Partagez | 
 

 EXPIATION - Présentation des tributs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
« »
Localisation : Physiquement, au Capitole. Mentalement, je ne sais pas trop...
★ Âge : 33 ans.
☆ Surnom : Oli
★ Occupation : Mentor / Pêcheur
☆ Humeur : Tendue
★ Plat préféré : Une bonne salade fraîche
☆District : Quatre

○ Points : 585
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Dim 16 Nov - 19:23






Présentation des tributs au Capitole
Tributs, mentors et stylistes

Bien vite, on nous indique, à mon équipe et moi, de nous déplacer dans la grande salle suivante pour les derniers préparatifs avant la parade, premier événement officiel des Hunger Games.  Habituellement, ce n’est pas tant le côté officiel et protocolaire de l’événement qui bouleverse les tributs, mais plutôt leur rencontre avec les autres enfants infortunés qui se voient donnés les rôles d’adversaires, dans les circonstances actuelles.  À chaque année, c’est toujours un choc pour eux, particulièrement pour ceux des districts qui n’ont eu que peu de vainqueurs dans les dernières années.  Ils ne peuvent s’empêcher de se comparer aux autres, de mettre leurs capacités en doute, de s’attrister du sort des plus jeunes tributs et de craindre ce qu’ils deviendront dans l’arène.  Et je suis convaincu que Thalia et Nikolay ne feront pas exception cette année, étant donné leur grande sensibilité.  

Et mon rôle, dans tout ça?  Motiver les deux jeunes gens de mon district à massacrer d’autres enfants tout aussi innocents qu’eux.  Après quinze ans d’expérience, je peux affirmer que c’est une chose à laquelle je n’habituerais jamais.  Après avoir gagner les jeux, il s’agit probablement d’une façon que le Capitole avait trouvée pour punir ses vainqueurs et les faire se tenir tranquille.  Bien sûr, je déteste être mentor et c’est pourquoi je ne me suis que peu impliqué au fil des années.  Or, je préfère de loin continuer à l’être jusqu’à la fin de mes jours plutôt que de passer le flambeau à un prochain condamné.  Rien qu’imaginer Thalia ou même Nikolay à ma place ne m’enchante pas du tout.

Bref, les portes s’ouvrent finalement devant nous, ce qui nous permet de constater la présence de plusieurs autres équipes dans l’immense pièce.  L’entrée de Nikolay, ou plutôt de sa musculature, attire immédiatement les regards affamés de la demoiselle du district 3.  La scène m’amuse et je remercie silencieusement Pacôme d’avoir conçue des tenues avec aussi peu de tissu.  Je guide mes deux protégés jusqu’au char de notre district qui, je dois l’avouer, n’est plutôt pas mal cette année.  D’accord, les mules témoignent de notre manque de budget, mais le banc de poisson et le coquillage coloré sont vraiment très appropriés et s’agencent bien avec les tenues créées par Pacôme.  D’ailleurs, il est parti où celui-là?

- Tu m'excuses un instant..., fais alors Nikolay à l’intention de sa compagne avant de bomber le torse et se diriger d’un pas certain plus loin dans la salle.

Surpris par son initiative, je le guette du coin de l’œil d’une mine sérieuse, un peu inquiet à propos de la suite des choses.  Oui, niveau attitude, il suit mes conseils à la lettre, mais qu’avait-il en tête, précisément?  Pourvu qu’il ne fasse pas de bêtise devant toutes les autres équipes…  Semblant inspirée par l’attitude de son partenaire, Thalia redressa sa mine et observa les autres tributs d’un regard visiblement mauvais que je lui connaissait pas du tout.  C’est alors qu’une première confrontation se produisit, un peu plus loin.

- Regarde ou tu vas crevette!, fit le carrière après avoir solidement foncé dans l’adolescente du district 12.

C’était bien Leanne, la jeune femme que Nikolay disait avoir croisé lors d’une de ses missions en tant que rebelle.  Nerveux face aux réactions des autres membres du D12, je jette un rapide coup d’œil sur Melvil, vainqueur de l’an 2227, en qui je n’avais pas confiance du tout.  Sachant qu’il est un rebelle haut placé, je suis parfaitement conscient que mon laxisme à la cause doit probablement lui déplaire et m’attirer ses foudres.  Il se trouve avec le tribut masculin, un très jeune garçon, mais il note évidemment la scène sans toutefois intervenir.  Laissant aller les choses bien que je ne sois pas certain que des provocations aussi flagrantes soient la meilleure des solutions pour avoir l’air fort et confiant, mon attention est soudainement captée par un bruit soudain en provenance du char juste devant celui de mon district.  Le tribut du district trois vient de marquer la finition métallique de son poing qui était maintenant en sang. Est-ce parce qu’il a surpris les regards aguicheurs que sa partenaire avait adressés à Nikolay?  J’espère que non puisque mon protégé viendrait déjà de leur mettre, à Thalia et lui, deux districts à dos.  

C’est alors que j’analyse la situation que j’entends une voix que j’aurais reconnue parmi des milliers d’autres.  Même si son timbre est loin d’être à sa hauteur habituelle, mes oreilles se délectent de ces notes que je n’ai pas entendues depuis trop longtemps.  Andromeïa pénètre dans l’immense salle, rejoignant ses tributs d’un pas furibond.  Même en colère, elle est tout simplement sublime.  La suivant de mon regard, je me concentre pour garder une expression d’un grand sérieux et ce même si je fonds littéralement à l’intérieur.  Seul un léger sourire en coin apparait sur ma figure, témoignant de mon admiration.  Si ça n’avait été que de moi, je serais allé la rejoindre pour la prendre dans mes bras tant le réconfort et la chaleur qu’elle amène dans mon cœur m’ont manqué.  Or, en cette période de l’année, j’ai les mains liées dans le dos.  Restant donc là à observer la scène, elle ne croise mon regard qu’un bref instant en quittant la pièce.  Elle savait que nous allions nous revoir encore cette année et elle sait déjà très bien ce que je veux.

Bref, lorsqu’elle quitte mon champ de vision, je reviens à la réalité et cherche Nikolay du regard.  Qu’a-t-il pu bien faire pendant que ma distraction?  Je le trouve finalement près de la tribut du district 1 alors qu’il rebrousse chemin vers notre char.  Or, derrière lui se trouve des traces d’un nouveau futur problème : les regards noirs des tributs du D1.  Ne pouvant m’empêcher de pousser un soupir, voilà qu’il va falloir se sortir d’une situation encore plus compliquée que prévue.  Lui qui pensait se faire des alliés dans le un, voilà que Nikolay attire leurs foudres, je ne sais trop comment.  J’attends que mon jeune protégé soit rendu à mes côtés avant de lui dire tout bas, suffisamment pour que notre équipe soit la seule à l’entendre :

-  Je ne sais pas ce qui s’est passé là-bas, mais je pense que tu vas devoir faire tes preuves à ceux du 1 si tu veux t’allier à eux…  Mais pas de panique, rien n’est encore joué.

J’esquisse un sourire qui se veut rassurant aux deux jeunes gens avant de les inviter d’un signe de la main à embarquer dans notre char original.  Mon sourire s’élargit alors que les deux amants démontrent leur support mutuel en enlaçant leurs doigts comme s’ils ne sont plus qu’un.  C’est à ce moment inopportun que notre styliste maladroit dans son savoir être réapparait de nul part afin de procéder aux petites retouches finales sur ses modèles vivants.  Je le laisse faire, même si j’apprécie peu cet homme rondelet qui traite les tributs comme de la vulgaire marchandise.  Une fois les retouches complétées, tout est finalement prêt pour ce grand défilé qui va officiellement lancer les 175e Hunger Games.  J’admire les braves jeunes adultes qui se tiennent devant moi avec un large sourire avant de leur donner mes tout derniers conseils.

- Vous savez déjà ce que vous avez à faire.  Nikolay, Thalia.  Vous êtres forts et vous allez gagner les Hunger Games.  Mettez-en leur plein la vue.

- Ne t'inquiète pas Oliver, nous allons éblouir le Capitole.

Confiant malgré la tournure des événements d’un peu plus tôt, je regarde les premiers chars se mettre en route, de même que celui qui représente mon district, quelques secondes plus tard.  Une dernière fois, Nikolay se retourne vers moi.

- Et Oliver ! Merci...

Sur ces derniers mots, les tributs moissonnés du district quatre font leur entrée sous la lumière ardente des projecteurs de la grande allée de défilé.  Maintenant, tout est entre leur main.  Tout ce que j’espére était qu’ils n’ont plus peur et que j’ai pu les aider moindrement.  Comme à chaque année, les mentors sont ensuite rapidement dirigés vers leur section des gradins par quelques pacificateurs. Visiblement, quelqu'un de plus haut craint que toute manifestation de révolte ne se retrouve sur la piste des chars dont chaque centimètre carré est couvert par au moins trois angles de caméra. Ou bien, peut-être nous ont-ils déplacés à un endroit plus facilement atteignable par les snipers juchés sur les différentes corniches environnantes? En tout cas, je suis presque convaincu que les explications relatives à notre déplacement oscillent dans ces environs-là.

Une fois rendu à destination, je remarque alors un visage étrangement familier observer l’entrée en scène des tributs du district dix.  Tiens, tiens, en voilà un que je ne m’attendais pas à voir cette année…  M’approchant du vainqueur qui m’a vu participé aux jeux puis grandir en tant que mentor, je me positionne silencieusement à côté de lui sans lui adresser le moindre regard, concentré sur le déroulement de la parade.  Croisant mes bras sur mon torse, je suis l’avancée des chars avant de, finalement, après quelques longues minutes, lui adresser quelques mots.

- Alors, c’est déjà fini la retraite, Ethan?



Spoiler:
 




©️ Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


[/color]


Dernière édition par Oliver Wingston le Dim 30 Nov - 17:32, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Dim 16 Nov - 23:18





Expiation - Présentation des tributs
Attitude des tributs PNJ








AIDE RP PNJ
__________________


Afin de vous aider à répondre à ce sujet, voici la réaction des différents tributs PNJ. Vous verrez comment ils se comportent, ce qu’ils font, éventuellement ce qu’ils disent. Vous pouvez réagir par rapport à leur comportement ou les ignorer c’est à vous de voir. Par compassion envers vos admins (♥) qui ont pleins de taf (xD) on vous sera reconnaissant de ne pas engager le dialogue avec eux (ça nous évitera de faire mille réponses pnj)  mis à part bien sûr pour les tributs qui sont dans leur équipe (petite pensée à Amy et Clarke, vous vous avez tous les droits mes pauvres ;) )

__________________

D2
Kol et Joss arrivent dans leur tenue dans la salle qui précède la parade. Ils observent leur char, entouré d’un mur de briques qui leur arrivera visiblement au genou. Ils ont un regard hautain, mais quoiqu’il arrive ils ne se lâchent pas la main ; on sent une réelle complicité entre eux … Mais loin de leur donner un côté humain, leur relation semble plutôt avoir un côté malsain. Joss lance une remarque à Kol, qui se veut privée mais qui est en réalité dite tellement forte que tout le monde peut l’entendre : « Ça serait quand même plus drôle si ça ne semblait pas si facile. Y’a pas un seul district qui présente un vrai défi. » Le ton est donné … Ils brandissent fièrement leurs marteaux géants qui ressemble à tout sauf à du plastique, et on a l’impression qu’ils aimeraient déjà les envoyer sur les tributs et commencer l’arène avant l’heure.

Lorsque leur char s’élance, Kol et Joss de tiennent par la main. De l’autre, ils brandissent fièrement leur marteau en criant. Lorsqu’ils sont à mi-chemin, ils se lâchent la main et prennent le manche de leur marteau à deux mains, et d’un seul geste comme s’ils n’étaient qu’un, ils abattent leur marteau sur le mur de brique devant eux. Le mur éclate et les briques se cassent. Certaines se répandent sur le sol, obligeant les chars derrière eux à faire des écarts. Puis ils prennent une brique dans une main, lèvent la main avec le marteau et l’autre avec la brique dans les airs et font le tour du char en criant et en faisant face au public. Une chose est sûre, ceux-là savent comment attirer l’attention du public !

D3
Savinna et James arrivent l’un à côté de l’autre. Savinna semble détailler tous les tributs, et son regard s’attarde sans discrétion sur Nikolaï et Nathanaël. Elle aime les beaux garçons, et a toujours su se servir de ses charmes pour obtenir ce qu’elle voulait et se faire entretenir. Elle leur lance des regards aguicheurs qui ne laissent que peu de doute sur sa stratégie. Lorsqu’elle et James s’approchent du char, il semble remarquer son petit jeu et il l’attrape et lui serre le poignet. Elle se retourne vers lui avant de crier : « James, tu me fais mal !!! ». Ce dernier la lâche et donne plusieurs coups de poing dans le char. Andromeïa leur styliste accourt une fois sa rage passée … On dirait qu’il est dans un mauvais jour … Ceux qui ne prenaient pas le tribut du trois au sérieux risquent bien de changer leur opinion à son sujet.
La styliste est rouge de colère, elle si tempérée d’habitude. « Tu crois que c’est le moment ?! Regarde ta main ! Comment je suis censée t’arranger ça en quelques minutes ?! »  En effet, sa main saigne … James semble alors se reprendre et s’excuse. La prep’ team de la styliste arrive et met une pommade sur la main du tribut qui cicatrise très vite. Ils s’affairent alors tous à cacher les restes à grand renfort de fond de teint. Finalement, on ne voit presque rien. Savinna s’est écarté … C’est presque comme si son camarade lui faisait peur à elle aussi.

Finalement ils montent sur leur char. Celui-ci est lancé, et des codes défilent sur la tenue des deux tributs. Ils se tiennent à distance l’un de l’autre, leur échange semble assez froid ce qui leur donne une impression de dureté assez impressionnante. Lorsqu’ils arrivent à mi-chemin, le message se transforme et se déchiffre … Laissant apparaitre en grosse lettres blanches sur leur tenue « Craignez les tributs du District 3 ! » La foule les acclame ; on dirait que le petit effet de la styliste a encore fait mouche. Savinna et James se regardent, et pour la première fois depuis le début de la parade, ils échangent un sourire avant de regarder à nouveau devant eux. Ils semblent eux aussi fiers de leur styliste …

D5 (peut être modifié si Adam Elina ou Daphnée se manifestent et font une réclamation)
Le district 5 est lui aussi dans la salle. La mentor est terrifiante dans sa tenue pleine de pics, on dirait qu’elle est entourée d’éclair telle une déesse. On peut la voir tourner le dos à tous sauf à ses tributs auxquels elle donne à mi-voix ses derniers conseils.

Lorsque le char part, ils sont tous les trois dessus (stratégie de position/action à définir par Amy). A mi-chemin, l’aigle sur le char ouvre ses ailes et un énorme « boum » se fait entendre. De la fumée s’échappe du char et on ne distingue plus les trois personnes dessus. Le Capitole semble paniqué. Y aurait-il un problème avec le char ? Mais l’aigle prend son envol au-dessus de la fumée, la patte attachée avec une corde métallique au char l’empêchant de partir. Il tourne en cercle autour du char et la fumée se dissipe. On peut alors voir des éclairs très fins et lumineux s’échapper des tenues d’Amy, Adam et Elina.

D6
Dans le district 6, Vahine et Aedan arrivent dans leur tenue robotique, suivis par leur mentor dans la même tenue. Vahine est resplendissante dans sa tenue, et le maquillage lui va très bien, sa chevelure rousse est flamboyante, sublimée par les produits du Capitole. Si on veut être franc, le petit Aedan est presque ridicule dans sa tenue de robot … On a l’impression qu’elle est trop lourde pour lui et qu’il va tomber dans une seconde. Si les tributs ne semblent pas particulièrement menaçants, Mikel est lui par contre effrayant dans sa tenue de fer. Sa carrure en est amplifiée et il se déplace avec la démarche d’un robot. Il murmure quelques mots à ses tributs qui éclatent de rire. La complicité entre ces trois là est belle à voir. Le plus jeune enlace son mentor, et ils montent tous les trois sur leur char.

Le char est lancé. Pas de grande surprise de ce côté-là, le char est en métal à l’image de la tenue des trois « tributs » … Le métal est animé et il clignote, amenant une lumière blanche sur les trois qui fait se refléter des éclairs de lumière sur leur tenue métallique. Mikel porte le plus jeune dans un bras et a son autre bras autour de la jeune femme. Il semble les protéger … Le metal du char s’anime et vient vers les tributs comme si le char leur tendait un bras, et Mikel dépose Aedan dessus. Le bras bouge alors, amenant le petit à l’avant du char comme s’il était à l’avant d’un bateau. Mikel libère la jeune Vahine qui court rejoindre Aedan à l’avant de char et ils se prennent la main. Mikel avance d’un pas et regarde ses tributs, avant de les applaudir. Voilà un mentor qui a l’air fier des tributs qui vont l’accompagner dans l’arène.

D7 (avec nos excuses pour le peu, mais avec Shélim et Cassandra qui n’ont pas répondu nos mains sont liées)

Le district 7 fait lui aussi son apparition. Tous les yeux sont sur la petite Billie qui ne fait vraiment pas son âge … La pauvre, on lui donne à peine dix ans. Dans sa petite tenue d’Elfe, on la dirait sortie tout droit d’un compte. Elle se cache derrière Cassandra qui n’a pas l’air de s’en soucier vraiment. Elle avance fière, sexy en diable et se tient à l’écart de ses tributs, observant –scrutant même- la compétition. Shélim reste à côté de la petite Billie qui semble se protéger derrière lui, se cacher même. On pourrait facilement croire qu’elle n’est pas là …

Le char démarre, et sans surprise Cassandra est très en avant. Le regard des hommes du Capitole sont sur elle est sa tenue qui laisse peu de place à l’imagination. Elle semble dans son élément. Billie se cache derrière Shélim et jette des regards apeurés autour d’elle. Elle ne fait pas vraiment peur, mais peut attirer la pitié seulement pour cela, il faudrait qu’on la voit et ça ce n’est pas gagné. Shélim la pousse un peu en avant pour qu’on la remarque, et elle se précipite aussitôt dans ses bras. On peut entendre des « oh » attendris s’échapper de la foule. Après tout, c’est peut-être une forme de stratégie même si la petite n’en est pas consciente …

D8
Les tributs du D8 se remarquent dès qu’ils entrent. Si les tributs sont très monochromes cette année, le district 8 est bien différents. Leur tenue est de toutes les couleurs, de toutes les matières … Maxim est un garçon très avenant, qui sourit à tous les tributs qu’il croise. Lui et Clarke forment une équipe peu effrayante, de par leur comportement et leur tenue, mais ils semblent très sympathiques. Maxim se montre très protecteur envers Clarke. Zatannah les approche et leur hurle dessus :  « Vous pourriez arrêter de sourire un peu ? Essayez, je dis bien essayez un minimum de faire peur aux autres, merde ! » Et elle s’en va. Maxim regarde Clarke et éclate de rire « Elle fait déjà peur à tous le monde, même aux préparateurs, on va p’t’être pas en rajouter … » Il monte sur le char et tend la main à Clarke, galant, pour l’aider à monter.

Leur char s’élance. Entre les deux, pas de stratégie particulière. Ils se tiennent proches, mais on sent que c’est plus pour se rassurer que par stratégie. A mi-chemin, leur tenue se met à briller et à s’évaporer en paillettes de couleurs. En quelques secondes, leur tenue est d’un blanc immaculé et les paillettes les entourent. Maxim fait mine de vouloir les rattraper ce qui provoque l’hiralité de la foule. On dirait que l’Expiation a trouvé son comique.

D9
On fait comme s’il était là mais pas de commentaires sur eux. Les stylistes n’ont pas fait leur tenue et la membre n’a pas répondu donc difficile d’extrapoler un truc avec le PNJ dans ces conditions ;)

D11
Les tributs arrivent dans leur tenue d’écorce. Ils semblent très complices avec leur mentor mais doivent l’abandonner pour aller vers le char. Ils semblent tous les deux fragiles et inoffensifs … Ils semblent peu intéresser les autres tributs. Ils discutent paisiblement tous les deux, la jeune Lucy pince les joues de Derek et il lui donne un coup d’épaule. Pas sûr qu’ils aient bien compris les enjeux de ce qui va suivre. Lucy pousse Derek sur le char avant d’y prendre place elle aussi.

Le char est un énorme tas de terre. La jeune femme a les jambes à moitié enfoncés dedans. On dirait en effet qu’ils sont enracinés dans la terre. Seulement, le char doit faire un écart car une des briques du D2 se trouve sur son chemin. Derek tombe alors et il se retrouve assis dans la terre. Il semble prêt à pleurer, et par solidarité, Lucy s’assied elle aussi dans la terre à ses côtés et le « trice » avec un peu de terre. Puis elle salue le public avec une main. Le petit Derek semble un peu remué, mais devant les acclamations de la foule, il sourit et commence à saluer lui aussi, d’abord avec une main puis avec l’autre. C’est un beau rattrapage pour le D11.



Tout cela semble bien impressionnant. On sent que c’est une année d’expiation car la parade n’a jamais été aussi mouvementée …


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 22 ans
☆ Surnom : /
★ Occupation : Apprentie pharmacienne / Tribut du District 5
☆ Humeur : Dévastée
★ Plat préféré : Une pomme
☆District : Cinq

○ Points : 1544
○ Barre de vie :
179 / 200179 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Mar 18 Nov - 15:57


Quelqu'un a touché le verrou
Et j'ai plongé vers le grand jour.

Les chars arrivaient. L’espace sonore alors fut alors envahi par les roues au contact avec le sol, les cliquetis des harnais, le claquement des sabots, le renâclement des naseaux. Daphnée s’approcha d’Elina, qui acquiesça légèrement quand la styliste lui murmura quelques indications dans l’oreille avant de partir toute guillerette, sans aucun élan d’attention pour les Tributs. Amy les regarda avec attention, essayant de comprendre ce qu’il se disait, mais elle ne put rien saisir de leurs murmures.

« Il est temps d’aller vers le char, » déclara alors Elina en commençant à marcher.

D’un commun mouvement, les deux jeunes gens la suivirent. La Mentor accéléra le pas, distançant ses Tributs et les arrêtant d’un signe de la main avant qu’ils ne fassent leur apparition. Amy et Adam, qui s’étaient lâchés les mains, s’échangèrent un regard.

« Adam, tiens toi droit, lâcha alors Elina d’un ton sans appel. Ne sois pas le petit garçon que je connais, mais le Tribut qui garde le mental malgré le sort qui s’acharne sur lui. N’hésite pas à balayer le public du regard mais ne t’arrête jamais sur l’un d’entre eux, d’accord ? Le but n’est pas de paraître dur ou effrayant, mais déterminé. Nous sommes une équipe, la première que le Capitole a pu découvrir à la Moisson, la première qu’ils découvriront à la Parade. Il faut qu’ils en oublient le Six et le Sept. »

L’équipe du Sept… Amy revit cette petite blonde tuer sans aucun état le Carrière à coup de pierres. Elle était désormais une Mentor lancée dans l’arène. Quelle horreur…

« Toi, Amy, tes yeux ne sont plus rouges, ce qui est parfait. Durcis ton regard alors, et n’hésite pas à la suite d’Adam à capter l’attention des gens. Fais leur des petits sourires, des signes de tête, en restant malgré tout inaccessible. Et surtout, sois forte, tu peux y arriver, tu leur as déjà montré. »

Amy comprit qu’elle parlait de ses éclats de voix, contre le Pacificateur, contre le préparateur… Et se sentant soudain investie d’une tâche importante, elle obtempéra, tout comme Adam à côté d’elle. C’était un spectacle, une pièce de théâtre, où il fallait qu’elle tienne au mieux son rôle, qu’elle s’en saisisse au point même de pouvoir improviser. Aussi, quand Elina leur demanda d’approcher et d’entrer avant elle dans la salle, elle fit de son mieux pour que sa démarche soit autoritaire pour donner du mouvement à la matière cotonneuse.
Le District Cinq n’avait pas le droit de passer inaperçu. Tous les trois avaient souffert, peut-être plus injustement que les autres Tributs et maintenant que le sort s’acharnait, il fallait montrer qu’ils gardaient la tête haute.
Amy fut la première à rentrer, dans sa tenue grise sombre et métallique, comme un orage qui se profilait à l’horizon. A son côté se tenait Adam aux yeux électrifiés balayant eux aussi la salle. Et derrière, plus grande, dans sa tenue emplie de foudres, se tenait Elina, un main posée sur l’épaule de chacun de ses deux Tributs.
Ils furent dans les derniers à apparaître. Les chars étaient alignés l’un derrière l’autre, les chevaux immobiles comme des statues et parfaitement accordés avec leur char. Au leur étaient attelés deux magnifiques gris, aux robes tâchées de blanc, fins et pourtant musclés. C’était la première fois qu’Amy voyait des chevaux et elle fut émerveillée, tout comme effrayée par ces bêtes qu’elle ne connaissait pas et qu’elle soupçonnait aussi belles que dangereuses. Oubliant où ils se trouvaient et le rôle qu’elle devait endosser, elle se tourna vers son ami et lui murmura :

« Tu as vu les chevaux ? »

Adam acquiesça, prêt à répondre quelque chose, quand un raclement de gorge de la part d’Elina leur rappela qu’ils n’étaient pas là pour admirer les chevaux, tous aussi beaux sur chaque char. A l’instant même où elle fit cela, une clameur s’éleva et Amy tourna la tête pour voir un Tribut, qu’elle identifia à la carrure et à la réflexion comme Carrière du Quatre, bousculer la fille du Douze en l’insultant de crevette – qu’était-ce ? –.  Il rejoignit alors un autre groupe, celui des Carrières assurément. Ils étaient magnifiques… Ceux du Un, parés de diamants et rien d’autres, laissaient tout le loisir d’apercevoir leurs corps surentraînés… Qui pouvait encore douter que ces gens là passaient leur temps à préparer les Jeux, que ce soit légal ou non ? Les yeux d’Amy allèrent vers les Carrières du Deux, dans leurs habits simples mais qui leur donnait un air dangereux… mais le pire était leurs visages durs, leurs corpulences surentraînées, ce lien effrayant qui les unissait…
Amy ne comprit pas comment ils en arrivèrent là. Tandis qu’elle observait le groupe des Carrières monter leurs alliances, l’un d’entre eux se détacha et s’en alla vers son char. Elle le regardait, drapé de son filet à poissons, plutôt beau garçon qu’elle n’était pas seule à observer. Ce fut en cette occasion que leurs regards se croisèrent sans crier gare sans qu’ils ne puissent se détacher l’un de l’autre.
Analysée, jaugée, jugée, Amy sentit que son vis-à-vis se construisait un avis sur elle. Elle sentit la honte et la gêne l’envahir et pendant un instant resta interdite. Puis les conseils d’Elina revinrent à sa mémoire et elle durcit son regard, se redressa, et surtout soutint l’échange. Ce garçon pouvait être son futur tueur, ou un témoin quand un de ses copains la tuerait. Il pouvait également tuer Adam, peut-être même Elina, voire la petite puce du Sept… C’était un Carrière. Ce ne serait pas étonnant. Mais lors de cet échange, Amy se fit une promesse : si cet homme devait commettre un tel acte, s’il devait la tuer ou toucher à l’un de ses coéquipiers, elle se battrait. Elle ne lui laisserait aucune chance.
Elina se mit alors entre ses Tributs et les autres, coupant le contact visuel et empêchant également Adam d’observer leurs adversaires.

« Ecoutez, j’ai encore quelques conseils à vous donner, soyez attentifs. »

La jeune femme acquiesça et son ami fit de même.

« J’ai discuté avec Daphnée et nous nous sommes mises d’accord sur le tableau que l’on souhaitait offrir. Adam, tu seras placé devant, pour que l’on te voit en premier, c’est essentiel par rapport au conseil que je t’ai donné auparavant. Je me tiendrai derrière toi, en quinconce. Etant donné que tu fais le nuage, Amy, il faudrait que tu sois en hauteur et que tes trucs là, qui imitent les nuages, soient au dessus de nous : il y a donc un escabeau sur lequel tu devras monter, et tu pourras te tenir à moi pour ne pas tomber – mais ne t’inquiète pas, tu ne seras pas très haute, juste dix ou quinze centimètres au dessus de nous. »

Les Tributs se dirigèrent tous vers les chars, et Amy vit alors des adolescents habillés de couleurs, voire de matière cotonneuse comme elle (mais ça leur donnait un air inoffensif de mouton) prendre place. C’était l’heure. Le Capitole allait avoir son spectacle.

« Surtout, mes conseils restent de mise. Nous n’avons pas le droit à l’erreur d’accord ? Il faut que l’on marque. Qu’on soit la première équipe de trois. Que nous soyons ensemble. »

Amy les regarda silencieusement tandis qu’ils prenaient place tous les deux. Elle n’aimait pas cet escabeau qui, assurément, lui ferait perdre l’équilibre… Elle espérait que ce ne serait pas le cas. En escaladant le marche pied, elle se tint à sa Mentor et prit son temps à trouver de la stabilité. En serrant fort l’épaule d’Elina, les bras tendus, celle-ci se retourna. La jeune femme lui lança alors :

« Rassurez moi Elina, il n’y a pas d’autres surprises prévues ?
- Tu peux me tutoyer tu sais. Si, mais je vais garder le secret. Je serais contente que vous en profitiez aussi. En tout cas, si tu sens que tu vas tomber, n’hésite pas à t’accrocher à moi, d’accord ?
- Oui.
- Ca se passera bien, Amy, ne t’inquiète pas, » rassura Adam en tournant son visage orné d’un petit sourire vers elle, auquel elle répondit en étirant également ses lèvres.

La jeune femme se demanda si elle ne devait pas également profiter de la Parade. Parce que ce n’était qu’un spectacle qu’elle allait donner, et ce pouvait être à sa hauteur. C’était peut-être le seul moment de tous les Jeux, le dernier moment de sa vie qu’elle apprécierait
L’un après l’autre, les chars se mirent en branle. Les cris de la foule retentirent soudain et elle comprit que le District Un était entré en piste. Le stress serra ses entrailles, dans l’attente, mais pour une fois la présence d’Elina et Adam à ses côtés la rassura. Et quand leur char se mit à son tour à avancer, elle sentit que ses aplombs étaient solides et qu’elle pouvait se concentrer sur l’expression de son visage, comme demandé.
L’instant où ils pénétrèrent sur la piste fut pareil à celui où l’on sortait la tête de l’eau : le bruit envahissait, la grandeur, l’air frais, la foule. L’ouverture.
C’était tout et rien à la fois. Personnel et impersonnel. Agressif et enivrant, bruyant et étouffé, impressionnant et rassurant. Une clameur soudaine de la foule. Et une autre. Et encore. Elle semblait balancée sans fin par des évènements. Elina promenait son visage, et Amy aperçut un sourire dessus. Non, ma vieille, concentre toi sur le public. La jeune femme bomba alors sa poitrine et se laissa fixer les gens, les regarder, les mettre en confiance. A nouveau, elle n’eut pas la moindre idée de l’efficacité de leur char, mais ils se voyaient bien comme une équipe. Elina posa l’une de ses mains sur celle, crispée sur son épaule, d’Amy, et d’une autre tenait son protégé.

« Ensemble… » murmura Amy malgré elle, et elle accompagna ce mot d’un sourire.

Elle n’entendit pas l’indication d’Elina. Une explosion retentit à l’avant du char et Amy se fit tellement violence pour ne pas hurler qu’elle manqua de tomber. Heureusement pour elle, cela passa inaperçu dans la fumée qui les entourait et on ne les vit plus. La foule semblait prise d’une certaine panique, et c’est là que la Mentor ajouta de manière audible cette fois-ci :

« Et maintenant, normalement, les éclairs… »

La petite boîte sur sa poitrine qu’elle avait remarquée en enfilant se mit à son tour à crépiter et des éclairs apparurent et relièrent les trois compères qui s’extrayaient du nuage.
Un aigle cria. Amy leva les yeux pour le voir voler et tourner en rond, attaché au char. L’oiseau sûrement dressé décida à cet instant de descendre, doucement, et de se déposer sur l’épaule de la jeune femme, la partie renforcée de sa tenue. Celle-ci l’observa émerveillée. Ce devait être prévu. Du dos de sa main, elle caressa doucement ses plumes peintes, captivée par son magnifique regard ambré.
L’animal déploya alors ses ailes habilement peintes, poussa un nouveau un cri et rejoignit d’un bond le bras tendu d’Adam. Elina avait dû lui indiquer ce qu’il devait faire pour attirer l’aigle à son tour, ce qui ajoutait de la prestance. Il n'avait rien du petit garçon avec lequel la pharmacienne traînait dans le pré. Une autre question s'imposa d'elle-même : sa mère serait-elle capable de reconnaître sa fille à l'écran ?
Amy se redressa à nouveau et eut un petit sourire. Elle prenait plaisir à parader. Elle espérait de tout cœur que leur char, avec les magnifiques chevaux gris qui trottaient d’une allure soignée, l’aigle qui rappelait sa présence à petits cris, et les trois Tributs de Panem, la première équipe de cette Expiation, que ce char marquait les esprits.


fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul.


HRP :
Spoiler:
 

_________________
Tribut du District 5
Now in my remains are promises that never came. Set the silence free to wash away the worst of me.
Like an army, falling, one by one by one... Like an army, falling, one by one by one.◗ amaaranth ♫♪


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Personnage décédé »
★ Âge : 19ans.
★ Occupation : Tribut du District 1
☆ Humeur : Sanguinaire
☆District : Un

○ Points : 815
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Sam 22 Nov - 13:00


Pearl Standford

▲ La Parade

Après avoir exposé mon idée, Nathanaël me donna son avis, qui avait l’air de converger avec le mien :

« Je suis bien plus grand que toi. Il me semblerait de bon ton que je me tienne derrière. Lorsqu’on me regarde, ma force est évidente de par ma carrure ce qui n’est pas ton cas, donc ça me semble plus judicieux de te mettre en avant sur le char. Je pourrais glisser une main autour de ta taille pour nous rapprocher davantage … »

Tout en parlant, il me prit par les épaules et me plaça devant lui. Il faisait bien une tête de plus que moi, et être devant lui était la meilleure stratégie que l’on puisse faire : à n’importe quelle autre place on ne m’aurait pas vu, l’imposante carrure de Nathanaël aurait attiré tous les regards. Il glissa sa main autour de ma taille, d’un geste naturel et confiant. Mais l’était-il vraiment ? Tout cela n’était qu’une stratégie que nous mettions peu à peu en place, et rien de tout cela n’avait l’air réel. Du moins pour moi. Tout allait l’air d’être si calculé qu’il n’y avait plus de place à la sincérité. « Ce n’est pas pour ça que tu es venue », me sermonnais-je intérieurement. « Pour la sincérité on verra une autre fois ». Je lui souris en retour et hochais donc la tête, signe de mon accord.

Il continua en se penchant à mon oreille :

« Et puis, ça faciliterait le fait que je puisse te parler à l’oreille, que ce soit pour exécuter ta stratégie ou non. »

Je n’eus pas le temps de répondre que je me sentis quitter le sol brusquement. L’espace d’un instant, je fus sans repère et la seconde d’après je me retrouvais sur les épaules de Nat. Le souffle coupée, encore surprise je tachais de remettre de l’ordre dans mes idées. Dans le miroir, je le vis, un large sourire aux lèvres, apparemment ravi de m’avoir surpris. Je n’ai pu m’empêcher de marmonner :

« Ouais c’est ça marre toi… La prochaine fois tu ne m’auras pas comme ça. »

J’allais continuer à me plaindre, mais l’enthousiasme dont il faisait preuve me fit plutôt éclater de rire.

« Ou sinon, y’a ça. Là, on dépasse toutes les équipes de cinq têtes, clairement on ne peut pas nous louper !!! Après bien sûr, ça exigerait que tu n’ait pas peur que je te laisse tomber. »

Il me fit descendre plus délicatement qu’il ne m’avait fait monter et je me tournais vers lui  pour lui répondre :

« Oh mais j’ai complètement confiance en Nat’ ! Mais je ne sais pas, peut-être la vitesse du char, où s’il se déséquilibre ou si… »

Je m’emmêlais dans ma phrase et je voyais le regard interrogateur de Nat se poser sur moi.

« Bon ok. Je dois t’avouer que je commence à stresser. Un peu. Mais quoi, qu’est-ce qu’ils attendent pour venir nous chercher, ça fait une demi-heure qu’on est  prêts ! »

Dissimuler mon stress en rejetant la faute sur quelqu’un d’autre, ce n’était pas très digne mais j’étais décidément trop anxieuse pour agir autrement.

Comme s’il suffisait que je râle pour obtenir quelque chose, des pas se distinguèrent nettement dans le couloir et la porte s’ouvrit laissant apparaître notre styliste. Sans un mot, Nat et moi le suivirent jusque dans une grande salle où les chars nous attendaient. Pratiquement tous les tributs étaient déjà arrivés. Je m’approchais des chevaux, curieuse. J’avais rarement eu l’occasion d’en voir, et bien qu’ils m’impressionnaient –ce que je n’oserais avouer à personne- je les trouvais magnifiques.  Je n’entendis pas les pas qui s’étaient dirigés vers moi.

« Laisse moi te dire que tu es tout simplement éblouissante ! Et moi, comment-tu me trouve ? »

Je me retournais brusquement et reconnu Nikolay. Il tombait bien, il fallait que je lui parle. Savoir ce qu’il en était de l’accord que l’on avait tenu. Je ne voulais pas qu’il sache que j’ai des doutes, je le scrutais alors de la tête aux pieds pour admirer sa tenue :

« Pas mal, je dois dire. J’ai l’impression que le Capitole resserre à chaque fois plus son budget tissus pour la parade, quoi que ce ne doit pas déplaire à certaines jeunes filles, qui t’attendent là-bas dehors –d’un mouvement de tête, j’indiquais les grandes portes par lesquelles nous passerons, dans quelques minutes- J’ai entendu dire que tu avais déjà un fan-club. »

D’un ton plus bas, il me répondit :

« J'espère que notre accord tient toujours... Si c'est le cas, nous allons devoir rapidement parler stratégie tous les quatre... »

Ma voix perdit toute trace d’humour et je le fixais. Je ne savais pas s’il était sérieux. Dans tous les cas, il valait mieux le mettre en garde.

« Ce n’est pas le lieu ni le moment pour en parler. Mais il est vrai que nous devons avoir une petite discussion, toi et moi, concernant… tes motivations. »

Je fixais la tribut qui l’accompagnais. Il avait très bien compris de quoi je voulais parler, et après la parade je me débrouillerais pour lui en parler.

Aron nous interrompit dans notre discussion pour nous indiquer qu’il était temps de monter sur le char. Accordant un dernier regard menaçant à Nikolay, je me dirigeais vers notre char. Je voyais  les lèvres de notre styliste s’agiter, certainement pour nous donner ses derniers conseils, mais je ne l’entendais plus. J’étais complètement focalisée sur la porte qui s’ouvrait doucement, juste devant notre char. Je sentis à peine la main de Nat sur ma taille, ni les chevaux s’élancer sur la piste, ni les cris de la foules en nous apercevant.
Nous avions du faire une dizaine de mètres lors lorsque je me rendis compte que nous n’avions pas encore de stratégie qui tienne la route. Me mettant sur la pointe des pieds, je soufflais à Nat:

« Souris pendant que je parle, là je suis en train de raconter une blague très drôle. Bon, on fait quoi ? Aller sur tes épaules me fait moyen envie finalement, j'ai pas envie de passer pour une gamine faiblarde qui a besoin de quelqu'un pour la soutenir. »

En espérant qu'il fasse de même, j'éclatais de rire, et attendis sa réponse.


Codage by Bird for all forums ©


Dernière édition par Pearl A. Standford le Dim 23 Nov - 13:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Thalia Smith
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Sam 22 Nov - 14:38






Moisson District 4

Après de rapides conseils de la part d'Olivier, nous nous dirigeons vers une salle immense où tout nos chars son attelés à de majestueux chevaux, j'avance avec Nikolay en scrutant les tributs, nos prochains ennemis ou nos prochains alliés, toujours est-il qu'à la fin, peu survivrons. Au maximum, trois des personnes ici présentes resterons en vie et ressortirons de l'Arène. Je prend un air détaché et scrute les autres, des brutes, des chétifs, des blonds, des bruns, tant de personnes différentes, certaines me glaçant le sang et d'autres me donnait envie de les sauver, mais il ne fallait pas se leurrer.

J’observais d'un regard complice Nikolay, qui semblait lui aussi scruter les autres tributs, jauger. Je remarquais que la tribut du un, aussi blonde que moi était elle aussi pratiquement nue, même plus que moi. Si j'aurai été à sa place, j'aurai été monstrueusement gênée. Nikolay se tourna vers moi et me murmura

« Tu m'excuses un instant... »

Je hausse un sourcil, quelque peu surprise. Sous mes yeux, il devient tout d'un tribut arrogant. Il bouscule une jeune tribut de district inférieur et la regarde dans les yeux en parlant suffisamment bas pour qu'on ne l'entende pas. Quelqu'un d'autre que moi penserait qu'il la mettrai en garde, la menacerai, pourtant, quelque chose me dit que cette jeune fille est celle qu'il avait rencontré lors d'une mission rebelle. Et je savait au fond de moi qu'il n'avait pas été menaçant. Je laissait un doux sourire flotter sur mes lèvres.

Je décide de jouer un peu le  même jeu que Nik tout en restant à ma place. Je pose une main sur ma hanche, en scrutant les autres d'un sourire mauvais, en quelque sorte, ça me permet de poser une carapace pour penser à autre chose, doucement, mon esprit vagabonde au district 4, dans mon atelier de couture, sur la plage, à la criée, au port où sont amarrés les bateaux, m'imaginant blottie contre Nikolay au bord de l'eau, repensant à mes ouvrages inachevés, au linge que je n'ai pas pu étendre non plus. Je repense à des choses tellement futiles et inutiles, mais qui me permettent d'oublier que je suis entourée de mes prochains meurtriers .

Je vois Nik revenir vers moi, un doux sourire au lèvre, nous devons monter sur notre char, et je suis finalement bien heureuse qu'il soit là, nous allons pouvoir nous soutenir, nous entraider dans ce moment. Je sais à quel point il méprise les Capitoliens et que je soit a ses côtés doit être important pour lui. Il m'aide à grimper et nos mains restent entremêles. Rapidement, Pacôme réarrange nos coiffures, Olivier nous livre ses derniers conseils.

« Ne t'inquiète pas Oliver, nous allons éblouir le Capitole. » Dit calmement Nikolay, à qui je sourit franchement.

Le char démarre et il se retourne une dernière fois pour remercier notre mentor. Puis il se tourne vers moi et je plonge mes yeux bleus dans les siens, nos mains se nouent ensemble puis je tourne ma tête vers les grandes portes que nous dépassons rapidement. Puis, la lumière nous éblouie. Littéralement, la foule hurle et clame. Au début, je ne voit rien, a part quelques couleurs floues qui flottent dans l'air, puis, ma vision revient et je peu détailler les visages, les tenues. Je souris, inspirant fièrement, le trident tenu à mes côté de ma main libre.

Je regarde Nikolay et je le voit se pencher et sent ses lèvres se poser délicatement sur ma joue. J'ai l'impression d'être complètement hors du temps, d'être en plein rêve. Tout me semble si irréel, si invraisemblable, je plonge mon regard dans le sien, un sourire doux et rêveur sur mes lèvres. J'ai l'impression de perdre pied avec la réalité, de ne plus savoir où je suis. Et tant que je tient sa main, je sais que je reste en sécurité... Les hurlement joyeux et excessif des Capitoliens deviennent des sons ténus, presque des bourdonnement, les couleurs se mêlent et se floutent seul Nik' reste visible à mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas

Xavan
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Dim 23 Nov - 17:30

Xavan avait suivi leur styliste, Méli, et Melvil. La présence de ce dernier le rassura, même si Méli avait déjà l'air beaucoup plus humaine que ses préparateurs qui ne lui avaient pas adressés le moindre mot et l'avaient manipulé comme un vulgaire objet. Difficile de faire pire. La styliste, à coté, avait l'air plutôt gentille, sous ses aspects excentriques qui correspondaient bien à ce que le petit Xavan avait pu voir des Capitoliens jusqu'à présent. Et il ne comprenait décidément pas grand chose à la mode du Capitole. Il faut dire qu 'ils ne se souciaient pas du tout de ce genre de choses, au district douze.

« Bonjour Méli » répondit il à la styliste. Il esquiva le « ça peut aller » interrogatif de la jeune femme, et observa les costumes. Le petit brun esquissa un léger sourire lorsqu'elle dit qu'ils allaient représenter la flamme de l'espoir d'une victoire future. Il espérait qu'elle ait raison. Il la laissa l'habiller puis le coiffer et s'observa dans le miroir une fois tout cela fini. Il ne savait pas trop quoi penser du costume, il était bien content de ne pas être en tenue de mineur déjà, mais difficile pour lui de dire jusqu'à quel point le costume était mieux, selon des normes Capitolééennes avec lesquels il n'était pas familier.

L'opinion de Melvil sur les costumes termina de le rassurer, étant donné qu'il pensait que les costumes allaient plaire aux gens du Capitole. Il expliqua à nouveau à Xavan et Leanne ce qu'il attendait d'eux, leur donnant les derniers conseils, et Xavan acquiesça. Avoir l'air triste et effrayé, c'était dans ses cordes. Depuis son arrivée au Capitole, il était un vrai ascenseur émotionnel. D'abord, il y avait eu l'excitation de la découverte du Capitole, puis ses préparateurs qui l'avaient mis mal à l'aise et des pensées pour sa famille qui l'attristaient et l'avaient même fait un peu pleurer pendant sa préparation.

Leanne tenta d'appliquer les conseils de Melvil sur le positionnement qu'ils devraient adopter une fois dans le char, et Xavan coopéra. On vint ensuite les chercher pour les conduire au char, et un autre tribut bouscula Leanne sur son passage, complétement de mauvaise fois en plus. Xavan, qui n'était pas assez proche de Leanne pour avoir entendu ce que Nicolay lui avait dit, pensait qu'il avait fait exprès de la bousculer pour l'intimider.

« Est ce que ça va ? » demanda alors Xavan à Leanne.

Puis il monta sur le char, se plaçant devant Leanne comme prévu, attendant que la parade commence. Le stress et la peur montaient. Il avait remarqué une petit fille minuscule parmi les tributs, mais la plupart d'entre eux, comme celui qui avait bousculé Leanne, étaient plus âgés, plus grand et plus fort. Ceux du district deux semblaient particulièrement effrayant, clairement Xavan espérait ne pas tomber sur eux une fois dans l'arène, même avec Leanne pour l'aider et le protéger. Mais il n'y avait pas que les carrières, en effet les autres districts n'étaient pas en reste, surtout que cette année était une expiation, donc certaines équipes comportaient un mentor, tel que les districts cinq, six et sept.

Là, il avait vraiment peur, il avait l'impression que chacune des équipes était plus forte et plus à même de gagner que la sienne. Leanne se tenait derrière lui et avait passé un bras autour de lui, il en fit de même et se serra contre elle. Même au niveau des chars et des sponsors il commençait à avoir des doutes. Ils n'avaient pas d'effets spéciaux comme le district cinq et son aigle, ni de couleurs voyantes comme les tributs du huit, et ils passaient en dernier après tout le monde. Allaient il réussir à marquer les esprits ?
Revenir en haut Aller en bas

Mitch Flecto
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Dim 23 Nov - 21:56

"Unité 1 en position. Protection prioritaire des Tributs."

Les soldats qui devaient protégés la Parade des Jeux d'Expiations étaient commandés par Thanel. La foule du Capitole ne représentait pas un grand danger et ils étaient surtout la pour impresionner les districts par leur force. La Parade était retransmise dans toutes les télévisions en état de marche de Panem. Alors quand les districts voyaient les Pacificateurs formant une haie d'honneur aux Sacrifiés ils devaient tremblés. Tout cela n'était qu'une opération marketting. Toutefois Thanel n'éloignait pas la possibilité d'un acte malveillant. La disposition était simple. Les Pacificateurs étaient disposés de part et d'autres de la voie qu'empruntaient les Tributs. Ils étaient disposés tout les deux mètres. La voie comptait environ 300 soldats. Sans compter qu'a l'entrée du Centre des Tributs il y avait 24 hommes collés contre les parois du bâtiment.Ils avaient veillés à placer des snipers sur les toits. Ils couvraient toute la zone rien ne passerait. Un mort en direct, un assassinat d'un tribut montrait la fragilité du Capitole et pouvait donc pousser à la rébelion.

Thanel étant le chef ne portait pas de casque ni de mitrailette toutefois un pistolet pendait à sa ceinture. Thanel avait volontairement interdit les paris sur les tributs dans son unité. Il n'était pas dupe et il savait bien que les paris allaient bon train quand il avait le dos tourné. Tant pis. Les tenues affriolantes des Tributs faisaient pitié c'est comme si on donnait une entrecôte à un chien avant de le piquer. Un ultime plaisir. Après tout ce n'était que des proies emballées dans du papier aluminium.

Thanel éprouvait du dédain envers eux mais était très amusé par les jeux. Il les suivait quand il le pouvait. D'ailleurs cette période était tensiogène. Les jeux étaient si prenants que les Pacificateurs passaient plus leur temps à regarder les Hunger Games qu'à monter la garde. Les chars passaient devant ses yeux. Lui leur souriait et leur levait la main en signe d'encouragement. Cela signifiait: bonnez mort, mourrez vite et bien.
Revenir en haut Aller en bas
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 660
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Mar 25 Nov - 19:15


Pearl & Nathanaël






« Ouais c’est ça marre toi… La prochaine fois tu ne m’auras pas comme ça. »

Je lâchais un sourire avant de la descendre. Elle m’assura qu’elle avait confiance, mais qu’elle n’était pas pour autant tout à fait rassurée …

« Oh mais j’ai complètement confiance en Nat’ ! Mais je ne sais pas, peut-être la vitesse du char, où s’il se déséquilibre ou si… Bon ok. Je dois t’avouer que je commence à stresser. Un peu. Mais quoi, qu’est-ce qu’ils attendent pour venir nous chercher, ça fait une demi-heure qu’on est prêts ! »


Notre styliste arriva et nous emmena dans la salle des chars. Je vis Pearl se rapprocher des chevaux, tandis que j’observais ce qui se passait autour de moi. Les équipes étaient éblouissantes. J’entendis la tribut du district 2 dire qu’aucun tribut ne représentait de vrai défi et je me retournais vers elle. Mon sourire s’était effacé pour dévoiler un regard dur et froid. Où est-ce qu’elle se croyait ?! Pearl et moi allions lui montrer que nous étions bien plus qu’un défi. En passant en revue nos futurs adversaires, mon regard s’arrêta sur une tribut qui me fixait : celle du district trois. Quelques secondes plus tard, son co-tribut la malmenait. J’écarquillai les yeux ; il n’avait visiblement pas compris les règles. Il semblait bien plus dangereux que ce que je m’étais imaginé en regardant sa moisson, et je fus heureux à l’idée qu’il restait encore plein d’étapes pour m’aider à mieux cerner ces personnes. Mon regard s’obscurcit à la vue des tributs du district 8, et encore plus lorsqu’ils croisèrent ceux de la petite du 7. Ils semblaient si doux et gentils, si fragile … Mais je ne devais pas les voir comme ça car un jour prochain, j’allais devoir les tuer. J’étais extrêmement reconnaissant à l’idée que dans mon district, aucun gamin fragile ne serait jamais envoyé dans les jeux.

Je me retournai vers Pearl pour lui demander ce qu’elle avait pensé de l’attitude du garçon du 3 mais je la trouvais en grande conversation avec le gars du 4. Je regrettais immédiatement d’avoir laissé mon attention se porter sur ce qui m’entourait car je n’avais pu entendre qu’une petite fin de conversation …

«… une petite discussion, toi et moi, concernant… tes motivations. »

Je fronçais un sourcil. Pearl avait déjà commencé la stratégie … Quand ? Comment ? Je ne l’avais pas quittée depuis le train. Elle devait le connaitre d’avant, après tout c’était un carrière. Puis je me souvins que j’avais raté une sortie au district 4 et me dis qu’elle l’avait sans doute rencontré là. Mais alors, pourquoi n’en avait-elle rien dit ? Je sentis en moi s’immiscer quelque chose que je connaissais assez peu … Le doute. La méfiance. Il s’éloigna alors que notre styliste arrivait pour nous demander de monter sur le char. Je ne devais pas y penser … Après être montés sur le char, j’enlaçais Pearl comme prévu.

« Souris pendant que je parle, là je suis en train de raconter une blague très drôle. Bon, on fait quoi ? Aller sur tes épaules me fait moyen envie finalement, j'ai pas envie de passer pour une gamine faiblarde qui a besoin de quelqu'un pour la soutenir. »

J’éclatai également de rire, mais le cœur n’y était pas vraiment. « Fais confiance à Pearl pour tout ce qui relève de la stratégie ». Les derniers mots de Channelle résonnaient dans ma tête, et pourtant je ne pouvais m’empêcher de me dire que bien que Pearl et moi ayons tissé une sorte de … Complicité depuis notre moisson, je ne la connaissais que peu. Je voulais gagner, et dans l’idéal gagner en équipe puisque c’était possible cette année, mais je ne pouvais pas fermer les yeux et attendre que le destin-et Pearl- ne me piègent. Je devais lui montrer que j’étais là moi aussi et qu’on était deux dans cette équipe. Alors, contre sa crainte de tomber de mes épaules, je l’attrapais par la taille et la déposais sur une de mes épaules. J’entendis la foule réagir par des cris ce qui m’arracha un large sourire. Au moins on allait nous remarquer. Après un temps, je sentis une secousse sous le char, et cela me donna une idée … D’un mouvement d’épaule, je fis glisser Pearl et la rattrapai dans mes bras. J’entendis des « oh » s’élever, visiblement de peur qu’elle ne tombe, mais il n’en fut rien. Je restais comme ça quelques instants, à la regarder avec un grand sourire avant de me pencher vers elle.

« On forme une équipe unie, qui se soutient. Maintenant tout le monde le sait, ils vont adorer. »

J'aurais presque pu ajouter "et ton allié secret également" si on n'avait pas été dans une situation où le dialogue serait impossible. Je ne voulais pas gâcher ce moment, ni pour elle ni pour moi. Sur un autre sourire, dont je ne savais trop s’il était sincère, je la déposai devant moi et attrapai une de ses mains. Je l’élevai dans les airs, et mon autre main s’éleva elle aussi alors que je poussais un cri, en cœur avec la foule.




_________________
Nathanaël Lowe

I'm sexy
and I know it ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 30 ans.
○ Points : 930
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Mar 25 Nov - 19:46




Leanne, Xavan & Melvil




Leanne appliqua ce que je lui avais dit, et je trouvais le rendu assez convainquant. Je les accompagnais ensuite dans la salle des chars, et les amenais près du leur. J’observais du coin de l’œil les quelques tributs présents. Les districts les plus « proches » du Capitole faisaient vraiment sensation, mais je me rassurais en me disant que nous avions quand même des rubis sur leur tenue … C’était ridicule. A force de faire ce petit rituel d’avant les jeux, j’en venais à faire comme s’il avait vraiment de l’importance alors qu’en réalité, ce n’était que de la poudre aux yeux. J’observais les mentors qui donnaient leurs derniers conseils à leurs tributs. Je vis Oliver, que je ne portais pas vraiment dans mon cœur. Il faisait partie des rebelles, mais il était connu pour être particulièrement feignant et à éviter au maximum les missions risquées. Puis je vis Elina … Elle était très belle dans sa tenue, et j’eus comme un nœud qui se forma dans mon ventre. Je lui avais parlé à plusieurs reprise, et c’était une femme très bien … Tout le monde avait pu voir à la moisson qu’elle avait accepté de retourner dans l’arène uniquement pour protéger le tribut mâle de son district. Si je n’étais pas focalisé sur la protection de mes propres tributs, j’aurais espéré qu’elle ne meure pas …

Je me retournai vers mes tributs, afin de partager mon ressentit avec eux lorsque je vis un des tributs du district 4 bousculer Leanne. Notre indicateur chez les rebelles m’avait fait un petit topo avant de venir sur qui était qui, et j’avais appris qu’il faisait partie lui aussi des rebelles … Alors, qu’est-ce qui avait pu le pousser à se porter volontaire ? Et surtout, à se comporter ainsi ? Je n’en fis pas de cas et je soulevais Xavan pour le monter sur le char, laissant le soin à Leanne de faire de même. Je m’approchais d’eux une dernière fois.

« C’est l’Expiation. Tous les préparateurs et le Capitole ont mis beaucoup d’argent pour ça, et tous les districts vont vous sembler plus beau les uns que les autres. Le douze ne fait jamais sensation lors de cette étape, ne chercher pas à vous montrer plus que nécessaire, on n’a pas envie de leur faire penser qu’on est désespérés. Souriez simplement, je sais que Méli vous a prévu un petit effet de feu, mais ne vous en faites pas. Ca ne sera surement pas grandiose, mais ce n’est pas important. La parade est surtout faite pour que le président fasse son discours, ce n’est pas là que se prennent les décisions majeures en terme de pari, donc on ne panique pas. »

J’essayais d’être le plus rassurant possible alors qu’on venait me dire que j’allais devoir bouger car la parade allait commencer. Avant de m’éloigner, je me permis quand même de lâcher un petit conseil par franchement utile …

« Je sais que ça peut paraitre stupide mais … C’est la partie des jeux qui est le moins désagréable. Après il y aura les entraînements, ce qui sera beaucoup moins sympa alors … Essayez de vous amuser. Ne pensez pas à la suite, profitez juste de ce moment : c’est le vôtre. »

Puis je reculais et quelques secondes après, je vis le char s’élancer, fermant la marche. Méli était venue à côté de moi, et elle avait posé sa main sur mon épaule. Je vis les petits effets de chaque char se réaliser, et arrivé à la moitié du chemin, le char du douze vit de grands morceaux de papier s’élever dans une lumière rouge-jaune, comme si des lances de feu entouraient les tributs.

« Je suis désolée Melvil, j’ai vraiment fait de mon mieux. »

Ma main se posa sur celle de Méli. Je n’aimais pas beaucoup les habitants du Capitole, mais elle était attachante. Elle faisait toujours de son mieux pour aider les tributs, elle y mettait tout son cœur, et je ne pouvais que l’apprécier pour cela.

« Ne dis pas ça Méli, tu as fait un travail incroyable vu les moyens qu’on te donne. Tu as surement plus de talent que tous les autres … »

Je ne disais pas ça juste pour lui faire plaisir. Lorsque je vis les lumières caresser le tissus blanc qui entourait mes tributs, j’espérais que les Capitoliens y voient ce que je voyais : la flamme de l’espoir.


_________________


Melvil B. THORNE. I've seen the blood, I've seen the broken. The lost and the sights unseen. I want a flood, I want an ocean to wash my confusion clean.
I can't resolve this empty story I can't repair the damage done. We are the fortunate ones, who've never faced oppression's gun. We are the fortunate ones, imitations of rebellion. We acted out we wear the colors confined by the things we own. We're not without we're like each other, pretending we're here alone. And far away, they burn their buildings, right in the face of the damage done Rebellion

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mitch Flecto
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Mar 25 Nov - 22:38

PARADE


Les Hunger Games commencent...

Mitch Flecto cherchait le numéro de place qui lui était réservé, escorté de trois de ses hommes. Il était en retard, son chauffeur avait eut un mal fou à trouver une place ou se garer ; sans compter que finalement, il avait rater son créneau ; c’est si difficile que ça de garer un hovercraft ?! Mais, bon, il mettrait une infraction à la voiture accidentée, pour la déclarer coupable des dommages.
Arrivant à sa place, il s’assit et sortit de sa poche sa tablette roulée en boule, qu’il défroissa rapidement et alluma, puis se connecter directement sur l’application Hunger Games. Les fiches des tributs s’affichèrent, avec en haut à droite de l’écran le compte à rebours avant le début de la Parade.

00 : 28 : 52



Le spectacle allait enfin  réellement commencer ; et avec cela le vrai début des paris. Oui, juste après la Parade, Mitch parierait.
Mitch profita du temps qui lui restait pour lire les fiches concernant les tributs, vérifier les prognostics, et visionner un bref clip sur les enjeux de ces Hunger Games.

00 : 09 : 47



Le Pacificateur s’enfonça dans son siège. Il regarda l'allée sans laquelle allait passer les chars dans moins de dix minutes. Des Pacificateurs assuraient la sécurité des rambardes, en bas. C’étaient ses hommes, qui avaient été mobilisés car très brutaux. Un jeune commandant très prometteur, Thanel Elandir, en avait la charge.

00 : 02 : 59




L’hymne venait d’être entonné, la tension était palpable, les tributs allaient arriver, enfin présenter au public.

00 : 00 : 00



Le premier char s’avança sur la piste, sous les drapeaux-écrans, focalisés sur le visages imperturbables des jeunes gens, dévorés du regard des milliers de spectateurs dans les tribune. Il s’avança, sous la huée du peuple de Panem.
Revenir en haut Aller en bas

Clarke Nightingale
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Jeu 27 Nov - 14:00


CLARKE NIGHTINGALE







Nous étions allés dans la salle du char avec Maxim. J’étais égoïstement contente qu’il soit avec moi : il était sympa et drôle ce qui rendait tout ça un peu moins difficile. Pourtant la préparation avait été très cool, les préparateurs avaient été sympas.

J’avais pu voir un peu la tête des autres tributs. Maxim avait tout de suite insisté pour qu’on les observe bien afin de se donner une idée de ce qu’on allait pouvoir adopter comme stratégie, mais franchement, aucun ne me faisait envie. Ceux des districts un, deux et quatre étaient inaccessibles car les carrières s’alliaient toujours entre eux, et je ne voyais pas ce qu’on aurait pu leur apporter. Vu la violence dont venait de faire preuve celui du trois, je n’avais pas particulièrement confiance … A vu de nez, ceux des districts faibles me tentaient beaucoup plus. La fille du district cinq m’avait fait une super impression, mais ils étaient trois … Il y avait un mentor avec eux et je me disais qu’ils n’auraient sans doute pas besoin d’alliés avec cet atout … Peut être ceux du district neuf alors ? Je n’en savais trop rien.

Notre mentor vint nous dire d’arrêter de sourire à tout le monde et d’essayer de faire un peu peur au gens, ce à quoi Max me glissa qu’elle faisait déjà assez peur comme ça. J’éclatai d’un rire franc.

« T’as raison, tant pis, on sera les tributs gentillets de cette année ! »

Il me tendis la main pour m’aider à monter sur le char ce que je trouvais très gentil de sa part. Je me hissais donc avec son aide sur le char et il partit. J’eus un peu peur, car il y avait des rochers laissés sur la route par des tributs qui étaient passés avant nous et je n’étais pas rassurée. Je regardais furtivement par terre pour voir qu’on ne rencontre pas un de ses « pièges », on avait pas besoin de ça.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Ven 28 Nov - 13:55

hrp:
 


Le contact du tissu rèche des combinaisons m'arrache une grimace, alors que je m'avance dans la salle. Je ne peux pas m'empêcher de regarder les chevaux avec un œil ahuri, c'est une des premières fois que j'en vois.
J'étudie aussi les autres tributs. On n'a pas regardé la transmission avant donc je me console avec ça… Enfin, consoler, c'est un bien grand mot, et mon angoisse reveitn au galop à mesure que mes yeux parcourent l'espace de la salle. Je me mords la lèvre quand je vois le chariot du Cinq et Elina, la championne. Et il doit y avoir d'autres Vainqueurs mais je n'ai pas le courage de les chercher. En revanche, ce qui m'attire les yeux, c'est le groupe des Carrières. L'un d'eux me fixe d'un air carnassier, je détourne le regard tout de suite et je me concentre sur le chemin que je dois parcourir pour rejoindre le char.
Mon aversion de la foule ne m'a pas quittée et c'est sur le qui-vive que je suis Melvil, Méli et Xavan en slalomant entre les tributs, leur stylistes, les préparateurs et les autres capitoliens qui s'égosillent à pleine voix.

Je suis perdue dans mes pensées quand je manque de m'écraser au sol. Surprise, je ne me masse pas là où j'ai mal, c'est à dire au niveau de ma taille, de mon coude, les coins de mon corps qui ont rencontré le dos d'un des chars. C'est le notre, on dirait.

« Regarde où tu vas crevette ! »

La voix que je viens d'entendre, je la reconnais, et je laisse échapper un petit cri de surprise, quand je lève la tête et que je reconnais Nik. La première chose qui me vient en tête c'est « oh non, pas lui aussi... ».
J'aimerais que ce ne soit pas lui qui me tuera…
Je plisse le nez, douteuse, maintenant j'ai du mal à lui faire confiance comme je lui ait fait confiance chez moi.
Il se penche vers moi, je recule d'instinct. J'ai beau me douter que l'air qu'il se donne est une façade pour jouer au carrière sanguinaire, je suis tribut et il pourra me tuer dans les jours suivants, on ne sait jamais ce qui peut se passer.

« Il faut qu'on parle »

Je n'ai pas le temps de lui répondre alors qu'il s'en va tout de suite pour rejoindre la fille du Quatre, sûrement, elle est habillée comme lui, je ressens une bouffée de jalousie devant leurs costumes avantageux. Et je me sens aussi profondément ridicule mais là n'est pas le sujet.
Je me rappelle du cauchemar de ma nuit dans le train et de l'insomnie qui l'a suivi, je serre les poings, et je rattrape Xavan en tentant de sourire, même si on voit que je joue la comédie.

« Est-ce que ça va ? »

Je ne pense pas… Non, j'ai hyper mal partout à cause de l'autre idiot…

Mais je ne peux pas lui répondre ça, il ressemble trop à ma sœur et j'ai passé ma vie à protéger ma sœur. Alors lui aussi je le protège et lui épargne un récit en détail de mes articulations douloureuses par la faute de Nik.

« Ouais, mais ça pourrait aller mieux. »

Je le contemple de haut en bas, j'ai jamais eu le courage de regarder nos costumes ridicules et ce que je vois baisse tout mon moral.

Personne ne va nous voir.

On n'aura jamais de sponsors, c'est sûr, nous sommes des cas désespérés. La seule chose qui me reste est de prier pour ne pas crever dans le bain de sang, je grimace en montant sur le char.
Je passe un bras autour de Xavan, ça me concentre à faire quelque chose et au moins j'ai les mains occupées.
J'écoute les conseils de Melvil mais c'est comme si ils ne m'atteignaient pas vraiment.
Et quand je souris à la foule et que le char s'ébranle, c'est avec un sourire provocateur que je montre toute ma haine envers eux.

J'ai l'impression d'être invisible….
Revenir en haut Aller en bas
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Lun 1 Déc - 19:47

Être une autre...


Le regard tourné vers le miroir, je n’attendais même pas une réponse à la question angoissée que j’avais lâchée. Espérais-je seulement encore quelque chose ? Plus les secondes passaient, plus le silence me laissait présager qu’aucun n’avait réellement envie de me répondre, que le sort en était jeté. D’ailleurs, pourquoi en doutais-je encore ?

Dans le miroir, mon reflet me perturbait. Je paraissais avoir pris quelques années depuis la Moisson, peut-être est-ce vrai ? J’avais appris bien plus de choses sur moi-même et sur ma vie depuis que mon nom avait résonné sur la place que ces deux dernières années entières... Stupide, voilà ce que j’avais été pendant tout ce temps : j’avais brûlé ma vie, refusé ce qui m’était offert et désormais le destin avait décidé de tout me reprendre. Je n’en voulais pas alors pourquoi continuer à me l’offrir. Je jetai un regard vers Jason lorsque notre styliste osa prendre la parole avec un sourire. Elle aussi paraissait si jeune. Je me demandais un instant si j’aurais été comme elle si j’étais née ici plutôt qu’au Dix… Si moi aussi j’aurais essayé d’aider les tributs ou si j’aurais été comme cette foule avide de violence devant laquelle nous allions devoir défiler. Qu’est-ce qu’ils nous seraient arrivés, à moi et Jason, si nous étions nés ici plutôt que là-bas ? Nous serions nous trouvé avant qu’il ne soit trop tard ? Nous étions bien trop égoïstes et rancuniers, peut-être que nous aurions décliné notre chance… Désormais seule cette tenue pouvait nous accorder une chance supplémentaire, ça et notre charisme, nos rôles, notre stratégie et c’était maigre…

- Cela suffira amplement, crois-moi. Cela vous rend inoffensif et doux, personne ne se méfiera de vous... Ce que je vais dire est dur, on ne se souviendra sûrement pas de vous, mais justement, c'est l'objectif, ils seront attiré par les autres tributs, parions sur eux, les sponsoriseront. Faite profile bas, et observez, vous aurez plus de chance...

Inoffensif, doux… Rien que ces deux mots me gênaient. Cependant quand elle en arriva à dire qu’on  ne se souviendrait pas de nous mon cœur se serra encore davantage et je me sentis tanguer. Voulait-elle nous voir mourir ? N’avait-elle aucune idée de son travail ? Elle semblait si jeune, peut-être était-elle inexpérimentée et choisissait-elle une stratégie parmi tant d’autres sans réellement songer à ce dont nous avions vraiment besoin, c'est-à-dire des sponsors ? J’étais totalement perdue. Notre mentor n’avait pourtant pas moufté à ses paroles peu rassurantes. Avait-il quelque chose derrière la tête ? Malgré le fait que je ne sois pas très confiante, je sentais qu’il ferait son maximum pour nous mais qu’il avait besoin de temps pour reprendre ses marques et malheureusement du temps c’était précisément ce qui nous manquait.

Cette parole de la styliste, l’angoisse et mon cœur qui bondissait de plus en plus dans ma poitrine. J’avais l’impression que mon souffle devenait court et que j’allais bientôt craquer à nouveau. Mes mains se posèrent sur mes cuisses, froissant distraitement le tissu de ma robe. Je soufflais entre mes lèvres pour reprendre conscience doucement, sans que personne ne le remarqua et me grignotait les lèvres, retirant certainement au passage une partie de la couche de maquillage qu’on m’y avait déposé plus tôt.

Soudain, la porte s’ouvrit brutalement et Equinoxe, notre styliste, fut appelée afin de répondre aux souhaits d’un autre district dont elle était apparemment exceptionnellement chargée. C’était étrange et cela me rassura encore moins. Elle nous laissait tomber, comme tous les autres. Comme cette foule qui ne se souviendrait plus de nous, comme notre mentor qui était là sans dire mot peut-être justement parce qu’il ne savait pas quoi dire de plus. Elle détala de la pièce, non sans avoir pris le temps de nous souhaiter bonne chance mais à quoi bon puisque le seul objectif qu’elle nous avait fixé était de nous faire oublier… Pourtant, je ne voulais pas qu’on m’oublie…

-En tout cas je pense que nous sommes tous d'accord ici pour dire que nos tenues sont supers. N'est-ce pas ?

Dans sa réplique, je sentais toute la détresse de Jason. Il tentait de garder une contenance, de se rassurer, c’était typiquement son genre. Quand Allisson avait été sélectionnée, il avait eu des paroles de ce genre : réconfortantes et tentant de minimiser la situation. Finalement, il n’avait pas tant changé depuis que nous nous étions quittés…depuis que je l’avais rejeté.

- Tout à fait, lança Ethan en s’approchant de nous, droit avec une mine sûre de lui. Il ajouta, toujours sur le même ton : Vos costumes sont très beaux, continua-t-il avec un sourire. Equinoxe a fait un très bon travail, mais ne le gâchez surtout pas en baissant la tête.

Jusqu’à présent, mon visage était resté fixé vers le sol dont je n’arrivais à lâcher les carreaux parfaits aux angles bien droits. Leur régularité me rassurait, j’en arrivais presque à oublier où j’étais tant ils me faisaient penser à ceux du fournil de mon père, même si chez moi c’était moins parfait, moins aseptisé… En entendant Ethan nous intimer de relever la tête, il attira mon attention et mes sourcils se froncèrent alors que mon être tout entier se tourna vers lui.

- Non, ne le gâchez pas en baissant la tête, répéta-t-il. Vous voyez comme ces chiots attirent l’attention et la sympathie ? Faites de même. Attirez la sympathie, souriez, aux spectateurs mais surtout entre vous deux. Jouez. Et cachez vos dents comme ils le font si bien.

Les yeux de notre mentor, rivés sur Jason, firent par se river sur moi. Je l’avais mal jugé, il voulait nous aider cela était plus qu’évident vu son discours. Pour la première fois, il venait de nous prendre en compte dans ces calculs, dans ces stratégies pour nous sortir d’un mauvais. Même s’il savait que ce serait compliqué voire impossible, il essayait. Il n’avait jamais cherché à créer des problèmes, à me blesser ou à nous abandonner avec des conseils futiles. Il jaugeait simplement la situation, l’analysant comme j’aimais si souvent le faire avec presque toutes les personnes que je croisais depuis mon accident. Prenant un des deux chiots dans ses bras, il s’avança vers moi et le glissa dans mes bras. Cela me rappelait tant le jour où notre District s’était enflammé. Ce jour où tant de personnes avaient perdu la vie, ou tant d’autres étaient restées cloisonnées chez elles afin de ne pas avoir à donner d’eux ou de leurs maigres biens… mais lui, il avait été présent. Il n’aurait pas eu besoin de le faire, personne ne lui en aurait voulu au vue de la place accordée aux mentors dans un district pauvre tel que le nôtre. Pourtant, je l’avais vu sur les lieux de la catastrophe. Il m’avait aidé dans le dispensaire de fortune de l’hôtel de ville… Il s’était montré aussi suspicieux que moi envers les « coupables »… Finalement, c’est peut-être parce que nous avions la même façon d’agir sur certains points que nous avions du mal à nous comprendre et, moi, à lui faire confiance.

- Le but n’est pas que vous passiez pour des Tributs faibles mais pour des Tributs inoffensifs. Si j’avais le temps, je vous expliquerai, mais ce n’est pas le cas, dit-il sans cesser de fixer mes pupilles qui soutenaient son regard.

Je ne tenais pas à le défier, juste à lui faire comprendre que je me tairais et suivrais son plan jusqu’au bout. Je le suivrais, si seulement ça pouvait permettre à l’un de nous deux de s’en sortir. Au même moment, nous tournions tous les deux la tête vers Jason qui avait bien compris ce qu’il se passait. Sans doute n’avait-il pas compris que je ne le laisserais pas se sacrifier pour moi, que je ne permettrais pas qu’il soulage sa conscience en donnant sa vie pour la mienne. Les choses redevenaient plus claires dans mon esprit quand j’entendis le bruit qui provenait de l’extérieur de la salle, le bruit des pas et des conversations des autres tributs qui se présentaient déjà sur la piste de lancement de la parade.

- A vous de faire vos preuves. Moi je ne peux que vous conseiller, mais à la fin, c’est vous qui agissez.

Ethan avait raison. Il pouvait nous conseiller mais pas faire notre travail à notre place.

Un pas, puis un autre et encore un autre… Je venais de pénétrer dans une vaste salle, fermée à son extrémité par une imposante porte qui devait donner sur l’allée centrale où le défilé battrait bientôt son plein. Mon cœur s’accéléra quand nous passâmes à proximité d’un couple de carrières, même si nous n’avions pas encore visionné les Moissons des autres Districts, leur seule carrure suffisait à nous prouver à qui nous avions affaire. Se tenant la main, ils paraissaient d’autant plus menaçants et dérangeants qu’une importante ressemblance physique les caractérisait. La fille riva ses yeux sur moi un moment, je détournai le regard aussi vite que je pus et me rapprochai instinctivement de Jason. Même s’il m’avait fait beaucoup de mal par le passé : il était la seule personne sur laquelle je puisse compter ici, le seul en qui je pouvais avoir confiance. A cette pensée, je redressai la tête et le regardai. Il était si différent costumé ainsi, maquillé mais outre son aspect physique c’était quelque chose de plus profond que je percevais comme définitivement transformé. Lui aussi ne pouvait s’empêcher de regarder autour de nous, de voir ses enfants bien trop jeunes pour être soumis à la barbarie qui nous attendait. Devenant pâle à chaque fois qu’il croisait l’expression fragile de l’un d’eux, je me demandais soudain s’il serait capable de faire ce qu’il fallait pour survivre.

Jusqu’à présent, cette question ne m’avait pas effleuré l’esprit, à croire que la vision d’un Jason insensible, manipulateur et cruel n’avait pas encore complètement été effacée des certitudes que j’avais bâties suite à mon accident. Aujourd’hui, je savais, je sentais qu’il n’avait jamais voulu ça : les choses lui avaient échappées, comme nos vies nous échappaient à cet instant précis. Il n’était pas froid, dur, calculateur… Il était juste Jason. Celui que j’avais connu, avec qui j’avais ri souvent, pleuré parfois…  Son visage me rappelait tant de choses et je me sentais si nerveuse. Peut-être me brouillais-je à présent dans tous les sentiments qui m’agitaient… Je refusais de ressentir cela pour lui, je refusais que ce soit maintenant.

Nous arrivâmes près de notre char. Derrière nous, les tributs du District Onze et du District Douze paraissaient bien trop frêles… Eux seraient immédiatement considérés comme inoffensifs, pas nous. Pas si nous n’y mettions pas du nôtre. Un maquilleur se pressa à mes côtés pour rectifier le maquillage sur mes lèvres puis on nous invita à monter sur le char. Je me délestai quelques secondes du chien qu’on m’avait confié pour mieux pouvoir prendre appui sur le bord du char afin d’y monter. Avec mon stress, la tension musculaire que je mettais dans chacun de mes mouvements tiraillait ma jambe. Je voulus d’abord le cacher, puis renonçai. S’il fallait paraître inoffensif pour les autres tributs, autant le montrer ainsi, ici, tout de suite et non devant une foule d’inconnu. Y allez par étapes, voilà ce dont j’avais besoin. Une fois mes pieds fermement ancrés sur la plate-forme du char, je repris le chien dans mes bras. Il était très calme pendant que ma main le caressa afin de le rassurer pour qu’il reste bien en place. Pourquoi avoir choisi des labradors noirs ? C’était original mais la raison de ce choix m’échappait. Le petit chiot se mit soudainement à japper, avec sa gueule ouverte on aurait pu croire qu’il me souriait. Il tenta de se redresser, mais n’y arrivant pas il reporta son attention sur ma main qu’il commença à lécher. Je souris. Au moins une personne ici m’aimait bien et que je n’avais pas encore déçue.

- Un dernier conseil pour la route ? lança alors Jason, qui se tenait bien droit à mes côtés.

Je sentais le corps tendu de Jason à mes côtés, sa question trahissait l’effervescence qui régnait dans son esprit. Lui aussi était complètement perdu, tout cela ne nous ressemblait pas. Rien ici ne nous ressemblait, rien ne nous parlait. C’est pour cette raison que nous allions devoir jouer un rôle, entrer dans la peau d’un autre, montrer à tous ce qu’ils attendaient de nous et non ce que nous étions. C’était notre seule chance,… sa seule chance de survivre…

- Evitez de tomber de votre char, lança le Mentor en reculant. Et ne donnez pas trop l’impression qu’on ne vous a pas laissé le choix, sans pour autant baisser la tête. Ces belles tenues ont besoin d’être mises en valeur.

Je resserrai les bras autour du petit chien qui continuait à japper et me lécher de temps à autre. Le contact avec son corps chaud était rassurant, d’autant plus quand sa petite langue venait caresser ma main tremblante de terreur. Il allait pourtant falloir que je trouve le courage de lever les yeux bientôt. Il allait falloir que je supporte le poids des regards et des cris insensés des spectateurs agités. Ils se faisaient de plus en plus pressants, derrière l’immense porte qui nous séparait pour un court instant encore de notre première réelle confrontation aux Jeux…

Soudain, la porte s’entreouvrit. Une lumière très claire, aveuglante se faufila dans la fente ainsi créée et vînt me frapper directement dans les yeux. Eblouie, je détournai la tête et vit Ethan s’éloigner de quelques pas en arrière de notre char en nous lançant d’une voix forte :

- Laissez courir les chiens ! Lâchez les à mi-chemin !

Il avait crié pour couvrir les bruits des roues des chars qui martelaient désormais le sol bétonné de la salle et de l’allée centrale dans laquelle le char du District Un venait déjà de s’engager. Pourquoi ce dernier conseil ? Je tournai un regard interloqué vers Jason, mais celui-ci avait déjà reporté son attention sur les chars qui les précédaient et sur le spectacle des tribunes qui s’offraient devant leurs yeux innocents. Bientôt, leur char eut un sursaut et les chevaux qui le menaient se mirent en marche. Je faillis perdre l’équilibre à ce démarrage un peu brusque mais me ressaisis facilement. Le petit chien ne me quittait pas des yeux, je lui souris alors que nous venions de franchir l’arche qui nous lançait définitivement dans notre rôle de tributs…

_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡️) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 42 ans.
★ Occupation : Eleveur de chevaux - Mentor du District 10
☆ Humeur : On fait aller...
★ Plat préféré : Abricot
☆District : Dix

○ Points : 383
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Lun 1 Déc - 19:47



   
   


« Cela suffira amplement, crois-moi. Cela vous rend inoffensif et doux, personne ne se méfiera de vous. »

Ethan resta silencieux à observer Equinoxe mettre avec plus de facilités que lui des mots sur la situation. Il se rendit compte que sa présence était sa jeune amie à prendre confiance en elle et à exposer les choses non pas comme Chloé et Jason auraient pu aimer qu’elles soient, mais comme elles étaient. Equinoxe lui lança un regard et continua de développer son idée.

« Ce que je vais dire est dur, on ne se souviendra sûrement pas de vous, mais justement, c’est l’objectif, ils seront attirés par les autres tributs, parieront sur eux, les sponsoriseront. Faites profil bas, et observez, vous aurez plus de chance. »

Ca ne passerait pas. Ethan sentit que ça ne passerait pas. Il fit un pas en avant, claquant son talon sur le sol pour que sa présence se fasse enfin remarquer, quand une jeune femme paniquée arriva, archétype même du Capitole, annonçant qu’une certaine Daphnée Delacour ne s’était pas présentée… Pour savoir de quelle styliste il en retournait, écho à cette désagréable rencontre au Capitole, cela ne l’étonnait pas plus que cela, et il se surprit à vouloir oublier la prétentieuse brune. Il n’avait pas le temps de s’occuper l’esprit avec cette gamine.

« Chloé, Jason, je vous souhaite bonne chance pour votre cérémonie d'ouverture, Ethan, il faudra qu'on parle, j'aurai besoin de te parler. Bonne soirée... », et il n’eut que le temps d’acquiescer avant qu’elle ne détale.

Ethan remarqua du coin de l’œil l’attitude soudain réfractée de Jason et saisit qu’Equinoxe y était peut-être allée un peu fort, sans forcément lui jeter la pierre parce que lui-même l’avait été dans le train. Peut-être qu’au final, la réaction agacée et énervée de Chloé était compréhensible. Peut-être qu’il était temps de tenter de leur redonner un peu de cœur au ventre, un semblant d’espoir… s’ils étaient encore prêts à le saisir.

« En tout cas, je pense que nous sommes tous d’accord ici pour dire que nos tenues sont super. N’est-ce pas ?
- Tout à fait, » lança Ethan en s’approchant de ses deux jeunes Tributs.

Qu’importe ce qu’ils pouvaient penser de la stratégie établie, de l’équipe qu’ils formaient, de la dureté des prochains jours. Qu’importe ce que Panem tout entier, de ses juges à ses stylistes, de ses politiques à ses habitants, des ses Pacificateurs à ses rebelles, qu’importe ce que ces gens pouvaient penser de l’équipe qu’ils formaient. Il était peut-être temps de montrer que le District Dix valait plus que du simple bétail.

« Vos costumes sont très beaux, continua-t-il avec un sourire. Equinoxe a fait un très bon travail, mais ne le gâchez surtout pas en baissant la tête. »

On tira le bas de son pantalon et Ethan se baissa pour ramasser l’un des deux labradors. Oui, ces petites bêtes étaient terriblement mignonnes et très bien dressées pour leur âge, puisque le chiot se calma dans les bras de l’homme pour le fixer de ses petits yeux de bébé. Le Mentor se demanda bien quelle idée avait eu la jeune femme pour créer ce costume, quel avait été son souhait. Mais il fallait avouer que l’art n’avait jamais été sa passion et cette subtilité lui échappait peut-être.
Et pourtant…

« Non, ne le gâchez pas en baissant la tête, répéta-t-il. Vous voyez comme ces chiots attirent l’attention et la sympathie ? Faites de même. Attirez la sympathie, souriez, aux spectateurs mais surtout entre vous deux. Jouez. Et cachez vos dents comme ils le font si bien.»

Reportant son attention vers Chloé, qu’il avait jusqu’à lors ignorée, il déposa l’animal dans ses bras et la fixa dans les yeux, sans ciller.

« Le but n’est pas que vous passiez pour des Tributs faibles mais pour des Tributs inoffensifs. Si j’avais le temps, je vous expliquerai, mais ce n’est pas le cas. »

Jetant un regard vers Jason qui lui apprit que lui avait compris, il se tourna vers la sortie et poussa la porte pour que ceux-ci entrent en piste. Il remarqua d’un coup d’œil que le lieu avait commencé à se remplir de Tributs et de bruit, signes évidents que le spectacle allait commencer. Et il décida alors de conclure là ses conseils pour la Parade qui commencerait à l’instant où Chloé et Jason poseraient le pied dans la salle.

« A vous de faire vos preuves. Moi je ne peux que vous conseiller, mais à la fin, c’est vous qui agissez. »

Ethan vit enfin le comportement des Tributs adversaires à Chloé et Jason. S’il avait observé leurs Moissons, celles-ci ne donnaient que l’image type des Tributs : les Carrières volontaires, les petits apeurés, les autres détruits, éplorés, forts… Alors que là, même s’ils étaient tous plongés dans leur pièce de théâtre, certains gestes et regards les trahissaient. C’était cela même qu’Ethan guetta. Il vit plus loin que le Carrière qui bouscula la petite du douze : au contraire, les deux semblaient se connaître, elle qui jeta un regard incompris à lui qui murmura quelques mots. Il voit dans l’attitude de la Mentor du Sept trop de surprotection et ce désir qu’on le remarque. Sent que la Tribut du Cinq tente, dans sa démarche assurée et aussi légère que le nuage de sa tenue, de récupérer de sa Moisson larmoyante… D’un regard, il constata que Jason était fixé sur les gamins qui occupaient les lieux. Ils étaient tellement nombreux… La petite du Sept rappelait un souvenir qui laissait un goût âcre dans la bouche d’Ethan.
Cela faisait vingt ans maintenant, où la petite Léa avait manqué de tomber sur ce même sol et où Ethan l’avait rattrapée, avant que le stress ne lui arrache un rire contagieux. Cette puce qui, par maladresse, avait perdu l’équilibre avant la fin du décompte, sous les yeux horrifiés de son co-tribut… Ethan n’aimait définitivement pas penser à cette mort. Au moins n’avait-elle pas souffert d’être tuée de la main d’un autre. Mais quelle horreur cela avait été de voir la terreur s’imbriquer comme dernière émotion sur un visage si doux.
En pensant à elle, son esprit ripa sur Chase, qui allait avoir douze ans. Non, non, il devait oublier son fils, le temps des Jeux, ne plus penser à lui… Se concentrer sur les deux jeunes qu’on lui avait confiés.
Alors oui, il comprenait le désarroi de Jason à la vue de ces gamins.
D’un mouvement commun, les Tributs de dirigèrent tous vers leurs chars. Il était temps, en effet, et le Mentor du Dix s’occupa d’amener les siens également au char, orné de coton dans lequel étaient filées de belles arabesques dorées. Ethan remarqua qu’à leur arrivée, les chiots s’arrêtèrent de jouer entre eux et s’assirent, attendant sagement les humains. Ils étaient étonnement bien dressés pour leur âge…
Tandis que les deux jeunes gens se mettaient en place, Ethan vit alors les deux chevaux que le Capitole avait affrétés au char. Il sourit. Leurs robes d’un blanc immaculé trahissaient leur identité puisque c’était les seuls qu’Ethan élevait. Des jumeaux Paint-Horse albinos particulièrement appréciés pour les évènements de la capitale ; mais surtout, deux des chevaux les plus adorables qu’il possédait. Bien loin d’avoir été faciles à dresser, ils restaient néanmoins très affectueux et très proches de l’homme. Et il ne put s’empêcher de vérifier rapidement l’état de ses chevaux, aux endroits les plus stratégiques qu’étaient la tête, les jambes, et là où les sangles d’attelage frottaient contre leur peau. Mais tout allait pour le mieux, les bêtes étaient nourries nettoyées, soignées... Et c’est vrai que parés comme ils l’étaient, avec leurs cuirs noirs aux coutures blanches apparentes et sertis de dorures. Et que si le char n’était pas aussi voyant que ceux d’autres Districts, quand on l’observait, on ne pouvait pas nier qu’il était, dans sa simplicité, magnifique.
Les chevaux renâclèrent en reconnaissant celui qui les avait élevés et il flatta doucement leurs encolures avant de s’en détourner. Ses Tributs l’attendaient et il se battait déjà assez pour ne pas regretter son havre de paix.

« Un dernier conseil pour la route ? » lança alors Jason, installé sur son char.

Ethan les observa un instant, installés sur leur char, et eut un sourire.

«  Evitez de tomber de votre char, lança le Mentor en reculant. Et ne donnez pas trop l’impression qu’on ne vous a pas laissé le choix, sans pour autant baisser la tête. Ces belles tenues ont besoin d’être mises en valeur. »

En voyant les deux chiots dans leurs bras, une idée lui traversa alors l’esprit tandis que le char commença à bouger.

« Laissez courir les chiens ! Lâchez les à mi-chemin ! » leur cria-t-il.

Espérant fort qu’ils l’aient entendu, il les fixa en train de s’éloigner. Pour ne rien manquer du spectacle qui allait commencer, Ethan se dirigea à grandes enjambées vers l’endroit réservé aux Mentors pour observer la Parade, sans oublier cet espoir silencieux que ses Tributs ne loupent pas leur défilé.
Ethan observait d’un côté les images qui tournaient en direct – bien qu’avec un décalage de sécurité en cas de débordement -  sur les écrans et que de l’autre côté, il voyait les chars passer devant lui avec le bruit des attaches, des sabots, des roues sur les pavés, des différentes animations et le tout amplifié par l’écho du Cirque. Dès son arrivé, déjà, il voyait à nouveau les anciens Mentors, des gens comme Sélène Featherstone, comme Melvil Thorne qui arriva peu après, Mia Standford également et les conversations qui devaient tourner sur les trois autres en piste, c'est-à-dire Elina Clarke, Cassandra Saltsmann ou encore Mikel Kaili, durent peut-être prendre en compte la nouvelle exception de cette année, c'est-à-dire lui-même, Ethan Underwood, le vieux revenant. Il fallait dire que celui-ci était le plus vieux Vainqueur ici, que ce fût en âge ou en édition de victoire, qu’il avait vu la plupart d’entre eux le rejoindre et que son remplaçant Samuel Allen était une vedette parmi le cercle privé des Jeux. Raison pour laquelle il reprit sa vieille habitude, en entrant, de saluer la foule amassée là en soulevant le chapeau que lui avait confié Equinoxe avant de se détourner des fauteuils et de se tenir devant la piste, devant les écrans.
Ethan le vit arriver dans la pièce du coin de l’œil mais resta silencieux. Il le sentit le rejoindre à son côté mais tous deux demeurèrent silencieux. Il fallait dire que leur relation avait toujours été ainsi : silencieuse. Ce fut pourtant le plus jeune qui rompit le silence après quelques minutes de visionnage, souhaitant par sa pique la bienvenue au plus âgé :

« Alors, c’est déjà fini la retraite, Ethan ? »

Cette phrase arracha un sourire au concerné qui, sans volontairement détourner les yeux de l’écran, lança à son compagnon :

« Et toi Oliver, tu n’y es pas encore ? »

Sans être capable de quitter son sourire, il se tourna vers lui.

« C’est que tu aurais vieilli depuis la dernière fois, dis voir. »

Oui, bien sûr, en sept ans, les gens changeaient. Et ça faisait plaisir à Ethan de revoir l’un des Mentors qu’il appréciait le plus. Quant au loin, il vit une Equinoxe visiblement occupée le trouver du regard, il l’invita d’un signe de la main à le rejoindre.

« Oliver, je te présente Mademoiselle Wiest, styliste du District Dix. Equinoxe, ajouta-t-il quand celle-ci arriva, voici Oliver Wingston, Mentor du District Quatre.





HRP :
Spoiler:
 

_________________
Mentor du District 10
Le vaste monde vous entoure de tous côtés ; vous pouvez vous enclore, mais vous ne pouvez éternellement le tenir en dehors de vos clôtures.
by lizzou.


Spoiler:
 


Dernière édition par Ethan P. Underwood le Mar 2 Déc - 18:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Admin »
★ Âge : 54 ans
★ Occupation : Présidente de Panem
☆ Humeur : Froide et déterminée
★ Plat préféré : Caviar, foie gras et autres mets de choix
☆District : Capitole

○ Points : 137
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Lun 1 Déc - 22:11





Expiation - Présentation des tributs
Fin de la parade & Discours de la Présidente








ROLE-PLAY
__________________

Les portes s’ouvrent, la tension dans les tribunes comme dans le cœur des tributs est à son comble. Devant l'écran de la place centrale ou du bar du District, tous les habitants des District rivent leurs yeux vers leurs enfants qui seront bientôt exhibés devant un public avide de sang, de cruauté,… Leur souffle se stoppe soudainement alors que l’avant du premier char, recouvert de pierres précieuses s’avance dans la grande allée. Le show peut commencer, les cris des futurs sponsors s’élever et les pleurs des familles s’échapper dans une terreur pesante. Un à un, les chars s’élancent sur la vaste place décorée pour l’occasion de fanions d’un rouge vif sur lesquels sont inscrits en lettres d’or « Expiation – 175ème ».

Sur les pavés, résonnent désormais le martellement des roues des chars tandis que la musique accompagnant chaque année la présentation des tributs se mêle aux acclamations de la foule. Les couleurs vives des vêtements du Capitole brûlent les  yeux des tributs, d’autres en sont émerveillés… Tous cherchent quelque chose d’autres dans cette foule amassée là rien que pour eux : certains tremblent, d’autres sont confiants et affichent largement leur assurance, d’autres encore commencent à jouer le rôle qu’ils se sont donnés. La seule chose qui leur est encore commune est ce cœur qui bat à tout rompre dans leur poitrine, qui tambourine en ce moment unique qu’ils ne vivront, pour tous sauf le ou les vainqueurs, qu’une seule fois dans leur courte vie…

Peu à peu, les chars cheminent vers la place principale juste à l’avant de la tribune présidentielle où la crinière rousse de la Présidente se laisse apercevoir de loin. Elle se tient droite comme un « i » derrière un pupitre de marbre blanc où est gravé le symbole de Panem. Malgré sa stature frêle, sa vue imposait le respect ou plutôt une certaine crainte à quiconque la contemplait. Son regard de fer scrutait avec une attention soutenue chaque char, on aurait pu croire qu’elle essayait de transpercer l’âme même de chaque tribut. Seule dans sa bulle, aucune des clameurs de la foule ne paraissaient la sortir de sa concentration, de son plaisir sadique de voir ces petites choses si fragiles qui bientôt se battraient à mort pour respecter la loi implacable qui maintenait le système politique de ses aïeuls en place : elle en était garante et une édition d’Expiation était toujours le meilleur des moyens de préserver ce doux système.

Encore quelques éclats, des animations dynamiques programmées par les stylistes sur le char de leurs tributs : des éclairs par çi, des diamants qui se mettent à reluire à la couleur de l’or par-là,… La compétition est à présent lancée pour de bon. Un sourire carnassier se fige sur le visage éternellement plein d’une bienveillance mauvaise et d’une sévérité tranquille de la Présidente. Toujours se méfier de l’eau qui dort…

Les derniers chars finissent par s’arrêter devant la tribune présidentielle. Avides d’images indiscrètes, les caméras se braquent sur chacun d’eux, allant même se permettre jusqu’à un zoom sur les visages tantôt inquiets, tantôt rayonnants de confiance, tantôt dressés face à l’adversité, tantôt totalement paniqués,… D’ores et déjà, les cadreurs pariaient sur le ou les futurs survivants : rien qu’à voir leur expression, les premiers morts pouvaient presque être désignés… Enfin… Selon les statistiques. Ça, Syolin ne l’oubliait jamais.

La musique termina son concerto final puis stoppa net. La foule se tut soudain, laissant la place désespérément calme : spectacle tranchant avec l’agitation folle qui la saisissait quelques secondes auparavant encore. Prenant tout son temps pour bien marquer Panem de sa suprématie, Syolin ne dit mot pendant de longues secondes, laissant le silence de plomb s’abattre sur les morals en berne ou triomphant d’avance des tributs alors que les habitants du Capitole et de tout le pays sont suspendus à ses lèvres.

Quelle agréable sensation que de se savoir le centre de l’attention : celle dont les mots auront une portée bien au-delà de cette cité, bien au-delà du temps également… Chacun de ses prédécesseurs a su s’approprier une place dans l’Histoire de Panem et, avec cette Expiation et d’autres événements de son invention qui ne tarderaient pas à marquer le pays, elle comptait bien en faire de même.



Ses mains fines et gantées de blanc finirent par se poser sur le pupitre devant elle où elle caressa distraitement la feuille de papier d’un discours rédigé par un de ses conseillers qu’elle ne lirait pas : personne ne lui dictait ses paroles, ils auraient dû le savoir. Levant les yeux vers la place et les tributs qui patientaient en silence, elle commença :  

- Chers compatriotes, nous sommes tous réunis pour célébrer ensemble la 175ème édition des Hunger Games. Une année très spéciale puisqu’elle voit l’avènement d’une Expiation, qui je le souhaite et j’en suis certaine, marquera à jamais l’anniversaire de ce malheureux événement de notre Histoire qu’est la disparition du District Treize.

Son sourire ne se défaisait pas, même si elle était au courant de certaines informations et qu'elle tenait à faire savoir à certaines personnes, par cette petite phrase innocente, que certains événements ne resteraient pas impunis. Elle devait montrer la force du Capitole, sa poigne de fer. Elle était tellement imposante du haut de son podium et sa voix aiguë mais posée et tranchante paraissait percer à vif chaque esprit présent. Soudain, son regard se posa sur les tributs au-dessous d’elle, ils n’étaient que de misérables insectes : écrasés pour le bien du plus grand nombre. C’était un mal nécessaire.

- Une année de plus, de courageuses jeunes femmes et de vaillants jeunes hommes vont s’affronter afin que plus jamais des innocents ne soient sacrifiés sur l’autel d’une guerre futile…  Pour le souvenir.

Siolyn avait toujours adoré jouer avec le verbe, c’était une de ses principales qualités et elle s’en délectait à chaque fois qu’elle prenait la parole devant ces sujets, car oui c’est ce qu’il était : elle était la reine des abeilles, eux devaient respecter son organisation méthodique et ses désirs d’ordre. Telle était la loi pour que tout fonctionne et elle comptait bien la faire respecter quoiqu’il en coûte.

- Mais d’exceptionnels mentors ont également accepté de se joindre à eux, ce qui nous prouve toute leur dévotion et l’intérêt qu’il porte à notre nation et de cela je voudrais les remercier. Elle fit une pause pendant que les acclamations du public retentissait puis termina : Désormais, le sort en est jeté et puisse-t-il nous être favorable afin de nous offrir un spectacle que Panem n’oubliera jamais et gravera dans son Histoire ! Je vous souhaite tous de bons et fabuleux Hunger Games !

Un dernier sourire, une main qui se lève pour saluer la foule avant de se tourner pour rejoindre les portes du bâtiment présidentiel et clôturer officiellement l’ouverture des 175ème Hunger Games, sous le tonnerre des applaudissements du public et les pleurs ou l’honneur des familles derrière l'écran du bar où les autres personnes présentes ne peuvent que détourner les yeux de leur malheur ou célébrer leur fierté…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Admin »
★ Âge : 54 ans
★ Occupation : Présidente de Panem
☆ Humeur : Froide et déterminée
★ Plat préféré : Caviar, foie gras et autres mets de choix
☆District : Capitole

○ Points : 137
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Lun 1 Déc - 22:43





Expiation - Présentation des tributs partie 3/3
Fin de la parade








__________________


HORS RP

La parade prend fin et avec elle, la première présentation des tributs au Capitole.

Suite à ce poste, nous vous invitons à donner vos ressentis, vos sentiments vis-à-vis de cette foule en délire qui n'attendaient que vous, mais aussi votre réaction suite au discours de la Présidente (attention nous ne tolérerons aucun écart, donc restez pacifiques car le Capitole ne permettrait aucun débordement lors d'un évènement tel que la parade diffusée en direct).

Concernant les stylistes, il s'agit de votre dernière chance pour nous donner les détails de votre travail et nous dire quels sont les éléments dynamiques de vos chars qui auraient pu se déclencher durant la parade.

Nous demandons donc à tous les participants à ce topic de poster un dernier message avant de passer aux sujets d'entraînement !

Bon courage pour la suite de la préparation et puisse le sort vous être favorable !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Personnage décédé »
Localisation : Paris
★ Âge : 17ans.
☆ Surnom : Nik
★ Occupation : pêcheur - rebelle
☆ Humeur : en colère
★ Plat préféré : tout sauf du poisson
☆District : quatre

○ Points : 1110
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Mar 2 Déc - 10:28

Notre char s'avance doucement vers la tribune présidentielle.
Je ne peux m'empêcher de lever les yeux pour apercevoir la présidente et les juges.
J'aperçois de loin sa chevelure rousse car la tribune présidentielle est très bien éclairée. Derrière elle, j’aperçois la longue lignée des Juges et Hauts-Juges.
Bientôt, ils scelleront notre destin...

Je sens une bouffée de colère m'envahir, à l'idée de toute ces vies brisées chaque année. Chaque instant qui passe me conforte dans l'idée que j'ai fait le bon choix en rejoignant la rébellion, même si j'aurais aimé avoir le temps de faire plus...

Dans un dernier soubresaut, notre char s’arrête devant la tribune présidentielle. Je vois assez bien la présidente maintenant, dont l'image s'affiche en grand sur les écrans géants, en alternance avec des images de chaque tributs. Déjà, à la manière dont nous sommes présentés, je vois quels sont les favoris, et les probables futurs chouchous du Capitole.
Je dois bien admettre que Thalia et moi faisons manifestement grande impression. Je dois me répéter sans arrêt que c'est bien pour elle, pour ne pas éclater de colère devant tant d'injustice. Nous sommes déjà issus des districts favorisés et les sponsors vont faire la queue pour nous aider. Mais que vont recevoir Leanne et son co-tribut ? Vont-ils seulement recevoir quelque chose ?

Lorsque la musique s'arrête, je détourne le regard de l'écran géant pour regarder directement la présidente. Même soi c'est puéril, je rêve qu'elle et ses larbins de juges puissent sentir, rien qu'un instant, toute la haine que je mets dans mon regard.

- Chers compatriotes, nous sommes tous réunis pour célébrer ensemble la 175ème édition des Hunger Games. Une année très spéciale puisqu’elle voit l’avènement d’une Expiation, qui je le souhaite et j’en suis certaine, marquera à jamais l’anniversaire de ce malheureux événement de notre Histoire qu’est la disparition du District Treize.

Pour garder mon calme, je m'imagine tour à tour lui enfoncer un harpon dans la poitrine ou l'étrangler avec un filet. Cette technique réussit plutôt bien, puisque j'en arrive même à afficher un sourire mauvais qui je le pense fait plutôt bon effet sur un prétendu carrière.

- Une année de plus, de courageuses jeunes femmes et de vaillants jeunes hommes vont s’affronter afin que plus jamais des innocents ne soient sacrifiés sur l’autel d’une guerre futile…  Pour le souvenir. Mais d’exceptionnels mentors ont également accepté de se joindre à eux, ce qui nous prouve toute leur dévotion et l’intérêt qu’il porte à notre nation et de cela je voudrais les remercier. Elle fit une pause pendant que les acclamations du public retentissait puis termina : Désormais, le sort en est jeté et puisse-t-il nous être favorable afin de nous offrir un spectacle que Panem n’oubliera jamais et gravera dans son Histoire ! Je vous souhaite tous de bons et fabuleux Hunger Games !

Comme j'aimerais la voir baigner dans son sang à mes pieds...
Mais je ne verrais jamais ce jour.

Alors, je me redresse une dernière fois, pour donner la meilleure image de moi, puis je me tourne vers Thalia pour lui sourire, avant d'adresser un dernier salut en direction de la foule. Y-an a t-ils qui savent à quel point nous les trouvons misérables ?

Lentement, notre char se remet en marche pour retourner au Centre d'Entrainement.

Le Centre d'Entrainement...
Dès demain, je vais devoir tout mettre en oeuvre pour que Thalia ait les meilleures chances de survie. Nous allons avoir trois jours pour engranger un maximum de connaissance et pour qu'elle apprenne à se défendre.
Trois jours...
Trois jours avant l'enfer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Personnage décédé »
★ Âge : 19ans.
★ Occupation : Tribut du District 1
☆ Humeur : Sanguinaire
☆District : Un

○ Points : 815
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Mar 2 Déc - 20:13


Pearl Standford

▲ Préparation de la Parade


Nathanaël éclata de rire, rire qui sonnait faux à mes oreilles. Je lui jetais un coup d’œil, mais l’expression de son visage et son large sourire effaça mes soupçons. Ce que je n’avais pas prévu en revanche, c’est qu’il prenne mes mots au pied de la lettre. Je ne voulais pas monter sur ses deux épaules, alors d’un mouvement vif et précis –même si ce n’était pas du tout la sensation que j’avais eu sur le coup- il m’attrapa par la talle pour me poser sur son épaule droite. Deuxième fois en moins d’une heure qu’il me faisait le coup. Il allait m’entendre à la fin de la parade.

Bien sûr, je ne fis rien paraître et j’affichais un grand sourire et défiais la foule d’un regard. Les clameurs de la foule m’indiquèrent que le petit manège de Nat avait fonctionné.  Sans plus me prévenir, il me fit basculer en avant. Mes yeux s’étaient fermés un instant, me préparant à la chute. Au lieu de ça je me retrouvais dans ses bras, sous le regard terrifié de la foule qui avait dû avoir aussi peur que moi. Il me fixa quelques instants avant de se pencher vers moi. Un instant je crains qu’il m’embrasse : ce n’était pas du tout la stratégie que nous avions mis au point. Je me détendis lorsque je sentis son souffle près de mon oreille me murmurer –bien que ce ne devait pas être des murmures, vu le bruit que faisait la foule- :

« On forme une équipe unie, qui se soutient. Maintenant tout le monde le sait, ils vont adorer. »

J’eu la même impression que quelques instants plus tôt, qui se dissipa exactement de la même manière : son sourire avait l’air sincère. Du moins c’est ce que je voulais croire. Il me posa aussitôt sur le char et attrapa ma main dans la sienne pour la brandir face au public. On n’avait pas besoin des accessoires comme certains districts en avaient. On n’avait pas besoin du mur du 2, de l’aigle du 5 ou des chiots du 10 que j’avais aperçu tout à l’heure. Notre seule force, notre seule aura suffisait à nous rendre exceptionnels, inoubliables. Mon cri se joignait au sien tandis que nous attenions le bout de la piste, où les chevaux se mirent à leur place, tous les chars formant un arc de cercle autour de la tribune où apparaissait la présidente. D’un geste, elle calma la foule et commença son discours.

Discours auquel je n’étais pas très attentive, je dois l’avouer. J’étais plus concentrée sur les autres tributs. Ceux du deux étaient impressionnants mais ne devaient pas être bien malins. Ceux du trois, du six et du sept n’en menaient pas larges. Le quatre, il fallait voir, et le cinq, avec leur mentor pouvaient être intéressants. La fille du huit me fit bien rire quand je vis le sang sur sa tenue blanche. On envoyait des mourants dans l’arène maintenant ? J’avais la désagréable impression qu’on avait déjà effectué la moitié de mon travail. Et je ne parlais même pas des districts secondaires et périphériques, qui étaient presque ridicules. J’espère qu’ils valent plus que ce qu’ils en ont l’air, histoire de mettre un peu de piment. Et je n’aurais aucun honneur à gagner contre des gamins faiblards.

Le discours de la présidente terminée, j’applaudissais discrètement. Je sentais toujours la main de Nathanaël sur mon épaule et je n’avais pas oublié ce que j’avais à lui dire.


UC
 

Codage by Bird for all forums ©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 28 ans
★ Occupation : Mentor
★ Plat préféré : Foie gras
☆District : Un

○ Points : 1370
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Mer 3 Déc - 22:47


La parade...



"Un moment décisif"


Mes tributs étaient parfaits, Aron avait réalisé un travail sublime et je ne doutais pas que leur physique charmeur et leurs regards enjôleurs auraient raison des cœurs remplis de niaiseries des gens du Capitole. Les sponsors se bousculeraient pour leur apporter leur aide, j’en étais certaine. Habituellement, j’avais toujours eu un léger blocage à jouer la carte du physique avec mes tributs. Parmi les vainqueurs, nous savions tous ce qu’il advenait des mentors désirables… J’en faisais partie et je regrettais bien des soirées au Capitole mais, grâce à cela, j’étais en vie. Ils auraient tout le temps de me pardonner et de comprendre s’ils gagnaient, s’ils mourraient ils ne pourraient même pas m’en vouloir.

Après notre arrivée au Capitole, j’étais longtemps restée à distance de mes tributs. Visiblement, ils avaient en tête une stratégie qui me semblait plutôt bien réfléchie : rien ne servait d’en créer une nouvelle, artificielle, alors qu’ils en avaient naturellement sélectionné une qui leur convenait. Il fallait qu’ils prennent de la place, qu’ils soient en confiance et maîtriser la stratégie qu’on désirait adopter était une étape cruciale de cette construction. Lors de mes Jeux, je n’avais pas pu compter sur Kyle pour cela et je m’en étais bien mieux sortie que ses tributs précédents.

Aron m’attendait au centre des tributs lorsque Pearl et Nathanaël avaient été emmenés pour être rendu présentable. Je ne couperai pas à une petite préparation de la part d’Aron, je m’en doutais mais c’était toujours moins dérangeant. J’avais toujours eu une bonne relation avec le styliste de notre District, sans doute parce que je lui avais toujours témoigné du respect et lui avais confié les tributs avec un regard aveugle. Découvrant les tenues au dernier moment pendant les premières années, il avait pris l’habitude de me les montrer en avant-première par la suite. J’avais donc découvert les tenues légères de mes tributs avec beaucoup de plaisir et d’admiration : il avait tout à fait saisi le point fort de ces jeunes, sans compter que ces tenues évitaient de donner le pas à une quelconque stratégie : sans être tout à fait neutre, cette tenue permettait de tout jouer. Aussi bien l’équipe puissante et haineuse que le duo sympathique et flamboyant qu’ils paraissaient avoir choisi.

Tout le temps de leur habillage, j’étais restée en retrait. Même s’ils m’avaient à peine remarquée, j’étais toujours dans l’ombre à veiller sur eux et m’assurer de leurs choix. Pour l’instant, cela me convenait. Mais je craignais davantage le moment où nous passerions à la discussion à propos des alliances : je n’étais pas certaine qu’ils puissent prendre les bonnes décisions : ils avaient été formatés par le centre des carrières pour répondre à des situations classiques d’alliance avec d’autres tributs carrières. Seulement, cette année rien n’était classique et les autres carrières ne me plaisaient pas du tout… Heureusement, nous aurions encore trois jours pour nous entretenir sur cette épineuse question. Pour l’instant, l’ordre était à la complicité, à l’aisance et à la recherche de sponsors. La première impression était toujours la bonne et il fallait que le public ressente que CE duo pouvait gagner les Jeux. Enfin… Ce duo… Avec cette seconde règle, je ne savais s’ils auraient tous les deux la chance de pouvoir gagner : tout était tellement flou dans les paroles de Selena. Je devrai bientôt sceller le destin de l’un d’eux, mais lequel et que lui infligerai-je ? Non, ce n’était pas le moment.

Amenés près de leur char, je marchais derrière eux, un peu retirée pour mieux pouvoir observer les réactions des autres tributs à la vue de mes tributs. Ce à quoi je m’attendais se confirmait : comme toujours les plus jeunes détournaient le regard, les carrières les dévisageaient clairement même si les mains serrées de ceux du District Deux ne faisaient que renforcer mon idée de ne pas leur accorder une once de confiance… Trois autres mentors étaient eux aussi déguisés, prêts pour la parade. J’eus un pincement au cœur en voyant Cassandra : nous nous connaissions bien, trop bien pour que je puisse accepter son choix, même si elle devait avoir ses raisons. Elle m’avait souvent fait part de ses doutes, de son impression de vide depuis la fin de son arène. Le désir de se sentir en vie pouvait-il être assez puissant pour vous pousser à retourner en enfer ? Je me détournai de mon chemin, quittant mes tributs et m’approchais du char du District Sept. Cassie était tournée vers ses tributs auxquels elle semblait donner des conseils à la parade, seulement ils me parurent si obsolètes que je doutais de ses motivations. Je saisis doucement son avant-bras pour attirer son attention. Sur le qui-vive, elle se retourna brusquement vers moi. Face à face, son expression changea du tout au tout. Peut-être venait-elle enfin de réaliser la direction qu’elle avait décidé de prendre ?

- Il faut qu’on se parle Cassie…

Elle resta muette et j’ajoutai :

- Retrouve-moi sur le toit quand les tributs seront couchés…

Rien ne servait d’en ajouter plus, la parade allait débuter.Je tournai talon en lui lançant : Et au fait, bravo pour l’évolution entre le tas de feuilles et la nymphe !

C’est vrai qu’elle avait été tellement ridicule pendant son édition… Je m’en souvenais parfaitement de son costume infâme, j’étais restée morte de rire à y repenser pendant des jours entiers. Mais le temps n’était plus à songer à mon amie, je devais penser à mes tributs… Eux seuls comptaient, même si un d’entre eux la tuerait peut-être bientôt…

Déjà les stylistes faisaient monter leurs tributs sur les chars prêts à s’élancer… Quand je m’approchai de celui de Pearl et Nathanaël, une image me barra la vue : Nathanaël, Channelle et moi… Nous aurions pu être tous les trois sur ce char ce soir. Nous aurions pu finir dans l’arène. Mais ma sœur m’aimait. Le flou finit par se dissiper, avec lui les larmes qui avaient failli me monter et je repris cette expression dure et solennelle propre au mentorat. Je me plaçai à l’avant de leur char et leur lançai juste :

- Vous êtes sublimes… Aron a fait un travail particulière remarquable, alors maintenant à vous de faire le vôtre ! Eblouissez-moi et surtout éblouissez-les ! terminai-je en pointant la grande porte qui déjà s’ouvrait sur la foule en délire.

Je me reculai pour laisser place aux chars qui commencèrent soudain à s’ébranler. Ils étaient tous spécialement réussis cette année, même si l’un ou l’autre me fit moins bien d’effet qu’il en était supposé. Après un long moment, nous nous retrouvions seuls : nous les mentors. Les stylistes avaient rejoint une porte donnant sur les gradins : ils voulaient sans doute pouvoir être filmés et diffusés sur tous les écrans de Panem, et surtout des capitoléens leurs clients, si leurs créations faisaient sensation auprès de la présentatrice.

Nous nous demeurions là dans un silence religieux. Un peu à l’écart, je ne me mêlais pas aux autres mentors : j’en avais une sainte horreur, la plupart ne m’inspirait rien d’autre que du dégoût, peu méritait réellement leur victoire, mais est-ce seulement cela ? Cette année, mes principaux soutiens n’étaient pas présents : Cassandra allait partir dans l’arène, Mikel que j’appréciais également énormément en faisant de même pour des raisons sans doute très honorables, quant à Samuel… Mon regard parcourut malgré moi les visages des neuf autres vainqueurs qui suivaient, concentrés, la parade en analysant chaque image diffusée sur les écrans géants. Malheureusement, il n’était effectivement pas présent. A la place, on nous avait offert un vieux gagnant : une espèce de cowboy sorti de nulle part qui, même s’il inspirait du respect de par son âge et son édition qui avait été plutôt réussie, ne me plaisait guère… Je ne savais dire ce qui me gênait… Peut-être ses traits sévères à chaque fois que son regard s’était posé sur un carrière, cette espèce de jugement qu’il paraissait nous asséner. Qu’importe. Ces tributs n’étaient pas capables de s’en sortir et l’année prochaine, Samuel serait à nouveau ici…mais peut-être pas moi. Et d’ailleurs, pourquoi voulais-je le revoir ? Il n’était rien pour moi. Une distraction, une béquille pour ne pas m’effondrer tout au plus. Cette année, j’allais devoir m’en passer et penser à ma sœur, à Pearl, à Nate, à notre victoire.

A cet instant précis, deux visages masquèrent tout l’écran central : mes tributs. Les cris de la foule redoublaient et là je compris. Je compris qu’il ne me restait plus à aller cueillir les fruits de leur prestation originale qui avait  marqué certains éléments non négligeables de la foule pressée ici. Il allait falloir que je fasse ce que je m’étais refusée à faire depuis des années pour des dizaines de raisons, certaines bien plus égoïstes que d’autres. Il allait falloir que je devienne une véritable mentor, pas de celle qui s’exclut de la survie de ses tributs pour éviter de se demander ce qu’elle n’a pas bien fait pour les sauver, pas de celle qui pense à son confort et ne souhaite pas réellement voir son équipe remporter la victoire, pas de celle qui veut punir son district pour la façon dont il l’a formaté,... Ce n’est pas que mes tributs qui allaient devoir faire du chemin pour gagner, moi aussi j’allais devoir avancer et pas seulement pour eux, mais aussi parce que j’avais fait une promesse à ma sœur et que je comptais bien respecter ma parole.

Le discours de la Présidente se passa. Elle était pareille à elle-même, rien  ne me surprit sauf peut-être sa façon de mentionner les jours obscurs : parler ouvertement du District Treize n’était pas dans ces habitudes mais l’Expiation se voulait être différente, bousculer son discours l’était peut-être tout autant.

De nouveaux applaudissements retentirent, me brûlant les tympans. Les chars rejoignirent le dépôt puis revinrent dans notre salle. Je m’approchai du char de mes tributs, puis arrivée à leur niveau leur sourit : - Vous avez été parfaits. Je feignais un applaudissement de plus puis les invitais à me rejoindre au bas du char alors qu’Aron arrivait pour les complimenter à son tour.

- Maintenant que vous avez des admirateurs, rejoignons nos appartements. Nous y serons plus tranquilles pour discuter de choses…essentielles

J’avais fait exprès de prononcer ce dernier mot bien distinctement, en détachant chaque syllabe. Certains jeunes tributs n’avaient pu s’empêcher de se tourner vers moi pour me jauger avec une terreur dans leur pupille qui me rappelait bien des morts de mon arène. Mais le temps n’était plus aux regrets depuis longtemps, je doutais même qu’il y ait été un jour. Je rompis la discussion pour prendre la tête de notre cortège et cheminait volontaire dans l’allée centrale qui s’était créée entre les chars pour atteindre l’ascenseur. Les mentors les plus avisés avaient déjà repris leurs tributs et les empêchaient de voir notre petit manège plus longtemps, les autres continuaient à nous fixer. Nous montâmes dans l’ascenseur de verre, puis je me retournai en constatant que mon petit spectacle final avait fait son effet auprès des plus influençables, je levai ma main et l’agitai dans un salut confiant dont la métaphore n’était ni plus ni moins qu’une menace à peine voilée : mes tributs les auraient, ce n’était plus qu’une question de jours.  



_________________




♥️ Sélène J. Featherstone ♥️
.   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .

"Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t'apprend parfois à vivre avec." Proverbe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Equinoxe G. Wiest
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Jeu 4 Déc - 12:54






Présentation des tributs

Je laissait les tributs du neuf aux mains de leur mentor, je n'avais aucune envie de rester plus longtemps là-bas, auprès d'eux. Tout était prêt, malgré la course pour préparer deux districts. Jason et Chloé étaient plus agréable que ces deux tributs et même si ce n'était pas de leur faute, j'aurai préféré rester avec eux jusqu'à la fin. Après tout, les tributs du dix m'avait été attribués et j'avais travaillée d’arrache-pied sur leur tenues, avec une réelle signification, que je me gardais de révéler à qui que ce soit d'autre qu'Ethan.

Au loin, je le vit qui me faisait signe de le rejoindre, essayant de paraître plutôt détendue, je montais les marches tranquillement peu avant le début de la parade. Et les rejoindre n'étais pas une mince affaire, entre les capitolienne qui s’exclament, celle qui rient, qui bouscule pour être au Premier rang, et leur mari, soit tout aussi enjoué, soit avec leurs autres amis, sortant déjà les portefeuilles remplis de liasses de billets. Je soupire et arrive au rang des mentors, j'arrive enfin au niveau d'Ethan, et je doit avouer que je suis plutôt rassurée. Il se tourna vers un des mentors, celui du quatre si mes souvenirs étaient bons.

« Oliver, je te présente Mademoiselle Wiest, styliste du District Dix. Equinoxe, voici Oliver Wingston, Mentor du District Quatre.

«  Enchantée de faire votre connaissance Mr Wingston.» Dis-je amicalement, un sourire aux lèvres,Puis je me tourne vers Ethan « Dit-moi que je n'ai pas trop brusquée Chloé et Jason...J'étais un peu nerveuse »

Fort heureusement il y a une place à leur côté et je m'y assoie et croisse les jambes. Je suis encore un peu nerveuse, qu'un de mes tributs tombent du char ou que les chiens se mettent à s’exciter. J'ai peur que la tenue ne tienne pas, ce qui complètement bête, mais c'est la première fois que je suis réellement impliquée dans les hunger games et pour bien commencer, une Expiation. Je jette un coup d’œil rapide à la piste puis reporte mon attention vers les deux mentors.

La parade commence et les premiers chars entrent en piste, je remarque que les districts un et quatre sont très peu habillés, je regarde rapidement le travail des autres stylistes sans être réellement là, puis lorsque le char du dix entre en piste, je les suit des yeux attentivement, un fin sourire au lèvres, puis je voit les chiots se mettre à courir aux côtés du char et quoiqu'un peu surprise, je souris. Celui-ci se fane quand la Présidente apparaît à l'écran.

« Chers compatriotes, nous sommes tous réunis pour célébrer ensemble la 175ème édition des Hunger Games. Une année très spéciale puisqu’elle voit l’avènement d’une Expiation, qui je le souhaite et j’en suis certaine, marquera à jamais l’anniversaire de ce malheureux événement de notre Histoire qu’est la disparition du District Treize. Une année de plus, de courageuses jeunes femmes et de vaillants jeunes hommes vont s’affronter afin que plus jamais des innocents ne soient sacrifiés sur l’autel d’une guerre futile…  Pour le souvenir. Mais d’exceptionnels mentors ont également accepté de se joindre à eux, ce qui nous prouve toute leur dévotion et l’intérêt qu’il porte à notre nation et de cela je voudrais les remercier.  Désormais, le sort en est jeté et puisse-t-il nous être favorable afin de nous offrir un spectacle que Panem n’oubliera jamais et gravera dans son Histoire ! Je vous souhaite tous de bons et fabuleux Hunger Games ! »

Je soupirai intérieurement, toujours le même discours, toujours les mêmes histoires. Vivement la fin de la cérémonie, nous nous retrouverions enfin à l’hôtel des tributs et tout sera bien plus calme. En espérant seulement que nos tributs ne seront pas capricieux et sauront faire preuve de tact.
Revenir en haut Aller en bas
« »
Localisation : Près du pont ...
★ Âge : 20 ans. ♥
☆ Surnom : Jason
★ Occupation : Flâner dans les bois
☆ Humeur : .... ♫
☆District : District Dix

○ Points : 385
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Jeu 4 Déc - 19:10





La parade ♪
feat Chloé




Jason se remémora ce que leur mentor leur avait dit, de ne pas baisser la tête par exemple. Au moins il ne leur disait pas de s'effacer complètement, juste ne pas se faire remarquer. Ils devaient faire honneur au district 10, surtout que les tenues n'étaient pas si mal pour une fois. Elle les représentaient plutôt bien, l'innocence pure, bien que Jason n'avait pas l'âme blanche de fautes ou de pêchés. Il était coupable de tout ça, de la souffrance qu'endurait Chloé et qu'elle endurerait toute sa vie. Bien que sa vie allait peut être s'arrêter bientôt et celle de son compagnon de galère avec. Son cœur se serrait rien qu'à cette pensée, non il ne devait pas penser à la mort, pas encore, ce n 'était que leur premier jour au Capitole, la moisson avait eu lieux le matin mais personne ne l'avait digérée. Il avait aussi parler de sourire et de jouer avec le public, et entre eux. Il aurait souri naturellement à Chloé bien qu'il devrait se forcer pour le public, mais ce qui l'ennuyait beaucoup c'est qu'elle allait croire qu'il lui souriait parce que le cow boy lui avait demandé. Alors il se tourna vers Chloé et lui adressa un joli sourire puis elle laissa courir son bébé labrador à côté du char. Vu la vitesse ou ils allaient, le petit animal n'aurait aucun mal à maintenir le rythme. Elle lui rendit son sourire, un beau sourire comme il aimait les voir, si rares pourtant ... A ce moment là le public sembla s'arrêter de hurler, le temps ralentir et se figer sur le beau sourire de la jolie bergère, mais c'était seulement dans sa tête, les pots de peintures braillaient toujours et le temps filait comme le vent. Oui leur mentor avait aussi parlé juste avant le démarrage de les laisser courir sur le côté. Il fit donc de même, il avait les mains libres et elle aussi. Ils étaient à la moitié du défilé, il leur restait encore un peu de temps. Jason ne savait que faire de ses mains, tantôt une sur le bord du char pour ne pas tomber tandis que l'autre pendouillait mollement ou se posait sur sa jambe gauche. Il baissa son regard jusqu'à la main de Chloé puis croisa son regard, de la pitié, du désespoir et des traces d'une vieille rancune pouvaient s'y voir. Il ne réfléchissait pas et spontanément il prit la main droite de la jeune fille. Discrètement mais certains capitoliens semblaient l'avoir vu mais ils ne disaient rien ou du moins il ne les entendaient pas dans tout ce capharnaüm. Il n'avait pas fait ça pour le spectacle ou pour se faire remarquer, il avait juste besoin de sentir de la chaleur humaine, de sentir une présence à ses côtés. Il se sentait seul dans ce char avec toutes ces paires d'yeux braquées sur lui, le dévorant dans tous les angles, regardant chaque mimiques ou fil dépassant. Mais il ne leur faisait pas cette joie, il se tenait droit, souriait parfois faussement au public, mais il essayait d'être lui et pas le masque qu'on aurait voulu lui faire porter. La chaleur de la main de Chloé le rassurait, il n'était plus seul, ils étaient deux dans cette histoire, non trois, car oui leur mentor voulait les aiderait du mieux qu'il le pouvait bien que la cause était très ambitieuse. Il aurait fallu un miracle, seulement les miracles à Panem sont quasi inexistants mais il y avait des lueurs d'espoirs, et c'était plus fort que la peur. Puis une nouvelle décharge électrique, Chloé s'était rapprochée, leurs flancs se touchaient et leurs bras entremêlés donnait l'impression qu'ils ne faisaient qu'un, puis elle posa sa tête sur son épaule. Leur visage si près l'un de l'autre,

Le char avait continué sa course et les petits chiens avaient gardé le rythme, puis ils étaient arrivés devant la tribune présidentielle et en formation de demi-cercle la musique de l'hymne s'arrêta quand le dernier char, s'était rangé. La foule avait arrêté de brailler et l'hystérie s'était envolée, un silence de mort planait et la présidente prit la parole.

- Chers compatriotes, nous sommes tous réunis pour célébrer ensemble la 175ème édition des Hunger Games. Une année très spéciale puisqu’elle voit l’avènement d’une Expiation, qui je le souhaite et j’en suis certaine, marquera à jamais l’anniversaire de ce malheureux événement de notre Histoire qu’est la disparition du District Treize. Une année de plus, de courageuses jeunes femmes et de vaillants jeunes hommes vont s’affronter afin que plus jamais des innocents ne soient sacrifiés sur l’autel d’une guerre futile…  Pour le souvenir.

Elle parlait du district 13 comme s'il avérait d'un accident, c'était de sa faute, enfin celle de ses prédécesseurs à l'origine des jeux, son sourire était hypocrite. Il ne la connaissait pas mais il la détestait profondément. Chaque année le Capitole ravivait le souvenir de la rébellion, des tributs morts avec ces fichus jeux, chaque année, ils rouvraient les plaies à peine refermées et faisaient souffrir les gens encore plus. Comme s'ils ne souffraient pas assez. Il était tellement exaspéré qu'il n'écouta même pas la fin du discours, toujours le même chaque année, sauf cette fois ci avec la variante de l'expiation. Il serra la main de Chloé plus fort, il ne voulait pas la lâcher, la perdre, il l'aimait à en crever mais n'avait jamais été fichu de lui dire et de se l'avouer à lui même. Ce sentiment s'était accentué à la mort d’Alison, au moment de leur dispute. Ils s'étaient éloignés, pourtant il n'avait pas cessé de penser à elle et en son absence qui avait été très longue il avait ressenti un manque. Seulement tout n'était que souffrance, mais c'était peut être un des signes de l'amour. En tout les cas il la tenait fermement, et le char redémarra et ils reprirent le chemin en sens inverse. Ils allaient rentrer et les entraînements allaient commencer ...
   


© Jawilsia sur Never Utopia


Dernière édition par Jason C. Drake le Dim 7 Déc - 18:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Jeu 4 Déc - 20:39

Être une autre...


La lumière aveuglante de l’extérieur et des projecteurs qui nous masquent la vue, la fureur du public qui nous ravagent les tympans, les parfums entêtants des artifices des autres chars qui abrutissent notre odorat et notre terreur infâme qui ronge nos sensations… Tout était fait pour perturber nos sens, nous pousser à la dissociation de nos émotions, à la perte de notre personnalité. Au fond, ils ne voulaient pas voir les enfants qui avaient été sélectionnés dans les Districts : non, même eux n’étaient pas assez cruels pour supporter cela. C’est pour cette raison qu’ils nous déguisaient, transformant notre apparence à leur guise, ils pouvaient ainsi oublier qui nous étions réellement : des innocents.

Ma colère se faisait à nouveau plus présente, je fermai les yeux pour me concentrer afin de lâcher prise, d’être celle qu’on attendait que je sois. Je respirai un grand coup : sourire, paraître inoffensive sans pour autant être invisible,… Je me répétai les litanies d’Ethan dans ma tête, pour être certaine de ne rien oublier. Puis j’ouvris les yeux. Notre char n’avait pas encore parcouru une grande distance, je levai mon visage vers la tribune à ma gauche : elle grouillait d’une foule multicolore, tellement contrastée à l’extrême que c’en était désagréable à contempler. Mais étonnamment, je réussis à conserver sur mes lèvres maquillées le sourire fermé que notre mentor nous avait conseillé d’adopter. Je hochai même la tête à la salutation de deux ou trois capitoléens dont les coiffures me donnaient la nausée. Puis, ne supportant plus les regards insistants des spectateurs, je tournai mon attention vers Jason que je n’avais pas osé regarder depuis notre entrée dans l’allée centrale. Lui aussi semblait détendu et à l’aise avec le public, mais ce n’était qu’une façade : ses veines ressortaient sur ses mains dont une était serrée avec force en signe de révolte. Il ne fallait pas que cela se voit, il fallait qu’on leur plaise : aucune hostilité, que de la complicité.

- Jason ? murmurai-je.

Seulement, il ne m’entendait pas. Avec tout ce capharnaüm, comment aurait-il pu ? Pourtant, son visage se tourna bientôt vers le mien, m’adressant un large sourire. Pur élément de stratégie ? Non, cela ne lui ressemblait pas : Jason n’était pas comme ça. Il faisait des choses spontanées, idiotes et parfois blessantes ce qui avait conduit au drame. Faire des choses intéressées, ce n’était pas lui. L’accident en était peut-être bien un finalement : pas une punition en bonne et due forme, juste une malheureuse leçon qui aurait mal tourné… Il s’en voulait, c’était évident dans le train. Pourquoi n’avais-je pas voulu le voir plus tôt ?

Dans un élan, je lui renvoyai son sourire, sincère plein de regrets et d’envie de renouveau. Puis, sentant le petit chiot commencer à gigoter dans mes bras, je passai une main douce dans ses poils avant de me tourner vers l’arrière du char. Là, je soulevai le chiot noir qui restait ainsi sans bouger, déposai un bisou sur sa truffe moite, puis terminai en le serrant une dernière fois dans mes bras avant de m’agenouiller pour laisser le petit animal gambader à nos côtés. D’abord inquiète qu’il ne comprenne pas ce qu’on attendait de lui, il se mit à trottiner à gauche de notre char, à mes côtés telle une ombre rassurante. Jason voulait être cette ombre rassurante dans l’arène, il l’avait dit clairement plus tôt dans la journée : seulement, je ne pourrais pas le laisser faire cela. Même si les tributs étaient liés, et encore fallait-il découvrir de quelle manière, je ne pouvais pas le laisser risquer de mourir juste pour se racheter d’une faute dont je n’étais même plus certaine qu’il l’ait réellement commise.

A son tour, il lâcha son labrador qui rejoignit lui aussi le cortège en nous encadrant. Je réhaussai la capeline qui pendait sur mes épaules, puis jetai un coup d’œil à la tribune droite afin que les spectateurs ne se sentent pas lésés. Dans mon champ de vision, Jason paraissait soucieux. Ses mains n’arrêtaient pas de changer de position. J’allais presque faire une moue désapprobatrice de son attitude quand je sentis sa main se glisser dans la mienne. Il la serra, délicatement mais sûrement. Cette pression, je l’avais déjà ressentie auparavant : un des jours où nous avions regardés ensemble, sur la place centrale, l’édition d’Allisson. A chaque fois, qu’elle risquait sa vie, il serrait ma main exactement de la même façon qu’aujourd’hui. C’était sa manière à lui de montrer ses émotions, de calmer les miennes. La chaleur et la tendresse de sa paume contre la mienne m’apaisait. Il était moins difficile de respirer dans cette atmosphère tendue et hostile, moins difficile aussi de sourire au public, moins difficile de lui sourire à lui… Doucement, mon corps se rapprocha du sien jusqu’à ce que nos flancs se touchent. Nos bras s’enlacent, nous sommes collés l’un à l’autre au centre de notre char. Mon regard se plonge dans le sien, je lui souris. Je n’arrive plus à me détacher de lui, de son corps, de son regard si profond dans lequel je pourrais me noyer immédiatement. Certaines personnes du public ont dû apercevoir notre émotion car j’entends des cris sur notre passage. Mes doigts s’agrippent autour des siens comme si ma vie dépendait de ce moment alors que ce n’est pas la mienne qui est en jeu, la mienne est déjà perdue et en cet instant je me rends compte que la sienne est la seule qui m’obnubile encore.

Finalement, je ne tiendrai pas la promesse que j’avais faite à mes parents : du moins, pas comme je l’aurais voulu. Je ferai tout pour survivre, mais sans être un fardeau pour lui. Je ferais tout ce qu’il fallait pour cela. J’irai voir notre mentor afin que, si le destin qu’il devait sceller consistait en une torture innommable, il me choisisse. Je ne pouvais pas gagner : autant qu’il supprime celle de nous qui ne pourrait jamais revoir notre District ou notre coin secret… Si un jour Jason pouvait y retourner, il pourrait continuer à faire vivre nos esprits : à Alisson et moi… Il fallait qu’un de nous rentre. Après toutes les pertes que notre District avait subi, après toutes les souffrances que nous avions endurés, que nous nous étions infligés, il fallait que l’un de nous survive. C’était ça notre malédiction et mon choix était désormais arrêté. Je laissai mon visage aller contre son épaule, le dirigeant vers son visage. Cette proximité était étrange, elle me rappelait nos longues soirées d’été où je m’endormais parfois sur son épaule, dans la clairière, pendant qu’Alisson comptait nos prises de la journée. Nous étions trois à l’époque, mais dans ces moments-là nous étions déjà tous les deux seuls au monde…

Mon sourire restait figé sur mon visage, je ressentais une espèce de plénitude comme si plus personne n’était autour de nous. Pendant quelques secondes, j’avais l’impression de ne plus être dans cette fosse aux lions, dans cette cellule de zoo où des milliers de personnes nous scrutaient. Je nous revoyais dans cette clairière, je parvenais presque à sentir l’odeur des pins… Mais soudain le char prit un virage et me réveilla. Nous n’étions plus dans notre District et nous n’y serions plus jamais réunis. Ma tête se redressa et je m’éloignai un peu de lui, tout en gardant nos mains serrées dans une étreinte que je ne pouvais lâcher.

La Présidente parla, mais ses paroles me parurent bien vides de sens. Mais « pour le souvenir »… Par cette parole, je venais de réaliser que je ne pouvais pas continuer à le punir, mais je n’avais pas non plus le droit de me rapprocher de lui : pas pour lui donner encore plus de raisons de se tuer pour moi… Il allait falloir que je me sacrifie « pour le souvenir ». Pour le souvenir de ce qu’il y avait eu entre nous sans qu’on se le dise, pour ce qui aurait pu arriver si nous n’avions pas été des adolescents stupides et bornés… Si nous n’avions pas vécus ici…

Les larmes remplissaient mes yeux mais ce n’était plus important. Notre char rejoignait déjà la salle d’où nous étions partis quelques minutes plus tôt et plus personne ne pouvait voir nos visages. Ils avaient eu leur spectacle et, même si leur cirque me révoltait, je savais désormais ce que j’avais à faire.

_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡️) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Leanne Chetwood
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Jeu 4 Déc - 20:48

Parade

   
tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.
   

   Il n'y a aucun cri, aucune exclamation qui nous accueille, Xavan et moi, quand on arrive devant l'entrée du Grand Cirque. Juste le silence, un silence morbide, à croire qu'il n'y a plus aucun tribut à regarder. Je ne sais pas comment attirer l'attention des gens. Je ne le saurai sans doute jamais.
Et ce n'est pas mon boulot.

Qu'est-ce que j'espérais ?

J'aurais voulu qu'il y ait au moins une personne qui nous remarque. Juste une. Mais je n'avais pas réalisé à quel point nos costumes étaient affreux et combien le Douze était ignoré lors de chaque Hunger Games. Je tremble, à moins que ce soit le galop des chevaux qui fasse vibrer le fond du char… Mais je pense que c'est moi, j'ai la boule au ventre, mon regard se brouille.

Surtout, ne pas pleurer.

Ou sinon je peux baisser mes chances de survies à -500 sur une échelle de 0 à 12. Je vais mourir. Dans quatre jours. Et Xavan avec moi.
Je passe en revue toutes les meilleures façons d'en finir rapidement pendant que notre char fait le tour du Grand Cirque, les gens hurlent cette fois, mais je sais que ce n'est pas pour nous, c'est uniquement pour les autres. Ca aurait fait le même effet si j'avais été invisble au milieu de cette foule.

Alors que la tribune présidentielle se rapproche de plus en plus, je suis sûre que mon visage pâlit à vue d'oeil, malgré les couches énormes de fond de teint que m'ont appliquées mon équipe de préparation. Quand je peux voir net le visage de la présidente, impassible. Cette fois, c'est un frisson de colère qui m'envahit quand je pense croiser son regard glacial.
Puis je parcours le reste de la tribune du regard, je reconnais chaque visage des Juges et surtout celui du Haut-Juge, qu'on voit chaque année à la télé, dans les spots de propagande.
J'ai envie de hurler ma rage au monde, hurler contre toute l'injustice de ce système.
J'ai envie de pleurer aussi, de colère contre tous ces gens qui m'ont totalement ignorée. Même si il me semble que j'ai entendu quelques commentaires moqueurs sur notre duo, ça ne compte pas.
Maintenant que je peux voir mes futurs assassins en face, je peux me demander lequel précipitera les tributs dans ma direction pour m'éliminer le plus vite possible de la compétition. En essayant de trouver lequel d'entre les Juges est en train de me regarder avec un sourire carnassier, par simple plaisir de me faire mourir dans d'atroces souffrances, mes réflexions morbides m'arrachent un sourire désabusé.
Je me tourne vers l'extrémité gauche du demi-cercle des tributs pour essayer d'apercevoir Nik, sans succès, les chars sont trop nombreux.

Je ne le comprends plus, j'ai compris rapidement qu'il s'est porté volontaire.

Je ne comprends plus rien.

J'écoute le discours de la présidente, sa voix amplifiée par le micro est étrangement étouffée par mes tympans qui bourdonnent. Génial, la musique m'a rendue sourde.

Je suis foutue...

Et je serre Xavan contre moi, mortifiée par le stress, afin de calmer mes tremblements et de ne pas m'écraser par terre pour achever de nous ridiculiser devant tout Panem.



   
made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
« »
★ Âge : 00ans.
○ Points : 4104
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Ven 5 Déc - 15:22







Splendidement vêtu par sa styliste et campé sur son char Nolan s'efforce de rester calme . A-t-il peur? Oui sûrement un peu , il ressentait également de l'intimidation mais il ne fallait pas qu'il fléchisse , il se devait d'afficher un air déterminé. Il jeta un regard en biais à Silver , ils n'étaient presque pas reparlés depuis leur première discussion tendue dans le train . Elle aurait pu représenter une alliée potentielle mais le jeune homme hésitait encore à se lier avec quelqu'un dans l'arène . Les district défilaient les uns après les autres tous plus impressionnants , au milieu d'eux le char du district Neuf et ses tributs devaient avoir l'air bien modeste , peu de monde avaient dû les réperer . Le menton haut , le regard lointain et la mâchoire crispée Nolan ne semblait afficher aucun expression autre qu'une forte détermination .
Il inspira profondément , sourd aux acclamations du publics , la maudite Présidente fit son allocution mais Nolan ne l'écouta pas , occupée à observer ses futurs adversaires : cette année encore les carrière seraient le splus dangeraux mais le gamin du Neuf ne devait pas avoir peur , il ne pouvait pas avoir peur , il n'avait plus peur . Il ne ressentait plus rien d'autre que la rage : les Jeux commençaient....

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 22 ans
☆ Surnom : /
★ Occupation : Apprentie pharmacienne / Tribut du District 5
☆ Humeur : Dévastée
★ Plat préféré : Une pomme
☆District : Cinq

○ Points : 1544
○ Barre de vie :
179 / 200179 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   Sam 6 Déc - 18:36


»J'ai vu les fanfares, les barrières,
et les gens autour...
«

L’explosion attira une commune inspiration apeurée de la part du public, l’aigle fit sensation. Ils n’étaient que les cinquièmes, finalement, c’était encore la première partie de la Parade. Les Districts les plus riches de Panem. Ceux qui avaient le plus de moyens. Et Amy s’en rendit compte, tandis qu’elles passaient les chapeaux fantaisistes et les couleurs folles. Plus qu’un spectacle, plus qu’elle-même. Elle n’était plus elle, d’ailleurs. Elle n’était plus Amy Eileen Wetthrone, file du maire, fille de la pharmacienne. Fille du Cinq. Fille de la chance, fille de la vie, fille du mauvais sort. Fille du malheur.
Tout cela, oui, tout cela n’était plus. Non, tout cela était fini. Ecrasés sous le sabot des chevaux, balayés par les chars, chassés par ces mains qui applaudissaient, par ces souffles hystériques. Elle n’était désormais plus qu’un Tribut parmi tant d’autres.
Le char s’arrêta face à la Tribune tandis que la Présidente s’avançait. Alors Amy pensa à ceux qu’elle avait laissés derrière et à chacun d’eux, elle sentit son corps réagir comme opposé à cette perte. Elle revit son père effondré dans son fauteuil et ses paupières se fermèrent impulsivement ; elle entendit les sobriquets que lançaient les jeunes tandis que ses oreilles les amalgamèrent avec les cris de la foule ; elle sentit encore l’âcre odeur de sa bibliothèque qui fut si proche de celle de la fumée de l’explosion ; elle se rappela la chaleur des bras de sa mère avant d’être gagnée par le plus mordant des froids ; elle goûta les lèvres de Rayan, et rien ne les remplaça, si ce ne fut le vide.
Le vide.
Elle se sentit défaillir, perdit un temps son assurance. Où étaient ses proches ? Que pensaient-ils ? Que voyaient-ils ? Rayan, Maman, Papa… Pourquoi ne sentait-elle que le froid ne cessait de l’assaillir tandis que cette femme à l’ardente chevelure ? Soudain prise de terreur, Amy pensa à cette vie qu’elle venait d’être forcée à abandonner, et eut l’envie de défaillir. Elina saisit une des ses mains, Adam l’autre, et elle le leur rendit.
Alors elle pensa à eux. Eux qu’elle avait à ses côtés. Et ses jambes arrêtèrent de trembler, ses yeux arrêtèrent de fuir pour observer la plus puissante des femmes illuminer l’endroit et irradier les enfants et les adultes devant elle de beauté. Et la vision d’Amy ne put se défaire d’elle, et son attention ne put se concentrer sur autre chose, que cette femme que l’on rendait divine et que ces mains qui l’accrochaient à la réalité.

« Chers compatriotes, nous sommes tous réunis pour célébrer ensemble la 175ème édition des Hunger Games. Une année très spéciale puisqu’elle voit l’avènement d’une Expiation, qui je le souhaite et j’en suis certaine, marquera à jamais l’anniversaire de ce malheureux événement de notre Histoire qu’est la disparition du District Treize. »
« Une année de plus, reprit-elle, de courageuses jeunes femmes et de vaillants jeunes hommes vont s’affronter afin que plus jamais des innocents ne soient sacrifiés sur l’autel d’une guerre futile…  Pour le souvenir. Mais d’exceptionnels mentors ont également accepté de se joindre à eux, ce qui nous prouve toute leur dévotion et l’intérêt qu’il porte à notre nation et de cela je voudrais les remercier. »

Les mains des trois compagnons du Cinq se serrèrent et ils se comprirent sans parler. La Présidente finit. Un regard fut échangé entre eux trois tandis que les chars repartaient. Amy oublia comment parader. Oublia comment sourire.
Sut comment agir.
Et se mit à réfléchir aux trois prochaines journées qui allaient se dérouler.


fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul.

_________________
Tribut du District 5
Now in my remains are promises that never came. Set the silence free to wash away the worst of me.
Like an army, falling, one by one by one... Like an army, falling, one by one by one.◗ amaaranth ♫♪


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
« »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Présentation des tributs   

Revenir en haut Aller en bas
 

EXPIATION - Présentation des tributs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Nord de la ville-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit