Partagez | 
 

 Jour 2 - Pont suspendu (centre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Lun 4 Mai - 13:43





Jour 2 - Pont suspendu (centre)
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Explications
Que le sort vous soit favorable...
__________________________



Ce sujet est la suite directe de ce sujet.

Ce sujet sera ouvert durant toute la journée n°2 de l'arène, comptant pour 1 semaine irl (du 04/05 au 11/05). Il permettra à tous les personnages qui se trouvent dans cette zone de pouvoir rp à la suite de ce message.
Notez que le Jour 2 commence à partir de la diffusion des portraits dans le ciel, il est environ minuit. C'est donc à vous de gérer la progression de la journée à partir de la nuit jusqu'au Jour 3 (qui lui aussi débutera après la diffusion dans le ciel du jour2).

En ce qui concerne les règles de déplacement ainsi que toutes les autres règles de l'arène, vous les retrouverez toutes ici.

Bon jeu à tous ! Chopez le !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Lun 4 Mai - 15:13

Continuer à avancer...


Le temps avait filé à une vitesse remarquable pendant que nous nous attelions à la tâche. Nous avions été précis, méticuleux et efficaces. Du moins, c'est ce que j'espérais de tout cœur alors que j'avais fixé mon collet et l'avais légèrement camouflé entre des feuillages... La trappe de Jason me paraissait vraiment ingénieuse, juste suffisamment profonde pour qu'un tribut y reste bloqué un moment. Néanmoins, je n'avais pu m'empêcher de lever un sourcil interrogateur lorsqu'il avait planté au fond de la trappe des branchages écorchés, des pieux destinés à blesser les malheureux qui s'y laisseraient prendre... Mon cœur eut un sursaut mais l'instant d'après je me souvenais que c'était moi qui avait lancé les hostilités. Ces pièges, c'était mon idée. Sans compter que je me plaignais intérieurement il y a encore quelques minutes que Jason n'avait pas suffisamment envie de se battre, je ne pouvais raisonnablement pas m'effrayer de sa fabrication, aussi glauque et cruelle soit-elle : je n'avais pas fait mieux devant les Juges...

Lorsqu'il s'approcha de moi, je lui lançai :

- Super ! Au moins, on ne risque pas de voir quelqu'un arriver par là cette nuit !

Un sourire s'était posé sur mon visage et je le remerciai intérieurement d'avoir enfin saisi sa chance de se battre. C'est avec un certain soulagement que je détournai le regard vers le pont suspendu en songeant que nous allions peut-être enfin pouvoir avoir un véritable instant de calme. Je notai alors que des ombres s'étendaient autour de nous, la nuit avait déjà commencé à tomber...

- Nous n'avons pas dû voir le temps passer... Je ne sais pas si nous aurons encore le temps de chercher de l'eau, je marquai une pause alors que mon regard s'était attardé sur le marécage, enfin de l'eau potable... Il faudra s'y mettre dès demain.

Je passai ma main sur mon front, j'étais trempée de sueur et je me sentais un peu fiévreuse à cause de la chaleur étouffante... Ma gorge me brûlait mais je savais d'ores et déjà que ce n'était pas dans la nuit que nous aurions le plus de chance de tomber sur une source potable. Il allait falloir faire avec, supporter la soif. Après tout, c'était toujours moins terrible que ce qu'il était arrivé à certains tributs à la corne ou ce que certains vivaient peut-être, agonisants dans un coin. Un frisson me parcourut et je chassai ses pensées de mon esprit.

- Allons y avant qu'il ne fasse trop sombre.

Nous progressâmes pendant plus d'une heure sur le pont suspendu. Il ne semblait jamais en finir, mais au moins nous étions au sec. Enfin... Je l'étais car Jason, lui, devait supporter sa tenue encore toute boueuse. Heureusement, sa veste avait survécu à la confection de son piège mais le reste lui donnait un air de camouflage naturel plutôt efficace même si je ne pouvais m'empêcher de songer qu'autant celui-ci le protégerait peut-être ici, autant cette couleur brune serait encore plus repérable si nous étions amenés à regagner une étendue sablée. De mon côté, seul mon pantalon était vraiment sali par la boue du marécage. Je me souvins alors de certaines éditions des Jeux où les tributs étaient à peine reconnaissables après quelques jours seulement d'arène : serait-ce pareil pour nous ?

Ce n'était pas le plus grave ce soir... Le pont n'était pas très stable et je craignais un peu pour la nuit : en hauteur nous étions à l'abri des animaux et autres pièges, des tributs aussi et avec la sensibilité du pont nous sentirions des remous si d'autres personnes s'avançaient dessus. Au final, l'idée de Jason était plutôt sûre. Seulement, je n'étais plus certaine de parvenir à avancer encore longtemps, ma jambe me tirait trop : les efforts de la journée avait eu raison de mon endurance et la douleur qui me saisissait s'accroissait de minute en minute... Je me retournai vers Jason pour lui demander s'il pensait que nous devrions encore avancer ou si nous pouvions décider de nous installer là quand je posai un pied sur une latte en bois du pont qui lâcha sous mon poids puis tomba de plusieurs mètres jusqu'à atterrir dans le marécage en-dessous de nous. J'émis un petit cri de stupeur en me rattrapant au dernier moment aux cordes qui servaient de rambarde. Mes mains restèrent accrocher à elle pendant un instant, incapable de lâcher la corde qui m'avait sauvée d'une chute brutale.

- On... On...ferait mieux de s'arrêter, dis-je d'une voix qui tremblait sous le coup de l'émotion.

La nuit noire nous entourait à présent, silencieuse, dangereuse, inquiétante... Alors que je me redressai grâce à la main tendue de Jason qui m'aida à me remettre sur pieds et m'éloigner du trou d'environ une vingtaine de centimètres créé par la chute de la planche, un hymne se fit bientôt entendre. Je levai la tête et, entre les branchages peu drus à cet endroit, nous aperçûmes dans le ciel les premiers visages... La belle mentor du Cinq, elle avait l'air de tellement vouloir défendre ses tributs... Les deux tributs du Sept et les deux du Onze... Je fronçai les sourcils à cette révélation : comment deux tributs avaient-ils pu mourir en même temps ? C'était quasiment impossible que cela soit dû au hasard : aucun tribut d'un district seul, mais à chaque fois par deux... Le lien.

Mes yeux s'écarquillèrent et je murmurai tandis que je sentais Jason s'approcher de plus en plus de moi :

- Le lien est jusque dans la mort je crois...

Ma voix avait été soufflée, comme si cette dure réalité m'avait happée avec elle. Si je m'étais enfuie comme je l'avais prévue, nous aurions été aveuglés et les autres nous auraient sans doute rattrapés avant de nous tuer mais ils n'auraient même pas eu besoin de prendre cette peine : l'autre serait sans doute tombé sans raison à l'instant où le corps du premier aurait touché le sol... Je nous aurais tué tous les deux.

Mon regard se riva sur Jason. J'étais soudain terriblement désolée d'avoir voulu être si égoïste envers lui... Je voulus lui en dire un mot, m'excuser de quelque chose mais de quoi ? Mais la musique continua et je relevai la tête. Comment cela se faisait-il que les choses se prolongent ? Mes muscles se tendirent quand je compris que cela ne devait pas être bon signe...

- Chers tributs, en cette année d'Expiation, les Juges ont décidé de vous lier pour le meilleur et pour le pire. Certains mentors ont souhaité partager ce plaisir de l'arène avec vous, d'autres se sont...défilés ! dit-elle en gloussant sur ce dernier mot. Il est maintenant venu le temps pour eux de sceller le destin d'un de leurs tributs. Chaque soir, je tirerai de ma main innocente deux équipes dont le mentor devra répondre à une question fatidique... Mais découvrez le choix de ce soir...

Mes doigts agrippèrent instinctivement la main de Jason. Il ne fallait pas qu'elle ait tiré notre District, il ne le fallait pas. Pas encore, pas maintenant que Jason commençait tout juste à y croire ! Il me fallait du temps encore, du temps pour le pousser à être celui qu'il avait toujours douté d'être : un jeune homme suffisamment courageux et dégourdi pour faire ses propres choix et s'opposer à ceux qui voulaient le détruire, comme son père autrefois... Il fallait qu'il réussisse à s'en rendre compte, mais il ne pourrait pas si je tombais morte à ses côtés ou s'il m'arrivait quelque chose, car oui depuis ma confrontation avec Equinoxe je savais qu'Ethan avait décidé de m'accorder ce choix. Je savais quel nom résonnerait quand il viendrait son tour de choisir et je priai pour que ce ne soit pas en cette première nuit étoilée...

Un premier mentor apparut, celui du Quatre : il désigna la fille de son District. Je ne la connaissais pas, nous ne nous étions pas réellement croisée pendant les entraînements mais elle ne paraissait pas méchante. J'eus un pincement au cœur pour elle et son co-tribut qui en semblait très amoureux... Qu'est-ce que les Juges lui réservaient ?
Mon souffle se retînt au second visage qui apparut, mais une fois encore mes palpitations se calmèrent dès qu'il fut totalement nette. Il s'agissait d'une femme, la mentor du District Huit, celui qui était non loin de nous à la corne mais dont nous n'avions heureusement plus recroisé les silhouettes depuis... Elle choisit le garçon, je soupirai : s'ils venaient à nous rattraper la fille serait soit toute seule soit avec un co-tribut diminué, du moins c'est ainsi que j'imaginais la règle. Cela nous faciliterait la confrontation...

Selena reprit une dernière fois la parole, toujours aussi adorable qu'à l'accoutumé, puis les hologrammes dans le ciel disparurent avec la musique insupportable de nos bourreaux.

- Finalement, pour une première journée, on ne s'en sort pas si mal...

Un léger sourire étira mes lèvres sèches par la faute du soleil qui avait brûlé ma peau toute la journée. Malgré tout ce quoi j'avais pu envisagé par avance, j'étais plutôt contente d'être ici avec Jason... De ne pas être seule...


«  Chloé est dans la zone feuillue et marécageuse »



_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡️) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Près du pont ...
★ Âge : 20 ans. ♥
☆ Surnom : Jason
★ Occupation : Flâner dans les bois
☆ Humeur : .... ♫
☆District : District Dix

○ Points : 385
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Mer 6 Mai - 16:42


Une révélation ... ♥
Ft. Chloé

Jason regarda son piège et se demanda s'il allait fonctionner. Probablement, peut être, il n'en savait rien, en tout cas avec le collet de Chloé ils étaient presque sûr que personne ne s'aventurerait sur le pont. C'était un peu plus rassurant, mais il avait toujours peur que quelque chose leur tombe dessus, des tributs cachés qui les attaqueraient, des pièges sortis tout droits de l'esprit des juges. Alors il restait sur ses gardes. Le 10 s'approcha de sa compagne de district et celle-ci lui lança :

- Super ! Au moins, on ne risque pas de voir quelqu'un arriver par là cette nuit !

Elle avait vu le résultat final du piège et aussi les épieux, mais qu'avait-elle pensé de son idée sadique ? Puis il se rappela que c'était l'idée de Chloé, mais cela ne lui enlevait pas sa culpabilité et son dégoût envers lui même pour le piège qu'il avait confectionné. C'était la première fois qu'il pensait à nuire à autrui et si se battre passait par là, si la survie en dépendait alors il allait changer sa manière de penser. Le garçon chétif qui s'écrasait et se pensait mort avant même que l'arène débute s'effaçait peu à peu, laissant place à un jeune homme qui allait se défendre, attaquer, survivre, ces jeux il allait les gagner. Ils allaient les gagner, le 10 auraient ses vainqueurs, il essayait de s'en persuader …
Chloé regardait le pont avec un sourire, l'idée de s'y réfugier lui plaisait peut être un peu plus maintenant qu'ils avaient piégé les environs. Alors il lui sourit en retour, il avait hâte d'avoir les pieds au sec. La tourbe le dégoûtait de plus en plus  et ce qui pouvait s'y trouver encore plus.  Alors qu'il était un peu perdu dans ses pensées, il remarqua que la luminosité avait baissé : la nuit tombait. Les deux coéquipiers devaient donc se dépêcher de rejoindre le pont avant qu'il ne fasse totalement nuit.

- Nous n'avons pas dû voir le temps passer... Je ne sais pas si nous aurons encore le temps de chercher de l'eau,  enfin de l'eau potable... Il faudra s'y mettre dès demain.

La course, s'enfoncer dans la zone où ils se trouvaient et les pièges les avaient pas mal occupé pendant les heures qui avaient suivi la corne d'abondance. Pour ce qui était de l'eau c'était fichu pour le premier jour, ils devraient attendre le lendemain, mais l'eau boueuse du marécage était à éviter, de même que les pluies trop belles pour être réelles … Elle avait raison, le principal objectif de leur prochaine journée était de trouver de l'eau, certes ils pouvaient techniquement tenir encore un peu, mais la déshydratation allait bientôt se faire sentir.

-Pour l'eau, on verra demain, la nuit tombe déjà, c'est trop tard. Il faudra en trouver sinon on va finir en raisins secs !

Il avait terriblement soif, mais il essaya de penser à autre chose, comme le fait que la nuit allait apporter de la fraîcheur et qu'ils échapperaient à la canicule de la journée pendant quelques heures au moins.

- Allons y avant qu'il ne fasse trop sombre.

Il acquiesça, prit sa veste et ils partirent. Sans jeter un dernier regard sur ce qu'il avait fait et ce qu'il pouvait engendrer si quelqu'un était prit. Les deux 10 progressaient avec une vitesse moyenne, ni trop rapide, ni trop lente. Il commençait à fatiguer et la jambe de Chloé devait énormément la faire souffrir. Pourtant elle tenait le coup, ne se plaignait pas, elle était forte et il suivait son exemple. Le fils du pacificateur était dans un sale état. Seule sa veste était encore de sa couleur d'origine. Il avait de la boue un peu partout, c'était assez désagréable mais ce n'était rien de bien important. Il prit le rythme de la jeune fille pour ne pas la presser ni la ralentir. Jason regardait la forêt et essayait de déceler la présence de quelque chose de familier ou tout simplement de repérer de la vie. Mais cette forêt n'était pas accueillante et rien ne lui rappelait la forêt de chez lui. Ils étaient en hauteur mais ça ne l'inquiétait pas, il n'avait pas le vertige, au moins ainsi haut perché il pouvait observer les environs et repérer des tributs s'il y en avaient. Le seul problème c'était la solidité du pont qui n'avait pas l'air très fiable. Il craignait qu'en pleine nuit il cède et qu'ils tombent. Mais il essayait de se dire qu'il y avait peu de chances que cela arrive, enfin si cela devait arriver avoir peur ne changerait absolument rien. La peur n'évitait pas le danger, au contraire elle y contribuait. Alors ils continuèrent, avec prudence tout de même. A un moment alors que Chloé posa un pied sur une latte de bois, celle-ci se brisa. Son petit cœur fragile rata un battement et il se retint de crier lorsqu'il cru que Chloé allait tomber. Heureusement elle avait réussi à se rattraper au dernier moment aux cordages qui faisaient office de rambarde. Il n'avait pas eu le temps de la rattraper, c'était allé très vite mais il se précipita pour lui tendre la main pour la remonter. Son rythme cardiaque était très rapide et son souffle rapide, il avait eu peur, tellement peur. C'est quand il se rendit compte qu'elle aurait pu mourir, qui mesura à quel point la vie était fragile et qu'en une seconde tout pouvait basculer.

-On... On...ferait mieux de s'arrêter

Sa voix tremblait, sous le choc. Chloé avait raison il fallait qu'ils s'arrêtent, la nuit était noire et avancer dans la pénombre n'était pas une bonne idée. Ils étaient fatigués, du repos leur ferait du bien.

-Oui reposons nous …

Juste après de la musique se fit entendre, l'hymne de Panem. Les visages des vaincus commencèrent à défiler, en premier la mentor du 5 puis la petite du 7 suivie de son partenaire. Les deux du 11 pour terminer. 5, ils étaient 22. C'était très étrange que le 11 et le 7 soient morts par paire. Une coïncidence peut être. Le 11 était faible alors imaginer que les carrières les avaient tué tous les deux était plus que plausible. Pour ce qui était du 7, le garçon avait du essayer de sauver la petite et en avait perdu la vie. C'était plus qu'étrange, une simple coïncidence ? Il n'en savait rien, Chloé avait l'air interloquée et réfléchissait, le regard vide quand soudain ses yeux s'écarquillèrent.

- Le lien est jusque dans la mort je crois...

Si l'un mourrait l'autre suivait. La dure réalité l'atteignit, il n'aurait jamais pensé à un aspect si sombre de cette mystérieuse règle. Liés pour le meilleur et pour le pire. Mais bien sûr, il aurait dû y penser plus tôt ! Comment avait-il pu passer à côté d'une évidence pareille ? Si l'un mourrait l'autre aussi, cela voulait dire qu'ils pouvaient gagner … ENSEMBLE ! Tous les deux sortir de cet enfer et rentrer au district. C'était trop beau pour être vrai, mais cela augmenta sa rage de vaincre. Alors qu'il voulut dire quelque chose, l'hymne continua et Selena se mit à parler.

- Chers tributs, en cette année d'Expiation, les Juges ont décidé de vous lier pour le meilleur et pour le pire. Certains mentors ont souhaité partager ce plaisir de l'arène avec vous, d'autres se sont...défilés ! Il est maintenant venu le temps pour eux de sceller le destin d'un de leurs tributs. Chaque soir, je tirerai de ma main innocente deux équipes dont le mentor devra répondre à une question fatidique... Mais découvrez le choix de ce soir...

La main de Chloé sur la sienne crispée. Il restait bloqué sur le « sceller le destin ». Non, non pas le 10 ! hurlait-il intérieurement. Son cœur battait la chamade, impossible de se calmer, il haletait. Même s'il ne savait pas ce que le choix impliquerait comme conséquences cela n'annonçait rien de bon. La mort peut être... La tension était à son comble et il restait pendu aux lèvres de Selena attendant de savoir de quels districts il allait être question. Le premier mentor qui apparut dans le ciel fut celui du district 4. Il désigna la jeune fille, il la connaissait vaguement, à l'entraînement il l'avait croisée à l'entraînement de course et elle lui avait conseillé de s'étirer. Il ne pu s'empêcher d'être triste pour cette pauvre fille qui n'avait rien fait, encore une innocente... Ensuite la mentor du 8 qui désigna le garçon, il ne se souvenait plus du nom du garçon en question. Le soulagement fut grand quand le ciel redevint sombre et la forêt terriblement silencieuse. Leur district n'avait pas été désigné. Ethan n'avait pas eu à choisir un des deux, mais pour combien de temps ? Si ce processus aurait lieux tous les soirs ce serait peut être pour bientôt. Ils étaient épargnés pour l'instant il fallait s'en réjouir.

- Finalement, pour une première journée, on ne s'en sort pas si mal...

Elle avait raison, ils étaient en vie, avaient échappé au choix et aux carrières.

-C'est vrai qu'on s'en sort plutôt bien !

Il essayait de distinguer clairement le visage de la belle Chloé mais la nuit était très sombre. Son cœur battait fort et il ne pouvait détacher son regard de celui de sa partenaire de district. Il l'aimait tellement, ça lui crevait le cœur de garder cela pour lui mais il n'avait eut le courage de lui avouer. Jason avait bien essayé de lui dire mais la pluie l'avait interrompu. Il devait lui dire, il n'aurait pas supporté de mourir en gardant ce secret qu'il traînait depuis trop longtemps. Elle devait savoir, leurs heures étaient comptées et il ne pouvait plus attendre une prochaine occasion il n'y en aurait. Il devait prendre tout son courage à deux mains et se lancer. Ce qui aurait pu le rassurer c'était que même si elle lui en voulait ou pour n'importe quelle raison elle le déteste elle ne pourrait pas aller bien loin sans devenir aveugle. Il respira un coup et lui prit les deux mains.

-Chloé, il faut que je te dise quelque chose … Je … je ne sais pas si j'aurais une autre occasion de te le dire alors voilà ...

Sa voix tremblait presque et son rythme cardiaque était comme au maximum, incontrôlable et effréné comme jamais. Ce qu'il allait lui dire allait tout changer, il en était conscient, pourtant il devait le faire. Il pressa la main droite de Chloé avec douceur et après une expiration :

-Je t'aime
 Jason est dans la zone feuillue et marécageuse

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Sam 23 Mai - 18:12





Evénement
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Se méfier des cadeaux trop beaux ...
Que le sort vous soit favorable...
__________________________



Nous somme le deuxième jour, aux alentours de midi. Les tributs qui avaient bu l’eau la veille et attrapé des furoncles sont affaiblis, mais ceux qui n’avaient pas pu trouver comment s’en débarrasser peuvent se rendre compte que, quelques minutes auparavant, les furoncles ont commencé à s’estomper … Comme par magie. Quel soulagement pour ceux qui pensaient souffrir toute l’arène à cause d’une simple erreur … On pourrait presque penser que les juges se ramollissent … Mais la vérité est qu’avec chaque jour vient son lot de surprise … On ne voudrait pas que le piège de la veille reste trop en mémoire et vienne gâcher le « cadeau » de la journée, n’est-ce pas ?

Mais le piège de cette journée est un peu spécial … Dans leur grande clémence, les juges ont décidé que tous les districts ne seraient pas touchés. Les carrières ont déjà donné suffisamment de spectacle et ils savent qu’ils le feront encore, nul besoin de les pousser. Le district trois est déjà au plus bas grâce à la mentor du district 7, et les aventures du quatre peuvent plaire aux romantiques du capitole … Non, ce n’est pas eux que les Juges veulent faire bouger … Le district cinq, ainsi que le six eux par contre semblent bien trop tranquilles … En sécurité dans leur belle alliance … Mais ils devraient savoir que dans l’arène, on n’est jamais en sécurité. Le district neuf s’éloigne dangereusement des autres tributs et n’apporte aucun divertissement, quant au dix … Il faudrait qu’ils arrêtent de croire qu’ils peuvent gagner une expiation en posant des pièges un peu partout ! C’est une année d’expiation, et les juges veulent du show, de la confrontation … Ils vont payer leur manque de divertissement.



Près des zones où se trouvent les districts 5, 9 et 10 apparaissent trois petites mares remplies de grenouilles … Une aubaine devant laquelle les tributs ne peuvent pas reculer ! De l’eau, de la nourriture facile … Trop beau pour être vrai ? Pas quand on meurt de faim et de soif … Qui va succomber ?

HORS RP
Explications
__________________________




Voici le deuxième événement de l’arène ! Nous espérons qu’il vous plaira : vous trouverez à la suite les détails techniques de ce piège.


Caractéristiques de l’événement :

  • Ce piège n'affecte qu'Amy, Nolan et Chloé, toutefois tous les membres à proximité son susceptibles de les voir se faire piéger.
  • Cet événement se passe autour de midi le jour 2 (mais vous pouvez différer un peu et dire que vous ne voyez ça que vers 13-14h)



Suite au piège du jour 1, voici les points de chaque membre :
·         Nate :200
·         Pearl : 200
·         Joss : 200
·         Kol : 182
·         James : 180
·         Savinna : 83
·         Nikolay 180
·         Thalia 180
·         Amy : 200
·         Adam : 180
·         Aedan : 200
·         Vahine : 200
·         Mikel :  200
·         Cassie : 180
·         Clarke :   160
·         Maxim : 180
·         Nolan : 170
·         Silver : 170
·         Jason : 200
·         Chloé : 200
·         Leanne : 180
·         Xavan : 200

Vous l’avez compris, les noms pour lesquels vous avez voté sont les personnes qui vont subir le 2eme piège. Comme vous vous en doutez, le choix des districts n’était pas un choix des juges mais un tirage au sort, mais en rp, on dira que c’est un choix des juges de viser ces personnes là. Mais qu’est-ce qui se passe avec ces petites grenouilles ? Quand la personne qui a été désignée dans chacun des trois districts (Amy, Nolan et Chloé) ira chercher de l’eau ou/et des grenouilles, elle se retrouvera enlisée dans l’eau qui est en fait le piège des grenouilles. A ce moment-là, 8 grenouilles lui sauteront dessus pour les dévorer à la façon de sangsues. Il sera alors très douloureux de les retirer, cela va vous demander beaucoup de volonté. Votre nombre de points en volonté détermine le nombre de grenouilles que vous pouvez retirer en 1 rp. Si vous avez 1 en volonté, il vous faudra 8 rps pour enlever les 8 grenouilles … Si vous avec 2 en volonté, 4 rps, si vous avez 8 un seul rp suffit. Bien sûr à chaque rp, le temps que les grenouilles sont sur vous, elles vous « dévorent » un peu … L’attaque des grenouilles vous coûtera donc 15 pvs à la base, et vous perdrez 5 pvs par rp nécessaire pour enlever les grenouilles … Si vous ne faites pas le nombre de rp nécessaire avant la fin du jour 2, on estimera que votre personnage n’a qu’un point de volonté, vous perdrez donc 55 pvs. Oui, dans l’arène, chaque compétence a son importance … (Ah, et inutile de préciser cela, mais l’eau piège et les grenouilles ne sont donc en réalité pas consommables …)

Puisse le sort vous êtres favorable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Dim 24 Mai - 22:07

L'aimer ou le haïr ?...


Un soulagement sans nul pareil m'avait envahie depuis la diffusion dans le ciel de la conclusion de la journée. Les visages, la règle des mentors,... Tout avait concouru à me faire prendre conscience que la première journée était finie et que nous étions encore en vie. Ma main glisse sur mon bras, j'eus l'idée absurde de me pincer comme pour sentir encore une réaction de mon corps, me prouver qu'il était encore vivant. Tout comme moi. Tout comme lui.

Mon regard avait viré vers Jason qui se tenait à mes côtés et qui esquissa un sourire franc à l'évocation de notre chance. Nous en avions eu, c'est vrai. Cependant, nous avions aussi été prudents. Si nous étions encore en vie, ce n'était que grâce à nous et nos décisions, sa décision de me suivre dès la corne surtout... Sinon, aveugles comme des taupes, nous aurions sans doute rejoints un autre monde à l'heure qu'il était mais j'avais encore du mal à admettre qu'il était pour quelque chose dans notre survie, que je lui en étais en quelque sorte "redevable"... Son sourire me fit oublier un instant mes doutes et ma fatigue, les muscles qui n'étaient plus que douleur, la peau qui tiraillait tant les coups de soleil étaient nombreux. Plus aucune douleur pendant un court instant, je lâchai un soupir d'aise.

- C'est vrai qu'on s'en sort plutôt bien !

Son regard s'attarda un long moment sur moi après sa réponse. Je tournais le mien vers le ciel qui s'était à nouveau paré de son bleu impérial rassurant et de son manteau d'étoiles. C'était tellement beau, tellement apaisant et tranquille. Pendant un court instant, on pouvait presque oublier qu'on se trouvait dans l'arène, où tout autour de nous pouvait présenter un danger de mort imminente. Je respirai une bonne brise d'air un peu plus fraîche en raison de la nuit qui commençait à être de plus en plus profonde. Les ténèbres se faisaient de plus en plus sombres sur l'arène et je fermai les yeux quelques secondes pour tenter de rassembler mes idées tout en laissant échapper toute la peur qui m'avait tenaillée tout au long de la journée. C'est alors qu'une voix tremblante s'éleva à côté de moi, je haussai un sourcil en tournant immédiatement une mine interrogatrice vers Jason, craignant déjà que quelque chose ne se produise pendant mon moment de quiétude.

-Chloé, il faut que je te dise quelque chose … Je … je ne sais pas si j'aurais une autre occasion de te le dire alors voilà ...

Ses mains trouvèrent les miennes et commencèrent à les enlacer dans une étreinte pressante dans laquelle je sentais une terreur sourde et retenue. Qu'est-ce qu'il faisait ? Mon cœur se mit à s'accélérer en comprenant où il voulait en venir. Il ne fallait pas qu'il continue, il fallait qu'il se taise, qu'il ne dise pas un mot de plus. Pourtant, dans une expiration, la sentence tomba, tranchante comme un couperet :

-Je t'aime

Les émotions se bousculèrent, torrent insoutenable qui dévalait la pente de mes pensées à une vitesse folle. Plus aucune pensée cohérente, plus aucune logique. Juste un flot continu de bonheur, d'amertume, de colère... Un ardent sentiment de fureur montait en moi, dévorant chaque parcelle de mon être. Il avait eu mille occasions de me le dire, mille occasions de me prouver que ces quelques mots avaient du sens pour lui. Nous aurions pu avoir une toute autre vie, nous aurions pu être heureux. Mais il avait tout gâché et aujourd'hui il voulait quoi ? Se donner bonne conscience ? Avoir l'impression de ne pas avoir vécu sans amour ? Tenter de rattraper un destin que nous n'aurions peut-être jamais le droit de goûter ?

Il n'avait pas le droit. Ma main avait filé dans l'air et l'avait giflé sans même que je m'en rendes réellement compte.

- Espèce d'idiot ! Comment oses-tu ?! lâchai-je entre mes dents.

Les larmes coulaient sur mes joues. Ma voix était brisée, autant que mon être qui tentait en vain de garder une contenance, sans y parvenir. Dégageant vivement ma main gauche qui était restée dans celle de Jason, je le poussais pour l'éloigner de moi. Je n'arrivais pas à supporter sa vue, ce qu'il avait osé me faire. Je me tournai, prête à partir le plus loin possible de lui avant de faire quelque chose que j'aurais pu regretté mais après quelques pas je me souvins de la règle, de l'arène... Les caméras allaient être contentes, je ne pouvais même pas l'envoyer sur les roses et le gratin du Capitole allait pouvoir bien profiter de cette révélation croustillante : je m'en foutais. Je m'en foutais de ses têtes emplumées et fardées pour qui une idylle naissante aurait présenté une agréable distraction, je les haïssais. Je me moquais de leur fric et de leur aide, pour l'instant je ne songeai qu'à cet imbécile.

Mes yeux défièrent les siens alors que je m'approchai de lui. Il avait tout gâché... Et en vérité, c'est pour cela que je lui en voulais plus que tout. S'il avait parlé, s'il avait eu du cran : nous ne serions peut-être pas ici, nous aurions pu avoir une autre vie. Mais tout cela, il nous en avait privé et je lui en voulais pour cela.

- Tu n'as pas le droit de me faire ça ! De nous faire ça ! Pas maintenant pas ici !

Je le poussais à nouveau en arrière, trop furieuse pour me contrôler. Ma respiration était haletante, les larmes dévoraient mon visage torturé. Pourtant, j'aurais tant aimé entendre ces mots à une époque et désormais qu'ils avaient été prononcés à voix haute ils faisaient l'effet d'une épée de Damoclès s'étant abattue sur ce qu'il restait de moi... De la Chloé qui vivait dans l'espérance d'un avenir meilleur...


«  Chloé est dans la zone feuillue et marécageuse »



_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡️) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Près du pont ...
★ Âge : 20 ans. ♥
☆ Surnom : Jason
★ Occupation : Flâner dans les bois
☆ Humeur : .... ♫
☆District : District Dix

○ Points : 385
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Lun 25 Mai - 17:14


Aller droit dans le mur mais avancer encore ... ♥
Ft. Chloé


Si les jeux avaient quelques fois un goût de prévisibilité, avec Chloé ce n'était pas le cas. Jason avait prononcé les mots interdits, destructeurs, ceux qui vous rongeaient et vous hantaient pour toujours. Le temps s'arrêta et il essaya de voir dans les yeux de sa compagne de district ce qu'elle pensait, c'était impossible. Elle était absente l'espace d'un instant et le nœud qu'il avait à l'estomac se resserrait un peu plus. Pourtant avant qu'elle ne dise la moindre parole douce ou acerbe la main de la jeune fille s'était déjà abattue sur sa joue. Elle l'avait giflé, comme un vieux reflex, la dernière fois qu'elle avait fait cela c'était pour la mort de sa meilleure amie, lorsqu'il lui avait ouvert les yeux sur le fait qu'elle s'était laissée mourir. Il garda la tête dans la position où elle avait terminé après la claque puis il baissa les yeux.

- Espèce d'idiot ! Comment oses-tu ?!

Il n'osait plus affronter son regard et se prenait les mots qu'elle prononçait comme des balles en pleine poitrine. Rouvrant un peu plus la plaie béante qui lui crevait le cœur constamment. Oui il avait été égoïste de se débarrasser d'un poids qui lui pesait depuis trop longtemps. Mourir en ne l'ayant pas dit aurait été moins lourd à porter que mourir en se disant qu'il l'avait encore une fois torturé. Jason n'osait pas la regarder, c'était trop dur de voir sa souffrance, mais comment à l'époque avait-il pu vouloir lui faire du mal dans ce champs maudit ? Chloé pleurait et elle le poussa, violemment en arrière. Il l'avait vexé, non ce n'était même pas le terme exact, il l'avait détruite. Il aurait du le faire bien avant il le savait mais elle ne lui avait jamais facilité la tâche, il avait toujours eu du mal à exprimer ses sentiments et il avait eu peur de la perdre. Or c'est en lui avouant tout que Jason allait perdre la seule qui comptait à ses yeux.

- Tu n'as pas le droit de me faire ça ! De nous faire ça ! Pas maintenant pas ici !

Non ce n'était pas le moment mais il n'y en aurait peut-être pas eu d'autres. Il avait manqué tant d'occasions, des centaines. Il y a quelques années cela aurait tout changé, ils auraient pu s'aimer mais le temps les prenait à la gorge désormais. Il aurait voulu la regarder dans les yeux sans trembler et lui dire le jour du rendez-vous plutôt que de la précipiter dans la gueule du loup. Il aurait voulu lui dire lorsqu'ils étaient seuls pas épiés par tout le pays, mais sa lâcheté avait primé. Elle l'avait poussé encore une fois, il s'était retenu à la corde du pont, elle était comme une lionne dans sa fureur et avait une force considérable sous la colère. Puis Jason essaya de s'expliquer même si rien ne semblait pouvoir apaiser Chloé :

-Je sais que j'aurais du te le dire plu tôt, ne crois pas que je le dis pour ces gens qui veulent des rebondissements dans leurs jeux.

Le fils du pacificateur avait relevé son regard vers la jeune fille. Ses yeux le fusillaient pourtant ses joues mouillées de ses larmes. Il n'aimait pas la voir triste encore moins la voir pleurer et la culpabilité comme les mots qu'il avait dit commencer à le ronger intérieurement. Le nœud était toujours là et se tordait encore et encore. Il se sentait terriblement mal. Il se fichait d'Ethan qui devait s'arracher les cheveux en regardant cette scène absurde, des gens qui devaient bien rire du spectacle qu'ils étaient en train d'offrir.

-Je sais que je complique tout, que je ne pourrais jamais effacer ce que j'ai dis

La machine à remonter le temps n'existait pas sinon il l'aurait utilisé plusieurs fois. Au moment de la dispute, de la moisson et surtout de cet instant. Il n'avait pensé qu'à lui et n'avait pas songé un instant à l'effet ravageur qui avait frappé la seule qui eut de l'importance pour lui. Celle pour qui Jason était prêt à tout.

-Si tu me disais que tu me détestais je te comprendrais, tu sais, je me hais.

Il avait tout raté comme il avait dit la veille à son mentor. Il n'avait pas su avouer ses sentiments quand il le fallait, il avait raté son évaluation, son interview, n'avait jamais eu l'amour de son père. Personne ne l'aimait finalement, c'était la conclusion qu'il tirait de tout ça.

 Jason est dans la zone feuillue et marécageuse

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Lun 25 Mai - 21:10

L'aimer ou le haïr ?...


Fuyant. Voilà l'attitude qu'il avait adopté pour se cacher au feu brûlant qui consumait chaque cellule de mon corps alors que mon regard scrutait sa silhouette pour essayer d'y déceler un tant soit peu de courage, de conviction ou même d'espoir. Seulement, je n'y trouvais que des regrets, un comportement protré où il se posait une fois encore en victime d'une vie qu'il n'avait pas choisie. Or, sa vie était ce qu'il avait voulu en faire.

Son père ne l'aimait pas, je lui avais conseillé plus d'une fois de ne pas se voir uniquement à travers ses yeux mais de se voir tel qu'il était : de ne plus chercher à être un autre, juste lui-même en se moquant de l'avis de celui qui regrettait seulement de ne pas avoir une marionnette pour enfant. Je lui avais dit combien il était bien plus fort qu'il ne le pensait et aurait pu se détacher de l'emprise de cet homme ingrat. Il n'avait rien fait.

Il aurait pu avoir une vie différente, nous aurions pu être ensemble. J'aurais pu ne jamais être blessée, juste être avec lui s'il avait eu le cran de venir me dire ses mots plutôt que de laisser son fort caractère s'affirmer en s'en prenant à moi pour me faire autant de mal que moi lorsque je m'étais braquée après la mort d'Alisson... Ma rancœur aurait pu être apaisée s'il avait eu le courage de venir me voir pour s'excuser, pour me dire la vérité... Il aurait pu ne pas être solitaire s'il avait avoué son...amour... Le mot me fit à nouveau l'effet d'un pieu enfoncé en plein cœur.

Le courage.

C'est toujours ce qu'il avait manqué à Jason pour être un homme digne de ce nom... Un homme qui sache s'affirmer et prendre ses responsabilités. Il avait passé sa vie à fuir: fuir son père, fuir la réalité, me fuir... Aujourd'hui, il espérait quoi ? Pouvoir mourir en se disant que sa vie avait eu un sens malgré tout ? Je ne savais pas si j'étais capable de lui donner ce qu'il désirait... J'aurais aimé. Mais quand je voyais autour de moi toute la jungle qui s'étendait, j'avais l'impression de contempler l'enfer inextricable qu'était devenu mon existence au cours de années. Elle avait trouvé à ce moment précis son apothéose.

Un nouvel élan, Jason se retrouva projeté en arrière et se rattrapa heureusement à la corde tendue du pont. Ma bouche s'ouvrit pour crier sans qu'aucun son n'en sorte et ma main s'était déjà avancée pour le retenir avant qu'il ne tombe. Malgré ma rage, je n'arrivais pas à lui souhaiter réellement du mal. J'étais un oiseau blessé, furieux de ce qu'on osait lui infliger, de ce que celui à qui il tenait tant avait osé lui infliger... Les larmes coulaient le long de mes joues rougies par le soleil de la journée : Jason et moi, nous nous étions fait plus de mal que de bien au cours de toutes ces années. Du moins, c'est ce que j'aurais aimé croire. C'était plus facile ainsi.

- Je sais que j'aurais dû te le dire plus tôt, ne crois pas que je le dis pour ces gens qui veulent des rebondissements dans leurs jeux.

Une nouvelle bouffée de chaleur me monta au visage. Etait-il sérieux ? Pouvait-il réellement croire que je doute de sa sincérité ? Je connaissais ce regard, ses yeux plein de souffrance : ceux qu'il affichait quand il me sentait en train de perdre pieds et qu'il avait peur pour moi. Sauf qu'il avait perdu le droit de s'inquiéter pour moi depuis qu'il était devenu mon bourreau...

- Si j'avais ne serait-ce qu'un infime doute que tu l'aies fait pour ces espèces de têtes poudrées tu serais déjà au fond de ce marécage à noix !

Non. Désormais, il n'était plus mon bourreau. Celui-là était quelqu'un d'autre. Il était aussi une victime et il réagissait comme tel sans même songer au fait que nous pourrions avoir encore de l'espoir, qu'il fallait se battre. J'étais la lionne, celle qui réussissait à rugir même dans les ténèbres. Il était seulement cette pauvre proie apeurée qui ne tentait même plus de fuir...alors qu'il pourrait tenter d'être le chasseur.

- Je sais que je complique tout, que je ne pourrais jamais effacer ce que j'ai dit.

- Ça, je confirme... Mais qu'est-ce qui t'es passé par la tête ? Qu'est-ce que tu croyais ?, sifflai-je avec véhémence.

C'était une question sans sens. Complètement dépourvue de substance, juste une espèce de rhétorique étrange à laquelle il n'y avait pas de "bonne réponse". Il ne pourrait jamais satisfaire mes demandes, jamais me donner la raison exacte qui l'avait poussée à m'avouer cela maintenant alors que tout s'effondrait peu à peu dans nos vies. Relevant son regard vers moi, je n'y lus que de la culpabilité, une honte sourde qui rongeait son être un peu plus à chaque fois qu'une larme perlait au coin de mes yeux embrumés. Pourtant, je n'arrivais pas à décolérer. Tout aurait pu être si différent, peut-être même ne nous serions-nous jamais trouvé dans l'arène s'il avait fait ce choix plus tôt...

Etait-ce trop tard ? Trop tard pour rattraper au vol une existence heureuse qui nous avait fui, cela était certain. Trop tard pour tenter d'en construire une autre sur les ruines de nos vies brisées, peut-être...

La douleur qui tiraillait ma poitrine et glissait dans mes larmes continuait à me dévorer, mais plus encore sa douleur commençait à m'atteindre. Elle m'empoignait en me rappelant que je n'étais pas la seule de nous deux à avoir payé le tribut de nos erreurs. Je baissai les yeux, passant une main sur mon visage pour tenter d'effacer les traces de ma peine infinie.

-Si tu me disais que tu me détestais je te comprendrais, tu sais, je me hais.

Non. Ce n'était pas le courage qu'il manquait à Jason finalement... C'était de la confiance en lui.

Je lâchai un soupir, rien ne servait de lutter. J'aurais pu tempêter autant que je l'aurais voulu pour décharger mes nerfs sur lui, la vérité c'est que j'étais au moins autant responsable de cette situation que lui : même si cet aveu me laissait un goût amer. J'étais celle qui l'avait poussée à s'affirmer, je m'étais presque précipitée moi-même dans la gueule du loup à vrai dire... Et aujourd'hui, je payais le fait d'avoir cru en lui à une époque... Et le pire dans cette histoire était que, si c'était à refaire, je reviendrais dans cette salle de classe pour le sortir de son embarras devant notre professeur. Je redeviendrai son amie fidèle, celle qui éprouvait pour lui plus et qu'il avait préféré éloigner de lui plutôt que d'écouter sa voix douce qui lui disait qu'il n'était pas parfait mais qu'il était lui. Et au fond, ça me suffisait...

- Je te déteste au moins autant que toi tu me détestes... soufflai-je comme conclusion.

J'étais lasse, fatiguée de nos éternelles rancœurs, de nos regrets, de ce goût d'inachevé... Je fis quelques pas et m'assis sur le pont, à côté de Jason encore debout.

- Imbécile... dis-je en m'isntallant, tournée vers le sud où les branchages des arbres étaient un peu plus ajourés et où on pouvait apercevoir les lueurs du ciel, autant de lueurs d'espoir qui pouvaient peut-être encore apaiser nos cœurs endoloris...

Le regard vers le lointain, je tentai d'imaginer sans y parvenir ce qu'aurait pu être cette révélation ailleurs : chez nous où les étoiles brillaient sans doute d'un éclat encore plus clair.. Mais c'était ici chez nous maintenant, et nul ne savait si le bonheur, ou à défaut l'espérance, était possible en Enfer...



«  Chloé est dans la zone feuillue et marécageuse »



_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡️) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Mar 26 Mai - 0:15





La Corne d’Abondance - Le Bain de sang
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Coups de canon...
Que le sort vous soit favorable...
__________________________



Kol venait de porter le coup de grâce à Xavan du district 12. Quelques secondes plus tard, un coup de canon retentit… Il était alors 2h du matin dans l'arène. Le temps sembla se suspendre quelques secondes…

Tous les tributs dans l'arène avaient compris le lien à la vie à la mort qui unissait tous les co-tributs en excluant toutefois les mentors. Ils se redressèrent donc, dans l'attente de savoir s'il s'agissait d'une équipe ou d'un mentor qui avait trouvé la mort... Un seul coup, ou deux ?

Moins d'une dizaine de secondes passèrent avant qu'un second coup de canon ne déchire le silence tranquille de la première nuit étoilée de l'arène.  

Leanne, comme tous les autres tributs, était liée à son partenaire de district. Le district Douze venait de perdre l'Expiation, de perdre la vie...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Près du pont ...
★ Âge : 20 ans. ♥
☆ Surnom : Jason
★ Occupation : Flâner dans les bois
☆ Humeur : .... ♫
☆District : District Dix

○ Points : 385
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Mar 26 Mai - 19:45


Aller droit dans le mur mais avancer encore ... ♥
Ft. Chloé


Lorsque Jason affirma que ce n'était pas pour attirer les sponsors qu'il avait avoué tout haut ce qu'il pensait tout bas, la réponse de Chloé fut immédiate et remplie de colère :

- Si j'avais ne serait-ce qu'un infime doute que tu l'aies fait pour ces espèces de têtes poudrées tu serais déjà au fond de ce marécage à noix !

Si elle avait eu une arme dans les mains elle l'aurait sûrement tué mais elle aurait signé sa propre fin. Les têtes poudrées en question devaient trouver le district 10 moins sympathique à cet instant précis. Ethan devait vraiment se demander ce qu'ils fichaient à insulter leurs bourreaux, ce n'était pas la meilleure méthode pour trouver des sponsors. Le vieux mentor n'allait pas les aider avec son don du relationnel si développer. Les deux coéquipiers devraient se débrouiller tout seul, comptant seulement sur l'autre.

- Ça, je confirme... Mais qu'est-ce qui t'es passé par la tête ? Qu'est-ce que tu croyais ?

Qu'est-ce que tu croyais, ces mots lui tirèrent un petit sourire en coin. « Qu'est-ce que tu croyais, qu'elle allait t'aimer ? » lui hurlait sa conscience. « Espèce d'idiot, quel naïf, elle ne t'aime pas et ne t'aimera jamais ». Elle avait raison, il n'était pas assez bien pour elle, elle aurait pu avoir un prince à ses pieds mais elle avait juste eut un pauvre type qui essayer de se faire aimer. Un imbécile mal dans sa peau que même son propre père rejetait. Des tonnes de questions défilaient dans sa tête, « Suis-je si horrible que tout le monde me déteste ? »

-J'attendais le bon moment, mais il ne serait jamais venu, alors je me suis jeté à l'eau. Je voulais juste que tu le saches, je sais que tu ne veux pas de moi, personne ne veut de moi.  


Le fils du pacificateur ne cherchait pas à évoquer de la pitié chez Chloé, à quoi cela aurait-il servi ? Il ne voulait pas se faire plaindre, ni entendre une parole qui contredirait la dure réalité qu'il avait exposé. Non, il ne souhaitait pas plus des paroles de douceur. Il voulait seulement qu'elle sache qu'elle avait été importante pour lui, qu'elle l'était toujours d'ailleurs et le resterait à jamais. Finalement il regretta amèrement ce qu'il avait dit, elle semblait lui avoir pardonné ce qu'il avait fait par le passé, ils retrouvaient petit à petit de leur complicité et il avait tout détruit, tous les efforts qu'elle avait fait pour en arriver là, envolés.

- Je te déteste au moins autant que toi tu me détestes...

Alors elle ne le détestait pas, c'était la seule conclusion qu'il en tirait, pourtant sa réaction disant tout le contraire. Elle s'était emportée, les larmes aux yeux comme s'il avait dit quelque chose qu'il ne fallait pas, cela l'était.

-Je ne te déteste pas.

Il regarda les étoiles essayant de trouver un échappatoire à l'enfer dans lequel on les avait enfermé d'où une seule équipe ressortirait. Comme si l'immensité d'un ciel étoilé pouvait suffire à effacer toutes les douleurs que les jeux causaient, comme si l'infinité d'étoiles étaient chacune un espoir auquel se raccrocher.

- Imbécile...

Puis elle s'installa et regardait vers le sud, Jason resta de son côté ne voulant pas la frustrer davantage. Il en avait assez fait pour aujourd'hui, il était tard et devaient se reposer pour être en forme le lendemain. Affronter de nouveaux danger, surmonter de nouvelles épreuves, faire face au danger, frôler la mort, ensemble.

-Il se fait tard on devrait dormir, qui prend le premier tour ?

Puis un coup de canon résonna dans la forêt et lui arracha un frisson, puis un deuxième suivit. Deux d'affilés, Chloé avait définitivement raison, ils étaient liés, une équipe venait donc de perdre. Un district de moins, un de moins à éliminer, la victoire se rapprochait petit à petit mais ils en étaient encore loin.

-Un district de moins ... murmura-t-il

 Jason est dans la zone feuillue et marécageuse

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Mar 26 Mai - 23:21

Une erreur qui pourrait coûter cher...


J’étais tellement perturbée après tout ce qu’il venait de se produire que je pouvais sentir un battement dans mes tempes, mon sang n’avait fait qu’un tour et une migraine avait commencé à s’installer. Les larmes se raréfiaient sur ma peau pâle sous la lueur de la lune. J’entendais encore en écho les explications de Jason qui tentait de se justifier… Cependant, à part s’apitoyer sur son sort, il avait bien du mal à passer à autre chose, à voir la réalité de la situation. Comment pouvais-je l’en blâmer ? Je fuyais cette vérité au moins autant que lui et elle était si douloureuse ainsi révélée à jour.

Il valait mieux qu’il se taise s’il ne voulait pas que je finisse par le jeter du pont. Au moins, tout serait ainsi fini. Sauf que c’était trop facile. Mon regard balaya l’horizon tandis que je sentais celui de Jason glisser sur moi pour tenter d’apaiser mes maux…  

- Je ne te déteste pas. finit-il par déclarer.

Je souris sans détourner les yeux de l’horizon au loin où on pouvait apercevoir vaguement la forme pyramidale de la corne d’abondance, au sud… Entre les branchages, elle paraissait si lointaine, si irréelle. Tout comme le double sens de ma déclaration. Il ne l’avait pas saisi et quelque part, il valait mieux ainsi. Pour lui comme pour moi, aucun espoir de ce genre n’était permis, pas tant que nous étions ici. Peut-être jamais.

Jason finit par se détourner et lui aussi s’assit sur le pont, sans pour autant rester trop proche de moi. Craignait-il encore une envolée de ma fureur ? Seule la mélancolie me hantait encore avec sa mélodie triste, redondante,… J’avais l’impression d’avoir suffisamment souffert et pourtant la vie continuait perpétuellement à me prouver que j’avais tort, qu’on pouvait toujours tomber plus bas encore. Quand aurais-je donc le droit à un simple répit ? Je passai une main dans mes cheveux dans un geste las.

- Il se fait tard on devrait dormir, qui prend le premier tour ?

Il avait raison. La nuit était déjà tombée depuis peut-être une demi-heure et il fallait qu’on arrive à dormir, nul ne savait le temps que durerait cette nuit et, dès le matin, nous serions obligés de partir à la quête d’eau et de nourriture. La journée de demain serait peut-être moins risquée que celle que nous venions de passer, me dis-je dans un élan d’espoir. Mais ce n’était que vaine tentative de me rassurer. Immédiatement, ma logique revînt au galop pour m’asséner une dure réalité : la corne était une des plus rudes étapes pour les tributs, mais chaque jour des tributs mourraient dans l’arène et demain les Juges créeraient peut-être un nouveau piège ou le hasard nous mettrait-il sur la route d’une autre équipe, ou encore les carrières nous débusqueraient-ils. Les possibilités étaient infinies mais toutes culminaient à la même conclusion : nous pourrions aussi bien mourir demain que nous aurions pu finir à la corne. Et, avec Jason qui lâchait prise, je me demandais s’il n’aurait pas mieux fallu…

- Tu as raison, et puis faudra trouver de l’eau demain… Ce sera une longue journée. Dors, moi je n’ai pas la tête à ça. Je te réveillerai.

Mon ton s’était voulu détaché, sobre. Il n’exprimait plus aucune colère, je n’en avais plus la force. J’étais si fatiguée de lutter contre tout le monde… Puis soudain, alors que je sentais les mouvements oscillants du pont qui me prouvaient que Jason s’allongeait, un terrible bruit sourd brisa le silence alentours. Il se répercuta en écho dans la tourbe pour venir nous trouver et nous annoncer la fin funeste d’un tribut. Je tendis l’oreille afin de vérifier ma théorie. Un second coup de canon suivit bientôt. *Réglé comme du papier à musique…* songeai-je avec un amusement sinistre. Une équipe en moins. C’était aussi des tributs qui croyaient peut-être avoir une chance, qui espéraient pouvoir revoir leurs proches. Mais c’était fini.

- Un district de moins ... murmura Jason.

Je ne lui répondis pas. Je n’avais rien à répondre. Levant les yeux vers les étoiles, je songeai à ma mère avec laquelle j’adorais regarder les constellations, le soir juste avant d’aller me coucher. C’était un de nos petits rituels. Ici, les étoiles avaient un éclat tellement artificiel que je me pris à me demander si elles étaient vraies. Ma mère était-elle aussi en train de contempler le ciel de notre district en pensant à moi ? Ou était-elle devant l’écran de la place principale pour voir le déroulement des Jeux et s’assurer que j’étais toujours en vie ?

Après un bon moment passé à me perdre dans mes sombres pensées, je finis par reporter mon attention sur Jason. Allongé à mes côtés, je me demandais un instant ce que m’aurait dit ma mère, ce qu’elle avait pensé de notre confrontation, de mon attitude si…puérile ? Non, elle ne l’avait pas été. Notre passif était si lourd que mon père l’aurait sans doute noyé de ses mains dans les marécages s’il avait été présent ; d’ailleurs, il l’aurait tué à l’époque de mon accident si Jason n’avait pas été le fils d’un pacificateur… Mais ma mère… Elle était toujours de celle qui pensait qu’une bonté résidait en chacun d’entre nous. Je n’avais d’ailleurs pas besoin d’elle pour savoir que Jason était loin d’être aussi détestable qu’il le pensait.

Ma mère avait certainement compris mon allusion, elle. Elle savait si bien me décrypter. J’aurais tant aimé pouvoir lui parler en cet instant, mais elle était si loin et nous n’aurions pas forcément l’occasion de nous revoir. Elle m’aurait dit d’être heureuse, de faire ce qui me rendait heureuse. Mais en enfer, le droit au bonheur est un luxe qu’on ne pouvait pas s’octroyer.

Trois heures passèrent pendant lesquelles je montai la garde, scrutant régulièrement les alentours pour être certaine que personne ne puisse nous prendre par surprise ou qu’aucun piège des Juges ne nous guettaient. Je dus me mettre debout plusieurs fois, malgré la douleur lancinante à ma cuisse qui me tiraillait, afin de rester éveillée : combien de fois avait-on vu des tributs s’endormir et ne jamais se réveiller…

Alors que je sentais la fatigue être de plus en plus pressante, j’enlevai ma veste avant de réveiller doucement Jason en poussant son épaule.

- Jason… murmurai-je doucement pour ne pas l’effrayer et risquer de faire basculer le pont. J’ai dû veiller pendant environ trois heures, tout au plus. Ça a été calme… même si je crois avoir entendu du bruit vers là-bas, ajoutai-je en désignant l’est d’un mouvement de tête. Mais ça devait être un animal… Ça va aller ? lui demandai-je en fronçant les sourcils.

Il avait l’air peu réveillé et j’avais peur qu’il ne tienne pas la garde. Toutefois, mes paupières tombaient presque toutes seules et même si j’avais beaucoup de mal à croire que j’allai laisser ma vie entre les mains de celui qui avait failli me faire tuer, je n’avais pas vraiment le choix. Je m’allongeai donc à même les planches du pont. Rugueuses, leur contact n’était pas agréable et, bien que nos lits ne furent guère aussi confortables que ceux que nous avions pu occuper au Capitole, un sommeil dans leurs draps étaient bien plus réparateur que celui que j’allai pouvoir espérer sur ce bois chaud et humide. Je réhaussai la veste en la posant sur ma poitrine et mes épaules. Je n’arrivais jamais à dormir sans sentir quelque chose peser sur moi, comme une ombre rassurante.

Je fermai les yeux et tentai de trouver le sommeil. Rien ne fonctionna, ni les moutons ni même les paysages de notre district que j’essayais de me rappeler pour apaiser mon esprit. Je dormis par bribes de quelques dizaines de minutes. Un sommeil entaché de cauchemars et de fantômes malfaisants…

Quand le matin arriva enfin ou du moins le soleil, je me réveillai dès les premières lueurs. Le soleil avait toujours eu cet effet sur moi : un rayon et j’étais presque incapable de dormir. Je m’étirai pendant quelques minutes, apercevant Jason toujours assis sur le pont et qui venait de remarquer mon réveil un peu prématuré. Je me redressai difficilement : chacun de mes muscles me tirait, particulièrement ceux de ma jambe. Me souvenant des plantes que j’avais aperçues avant de monter sur le pont, je pestai contre moi-même en songeant que j’aurais dû penser à en prendre avec nous, nous tenter un cataplasme ou n’importe quoi qui aurait pu atténuer la douleur. Enfin…

Pour l’instant, le plus important était de trouver de l’eau. D’ici une heure ou deux, la température serait à nouveau insoutenable et quand viendrait midi elle serait suffoquante. Nous n’avions plus le choix et notre mission numéro un en ce deuxième jour en enfer était toute désignée d’office.

- Rien de spécial pendant que je « dormais » ? demandai-je à Jason en tentant de me mettre debout.

Une moue de douleur déforma alors mon visage et je faillis retomber de tout mon poids sur le pont. Avec l’aide du cordage auquel je me soutins, je parvins finalement à gagner une position verticale à peu près stable même si ma jambe me faisait horriblement souffrir. Je payais notre course effrénée de la veille : j’allai devoir serrer les dents.

- On devrait peut-être partir dès maintenant à la recherche d’eau... On en manque vraiment et ça ne va pas s’arranger avec la chaleur…

J’attendis sa réponse puis, sans un mot de plus, nous nous mîmes en route. La matinée passa ainsi, à marcher à la recherche d’eau consommable. Le pont était bien plus long que nous l’aurions cru et il nous fallut bien deux heures pour terminer de le traverser entièrement : à la pensée que nous aurions pu être coincé dessus au cours de la nuit me glaça, une fois encore nous avions eu beaucoup de chance. Seulement, la chance pouvait tourner à tout moment : surtout après ce que j’avais dit à propos des capitoléens la veille. Ce n’était pas intelligent, ce n’était pas calculé. J’étais trop spontanée quand ma rage m’envahissait et j’avais fait une erreur. Notre mentor ne la rattraperait pas, de toute façon il ne m’appréciait pas et devait bien se gausser de la situation. Nous ne pouvions compter que sur nous-mêmes, sur notre capacité d’adaptation et sur nos complémentarités même si cela me pesait de l’admettre.

Je dus m’arrêter à plusieurs reprises pour reprendre mon souffle, du moins c’est ce que j’affirmais à Jason pour ne pas parler de la douleur…

Vers onze heures, nos recherches avaient toujours été plus qu’infructueuses… Mais il fallait continuer. Nous marchâmes encore dans les marécages, quand fatigués nous parvînmes à trouver une étendue de terre où l’eau sale et boueuse de la tourbe n’avait pas élu domicile. Soulagée, je lâchai un soupir et me laissa quelques minutes de répit. Les bruits de la nature alentours avaient à nouveau repris leur vacarme inquiétant, mon ventre rejoignit bientôt leur plainte. Je commençai à avoir faim… Nous ne mangions pas beaucoup dans notre district et je serai bien capable de tenir encore une journée sans manger, mais ma gorge qui brûlait… Cela devenait insoutenable et le petit tic de Jason qui se léchait nerveusement les lèvres me prouvait qu’il en était au même point que moi-même s’il n’osait pas se plaindre.

- On est dans une espèce de jungle, un désert, et on ne trouve pas d’eau… dis-je sur un ton sec, fâchée contre le sort. …comme c’est étonnant… soupirai-je.

Après quelques minutes de repos, j’indiquai la direction du sud-ouest en commentant :

- Je crois qu’on n’a pas encore été voir de ce côté… Ça va nous rapprocher de la corne mais si les Juges veulent de la confrontation pour l’Expiation, il y a des risques qu’ils aient mis l’eau au plus près du danger…

Cette pensée ne me réjouissait pas, mais nous avions parcouru les marécages dans tous les sens possibles et je n’étais pas friande de tenter d’aller vers les autres paysages qui m’avaient tous paru plus arides les uns que les autres lorsque j’avais eu le temps de les apercevoir lors du départ. Nous devions revenir vers la corne, peut-être trouverions-nous de l’eau, à manger, n’importe quoi en fait plutôt que cette impression d’errer en vain. Ce manque de résultat ne faisait que me plonger encore plus dans mes songes où je réfléchissais à ce qu’il s’était produit la veille. Or, à chaque fois, je me sentais un peu plus coupable.

Nous avions avancé depuis peu de temps, le soleil était à son zénith et la chaleur écrasante quand, sur le petit terrain plat sur lequel nous progressions, j’entendis un son. Je stoppai nette ma marche.

- Des croassements. dis-je soudain. Des croassements Jason ! Si c’est bien des grenouilles, il doit y avoir de l’eau !

Enfin un espoir ! Enfin un nouvel élément qui pouvait venir chasser de mes pensées le regard pesant de Jason et ma réaction brutale que je regrettais tant. Je me mis à courir, courir sans m’arrêter. Jason devait me suivre, car ma vue ne baissa pas et ses pas rythmés me suivaient à la trace.

Bientôt je la vis. Une mare de petite taille, à l’eau claire. Elle paraissait si belle, environ sept ou huit grenouilles y bondissaient sur de petits nénuphars laissaient dans l’eau un écho scintillant. C’était trop beau pour être vrai et j’aurais dû le savoir. Pourtant, j’étais tellement heureuse que Jason et mes sentiments contradictoires à son sujet aient quitté mon cœur pendant quelques instants que je ne réfléchis pas une seconde. Je marchai à pas pressé vers la mare dans laquelle je plongeai mes mains pour y recueillir de l’eau fraîche. La sensation du liquide parfaitement pur dans mes mains soudainement rafraîchies me fit un bien fou, tous mes soucis semblèrent s’envoler. Je la portai à mes lèvres, l’eau les toucha quand une grenouille bondit vers moi et planta des crocs acérés dans mon bras gauche.

Un hurlement m’échappa et je me redressai aussi vite que je pus, déversant sur le sol le précieux breuvage dont je n’avais même pas eu le temps de goûter une gorgée. Une seconde grenouille rejoignit bientôt sa collègue, ses dents transperçant ma cheville. Leurs collègues se hâtèrent et je me retrouvais très vite avec huit grenouilles carnivores qui tentaient de déchiqueter ma peau. Paniquée, je me débattus dans tous les sens comme une possédée. Les plaies se faisaient de plus en plus nombreuses sur ma peau et en tentant de me débarrasser d’une d’elles, je chutais en arrière et tombai dans la mare. Je réussis à regagner le bord et frappai mon bras contre le sol pour faire lâcher une première bestiole qui finit le crâne fracassé avant de m’extirper de la mare.

Trempée et les dents de ces sales bêtes dans la peau, je retenais tant bien que mal mes cris quand l’une d’elles bondit sur mon visage, je l’attrapai au vol avant qu’elle n’ait le temps de s’attaquer à ma joue comme elle l’avait déjà fait avec mon épaule et la jetai au sol en abattant mon talon sur son crâne. Me débattant comme une folle, j’agitai les bras pour tenter de les faire lâcher mais ça me servait à rien, elles mordaient avec une rage certaine aussi perçante que ma colère de la veille. En secouant mon bras gauche, je parvins à faire lâcher prise à la première des sales bêtes qui alla s’écraser contre un des arbres. Complètement paniquée, j’avais réussi à en expédier trois mais le sang tachait déjà ma tenue en de nombreux endroits où ses saletés de mutations génétiques avaient percés la veste et le pantalon trop fins… La douleur se faisait de plus en plus vive alors que cinq de leurs copines continuaient à me croquer et que j’avais bien peur de payer très cher mon erreur…



« Chloé est dans la zone feuillue et marécageuse »
« Chloé a dormi 2h »



_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡️) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Près du pont ...
★ Âge : 20 ans. ♥
☆ Surnom : Jason
★ Occupation : Flâner dans les bois
☆ Humeur : .... ♫
☆District : District Dix

○ Points : 385
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Ven 29 Mai - 20:45


Les grenouilles attaquent ...
Ft. Chloé


- Tu as raison, et puis faudra trouver de l’eau demain… Ce sera une longue journée. Dors, moi je n’ai pas la tête à ça. Je te réveillerai.

Après ce qu'il venait de se passer il ne fut pas étonnant que Chloé n'ai pas la tête à s'endormir d'un sommeil léger. C'était pareil pour Jason mais il respecta la proposition de Chloé, il  irait somnoler un peu pendant qu'elle épierait les alentours. Il regarda le pont l'espace d'un instant, il ne devait pas être confortable et qu'il aurait probablement mal au dos au réveil, mais c'était toujours mieux que la tourbe. Il s'installa, la journée avait été éprouvante et la prochaine serait pire encore. Jason se demandait quelle misère les juges allaient leur envoyer ou alors s'ils croiseraient des tributs. Mais dans les jeux rien n'était prévisible, cependant la conclusion qui était la plus importante pour l'instant était qu'ils étaient en vie. Ils avaient survécu au premier jour, au bain de sang meurtrier, au premier piège. C'était plutôt bien eux sur qui beaucoup avaient du parié qu'ils ne tiendraient pas 5 minutes, ils s'étaient trompés. Son père aussi qui avait voulu l'envoyer droit vers la mort devait s'arracher les cheveux de le savoir encore vif. Le fils mal aimé avait envie de lui crier toute sa rancœur mais il en aurait l'occasion un jour. Tôt ou tard l'affrontement serait inévitable, que ce soit en enfer ou au 10. Petit à petit Jason s'endormait mais toujours d'un seul œil, prêt à bondir en cas d'embuscade. Ses rêves étaient plus que perturbants. Tout d'abord il était dans un désert, son père était là et Chloé aussi. Le pacificateur tenait la jeune fille par le bras, un pistolet braqué sur sa tempe. Alors qu'il allait courir pour empêcher la suite de se produire il entendait son paternel dire « Tu ne pourras jamais la sauver, regarde la mourir, regarde la souffrir. ». Et alors qu'il allait hurler Chloé tapota lentement son épaule et murmura son nom. Il transpirait à grosses gouttes et avait un air assez paniqué. Juste un songe, une divagation. Le peu qu'il avait dormi ne l'avait pas vraiment requinqué mais c'était toujours ça.

- J’ai dû veiller pendant environ trois heures, tout au plus. Ça a été calme… même si je crois avoir entendu du bruit vers là-bas. Mais ça devait être un animal… Ça va aller

3 heures s'étaient écoulées, rien ne s'était produit. Elle désigna d'un signe de tête l'endroit où le prétendu animal avait fait du bruit. Il essaya de la discerner dans la l'obscurité mais c'était difficile, il ne vit qu'une silhouette.

-Vas te reposer, ne t'inquiètes pas je veille, tu peux compter sur moi.

Et elle s'allongea à son tour et Jason s'assit. Il regardait un peu partout, restait à l'affût du moindre bruit suspect. Mais rien, strictement rien, c'était plutôt bon signe. Il regarda le ciel et pensa à tous les tributs qu'il y avait eu avant eux. Les vaincus, ceux qui n'avaient pas eu de chance, ceux qui étaient partis trop tôt. De pauvres innocents, et le massacre était malheureusement bien parti pour continuer. Le nœud était toujours là, la peur lui tordait toujours le ventre et la beauté d'une nuit à la belle étoile ne suffisait pas à l'apaiser. Il se demanda si Allison avait ressenti la même chose. Probablement comme tous les autres. Jason jetait quelques regards vers Chloé pour s'assurer qu'elle se reposait. Mais sa respiration saccadée laisser présager le contraire. Il essayait de faire le vide dans son esprit de chasser les vieux démons pour faire de la place aux nouveaux. Ils n'étaient plus que 20, 18 coups de canon à entendre. Pourtant l'espoir grandissait progressivement. Jason divaguait, se ressassait le passé, essayer de se souvenir de sa vie d'avant, du district dans lequel il avait vécu. Il lui semble qu'il l'avait quitté il y a une éternité de cela. Soudain un mouvement, le 10 se retourna, c'était Chloé qui se réveillait bien avant l'heure. Voilà deux heures qu'il devait monter la garde.

- Rien de spécial pendant que je « dormais » ?

Et alors qu'elle essayait de se mettre debout, son visage se déforma, elle souffrait à cause de sa jambe. La course pour sortir de la corne d'abondance et la longue marche de la veille l'avait éreintée. Son cœur se serra, c'était sa faute si elle devait endurer cela. Elle devrait endurer mais il proposerait son appui pour la soulager, il lui devait bien ça. Pour ce qui était de ce qui s'était produit pendant qu'elle se reposait, rien, strictement rien. C'était plutôt bien qu'on leur accorde un moment de répit, mais pour combien de temps ?

-Non tout a été calme.

- On devrait peut-être partir dès maintenant à la recherche d’eau... On en manque vraiment et ça ne va pas s’arranger avec la chaleur…

Pendant la nuit la température chutait, ainsi ils n'avaient plus chaud et la petite veste prenait toute son utilité car il faisait presque froid. Des soirées frigorifiques contre des journées caniculaires, pour l'instant ils étaient entre les deux grosses périodes de la journée, et ils devaient en profiter L'eau commençait vraiment à manquer, il avait très soif, mais ne se plaignait pas, à quoi cela aurait-il servi ? Il avait faim aussi mais cela restait supportable. Ils devaient trouver de quoi s'alimenter rapidement ou le District n'allait pas faire long feu.

-Oui tu as raison je n'ai pas envie que l'on finisse déshydratés comme des raisins secs. En route !

Et la longue traversée du pont continua pendant plusieurs heures. Il était très long et Jason n'en voyait pas le bout pourtant il devait bien se terminer à un moment donné. Ce fut sans trop de paroles échangées qu'ils avancèrent. Plus éloignés que la veille, l'un marchant d'un côté et l'autre de l'autre. L'ambiance était pesante après l'épisode de la déclaration ratée. Il n'y avait rien à dire, plus rien malheureusement. De temps en temps Chloé marquait des arrêts mais quand Jason lui proposait un appui pour la soulager elle lui assurait qu'elle reprenait son souffle et qu'elle ne souffrait pas de sa jambe. Enfin ils arrivèrent au bout du pont interminable. Les recherches commencèrent alors. Dans cette jungle trouver la moindre trace d'eau était devenu mission impossible, pourtant c'était capital. Toujours pas de sponsors, bon Ethan ne devait pas y mettre du sien ou alors Chloé avait ruiné toutes leurs chances d'en attirer lorsqu'elle les avait traité de « têtes poudrées ». Jason essayait d'humecter ses lèvres que la chaleur avait asséchées mais même sa salive se faisait rare tant la chaleur était importante. Il transpirait à grosses gouttes et le soleil n'était pas à son zénith. Le pire restait à venir.

- On est dans une espèce de jungle, un désert, et on ne trouve pas d’eau…comme c’est étonnant…


Même épuisée et assoiffée elle gardait son sarcasme. Pourtant il devait bien y avoir de l'eau quelque part !

-Et comme c'est étonnant notre mentor très communicatif ne nous a rien envoyé, Ethan si tu m'entends, ce serait sympa de penser à nous.


Puis après une petite pause bien méritée après les recherches infructueuses Chloé indiqua là où ils se rendraient pour trouver le précieux liquide qui les maintiendrait en vie.

- Je crois qu’on n’a pas encore été voir de ce côté… Ça va nous rapprocher de la corne mais si les Juges veulent de la confrontation pour l’Expiation, il y a des risques qu’ils aient mis l’eau au plus près du danger…

Elle avait raison, c'était comme les sacs, les plus en haut de la corne, ceux qui étaient les plus périlleux à attraper devaient contenir des choses plus importantes que celui qui était en face d'eux. Jason avait failli prendre d'énormes risques pour un sac vide ou contenant quelque chose d'inutile. Il avait fait le bon choix, ou plutôt avait suivit un conseil d'Ethan, c'était malheureusement un des seuls qu'il avait suivi.  Pourtant ils devaient aller voir, s'ils devaient mourir, si c'était ce que le destin avait décidé, autant mourir dans un combat qu'à petit feu de soif ou de faim.

-Allons y, de toute façon on n'a pas tellement le choix...

Les deux tributs repartirent donc, avançant sans sourcilier, sous la chaleur à son apogée. Toujours rien, c'était très décourageant, il faisait si chaud que Jason commençait à avoir mal à la tête. Il regrettait tellement la température nocturne qui était si rafraîchissante. Puis soudain un son étrange, il connaissait ce son mais avant qu'il ai pu l'identifier Chloé intervint :

- Des croassements. Des croassements Jason ! Si c’est bien des grenouilles, il doit y avoir de l’eau !

De l'eau et de la nourriture, un cadeau du ciel ! Alors s'en se méfier il suivit Chloé le sourire aux lèvres. Elle courrait sous la joie d'avoir enfin trouvé quelque chose, et tout aussi soulagé il la suivait de près. Chloé était légèrement devant le jeune homme mais il la suivait de près. Puis soudain ils la virent : une petite mare avec quelques grenouilles, un peu moins d'une dizaine qui sautaient d'un nénuphar à l'autre. Ils allaient pouvoir se désaltérer et après il faudrait tenter d'attraper les batraciens pour le repas. La 10 s'avança la première et plongea ses mains dans l'eau claire, mais à l'instant ou l'eau allait couler sur ses lèvres tout bascula. Une grenouille bondit et mordit violemment Chloé au bras gauche. Oui c'était des crocs acérés que possédait cette grenouille, comme les autres qui la suivirent. Elles allaient s'accrocher un peu partout et essayait de lui déchirer la peau. Chloé hurla mais tout c'était passé tellement vite que Jason n'eut pas le temps de réagir. Elle s'écroula dans la mare et les grenouilles continuaient de tenter de la dévorer. Tétanisé par la peur il fallu un temps à Jason pour sortir de sa torpeur. Il revivait le jour de l'accident sauf que ce n'était pas de sa faute et que c'était des grenouilles carnivores et non pas un taureau. Ainsi était la vengeance du Capitole pour l'insulte de la veille. Chloé essayait d'enlever les grenouilles mais il y en avait trop. Enfin Jason se décida à essayer de l'aider mais les grenouilles étaient trop bien accrochées....

 Jason est dans la zone feuillue et marécageuse
Jason a dormi 3 heures

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Sam 30 Mai - 0:22

Une erreur qui pourrait coûter cher...


Derrière leur apparence si inoffensive, ces grenouilles étaient de vraies teignes. Des mutations génétiques sans doute particulièrement développées pour venir punir les tributs qui n'auraient pas plu au public. Et, après mon fracas de la veille, je pouvais facilement deviner que j'étais la cause de ce déchaînement. Mon égo allait peut-être nous faire perdre la vie, comment avais-je pu être aussi idiote ?

Je continuais à me débattre, sans apercevoir Jason, et alors que les cinq grenouilles restantes continuaient leur sordide saccage de chaque parcelle de ma peau. De toute part elles attaquent, croquaient dans la chair puis s'y attachaient pour y suer le sang qui dégoulinait de chaque plaie... Je souffrais de toute part, en émettant de petits hurlements de douleur à chaque fois que l'une de ces créatures immondes changeant de position.

Reprenant légèrement mon calme, la tête me tourna : sans doute était-ce la faute au sang qui s'échappait de mes veines et qui me laissait encore plus fébrile que je ne l'étais déjà. Je finis par me laisser tomber à genoux sur le sol boueux du marécage, dans ma chute une des grenouilles se retrouva le crâne brisé sous le poids de mes jambes.

Je vis Jason accourir. Il voulait m'aider mais ces bestioles étaient tellement enracinées dans ma chair... Je murmurai en implorant presque :

- Aide-moi !

Aucune autre solution n'existait que de traiter le mal par le mal, j'attrapai une autre de ces bêtes et tirait dessus de toutes mes forces pour qu'elle s'enlève. La douleur fut insupportable...mais elle cessa dès que la sale bête fut entre mes mains et que je la fracassai sur le sol. Un des ses amies choisit ce moment précis pour mordre dans ma cuisse : comme si la douleur n'était pas assez insoutenable, voilà qu'elle s'attaquait à la zone sensible. Je l'attrapai dans un grand cri de douleur et la tirait vers moi de toutes mes forces en plantant mes doigts dans ses yeux globuleux, elle aussi pouvait souffrir autant qu'elle m'avait fait souffrir...

Je lâchai un soupir, plus que deux... Mais non des moindres puisque l'une d'elle s'était fichée dans mon bras, déchiquetant une partie de ma manche avant de s'en prendre à mon avant-bras. Je pouvais y sentir un battement désagréable, s'approchait-elle de l'artère ? J'étais couverte de sang et la douleur qui me tirait dans le dos me laissait présager qu'une autre de ses soeurs me rongeait. Alors que je tournai mes yeux plein de larmes de souffrance pour tenter de la localiser, la première bondit vers mon visage : je ne réussis pas à la retenir...



« Chloé est dans la zone feuillue et marécageuse »



_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡️) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Près du pont ...
★ Âge : 20 ans. ♥
☆ Surnom : Jason
★ Occupation : Flâner dans les bois
☆ Humeur : .... ♫
☆District : District Dix

○ Points : 385
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Sam 30 Mai - 21:22


Les grenouilles attaquent ...
Ft. Chloé


Du sang partout à cause de ces saletés de grenouilles. Elles mordaient Chloé partout et s’agrippaient si bien que Jason ne pouvait les enlever. Il irait de toutes ses forces pour l'arracher mais ses crocs étaient trop bien enfoncés. Ainsi le 10 devait regarder le visage de la jeune fille se tordre de douleur. Il était impuissant et c'était le pire des sentiments. Comme lorsque sa mère était morte, il n'avait rien pu faire pour la ramener à la vie. La maladie avait eu raison d'elle et il avait du la voir décliner de jour en jour, s'affaiblir jusqu'à s'éteindre, tout cela en étant spectateur. Et puis il y avait eu l'épisode du champs ou impuissant il avait du voir Chloé se faire blesser par le taureau enragé, sauf que là c'était entièrement de sa faute. Il était plein de haine envers les juges pour leur avoir balancé un piège pareil. Dans un murmure Chloé l'implorait de lui venir en aide mais même si cela lui crevait le cœur de la voir dans un état pareil, il ne pouvait rien faire. Chloé croisa son regard l'espace d'un instant, plein de larmes de souffrance. Les yeux globuleux de la  mutation le fixait et semblait le narguer comme pour lui dire « Mon pote tu peux rien faire sauf la regarder souffrir. » Finalement la chance tournait et ils en payaient les frais. Un retour de bâton pour avoir manqué de respect à leurs bourreaux. Ou juste de la malchance et des coïncidences, mais dans les jeux rien n'étaient au hasard. Pourtant ils allaient s'en sortir, il ne voulait que le croire. Que c'était juste une mauvaise passe et que  tout allait s'arranger, les grenouilles, l'eau, sa relation avec Chloé, mais c'était peut être trop pour la triste réalité, ils étaient dans les jeux tout de même.

 Jason est dans la zone feuillue et marécageuse


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Dim 31 Mai - 21:16

Ouvrir les yeux...


La douleur, il n'y avait plus qu'elle qui déchirait mes pensées. Moi qui avait tant souhaité oublier la soirée de la veille, pouvoir songer à autre chose le temps de quelques minutes seulement pour ne plus être persécutée par mes sentiments, voilà que je récoltais une torture bien pire encore. Tout était de ma faute. Les larmes qui coulaient maudissant chacun de mes actes, chacun des choix qui m'avaient peu à peu amenée précisément à ce moment critique.

Une grenouille bondit vers mon visage, je lâchai un petit cri aigu de surprise et ma main battit l'air sans réussir à la toucher. J'étais terrifiée à l'idée qu'elle pourrait dévorer mon visage, complètement transie de peur et d'impuissance. Bientôt, sa gueule aux fins crocs aiguisés se retrouva sur ma joue, tenta de s'accrocher à ma lèvre dont je la délogeai en enfonçant mes doigts dans ses yeux globuleux dont un se brisa dans un craquement sordide alors qu'elle poussait un croassement démoniaque et que mes doigts se couvraient d'un liquide gélatineux. Elle finit par lâcher prise et je la saisis pour la lancer au loin.

Plus qu'une seule. Une seule qui s'était accrochée dans mon dos depuis leur premier assaut. Sale bestiole, lâche. Elle m'attaquait par derrière, comme ces Juges qui devaient bien rire de notre situation. En balançant ma main dans mon dos, j'attrapai les pattes de la bestiole et tirait dessus de toutes mes forces : plus qu'une, quelques minutes à supporter pour mon corps endolori et tout serait fini. C'est alors que je croisais le regard triste et paniqué de Jason. Non, cela ne finirait pas avec cette grenouille. Ce piège allait bien plus loin.

Je donnais un coup sec, senti ma peau se décoller de mon dos en même temps que la bête et je lâchai un soupir de soulagement en la balançant contre un rocher. Mes plaies étaient sanguinolentes, j'étais trempée des pieds à la tête à cause de ma plongée surprise dans la mare, mes vêtements étaient couverts de sang, de bave et de je ne sais quoi d'autre... Je n'avais plus rien de cette jeune fille qui avait quitté son district quelques jours plus tôt et, à vrai dire, quand je levai les yeux vers Jason je compris que je n'étais même plus la même que celle qui avait failli le jeter du pont la veille.

Mes sentiments. Voilà ce qui avait failli me tuer aujourd'hui. La tête me tournait à cause des blessures dont continuait à s'écouler le liquide de vie écarlate... Pourtant, mes pensées n'avaient plus été si claires depuis longtemps. A vrai dire, je n'arrivais plus à me remémorer l'époque où elles n'avaient pas été bâties autour des reproches, du ressentiment et de la colère. Cette fureur profonde qui avait élu domicile dans mon cœur et qui me refusait le bonheur d'à nouveau pouvoir faire confiance à quelqu'un... Qui me refusait de pardonner pour enfin pouvoir tourner la page, me délester du poids si lourd du passé et commencer à vivre dans le présent.

Mon cœur battait plus fort, était-ce le sang qui continuait à s'écouler ou ces émotions refoulées qui remontaient à la surface qui le bousculaient tant ? J'avais failli nous tuer pour une question d'orgueil, j'avais failli nous tuer juste parce qu'au fond c'était moi qui n'avait pas le courage d'assumer ce que je ressentais. Doucement, mes muscles se tendirent et je me redressai avant d'avancer de quelques pas vers mon co-tribut, mon ami, mon...

- Jason... murmurai-je dans un souffle, n'arrivant à dire plus avec ma lèvre qui me lançait. D'ailleurs, qu'aurais-je eu à dire de plus...

Mes yeux étaient presque implorants : suppliants de m'accorder son pardon pour tout ce que j'avais pu faire, pour cet épisode désastreux, pour avoir mis tant de temps à comprendre qu'on pouvait tous faire des erreurs mais que la perpétuité n'était pas une peine envisageable pour celui qu'on aime...

Mes pas s'arrêtèrent, je le contemplai un instant en silence. Il n'était pas particulièrement attirant, les vêtements encore couverts de la boue de la veille, des poches sous les yeux suite à la nuit à la belle étoile et ça n'allait pas s'arranger... Pourtant, j'avais le souffle coupé et la gorge serrée à l'idée d'avoir perdu tant de temps, tant de temps pour avouer la vérité. Les conséquences, ce serait pour plus tard, pour l'arène, pour l'espoir...

D'un seul bond en avant, je me jetai dans ses bras et l'embrassai.


« Chloé est dans la zone feuillue et marécageuse »








_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡️) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps


Dernière édition par Chloé P. Olympia le Mar 2 Juin - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Près du pont ...
★ Âge : 20 ans. ♥
☆ Surnom : Jason
★ Occupation : Flâner dans les bois
☆ Humeur : .... ♫
☆District : District Dix

○ Points : 385
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Mar 2 Juin - 18:41


♥ ...
Ft. Chloé


Le sang coulait des plaies que les mutations avaient infligées à Chloé. Le sentiment d'impuissance persista jusqu'à ce que Chloé réussisse à enlever la dernière. Ce fut un énorme soulagement, les batraciens étaient écrasées au sol. Huit, huit grenouilles enragées qui voulaient tuer Chloé, un cauchemar dont ils s'étaient sortis. Jason n'aurait pas supporté la voir souffrir plus longtemps, cela aurait été comme lui arracher le cœur, même si elle ne voulait pas de lui. Il tenait trop à elle pour rester insensible à un tel spectacle, il s'en voulait de n'avoir rien pu faire pour la secourir. Jason aurait souffert le martyr si il avait pu lui éviter de vivre l'enfer. Si le jour de la moisson on lui avait proposé de mourir pour sauver Chloé de l'arène il aurait accepté, même si à ce moment là rien n'allait plus. Il aurait tout donné, même ce qu'il n'avait pas, il lui aurait donné l'immensité d'un ciel étoilé pour lui mettre des étoiles dans les yeux. Lui faire oublier tous leurs malheurs et revoir son beau sourire qu'on lui avait prit. Mais il n'en avait pas eu le pouvoir … Jason expira pour évacuer la pression et le stress qu'il avait éprouvé pendant que Chloé avançait doucement sur lui et murmurait avec douceur son nom. Il avait envie de tant de choses, de la prendre dans ses bras mais elle l'aurait mal prit. Alors il attendit qu'elle arrive, près tout près. Les battements de son cœur s'accéléraient devant une telle proximité, mal gré lui. Il la regarda droit dans les yeux encore rougis par les larmes de souffrances. Il était tellement beau, profond, il se perdait dans son regard, se noyait. Même si ses cheveux avaient frisé à cause de la pluie, qu'elle avait de la boue un peu partout, de vilaines blessures il la trouvait toujours belle. Comme une princesse dans les contes que lui racontait sa mère. D'un beauté incroyable sauf qu'elle était bien réelle bien qu'inaccessible comme un doux songe, une utopie. Dans ses yeux toutes la peine du monde était visible, des regrets. Puis elle s'arrêta à quelques centimètres de lui et sauta dans ses bras pour l'embrasser. Le contact doux et chaud des lèvres de Chloé était comme le baiser d'un ange. Les yeux fermés il savourait le goût de ce baiser inattendu. Comme un signe de pardon, un nouveau départ, mais surtout que tout serait pour toujours différent. C'était peut être une simple montée d'adrénaline, un profond désespoir, mais pour Jason cela signifiait tellement. Le passé, n'était plus, l'avenir encore trop loin et trop proche en même temps, ils devaient vivre dans le présent. A cet instant Chloé réussit à lui faire oublier tous les malheurs qui l'accablaient. La mort de sa mère, le fait que son père n'ai jamais voulu de lui, la mort d'Allison, la dispute, l'arène, la mort possible et imminente comme les grenouilles l'avaient rappelé. Les gens qui les observaient, il oublia tout. Il s'en foutait d'eux, il ne voyait qu'elle, c'était la seule qui comptait, la seule pour qui il pouvait prétendre avoir un jour eu un peu d'importance. Elle était son monde, même si à chaque instant tout pouvait basculer, elle lui avait offert l'éternité, l'amour dont il avait toujours eu besoin. Son seul regret fut que cet instant aurait du se dérouler il y a très longtemps mais il n'en avait pas eu le courage. Il regretta que tout le pays pu les voir, cet instant d'intimité profonde que les caméras violaient, mais il s'en fichait tant qu'il était avec elle. Il aurait voulu que ce moment, leur moment ne finisse jamais mais c'était malheureusement impossible.
 Jason est dans la zone feuillue et marécageuse


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Mar 2 Juin - 19:14

Ouvrir les yeux...


L’étreinte fut passionnée, comme s’il s’agissait peut-être de la dernière fois que nous pouvions y goûter. La première et la dernière fois que nous pouvions ainsi envisager un moment rien qu’à nous, un instant conjugué au verbe aimer,… J’avais apprécié chaque seconde de nos lèvres qui se touchent, chaque caresse de ses mains dans mes cheveux.

Quand mes mains lâchèrent son col auquel elles s’étaient agrippées, accrochées à lui comme si ma vie en dépendait, je restai interdite. Mon regard dans le sien, aucun mot ne venait. Qu’y avait-il à ajouter ? Un petit sourire se posa sur mon visage qui s’éclaira soudain, chassant les douleurs qui continuaient à assaillir mon corps ensanglanté. La situation était tellement particulière, tellement insolite. C’en était risible, mais pourtant si délicieux. Mes yeux jouaient au chat et à la souris avec ceux de Jason, j’étais mal à l’aise et pourtant si heureuse, excitée de cette sensation nouvelle et de cette plénitude qui avait envahi mon esprit.

Peut-être était-ce l’effet de l’adrénaline tout cela, peut-être ne l’avais-je pas réellement voulu… Non, je savais que c’était faux. J’avais espéré vivre ceci un jour, avec Jason. Seulement, ça ne devait pas être ici. Pas dans l’arène. Raison de plus pour profiter un maximum sans se poser de question : on avait bien vu où ça m’avait mené de m’en poser trop…

Ma cuisse me lança, je sifflai entre mes dents à cause de la douleur. Les plaies continuaient à laisser couler du sang : les sangsues avaient bien fait leur travail… Me détachant de Jason, j’évaluais les dégâts d’un rapide coup d’œil. J’avais de nombreuses blessures, tout mon corps était endolori et ma gorge était plus sèche que jamais... Sans compter mon ventre qui criait famine…

Vivre d’amour et d’eau fraîche… Déjà si on avait de l’eau…

- Je suis désolée… Pour tout… murmurai-je.

Est-ce que je l’étais vraiment ? Je n’en étais pas sûre mais peu importait réellement. Il y avait si peu de choses qui étaient encore importantes à l’heure actuelle. Jason, moi, notre survie… Ce baiser n’avait fait qu’attiser mon envie de me battre, jusqu’à la folie s’il le fallait. C’était ensemble que nous allions tenter de nous en sortir, du moins si Jason avait ressenti la même pulsion de vie que moi lorsque nos souffles s’étaient enlacés…

Il fallait que nous soyons forts maintenant, agressifs, il fallait…

- Il faut que nous allions à la corne.

Cette évidence m’avait échappée et avait frappé de plein fouet Jason qui prit un air choqué. Pourtant, je n’étais pas suicidaire, juste pragmatique. Dans leur envie de violence, les carrières l’auraient peut-être laissée sans surveillance, ça s’était déjà vu et, dans ce cas, nous devions saisir notre chance pour voir s’ils avaient laissé des cadeaux des Juges qui pourraient nous être utiles.

- Je sais que c’est dangereux et complètement insensé, dis-je à haute voix. Mais c’est notre seule chance…

Ma main passa sur ma joue et étala encore un peu plus le sang qui coulait de la marque infligée par la grenouille. Puis approchant, je compris qu’il aurait besoin de plus de motivation que ça pour aller à la corne. Je glissai donc ma main dans la sienne et lui ajoutai d’une voix douce :  

- Sans compter qu’on ne sait pas quand Ethan devra choisir… Demain ce sera peut-être trop tard… C’est peut-être notre seule chance…

J’étais folle, complètement barge de vouloir nous entraîner là-dedans. Mais, il fallait être lucide, c’était peut-être notre seule chance.



« Chloé est dans la zone feuillue et marécageuse »



_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡️) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Près du pont ...
★ Âge : 20 ans. ♥
☆ Surnom : Jason
★ Occupation : Flâner dans les bois
☆ Humeur : .... ♫
☆District : District Dix

○ Points : 385
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Mar 2 Juin - 19:51


♥ ...
Ft. Chloé


-Je suis         désolée… Pour tout…

Elle avait aussi des regrets, s'en voulait, dans l'histoire ils avaient tous les deux souffert, mais maintenant c'était du  passé. Tout était pardonné et les ombres du passés n'existaient plus, évaporées comme la chaleur d'une étreinte d'un baiser.

-Tu n'as pas à t'en vouloir, je crois que dans cette histoire on n'était tous les deux fautifs. C'est du passé maintenant.


L'union créait la force, alors c'était ensemble qu'ils allaient s'en sortir, ensemble qu'ils allaient sortir de cette arène. Ensemble qu'ils se battraient. Ces jeux ils allaient les gagner et tout ce qui serait sur leur route, ils le surmonteraient. Même si tous ces gens ne les pensaient pas capable, son père le premier, ils allaient leur prouver le contraire. Cette année le district 10 aurait deux vainqueurs.

-Il faut que nous allions à la corne

Aller à la corne, l'endroit où avait eu lieu le massacre, là où des tributs étaient morts, des innocents. Un endroit maudit, paradis des carrières mais le seul endroit où étaient les ressources, ce qui les maintiendrait en vie. C'était une idée suicidaire, mais qu'avaient ils à perdre ? S'ils devaient mourir autant mourir dans un combat qu'à petit feu en mourant de soif ou de faim.

-Je sais que c’est dangereux et complètement insensé. Mais c’est notre seule chance…

Ce n'était pas une idée qui le séduisait, mais ils n'avaient pas le choix, après leur baiser, le retour à la dure réalité était difficile. C'était leur seule chance, alors ils devaient la saisir. Qu'aurait fait Ethan ? Très bonne question. S'il était là que leur conseillerait ils ? La corne d'abondance même si c'était très risqué, c'était quitte ou double. Mais Ethan n'était pas là donc la question ne se posait pas, il avait confiance en Chloé et savait que son idée bien que folle était leur seule option envisageable. Il restait silencieux et faisait un peu la moue, Jason n'était pas du tout rassuré. Ils venaient de surmonter des grenouilles carnivores et voilà qu'ils allaient se jeter dans la gueule du loup. Chloé vint lui prendre la main et ajouta pour le convaincre :

-Sans compter qu’on ne sait pas quand Ethan devra choisir… Demain ce sera peut-être trop tard… C’est peut-être notre seule chance…

Elle rappela le choix du mentor, et si c'était le district 10 qui était choisi ? Qu'allait il arriver ? Non il ne devait pas y penser, le sort devait leur être favorable bien qu'il ne l'avait pas vraiment été jusque lors.

-Bon, allons y, c'est vrai qu'on ne sait pas qu'est-ce qui nous attend demain. Mais ça ne m'enchante pas d'aller droit dans la gueule du loup.

Alors avec un petit sourire en coin Jason commença à marcher, la main de Chloé toujours dans la sienne.

 Jason est dans la zone feuillue et marécageuse


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Mer 3 Juin - 18:57





Deuxième jour
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Coups de canon...
Que le sort vous soit favorable...
__________________________



Cassandra venait de porter le coup de grâce à James du district 3. Quelques secondes plus tard, un coup de canon retentit… Il était alors 14h, l'après-midi dans l'arène. Le temps sembla se suspendre quelques secondes…

Tous les tributs dans l'arène avaient compris le lien à la vie à la mort qui unissait tous les co-tributs en excluant toutefois les mentors. Ils se redressèrent donc, dans l'attente de savoir s'il s'agissait d'une équipe ou d'un mentor qui avait trouvé la mort... Un seul coup, ou deux ?

Moins d'une dizaine de secondes passèrent avant qu'un second coup de canon ne retentisse dans la chaleur abominable de cette deuxième journée des Jeux.

Savinna, comme tous les autres tributs, était liée à son partenaire de district. Le district Trois venait de perdre l'Expiation, de perdre la vie...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Mer 3 Juin - 19:47





Deuxième jour
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Une étrange fumée...
Que le sort vous soit favorable...
__________________________



Une fumée sombre envahissait peu à peu le ciel de l'arène. Son odeur âcre et amère ne laissait planer aucun doute sur sa nature : il s'agissait d'un feu. Tous les tributs en furent interloqués : qui était assez bête pour penser ne pas être repérable par les autres avec un tel signal ?

Il était alors 15h dans l'arène.

Cependant, au fil des minutes qui passaient, le ciel s'assombrit encore davantage. Les nuages jouèrent avec le soleil et plus personne ne fut assez bête pour penser qu'il s'agissait d'un simple feu pour cuisiner une bête chassée ou encore pour préparer un remède... Non, cette fumée grisâtre et pleine de cendres devait provenir d'un incendie bien plus grand : un nouveau piège des Juges, une partie de l'arène qui brûlait sous l'effet des rayons qui leur avait chauffé le corps toute la journée, quelque chose d'autre ?

De leur position, les tributs ne pouvaient apercevoir l'origine exacte mais il était certain que personne, sauf peut-être les responsables, ne désiraient réellement savoir ce qui se produisait...

Les tributs qui se trouvaient dans un terrain dégagé (zone plane rocheuse et zone des dunes) pouvaient deviner les flammes qui s'élevaient au loin. L'incendie semblait vorace et dévorait un emplacement situé dans la zone de la corne d'Abondance.

Au bout de deux heures, la fumée se dissipa peu à peu dans l'arène pour laisser réapparaître un soleil radieux et une chaleur toujours plus écrasante. Les flammes qui avaient glissé sur chaque parcelle de la corne d'Abondance se tarirent, maîtrisées par les technologies des Juges... La pyramide était toujours debout mais sur ses escaliers de la suie, au sommet des cendres à la place de l'équipement... Presque tout avait disparu, cet incendie ne serait pas sans conséquence pour chaque tribut de l'arène.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : Immortel
★ Occupation : Torturer les joueurs ^^
☆ Humeur : Sadique
☆District : Tous

○ Points : 4357
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   Jeu 4 Juin - 0:34





Fin du Jour 2
Expiation - 175ème éditiions des Hunger Games








Dans le ciel de la nuit...
Que le sort vous soit favorable...
__________________________



Le ciel s’assombrit sur l’arène, mais cela est moins perturbant que la première fois : tous s’attendent déjà au schéma qui va suivre … Disparition du jour au profit de la nuit, recherche d’un abri rapidement, hymne du Capitole qui résonne, visages qui apparaissent dans le ciel … Et nombreux sont ceux qui ont compris qu’après cela, le visage des mentors apparaitra pour faire connaitre la décision de deux nouveaux tributs. De là à parler de traintrain, il n’y a qu’un pas …



Les tributs peuvent rapidement voir les visages des disparus s’afficher dans le ciel. Ce n’est pas la même chose que le jour précédent où la plupart avait déjà vu à la corne qui était mort ou allait mourir. Ce soir, bien qu’ils aient tous entendu les coups de canon, seuls les responsables savent déjà quels noms vont apparaitre dans le ciel. Puis après quelques minutes, la musique du Capitole continue, comme la veille, et le visage de Selena Blewstone s’affiche dans le ciel.


«  Chers tributs, vous le savez, certains mentors ont souhaité partager l’arène avec vous et d’autres non …  Il est maintenant venu le temps pour eux de sceller le destin d'un de leurs tributs. J’ai a nouveau tiré deux districts ce soir … »

Le mentor du district 9 Stephen, apparait à son tour. Il fixe la caméra un instant et baisse les yeux, on sent à quel point il est tiraillé …

« Ce soir, je … Je scelle le destin de … Non, plutôt … Je scelle le destin de Nolan. Je suis désolé Nolan … »


Il fixe l’écran mais on dirait qu’il fixe son tribut sans le voir. Selena réapparait et sourit à la caméra.

« Par chance, le deuxième district que j’ai tiré n’a pas ce problème ; le district cinq a sa mentor qui a pris la courageuse décision d’aller dans l’arène, à ses dépens … Elle protège donc ses tributs de ce scellage de destin. »

Mais la musique ne s’arrête pourtant pas. Plus aucune image n’est dans le ciel, mais on entend une sorte de grésillement. Et après quelques instants, une voix froide et impersonnelle s’élève dans l’arène.

« Toutefois,  les tributs qui ont été aveuglé jusque ce soir vont recouvrer la vue pour le moment. La plupart des tributs semblent avoir oublié les règles des Hunger Games … Installés dans vos alliances et vos sentiments, vous vous pensez en sécurité … Cette erreur ne sera pas tolérée longtemps. A minuit ce soir, vous ne serez plus liés à votre co-tribut ; ils vont vous  choisir un nouveau partenaire. Saurez-vous le trouver avant d’être aveuglés ? »

Quelques secondes après qu’il ait eu terminé de parler, des parachutes tombent autour de chaque équipe avec leur prénom. Chacun a à présent en sa possession une boussole, mais quel que soit le sens dans lequel ils la tournent, l’aiguille ne bouge pas … Pas encore.

Quelques secondes plus tard, les tributs sentent que quelque chose les gratte … Ce sont des poux, mais pas n’importe lesquels … Ils ont étés modifiés. A l’endroit où le pou pique le tribut apparait un chiffre. Le chiffre de leur nouveau partenaire. Soudain, l’aiguille de leur boussole se met à tourner dans tous les sens jusqu’à ce qu’elle se stabilise sur la direction à suivre afin de trouver son nouveau co-tribut. Une seule chose à faire : le trouver le plus rapidement possible, après avoir fait ses adieux à son alliance actuelle.



HORS RP
Explications
__________________________



Voici donc la fin de la deuxième journée de l'Expiation. Nous espérons que vous en avez tous bien profité !

Ce post clôture donc le Jour 2 de l'arène, toutefois comme vous avez pu le lire dans le post rp qui précède nous devons encore vous donner des indications pour certains éléments.


Autre élément important, ce message de fin de journée signe la fin de ce que nous considérons comme le Jour 2 de l'arène. De nouveaux sujets vont faire leur apparition dans toutes les sections de l'arène afin de vous permettre de continuer à rp : merci de respecter cette organisation pour que nous sachions bien tous ce qu'il s'est produit le Jour 2 par rapport au Jour 3... Cela évitera les problèmes de cohérence.
Bien entendu, vous êtes libres de continuer à rp en Jour 2 si vous voulez finir une scène importante pour votre personnage. Toutefois, plus aucune attaque n'est désormais autorisée pour le Jour 2, ni soin, ni pose de piège. Nous vous demandons également pour des raisons de timing de privilégier vos rps dans le Jour 3 afin que nous puissions avancer dans l'arène !

La nouvelle journée (Jour 3) commencera à l'heure de minuit, vos personnages viendront tout juste d'assister à la conclusion de la première journée et à la révélation de ce nouveau rebondissement !

Mais ce rebondissement, vous voulez surement en savoir plus ! Alors voici un petit résumé pour vous éclairer.

- La règle d’aveuglement des tributs par leur mentor est temporairement stoppée ; les tributs aveuglés retrouvent la vue.
- Les tributs seront « mordus » par des poux génétiquement modifiés. Ces poux ont chacun un jumeau, et chaque tribut mordu par un pou sera lié au tribut mordu par son « jumeau ». Mais à qui aller vous être liés ? Voici la répartition des nouveaux duos et où la boussole va les emmener.

• Nate / Amy   -   Rocheuse ouest = puit
• Pearl / Nik   -   Rocheuse centre
• Kol / Silver   -   Rocheuse est
• Joss / Maxim   -   Feuillue ouest
• Jason / Vahine   -   Feuillue centre = pont
• Nolan / Thalia   -   Feuillue est
• Chloé / Adam   -   Dune ouest
• Cassandra/Aedan   -   Dune centre = oasis
• Mikel/Clarke   -   Dune est = temple

- Vous avez une heure pour vous retrouver ; après cela la règle des duos s’appliquera : si vous vous éloignez, vos personnages perdront la vue. Si un meurt … L’autre aussi.


Pour toute question, n'hésitez pas à contacter un membre du staff par mp. Nous vous aiderons du mieux possible !

Votre staff chéri Heart

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
« »


MessageSujet: Re: Jour 2 - Pont suspendu (centre)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jour 2 - Pont suspendu (centre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Marécage feuillu-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit