besoin d'y croire.

- Ça va ? lui demandai-je en me relevant d'un bond pour le rattraper alors qu'il s'affaissait, prêt à faire un malaise.

Sans doute la compression que j'avais exercée sur la plaie afin de stopper l'hémorragie avait-elle provoqué un choc supplémentaire au corps de Jason déjà au bord du gouffre. Pourtant, je savais que j'avais fait ce qu'il fallait, je me rassurais en me répétant intérieurement que cela était normal et qu'il avait juste besoin d'un peu de repos après l'épreuve que je venais de lui infliger... Alors je me tus en le plaçant contre moi. J'avais du mal à maintenir le haut de son corps contre moi, mais je le fis sans me plaindre. Ma main droite caressait doucement son visage pour le tenir éveillé sans le brusquer.

- Reste avec moi Jason... lui murmurai-je avec tendresse en me glissant derrière lui pour laisser son dos tomber sur ma poitrine et ainsi pouvoir le maintenir. Je vais te donner quelque chose pour la douleur... Ça va aller...

Avec mon pied, je rapprochai mon sac afin de ne pas avoir à lâcher Jason et y saisis les fleurs de pavot restantes en maudissant de n'en avoir pas pris davantage. Puis, je commençai à gratter les graines de pavot pour les récolter dans ma main avant de les porter à la bouche de Jason.

- Vas y, avale-les. Elles vont calmer la douleur...

Je versai les graines dans sa bouche, puis mes bras se croisèrent sur sa poitrine alors que je le gardai adossé contre moi. Ma tête se posa contre la sienne. J'étais tellement fatiguée de lutter... Lutter contre cette arène, lutter contre des carrières surentraînés, lutter pour avoir simplement le droit de vivre dans un monde qui, au fond, ne voulait pas de nous... Sinon pourquoi serions-nous dans cette arène... Ça aurait été si facile d'abandonner maintenant. De donner un peu trop de pavot à Jason pour qu'il s'endorme sans douleur, d'en prendre à mon tour pour m'endormir blottie contre lui. Cela aurait été si simple, si paisible...

- Tout va bien se passer... Repose-toi un quelques minutes et après on verra si tu arrives à marcher... Mais pour l'instant, ne t'inquiète pas, je suis là...

Je posai un baiser sur son front et fermai les yeux un moment. Ce n'était qu'un instant de quiétude illusoire et, quand je sentis Jason s'assoupir un court instant, je murmurai pour les caméras...

- J'espère qu'on a raison de te faire confiance Ethan...

Au bout de ses lèvres reposaient désormais nos vies, piètre cadeau de jeunes qui n'avaient plus rien à donner mais aussi plus rien à prendre. Pourquoi j'avais décidé de compter sur lui plutôt que d'abréger cette souffrance abjecte qu'était devenue notre vie, tout cela par un infecte hasard... Si tant est qu'il existe.



« Chloé est dans la zone marécageuse. »
« Chloé effectue un soin avec des fleurs de pavot sur JASON - DEMANDE DE LANCER DE DES Soin. »

_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Sam 20 Fév - 1:37





Troisième jour
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Coups de canon...
Que le sort vous soit favorable...
__________________________



Joss venait de porter le coup de grâce à Maxim du district 8. Quelques secondes plus tard, un coup de canon retentit… Il était alors 16h30, l'après-midi dans l'arène. Le temps sembla se suspendre quelques secondes…

Tous les tributs dans l'arène connaissaient le lien qui pouvait encore les unir à leur tout nouveau partenaire, tout comme ils savaient que certains avaient déjà pu se séparer... Ils se redressèrent donc, dans l'attente de savoir s'il s'agissait d'une équipe ou d'un tribut libéré du lien qui avait trouvé la mort... Un seul coup, ou deux ?

Seulement, rien ne se produisit. Un seul coup de canon avait retenti. Joss n'était plus liée à Maxim en ayant résolu le mystère de la boîte des Juges...

Quant aux autres tributs, ils ne sauraient peut-être jamais si Maxim n'était qu'une victime de plus à tomber sous les coups d'un tribut ou s'il avait succombé au piège cruel de la marée sanglante des Juges...

L'Expiation pouvait continuer, sans que personne ne sache, jusqu'au soir, qui était le malheureux pour lequel le glas venait de résonner dans l'arène.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Dim 21 Fév - 1:43





Troisième jour
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Coups de canon...
Que le sort vous soit favorable...
__________________________



Le piège des Juges venait de porter le coup de grâce à Clarke du district 8. Quelques secondes plus tard, un coup de canon retentit… Il était alors 17h10, l'après-midi dans l'arène. Le temps sembla se suspendre quelques secondes…

Tous les tributs dans l'arène connaissaient le lien qui pouvait encore les unir à leur tout nouveau partenaire, tout comme ils savaient que certains avaient déjà pu se séparer... Ils se redressèrent donc, dans l'attente de savoir s'il s'agissait d'une équipe ou d'un tribut libéré du lien qui avait trouvé la mort... Un seul coup, ou deux ?

Seulement, rien ne se produisit. Un seul coup de canon avait retenti. Mikel n'était plus lié à Clarke en ayant résolu le mystère de la boîte des Juges...

Quant aux autres tributs, ils ne sauraient peut-être jamais si Clarke n'était qu'une victime de plus à tomber sous les coups d'un tribut ou s'il avait succombé au piège cruel de la marée sanglante des Juges...

L'Expiation pouvait continuer, sans que personne ne sache, jusqu'au soir, qui était le malheureux pour lequel le glas venait de résonner dans l'arène.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4084
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Lun 22 Fév - 2:55

D6 -  Vahine








Vahine avançait lentement dans la mare de sang. Elle avait couru au début, mais ses jambes étaient totalement lessivées par la soude. Elle progressait toutefois, à pas de souris à cause de la douleur, mais elle progressait … Mue par cette instinct de survie qui la poussait à mettre le plus de distance possible entre les carrières et elle avant la fin du piège. Toutefois la souffrance était atroce. L’adrénaline passée, elle ressentait à nouveau tout … La douleur de ses blessures, le manque de Morphling, l’atroce souffrance dans ses jambes … La douleur mêlée au manque l’amenait presque à halluciner. Tout autour d’elle semblait flou, les couleurs plus vives, les bruits de la faune plus intense … Lorsqu’elle porta sa main à sa blessure et qu’elle regarda sa main couverte de sang, ce rouge lui paraissait presque fluorescent … Et tandis que des larmes de douleur roulaient sur ses joues, elle se laissait parfois aller à un petit rire nerveux.

De loin on aurait pu penser qu’elle avait laissé tomber, qu’elle sombrait peu à peu dans la folie … Il n’en était pourtant rien. Elle était dans cette sorte de bulle de souffrance. Chaque zone d’elle-même, que ce soit son corps ou son esprit qui se torturaient l’un l’autres, criaient de douleur, mais l’une lui faisait presque oublier l’autre à chaque instant. Comme si la souffrance était si éclatante qu’elle ne savait plus où donner de la tête. Alors elle se concentrait sur une chose et une seule : avancer à travers ce sang visqueux qui la ralentissait. C’était comme marcher dans un tunnel dont on savait qu’il ne se finirait que lorsque quelqu’un ouvrirait une porte : on pouvait aller aussi vite et aussi loin qu’on voulait, on ne trouverait pas la sortie avant que quelqu’un ne la crée. Bon finalement, même de près, ça ressemblait quand même à de la folie.


Spoiler:
 
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   Mar 23 Fév - 1:06





Troisième jour
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Coups de canon...
Que le sort vous soit favorable...
__________________________



Le piège des Juges venait de porter le coup de grâce à Silver du district 9. Quelques secondes plus tard, un coup de canon retentit… Il était alors 17h17, l'après-midi dans l'arène. Le temps sembla se suspendre quelques secondes…

Tous les tributs dans l'arène connaissaient le lien qui pouvait encore les unir à leur tout nouveau partenaire, tout comme ils savaient que certains avaient déjà pu se séparer... Ils se redressèrent donc, dans l'attente de savoir s'il s'agissait d'une équipe ou d'un tribut libéré du lien qui avait trouvé la mort... Un seul coup, ou deux ?

Seulement, rien ne se produisit. Un seul coup de canon avait retenti. Kol n'était plus lié à Silver en ayant résolu le mystère de la boîte des Juges...

Quant aux autres tributs, ils ne sauraient peut-être jamais si Silver n'était qu'une victime de plus à tomber sous les coups d'un tribut ou s'il avait succombé au piège cruel de la marée sanglante des Juges...

L'Expiation pouvait continuer, sans que personne ne sache, jusqu'au soir, qui était le malheureux pour lequel le glas venait de résonner dans l'arène.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
« »


MessageSujet: Re: Jour 3 - Pont suspendu (centre)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jour 3 - Pont suspendu (centre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Marécage feuillu-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit