Partagez | 
 

 Ensemble ?...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Ensemble ?...    Dim 20 Juil - 14:51





Les Featherstones





Lorsque je me rendis chez Sélène ce soir-là, j’étais plus déterminée que jamais. Les coachs m’avaient choisie pour me porter volontaire pendant les jeux. J’avais une tonne d’arguments pour lui montrer que je pouvais les gagner, et qu’elle n’avait pas besoin de venir avec moi. Bien sûr nous n’en avions pas encore discuté, mis à part mon départ le soir de l’Expiation où je lui avais crié dessus que je n’hésiterais pas à la tuer s’il le fallait, ce qui était un mensonge éhonté. Il fallait qu’on ait cette discussion, et j’espérais de toutes mes forces être suffisamment convainquant, même si j’avais déjà pris mes dispositions plus tôt dans la soirée au cas où je n’arriverais pas à mes fins. En effet, j’avais déjà rencontré Pearl, et lui avait demandé si elle accepterait de se porter volontaire à ma place si jamais Sélène s’obstinait à venir avec moi dans l’arène. Seulement avant de concrétiser cela, il y avait plusieurs questions auquelles je devais répondre … Déjà, si j’allais dans l’arène, Sélène allait-elle forcément me suivre ? Et si jamais je n’y allais pas, était-elle certaine qu’elle n’irait pas ? Après tout, je n’avais vécu jusqu’à aujourd’hui que pour aller dans l’arène, et il était hors de question que je n’y aille pas si au final cela n’évitais pas à ma sœur d’y aller quand même …

Je frappai à la porte et j’attendis un moment. Je frappai à nouveau et vis la forme de Sélène se dessiner à la fenêtre. J’entendis ses pas derrière la porte avant qu’elle n’ouvre. Elle avait l’air un peu surprise de me voir, mais contrairement à ce que j’imaginais, elle n’avait pas l’air particulièrement énervée. Je me pinçais les lèvres : l’heure était venue de ravaler ma fierté.

◄ CHANNELLE ►
« Bonsoir Sélène … Je suis passée pour m’excuser pour l’autre soir, j’étais un peu sous le choc, je ne pensais pas ce que j’ai dit … »

Je relevai les yeux vers elle avant de lui adresser un léger sourire, espérant qu’elle allait me laisser entrer.

◄ CHANNELLE ►
« Et puis, c’était présomptueux de ma part de penser que t’allais vouloir y retourner avec moi, après réflexion, je me rends compte que je ne t’ai même pas laissé parler mais au fond, une arène c’est déjà largement suffisant … »

Dans ma tête, le speech était parfait. Par contre une fois prononcés, j’avais l’impression qu’elle allait penser que je venais juste m’assurer qu’elle n’allait pas me voler la vedette. Même si j’espérais que ma sœur ait une plus haute opinion de moi que cela, je ne voulais pas laisser de doute là-dessus.

◄ CHANNELLE ►
« Tu me laisses entrer ? J’ai une grande nouvelle à t’annoncer ! »

Bon, ce n’était pas un mensonge, c’était une grande nouvelle. Après, ce n’était pas forcément une bonne nouvelle pour elle … Mais encore fallait-il qu’elle me laisse entrer …




_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 28 ans
★ Occupation : Mentor
★ Plat préféré : Foie gras
☆District : Un

○ Points : 1370
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Ensemble ?...    Dim 3 Aoû - 20:30


Ensemble ?



"A cœurs ouverts ?"


Depuis l’annonce de l’Expiation, j’avais le sentiment que le temps s’était arrêté. Je n’avais pas revu mes parents ni même Kyle et encore moins ma sœur, Channelle. J’avais conscience que j’aurais dû la chercher et lui parler, surtout après sa réaction et les paroles qu’elle avait eues ce soir-là. Mais elle était aussi butée que moi à son âge, je ne me faisais pas d’illusion quant à la réponse qu’elle m’apporterait même si, au fond, j’étais certaine qu’elle savait que j’irai dans l’arène avec elle si elle décidait de se porter volontaire. C’était d’ailleurs l’objet d’une réunion au Centre des Carrières ce soir : désigner officiellement les carrières qui se porteraient volontaires à la Moisson. Channelle était en tête pour être la tribut féminine. Ils avaient raison après tout : Channelle avait tout pour s’en sortir dans une arène, même pendant une Expiation. Elle avait le charisme pour plaire au public, le physique pour tenir tête même aux tributs les plus coriaces, l’intelligence et la malice pour se sortir des encombres… Elle pouvait gagner, je le savais. Seulement, on peut jouer avec l’avenir de quelqu’un qu’on ne connait pas mais pas avec celui de la seule personne à laquelle vous tenez vraiment, la seule qui vous connait réellement…

J’y avais réfléchi, des heures et des heures. Rien ne me retenait plus ici. Si Channelle devait aller dans cette arène, j’irai avec elle. Je l’aiderai, je l’accompagnerai et même si elle ne voulait pas de mon aide, je la protègerai sans qu’elle le sache et, quand l’heure serait venue, elle n’aurait qu’à rejouer la fin de mon arène sauf que je me tuerai. Elle gagnerait et rentrerait à la maison. Elle ne serait plus la même, elle serait devenue la même coquille vide que je suis mais au moins elle serait en vie. Cela s’était le scénario que j’espérais ne pas avoir à appliquer, mais s’il le fallait j’irai jusqu’au bout.

Ce que personne ne savait, c’est que j’avais un autre plan. Moi aussi j’avais choisi ma volontaire : Pearl était de plus en plus douée depuis que je l’entrainais soir après soir, elle avait tout pour réussir et elle n’hésiterait pas à coiffer ma sœur au poteau. Cela était égoïste de ma part de priver ma sœur de ses Jeux, alors que j’avais eu le même rêve qu’elle. Seulement, depuis, j’avais largement déchanté et si je pouvais nous éviter à toutes les deux des souffrances inutiles, je ferais ce qui était nécessaire.

J’étais en train de ranger des affaires dans ma chambre, mettant en ordre toutes les pièces une à une en songeant qu’il n’y avait une possibilité que je ne revienne jamais ici après la Moisson lorsque j’entendis frapper à la porte, en bas. Qui cela pouvait-il bien être ? Tous les carrières et ceux que je fréquentais devaient encore fêter la nomination des deux volontaires de cette année. Pearl n’oserait pas risquer qu’on la voit trainer vers chez moi alors que notre alliance était basée sur le secret et la discrétion la plus totale. Quant à mon frère et ma sœur, ils devaient trinquer à la future victoire de ma sœur. Rien qu’à cette idée, je fis une grimace avant de poser sur le lit recouvert d’un couvre-lit blanc ivoire en fourrure les quelques affaires qui n’avaient pas encore trouvé leur place dans ma commode. Quelques photos, coupures de presse du Capitole et bijoux s’étalaient donc dans ma chambre tandis que je dévalais les marches en silence et que je me glissai discrètement à la fenêtre : je n’avais pas vraiment envie de voir du monde aujourd’hui, je pourrais toujours faire mine de ne pas être là.

Channelle.

Elle se tenait sur le perron, attendant ma venue. Elle était sans doute la dernière personne que je m’attendais à voir. Faire le premier pas n’était pas dans ses habitudes, du moins d’habitude. Sans réfléchir plus longtemps, j’allais à la porte et l’ouvrit : me révélant à elle en jeans et chemise noire, une main passant dans mes cheveux ondulés pour les dompter – bien que ce soit plus un signe de nervosité que d’autre chose. Je la regardais en silence, un peu dubitative, quand elle m’annonça :

- Bonsoir Sélène … Je suis passée pour m’excuser pour l’autre soir, j’étais un peu sous le choc, je ne pensais pas ce que j’ai dit …

Ses yeux se levèrent vers moi, affichant un air désolé. Elle n’avait pas besoin de s’excuser, la colère peut nous faire dire les pires choses du monde. Je souris à mon tour, j’avais envie de la prendre dans mes bras, de lui dire que tout était oublié mais on ne pouvait pas oublier que la Moisson approchait et qu’elle s’apprêtait à faire une grosse erreur…

- Et puis, c’était présomptueux de ma part de penser que t’allais vouloir y retourner avec moi, après réflexion, je me rends compte que je ne t’ai même pas laissé parler mais au fond, une arène c’est déjà largement suffisant … continua-t-elle.

Je levai un sourcil. Croyait-elle vraiment que je n’irai pas avec elle ? Qu’une arène m’avait suffi et que même pour la sauver je n’oserai pas en refranchir les portes ? Ou avait-elle peur que je lui vole la vedette ? Non, ce n’était pas son genre même si ses rêves de victoire me dépassaient parfois totalement. Peut-elle se faisait-elle réellement du souci pour moi après tout… Mais sa dernière remarque fut la douche froide :

- Tu me laisses entrer ? J’ai une grande nouvelle à t’annoncer !

Je pinçai les lèvres et me poussai sur le côté pour lui permettre de passer, sans un mot. Quoi lui dire ? Et puis mince, après tout ! A peine avais-je refermé la porte tandis qu’elle se dirigeait vers mon salon que je lui laissais :

- Je suis heureuse que tu sois venue, mais ne compte pas sur moi pour fêter avec toi ta nomination pour être la volontaire féminine…

Je m’approchai d’elle doucement, puis je passai ma main avec délicatesse sur son visage.

- Tu as tellement grandi… murmurai-je presque pour moi-même. Je sais que tu es forte, que tu es capable de faire ce qu’on attend de toi,…et en ça tu es bien une Featherstone, annonçai-je avec un petit rire doux et en prenant ses mains dans les miennes.

Mes yeux la contemplaient. Elle paraissait si fragile en apparence et je la savais si forte, déterminée, pleine de ressources. Elle avait encore cette étincelle au coin du regard, cette étincelle que je n’ai jamais vu briller dans le regard d’aucun vainqueur… Une larme commençait à couler sur ma joue, je n’étais pas une sentimentale, c’était plus fort que moi : je refusais de la perdre.

- Tu as raison, je ne veux pas retourner dans l’arène… Papa, maman et Kyle ont dû te faire part de mon départ…fracassant ce soir-là ?

Ils n’auraient su se taire : ça aurait été presque trop beau qu’une nouvelle ne fasse pas le tour de la famille.

- Mais je refuse de te laisser aller dans cet enfer seule si je peux t’aider. Je t’aime, Channelle, tu es ma sœur, je ne peux pas rester en retrait alors que tu veux risquer ta vie… Une victoire ce n’est rien, une sœur c’est tout.

J’avais dit cette dernière phrase en la regardant les yeux dans les yeux, sans plus de chichi. A cet instant, j’étais tout aussi déterminée qu’elle. Quoi qu’elle puisse me dire, ma décision était prise : si Pearl ne jouait pas son rôle et que Channelle n’en faisait qu’à sa tête, je la suivrais et advienne que pourra.



_________________




♥️ Sélène J. Featherstone ♥️
.   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .

"Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t'apprend parfois à vivre avec." Proverbe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Ensemble ?...    Dim 3 Aoû - 22:52





Les Featherstones






◄ SELENE ►
«  Je suis heureuse que tu sois venue, mais ne compte pas sur moi pour fêter avec toi ta nomination pour être la volontaire féminine… »

Aoutch … C’était ce que je craignais. Elle ne pouvait pas être heureuse pour moi. Je relevai les yeux vers elle feignant l’incompréhension bien que je savais depuis longtemps son point de vue sur ma participation.

◄ CHANNELLE ►
« Tu as pourtant été à la même place il y quelques années, non ? »

J’avais un plan A, et un plan B, et un plan C. D’abord j’essayerais simplement de la raisonner et de lui rappeler qu’à mon âge, elle était comme moi. Qu’il était de notre devoir de s’occuper de notre district en évitant aux jeunes innocents sans expérience d’être tirés, et que j’avais le droit moi aussi d’avoir une conscience, et d’être une bonne citoyenne de Panem comme elle l’avait été. Je lui expliquerais que j’avais vu sa victoire, que je savais ce que ça pouvait être, et que je me serais préparée à la dureté des jeux. Avec un peu de chance, ça suffirait. Mais si cela échouait je passerais au plan B : lui dire que de toute façon c’était ma vie et que je ferais bien ce que j’avais envie. Mais qu’il n’y avait pas de raison qu’elle me suive et se soumette à cela elle aussi, que cela ne mènerait à rien. Enfin le plan C, c’était de supplier. Mais inutile de dire que j’espérais ne pas avoir à en arriver là. Elle me passa délicatement une main sur le visage et je senti ma motivation faiblir.

◄ SELENE ►
«  Tu as tellement grandi.  Je sais que tu es forte, que tu es capable de faire ce qu’on attend de toi,…et en ça tu es bien une Featherstone.»

Elle prit mes mains dans les siennes et j’eu une lueur d’espoir. Il semblait presque qu’elle comprenait mon engagement et qu’elle allait me laisser y accéder. Mais lorsqu’une larme roula sur sa joue, je su que malgré tous mes efforts elle ne me laisserait jamais y aller toute seule.  Je la regardai et d’une main j’effaçai la larme qui roulait le long de sa joue. Ma Sélène, ma douce Sélène … Comment te donner ce que tu voulais tout en obtenant ce que je voulais ? Ce n’était pas possible …

◄ CHANNELLE ►
« Sélène … »
◄ SELENE ►
« Tu as raison, je ne veux pas retourner dans l’arène… Papa, maman et Kyle ont dû te faire part de mon départ…fracassant ce soir-là ? »

La vérité était que je n’avais pas adressé la parole à papa ni à maman, et que la seule chose dont j’avais parlé avec Kyle c’était de ma victoire certaine aux jeux. S’il savait ce que je préparais, ils me renieraient tous.

◄ CHANNELLE ►
« La vérité Sélène, c’est que je n’ai pas encore parlé à Papa et Maman. Je n’avais pas envie de les voir alors j’ai … J’ai passé mes nuits ailleurs cette semaine. »

Là-dessus, Zane avait pas mal occupé mon temps libre. Il m’évitait de penser même s’il pensait lui aussi que les jeux étaient de la connerie, comme les carrières d’ailleurs. J’aurais voulu en parler à Sélène, parler de choses de sœur à sœur … Mais tout le monde pensait que je sortais avec Natanaël, et c’était mieux comme ça. Mes parents n’auraient pas aimé que je sorte avec « le commun des mortels ».

◄ CHANNELLE ►
« Quand à Kyle, à part les jeux et ma victoire lui tu sais, rien ne l’intéresse. Mais je n’en aurais pas attendu moins de toi, on n’est pas sœur pour rien après tout. »

Je la gratifiai d’un sourire, mais ne pu m’empêcher de remarquer qu’elle avait un air grave. Je la laissai parler. Il fallait que cela sorte.

◄ SELENE ►
«  Mais je refuse de te laisser aller dans cet enfer seule si je peux t’aider. Je t’aime, Channelle, tu es ma sœur, je ne peux pas rester en retrait alors que tu veux risquer ta vie… Une victoire ce n’est rien, une sœur c’est tout. »

Elle me regardait dans les yeux, et je soutins son regard. D’abord par défi, parce qu’elle pensait qu’elle serait plus forte que moi. Puis mes yeux s’adoucirent … Elle pensait à moi. De la même manière que je pensais à elle. Je ne devais pas m’énerver, mais parler avec mon cœur … Peut-être qu’elle comprendrait.

◄ CHANNELLE ►
« Et tu as pensé à moi ? Tu refuses de me laisser aller dans l’arène ? Et moi alors, pourquoi je devrais te laisser y retourner ? Je ne te ferais pas l’affront de te demander si tu as oublié ton arène … Mais moi non plus je n’ai pas oublié. Ce n’est pas parce que je n’en parle pas que je n’y pense pas … Je m’en rappelle, je me souviens de comment tu étais. Veux-tu vraiment revivre ça ? »

Je m’avançai vers elle et prit sa main dans la mienne.

◄ CHANNELLE ►
« Et as-tu pensé une seconde à ce qui se passerait si toi et moi arrivions ensemble à la fin ? Aurais-tu la force de me tuer ? Parce que moi, je ne l’aurais pas. »

Je la lâchai et reculai d’un pas alors que je réalisais qu’évidemment, elle avait déjà du penser à ça. Et trouver une solution.  Je secouai la tête alors que c’était à mon tour de voir une larme rouler sur ma joue.

◄ CHANNELLE ►
« J’espère franchement que tu n’y avais pas pensé parce que franchement … »

A l’intérieur, j’étais indignée. Croyait-elle sincèrement que j’allais la laisser se sacrifier pour moi ? Et que ferait-elle, si j’en faisais de même pour elle ? Elle ne pensait donc pas à moi ?

◄ CHANNELLE ►
« Et tu te dis quoi, pour te donner raison … Que tu fais ça pour moi ? Sélène. Tu l’as fait toi aussi. Et je sais que ça a été dur, mais j’irais avec Natanaël. Ca n’aura rien à voir avec ce que toi tu as vécu.  Sélène … Je n’ai vécu jusqu’à maintenant que pour cela. C’est ce que je dois faire, c’est mon devoir et ma seule ambition. C’est absolument tout ce que je désire … Je t’en prie Sélène. Ne me fais pas choisir entre ce rêve et toi. »

Je la fixai, les yeux suppliants. Elle devait comprendre … Il le fallait. Ou je devrais céder, et je n’étais pas encore résignée.

_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 28 ans
★ Occupation : Mentor
★ Plat préféré : Foie gras
☆District : Un

○ Points : 1370
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Ensemble ?...    Mer 13 Aoû - 1:14


Ensemble ?



"La sauver à tout prix..."


Channelle me ressemblait tellement… Ce regard farouche, presque provocateur, lorsque je m’évertuais à lui faire comprendre que ce n’était pas pour la priver de son désir que je la suivrais mais justement parce que je l’aimais... Peu  à peu, le feu qui brulait en elle devînt moins ardent et elle s’adoucit. Je songeais qu’elle comprenait enfin, qu’elle abdiquerait mais elle me revînt à la charge de plus belle :

- Et tu as pensé à moi ? Tu refuses de me laisser aller dans l’arène ? Et moi alors, pourquoi je devrais te laisser y retourner ? Je ne te ferais pas l’affront de te demander si tu as oublié ton arène … Mais moi non plus je n’ai pas oublié. Ce n’est pas parce que je n’en parle pas que je n’y pense pas … Je m’en rappelle, je me souviens de comment tu étais. Veux-tu vraiment revivre ça ?

Les paroles qui suivirent franchirent mes lèvres sans que j’ai besoin d’y réfléchir :

- Bien sûr que j’ai pensé à toi Channelle ! C’est d’ailleurs à cause de cela que je n’ai pas le droit de te laisser y aller toute seule. Je n’ai pas envie d’y retourner et de revivre ça… Je sais que tu es forte, que tu es aussi douée que moi à l’époque mais une aide n’est jamais de trop là-bas, surtout quand cette aide ne cherchera pas à vous tuer…

Elle écouta mes remarques en silence, les mots roulaient sur sa peau mais n’imprégnaient pas son esprit. Je savais que ce n’était pas parce qu’elle n’en comprenait pas le sens mais bien parce qu’elle ne le voulait pas. Elle ne désirait pas comprendre qu’une arène change une personne, qu’une arène ce n’est pas seulement défendre l’honneur de son District mais aussi se perdre à jamais pour quelques semaines de gloire qu’on ne savourera pas parce qu’on aura enfin réalisé ce que sont les Jeux. On y vend son âme, si on n’y meurt pas.

Channelle avait les capacités pour aller au bout, pour vaincre et avoir sa victoire : je ne doutais pas d’elle, mais la laisser courir le risque… Restez devant les écrans, jour après jour alors que la liste des tributs encore en course se restreindrait, à craindre pour sa vie alors que je saurais que je pourrais être à ses côtés, la protéger, voire me sacrifier pour elle. Je n’en serais pas capable.

Mes lèvres se pincèrent à cette pensée, elle dut sentir mon angoisse car elle s’approcha alors encore davantage de moi et glissa doucement ses mains autour des miennes. C’était le genre de gestes que nous avions rarement l’une envers l’autre, un geste simple qui signifiait beaucoup, un geste qui laissait présager une question grave, presque supplicatrice.

- Et as-tu pensé une seconde à ce qui se passerait si toi et moi arrivions ensemble à la fin ? Aurais-tu la force de me tuer ? Parce que moi, je ne l’aurais pas.

Derrière ses airs de carrière impitoyable, s’était toujours cachée une jeune fille douce et fragile que je retrouvais dans ses questions si crues. Celles-ci n’étaient que rhétoriques, elle en connaissait la réponse. Du moins, j’espérais qu’elle savait que je l’aimais suffisamment pour savoir ce que je ferais.

A peine eut-elle fini que je lui adressais un sourire qui en disait plus long que tous les discours et toutes les réponses que j’aurais pu lui apporter. Mes mains glissèrent dans les siennes pour que nos paumes se caressent délicatement, je voulais la rassurer bien que c’était inutile. J’étais presque soulagée lorsqu’elle réalisa que j’avais tout prévu, que j’avais mûrement réfléchi à la situation et que ma décision était prise. La scène finale était d’ores et déjà figée dans mon esprit : n’importe quelle arme ferait l’affaire, n’importe quelle falaise, n’importe quelle noyade… Et s’ils voulaient qu’on se batte alors je me débrouillerai pour le faire sans la blesser jusqu’à ce que je réussisse à me ficher une lame ou autre chose à la place du cœur… Une larme roula en silence sur sa joue. Elle paraissait si jeune tout à coup.

- J’espère franchement que tu n’y avais pas pensé parce que franchement …

- Il n’y a pas de problème Channelle, il n’y a que des solutions… et je ne te ferai jamais de mal.lâchai-je avec une voix calme et presque mélodieuse tandis que sa phrase s’achevait sur un espoir vain.

Mon choix était fait. Je ne lui demandais pas de l’accepter, c’était impossible. J’étais celle qui brisait son rêve : elle avait été choisie par les coachs cette année, c’était l’heure de sa consécration, ce pour quoi elle avait sacrifié son adolescence et qui allait enfin aboutir…et, par la faute de cette règle, mais plus encore par la faute de sa grande sœur, elle devrait elle aussi faire un choix auquel elle n’avait jamais songé auparavant.

- Et tu te dis quoi, pour te donner raison … Que tu fais ça pour moi ? Sélène. Tu l’as fait toi aussi. Et je sais que ça a été dur, mais j’irais avec Natanaël. Ca n’aura rien à voir avec ce que toi tu as vécu.  Sélène … Je n’ai vécu jusqu’à maintenant que pour cela. C’est ce que je dois faire, c’est mon devoir et ma seule ambition. C’est absolument tout ce que je désire… Je t’en prie Sélène. Ne me fais pas choisir entre ce rêve et toi.

Son expression était figée, méconnaissable. Nous ne nous comprenions pas, nous avions chacune trop à perdre dans cette histoire. La seule question qui restait en suspens était de savoir si elle choisirait son rêve ou moi. Cette demande était à peine voilée dans notre conversation, avant même de la débuter j’étais certaine que nous savions toutes les deux que nous en arriverions à ce point de non-retour. C’était égoïste de ma part, je n’avais pas le droit de lui faire cela. Mon instinct de sœur me criait cependant que c’était aussi ça l’amour… Savoir être égoïste au point de faire du mal à ceux que vous aimez pour les éloigner du danger, de la damnation et aussi pour vous éloigner de la perte.

La perdre… C’était bien la seule chose qui m’était inconcevable. Channelle n’en avait probablement pas conscience mais lorsqu’il m’arrivait de repenser à l’arène et de broyer du noir, de sentir dans mon cœur un immense trou béant se creuse et m’emporter dans les noirceurs de mes souvenirs, j’allais la voir. On ne se parlait pas forcément, elle était au centre des carrières, chez nos parents… Parfois, elle ne m’avait même pas réellement aperçue. Malgré tout, le simple fait de voir qu’elle était près de moi, qu’elle allait bien suffisait à me donner la force de continuer à avancer. Avec elle, j’essayais de réparer ce qu’on m’avait laissé détruire chez moi sans m’en avertir. C’était un sauvetage : à la fois un sauvetage de sa vie malgré elle mais aussi une manière de me pardonner. Me pardonner d’être un de ses modèles.

Son regard me suppliait, m’implorait de la laisser vivre sa vie, de faire ses propres choix comme je l’avais moi-même fait il y a maintenant quelques années. Seulement, j’aurais aimé que quelqu’un me dise ce que j’étais en train de lui avouer aujourd’hui sur les Jeux, j’aurais aimé que quelqu’un me mette en garde. Kyle était tellement obsédé par sa victoire, l’avait tellement transcendé. Il avait toujours été comme cela, il avait fait le choix de perdre son humanité au moment même où il avait fait ce qu’on attendait de lui… Je n’aurais jamais pu assassiner Maël, il n’avait eu aucun mal avec Opaline. Une mort qui l’avait définitivement fait basculer du côté de ceux qui acceptent alors qu’une autre m’avait faite basculer dans quelque chose que je ne voulais pas m’avouer.

- Je sais que ce ne sera pas pareil Channelle, mais ce dont je suis sûre c’est qu’on n’en ressort jamais comme on n’y est entré… Que ce soit moi. Ou même Kyle ! lançai-je alors que cela me faisait du mal de l’admettre. Aucun vainqueur n’a jamais retrouvé ce qu’il a perdu là-dedans. Tu ne pourras plus jamais vivre, Channelle… Seulement survivre et cela que tu en sortes ou non... Quand on prend cette décision, ce n’est pas que pour le temps de l’arène, c’est pour toute notre vie.

Ma respiration se faisait de plus en plus pressée, presque frénétique. J’avais du mal à garder mon sang froid, à ne pas l’attraper dans mes bras et lui dire à quel point je ne voulais pas qu’elle devient l’ombre d’elle-même et que, même si je la laissais y aller seule, qu’elle revienne ou non j’en mourrais. Tant qu'à mourir, j'aimais autant que ce soit pour qu'elle ait une chance supplémentaire d'avoir un jour tout ce que je n'aurais peut-être jamais, trop rongée par mon passé pour avancer vers l'avenir. J’avais raté tant de choses dans ma vie, il était hors de question que je rate cela aussi…

Je devais lui dire. Maintenant. Peut-être comprendrait-elle… Ou pas. Peut-être cela la retiendrait-il ou au contraire foncerait-elle dans l’arène pour me punir… Après tout, il fallait qu’elle sache.

Je me dirigeais vers la commode de l’entrée, celle que j’avais dévastée le soir de l’annonce de l’Expiation et ouvrait un tiroir dont je tirai une photographie dont les bords avaient ondulés suite à leur petit séjour dans l’eau du vase renversé sur le sol. Elle savait pour le bébé mais elle ne savait pas ce qu’il s’était réellement passé sur la falaise… Pourquoi j’avais l’impression de ne pas avoir le droit d’être  heureuse, cette sensation qui hante tous les vainqueurs sauf peut-être ceux qui ont perdu la raison ou son trop fier pour l’admettre.

Je lui tendis la photographie. Elle la prit entre ses doigts avant de m’adresser un regard interrogateur.

- Dans l’arène, rien ne se passe jamais comme prévu… J’en sais quelque chose et crois-moi les caméras ne montrent pas tout. Je serrai les dents avant d’ajouter : Surtout quand la favorite du public découvre qu’elle a une conscience alors qu’elle est censée vouloir survivre…

J’espèrais que cela l’interpellerait, qu’elle essayerait de savoir où je voulais en venir. Les mots restaient coincés dans ma gorge, je n’arrivais plus à parler. Les traits de mon visage s’étaient figés dans leur manteau de tristesse, mes doigts tremblaient encore d’avoir dû lâcher le seul lien qu’il me restait avec celui qui m’avait fait réaliser que je n’étais pas qu’une machine à tuer qui fait sagement « ce qu’on attend d’elle » mais que j’étais une personne, humaine avec un libre arbitre. Il m’avait appris cela au fond, la liberté. J’étais simplement trop effrayée pour m’en rendre compte jusqu’à présent et ce que je désirais plus que tout était que ma sœur n’ait pas à connaître la même souffrance que moi pour comprendre qu’elle n’était pas qu’un instrument mais bien une personne qui méritait d’être heureuse. Elle, elle n’avait jamais fait de mal à personne. Elle, elle le méritait.



_________________




♥️ Sélène J. Featherstone ♥️
.   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .

"Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t'apprend parfois à vivre avec." Proverbe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Ensemble ?...    Mer 13 Aoû - 17:29





Les Featherstones




◄ SELENE ► Bien sûr que j’ai pensé à toi Channelle ! C’est d’ailleurs à cause de cela que je n’ai pas le droit de te laisser y aller toute seule. Je n’ai pas envie d’y retourner et de revivre ça… Je sais que tu es forte, que tu es aussi douée que moi à l’époque mais une aide n’est jamais de trop là-bas, surtout quand cette aide ne cherchera pas à vous tuer…

Dans ma tête je pensais : quel intérêt ? Je veux dire, une aide qui ne cherche pas à vous tuer c’est bien c’est sûr mais à un moment donné il ne peut rester qu’une seule personne. Personnellement je préférerais éviter de me retrouver avec quelqu’un qui me protège au péril de sa vie car cela risquerait de rendre la tâche plus difficile lorsqu’il faudrait éliminer cette personne … Non ?

Lorsque je compris que Sélène n’avait pas prévu de survivre à cette arène, je fus choquée. J’avais bien songé à de nombreuses choses, et j’étais consciente que son acte aussi terrible qu’il puisse être pouvait être perçu comme un grand sacrifice. Mais ce n’en était pas un. Ce n’était pas les morts qui avaient le mauvais rôle, mais bien les vivants. Je la fixai. Comment en était-on arrivé là ?

◄ SELENE ► Il n’y a pas de problème Channelle, il n’y a que des solutions… et je ne te ferai jamais de mal.

J’avais envie de partir et de claquer la porte, mais ça n’aurait rien résolu. Je devais encore esayer de la convaincre même si au plus profond de moi-même je pense que je savais déjà que c’était peine perdue.

◄ CHANNELLE ► Et ne t’est-il pas venu à l’esprit que tu me serais plus utile dehors que dedans ? Je ne pourrais pas avoir plus confiance en qui que ce soit pour me trouver des sponsors, me faire une bonne image auprès du Capitole …

Je devais être vraiment désespérée pour sortir des arguments aussi ridicules. Mais je continuais à la fixer, espérant sans doute qu’elle verrait dans mes yeux le reflet de ses propres ambitions passées et qu’elle n’aurait pas la force de me refuser ce qu’elle-même avait tout fait pour obtenir.


Je tentai dans un dernier espoir le chantage affectif. La faire céder en lui disant qu’elle me poussait à choisir entre ma vie et la sienne, et que c’était injuste, et lorsque je la regardais, je vis que j’avais fait mouche. L’espoir renaissait en moi. Peut-être ne serait-elle pas égoïste au point de me demander cela. Mais nous étions des Featherstones. Elle avait pris sa décision bien avant que l’on n’en parle, peut-être même le soir même de l’annonce. Tout comme j’avais pris la mienne. Rien ne nous ferait changer d’avis et pendant un instant je songeais à quel point il serait facile de résoudre tout cela et d’avoir toutes les deux ce que nous désirions. Si j’y allais j’aurais ce que je voulais. Et elle m’accompagnerait et aurait ce qu’elle voulait. Si elle devait être égoïste et me demander à moi de faire ce choix, je pouvais être égoïste moi aussi et la laisser faire le sien. Mais j’en revenais toujours au même point. Au final, si on avait de la « chance » il ne resterait que nous deux. Et elle n’essayerait même pas de se battre. Elle gagnait, quel que soit l’angle sous lequel je regardais les choses, c’est moi qui allais perdre dans cette histoire. La seule chose qui restait mienne était de savoir ce que j’allais perdre … Et quelque part ma décision aussi était prise.

◄ SELENE ► Je sais que ce ne sera pas pareil Channelle, mais ce dont je suis sûre c’est qu’on n’en ressort jamais comme on n’y est entré… Que ce soit moi. Ou même Kyle ! Aucun vainqueur n’a jamais retrouvé ce qu’il a perdu là-dedans. Tu ne pourras plus jamais vivre, Channelle… Seulement survivre et cela que tu en sortes ou non... Quand on prend cette décision, ce n’est pas que pour le temps de l’arène, c’est pour toute notre vie.
◄ CHANNELLE ► Et tu penses que si on participe aux jeux ensembles et que tu prends ta vie pour sauver la mienne, j’en ressortirais complétement épanouie ? Ciel, soit tu as une bien piètre opinion de moi soit tu sous-estime clairement l’importance que tu as pour moi.

Elle me tourna le dos et se dirigea vers la commode, et je me demandais si comme moi elle avait des « couches » de tentatives. Si elle s’était dit qu’elle avait une chance de me convaincre comme elle avait commencé mais qu’elle avait tout de même prévu trente autres arguments, au cas où. Elle me tendit alors une vieille photo que je pris sans vraiment y prêter attention. Je ne sais pas pourquoi, mais je m’attendais à une photographie d’elle et moi, comme pour me rappeler l’importance de notre lien … Mais lorsque je posai les yeux dessus, ce n’était pas ce à quoi je m’étais attendue. Je lui envoyais un regard interrogateur.

◄ SELENE ► Dans l’arène, rien ne se passe jamais comme prévu… J’en sais quelque chose et crois-moi les caméras ne montrent pas tout. Surtout quand la favorite du public découvre qu’elle a une conscience alors qu’elle est censée vouloir survivre…

Mes yeux se reportèrent sur la photo. Pourquoi me montrer une photo de Maël, et qu’était-elle en train de dire ? Devais-je l’interroger ? Etait-ce seulement le sujet ? Sa phrase résonnait dans ma tête … « les caméras ne montrent pas tout » … Je pensais comprendre, mais je n’en étais pas certaine. Voulait-elle dire qu’elle avait déjà voulu prendre sa vie pour ne pas avoir à tuer l’homme qu’elle aimait à l’époque ? Non, je refusais de croire qu’elle pouvait être si bête, surtout compte tenu du fait que … Elle était enceinte. J’eu un frisson. Je détestais penser à cela … A ma nièce. Pourtant malgré tout j’y songeais souvent. A comment j’aurais pu être avec elle, à ce que j’aurais pu faire avec elle … L’habiller, lui choisir des bijoux … L’entraîner ? Cela restait toujours un peu flou. Aurais-je voulu qu’elle aille dans l’arène ?

Je regardai Sélène sans vraiment comprendre, et pourtant j’essayais. Qu’est-ce que cela voulait dire ? Je portais une main à ma tête. J’avais tellement envie de m’écrouler, de m’effondrer pour ne plus me relever. Quelle était cette position impossible dans laquelle je m’étais mise.

◄ CHANNELLE ► Sélène … Je sais que l’arène t’as fait du mal, crois moi je le sais mais … Qu’est-ce donc que cela ? Qu’est-ce que tu veux dire par … Se découvrir une conscience ?

La vérité est que je ne voulais pas lancer d’hypothèses qui auraient pu la vexer ou la blesser. Je fermai les yeux. Je l’avais à peine remarqué mais j’étais complétement épuisée. Et voir Sélène si calme et résignée m’avait enfoncé. Je n’avais plus envie de me battre, et j’en avais honte … Mais je savais le combat perdu d’avance … Je me souvins d’une chose que ma mère disait parfois … « Il faut choisir ses batailles. » J’avais peur de passer à côté de ma chance, mais quelque part si je n’y participai pas cette année, je pourrais tout faire pour y aller l’année d’après. Je dirais aux carrières que j’avais refusé de partager ma gloire avec ma sœur et que ça aurait été une honte pour le district un de gagner avec l’aide d’un ancien gagnant. Avec un peu de chance je serais à nouveau choisie l’année suivante. Et cette fois Sélène ne pourrait pas venir avec moi, elle serait en sécurité … J’y songerais plus tard bien sûr, mais je pourrais profiter de cette année pour m’assurer qu’elle soit bien entourée, peut-être même pour qu’elle rencontre quelqu’un afin que si je devais finir par être sacrifiée, elle ne serait pas seule. La fait est qu’avant d’en arriver à une solution aussi drastique, il me fallait être sûre d’une chose … Chose que je ne savais pas comment demander sans lui donner de faux espoirs.

◄ CHANNELLE ►Et dans l’hypothèse très hypothétique où je n’aurais pas été choisie pour participer à ces jeux ? Ce n’est qu’une hypothèse évidemment, ce n’est pas comme s’il était possible de changer la décision qui a été dévoilée, mais si c’était possible et que je ne sais pas, Pearl ou Aline avait été choisie à ma place … Tu n’irais pas dans l’arène avec elle, n’est-ce pas ?

J’étais les deux pieds dans la tombe. J’imaginais déjà son esprit qui devait entamer une danse folle en se disant qu’il allait réussir … Et quelque part il n’aurait pas tout à fait tort.


_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 28 ans
★ Occupation : Mentor
★ Plat préféré : Foie gras
☆District : Un

○ Points : 1370
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Ensemble ?...    Jeu 4 Sep - 12:37


Ensemble ?



"Ensemble, pour toujours..."


Les remarques de Channelle me faisaient chaud au cœur. Je sentais dans ses paroles, mais plus encore dans sa voix dont elle essayait de contenir les sursauts tremblotants, qu’elle était réellement tiraillée entre son rêve et les sentiments qu’elle pouvait me porter. Il faut croire que, même si tout est fait dans Panem pour corrompre le cœur de ces habitants et en particulier les esprits des jeunes en quête de reconnaissance, il existait encore quelque chose de supérieur à cela, quelque chose qui avait résisté à la tyrannie, à l’oppression et aux idéaux corrompus…

Elle tenta encore et encore des arguments qui trahissaient son désespoir et certainement aussi la déception qu’elle devait ressentir devant mon air inflexible. Elle savait désormais que je ne cèderai pas, que je ne la laisserai pas partir seule, que cette décision était prise depuis le soir où la Présidente avait énoncée avec froideur la première règle de cette Expiation. Avais-je d’ailleurs seulement eu le choix ? Channelle devait penser que oui, qu’il était possible pour moi de choisir de ne pas retourner en enfer. Seulement, quand on y a goûté la seule chose que l’on souhaite plus que tout par la suite est que jamais quelqu’un qu’on n’aime ne s’y engouffre à son tour… Au final, ce n’était peut-être même pas de l’y perdre qui nous angoissait : c’était le fait de découvrir une autre facette de cette personne qui avait une place particulière dans notre cœur, le découvrir devenir un tueur, le voir changer profondément devant les caméras, le voir n’être plus que l’ombre de la personne si pleine de vie qu’on avait connue et qui était devenue une étrangère…

Si elle se jetait à corps perdu dans l’Expiation, ce n’est pas au moment où elle serait tuée que je la perdrais, c’est au moment même où le hublot l’emmènerait dans l’arène. Le moment où elle ne penserait plus comme ma sœur mais comme une enfant formatée par le Capitole pour tuer, pour le spectacle.

Debout, immobile à un mètre d’elle, je la regardai examiner la photo que je lui avais tendue. Elle s’attendait sans doute à y retrouver nos visages, ceux de nos parents, n’importe quoi qui soit suffisant pour l’apitoyer. Au lieu de cela, elle se retrouvait face au visage de celui que j’avais assassiné devant les caméras de Panem pour gagner : pourtant, tout était apparence. Il fallait qu’elle comprenne. Qu’elle comprenne que même si elle était la meilleure, si une seule personne ayant du pouvoir au Capitole voulait la voir morte, alors elle le serait. Rien n’était juste dans les Jeux, ni le tirage, ni la présentation des tributs, ni les notes des Juges, ni même les événements qui se déroulaient dans l’arène. Tout était faux.

- Sélène … Je sais que l’arène t’as fait du mal, crois moi je le sais mais … Qu’est-ce donc que cela ? Qu’est-ce que tu veux dire par … Se découvrir une conscience ? me demanda-t-elle

- Je veux simplement dire qu’il y a des choses, des sentiments, qui vous font prendre conscience que Panem n’est pas parfaite et est même très loin de l’être… Qu’elle n’est pas ce qu’on nous a toujours dit qu’elle est.

Je m’arrêtai. Je venais de dire tout haut ce que j’osais à peine penser depuis des années, alors que pourtant une étincelle de colère brûlait en moi depuis que j’avais vu son corps sombrer dans le gouffre et encore plus depuis que j’avais dû enterrer anonymement le cercueil de ma fille… Une fille dont on ne m’avait même pas autorisé à voir le visage… Y avait-il seulement quelqu’un dans cette toute petite boîte de bois ? Depuis un temps, j’avais de plus en plus de doutes. Mais ce n’était pas la question maintenant.

Je m’approchai de Channelle, portai mon regard plein de larmes sur la photographie qu’elle tenait toujours en main. Aucune larme ne voulait plus couler à présent que mon cœur était rempli d’une rage insolente.

- Panem l’a tué, pas moi. Panem a tué mon enfant, notre enfant – ajoutai-je en serrant les poings - , ta nièce… dis-je dans un souffle en relevant mes yeux vers elle. Et je ne veux pas qu’ « ils » te fassent la même chose…

J’avais toujours cru que lorsque j’oserai dire cela à voix haute, je m’effondrerai. C’était tout le contraire qui se produisait pourtant. Je me sentais soudainement plus forte, plus armée contre tout ce qui pouvait désormais m’arriver. Réussir à exprimer ce qui me torturait, l’avoir dit à la seule personne qui était capable de me comprendre était peut-être la seule solution pour que je puisse enfin commencer à lutter, que je trouve le courage. Mais le courage de quoi ? Je ne savais pas vraiment encore… Mais qu’importe, je savais que je ne reculerai plus. Plus calme, posée, sûre de moi, je me faisais presque peur.

Le visage défait, ma petite sœur laissait son masque se craqueler. Ses traits étaient tirés, comme si intérieurement se jouait en elle la plus grande de ses batailles. Elle finit par lâcher après un long silence :

- Et dans l’hypothèse très hypothétique où je n’aurais pas été choisie pour participer à ces jeux ? Ce n’est qu’une hypothèse évidemment, ce n’est pas comme s’il était possible de changer la décision qui a été dévoilée, mais si c’était possible et que je ne sais pas, Pearl ou Aline avait été choisie à ma place … Tu n’irais pas dans l’arène avec elle, n’est-ce pas ?

Ma sœur avait-elle réellement dit cela ? Avait-elle formulé l’hypothèse selon laquelle elle n’irait pas dans l’arène ? Un soulagement m’envahit, je n’en laissai toutefois rien paraître même si cette sensation de légèreté était grisante. Il ne fallait pas qu’elle me voit me réjouir et, au fond, elle avait raison : je n’avais pas de quoi me réjouir. Je venais de l’obliger à faire un choix impossible, je l’avais privé de son rêve, de sa raison de vivre. Elle ne viendrait pas avec moi dans l’arène et elle m’en voudrait sans doute terriblement pour ça. Et moi, je l’abandonnerai. Si elle décidait de faire faux-bond aux entraîneurs lors de la Moisson, je ne serai pas là pour la soutenir quand tous ses amis carrières la renieraient, je ne serai pas là pour la défendre face aux parents, à Kyle et leurs reproches… Je lui en avais demandé beaucoup et ce n’est que maintenant que je m’en rendais compte…

Mais je ne regrettais rien.

- Channelle… dis-je en m’avançant pour que nos visages ne soient plus qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. Tu es la seule personne sur cette terre pour laquelle je serai prête à réaffronter les démons qui se tapissent dans l’arène… Tu es la seule pour laquelle je serai prête à donner ma vie, continuai-je alors qu’un léger sourire s’était posé sur mes lèvres et que je la prenais dans mes bras pour la serrer fort contre mon cœur.

Désormais je n’arrivais plus à garder le masque, je m’étais trop dévoilée et c’était ma sœur… Mon étreinte se resserrait, j’aurais aimé que nous puissions tout oublier de nos vies. Nous retrouver ailleurs loin de tout cela, loin de ce jeu des apparences, loin de ces choix sans issue, loin de ce sort qui s’acharnait à être défavorable… J’aurais simplement aimé que nous puissions vivre, vivre et non survivre dans un monde qui jouait avec notre destin et souhaitait notre souffrance.

- On reste ensemble quoi qu’il arrive… Et quoi que tu décides… lui murmurai-je à l’oreille, comme une promesse à jamais encrée en nous…



_________________




♥️ Sélène J. Featherstone ♥️
.   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .

"Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t'apprend parfois à vivre avec." Proverbe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: Ensemble ?...    Mer 24 Sep - 19:08





Les Featherstones





◄ SELENE ►
« Je veux simplement dire qu’il y a des choses, des sentiments, qui vous font prendre conscience que Panem n’est pas parfaite et est même très loin de l’être… Qu’elle n’est pas ce qu’on nous a toujours dit qu’elle est. »

J’étais perplexe. Les paroles de Sélène s’approchaient presque de … Paroles de rebelle. Je la fixai un instant, inquiète. Elle prenait un chemin dangereux, rien qu’en prononçant ces paroles …

◄ CHANNELLE ►
« Il ne faut pas parler comme ça Sélène … »

C’était un avertissement à peine masqué. Même devant la famille, même devant papa et maman, ou Kyle, jamais ô grand jamais ne devait-elle dire ce genre de choses … On ne pouvait pas critiquer Panem et d’ailleurs, je ne voyais pas pourquoi elle le faisait. Oui l’arène était peut-être terrible et je ne disais pas que je cautionnais les jeux mais c’était notre punition pour que nos ancêtres se soient rebellés tant d’années auparavant. Ce n’était pas arrivé comme ça, gratuitement … Ses paroles résonnaient dans ma tête … Panem n’est pas toujours ce qu’on nous dit qu’elle est … Mais avant que je puisse y songer davantage, ma sœur reprit.

◄ SELENE ►
« Panem l’a tué, pas moi. Panem a tué mon enfant, notre enfant, ta nièce… Et je ne veux pas qu’ «ils» te fassent la même chose… »

Je frissonnais. N’avait-elle pas compris que j’avais déjà perdu le combat et qu’elle n’avait pas besoin de ramener de si terribles souvenirs à la surface. Mes yeux s’embuèrent … Ma nièce. J’avais passé outre l’information qu’elle n’avait pas tué Maël, peut-être parce que je m’étais dit que c’était plus au sens figuré –les hunger games l’avait tué. Mais ma nièce, ça … J’effaçais souvent cette information de mon esprit car elle était très difficile à digérer. Non, pas difficile … Impossible. Elle allait à l’encontre de tout ce en quoi je croyais. C’était la seule chose que j’avais à reprocher au Capitole … Mais quelle chose ! Mes yeux s’embuèrent et je décidai de ne rien répondre. Il n’y avait rien que je puisse dire qui changerait ça, et je n’avais aucun argument plus puissant que celui-ci à offrir à Sélène. Je finis alors par céder à l’hypothèse qui était de plus en plus crédible que je n’y aille pas et à demander à Sélène ce qu’elle ferait quand –si- je n’étais pas tirée pour les jeux.

◄ SELENE ►
« Channelle… Tu es la seule personne sur cette terre pour laquelle je serai prête à réaffronter les démons qui se tapissent dans l’arène… Tu es la seule pour laquelle je serai prête à donner ma vie. On reste ensemble quoi qu’il arrive… Et quoi que tu décides… »

Elle m’avait pris dans ses bras, et j’avais laissé une larme rouler sur ma joue. Je n’étais pas habituellement si sentimentale, mais … C’était quand même ma vie, toute ma vie jusqu’ici et après qui était en train de se jouer. Qui aurait pu rester indifférent face à cela ?

◄ CHANNELLE ►
« Ensemble … »

J’avais dit cela dans un souffle, presque comme une question … Mais j’avais bien conscience que c’était une promesse qu’on se faisait elle et moi. Dans ma tête je songeais à quel point cette promesse était vide de sens. Espérait-elle que j’abandonne mon rêve à tout jamais ? Peut-être que je n’irais pas cette année, quand la menace planait que je l’entraine avec moi dans l’arène, mais l’année prochaine, quand je serais certaine qu’elle serait saine et sauve, croyait elle que je renoncerais là aussi ? Visiblement, elle ne pensait pas si loin. Elle pensait juste à demain, et je devrais en faire autant. J’ajoutai alors, comme pour ne pas perdre entièrement un combat déjà perdu depuis longtemps …

◄ CHANNELLE ►
« Je dois réfléchir seule Sélène, mais je ne veux rien te promettre … Toutefois, quelle que soit ma décision … Je ne peux pas être le centre de ton monde pour toujours … Ce n’est pas une vie pour toi. Je ne réalise qu’aujourd’hui ce qui se passe dans ta tête et … Tu ne seras jamais heureuse comme ça. Je déteste te voir ainsi. »

Je reculai et me dirigeai vers la porte. Je l’ouvris et je restai un instant dans l’entrebâillement … Avant d’ajouter sur une note plus humoristique, car je refusais de laisser cela être la façon dont on se quittait pour quelques temps voir pour toujours …

◄ CHANNELLE ►
« Il faut vraiment qu’on te trouve un passe-temps … Ou un amant. »

Je lui offris un large sourire avant de la fixer un dernier instant, puis je refermai la porte. Sur le chemin vers la maison, cette dernière plaisanterie raisonnait dans ma tête … Après tout, ce n’était peut-être pas une si mauvaise idée …

_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
« »


MessageSujet: Re: Ensemble ?...    

Revenir en haut Aller en bas
 

Ensemble ?...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Districts supérieurs :: District 1-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit