Partagez | 
 

 EXPIATION - Annonce télévisée officielle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
« Admin »
★ Âge : 54 ans
★ Occupation : Présidente de Panem
☆ Humeur : Froide et déterminée
★ Plat préféré : Caviar, foie gras et autres mets de choix
☆District : Capitole

○ Points : 137
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Dim 6 Juil - 1:55





Expiation - Annonce télévisée officielle
L'heure de vérité...








ROLE-PLAY
__________________


Dans tous les Districts, les rues sont désertes. Le temps semble s'être arrêté en cette soirée d'été et, alors que le soleil décline lentement à l'horizon, personne ne contemple le doux halo de lumière qu'il émet encore pour quelques minutes... Minutes qui verront s'installer une nouvelle fois une obscurité inquiétante sur tout Panem car, cette année à nouveau, l'Expiation menace de briser des destins...
Tous les habitants gardent leurs yeux rivés sur leur écran de télévision, plus ou moins clinquant selon leur richesse. Ceux d'entre eux qui se préparent aux Jeux depuis des années, des carrières comme on les nomme, trépignent d'impatience en pensant à toutes les épreuves qui pourraient rendre plus violemment alléchante leur participation et, naturellement, leur victoire - à n'en pas douter. Ceux qui, bien au contraire, tremblent rien qu'à la pensée des Jeux de la faim et qui songent avec terreur aux atrocités supplémentaires qu'ils pourraient vivre. On trouve aussi des indifférents, ceux qui n'ont plus rien à perdre et sont sans doute les plus sereins... Et enfin, il y a ces femmes qui sanglotent en silence dans les cuisines : elles pleurent un enfant disparu lors des Jeux ou celui qu'elles pourraient perdre si l'Expiation le leur prenait.
Une Expiation. De nouvelles règles. Une cruauté accrue ou des Jeux plus palpitants encore... Question de point de vue dit-on !


C'est alors que la neige de l'écran est remplacée par une image lointaine et que l'hymne du Capitole retentit, envahissant peu à peu le salon puis toutes les maisons. Les Districts vibrent presque de cette mélodie sanglante qui dévore leur espoir ou le renforce. A l'écran, une vaste place, celle sur laquelle s'élanceront bientôt les chars des tributs sélectionnés, s'affiche. La caméra se dirige doucement vers le podium de marbre gris et blanc situé en hauteur, au bout de la place.


Une silhouette apparaît peu à peu. A la crinière rousse parfaitement coiffée, elle paraît balayer de son regard perçant chaque téléspectateur. Son teint clair, associé à un tailleur blanc très sobre pour une capitoléenne et ces riches bijoux, lui donne un air angélique : mais ne vous y trompez pas ! Cette femme dirige le pays d'une poigne de fer et elle compte bien faire de cette Expiation un moment d'exception...
Soudain, la musique cesse. Un silence le suit. Puis la voix aiguë et froide de la Présidente s'élève :


"Chers compatriotes, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games. En cette année spéciale de l'Expiation, les fondateurs nous offrent à nouveau une leçon de vie dont nous les remercions. Mais, ne nous attardons pas et voyons de quoi il s'agit."


Un sourire se pose sur ses lèvres maquillées d'un rouge intense. Elle paraît si inoffensive et pourtant sa main se plonge dans un petit coffre posé devant elle dont elle sort une enveloppe faussement vieillie sur laquelle le numéro de l'édition des Jeux est inscrit. Prenant tout son temps pour l'ouvrir, les Districts cessent de respirer. Syolin Water finit enfin par la décacheter. Un petit carton entre les doigts, son regard balaie l'intitulé et, à nouveau, ses lèvres esquissent un sourire découvrant ses dents blanches.

Le visage de la Présidente se lève pour faire face au caméra et elle récite :


"La Moisson de la 175ème édition des  Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre  peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."

Le regard de la Présidente se pose une dernière fois sur la caméra avant que l'image ne disparaisse et que l'hymne du Capitole retentisse alors qu'était diffusé un générique vantant la dernière Expiation...
Les dés sont jetés...



HORS RP
A la suite de ce message...
__________________________

Maintenant, racontez-nous à la suite de ce post ce que votre personnage a retenti, pensé,... Tout ce qui vous passe par la tête. Bien sûr, vous pouvez également ouvrir des posts dans vos districts pour parler de cette réjouissante annonce ! A vos claviers, car dans une semaine, la Moisson commencera d'ici une semaine, tenez vous prêts ! (date exacte communiquée au plus vite).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Dim 6 Juil - 17:09


Expiation - Annonce télévisée officielle
Jacob, nos parents et moi étions rassemblés devant la minuscule télévision, obligatoire dans chaque maison, afin de pouvoir prendre en compte chaque décision du capitole. Le cœur battant, les mains moites, chacun attendait en silence l'annonce de l'expiation. Souvent l'expiation promettait des jeux encore plus durs, plus cruels pour les participants, et pour leurs proches qui les voyaient mourir sans rien pouvoir faire. Je croisai le regard de mon frère et, sans parler, nous savions que nous pensions à la même chose. Déjà que survivre était quasiment impossible dans ces jeux, l'expiation ajoutait une difficulté, plus ou moins grande, qui ôtait aux districts les moins entraînés, comme le notre, le douze, la moindre chance de réussite. L'hymne du Capitole retentit, et je savais que dans chaque maison, dans tous les districts, chacun retenait sa respiration à la fois impatient et inquiet de ce que la présidente allait dire. La jeune femme apparut à l'écran, sereine, calme. Je me demandai comment elle faisait pour être si calme contrairement à tous ces habitants des districts qui sont terrifiés à l'idée de ce qu'ils vont entendre. Surement que leur sort lui est indifférent, peut être même que ça l'amuse. La musique s'arrêta enfin et la présidente commença à parler.

"Chers compatriotes, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games. En cette année spéciale de l'Expiation, les fondat..."

L'image de la télévision était brouillée et le son qui en sortait était saccadé, nous ne voyions ni n'entendions plus rien de ce qu'il se passait au capitole. Je me levai, en furie, et donnai un grand coup à l'engin, et la femme rousse rééapparut enfin à l'écran, un sourire aux lèvres et l'enveloppe à la main.

"La Moisson de la 175ème édition des  Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre  peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."

Je me figeai, quelques secondes, le temps de comprendre ce qu'elle avait dit, puis les pensées fusèrent dans ma tête, me faisant céder à la panique. J'étais rassurée que la première règle puisse aider les tributs mais en même temps il y en avait une seconde qui pouvait tous les conduire à leur perte et les mentors ne seraient peut être pas d'accord pour retourner dans cette horrible arène ! Ils ont vécu l'horreur une fois, pourquoi la revivre ?
Revenir en haut Aller en bas
« »
Localisation : Paris
★ Âge : 32ans.
☆ Surnom : Phil
★ Occupation : juge des Hunger Games
☆ Humeur : inquiet
★ Plat préféré : le saumon en papilottes
☆District : Capitole

○ Points : 540
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Lun 7 Juil - 9:13

- Bonne nuit ma chérie, fais de beaux rêves... Dis-je en posant un dernier baiser sur le front de Crystal, avant d’éteindre la lampe de chevet, ne laissant que la veilleuse.
Puis, je quitte doucement sa chambre et vais rejoindre Diamond dans le salon.

Il est déjà installé dans le canapé, je m'installe à coté de lui sans dire un mot. Il garde les yeux fixés sur l'immense télévision fixée au mur, comme s'il n'avait pas remarqué ma présence.
Je soupire, mais, avant que je puisse dire quoi que ce soit, l'annonce de l'Expiation démarre.

Je me tourne alors vers l'écran pour écouter la présidente. Comme cette année est une expiation, l'annonce va être plus longue, car la présidente va expliquer quelles seront les règles spécifiques de cette années.
Ma première Expiation...

Depuis trois mois, le Capitole ne parle plus que de ça. Depuis trois mois, tout le monde essaie de me soutirer des informations. Depuis trois mois, Diamond m'adresse de plus en plus rarement la parole...

"Chers compatriotes, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games."

De toute façon, même si je l'avais voulu, je n'aurais pas pu dire aux curieux le thème de l'Expiation cette année, parce que je ne le connais pas moi même.
Pour être plus précis, je ne sais pas lequel va être choisi. Il y a deux ans déjà, nous les juges avons proposés plusieurs idées au gouvernement. Et au final, c'est lui qui a choisi, dans le plus grand secret, pour éviter toute fuite du thème dans la presse.

J'écoute alors avec attention la suite du discours de la présidente.
Ma première Expiation.
Il y a encore trois mois, moi aussi j'étais impatient de vivre ce moment si fort dans ma carrière.
Mais aujourd'hui, je ne sais pas ce je ressens, mais ce n'est ne de la joie, ni de l'impatience...

"Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir."

Je ne vois plus l'écran devant moi, je n'entend pas la fin du discours de la présidente.
Je revois Ethan lors de la cérémonie d'ouverture et je sens comme un froid glacial envahir tout mon corps.
Les mentors peuvent aller dans l'arène...
Que va-t-il faire ? Que va-t-il dire à son fils ?
Je sais qu'il va m'en vouloir, car il pensera que j'étais au courant quand je lui ai parlé.
Je ne l'étais pas, mais est ce que ça me rend moins coupable ?
Non, cela ne change rien, je suis responsable de tous ceux qui meurent dans les Jeux.
Je peux bien avoir au moins le courage de le reconnaître.
Je suis responsable...

Maintenant, j'ai mis un mot sur ce que je ressens : du dégoût pour moi même.

Soudain, je tourne les yeux et remarque que Diamond me fixe. Je ne sais pas depuis combien de temps, mais son regard me transperce comme des rayons X.

- Papa Phil !

C'est Crystal. Comme un automate, je me lève et atteint la porte du salon. Soudain, j'entend une voix qui vient de derrière moi :

- Tu as changé. Tu commences à comprendre...

Je me retourne et regarde de nouveau mon mari. Son regard est toujours intense, mais un sourire éclaire son visage.

- C'est bien.

Nous restons quelques secondes à nous regarder. J'ai soudain l'impression que le mur qui s'élevait entre nous vient de se fissurer.
Je me détourne finalement et sors du salon.

- J'arrive ma puce ! Dis- je en essuyant doucement un larme sur ma joue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
Localisation : Paris
★ Âge : 21 ans.
☆ Surnom : Lea
★ Occupation : chasse - vétérinaire
☆District : dix

○ Points : 850
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Lun 7 Juil - 9:17

Ce soir, j'ai fini tôt de travailler au cabinet pour rentrer à temps chez moi pour voir l'annonce de l'expiation. J'aurais pu aller chez Kathleen, mais je préfère être seule et je sais qu'elle comprend.

Ça fait maintenant une heure que je suis assise à fixer l'écran de télévision redevenu noir.
Je ne sais pas ce que j'ai vu, je ne sais pas ce que j'ai entendu.
Je n'arrive pas à bouger.
J'ai l'impression que mon crâne bourdonne...

J'ai juste retenu que les mentors pourront aller dans l'arène. Histoire de rendre ces Jeux encore plus monstrueux qu'ils ne le sont déjà sans doute.
Les mentors des districts supérieurs vont sans doute se précipiter dans l'arène pour revivre un moment de gloire.
Mais dans nos districts, c'est une autre histoire...

Je me demande soudain si c'est toujours le mentor d'Anël qui est mentor actuellement. Je n'arrive même pas à me souvenir de son visage ni de son nom.
Que doit-il penser en ce moment, celui qui se voit proposé de retourner dans l'arène ?

Je nous revoit avec Anaël, nous tenant par la main pendant les annonces des Jeux. Je pensais alors qu'après la mort de mon frère, les Jeux ne m'atteindraient plus directement.
Comme je me trompais...
Après la mort d'Anaël, je pensais cette fois en avoir fini avec la peur.
Peu m'importait de mourir dans l'arène, puisque j'étais seule au monde !
Mais maintenant, j'ai peur de nouveau et mon cœur se serre d'angoisse.
J'ai peur...
Peur que Kathleen soit choisie, peur de perdre encore une fois quelqu'un dans l'arène.


Je sais que je ne pourrais pas le supporter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Personnage décédé »
Localisation : Paris
★ Âge : 17ans.
☆ Surnom : Nik
★ Occupation : pêcheur - rebelle
☆ Humeur : en colère
★ Plat préféré : tout sauf du poisson
☆District : quatre

○ Points : 1110
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200



MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Lun 7 Juil - 9:56

Je suis assis sur le tapis du salon, tandis que mes parents sont installés dans le canapé. Nos yeux sont rivés sur la télévision accrochée au mur.
Dans quelques instants, la présidente allait lancer officiellement l'Expiation.
Je frotte discrètement mes mains moites sur mon pantalon. Je suis un peu nerveux, nous le sommes tous je crois.

Soudain, l'écran s'illumine. Sans m'en rendre compte, je me rapproche un peu de l'écran, et je retiens mon souffle.

Le visage de la présidente envahit tout l'écran.
Je m'imagine en train de lui planter un harpon dans l’œil, je voudrais la voir baigner dans son sang....
Un jour... Un jour la rébellion sera assez forte et nous renverserons le Capitole.
Et ce jour là, j'espère bien être en première ligne.

Mais en attendant, il y a cette Expiation qui sera encore une fois l'occasion pour le Capitole de faire des Jeux encore plus cruels.

"La Moisson de la 175ème édition des  Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre  peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."

Je retiens à peine un rire sans joie. La clémence et la bienveillance ? Depuis quand ces mots sont connus au Capitole ? Cette règle servira seulement à envoyer encore plus de monde dans l'arène, et surtout des mentors plus âgés et mieux préparés. Ça va être une vraie boucherie pour les districts qui n'ont pas de carrières.

Pour nous dans le quatre, il y a justement plusieurs carrières qui seront ravis de participer à cette édition. Je le sais, je les croise tous les jours quand je vais m’entraîner au centre, pour garder la forme et donner le change sur mon activité de rebelle.
Il y a donc peu de chance qu'un petit jeune inexpérimenté se retrouve dans l'arène.
C'est une maigre consolation

Et les Capitoliens vont les regarder s’entre tuer en se gavant de petits-four.
Je les hais tellement que je serre les poings de colère devant la télévision.
Je veux qu'ils payent pour toutes les souffrances qu'ils infligent, je veux voir la peur dans leur regard quand ils comprendront que la rébellion est à leur porte, je veux qu'ils craignent pour leur vie.

Je suis prêt à me battre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Lun 7 Juil - 12:25






Annonce de L'expiation

La nuit commençais à tomber tout doucement sur le Capitole, au fur et à mesure, les lumières des appartements et des maisons s'allumait. Personne ne traînait dans les rues, où sinon, ils se dirigeais vers les écrans géants installé dans plusieurs quartiers pour les jeux. Je m’affairai au ménage dans la cuisine, pendant que Pantalaimon restait dans sa chambre. Je savais pourquoi il refusait de descendre et je ne le forçait pas. Dans quelques minutes désormais, Madame la présidente révélera l'intitulé de L'expiation. J'aurai pu être impatiente, joyeuse, mais j'étais plutôt triste, et je frottais les taches incrustées dans le marbre du plan de travail pour éviter de me ronger les ongles. Mes cheveux avait repoussés un peu me donnant une coupe garçonne et je me permettais, lorsque j'étais dans mon appartement, de ne pas porter ma perruque. J'allais mettre ma serviette à laver quand le téléviseur s'est allumé de lui même et que la présidente est apparue à l'écran. Je l'ai déposé sur le plan de travail et me suis tenue droite devant le téléviseur.

"Chers compatriotes, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games. En cette année spéciale de l'Expiation, les fondateurs nous offrent à nouveau une leçon de vie dont nous les remercions. Mais, ne nous attardons pas et voyons de quoi il s'agit."

Lorsqu'elle commence à parler, je baisse les yeux, prise en proie par la honte, et la peur de l'intitulé. Et si Pantalaimon, reconnaissait quelqu'un pendant la moisson, quelqu'un qu'il connais, un ami, un membre de sa famille. Je me mord la lèvre inférieure et ravale ma salive. En tant que Capitolienne, je ne devrai pas me préoccuper de ce genre de choses, je ne devrai pas prendre sa défense, pourtant, depuis qu'il a tué ma chienne et que j'ai rencontré Claire, je me pose beaucoup de question sur les habitants des districts, sur ce qu'ils endurent sans réellement comprendre. Je ne l'ai jamais vécu, alors difficile de se mettre à leur place.

"La Moisson de la 175ème édition des  Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre  peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."

-Oh mon dieu...

L'hymne de Panem résonne dans la maison et j'éteins le téléviseur furieusement avant de me diriger dans ma chambre, et de me préparer. Je claque la porte etsort en courant de l’immeuble. Il faut que je parle avec ma mère...

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Lun 7 Juil - 14:45

Elle se tenait assise en tailleur sur son lit, à l'étage. Il lui faudrait bientôt descendre pour assister à l'annonce de l'expiation mais elle restait là, sans bouger, le regard dans le vide. Elle ne voulait pas descendre. Elle ne voulait pas voir le visage de la présidente annoncer de nouveaux morts avec un sourire réjoui, ni même entendre les règles encore plus cruelles qui auront sans aucun doute leur place dans cette édition. Pourtant, il le fallait. Toute sa famille s'était réunie à l'occasion. Ils étaient tous en bas pour soutenir sa mère. Depuis la mort d'Erwan, c'était un moment difficile pour tout le monde. Dans quelques minutes, elle devrait de nouveau arborer le visage impassible d'une fille forte, faire semblant de ne pas penser à son frère, à sa mort. Lou essuya l'unique larme qui s'était frayée un chemin jusqu'à sa joue. Il était temps.

Dans le salon miteux, tout le monde se tenait à sa place. Marcus, dans ses habits de mineurs et la peau noire de suie, était debout derrière le sofa, une main sur l'épaule de sa mère. Celle-ci arborait d'ailleurs une expression sans vie, ses yeux retrouvant un peu de chaleur dès qu'ils se posaient sur les jumelles assises chacune à ses côtés. Corantin était assis sur le sol, devant la télévision. Flory était également venue avec son fiancé que Lou n'appréciait guerre. Elle lui offrit un sourire crispé avant de reporter son attention sur la neige de la télévision. Lou préféra rester à l'entrée de la pièce, droite et impassible. Bientôt, l'image de la présidente apparue, tout sourire, pour faire son affreuse déclaration. Tout le monde retenait sa respiration et, lorsque l'écran fut de nouveau envahis de neige, un long silence fit place à la parole. Puis, Lou monta directement dans sa chambre et chacun retourna à ses occupations, sans aucun mot. Ils étaient tous résignés de toute manière. Il n'y avait rien d'autre à faire qu'à attendre, le coeur glacé par la peur.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Lun 7 Juil - 22:01






Annonce de L'expiation

JJe rentrait plus tôt de la maison aujourd'hui, Léanore m'avait laissée tranquille après de longues heures à scruter des bouquins et soigner quelques petits animaux. Je marchais sans trop me presser vers ma maison en mangeant des biscuits à la cannelle. Léanore souhaitait être seule et je comprenait pourquoi, mais désormais, j'avais encore plus peur d'être sélectionnée comme tribut. Elle à déjà perdue temps à cause du Capitole, je ne souhaitait pas être la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Ici, au district dix, le soleil descendait doucement sur l'horizon, offrant une palette de couleur magnifique. Depuis plusieurs jours, je m'attardais sur des détails futiles, comme une feuille tombant d'un arbre, une coccinelle sur le rebord d'une fenêtre, des rires d'enfants. Tout me paraissait lointain, comme si au fond, je voulais fuir. Je passait la plupart de mon temps plongée dans mes livres, ou en forêt quand je n'étais pas avec Léanore. Tout autant qu'elle, surtout après l'horrible incendie, j'avais besoin d'être seule. Il m'arrivais encore de me réveiller en sueur pendant la nuit, et de sortir sur les marches de la maison en regardant le ciel pour m’apaiser. J'avais besoin de déconnecter.

C'est avec un pas lourd que je suis entrée dans la maison, Anna préparait le repas du soir et Ethan n'étais pas encore rentré. Gaby était allongé sur le sol. Dans la maison, il régnait un silence de plomb qui faisait dans le froid dans le dos. La télévision s'alluma et l'hymne de Panem résonna dans la maison. J'étais tellement surprise que j'ai lâché un  petit couinement. A l'écran une femme rousse apparu en tenue blanche, avec de nombreux bijoux très luxurieux. La présidente en personne. Je n'avais pas envie de regarder, l'entendre me suffirai amplement, je mis le son un peu plus fort et me dirigeais vers la cuisine pour aider Anna.

"Chers compatriotes, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games. En cette année spéciale de l'Expiation, les fondateurs nous offrent à nouveau une leçon de vie dont nous les remercions. Mais, ne nous attardons pas et voyons de quoi il s'agit."

Ethan viens d'entrer dans la maison et Anna à arrêter de cuisiner pour le rejoindre devant le téléviseur, moi je reste dans la cuisine, en tête à tête avec ma carcasse de poulet, en train de dépicher le reste de viande autour des os. J'ai envie de sortir, mais je sais que même dehors, j'entendrais la voix de la présidente. Alors je prend mon mal en patience en mordillant un os et en donnant un à Gaby. Personne ne traînais les rues, et d'une seule et même voix, les télévisions diffusait le même programme, à un bon niveau sonore. J'espérais revoir mon père avant la moisson, j'espérais, mais il était peu probable que je le voie avant.

"La Moisson de la 175ème édition des  Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre  peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."

J'étais prise d'un fou rire nerveux, le Capitole, clément et bienveillant ? Il l'était si bien qu'il à laisser mourir une trentaine de personnes dans les entrepôts, alors que nous étions quatre malheureuses personnes pour en secourir une cinquantaine. Ici c'est marche ou crève ! Oh comme je hais le Capitole et ses habitants ! Les deux tourteaux discutaient vivement sur le canapé, eux, il n'avais plus à s'en faire, il était tiré d'affaire.

« Il paraît que Samuel, le mentor de cette année ne peut pas assurer son poste et que c'est Ethan, le mec aux chevaux qui le remplace ! » Lançais mon frère.

Cet homme avait fait preuve de tellement de sang froid, il nous avait aider à sortir tout les blessés, et voilà qu'il devait, selon les rumeurs, reprendre le poste pendant l'expiation. Comme je le plaignais...


© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
« »
★ Âge : 45 ans.
☆ Surnom : Le renard
★ Occupation : Vendeur d'armes
☆ Humeur : Plutôt bonne
★ Plat préféré : Pizza , foie gras
☆District : Un

○ Points : 366
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Mar 8 Juil - 10:37






Assis sur sin confortable sofa , un verre de whisky à la main Eneron pianotait des données sur sa tablette tactile. Il sortait d'une fructueuse mais harassante journée de travail , en fin d'après midi il ne pensait plus qu'au canapé et aux rafraîchissements qui l'attendaient chez lui. La télévision était allumé et Eneron la regardait d'un oeil discret attendant l'annonce d' l'Expiation par la Présidente en personne. Pour l'instant le milliardaire avait coupé le son , jugeant inutile d'écouter les analyses de ces soi-disant "experts". Eneron était un ancien gagnant des Jeux mais depuis qu'il avait quitté son poste de mentor on n'entendait que très peu son nom autour de l'évènement. Désigné pire vainqueur des Jeux Eneron n'en avait cure , au moins lui il était vainqueur peut-être "pire" vainqueur mais vainqueur tout de même. Dans un monde où il faut survivre la fin justifie les moyens . Le milliardaire l'avait bien compris.
C'est alors qu'apparut à l'écran le logo du Capitole , le milliardaire presque à contrecoeur rétablit le son. Sur le balcon du palais présidentiel apparut la personne que des millions de personnes , tout un continent , attendaient en retenant leur souffle. La présidente Water venait d'apparaître.
Elle n'avait pas beaucoup changé depuis qu'elle avait reçu Eneron au Capitole il y a quelque mois , même chevelure rousse parfaitement soignée , même maquillage sobre et habillée de façon majestueuse. Loin du style des Capitoliennes au look parfois étrange la présidente devait en cet instant faire trembler énormément de monde avec son regard perçant.
Alors sa voix cristalline et autoritaire bris ale silence de marbre qui régnait , sur tout Panem la tension était palpable et Eneron lui-même ne sentit pas très à l'aise.

"Chers compatriotes, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games. En cette année spéciale de l'Expiation, les fondateurs nous offrent à nouveau une leçon de vie dont nous les remercions. Mais, ne nous attardons pas et voyons de quoi il s'agit."
La Présidente se saisit d'une enveloppe jaunie par le temps , enfin ça c'est que le Capitole voulait faire croire. Que les fondateurs des Jeux aient écrits à l'avance les règles de toutes les Expiations à venir semblait tout de même absurde Et pour cause c'est le gouvernement actuel qui choisissait les règles de l'Expiation les adaptant à la situation politique actuelle.
"La Moisson de la 175ème édition des  Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre  peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."
Eneron leva un sourcil à l'annonce de l'Expiation. Le Capitole clément et bienveillant d'envoyer encore plus de personnes à la mort , la Présidente devrait décidément s'acheter un dictionnaire. Le milliardaire fut toutefois légèrement soulagé par cette annonce , il avait à chaque fois peur que la règle puisse le concerner , une des précédentes éditions avait vu se battre vingt-quatre anciens gagnants , mais il était tout de même intrigué par cette deuxième règle qui serait annoncé lors de la Moisson. Il éteignit son téléviseur , les analyses d'après annonce de l'interessant pas plus qu'avant l'annonce et mettant de côté dans son esprit ses interrogations sur la seconde règle il replongea dans ses données.


_________________




Que voulez vous ? Il faut bien gagner sa vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Mar 8 Juil - 11:34




La journée avait été un enfer depuis qu'il avait appris que l'annonce de la 175e Expiation se ferait ce soir même, et que bien entendu, tout le monde était convoqué pour suivre le programme télévisé de la Présidente Waters. La tension était plus que palpable dans le Cinq, mais Adam supposait que cela devait être pareil dans tous les districts. Alors que tous les habitants trop pauvres pour se payer une télévision se rassemblaient sur la Grand Place pour faire "son devoir de citoyen" devant l'écran géant, le jeune homme était assis sur le moelleux canapé du salon d'Elina, bien à côté de la mentor, au village des vainqueurs, se rongeant les sangs, angoissant à l'idée que cette année, le supplice des tributs serait encore plus terrible. Expiation oblige.

A la neige de l'écran se cède un paysage du Capitole sur fond d'Hymne de Panem, et son estomac se noue encore plus. Il sent que sa protectrice se tend, elle doit angoisser tout autant que lui... La présidente Waters apparaît alors, habillée trop simplement pour une Capitolienne, et lorsque la musique cesse, elle entame son monologue :

"Chers compatriotes, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games. En cette année spéciale de l'Expiation, les fondateurs nous offrent à nouveau une leçon de vie dont nous les remercions. Mais, ne nous attardons pas et voyons de quoi il s'agit."

Ça y est c'est le moment. La nausée qui le prend est terrible mais il la contient. Cette enveloppe que cette femme saisit renferme le destin des vingt quatre prochains tributs. Peut-être lui ?

"La Moisson de la 175ème édition des Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."

Un cri s'échappe des lèvres du jeune homme, qui plaque ses mains sur sa bouche face à l'horreur. Son regard se tourne vers Elina : Ce n'est pas de la clémence, c'est de la cruauté. 24 tributs ne sont pas assez, pour étancher leur soif de spectacle macabre. On la renvoie dans l'arène, c'est aussi simple que cela. Alors oui, bien sûr, elle pourrait refuser, mais quelle image aurait-on d'un mentor qui choisit de ne pas aider ses tributs !


« Refuse Elina ! » crie-t-il alors que l'Hymne se termine. Sa voix est désespérée, ses yeux pleins de larmes. « Refuse je t'en supplie ! Ne les laisse pas te renvoyer dans l'arène ! Tu as assez donné ! Tu les aideras autant de l'extérieur !»

Puis sa voix se brise et il éclate en sanglot. Non, Elina n'avait pas besoin de cela...


CRÉDIT - CSS
Revenir en haut Aller en bas

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Mar 8 Juil - 15:19






Annonce de l'Expiation




Toute la journée j’avais tout fait pour oublier ce moment à venir. J’étais allé aider un ami à installer de nouveaux meubles pour son salon. Nous étions de piètre bricoleur en ce qui concernait le montage des meubles, si bien que ça avait occupé toute ma journée depuis le matin. Mais lorsqu’on eu finit, à peine rentrer chez moi, je m’étais étalé là, dans mon canapé, obliger d’attendre l’heure précise de l’annonce. Je fus donc contraint de penser à l’expiation en attendant que la présidente apparesse dans mon écran. Certains carrières se réjouissaient de cette annonce, pour eux si ils gagnaient , cela ferait toujours plus gloire en sortant. Il était vrai que peu de gagnant pouvait se vanter d’être sortit d’une expiation. Mais la plupart des gens normaux, comme moi, redoutaient deux fois plus ces jeux que les jeux dis « normaux » Pour cause, cela signifiait souvent deux fois plus de choses à affronter, deux fois plus de chance de ne pas revenir et de souffrir. Je dirigeai mon regard vers l’horloge accrochée au-dessus d’un vieux meuble trouvé par mon père il y a de ça plusieurs année. Bientôt, ce serait l’heure. Je pris un instant la télécommande, la faisant tournoyer dans mes mains quelques instants en la fixant. Des questions se bousculaient dans ma tête. Et si je n’allumais pas cette télévision. Et si tout le monde faisaient comme moi et boycottait l’annonce de la présidente ? Après tout, l’Expiation était basée sur ça. Encore plus d’audience que la normal. Si personne ne regardait, le spectacle serait totalement raté. Mais après des instants de réflexion, j’appuyais sur le bouton On. Bien sûr que personne ne louperait ça, même pas moi. J’étais comme tout le monde, après tout. Je voulais savoir ce qui allait m’attendre. Et puis, être le seul à ne pas regarder ne servirait absolument à rien, juste à ignorer quelque chose qu’on m’apprendra au plus tard demain dès que je mettrais un pas en dehors de chez moi. Je soupirais.
J’avais allumé, d’après l’écran qui grésilla, au bon moment. Je me penchais à nouveau en avant, la télécommande en main et les yeux rivé sur ma télévision modeste. J’étais à nouveau tout ouïe pour entendre ce qu’avait à nous dire notre chère présidente. L’hymne sanglante du Capitole retentit alors.
La présidente apparut à l’écran. J’avais envie de lui jeter ma télécommande à la figure dès que je l’ai vue. Son visage froid restait impassible. Elle était vêtue très sombrement pour une capitolienne. C’était évident, la présidente de Panem avait autre chose à faire que suivre la mode. Elle préfère envoyer des enfants se battent et mourir dans une arène. C’est bien plus amusant. Aaah, quand je la tiendrais, celle-ci, elle passerait un mauvais moment. Tout à coup, la présidente ouvrit la bouche pour saluer tout le monde :

"Chers compatriotes, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games. En cette année spéciale de l'Expiation, les fondateurs nous offrent à nouveau une leçon de vie dont nous les remercions. Mais, ne nous attardons pas et voyons de quoi il s'agit."

Cher compatriotes, mais bien sûr. Comme si elle nous traitait  comme des compatriotes, des amis de la patrie. J’espérais simplement pour elle qu’elle ne traitait pas tous ses amis comme elle le faisait avec les districts. Elle sortit une petite enveloppe faussement vieillit, comme tout le monde le savait, d’un petit coffre posé devant elle. Elle prit son temps pour l’ouvrir, évidemment, c’était bien plus amusants avec un peu de suspens voyons. Elle esquissa un sourire, avant d’enfin révéler l’intituler de cette Expiation des 175ème hunger games.

"La Moisson de la 175ème édition des  Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre  peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."

J’ouvrais de grand yeux, comment pouvait elle utiliser le mot clémence et bienveillance ? Elle venait de dire que les mentors allaient soit passés pour des lâches qui ne pense qu’à eux et ne veulent pas aider les enfants à s’en sortir, soit se rendre dans l’arène et mourir en ayant tué des enfants.
La petite musique tu Capitole retentie à nouveau, me laissant le visage de la rouquine en tête, air rieur aux lèvres.
Je me demandais ce que choisirai les mentors, ici au district. Et qu’elle était cette deuxième règle ?  Soudain, je pensai à Channelle. Elle qui désirait à tout prix se porter volontaire, laisserai telle sa sœur, mentor, la rejoindre dans l’arène pour l’aider ? Je ne voulais pas qu’elle aille dans cette fichue arène, ma mission serait fichue si elle mourait, après tout. Mais un sentiment plus fort se cachait derrière ça, j’étais surtout très inquiet pour elle. Je me devais de la résonné, ou du moins essayer.
Je me levais d’un bon, prenant mon manteau au passage avant de refermer la porte derrière moi dans un fracas assourdissant. Je me rendais vers la forêt, à l’endroit où nous nous retrouvions d’habitude. J’espérais juste qu’elle serait là.




Dernière édition par Zane Hamilton le Jeu 10 Juil - 16:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
« »
★ Âge : 20 ans
☆ Surnom : Clary
★ Occupation : Ingénieure en biomimétisme
☆ Humeur : Perdue
☆District : Trois

○ Points : 870
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Mar 8 Juil - 21:11


Annonce de l'Expiation



"Bienveillance ? Clémence ?"


Toute la journée, j’avais essayé de ne pas y songer. Cela avait été plus ou moins facile, selon les moments. Lorsque j’étais plongée dans un de mes croquis ou que je faisais un calcul pour savoir combien de matière première nécessiterait la création de mon tout nouveau prototype de gilet pare-balles dont la conception était inspirée des écailles de certains reptiles dont la peau était dite impénétrable. Dans ces instants-là, absorbée par mon travail, j’avais presque réussi  à oublier le pays dans lequel je vivais et l’annonce funeste qui allait avoir lieu ce soir. J’étais une ingénieure très prometteuse dans le District avait claironné William : je ne risquais rien, rien du tout. Pourtant depuis ma visite au Capitole et ce qui s’y était passé, je n’en étais plus aussi sûre… Les militaires qui avaient assisté à la scène pourraient avoir des doutes sur moi, vouloir m’éliminer. Non stop, rien ne servait d’être paranoïaque.

Seule dans ma chambre, je contemplai la cour vide. Les rues plus loin n’étaient pas davantage peuplées. Tout le monde devait déjà être devant son poste. Je me dirigeai vers mon lit et y pris mon foulard en soie, seul souvenir de ma mère, que je n’arrêtai pas de laisser glisser entre mes doigts pour essayer de me calmer. Puis, reprenant une profonde respiration, je quittai la petite chambre que j’occupais seule sous les combles depuis un peu plus d’un an et descendai au rez-de-chaussée. Il était l’heure.

J’entrai dans la salle commune de l’orphelinat et y trouvai la plupart des enfants en âge de participer aux Jeux, ainsi que Déborah et une autre nurse : je n’avais pas encore déménagé depuis la visite d’Amy. J’avais passé mon temps à repousser mon départ, j’avais envie d’en parler avec quelqu’un avant mais « il » n’était pas revenu depuis des semaines. Etait-il aussi assis devant une télévision à attendre bien sagement que le visage de la Présidente apparaisse à l’écran ? Même si c’était un rebelle, il l’était sans doute, personne ne pouvait échapper à cette obligation complétement débile. A moins qu’il ait été pris, qu’il soit… Non, je n’osais pas y songer. Je ne le connaissais presque pas, pour ainsi dire, mais quelque chose au fond de moi n’arrêtait pas de le rappeler à ma mémoire et refusait que je puisse accepter qu’il lui soit peut-être arrivé malheur.

J’étais encore debout dans l’encadrement de la porte lorsque l’hymne du Capitole retentit dans la pièce, me sortant de mes pensées. Déborah tapota sur le canapé en velours terni par l’usure et je me pressai pour m’asseoir à ses côtés. Je la sentais trembler alors que l’image de la grande place s’affichait à l’écran, encore davantage lorsque la Présidente apparut derrière la tribune. Elle était belle, tout le contraire des capitoléennes pleine d’excentricité. Pourtant, alors que j’avais toujours admiré Mme Waters pour sa place de femme forte au gouvernement, une question me hantait désormais : est-ce elle qui avait donné l’ordre d’éliminer mes parents ? Etait-ce un de ses sbires auquel elle en avait donné le pouvoir ? Avait-elle une idée du mal qu’elle pouvait faire autour d’elle ? Dans chacun de ses sourires que je trouvais si jolis autrefois, je voyais à présent un carnassier prêt à mordre. C’est d’ailleurs ce qu’elle allait faire, prendre à nouveau des vies.

Sa voix s’éleva et tous les enfants dans la pièce restèrent coller à ses lèvres. Deborah tremblait de plus en plus, elle pensait à tous ces enfants qu’elle aimait tant et qui risquaient d’être sélectionné. Il y a quelques années, Matthew, un gamin d’à peine 13 ans avait été sélectionné : il était mort après plusieurs jours, dans une tuerie mémorable orchestré par des carrières. Deborah avait pleuré pendant des jours…

Vînt enfin le moment crucial, la petite enveloppe dont personne ne doutait plus qu’elle avait été faussement vieillie. Pourtant personne ne bronchait de cette absurde tromperie que le Capitole mettait en place… Nous acceptions tous, bien dociles… *Trop dociles* songeai-je avec amertume.

Mon cœur commençait à battre la chamade, il me coupait presque le souffle. Mes mains posées sur mes cuisses serraient illusoirement le tissu de mon pantalon, comme si je voulais me raccrocher à quelque chose. Qu’est-ce que le Capitole pouvait bien trouver de plus cruel encore cette année ? Quelle allait être la sentence pour tous les récents événements qui avaient contrarié le Capitole ?

"La Moisson de la 175ème édition des  Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre  peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."


- Bienveillance ? Elle plaisante ?

Cette parole m’avait échappé, mais que dire quand un tel monstre parle de clémence alors qu’elle décide d’envoyer encore plus de personne à une mort certaine et le tout en leur faisant le cadeau empoisonné de choisir... Choisir si elles mourront en héros ou vivront une existence de paria pour avoir laissé se faire tuer des enfants… Et cette deuxième règle ? Je ne savais pas pourquoi mais j’avais un mauvais pressentiment. Habituellement, je ne croyais qu’aux faits mais bizarrement je me faisais confiance aujourd’hui. Cette deuxième règle serait une façon de contrebalancer la « réjouissante chance » de la première et serait sans appel une des plus cruelles jamais vues…et pourrait bien me tuer : moi qui était tirable pendant encore deux années…

Plusieurs enfants s’étaient retournés vers moi et me fixaient désormais. La main de Deborah était posée sur la mienne et la soutenait fermement, comme si elle espérait que cela me ramènerait à moi. Mais je ne me calmerai pas. Je ne le pouvais pas. Cette femme à l’écran voulait nous faire croire en une espèce de clémence, de bienveillance venant du Capitole alors qu’il tuait tous les jours des personnes qui ne cherchaient qu’à… Et là, j’eus le déclic. Je compris ce que mes parents avaient toujours cherché, ce qu’ils avaient voulu pour moi au point d’entrer dans la Rébellion et de risquer leur vie pour ça, pour quoi mon ami Pantalaimon s’était battu au point d’en perdre son seul moyen d’exprimer sa haine envers le Capitole, ce pourquoi ce garçon mystérieux, rebelle qui venait me voir, se battait… Pour notre liberté.

Sans un mot, je me levai et balayai du revers de la main une larme sur ma joue. Je me dirigeai vers le bureau qui servait à la gestion du côté administratif de l’orphelinat et y entrait sans en demander l’autorisation : là, je passai derrière le grand bureau d’ébène et ouvrai un des casiers en fer.

A, B, C, D,… S

Je sortai en hâte mon dossier que je posai sur le bureau, au-dessus des autres documents entassés là. Je n'avais pas le droit de faire cela, mais je m'en fichais. A l’intérieur, je ne pris pas le temps de lire quoi que ce soit mais je finis par trouver ce que je cherchais : une petite pochette plastique dans laquelle se trouvait une clef. Je la serrai contre mon cœur et prenait une grande inspiration en fermant les yeux. Puis je quittai le bureau en croisant Deborah, l’air penaud. Elle avait compris.

- J’ai besoin d’être seule… Je repasserai chercher mes affaires demain…. Je t’aime.

Je passai devant elle, coupable et, sans plus regarder tous les yeux posés sur moi lorsque je passais à nouveau dans la salle commune, je sortis de l’orphelinat.

Je me dirigeai, le pas lourd, vers la sortie de la ville. Je devais me trouver, savoir qui j'étais avant qu’il ne soit trop tard…


_________________




★☆☾ Clarissa L. Stern ☽☆★
.   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .
« Je me souviens de t'avoir entendu dire un jour que grandir, c'est regarder en arrière et regretter de ne pas pouvoir changer le passé. »Extrait de TMI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 42 ans.
★ Occupation : Eleveur de chevaux - Mentor du District 10
☆ Humeur : On fait aller...
★ Plat préféré : Abricot
☆District : Dix

○ Points : 383
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Mer 9 Juil - 14:28


 

« I don't know who to trust, no surprise.
Everyone feels so far away from me,
Heavy thoughts sift through dust and the lies.

Trying not to break
But I'm so tired of this deceit.
Every time I try to make myself
Get back up on my feet. »
From the inside, Linkin Park


 


 
 
L'hymne du Capitole retentit soudain et je me précipitai sur la télécommande pour baisser le volume. J'étais seul devant le poste, ayant exprès envoyé Chase se coucher pour qu'il n'assiste pas à l'annonce de l'Expiation. Seulement, il avait pour habitude d'aller plus tard au lit et m'avait bien fait comprendre qu'il ne souhaitait pas que celle-ci change : son caractère rebelle avait crié, chahuté, boudé, avant que je n'y mette fin en le portant sur mon épaule pour le déposer dans le lit moi-même.
Les enfants avaient ce don de compliquer les situations déjà compliquées. Cependant, Chase ayant une dent contre moi ce soir, j'étais assuré qu'il ne viendrait pas me demander quoi que ce soit.
La musique d'ouverture touchait à sa fin et on nous offrit à la place une vue figée du balcon présidentiel. Pour l'avoir déjà admiré en vrai, je me rendis compte combien il était exagéré pour le spectacle. Le balcon était certes plutôt haut, mais pas aussi perché que cette caméra et cette luminosité le laissaient croire, ni même aussi large. Ce n'était pas tout : cette femme, qui n'était autre que la présidente Water, n'avait pas réellement cette innocente apparence : son visage n'était pas aussi parfait et lisse qu'on le laissait voir à l'écran et, malgré tous leurs efforts pour la rendre angélique et sympathique, ils avaient été incapables de cacher la lueur indescriptible dans ses yeux qui la rendait tellement antipathique.

« Chers compatriotes, annonça-t-elle d'une voix froide, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games. En cette année spéciale de l'Expiation, les fondateurs nous offrent à nouveau une leçon de vie dont nous les remercions. Mais, ne nous attardons pas et voyons de quoi il s'agit. »

Inconsciemment, je m'enfonçai plus fort dans le canapé. Je pouvais avoir accepté le fait que j'étais Mentor cette année, j'aurais préféré une édition « normale » à une Expiation. Comme une poule devant un couteau, je regardais ces ongles décorés de blancs sortir l'intitulé de la nouvelle Expiation pour l'ouvrir et la révéler à tout Panem. Une poule devant un couteau ? Je n'étais pourtant pas Tribut, j'avais « passé l'âge pour ces conneries » comme l'aurait si bien dit mon oncle.
Vraiment ?

« La Moisson de la 175ème édition des  Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. »

Un juron franchit mes lèvres. Un choix ? Depuis quand le Capitole laissait choisir ? Si l'on m'avait demandé mon avis, je ne serais pas en train d'écouter cette horrible femme qui continuait du même ton cérémonieux :

« Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson. »

Mes yeux regardaient sans voir la Présidente pendant les quelques secondes restantes, puis cet hymne insupportable retentit. Je compris alors ce qui venait de se passer.
On cherchait à décrédibiliser les Mentors. Ou à les tuer. Dans les deux cas, ils ne s'en sortaient pas indemnes. Soit ils repartaient dans l'arène affronter des Tributs pour la plupart plus jeunes et plus entraînés qu'eux, laissant derrière eux des familles - ou pas, le Capitole leur ayant tout arraché ?-; ou alors, ils auraient à supporter les reproches sourds des familles, accompagnées des yeux larmoyants des Tributs qui se savaient moissonnés et qui voyaient leur dernier espoir les abandonner devant tout Panem.  
Et moi, qui étais un ancien Mentor, qui avais déjà fait ma part du travail en aidant Samuel à remporter les Jeux, j'eus soudain une pensée pour Phileas qui m'avait annoncé la super nouvelle. Savait-il quel était l'intitulé de l'Expiation ? Assurément, puisqu'il était Haut-Juge lors de l'Expiation. Je me souvins qu'il n'avait cessé de poser des yeux désolés sur moi lors de notre entrevue, allant même jusqu'à déclarer être prêt à prendre Chase en charge. Il souhaitait peut-être que j'ai l'occasion de serrer une dernière mon fils dans mes bras avant de partir pour l'arène ? Ou, si je refusais, le second intitulé serait assez grave pour que j'ai besoin de le faire ? Je ne savais pas si je lui en voulais réellement ou pas. A son sujet, mes sentiments étaient mitigés du fait de sa sincérité. Quoi qu'il en était, il n'aurait après tout pas pu me révéler la nature de l'Expiation de cette année. Il n'était qu'un pantin du Capitole, acte dont je devais moi aussi plaider coupable contre mon gré.
L'hymne du Capitole résonna encore plus insupportable à mes oreilles et je saisis la télécommande pour l'éteindre. Une petite voix m'interrompit :

« Mais toi, tu ne vas pas participer aux Jeux ? »

Tournant mes yeux vers le bas escaliers, j'y vis Chase tout à fait éveillé debout dans son pyjama (qui était, à la vérité, une longue chemise en laine empruntée dans la penderie de mon oncle). Surpris, je ne sus pas comment réagir et, devant mon silence, il appuya sa question de son regard qui ressemblait à celui d'une biche avec ses deux prunelles brunes.

« Tu ne devrais pas être debout, Chase, lui dis-je alors qu'un récapitulatif de la première Expiation passait à l'écran.
- Oui mais je ne comprends pas ce qui se passe. Tu ne m'as jamais expliqué. »

Un petit instant passa, quelques secondes au bout desquelles je l'invitai à s'asseoir en tapotant la place à côté de moi :

« Viens par là. »

Alors que les têtes des différents tributs de l'époque défilaient à l'écran, il trottina pour me rejoindre, sauta à moitié sur le canapé et se blottit contre moi.

« Pourquoi tu m'as pas dit que tu avais un jour gagné les Jeux ? » me demanda-t-il.

A la vérité, je ne m'en vantais pas, et devant lui moins que les autres. Il n'avait jamais su que j'avais gagné les Jeux et j'avais souhaité le lui dire peu avant sa première Moisson. Mais avec cette histoire de Mentorat, j'avais dû tout lui révéler trois jours auparavant, sans autre détail que le fait que le Capitole avait besoin de moi pour cette édition et c'était son institutrice Allya Lagan qui allait s'occuper de lui. Depuis, entre tous les arrangements que j'avais eus à passer pour que des éleveurs viennent jeter un œil à mes chevaux de temps à autre, on n'avait pas eu l'occasion de parler. Je me rendis compte qu'il avait dû se sentir abandonné et que sa petit crise de toute à l'heure était là pour attirer mon attention. J'avais été un père indigne ces derniers jours et les prochaines semaines n'iraient pas en s'arrangeant.
Si seulement la vie avait été plus clémente avec nous deux.
Je saisis la télécommande pour éteindre le poste mais il m'arrêta :

« Non, laisse la allumée. Je veux voir ce que c'est. »

J'acquiesçai doucement mais décidai de baisser le volume.

« Alors ? ajouta-t-il d'un ton qui n'exigeait aucune dérobade. Pourquoi tu ne m'as rien dit ?
- C'est compliqué à expliquer. Je pensais en avoir fini avec les Jeux, puis je n'aime pas en parler. Je ne suis pas fier, Chase, d'en être sorti vainqueur. J'ai tout fait pour survivre, mais tout faire demande beaucoup... beaucoup trop.
- Donc tu ne veux pas en parler.
»

Je lui ébouriffai les cheveux tout en répondant :

« Non. L'année prochaine peut-être quand tu seras un grand garçon.
- Mais j'ai déjà onze ans !
» se plaignit Chase, m'arrachant un sourire au passage.

Lui ne semblait pourtant pas prêt à sourire. Au contraire, il fixait la télévision avec ses yeux remplis de questions. Malheureusement, au fil des morts et des règles annoncées, son visage se décomposait et il eut peur; pour autant, le temps s'écoulait sans qu'il ne dise rien. J'avais envie d'intervenir, de tout arrêter et de le renvoyer au lit. A la place, pourtant, je le laissais découvrir par lui-même ce que le Capitole voulait bien montrer des Jeux. Cela donnait une première sensation de ce qu'étaient les Hunger Games, une première image, plus détaillées que celle présentées aux plus jeunes à l'école mais moins dure que la réalité. Quant à mon histoire, il aurait tout le temps de la découvrir plus tard : les témoignages d'un Tribut étaient toujours plus sombres et terribles que ce qu'une propagande offrait.
On passa à la troisième édition de l'Expiation, durant laquelle un président dénommé Snow annonçait que les Tributs seraient moissonnés parmi les Mentors. C'est à cet instant que Chase s'intéressa à nouveau à moi, ce dont je fus satisfait car je voyais venir le long monologue sur la rébellion de l'époque terrassée et achevée - alors que l'on savait tous qu'une autre sévissait dans les profondeurs de Panem. C'était une autre histoire, que l'on devait passer car mon fils me demanda alors :

« Tu n'iras pas dans l'arène, toi ? Tu ne vas choisir d'y aller ? »

Il semblait sérieux. Il semblait apeuré. Je ne l'avais jamais vu avoir peur avant aujourd'hui et c'était très dérangeant, car je me rendis soudain compte que je n'avais pas réfléchi à cette question. Ma décision était pour moi une évidence; et pourtant, je n'y avais pas réfléchi, ce qui me fit désormais douter. Je réfléchissais toujours, sur tout, je pesais le pour et le contre, j'étais prudent, minutieux. Là, à l'instant même où Siolyn avait dit choix, je savais quel était le mien.
Non, ce n'était pas normal, c'était précipité. A la première question que Chase m'avait posée, je m'étais tu, et j'avais embrayé sur un autre sujet; à nouveau, je gardais le silence, incapable de trancher ce pourquoi, par peur que je ne me dérobe à nouveau, il insista.

« Tu peux pas y aller. T'es trop vieux pour et, en plus, tu ne peux pas me laisser tout seul. »

Son visage se renferma.

« Tu vas mourir si tu vas dans cet arène. Et moi, je ne veux pas que tu meurs. »

Je souris et lui ébouriffai les cheveux, chose qu'il détestait particulièrement. Tandis qu'il se secouait la tête et murmurant un « Arrête ! » d'un ton agacé, je l'observais, je compris. Pourquoi mon choix était évident. Pourquoi, finalement, je n'avais pas eu besoin de réfléchir.

« Ne t'inquiète pas. Je n'irai pas dans cette arène. Je ne suis qu'un Mentor de remplacement cette année et ça s'est fait tellement vite.... Ca ne durera pas, Chase, promi : quand les Jeux seront finis, nous reprendrons notre vie comme avant. Mais avant, j'ai vraiment besoin que tu te comportes bien avec Miss Lagan. Le service qu'elle nous rend est incroyable et j'ai besoin de savoir que tout se passe ici. Tu me le promets ? »

Il acquiesça et n'ajouta rien de plus, gardant les yeux fixés sur le moniteur.
J'aurais aimé que les choses soient si faciles. Qu'avec mon simple refus, ces Jeux seraient plus simples. Qu'en brandissant cette excuse, les habitants du Dix me comprendraient et me pardonneraient. On ne pouvait seulement pas m'enlever cette impression que la seconde règle serait pire que la première. Qu'on punirait bien plus que par l'humiliation les Mentors qui refusaient de retourner dans l'arène; ou alors, serait-ce aux tributs d'en pâtir ? Peut-être même plus lourdement si leur Mentor refusait de les aider ?
Et pourtant, je n'avais aucun autre choix que celui de refuser. Je me résignais à ne pas sortir le bout de mon nez en ville durant la semaine qui suivait. Les rumeurs couraient déjà sur l'indisponibilité de Samuel et mon intérim, or je n'avais pas particulièrement envie de rendre des comptes au premier parent venu qui, terrifié que son enfant devienne Tribut, me demanderait de tout faire pour le sauver.
Un profond soupir franchit mes lèvres et j'entourais Chase de mon bras tandis que nous regardions le résumé des Expiations.
J'avais peur.


 

_________________
Mentor du District 10
Le vaste monde vous entoure de tous côtés ; vous pouvez vous enclore, mais vous ne pouvez éternellement le tenir en dehors de vos clôtures.
by lizzou.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Mer 9 Juil - 19:11

Mike est assis là, sur la canapé, encadré par ses deux géniteurs. Il soupire, ce qui lui vaut un blâme de son père, et un regard furieux de sa mère. Mais qu'en a t-il à faire ? Il a une existence misérable quoi qu'il fasse. Oui, il est petit, comme tous les autres être vivants et il va maintenant entendre le discours d'une femme. Un discours qui se veut encore barbant, qui va ne faire qu'engendrer plus de haine dans son cœur.
Le silence s'installe dans la pièce. Mike est le seul à regarder la télévision sans vraiment le faire et à n'écouter qu'à moitié. L'image de cette femme le dégoûte tout comme la voix qu'elle possède. « célébrer » ? Le mot semble mal choisit. Qui pourrait célébrer un tel événement sur cette terre ? Il ne manquerait plus de faire une grande fête dans chaque district et rire sur la mort d'autrui comme ces infâmes personnages le font si bien. Une leçon de vie, les remercier pour ça ? C'est ce moquer de qui ? À croire que tant que ce ne sont pas leur vie qui sont en jeu, ils sont bien heureux. Si c'était l'inverse, ils ferraient moins les fiers.
C'est à l'annonce des deux règles « particulières » que Mike porte toute son attention sur la télévision. Oui, la formulation à du être manier de telle sorte à ce que les auditeurs soient tous pendus à ces lèvres – là est bien l'art de l'élocution. « Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. »
C'est stupide, trop pour lui. Il se lève sans écouter la fin. La main de son géniteur se referme avec force sur son poignet.

« Assis-toi Mike. Arrêtes de te faire passer pour un imbécile. C'est important et tu devrais écouter.
- La seule chose importante à vos yeux c'est de briller pour ceux de vos supérieur. Votre priorité est la richesse et non votre propre enfant. Ce jeu est un massacre et tu ne prends même pas la peine de savoir si ça ne m'atteins pas ? Vous ne prenez pas la peine de me rassurer. Non si j'y vais au jeu, ça sera juste bête. Vous aurez perdu de la main d'œuvre pour votre travail. »


Une baffe se perd. Sa mère s'est levée et lui ordonne d'aller dans sa chambre. L'annonce est terminée, la télé va être éteinte. Mais aucuns des parents n'ira le voir pour lui parler, le soulager. Savoir même si leur fils à peur. Ils ne veulent pas le savoir, tout ce qu'ils veulent c'est son obéissance pour le moment car c'est tout ce dont ils ont besoin.
Revenir en haut Aller en bas
« »
★ Âge : 20 ans
★ Occupation : Carrière
☆District : Un

○ Points : 350
○ Barre de vie :
100 / 200100 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Mer 9 Juil - 20:27




Expiation




L’expiation. L’annonce devait avoir lieu aujourd’hui, et ça ne m’enchantait pas vraiment. Attention, j’aimais le Capitole, j’adorais les jeux … Ils avaient jusqu’à présent représenté mon seul but dans l’existence … Mais l’expiation … Ça ne me plaisait pas. Déjà parce que je voulais me porter volontaire et que je me faisais « vieille » … Les jeux ne me seraient bientôt plus accessibles. Et lors de l’expiation, on ne savait pas ce qui pouvait se passer. On pouvait refuser les volontaires, voire même les jeunes. On pouvait demander aux anciens de revenir, ou faire participer les adultes. Il y avait des chances que je ne puisse pas en être, et aussi des … Je ne sais pas si je peux dire « chance », que ma sœur et mon frère soient remis en jeu. Et ça, je ne le voulais pas. D’une part parce que j’étais trop orgueilleuse pour les laisser gagner deux fois alors que je n’avais même pas eu ma victoire. D’autre part … Ma sœur avait déjà souffert. Elle avait déjà donné. Mon frère m’inquiétait un peu moins à la rigueur, mais quoiqu’il en soit, je ne voulais pas qu’ils y aillent. Je ne l’avouerais peut-être pas, car c’était égoïste, et que j’étais sure qu’ils verraient là une façon de nous faire honneur à nouveau mais … Je ne le voulais pas. Et n’étais-je pas la petite cadette pourrie gâtée de la famille ? Si je ne le voulais pas, ça n’arriverait pas … N’est-ce pas ?

J’étais dans le salon avec mon frère et ma sœur, ainsi que mes parents. Ils étaient tous assez excité, même si ma sœur avait une expression assez indéchiffrable que je n’arrivais pas à identifier comme de l’excitation ou de l’envie … Peut-être plus comme de la peur. Si je me mettais à sa place, j’imaginais facilement qu’elle craignait une arène monstrueuse ou des règles qui garantiraient une mort certaine pour moi, surtout lorsqu’elle connaissait mon désir d’y participer cette année et qu’elle savait que tous les coachs du centre des carrières soutiendrait mon souhait, étant la meilleure actuellement en compétition. Je lui adressais un léger sourire pour tenter de la dérider mais je savais que rien ne la calmerait tant que l’annonce ne serait pas faite.

Enfin, le générique se fit entendre et un silence de mort tomba dans la pièce, presque religieux. La présidente apparu à l’écran, radieuse. Elle m’intimidait et m’impressionnait, car elle représentait la réussite que je voulais incarner un jour moi aussi. Oh, je n’avais pas la prétention de vouloir être présidente, non … Ce poste devait être ennuyeux à mourir. Mais sa classe, sa distinction … C’était sans pareille.

"Chers compatriotes, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games. En cette année spéciale de l'Expiation, les fondateurs nous offrent à nouveau une leçon de vie dont nous les remercions. Mais, ne nous attardons pas et voyons de quoi il s'agit."


Mon cœur battait à tout rompre dans ma poitrine et je sentais l’excitation monter. Qu’allait-elle nous réserver cette année ? Je sentais mon destin se jouer sur cet écran, et je notais une pointe de frustration quant à mon incapacité à y faire quoi que ce soit. Un sourire apparu sur les lettres de la présidente alors qu’elle regarda l’intitulé et je su instantanément que ça allait être terrible. Cette pensée me mis mal à l’aise … Je ne pouvais pas avoir de telles pensées à propos de la présidente qui veillait sur nous et nous protégeait. Je retins ma respiration tandis que la sentence tombait …

"La Moisson de la 175ème édition des  Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre  peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."

J’écarquillais les yeux. Une aide supplémentaire ? Qui avait besoin d’une aide supplémentaire bon sang ! Non, non je ne le voulais pas c’était impossible … Je me tournai vers mes parents, persuadée qu’ils partageraient ma torpeur et se précipiteraient vers Sélène pour la supplier de ne pas y aller. Nous étions richissimes, nous n’avions pas besoin d’argent. Mes lorsque je les regardais, ils souriaient de toutes leur dents et s’étaient levés pour applaudir. Ils parlaient, à Sélène à mon frère … Je crois bien qu’ils se sont même retournés vers moi et qu’ils ont parlés mais la scène était en sourdine. Je ne comprenais pas ce qu’ils disaient, ma tête tournait. Je levai les yeux vers eux, bouche ouverte, et je me levai.

◮ Sélène … »

J’avais dit cela d’une toute petite voix presque inaudible. Je levai des yeux embués vers elle. Bon sang pourquoi j’avais les larmes aux yeux. C’était les jeux, n’était-ce pas merveilleux ? C’était mes jeux … Elle n’avait rien à y faire. C’était de la jalousie, voilà tout.

◮ Sélène tu n’iras pas, tu m’entends ! Je te l’interdis ! C’est mon année, la MIENNE ! Je te préviens si … Si tu viens je … Je t’écorcherais à la corne d’abondance avant que tu aies eu le temps de dire tribut ! »

Ils me fixaient tous. Je crois que j’avais crié. Quelle bande d’abrutit, ils n’avaient rien à dire ?! Très bien … Moi non plus, j’avais tout dit. Je pivotai avant que qui que ce soit n’ai pu me rattraper et je me précipitai vers la porte que je claquai derrière moi. Une larme roula sur ma joue et je l’essuyais d’un revers de la main avec une rage terrible. JE jetai un regard aux alentours et parti en courant vers la forêt. Avec un peu de chance, Zane serait là. Je coucherais avec lui, ça me défoulerait, et je reprendrais mes esprit. Peut-être arriverais-je même à être contente pour ma sœur après ça. De toute façon, c’était le seul début de plan que j’avais en tête.





_________________


FEATHERSTONE, CHANNELLE. Oui, oui, oui, mon coeur est en fer, horreur ! Je fais l'amour comme une panthère. Mes amants, je les écorche vifs et je les fouette, je leur coupe le pif. J'fais des trucs cochons avec des chaînes aux minets du 16ème. Pourchassant les puceaux en fuite, le démon du sexe m'habite. Venez là mes petits amis car c'est la fête aujourd'hui... C'est la, c'est la, c'est la Salsa du démon .... Salsa du démon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Jeu 10 Juil - 9:05






Annonce de L'expiation

La dernière année. Encore quelques jours à vivre dans une attente interminable afin de déterminer si je serait sélectionnée ou non pour les Hunger Games. Cela en deviens quasiment insupportable. Ma mère m'a demandée de ne pas me porter volontaire, de ne pas faire l'idiote. Mais j'hésite encore, peu être qu'en me portant volontaire et en survivant je serait connue des Capitoliens et verrai mon chiffre d'affaire augmenter fortement. Mais pour le moment je n'ai pas encore pris ma décision, je pèse encore le contre et le pour. Allongée paisiblement sur mon canapé, je tortille une mèche de mes cheveux autour de mon doigt. La neige de la télévision laisse place à une image lointaine et je chantonne doucement l'hymne de Panem en même temps que le téléviseur. Si ma mère aurait été là, elle m'aurait fixé furieusement puis elle aurait soupiré en levant les yeux aux ciel. Je ne voyait pas pourquoi ils en voulaient tous au Capitole, il n'avais qu'a pas se rebeller aussi. Ils n'ont reçu que la monnaie de leur pièce. Je l'ai toujours accepté, pourquoi pas eux ?

A l'écran apparu la présidente Water dans de magnifiques vêtements blanc, ses cheveux roux sont parfaitement coiffés et je m'attarde sur son vernis à ongles. Elle ressemblait à un ange, je sourit à cette pensée. Je la trouvais vraiment belle, mais peu était de mon avis, comme d'habitude. Je me mis à sourire, ils étaient idiots, c'est tout. Son discours était envoûtant, les mots était soigneusement et remarquablement bien choisi. Alors comme ça un mentor pourrai se joindre à nous ? C'était bien tentant, mais je réfléchissait encore, il n'étais pas encore l'heure. L'hymne retentit à nouveau et l'écran se teinta de neige à nouveau.

Je souris paisiblement. Il me restait encore quelques jours pour me décider. Allais-je me porter volontaire pour ma dernière année ou allais-je rester tranquillement à ma place. Je partit en direction de la cuisine pour me préparer un repas. Il faudrait que je demande à Nikolay si il compte se porter volontaire, cela m'aiderai sûrement à savoir si j'irai ou non.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Sam 12 Juil - 0:07

Elena avait un peu bu avant l’annonce… un peu beaucoup même, mais elle le cachait très bien, seul son verre de vodka citron à la main pouvait la trahir. Son expression était égale à elle-même, aussi froide que de la glace. Sa résistance, bien qu’elle l’ai maudit plusieurs fois, l’aidait beaucoup à tenir toutes substances qu’elle avalait. Un corps a toute épreuve, qu’elle ironie, elle qui avait souhaité mourir à ses cotés.

Mourir, voilà ce que je voulais au moment où l’hymne du Capitole s’éleva dans mon salon, je sentis tous les muscles de mon corps se raidirent. Je sentais l’angoisse d’Adam assit, tout près de moi. En fait, j’avais senti sa nervosité, et l’avais supportée toute la journée, avec l’aide d’un verre ou deux,  tout en essayant de ne pas penser à ce qui allait se produire ce soir même.
Mais voilà, on y était, l’annonce tant attendue : La présidente Waters, aussi cruelle et froide que d’habitude, énonce d’une voix claire et forte les nouvelles règles de cette année :

"Chers compatriotes, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games. En cette année spéciale de l'Expiation, les fondateurs nous offrent à nouveau une leçon de vie dont nous les remercions. Mais, ne nous attardons pas et voyons de quoi il s'agit."

J’ai toujours détesté ce geste, cette enveloppe, quelques lignes pour un destin…

"La Moisson de la 175ème édition des Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."

Je déglutis lentement, au moment où j’entends Adam, mon petit Adam pousser un cri. Je le regarde, et nos regards se croisent. Et son expression me fend le cœur. Tout va très vite dans sa tête, cela se voit. Il est si intelligent, qu’il comprend les enjeux que cette expiation implique … que je retourne dans l’arène, aider mes tributs, et avec ironie, mourir avec eux…

« Refuse Elina ! » me crie-t-il alors que l'Hymne se termine. Sa voix est déchirante, et son visage ravagé par le chagrin. Je sens peu à peu une fissure en moi, je me sens défaillir un instant.

« Refuse je t'en supplie ! Ne les laisse pas te renvoyer dans l'arène ! Tu as assez donné ! Tu les aideras autant de l'extérieur !»

Ses larmes coulent comme des rivières alors que mon cœur se brise. Je sens mes yeux me brûler alors que je retiens tant bien que mal mes larmes de monter. Mes mains tremblent, elles sont moites, elles n’ont pas oublié comment tuer, comment on leur a appris, mais elles ont peur.

« Adam »

Je parviens mal à contrôler les soubresauts de ma voix, et à ne rien montrer de mes sentiments.

« Adam » murmurais-je une deuxième fois.

« Et… et si c’était toi qui était tiré ? »

Ma voix est presque inaudible lorsque j'énonce ces terribles mots. Oui ? et si c'était lui aujourd'hui ? si par malheur Adam était sélectionné ? Cette peur est bien plus forte que les autres, elle me motive, me donne le courage de lui répondre sans trembler, d'une voix sûre, d'une voix ferme et forte :

« Adam, si c'est toi, je participe... j'irai avec toi, je reste avec toi quoiqu'il arrive, rappelle toi ce que je t'ai dit la dernière fois.»

Si Adam doit mourir dans l'arène, alors je mourais avec lui, nous resterons ensemble. Mes mains se posent sur son visage si enfantin encore, et lui essuient ses joues baignées de larmes...
Et je sens avec émotion, mon visage se radoucir, laisser transparaître la douceur si longtemps enfouit en moi, et c'est avec tendresse et dans un dernier souffle que je dis :

« Ensemble»

Revenir en haut Aller en bas

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Dim 13 Juil - 13:02


Annonce de l'Expiation

Leanne Chetwood


Pas de forêt aujourd'hui. Je soupire, perchée en haut du toit de ma maison en contemplant les rues désertes de la Veine. C'est chose dite, je m'ennuie. Pas d'escapade dans les bois. Pas de tir à l'arc. Pas de Lou pour me suivre dans les arbres.
J'attends le retour de Craig avec impatience. Au moins, lui saura me remonter le moral. Parce qu'aujourd'hui, c'est l'annonce de l'Expiation. Les rebelles se tiennent terrés dans le Treize et chez moi, on continue à crever de faim. Je me secoue et passe à l'intérieur de la fenêtre ouverte, aterrissant sur le sol du grenier. Sur le matelas dans le coin sombre, ma soeur se terre dans l'ombre.

- Hé, Adaline, viens, dis-je en lui tendant la main. On va enfin savoir.
- T'étais où ?
- Sur le toit. Pas loin.
- D'accord.

Elle attrape ma main et on descend en silence. La porte d'en bas claque. Ce soir, Craig a la permission de rester parmi nous. Parce que c'est l'annonce de l'Expiation. Je déteste ce mot. Et je ne suis pas la seule.
Il est encore vêtu de son uniforme de Pacificateur. Je m'empare de son casque en pouffant de rire.

- Ca, tu le planque pour ce soir ! j'ordonne.

Il m'ébouriffe les cheveux avant d'aller voir maman, prostrée sur une chaise devant la fenêtre comme à son habitude.

- Maman, murmure-t-il en agitant sa main devant ses yeux. Maman, ouhou, c'est moi.

Je le rejoins, je m'agenouille sur le sol à côté de lui. Un sourire éclaire le visage de notre mère. J'ignore si elle a reconnu Craig, ou si elle le prend pour mon père, mais cela fait des jours que je ne l'ai plus vue sourire. Elle caresse la joue de Craig du bout des doigts.

- On allume la télé ? demande Adaline d'une petite voix, pour changer de sujet.
- Bonne idée, la souris, approuve Craig.

J'approche la chaise de ma mère vers le poste, je m'installe sur le sol et Craig apporte deux autres chaises.

- Assieds-toi, me propose-t-il.

Je secoue la tête en signe de négation. Le sol me convient très bien pas besoin de me proposer un confort supplémentaire.
L’hymne de Panem retentit. Maisson silencieuse, chacun retient son souffle. Expiation. Je déteste ce mot. Je ne suis pas la seule à avoir peur. Adaline glapit et vient se blottir contre moi quand la présidente apparaît sur l’écran.
Silence. On est tous suspendus à ses lèvres. Pas le moment de songer à la plus petite idée de rébellion. Ma mère ne réagit pas et fixe l’écran d’un regard vide. Ses yeux sont forcés de regarder, mais sa tête est ailleurs. Je décide d’être attentive pour nous deux.

"Chers compatriotes, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games. En cette année spéciale de l'Expiation, les fondateurs nous offrent à nouveau une leçon de vie dont nous les remercions. Mais, ne nous attardons pas et voyons de quoi il s'agit."

J’ai peur. Je regarde Syolin Walter qui semble vouloir me tuer avec ses yeux glacés. Silence dans la maison, toujours. Personne dans les rues.
Peur.

"La Moisson de la 175ème édition des  Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre  peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."

Clémence, bienveillance. Tu parles, oui. Depuis quand sont-ils cléments avec nous, au juste ? Hein ? On crève de faim dans leur dos et tout ce qu’ils veulent, c’est du beau spectacle. Craig me regarde et fait la grimace.
On pourrait être tirés avec Melvil Thorne. Jouer contre lui. Ô joie.
J’ignore pourquoi mais je sens que je vais mourir.
© Imaginary pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Dim 13 Juil - 13:48


ANNONCE TELEVISEE
DE L'EXPIATION
Je referme la porte derrière moi. Coup sec qui me fait sursauter.
L'ambiance est sinistre, ici. Je soupire et tente de me calmer. Tout va bien, Allya. Cela ne te concerne pas. Presque pas. Tu ne peux plus être piochée. Tout va bien. Ca va aller.
Maintenant ce n'est plus vraiment pour moi que je tremble, même si je sais que je ne suis pas totalement concernée par la chose. L'Expiation. Je connais tous les gamins du District. Je connais les deux mentors personnellement, Samuel et Ethan. C'est ca qui me fait peur. Pouvoir tous les perdre d'un seul coup. Car qui sait ce que le Capitole réserve aux pauvres habitants des Districts ? Et si ils s'amusaient à tripler le nombre de tributs pour que le spectacle dure encore plus longtemps ? Ce serait une bonne idée pour le staff des Jeux. Encore plus de tributs. Plus de sang, d'action. Plus de spectacle.
Je secoue la tête afin de chasser ces pensées macabres, me dirige vers la cuisine. Il fait soif, ici. Je me prépare une tisane à la girofle. Rien de mieux pour se calmer les nerfs. Je tremble autant qu'une gamine de douze ans pour sa première Moisson.
La télé s'allume automatiquement, me faisant sursauter. Au même moment, l'eau est à la bonne température. Je remplis une tasse et laisse tomber le sachet de tisane à l'intérieur du liquide.
Quand je me laisse tomber sur un fauteuil, l'hymne retentit. Et voilà le visage de la présidente. Je ne l'ai jamais vue personnellement. En vrai, je veux dire. Ca doit être une expérience mémorable -et assez traumatisante. Elle apparaît, glaciale, sur l'écran juste en face de moi.

"Chers compatriotes, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games. En cette année spéciale de l'Expiation, les fondateurs nous offrent à nouveau une leçon de vie dont nous les remercions. Mais, ne nous attardons pas et voyons de quoi il s'agit."


Sa voix me fait sursauter, je n'ai même pas eu le temps de me préparer à ce qu'elle ouvre la bouche et la voilà qui commence. Son regard de glace me fixe, me transperce de part en part. Elle a beau se trouver à des kilomètres de moi, son aura est si présente dans mon salon que je me retourne, croyant qu'elle se trouve juste derrière moi. Par chance, je ne vois personne.

"La Moisson de la 175ème édition des  Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre  peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."

Ma conscience en prend un coup.
Ethan pressentait-il un tel intitulé pour me confier Chase pendant la durée des Jeux ?
En même temps, je soupire de soulagement. Sans trop savoir pourquoi. Peut-être que savoir enfin la moitié de ce qu'on nous réserve cette année me réconforte un peu.  


© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH
Revenir en haut Aller en bas
« »
★ Âge : 22 ans
☆ Surnom : /
★ Occupation : Apprentie pharmacienne / Tribut du District 5
☆ Humeur : Dévastée
★ Plat préféré : Une pomme
☆District : Cinq

○ Points : 1544
○ Barre de vie :
179 / 200179 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Dim 13 Juil - 21:47


« Ils sont enfin partis ? »

Maman et moi étions installées sur le canapé quand mon père arriva dans le salon. Elle avait ramené quelques snacks et un petit verre d’alcool, de quoi mieux faire passer le temps en attendant qu’il revienne de la gare. Les préparatifs pour la Moisson étaient finis, lesquels durant des habitants du Capitole étaient venus aider - ou diriger ? - les opérations et avaient logé chez nous, à la mairie. Ils avaient, malheureusement pour nous, trouvé l’endroit « causy », « mignon » et « confortable », ce qui demanda à mon père un déploiement de nombreux plans pour qu’ils partent du District.
Il avait vraiment l’air soulagé et s’assit à côté de moi, se servant à son tour.

« Oui, murmura-t-il dans un soupir. Quand ils se sont souvenus de l’annonce de l’Expiation, de la possible fête qu’ils allaient possiblement louper s’ils prenaient trop de temps, et crois-moi qu’ils ont disparu très vite.
- Tu m’étonnes,
» répondis-je.

Je me servis un pincement de petits biscuits apéritif, très agréables en bouche. J’étais plus que fatiguée, ne rêvant que de couvertures et d’oreillers. Loin de tout réveil. Il fallait dire que j’avais passé des dernières semaines très longues, comme je n’en avais jamais eues.
Le voyage n’était pas une habitude à Panem : et pourtant, j’avais visité trois Districts différents en quelques mois. A chaque fois, on demandait de l’aide pour des soins ou bien une formation, et à chaque fois j’avais dû répondre à l’appel. Avec ou sans ma mère. Un début à ma vie active, en somme, et je n’avais pas à me plaindre puisque soigner me permettrait d’éviter le travail à la centrale électrique.

« Quelle heure est-il ? s’enquit cette dernière.
- Aux alentours de six heures, répondit mon père. Ca ne va pas tarder à commencer.
- Tant mieux. Plus tôt ce sera finie, plus vite Amy pourra aller se reposer.
- J’ai vingt deux ans Maman,
intervins-je, je pense pouvoir gérer mes heures de sommeil toute seule. »

Appuyant la discussion, un bâillement franchit mes lèvres et me détacha de la conversation. Je regardais l’écran qui laissa soudainement apparaître le symbole du Capitole, l’aigle aux ailes déployées en rond, que je trouvais dur et sévère.
Mes parents se turent, soulagés que ça commence enfin. Nous fixions la Présidente, parfaitement habillée et coiffée, faire son petit cirque de gestes et de paroles.

« Chers compatriotes, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games. En cette année spéciale de l'Expiation, les fondateurs nous offrent à nouveau une leçon de vie dont nous les remercions. Mais, ne nous attardons pas et voyons de quoi il s'agit. »

La peur prit soudain mon corps entier. Je regardais la présidente saisir l’enveloppe et la déplier avec un ventre tellement noué que ma mère saisit ma main pour me rassurer. C’était ma dernière Moisson. La dernière de toute vie, le dernier obstacle à passer avant que je ne réalise enfin les rêves de ma vie : continuer ma formation de soigneuse et enfin aider les habitants de mon District. Et ceux des autres, d’ailleurs, ce que j’avais déjà commencé ces derniers temps. Je craignis soudain que cette Expiation ne me donne encore plus de chances d’être envoyée dans l’arène.
La présidente continua.

« La Moisson de la 175ème édition des Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson. »

J’hésitai un instant, ne sachant pas quoi penser.
Je n’avais pas plus de chance de partir dans l’arène. Non, non, en vérité, cette règle ne me concernait pas directement : ma situation vis-à-vis de la Moisson ne venait pas de changer. Mais quelque chose, quelque part me dérangeait… La seconde règle ? Si je venais à être tirée au sort, ma situation serait tellement catastrophique qu’une règle de plus ou de moins ne changerait pas mon état d’esprit. En y pensant, je ne sentais ma gène intérieure modifiée. Était-ce donc le choix des Mentors ?
Je poussai soudain un cri en voyant la visage d’Adam se dessiner devant moi.

« Ca va Amy ? » demanda mon père, visiblement inquiet.

Non, ça n’allait pas vraiment.
Je pensais à Adam. En vérité, je me sentais mal pour Adam. Je savais qu’il vivait avec Elina au village des Vainqueurs, Elina qui était un ancien Vainqueur des Jeux. Et donc, le Mentor actuel du District Cinq. Ce qui signifiait qu’elle pouvait potentiellement retourner dans l’arène.

« Adam, lâchai-je doucement.
- Adam ? questionna ma mère à son tour.
- Il vit avec Elina qui est Mentor. Je… il doit avoir peur… »

A la vérité, je me rendis compte que j’extériorisais ma peur en pensant à Adam. Il était vrai que tout mon esprit était fixé sur le problème que j’avais évoqué, et ce n’était cependant pas cela le principal souci : c’était ma dernière Expiation. L’année prochaine, je serais enfin débarrassée de cette épée de Damoclès, tellement grosse aujourd’hui que je sentais sa lame effleurer ma tête et hérisser les poils de ma nuque à la moindre pensée. Seulement, je n’avais jamais eu autant de chance d’être tirée. S’il me fallait en plus être envoyée aux côtés d’Elina dans l’arène…
Adam devait vraiment être mal. Et moi, je me tenais debout devant la télévision, tremblante comme une feuille, comme si cette Expiation, plus que me rassurer, m’avait rappelée à la dure réalité, celle à laquelle je tentais de me persuader m’être habituée.


fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul.

_________________
Tribut du District 5
Now in my remains are promises that never came. Set the silence free to wash away the worst of me.
Like an army, falling, one by one by one... Like an army, falling, one by one by one.◗ amaaranth ♫♪


Spoiler:
 


Dernière édition par Amy E. Wetthrone le Ven 26 Déc - 18:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Personnage décédé »
★ Âge : 19ans.
★ Occupation : Tribut du District 1
☆ Humeur : Sanguinaire
☆District : Un

○ Points : 815
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Mar 15 Juil - 18:35


Pearl Standford

▲ L’annonce de l’Expiation

J’étais fébrile, et, pour une fois, je ne cherchais pas à le cacher. L’annonce de l’expiation que j’attendais enfin allait arriver. Dix minutes avant l’annonce officielle, j’étais assise en tailleur sur le canapé, la télécommande de la télévision à la main. Je zappais distraitement les chaînes pour patienter, sans faire attention à ce qui se déroulait sur mon écran. J’étais en réalité plus concentrée sur l’annonce à venir, et essayais de deviner quelles nouvelles règles les juges et le capitole allait pouvoir encore nous inventer. Repousser la limite d’âge ? Privilégier un sexe en particulier ? Imposer de nouvelles règles dans l’arène ? Les idées fusaient, par millier, mais aucune ne me convenais. Je n’avais pas beaucoup d’imagination, je laissais donc les juges à leur métier et contentais de rester à ma sage petite place de carrière bien éduquée à qui on ne demande que de se battre, et non de réfléchir.
Tandis que je réfléchissais, l’emblème du Capitole s’afficha sur l’écran, et l’hymne de Panem retentit.

« Coralie ! Maman ! Descendez, l’annonce va commencer ! »

Contrairement à moi, ma mère et ma sœur n’étais pas pressées, loin de là, de regarder l’annonce. Elles descendaient d’un pas beaucoup moins enthousiaste que le mien et s’installèrent dans le salon, Coralie sur le canapé et ma mère sur le fauteuil. A peine s’étaient-elles assises que la présidente pris la parole :

« Chers compatriotes, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games. En cette année spéciale de l'Expiation, les fondateurs nous offrent à nouveau une leçon de vie dont nous les remercions. Mais, ne nous attardons pas et voyons de quoi il s'agit. »

"Une leçon de vie". Je souriais intérieurement. S’ils appelaient ce qu’ils qualifiaient de "jeux" une arène où des jeunes s’entretuaient de manière barbare une "leçon de vie", grand bien leur fasse. J’aurais appelé ça plutôt une boucherie. Mais, encore une fois, on ne me demandait pas mon avis, et je le gardais pour moi. Mais soyons bien d’accord : le terme de boucherie, que je trouve parfaitement adapté, me convient tout à fait ! C’est tout ce que je demande au Capitole, et j’espère que l’Expiation va être à la hauteur de mes attentes. Comme si elle entendait mes pensées, la présidente repris la parole, après un léger temps de silence.

« La Moisson de la 175ème édition des  Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre  peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson. »

Je mis quelques instants à digérer la nouvelle, et à comprendre son enjeu. Les anciens vainqueurs seront-ils donc plus utiles à l’intérieur de l’arène qu’à l’extérieur ? J’étais sceptique à ce sujet. Mais dans tous les cas, peu importe le choix du mentor, cela allait être à son avantage et serait le fruit d’une stratégie longuement étudiée : rien n’allait être laissé au hasard. Je me demandais soudain quel serait le choix de Sélène. Tout dépendrait du tribut féminin qui participera. Si c’était moi, il y aurait de fortes chances qu’elle reste à l’extérieur, m’étant beaucoup plus utile à l’extérieure. Si Channelle est choisie, je doute que Sélène reste en dehors de ça. Elle participera, j’en suis quasiment sûre, pour veiller sur sa petite sœur. Car, mine de rien, le nombre de participants aux jeux pourrait augmenter rapidement, et les nombres d’ennemis mortels et de dangers avec lui. Tant mieux. Je n'avais pas besoin d'aide.
J’en étais d’autant plus ravie.

« Cette expiation promet d’être inoubliable … » murmurais-je pour moi-même.


Codage by Bird for all forums ©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Mer 16 Juil - 0:11





CLARKE NIGHTINGALE





J’étais sur le canapé avec maman. On avait sorti le petit écran de fortune fourni par le Capitole pour regarder l’annonce de l’expiation ainsi que la moisson. Quand je pense qu’un matériel pareil aurait pu etre remplacé par deux mois de nourriture … Je lui adressai un coup d’œil discret pour tester la température. Elle était tendue, mais étrangement moins que les autres années. Vous me direz, ce n’était que l’annonce de l’expiation, et elle ne craignait pas de voir mon nom sortir. Je me demandai si je tentais la carte du « toute façon stresse pas, que je meurs là ou dans un mois … » allait marcher. J’avais quelques doutes, mieux valait la laisser stresser et éspérer qu’un remède miracle allait tomber du ciel.

L’annonce du Capitole se fit entendre, m’arrachant un rictus. C’était dingue ce que cette musique si douce et apaisante pouvait cacher. Lorsque la présidente apparu, j’ai cru que j’allais mourir. Ce qu’elle était classe cette femme. On ne voyait pas le monstre qui se cachait derrière. Elle commença à parler de clémence, de bienveillance et je ne relevais même pas. Je vis ma mère grimacer … Elle était bien plus en colère contre ce système que moi, surement parce qu’il lui avait arraché un mari, et bientôt une enfant. Moi il m’avait juste pris un père dont je n’avais au final que peu de souvenir. Je lui pris la main pour lui donner du courage avant de me redresser pour prêter une oreille attentive à la suite.

Le couperet tomba. Les mentors étaient destinés à faire un choix terrible apparemment : celui de nous rejoindre ou de nous abandonner. La bonne blague. C’était une plaisanterie ? Quel mentor allait choisir de venir, ce n’était pas un choix difficile … C’était presque comme s’il n’y avait pas de règle jusque là. Du coup je méditais à la règle suivante qui serait sans doute plus terrible. Et puis j’eu une pensée pour zatanna qui n’était revenue des jeux que 2 ans plus tôt. Ca devait être dur pour elle, de se retrouver dans les jeux à nouveau alors qu’elle en sortait tout juste. Je me promis d’aller la trouver pour lui exposer mon plan. Peut-être que ça pourrait l’aider elle aussi …

Le générique de fin sonna et je tins la main de maman pendant de longue minutes jusqu’à ce qu’elle s’endorme. Parfois on se demandait qui était la mère et qui était la fille …
Revenir en haut Aller en bas
« »
★ Âge : 28 ans
★ Occupation : Mentor
★ Plat préféré : Foie gras
☆District : Un

○ Points : 1370
○ Barre de vie :
200 / 200200 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Ven 18 Juil - 18:33


Annonce de l'Expiation



"Seule"


Nous y étions : l’annonce de l’Expiation. Dans ma famille, cette nouvelle revêtait une importance particulière. Avec mon frère et moi-même qui avions gagné les Jeux successivement, redorant le blason de tout un District et portant notre famille sous le feu des projecteurs, cette annonce n’était qu’un moyen de plus de nous remémorer tout ce que le Capitole nous avait apporté grâce à nos victoires. Pour ma sœur, c’était une occasion de découvrir une nouvelle règle qui la rendrait encore plus célèbre que ses aînés si elle remportait l’Expiation.

Les jours précédents, j’avais tout fait pour ne pas être là ce soir. Pour ne pas avoir à regarder cette annonce avec le reste de ma famille, dans la maison familiale. Je pensais que, si je ne voyais pas le regard réprobateur de mon frère sur moi lorsque je contemplerais avec crainte l’excitation à peine voilée de Channelle lorsque l’infâme règle serait révélée, je pourrais mieux digérer ce qui allait être dit. Cependant, ma mère m’avait coincée dans la cuisine suite à un dîner et impossible dès lors de refuser devant son air aussi inquiet que moi pour Channelle. Elle ne voulait pas que sa cadette se fasse tuer, elle avait déjà eu assez de frayeur pour ses deux premiers enfants : elle ne souhaitait pas revivre cela, même si au fond je savais qu’elle serait toujours fière de sa fille si celle-ci se lançait dans cette aventure suicide. Sauf que voilà, moi je ne le serais pas. Je ne serais fière de ma sœur si elle avait la mauvaise idée de se porter volontaire pour aller mourir dans une arène plus cruelle que jamais sans que je puisse rien y faire. Un mentor vous aide, il ne peut pas vous sauver.

Quand j’étais arrivée à la demeure familiale, Kyle était déjà là et nous ne nous échangions mot, comme à l’accoutumée. Je n’étais pas douée pour pardonner et lui non plus. Le fait qu’il pousse Channelle à se porter volontaire, tout comme les autres entraineurs du centre des carrières, contribuait également à renforcer mon animosité à son égard. Ma mère était dans la cuisine, mon père déjà installé au salon avec Channelle. Je n’osais pas lui adresser la parole avant l’annonce. A consulter la pendule, les dés seraient bientôt jetés. Je rejoignis le salon en saluant mon père et Channelle avant m’installait dans un fauteuil. Je ne tenais pas à me sentir oppressée encore davantage par une présence à mes côtés, il était déjà bien assez difficile pour moi de songer que j’allais devoir contrôler toutes mes expressions pour ne pas avoir envie de hurler à ma sœur que je ferais tout pour ne pas qu’elle aille à ses fichus Jeux si jamais la règle produisait une explosion de joie chez elle…

Le visage impassible, je patientais le temps que le téléviseur s’allume. J’avais hâte de savoir, hâte afin de pouvoir envisager toutes les possibilités d’échappatoire pour Channelle. La peur se mêlait à l’excitation, tant et si bien que je fermais les traits de mon visage : il était hors de question que quiconque devine mes pensées sombres. Channelle dut remarquer pourtant, elle m’adressa un beau sourire juste avant que l’hymne du Capitole ne se mette à remplir la pièce de sa mélodie. Bientôt, la Présidente Waters apparut à l’écran : voilà, nous y étions !

"Chers compatriotes, nous voilà tous réunis pour célébrer la 175ème édition des Hunger Games. En cette année spéciale de l'Expiation, les fondateurs nous offrent à nouveau une leçon de vie dont nous les remercions. Mais, ne nous attardons pas et voyons de quoi il s'agit."

Je n’avais vécu qu’une seule autre Expiation depuis ma naissance, j’avais alors 2 ans et ne pouvais pas prétendre me souvenir de quoi que ce soit. Tout cela était si…particulier, spécial, exceptionnel ? Inconsciemment, je laissais refaire surface la partie de moi qui aimait les Jeux et se passionnait pour eux. Cette partie de moi qui pendant des années s’était destinée à les remporter et qui avait été excitée devant chaque édition jusqu’à celle qui l’avait vue remporter la victoire… Cette partie de moi que je ne croyais plus exister et qui, pourtant, me criait ce soir qu’elle était plus présente que jamais. Peut-être était-ce parce que je me savais en sécurité : désormais, j’étais du bon côté, celui des vainqueurs, celui de ceux qui n’ont plus l’âge de participer à la tuerie. L’excitation montait et je me renfrognais dans mon fauteuil afin de ne rien laisser paraître. Allait-elle enfin décacheter cette enveloppe dont l’aspect ne faisait pas vraiment illusion ? Oui, c’était fait. Et vînt le moment où les lèvres de Siolyn Waters se mirent à articuler distinctement chaque mot de la sentence :

"La Moisson de la 175ème édition des Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."

Non.
Non.
Non ! Je n’avais pas dû bien comprendre. Ce n’était pas possible. Je me repassais en boucle l’annonce dans ma tête, les paroles de la présidente. Mais il n’y avait pas d’erreur possible. Elle avait bien osé impliquer les mentors. Comme si ça ne leur suffisait pas à ces sales oiseaux du Capitole de se gausser devant la mort d’enfants, voilà qu’ils leur fallaient le faire devant des mentors s’entretuant ?

J’étais restée figée, je n’arrivais pas à réaliser ce qu’il venait de se passer.

Autour de moi, tout le monde s’activait. Mon frère s’était tourné vers moi avec un large sourire comme il n’en avait pas eu à mon égard depuis des années, il me parlait sans que je l’entendes. Mes parents avaient applaudi l’annonce de l’Expiation et, encore debout, ils s’étaient désormais tournés vers moi et me parlaient en agitant leurs bras dans des souhaits de grandeur. Et Channelle… Je l’avais totalement oubliée lorsque sa voix me réveilla de ma torpeur.

- Sélène … »

Sa voix était presque inaudible tant le reste de notre famille s’exclamait de la chance qu’avait notre famille et de la magnifique victoire que je ne tarderais pas à leur offrir à nouveau. Même ma mère, qui avait si peur pour Channelle, affichait un superbe sourire en me congratulant pour ma première victoire, me répétant à quel point je serais merveilleuse de retourner dans l’arène, que c’était la chance que nous attendions tous. La peur qu’elle avait en elle pour sa cadette s’était évaporée quand l’annonce avait concerné sa fille aînée, elle était « heureuse » pour moi, n’avait-elle donc pas compris ? Que Kyle veuille me voir morte – même si je n’étais pas certaine que ce soit son but – passe. Mais ma propre mère, mon père ? Mes yeux étaient restés fixés sur ma sœur. Son regard était terni par des larmes, était-ce la seule qui avait compris ?

- Sélène tu n’iras pas, tu m’entends ! Je te l’interdis ! C’est mon année, la MIENNE ! Je te préviens si … Si tu viens je … Je t’écorcherais à la corne d’abondance avant que tu aies eu le temps de dire tribut ! se mit-elle soudain à hurler.

Je me levai brusquement alors qu’elle déguerpissait déjà en courant, fuyant le plus loin possible de la maison. Je lui courus après jusqu’à la porte en criant son prénom, mais ça ne servait à rien. Elle avait mon caractère à son âge : je ne me serais pas plus retournée qu’elle. Ce soir, sans le vouloir, je venais de lui voler la vedette et cela elle ne me le pardonnerait pas.

Sans arriver à réfléchir, je regagnai le salon où les exclamations de mes parents avaient cessé pour faire place à une discussion à voix basse à propos de ma sœur et de ma rentrée dans l’arène. Car oui, nul doute que j’y retournerai selon leurs paroles.

Trop, c’en était trop.

- STOP ! hurlai-je de tous mes poumons.

Les voix stoppèrent immédiatement et les regards de ceux qui étaient censés être les trois personnes qui me connaissaient le mieux au monde se braquèrent sur moi, interrogateurs. Hé oui, que pouvais-je donc bien avoir à redire à leur plan si parfait. Sélène repartait dans l’arène, elle gagnait à nouveau et vive la gloire pour notre famille pour des siècles !

- Est-ce que l’un d’entre vous s’est simplement demandé un jour ce que j’ai vécu dans cette arène ?! Non, c’est vrai ! J’avais eu une si belle et éclatante victoire ! J’y ai perdu ma vie dans mon arène, je suis déjà morte et ce soir je viens de briser ma sœur sans le vouloir !

Ils me regardaient avec des yeux ronds, médusés. Comment Sélène, leur chère sœur ou fille ne voudrait-elle pas retourner dans la magnifique arène qu’elle avait tellement adulée étant jeune ? C’était si difficile à concevoir. Aucun d’eux ne s’était posé de question lorsque j’étais rentrée de mes Jeux, aucun ne m’avait jamais demandé si ce que les images avaient montré était sincère ou pure stratégie de ma part. Après tout, on m’avait vue le pousser. Mais aucune de ces trois personnes qui se tenaient maintenant vers moi ne s’était demandé si j’avais pu réellement être humaine, pour une fois. Humaine et pas une machine prête à tuer. Aucun ne me connaissait. Channelle m’avait peut-être dit qu’elle me tuerait, mais s’il le fallait je serais prête à mourir pour elle : elle était la seule à m’avoir comprise quand j’étais rentrée des Jeux, même si nous n’en avions plus jamais reparlé.

- Vous ne pensez qu’à vous… dis-je sur le ton de l’indifférence en tournant les talons.

Comme un robot, je franchis la porte de la demeure de mes parents et regagne le village des vainqueurs. Je croise quelques carrières qui se dirigent vers la brasserie la plus proche, ils me lancent des clameurs de félicitations mais je ne les entends pas.

Je franchis la vaste grille du village des vainqueurs, puis gravit les marches du perron de ma maison. J’ouvre la porte, me glisse à l’intérieur et là sans crier garde je me jette sur le meuble le plus proche, une commode d’un bois richement paré et en balaye d’un geste tous les objets qui s’y trouvent. Dans ma rage, volent un cadre, des babioles, quelques sculptures fines qui se brisent dans un fracas du tonnerre. Et je continue avec ce qui a le malheur de se trouver sur une console à côté de l’escalier. Un vase en cristal se brise sur le sol, laissant une fleur des champs à l’agonie sur le sol. Cette fleur…

Je me laisse tomber sur le sol, en pleurs. Ma main attrape la fleur, de l’autre j’ouvre le tiroir et en tire un lot de photographies. La première me représente, Channelle est devant moi et mes bras sont passés autour de ses épaules frêles. La seconde est une photo d’identité de tribut que j’ai eue de manière plus ou moins légale, Maël.

Les sanglots redoublent, je lâche les photos qui tombent avec les autres débris et je me recroqueville contre les escaliers sur les marches duquels je me laisse tomber. *Comme ce jour-là…* songeai-je en repensant à ma fille morte née.

Je n’ai plus personne aujourd’hui. Plus personne sauf ma sœur et je ferais tout pour qu’elle ne soit jamais comme moi. Et si le sort s’acharne, alors j’irai avec elle dans l’arène. C’est la dernière qui compte encore pour moi. Etre seule ou mourir pour elle ? Mon choix est fait : je mourrais pour elle.



_________________




♥️ Sélène J. Featherstone ♥️
.   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .

"Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t'apprend parfois à vivre avec." Proverbe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« »
★ Âge : 19 ans
★ Occupation : Tribut du D10 / Apprentie boulangère-pâtissière
★ Plat préféré : Muffin au chocolat
☆District : Dix

○ Points : 787
○ Barre de vie :
134 / 200134 / 200


May the odds be ever in your favor
Compétences:
Talents:
Inventaire:


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Dim 20 Juil - 17:07

Annonce de l'Expiation


L’Expiation. Une nouvelle règle. Plus d’horreur et de morts.

C’était tout ce que cette annonce m’inspirait depuis qu’il nous avait été dit qu’elle aurait lieu très bientôt et que les habitants du District commençait à devenir nerveux, d’autant plus que courait une rumeur selon laquelle le mentor habituel allait être remplacé par un de ces prédécesseurs. Serait-il aussi efficace qu’un mentor tout frais et bien connu au Capitole pour recevoir les faveurs et l’argent des cadeaux pour ses tributs ? Rien n’était moins sûr et je plaignais par avance ceux qui auraient le malheur d’être sélectionnés.

A cette pensée, je me souvins que cela pouvait très bien être mon cas. J’avais l’âge après tout. Mais aucun tesserae. Il y avait une chance infime pour que je sois tirée, sans compter que j’arrivais tout doucement dans les dernières années où je devais me rendre la peur au ventre à la Moisson. Je me mordis la lèvre, ma mère dut sentir ma nervosité car ses doigts se glissèrent autour des miens, dans une tentative de me rassurer. Mon visage se tourna vers elle, ses traits à elle aussi étaient plus tendus que d’habitude. Je tentai un sourire, pour la rassurer à mon tour. Tout n’était qu’illusion.

Mon père vînt bientôt nous rejoindre dans le salon. Il venait de fermer notre boulangerie : personne ne serait dehors alors que l’annonce allait se faire et personne ici n’aurait envie de la fêter d’une quelconque manière. Apparemment, le jour de la Moisson et celle d’une annonce telle que celle qui se préparait étaient les seuls qui pouvaient pousser les gens à rester en famille, en profitant de ce qui était peut-être les derniers instants qu’ils passaient avec leurs enfants… Mes yeux se posèrent sur mon père puis sur ma mère : et si c’était moi cette année ?

Rien que cette idée me terrorisait. Si j’étais sélectionnée, je n’aurais aucune chance. Je pourrais juste tenter de m’enfuir, de me camoufler le plus longtemps possible, mais me battre ? J’étais beaucoup trop diminuée pour cela, je ne ferais pas le poids. Un frisson parcourut mon échine. L’hymne du Capitole venait de résonner dans le salon, la télévision de fortune venait de s’allumer toute seule. Décidément le Capitole ne voulait pas qu’on manque la « fête ».

La Présidente arriva, de sa voix douce – trop douce pour être honnête – elle annonça à quel point elle était heureuse de nous retrouver pour cette nouvelle édition des Jeux et la magnifique « leçon de vie » qu’elle allait nous apporter… Comme toujours, comme lorsque Selena tirait les noms des tributs, elle prit un malin plaisir à faire durer le suspens en prenant soin de décacheter l’enveloppe avec une lenteur intenable. Puis vînt enfin l’annonce :

"La Moisson de la 175ème édition des Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."

La télévision reprit sa mélodie entêtante et mon père éteignit la télévision.

- Apparemment, ils ont trouvé une nouvelle façon de nous torturer… Que vont-ils trouver à faire : un gamin de plus dans l’arène si le mentor refuse ou un autre truc bien tordu ?!

La voix de mon père avait brisé le silence. Elle avait été violente, forte, comme je crois que je ne l’avais jamais entendu sauf peut-être le jour où j’avais été blessée. Dans ses yeux, on voyait de la haine : un sentiment que je ne lui connaissais pas. Dans ses paroles, il ne faisait pas référence à cette première règle qui venait d’être énoncée mais bien à la seconde, celle dont je ne doutais pas qu’elle serait juste assez cruelle pour nous faire regretter à tous d’être une année d’Expiation. Il finit par quitter la pièce pour se refugier dans son fournil, le lieu où il allait toujours lorsqu’il n’allait pas bien.

Je me retournai vers ma mère, elle m’avoua avec une petite voix :

- Un de ses amis est mort dans une Expiation quand il était jeune… Il a peur pour toi aujourd’hui…

Peur pour moi ? Pourtant la première règle ne me concernait même pas ! Alors certes, j’avais toujours le risque d’être tirée qui pesait sur moi mais ce risque était minime – du moins c’était ce que je me plaisais à me rappeler. Cependant, mon père n’avait pas tort : cette première règle paraissait trop clémente, elle n’aurait pas existé que cela aurait été pareil. Les mentors avaient le choix, s’ils choisissaient tous de ne pas y aller, alors ce serait une Expiation comme n’importe quelle édition ordinaire… Alors quelle règle le Capitole allait-il bien pouvoir ajouter pour contrebalancer cet affront ?

Je pinçai les lèvres et me levai. Rien ne servait de rester prostrée, après tout nous saurions bien assez tôt de quoi il en retournait et j’allais devenir folle si je restai assise à réfléchir aux pièges mortels qui étaient en train de se préparer dans l’ombre.

- Et toi Chloé, ça va ? me demanda ma mère, inquiète, en me voyant me diriger vers le fournil à mon tour.

- Tant que je suis ici avec vous tout va bien, mentai-je en lui souriant.

Elle répondit à mon sourire et se leva pour regagner la boulangerie afin de tout nettoyer. Moi, je rejoignais mon père : je ne voulais pas qu’il broie du noir tout seul. En entrant, je l’aperçus dans un coin du fournil, assis face au mur de pierre, le regard perdu dans le vide.

- Papa ? l’interpelai-je.

Il se tourna vers moi avec une expression de tristesse qu’il ne dissimulait que très mal.

- Cela fait longtemps que tu dois m’apprendre la fameuse recette de tes millefeuilles aux fraises. Que dirais-tu qu’on s’y mette maintenant ? De toute façon, la boutique est fermée. Il parut hésiter alors je rajoutai : Ca me ferait plaisir qu’on fasse quelque chose ensemble…

Il soupira en souriant, je venais de trouver les bons arguments. Nous passions le reste de la soirée dans le fournil à préparer des millefeuilles plus ou moins réussis selon les fournées, nous rigolions si fort que ma mère finit par nous rejoindre. Une vraie famille… C’était tout ce que je ne voulais jamais perdre…



_________________
Last battle...
Another night, another hour ... (⚡️) Another death.


Ma couleur de rp : navajowhite

Ma présentation | Mes liens & Mes rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
« Invité »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   Lun 21 Juil - 21:57



Cela fait trois jours que je vis au ralenti. Je n'ai plus pris de douche depuis un moment non plus... En réalité, j'ai passé mes quelques jours de congé accordés avant le lancement des Jeux à errer sans but, réduisant mes déplacements à de simples aller-retour entre mon lit et la cuisine. On m'a informé que l'annonce de l'Expiation aurait lieu aujourd'hui. A vrai dire, je m'en fous pas mal. Expiation ou pas, ça reste le même tralala habituel. Je n'ai pas cherché à savoir quelles horreurs on nous servirait cette année et je ne sais même pas si on m'en aurait informé de toute façon. Quoi qu'il en soit, il y aura toujours un tas de jeunes à faire crever, des Juges pour se charger de rendre leur mort la plus impressionnante possible, un public à satisfaire, un vainqueur et la boucle pourra recommencer l'année prochaine.

Je sors une bière du réfrigérateur, la décapsule d'un geste nonchalant et pour la première fois depuis des jours, je m'aventure dans mon salon où je m'affale sur le canapé. J'aime ce canapé. J'ai troqué mon magnifique divan d'acajou-velours contre ce vieux fauteuil défoncé dont le tissus a déjà été usé par son ancien propriétaire. Enfin un canapé confortable... J'allume ma télévision et avale la moitié de ma bière d'une seule traite. Si je voulais jouer le jeu de la désinvolture à fond, je roterais bien mais mon éducation semble encore trop bien ancrée que pour me le permettre. Lentement, je passe ma main sur mon menton et mes joues. Une belle barbe commence à me manger le visage. Il faudra que je pense à me raser un de ces jours... Et à me laver surtout. Je reste un long moment à fixer les grésillements à l'écran de mon téléviseur et finis par achever ma bière. Les restes de mon repas de la veille sont encore étalés sur la table de la cuisine où commence à s'accumuler de la vaisselle sale, le lavabo étant trop encombré de casseroles et autres ustensiles recouverts de sauces figées. Quelques bouteilles vides jonchent le sol et l'une d'entre elles a même réussi à rouler jusqu'au salon. Au Capitole, rien ne se fait jamais sans excès, donc quand on relâche la pression... On la relâche vraiment. Enfin, je m'avance un peu trop avec une telle théorie. J'imagine mal mes voisins ou mes collègues dans l'état dans lequel je me trouve actuellement. Au début, je pensais que m'adonner à diverses activités m'aiderait à ne pas m'engluer dans les idées macabres qui m'assaillent sans cesse. Mais visiblement, ne rien faire du tout s'est montré tout aussi efficace. Plutôt que remplacer mes pensées par d'autres, j'arrête tout simplement de réfléchir et laisse le néant m'envahir. C'est étonnant d'ailleurs que la date de l'annonce de l'Expiation me soit restée en tête.

Alors que je m'apprête à aller chercher une nouvelle bière, l'hymne que je connais maintenant par coeur, retentit. Je me laisse retomber dans le vieux canapé qui, il faut bien l'avouer, fait tache au milieu de ce mobilier luxueux. La Présidente entame son speech habituel et je me contente de fixer son visage trop soigné d'un air morne. Finalement, elle se décide à ouvrir la fameuse enveloppe contenant les nouvelles règles exclusives de cette année. Je me surprends à soupirer tant cette annonce me laisse indifférent.

"La Moisson de la 175ème édition des  Hunger Games se verra imposer deux règles particulières. Pour rappeler aux Districts la clémence et la bienveillance dont le Capitole a toujours fait preuve à leur égard, une aide supplémentaire sera offerte à chaque duo de tributs : chaque mentor pourra choisir de rentrer dans l'arène avec ses tributs pour les aider à s'en sortir. Le choix de chaque mentor devra être fixé et dicté après que les deux tributs soient sélectionnés et avant que la seconde règle soit énoncée. Car, pour leur rappeler la patience dont doit toujours faire preuve notre  peuple afin de prendre de sages décisions, la seconde règle sera révélée lors du tirage de la Moisson."


Aussitôt, je sens mon coeur se serrer dans ma poitrine. Sélène. Se pourrait-il qu'elle risque une seconde fois sa vie pour les Hunger Games? Pendant que l'hymne clôture l'annonce, je reste un moment pantelant devant cette révélation... Finalement, je trouve la force de me lever, lâche ma bouteille au sol, dont l'atterrissage émet un petit bruit étouffé par l'épaisse moquette. Ne sachant trop quoi faire, je me dirige vers la salle de bain pour me passer le visage sous l'eau froide. En voyant mon reflet dans le miroir, je réagis à peine devant ma mine de déterré. Mes pensées vont vers Sélène. Que va-t-elle faire? Si elle accepte de retourner dans l'arène, elle mourra à coup sûr. J'ai pu influencer sa première victoire mais cette fois-ci, ce sera différent. Si elle savait qu'un gars comme moi se faisait tant de souci pour elle... Je me sens presque honteux de m'accrocher à elle à ce point. Nous qui nous connaissons à peine et elle qui n'a que faire de moi. Mais pourtant, je ne peux m'empêcher de l'aimer, je ne sais trop pour quelle raison... Et le simple fait de l'imaginer morte me donne la nausée.
Je m'enferme dans la douche et reste de longues minutes sous son flux d'eau continu. Abruti par la chaleur brûlante qui se répand partout autour de moi, je parviens à vider mon esprit et à retrouver ce calme que j'avais réussi à conserver durant les trois derniers jours. Je réfléchirai à tout ça demain.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
« »


MessageSujet: Re: EXPIATION - Annonce télévisée officielle   

Revenir en haut Aller en bas
 

EXPIATION - Annonce télévisée officielle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games RPG ::  :: Gestion Hunger Games-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit